Les Crises Les Crises
26.mai.201926.5.2019 // Les Crises

Syrie. Une enquête sans précédent révèle que la coalition dirigée par les États-Unis a tué plus de 1 600 civils pris au piège dans Raqqa. Par Amnesty International

Merci 960
J'envoie

Source : Amnesty International, 25-04-2019

  • Amnesty International et Airwars lancent un site Internet interactif qui recense des centaines de victimes civiles.
  • La plus grande enquête sur les victimes civiles dans l’histoire de la guerre moderne.
  • Les forces américaines, britanniques et françaises s’enfoncent dans le déni, ne reconnaissant que 10 % du nombre de décès de civils.

La coalition militaire dirigée par les États-Unis doit sortir de deux années de déni s’agissant du lourd bilan de victimes civiles et des destructions massives dont elle s’est rendue responsable dans la ville syrienne de Raqqa, ont déclaré Amnesty International et Airwars le 25 avril 2019, à l’occasion du lancement d’un nouveau projet de recueil de données sur l’offensive qui avait pour objectif de chasser le groupe armé se désignant sous le nom d’État islamique (EI).

Le site Web interactif, Rhetoric versus Reality: How the ‘most precise air campaign in history’ left Raqqa the most destroyed city in modern times, présente l’enquête la plus complète sur les victimes civiles dans un conflit contemporain. Fruit de près de deux années d’investigations, il braque les projecteurs sur un bilan très lourd : plus de 1 600 civils ont perdu la vie du fait des milliers de frappes aériennes américaines, britanniques et françaises et des dizaines de milliers de tirs d’artillerie des forces américaines lors de l’offensive militaire menée par la coalition contre Raqqa, de juin à octobre 2017.

Au moment où l’offensive a été lancée, l’EI contrôlait Raqqa depuis près de quatre ans. Il avait perpétré des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, torturé ou tué quiconque osait s’opposer à son régime. Amnesty International avait déjà recueilli des informations attestant que l’EI utilisait des civils comme boucliers humains, minait les itinéraires permettant de sortir de la ville, établissait des postes de contrôle afin de limiter les déplacements et tirait sur ceux qui tentaient de s’enfuir.

Des milliers de civils ont été tués ou blessés lors de l’offensive de la coalition visant à débarrasser Raqqa de l’EI, qui avait fait de la ville un piège mortel en installant snipers et mines.
Donatella Rovera, principale conseillère d’Amnesty International pour les situations de crise

« Des milliers de civils ont été tués ou blessés lors de l’offensive de la coalition visant à débarrasser Raqqa de l’EI, qui avait fait de la ville un piège mortel en installant snipers et mines. De nombreux bombardements aériens n’étaient pas précis et des dizaines de milliers de tirs d’artillerie ont été effectués sans discrimination : rien de surprenant à ce qu’ils aient fait des centaines de morts et de blessés parmi les civils, a déclaré Donatella Rovera, principale conseillère d’Amnesty International pour les situations de crise.

« Les forces de la coalition dirigée par les États-Unis ont rasé Raqqa, mais elles ne peuvent pas effacer la vérité. Amnesty International et Airwars leur demandent de cesser de nier l’ampleur choquante des victimes et des destructions civiles causées par leur offensive.

« La coalition doit enquêter en profondeur sur les erreurs commises à Raqqa et en tirer les enseignements, afin de ne pas infliger de telles souffrances aux civils pris au piège lors de futures opérations militaires », a déclaré Chris Woods, directeur d’Airwars.

La coalition doit enquêter en profondeur sur les erreurs commises à Raqqa et en tirer les enseignements, afin de ne pas infliger de telles souffrances aux civils pris au piège lors de futures opérations militaires.
Chris Woods, directeur d’Airwars

Des recherches de pointe menées sur le terrain à Raqqa et à distance

Amnesty International et Airwars ont collecté et recoupé de nombreux flux de données aux fins de cette enquête.

Au fil de quatre visites à Raqqa alors que la bataille faisait encore rage, les chercheurs d’Amnesty International ont passé au total environ deux mois sur le terrain. Ils ont enquêté sur les lieux de plus de 200 frappes et interrogé plus de 400 témoins et survivants.

En outre, le projet innovant d’Amnesty International Strike Trackers a permis de définir quand chacun des 11 000 bâtiments détruits à Raqqa a été touché. Plus de 3 000 militants numériques dans 124 pays y ont participé, analysant au total plus de 2 millions d’images satellite. Le Service de vérification numérique d’Amnesty International, basé dans six universités autour du globe, a analysé et authentifié les images vidéo filmées durant la bataille.

Les chercheurs d’Airwars et d’Amnesty International ont analysé des éléments disponibles en libre accès, à la fois en temps réel et après l’offensive, dont des milliers de publications sur les réseaux sociaux et d’autres matériaux. Ils ont ainsi pu constituer une base de données recensant plus de 1 600 civils qui auraient été tués lors des frappes de la coalition. Ils ont recueilli les noms de plus de 1 000 victimes : Amnesty International a pu en vérifier 641 directement sur le terrain à Raqqa, tandis que pour les autres des informations émanent de multiples sources crédibles.

Les deux organisations informent régulièrement de leurs conclusions la coalition militaire dirigée par les États-Unis, ainsi que les gouvernements américain, britannique et français. Ainsi, la coalition a admis être responsable de la mort de 159 civils, environ 10 % du nombre total recensé, mais a rejeté les autres allégations en les qualifiant de « non crédibles ». Pourtant, elle n’a toujours pas enquêté dûment sur les informations faisant état de victimes civiles et n’a pas interrogé de témoins ni de survivants, reconnaissant qu’elle n’effectue pas d’investigations sur place.

Donner une nouvelle dimension aux dossiers

Le site Rhetoric versus Reality donne une nouvelle dimension à l’histoire de ces familles qui ont enduré la guerre et n’ont pas toujours survécu. Il guide l’utilisateur au fil d’une excursion à travers la ville, pour rencontrer des survivants, écouter leurs témoignages et visiter leurs maisons détruites. Depuis les ponts bombardés qui enjambaient l’Euphrate jusqu’à la vieille ville quasiment détruite près du stade central, aucun quartier n’a été épargné.

Développé avec l’équipe de création d’Holoscribe, le site interactif associe photographies, vidéos, expériences immersives à 360°, images satellite, cartes et visualisations de données, pour mettre en avant les cas et les parcours de civils pris au piège sous les bombardements de la coalition. L’utilisateur peut également explorer des données sur les civils qui ont été tués, la plupart après avoir fui de quartier en quartier à travers la ville.

Des secteurs entiers de la ville rasés

À Raqqa, le bilan des victimes civiles qui ne cesse de s’alourdir n’est guère surprenant, étant donné l’avalanche de tirs de la coalition qui ont manqué de précision au point de devenir des tirs sans discernement, lorsqu’ils étaient effectués près de civils.

Un haut responsable de l’armée des États-Unis s’est targué d’avoir procédé à 30 000 tirs d’artillerie au cours de l’offensive – soit une frappe toutes les six minutes, pendant quatre mois consécutifs – un chiffre record qui n’avait pas été enregistré dans un conflit à travers le monde depuis la guerre du Viêt-Nam. Avec une marge d’erreur de plus de 100 mètres, les munitions d’artillerie non guidées manquent clairement de précision, et leur utilisation dans des zones occupées par des civils constitue une attaque menée sans discrimination.

L’un des premiers secteurs pris pour cibles fut Daraiya, un quartier de maisons à un seul niveau, parmi les plus pauvres, situé dans l’ouest de Raqqa.

Dans une maison délabrée à moitié détruite, Fatima, alors âgée de neuf ans, raconte qu’elle a perdu trois de ses frères et sœurs et sa mère Aziza, lorsque la coalition a fait pleuvoir des obus sur leur quartier, dans la matinée du 10 juin 2017. Ce jour-là, 16 civils ont été tués dans cette rue. Fatima a perdu sa jambe droite et a été grièvement blessée à la jambe gauche. Elle se déplace aujourd’hui sur un fauteuil roulant donné par une ONG et souhaite plus que tout pouvoir aller à l’école.

Des familles anéanties en un instant

Les forces américaines, britanniques et françaises ont également conduit des milliers de frappes aériennes dans des quartiers civils qui ont fait de très nombreuses victimes.

Exemple tragique, une frappe aérienne de la coalition a détruit tout un bâtiment d’habitation de quatre étages près de l’école de Maari, dans le quartier central d’Harat al Badu, le 25 septembre 2017 en fin d’après-midi. Quatre familles avaient trouvé refuge au sous-sol à ce moment-là. Presque toutes les personnes présentes sont mortes – au moins 32 civils, dont 20 enfants. Une semaine plus tard, 27 civils, dont de nombreux proches des victimes de la frappe précédente, ont également trouvé la mort, une frappe aérienne ayant détruit un bâtiment situé à proximité.

« Les avions bombardaient et les roquettes tombaient 24 heures sur 24. Il y avait des snipers de l’EI partout. Il était impossible de respirer, a déclaré Ayat Mohammed Jasem, survivante de l’attaque du 25 septembre, à une équipe de télévision lorsqu’elle est retournée voir sa maison détruite plus d’un an plus tard.

« J’ai vu mon fils mourir, brûlé dans les décombres devant moi. J’ai perdu tous les êtres qui m’étaient chers. Mes quatre enfants, mon époux, ma mère, ma sœur, toute ma famille. L’objectif n’était-il pas de libérer les civils ? Ils étaient censés nous sauver, sauver nos enfants. »

J’ai vu mon fils mourir, brûlé dans les décombres devant moi. J’ai perdu tous les êtres qui m’étaient chers. Mes quatre enfants, mon époux, ma mère, ma sœur, toute ma famille. L’objectif n’était-il pas de libérer les civils ? Ils étaient censés nous sauver, sauver nos enfants.
Ayat Mohammed Jasem, survivante de l’attaque du 25 septembre

Il est temps de rendre des comptes

La plupart des cas recensés par Amnesty International s’apparentent à des violations du droit international humanitaire et nécessitent de plus amples investigations.

Malgré tous leurs efforts, des ONG comme Amnesty International et Airwars n’auront jamais les ressources nécessaires pour enquêter sur toutes les victimes civiles, morts et blessés, à Raqqa. C’est pourquoi elles demandent aux membres de la coalition dirigée par les États-Unis de mettre en place un mécanisme indépendant et impartial chargé de mener dans les meilleurs délais une enquête efficace sur les informations faisant état de préjudices causés aux civils, y compris sur les violations du droit international humanitaire, et d’en rendre les conclusions publiques.

Les membres de la coalition ayant procédé à ces frappes, notamment les États-Unis, le Royaume-Uni et la France, doivent faire preuve de transparence quant à leurs tactiques, à leurs moyens et méthodes spécifiques d’attaque, au choix des cibles et aux précautions prises lors de la planification et de la mise en œuvre de leurs opérations.

Ils doivent créer un fonds qui permette aux victimes et à leurs familles de recevoir des réparations pleines et entières et d’être dûment indemnisées.

Voir aussi : War in Raqqa : Rhetoric versus reality

Source : Amnesty International, 25-04-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Julien // 26.05.2019 à 08h47

Non c’est 100% des victimes. Ces guerres, Irak, Syrie, Lybie sont uniquement le fait des occidentaux. Point barre. Sans l’Occident pas de guerre. Sans la CIA pas d’état islamique. https://www.rts.ch/info/monde/10438336-le-groupe-etat-islamique-est-une-emanation-de-la-cia.html

48 réactions et commentaires

  • tchoo // 26.05.2019 à 07h42

    1600 morts dans une ville complètement rasée et qui comptait 200 000 personnes avant la guerre?
    Y a pas enfumage là?

      +9

    Alerter
    • Alfred // 26.05.2019 à 08h13

      Quel est le ratio crédible selon vous? Savez vous exactement quel proportion de la population restait en ville?
      Je vous rappelle que le bombardement du Havre a fait plus de 2000 tués à l’époque avec une destruction de 80% de la ville alors que les alliés avaient refusé l’évacuation de la ville. C’est comparable.
      Le problème n’est pas vraiment là de toutes manières. L’objectif du travail est atteint: montrer que la coalition a grossièrement menti sur le nombre de victimes civiles.
      Et là encore le problème n’est pas là (croit on sérieusement que la guerre est faite de telle manière qu’on épargne l’adversaire pour protéger des civils ?). Le problème c’est que “la coalition” en général et notre pays en particulier n’aurait jamais dû attaquer la Syrie et causer des centaines de milliers de morts au total.
      Avec ce genre de travail des gens saisiront l’ocasion de hair les français au nom des civils tués de Raqqa (alors que 3000 civils normands on tête tués sous les bombardements le 6 juin (D day) soit autant que le nombre de soldats alliés ce jour là : disparus des mémoires , des films à grand spectacle et aucune haine). Alors que ‘a responsabilité de la France c’est d’avoir participé au déclenchement de la guerre et d’avoir participé à l’approvisionnement en armes. Ça fait 100 fois plus de morts qu’à Raqqa. Mais là silence.

        +36

      Alerter
      • Charles Michael // 26.05.2019 à 08h26

        les chiffres avancés par les survivants de Raqqa sont de 10.000 morts civils
        ceux pour Mossul de 40.000.

          +8

        Alerter
      • tchoo // 26.05.2019 à 10h38

        Cher Alfred
        cf les réponses ci dessous
        je ne suis pas sur qu’Amnesty soit une ONG vraiment indépendante
        Mais vous avez raison le problème est ailleurs
        allons y voir

          +5

        Alerter
    • Ghislain // 26.05.2019 à 08h26

      Exact … La “communauté internationale” a perdu une occasion supplémentaire de se montrer tout simplement humaine. Vu leurs sources de financement, les “ONG” ne sont ,le plus souvent, que les faux nez d’organisations beaucoup plus gouvernementales, elles.
      Il est vrais que des 300 000 habitants d’Alep est, les russes ne déclarent en avoir recensé “que” 120 000 après la bataille. Il est vrais aussi, qu’après avoir “compté”, vers 2016-2017 près de 500 000 morts depuis le début du conflit, les chiffres de cette même “communauté internationale” sont curieusement descendus vers 300 000 voir en dessous.
      Bref, c’est du grand n’importe quoi. N’y aurait-il eu qu’un seul mort qu’il aurait été de trop. Alors, si on en est rendu à les compter à la louche, pauvres syriens, combien de temps mettront-ils à se remettre de cette guerre ??? Et ce n’est pas fini, le “traitement” de la région d’Idlib ne fait que commencer.

        +13

      Alerter
  • Patrick // 26.05.2019 à 08h33

    On peut aussi parler des autres pays détruits par nos armées dites de civilisation moderne ?
    Tant en Amérique du sud qu’au moyen orient et en Afrique ?

      +17

    Alerter
  • Julien // 26.05.2019 à 08h47

    Non c’est 100% des victimes. Ces guerres, Irak, Syrie, Lybie sont uniquement le fait des occidentaux. Point barre. Sans l’Occident pas de guerre. Sans la CIA pas d’état islamique. https://www.rts.ch/info/monde/10438336-le-groupe-etat-islamique-est-une-emanation-de-la-cia.html

      +49

    Alerter
    • Alfred // 26.05.2019 à 18h50

      Une larmichette de Quatar et un doigt d’Arabie Saoudite et d’emirats arabes unis, peut être, un peu, quand même ? (Voire même d’Égypte dans le cas de la Lybie).
      Renseignez vous un peu avant de les oublier.
      (Et c’est un peu trop facile.)

        +4

      Alerter
      • Julien // 27.05.2019 à 08h41

        Le Qatar et consorts ne sont que la courroie de transmission des Atlantistes en échange de la paix et de la prospérité dans ces régions. Demain quand l’Occident n’aurait plus besoin de guerroyer au moyen orient mais plutôt en Asie (c’est le projet vous verrez) le Qatar et l’Arabie saoudite seront remerciés ….

          +1

        Alerter
        • Alfred // 27.05.2019 à 20h38

          Je pense que votre raisonnement est ethnocentrique et date d’une autre époque. Le Quatar, l’Arabie des Saoud ainsi que les Emirats ont leurs propres agendas dans lesquelles les rapport de forces internationaux s’inscrivent. Compte tenu des rapports d’argent frais qui vont en sens inverse des rapport de puissance économique et militaire on ne sait plus trop si c’est le chien qui remue la queue ou si c’est la queue qui remue le chien. Les malettes d’argent quataries c’est pas que pour les footballeurs, ça fini par se savoir.
          Sans compter que sur le plan de la géopolitique de long terme on peut penser que le plan des Frères Musulmans protégés par le Quatar et la Turquie est mieux assis intellectuellement, mieux construit et mieux mis en œuvre dans la duree que les stratégies de nos elites plutôt court termistes.
          Bref. Il ne vaut mieux pas les regarder de haut.

            +0

          Alerter
      • Julien // 27.05.2019 à 08h42

        Le Qatar et consorts ne sont que la courroie de transmission des Atlantistes en échange de la paix et de la prospérité dans ces régions. Demain quand l’Occident n’aura plus besoin de guerroyer au moyen orient mais plutôt en Asie (c’est le projet vous verrez) le Qatar et l’Arabie saoudite seront remerciés ….

          +0

        Alerter
    • faxmax // 27.05.2019 à 01h57

      Bah oui, pis ajouté à ça que les “peuples” occidentaux en ont, en général, absolument rien à secouer… Je sais pas vous mais moi ça fait un bail que je n’ai pas vu une manif antiguerre (grosse manif j’entends…).

      mais bon, pas de cadavre pas de crime comme on dit.

        +5

      Alerter
  • SanKuKai // 26.05.2019 à 09h43

    La couverture médiatique des morts de Raqqa par nos médias “indépendants” est á comparer avec celle des morts d’Alep qui eux, ont eu droit á la caisse résonance.
    Leur défense habituelle est : “si, si, nous en avons parlé”.
    Oui, mais pas de la même manière.

      +18

    Alerter
  • Eric83 // 26.05.2019 à 09h50

    Les dirigeants des Etats occidentaux n’ont que faire des pertes civiles et affichent un total cynisme puisque prétextant des interventions humanitaires…qui déciment les civils.
    A cet aune, le témoignage du général Delawarde sur les mensonges d’Etat qui continuent d’entourer la guerre en ex-Yougoslavie pour le Kosovo en 1999, est édifiant.

    ” Ce qui a provoqué la reddition serbe, c’est donc bien la destruction de l’infrastructure civile et non une défaite militaire armée contre armée. C’est hélas la méthode otanienne, parfaitement appliquée en Syrie, et dénoncée par le colonel François Régis LEGRIER dans son article La bataille d’Hajin : victoire tactique, défaite stratégique ?”

    https://www.officierunjour.net/editoriaux/mensonges-d-etat/

      +29

    Alerter
    • Garibaldi2 // 27.05.2019 à 10h29

      Vous aurez remarqué que durant la campagne pour les européennes, il a été dit maintes fois que l’U-E avait garanti la paix en Europe. Les ex-Yougoslaves ont certainement apprécié ce trait d’humour !

        +2

      Alerter
  • Rémy@B // 26.05.2019 à 09h54

    … les mains rouges de sang de Le Drian

      +16

    Alerter
    • Eric83 // 26.05.2019 à 12h19

      Je ne peux que cautionner votre propos ayant envoyé un courrier RAR le 30 juillet 2018 au sinistre Le Drian, courrier auquel je n’ai jamais reçu de réponse, ni au suivant.

      “Appel au Ministre Le Drian, à cesser l’escalade dans l’infamie et la forfaiture – NON à l’accueil des « Casques Blancs » en France”

      Extrait : “Par votre rôle prépondérant et continu depuis 6 ans dans l’ingérence illégale de l’Etat Français en
      Syrie et ses conséquences désastreuses, vous démontrez, Monsieur Le Drian, votre total mépris pour
      la vie du peuple Syrien mais également pour le respect d’autres droits fondamentaux comme ceux de
      son auto-détermination et de son droit à vivre dans un Etat laïc.
      Depuis 6 ans également, vous démontrez votre soutien indéfectible à des politiques d’Etats
      autoritaires, anti-démocratiques et anti-laïcs, qui veulent imposer en Syrie comme ailleurs, par la
      coercition, le djihadisme et le terrorisme, les doctrines wahhabite et/ou salafiste.
      En conséquence, depuis 2012 que vous êtes Ministre des différents gouvernements successifs, vous
      démontrez que vous travaillez à promouvoir des intérêts qui ne sont ni ceux du peuple Syrien ni ceux
      du peuple Français et qui vont même totalement à leur encontre.
      https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/appel-au-ministre-le-drian-a-206541

        +15

      Alerter
      • PierreF // 26.05.2019 à 16h49

        Que vos commentaires sont tristes et serviles, septique. Vous semblez totalement soumis de nature, avec une mentalité de majordome de naissance, toujours à critiquer les actes des gens du peuple, et soutenir par le vide les actes des castes dirigeantes et les infos de propagande que nous servent à plein container les mainstreams. Tout en vous ployant toujours plus si c’est possible, vous finirez à la fosse, septique.

          +7

        Alerter
        • PierreF // 26.05.2019 à 18h37

          Puisque vous aimez les citations, septique, mais pas les anglicismes, je préfère celle-ci : “Mais il y a si longtemps qu’on fait croire aux gens / qu’ils n’ont aucun avenir et qu’ils sont ignorants à jamais. / Et idiots de naissance. ” Appolinaire

          Vous me semblez faire parti du nouveau style de militant pro-pouvoir ou simples engagés dans l’esclavage volontaire, conscients et inconscients, qui font part de leur vassalité en critiquant et insultant tout ce qui peut se rapprocher du peuple. Pétainistes et versaillais de nature, caméristes et paillassons dans l‘âme, qui viennent suppléer aux policiers de la pensée officielle. Je ne vois qu’un aboyeur ici, c’est celui qui copie-colle les articles de la presse officielle dans ce même fil. Vous usez de la liberté d’expression, mais comme le disait un penseur allemand, c’est surtout pour vous éviter la liberté de penser qui effraie tant les laquais.

            +4

          Alerter
        • PierreF // 26.05.2019 à 20h47

          Vous avez raison, Eric, mais je disposais d’un peu de temps ce w-e et je prends parfois plaisir à torgnoler ce type de personne, qu’on croise ici, ou sur Yahoo, ou sur Agoravox. Septique doit d’ailleurs passer une vilaine soirée électorale en ce moment même, en attendant les éléments de langage que son idole commence à transmettre, du genre ‘Bravo à Loiseau, c’est une réussite sans pareille qui conforte la grande braderie de la nation que nous allons accélérer pour la plus grande gloire du secteur bancaire international. 🙂
          Bonne soirée à vous.

            +2

          Alerter
        • septique // 26.05.2019 à 21h01

          Je ne suis ni neocon ni neolib..je ne supporte pas l’aveuglement sans consition pro-russe ou pro-chinois et la méconnaissance de leurs économies respectives…sans parler d’économie en général..

            +0

          Alerter
  • Alfred // 26.05.2019 à 10h30

    Je ne sais pas si ce genre de document a eu toute la visibilité qu’il mérite aquand on parle de “Fake news”, de mensonges et de crédibilité des médias et gouvernements:
    https://21stcenturywire.com/2019/05/25/interview-robert-stuart-exposing-faux-bbc-documentary-on-syria/

      +8

    Alerter
  • Marie // 26.05.2019 à 10h36

    La simple décence ( et le respect dû aux victimes) demanderaient le silence et non une bataille (!) de chiffres. Connaissant la Syrie et (un peu) les Syriens ma conviction profonde reste que les soit-disant démocraties n’ont pas à intervenir tant que “le peuple” ne demande rien. C’est le cas en Syrie et en Libye…et l’on voit à présent les conséquences d’un combat proclamé “juste” contre les pseudo dictatures “injustes” …Pauvres Syriens et pauvres Libyens…

      +18

    Alerter
  • Kiwixar // 26.05.2019 à 11h10

    Tous ces crimes (crimes contre l’humanité) ne sont rendus possibles que par les mensonges permanents de nos médias. Les journalistes sont responsables, individuellement, et complices de meurtres à grande échelle.

    On évoque le “tableau de chasse” de tueurs en série avec des statistiques (Gilles de Rais, Petiot, Landru, Keller, Jégado), qu’en est-il de ces complices de meurtres de masse sur des populations civiles (Irak, Libye, Syrie, etc), et qui courrent toujours, pontifiants, à clavioter, claviarder en ignorant les cadavres dont ils sont responsables, ces familles massacrées.

    Par leurs mensonges, ils permettent la survie et la continuation des horreurs capitalistiques du XXe XXIe siècle, avec une planète et ses habitants essorés jusqu’à la dernière goutte, jusqu’à l’extinction. J’espère que l’Enfer existe et que tous ces journalistes y auront une place de choix. Ils ne pourront pas prétendre qu’ “ils ne savaient pas” ou qu’ “ils obéissaient aux ordres”.

      +18

    Alerter
    • Marie Colin // 26.05.2019 à 16h46

      Bien vu !
      On pourrait y ajouter les Kosovars, les Ukrainiens non partisans des néo-nazis – si appréciés de nos “journalistes”, le Vénézuela et plus récemment le Brésil… Il y en a beaucoup d’autres, le “progrès” en matière de crimes contre les peuples étant exponentiel depuis des décennies.
      Comment leur manifester tout le mépris qu’ils méritent ???

        +3

      Alerter
  • Pepin Lecourt // 26.05.2019 à 11h26

    A noter la discrétion médiatique concernant les massacres de a coalition avec la mise en scène médiatique lors de la libération d’Alep par les forces syriennes loyalistes et les Russes ou pour nous avions aux JT de présumés directs avec de prétendus civils sous les bombes Russes !
    Combien de victimes civiles à Alep, combien à Raqqa ?

    A noter la terminologie employée par nos médias :
    – Alep est tombée
    – Raqqa a été libérée
    – à Raqqa les civils étaient utilisés comme boucliers humain, apparemment pas à Alep ou on avait l’impression qu’il n’y avait pas de terroriste mais de pauvres civils victimes du boucher de Damas et de ses Alliés.

    Et tout ce qui se passe en Syrie, en Ukraine, au Venezuela, est médiatiquement traité de la même manière dans tout l’occident :Nous les gentils, eux les affreux méchants !

    Cela dure depuis 1945, et ce n’est certainement pas parti pour changer !
    Chaque fois l’opinion finit par apprendre qu’elle a été bernée pour la guerre précédente, ce qui ne l’empêche pas de continuer à avaler les pilules sur les guerres en cours, pour encore une fois découvrir dans quelques années que tout n’était que bobars !

    C’est à désespérer !

      +27

    Alerter
    • septique // 26.05.2019 à 18h34

      C’est vrai l’envahissement du Tibet par la Chine, sa politique de remplacement des habitants par des Hans, le génocide culturel en route, c’est le vrai bonheur et la guerre menée par l’ex URSS en Afghanistan une oeuvre de bienfaisance. ?
      Ne mentionnons pas l’éradication de la Tchétchénie par Vladimir, 2 guerres, un peuple avec une langue, une culture spécifique…combien 200.000 morts…

      Le chiffre de 150 000 morts semble faire l’unanimité. Au total, le chiffre de 175 000 morts est avancé pour les deux guerres de Tchétchénie, soit 15 % de la Tchétchénie de 1994. 300 000 morts (chiffre le plus haut) représenterait 26 % de la population de la Tchétchénie de 1994

      Le Comité des mères de soldats de Russie, pas financé par la CIA, avança le chiffre de 12 000 morts du côté des forces armées russes, en se fondant sur les données recueillies dans les comités régionaux, en prenant en compte les soldats blessés au combat et morts des suites de leurs blessures. Ce chiffre circula beaucoup et fut finalement déclaré proche de la réalité..

      C’est à désespérer ! Continuez à planter vos petits drapeaux…

        +0

      Alerter
      • Fritz // 26.05.2019 à 21h39

        Ce que vous dites n’est pas faux, mais hors sujet. Vous n’essayez même pas de discuter la différence de vocabulaire pointée par @Pepin Lecourt.
        C’est à désespérer ! Enfin, en supposant que vous soyez honnête… J’ai comme un doute…

        Sur ce, je vous quitte, @septique : je prends ma valise pour faire le plein de roubles et de yuan chez mes officiers traitants.

          +4

        Alerter
      • RGT // 26.05.2019 à 22h03

        Cher septique (et non pas sceptique…)

        Je tiens quand-même à vous signaler que l’URSS n’a JAMAIS envahi l’Afghanistan.

        En fait, et c’est désormais très bien documenté, ce sont les USA qui ont foutu le bordel dans ce pays (entre autres où les femmes avaient le droit de vote, le droit de faire des études supérieures – comme en Iran d’ailleurs) en envoyant des hordes de salafistes pour attaquer ce pays qui avait eu le malheur d’avoir un gouvernement socialiste ET laïc.

        L’URSS ne voulait pas vraiment aller dans ce merdier mais les USA, voulant qu’ils aient AUSSI leur Vietnam, ont tout fait pour qu’ils s’engagent.
        Pendant ce temps, la propagande occidentale battait son plein pour convaincre la population occidentale que l’URSS avait attaqué l’Afghanistan. Seul problème : Ce pays était un allié de l’URSS et les soviets n’avaient aucune raison d’aller envahir un pays ami qui de plus servait tampon avec le Pakistan.

        Pour le Tibet, oui, le gouvernement chinois a envahi ce pays.
        Mais n’oublions pas que les “grandes démocraties occidentales” n’ont pas beaucoup réagi car elles se foutaient complètement du sort d’un pays paumé au fin fond des montagnes et n’ayant rien d’intéressant à proposer pour leurs oligarques.

        Par contre, concernant les Philippines, le moyen-orient, l’Amérique latine en général, les colonies etc. vous me semblez remarquablement silencieux.

        Avant de dénoncer la paille présente dans l’œil de votre voisin, je vous prierai de vous concentrer sur la poutre profondément fichée dans le vôtre qui se dresse comme un fier étendard.

          +7

        Alerter
        • septique // 26.05.2019 à 22h36

          Ah bon l’URSS n’a jamais envahi..comment l’URSS a fait pour sortir de ce pays…?

          Un peu ennuyé par le Tibet…?

          Un peu silencieux sur la Tchétchénie..300.000 morts grâce a Vladimir, une poutre ou une paille ?

          Plantez vos petits drapeaux…

            +1

          Alerter
          • RGT // 29.05.2019 à 19h09

            La Tchétchénie a été aussi un bordel organisé et planifié sur le même modèle que l’Afghanistan par les USA qui souhaitaient piquer la manne pétrolière de la Russie.
            Et ils n’y sont pas allés avec le dos de la cuiller d’ailleurs en envoyant les pires djihadistes issus d’Al Qaïda et des pétromonarchies, comme ils l’ont fait en Syrie.
            Manque de bol, ils se sont pris une branlée et ne recommenceront pas de sitôt car les tchétchènes eux-mêmes détestaient ces salafistes.

            Faisons donc plutôt le décompte des “victimes collatérales” de l’occident.
            Avouez quand-même que comparé au Vietnam, aux Philippines, à TOUTE l’Amérique au sud du Texas, à l’Irak etc, etc l’URSS était un “petit joueur”.
            Même le “pays des droit de l’homme” a une place plus “honorable” dans le grand concours des pays sanguinaires, et depuis le début de la “renaissance”.

            Je pense que même les Japonais et le nazis étaient des néophytes comparés à la “plus grande démocratie du monde”.

            N’oublions jamais que la guerre de sécession n’a JAMAIS été une guerre contre l’esclavage.
            Cette guerre était seulement destinée à annexer les états du sud qui ne voulaient pas se soumettre au diktat économique du nord basé sur l’exploitation d’autres esclaves travaillant dans l’industrie et qui étaient censés êtres “libres”.

            Si être libre c’est être corvéable à merci, jetable comme une peau de banane dont on a dévoré la pulpe et qui doivent se prostituer psychologiquement pour parvenir à survivre je ne vois pas trop où se situe la différence.

            De plus, l’esclavage était déjà en perte de vitesse dans le sud, mais on en parle jamais.

              +0

            Alerter
    • RGT // 26.05.2019 à 21h45

      “Cela dure depuis 1945″…

      NON : Cela dure depuis la nuit des temps.

      Si les “Dirigeants Éclairés” ne parvenaient pas à convaincre “leurs peuples” que les adversaires sont des pourris infâmes ils ne parviendraient jamais à déclencher la moindre guerre pour élargir leurs territoires.

      Regardez simplement le comportement des grecs contre les perses qu’ils décrivaient comme des barbares dévoreurs d’enfants… Pourtant, en Perse, l’esclavage était interdit, comme en Égypte (malgré ce que dit la Sainte Bible).
      Finalement ils sont arrivés à les asservir avec Alexandre et ont apporté avec eux les “Bienfaits de la Civilisation”.

      De chaque côté, les populations civiles ne sont que de la chair à canon qui ne vaut encore moins que les troufions de base pourtant peu estimés.

      Une fois qu’une “élite” est parvenue à s’approprier TOUTES les ressources de la nation dans laquelle elle vit, le seul moyen de pouvoir satisfaire sa cupidité sans limites consiste simplement à aller “péter la gueule” des “élites” voisines pour leur voler leur butin.

      Ensuite, les civils ne sont que des cloportes sans intérêt car ils ne figurent pas dans Forbes en n’ont rien d’intéressant à piller, étant déjà essorés par leurs “élites” locales.

        +3

      Alerter
  • Ando // 26.05.2019 à 12h55

    Snowden, refugié à Moscou, déclarait dans une interview retranscrite sur ce site, que pour lui la démocratie c’était “un effort”, comprendre “un effort permanent”. C’est la même chose pour la formation d’une opinion. Ne jamais faire confiance à ce que dit un commentateur professionnel, ou à ce que l’on peut lire sur n’importe quel média, qu’il soit étasunien, britannique, français, russe, etc… mais recouper les informations, laisser aller son intuition et son bon sens, vérifier, bref, faire “un effort”. Je consulte assez souvent les medias russes ou certains sites asiatiques non pas pour satisfaire mes penchants russophile (réels) ou sinophiles, mais plus simplement pour comprendre d’autres points de vue, qui dés lors permettent de mettre en relief les biais énormes véhiculés par “nos médias” qui s’accumulant finissent part créer un monde artificiel qui pourtant nous semble naturel. En règle générale, il y a assez peu de dignité dans “nos médias”.

      +10

    Alerter
  • Krystyna Hawrot // 26.05.2019 à 14h07

    Le but de l’article, du décompte et du rapport d’Amnesty est de subtilement habituer les lecteurs à l’idée “on a eu raison de conquérir Raqqa mais il fallait faire attention aux civils”. Il n’y a qu’à lire. Ce décompte est macabre et cynique parce qu’on sait qu’il y en a eu beaucoup beaucoup plus. Et que les populations locales ne vont certainement pas remplir un “site interactif” dirigé par une ONG occidental en pleurant leurs morts. Comment font les Russes pour parler de leurs millions morts pendant la seconde Guerre Mondiale? On compte et on pleure leur tout le monde, et ceux assassinés par les nazis comme les morts de faim et de maladie et ceux pris dans les tourmentes de la guerre. Et on dit: la guerre c’est épouvantable, plus jamais ca, gloire aux héros qui y ont mis FIN en se sacrifiant et surtout respect de la souveraineté nationale pour plus jamais ca. C’est bien plus constructif que ces gesticulations pour cacher les méfaits et manips des destructeurs de la Syrie.

      +7

    Alerter
  • Louis Robert // 26.05.2019 à 14h28

    Comme pour le Vietnam, comme pour l’Irak, comme pour… , etc.

    Trop tard, beaucoup trop tard.

    Inexpiable. Impardonnable.

      +11

    Alerter
  • septique // 26.05.2019 à 14h44

    https://news.yahoo.com/wave-violence-syria-war-200-141934721.html

    At least 18 hospitals have been targeted and put out of action by the intensive bombing campaign, according to the World Health Organisation, and dozens of civilians have been killed in the worst violence to hit the province since last summer.

    Amnesty International said it had documented a “deliberate and systematic assault” by Russian and Syrian government forces on hospitals and other medical facilities, which together constituted “crimes against humanity.”

    Les anges et les démons…

    “The latest bout of fighting in Idlib is the consequence of a deliberate policy of the Assad government and its Russian allies to test the resolve of Turkey. Pure and simple, Assad and the Russians want the matter of Idlib resolved, preferably by the Turks,” Nicholas Heras, senior analyst at the Center for a New American Security, told The Independent.

    “An indefinite Syrian rebel zone of control in Idlib is unacceptable to Damascus and Moscow.

      +0

    Alerter
    • Alfred // 26.05.2019 à 20h32

      Écrire à son député ou poster sur Les Crises pour ce qui vous concerne c’est très proche.

        +3

      Alerter
      • septique // 27.05.2019 à 03h11

        Je ne poste pas ici pour avoir de l’appréciation..des petits ++ mais pour porter la contradiction aux fanfans de la sainte Russie de Vlad, les aveugles pro-chinois et aussi me délecter de la lecture de ceux qui déblatèrent sur les USA, la FED ou le dollar us sans jamais y avoir mis les pieds..les désespérés du changement….il y a des spécialistes (?) ici.

          +0

        Alerter
        • Alfred // 27.05.2019 à 20h44

          J’étais émerveillé la première fois que j’ai mis les pieds chez l’oncle Sam effectivement mais j’avais 12 ans. Depuis j’ai grandi et l’émerveillement est tombé.. (Et j’ai assez voyagé pour apprendre à apprécier mon pays ). Ce n’est pas votre amour des Etats Unis qui vous deshonnore bien au contraire mais votre rancune manifeste envers votre propre pays. Coupez le cordon. Bye.

            +0

          Alerter
      • Fritz // 27.05.2019 à 07h47

        Ne nourrissez pas le troll, Alfred. Laissez-le barboter dans sa fosse.

          +2

        Alerter
  • lucmars // 26.05.2019 à 19h35

    Le boulot d’Amnesty est étonnant !

    Mais arretons l’hypocrisie : la bien “pensence” veut des guerres propres, cela existe-t-il ?

    Sinon à dire le moins de mort de notre cotés, mais de l’autre coté on s’en fout complétement en vérité ?

      +1

    Alerter
  • bhhell // 27.05.2019 à 07h38

    Cela ressemble à une séance de rattrapage pour “Amnésie internationale” dont le support indéfectible à l’empire le rend aveugle aux crimes abominables du Mexique et de la Colombie (pays non traversés par l’axe du mal), mais très sensible au “crimes” du Venezuela et du Nicaragua, par exemple. Des pouvoirs en place, s’entend, ceux qui ont rompu avec les principes humanistes du FMI et de la banque mondiale. Pas ceux de l’extrême droite, qui peut se draper dans sa vertu anti totalitaire pour agresser et déstabiliser.

      +1

    Alerter
  • daniel // 27.05.2019 à 08h02

    Beaucoup de destructions ont été demandées par les combattants Kurdes qui guidaient les avions. Leur objectif était l’éradication des coupeurs de tête. Un commentaire kurde: “une ville se reconstruit, une vie sacrifiée, non”. Les Kurdes ont perdu environ 2500 hommes et femmes au combat contre Daech dans cette ville, et environ 3 fois plus de blessés.
    Les Kurdes contestent l’indépendance de cette ONG, dont la légerété des enquêtes de terrain n’empêche pas des conclusions tonitruantes. Elle avait déjà tenté de leur imputer un crime de guerre: enrôler des combattants de moins de 18 ans. Après déplacement d’un responsable(!), cette ONG s’est dédit devant les Kurdes mais a maintenu ses accusations. Le plus ‘amusant’ est que les Kurdes enrôlaient effectivement des combattantes volontaires agées de 16 à 18 ans. Un long reportage de RT ( Russia Today, “financé tout ou partie par le gouvernement russe”) le montre sans fard. En fait, ces jeunes sont formées à combattre, mais ne sont pas postées sur la ligne de front. Et RT le montrait clairement pour qui sait voir. Pour l’ONG, les apparences sont bien suffisantes.
    La recherche de financement est sans pitié.

      +0

    Alerter
  • jules Vallés // 27.05.2019 à 10h44

    Dommages collatéraux… c’est le prix à payer (par les pauvres) pour défendre la “”démocratie”” (des riches)

      +1

    Alerter
  • Kokoba // 27.05.2019 à 11h10

    Ca alors…
    Amnesty International découvre que la guerre tue et détruit.

    La prise d’une ville un peu sérieusement défendue a toujours été un problème très difficile.
    Ca ne se fait pas sans beaucoup de destructions.
    Et vu comment l’EI utilise les civils comme bouclier, il est évident qu’il y aura aussi beaucoup de pertes civiles.

    D’ailleurs, on l’a vu, que ce soit Raqqa ou Alep, les Russes ou les USA, le résultat est à peu près le même.
    Une ville prise après plusieurs semaines de combat, des combats très durs, beaucoup de destructions.

    La seule différence, c’est le traitement des médias.
    Comme dit par d’autres plus haut :
    Raqqa = libéré
    Alep = prise

    Sans compter le dernier hopital détruit pour la 150ème fois, le boucher de Damas qui massacre son propre peuple, etc, etc…

      +2

    Alerter
    • Casimir Ioulianov // 27.05.2019 à 14h20

      Je ne suis pour ma part pas vraiment étonné par le fait que ces gens découvrent qu’un obus de 155mm ça fait des morts.
      On leur a montré pendant des années à la télé que les bombes ça ne tuait que les méchants alors eux , ils y croivent (du verbe croiver). En toute bonne foie hein ! Pour eux , 100G de poudre noire et autant vis dans un sac en papier utilisé par un méchant c’est hyper dangereux , mais 30Kg d’explosif militaire et 20Kg de shrapnels , balancé par UdV de 1000 pièces , tant que c’est utilisé par des gentils ; ça peut pas tuer.
      C’est leur logique … et nous ne sommes heureusement pas encore obligés d’y croiver .

        +1

      Alerter
  • , // 28.05.2019 à 23h30

    On ne va pas recommencé les batailles de chiffres sans fin, un peu de pudeur que diable, le nombre n’est pas l”élément prédominant, mais une négation du genre humain par les Étasuniens depuis la création de leur nation et même avant si on suit les errements de George Washington lui-même.
    Pour rester dans la période actuelle c’est un total de près de 20 millions de civils innocents massacrés depuis la fin de la seconde guerre mondiale par ce pays de part le monde au cours des 25 guerres qu’il mena.

    Pour en revenir à Noam Chomsky, on ne peut qu’être d’accord avec son jugement portant sur son propre pays:
    “Les Etats-Unis sont un pays terroriste de premier plan”
    Hors Allemagne nazie (ou non), ils sont les “champions” de la disparition humaine sans le moindre état d’âmes sur le résultat de leurs actions, seul le résultat compte…

      +0

    Alerter
  • Kallas // 29.05.2019 à 12h17

    Il n’y à pas de civile dans une zone d’engagement, que des ennemis.

    Il est “interdit” d’attaquer des civiles (bombarder une université par exemple), par contre du principe que on défini une zone d’engagement avec des civiles (comme une ville par exemple) les civile deviennent des dommages collatéraux. Puisque je vous le rappel, il n’y a pas de civile dans une zone d’engagement, que des ennemis….

    Trêves d’humour noire, c’est une bonne nouvelle que tous ça sorte avant de devoir attendre 50ans.
    La guerre c’est la guerre, rien de joyeux, de noble. Que destruction, désespoirs, chagrin, et mort. Je vous souhaites à tous de ne jamais la connaître, et par pitié, ne l’encourager pas ailleurs.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications