Source : Le Monde diplomatique, Jean-Arnault Dérens, 04-01-2011

ue-visas-5

Le rapport présenté le 16 décembre devant le Conseil de l’Europe par le député suisse Dick Marty sur le trafic d’organes dont auraient été victimes des prisonniers de l’Armée de libération du Kosovo (UCK) a fait l’effet d’une bombe (1). Pourtant, les allégations contenues dans ce rapport ne sont pas nouvelles : ce trafic est déjà évoqué dans les mémoires publiées en 2008 par l’ancienne Procureure générale du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY), Carla Del Ponte (2) et, au Kosovo, l’hypothèse d’un tel trafic est une « rumeur » qui circule depuis longtemps. De même, l’enquête publiée en 2009 par les journalistes Altin Raxhimi, Michael Montgomery et Vladimir Karaj avait confirmé l’existence d’un véritable « archipel » de centres secrets de détention de l’UCK en Albanie (3).

Le rapport de M. Marty apporte cependant nombre d’informations nouvelles, permettant de mieux comprendre les mécanismes de ce trafic. Plusieurs centaines de prisonniers capturés par l’UCK — principalement des Serbes du Kosovo, mais aussi probablement des Roms et des Albanais accusés de « collaboration » — auraient été déportés en Albanie, en 1998 et 1999. Emprisonnés dans plusieurs petits centres de détention — dont la fameuse « maison jaune » du village de Rripë, près de Burrel, visitée par les inspecteurs du TPIY —, certains d’entre eux auraient alimenté un trafic d’organes. Les prisonniers étaient conduits vers une petite clinique située à Fushë Kruja, à une quinzaine de kilomètres de l’aéroport international de Tirana lorsque des clients se manifestaient pour recevoir des organes. Ils étaient alors abattus d’une balle dans la tête avant que les organes, principalement des reins, soient prélevés. Ce trafic était conduit par le « groupe de la Drenica », un petit noyau de combattants de l’UCK regroupés autour de deux figures clés : M. Hashim Thaçi, actuel Premier ministre du Kosovo, et M. Shaip Muja, alors responsable de la brigade médicale de l’UCK et aujourd’hui conseiller pour la santé de ce même Hashim Thaçi.

Bonne nouvelle, il n’est plus Premier Ministre !

Mauvaise nouvelle, il est désormais Président du Kosovo !

ue-visas-4

Il est là, à droite…

ue-kosovo

ue-kosovo-2

Le rapport de M. Marty laisse beaucoup de questions sans réponses, notamment le nombre exact de prisonniers victimes de ce trafic. La justice serbe, pour sa part, parle de 500 personnes déportées en Albanie. On ignore également quels étaient les partenaires étrangers de ce trafic, et surtout quels en étaient les bénéficiaires. Le rapport relève cependant que 60 patients de l’hôpital universitaire de Jérusalem auraient bénéficié d’une transplantation rénale en 2001, un chiffre exceptionnellement élevé.

Il importe de placer le crime supposé à sa juste valeur. Si le trafic est avéré, il s’agit d’un crime contre l’humanité massif, qui se situe, dans l’ordre de l’horreur, au « même niveau » que le massacre génocidaire de Srebrenica. Autre point essentiel, ce trafic se serait poursuivi au moins jusqu’en 2001, c’est-à-dire deux ans après l’entrée des troupes de l’OTAN au Kosovo et l’instauration du protectorat des Nations Unies sur le territoire. Le rapport note d’ailleurs qu’à partir de juin 1999, la frontière entre l’Albanie et le Kosovo n’était soumise à aucun contrôle réel.

Le rapport a suscité un tollé de protestations et de démentis. Certains ont voulu disqualifier le rapport de M. Marty, en jetant le doute sur son auteur, présenté comme un « adversaire de l’indépendance du Kosovo », voire comme un « ennemi du peuple albanais ». Le Premier ministre d’Albanie, M. Sali Berisha, l’a ouvertement qualifié de « raciste ». À l’appui de ces assertions, est souvent citée une interview accordée par M. Marty en mars 2008 , dans laquelle celui-ci critique, du point de vue de la légalité internationale, la proclamation d’indépendance du Kosovo (4). Cette prise de position ne traduit nullement une « aversion » à l’égard du peuple albanais ni du Kosovo, et le rapport de M. Marty ne serait ni plus ni moins étayé si son auteur avait approuvé, de ce même point de vue juridique, la proclamation d’indépendance. Notons enfin que la presse d’Albanie reproche explicitement à M. Marty son « anti-américanisme », puisque celui-ci a déjà révélé en 2006 le scandale des prisons secrètes de la CIA en Europe. Certaines déclarations officielles de Tirana, ces derniers jours, associent « l’anti-américanisme » supposé du rapporteur et son préjugé « anti-albanais ». M. Marty appartient pourtant au Parti radical, une formation politique qui se classe sur la droite de l’échiquier politique suisse et qui n’a jamais été réputée pour son anti-impérialisme forcené.

Certains accusent également M. Marty de « préjugés politiques », car il a publié son rapport quelques jours après les élections parlementaires organisées au Kosovo le 12 décembre, qui ont été entachées de fraudes massives, principalement commises, semble-t-il, par le Parti démocratique du Kosovo (PDK) de M. Thaçi. Cet argument est facile à rejeter, car la concomitance des dates ne tient, à l’évidence, que de hasards du calendrier. Les élections du 12 décembre étaient un scrutin anticipé, dont la date n’a été fixée que début novembre. Que n’aurait-on dit si M. Marty avait publié ce rapport à la veille de ces élections !

Pour sa part, directement mis en cause, M. Thaçi a sorti l’artillerie lourde pour répondre à M. Marty. Dans une interview publiée le 30 décembre dans le Tages Anzeiger de Zürich, il reprend les accusations de racisme et va même jusqu’à comparer le rapport à la « propagande de Goebbels » (5). À l’inverse, l’affaire est également surexploitée dans le contexte politique suisse, quelques semaines après l’adoption par référendum d’une loi prévoyant l’expulsion des « étrangers délinquants ». La Présidente de la Confédération, Mme Micheline Calmy-Rey, a ainsi préféré « différer » la réception du « prix de la diaspora » qui devait lui être attribué fin décembre par l’ambassade du Kosovo à Berne. Les Albanais, en plus d’alimenter les chiffres de la délinquance en Suisse seraient des « trafiquants d’organes ». On comprend que certains veuillent opposer un déni d’ensemble à cette criminalisation collective.

De nombreux commentateurs estiment enfin qu’il serait « impossible » d’attribuer un tel crime à des Albanais, et tentent de « relativiser » la portée du rapport en rappelant l’ampleur des crimes commis par des Serbes, au Kosovo et ailleurs dans les Balkans. On ne peut que s’étonner du revirement de beaucoup, qui présentaient Mme Del Ponte comme une héroïne de la justice internationale quand elle traquait les criminels de guerre serbes, et sont sur le point de mettre en doute sa santé mentale depuis qu’elle a évoqué ce trafic. Mme Florence Hartman, ancienne porte-parole de Mme Del Ponte, a ainsi fustigé dans de nombreuses interviews « l’irresponsabilité » de l’ancienne Procureur, qui présenterait « comme des faits avérés de simples hypothèses », soulignant que les enquêtes menées par le TPIY n’avaient pas apporté de preuves concluantes. Or, ces enquêtes, notamment dans la fameuse « maison jaune » de Rripë, n’ont jamais pu être menées à bien, en partie à cause du refus de collaboration opposé par les autorités albanaises (6).

En attendant qu’une enquête sérieuse et systématique soit menée et puisse établir ou non la réalité du trafic d’organes, en attendant que des inculpations soient éventuellement prononcées par un tribunal compétent, on peut retenir comme acquis plusieurs faits. Tout d’abord, les corps de plusieurs centaines de Serbes et d’autres prisonniers de l’UCK n’ont jamais été retrouvés et il est très peu probable qu’ils le soient sur le petit territoire du Kosovo, où tous les sites éventuels de charniers et de fosses communes ont été identifiés et fouillés. Il est également certain qu’un nombre important de ces prisonniers ont été déportés en Albanie, où l’UCK disposait d’un réseau de centres de détention. On doit également admettre, plus de dix ans après les faits, qu’il est très probable que ces prisonniers sont aujourd’hui pour la plupart morts. Leurs corps n’ont pas non plus été découverts en Albanie (7).

Par ailleurs, l’existence d’un trafic d’organes au Kosovo, alimenté par des « volontaires » venant vendre leurs reins est également attestée. Des patients, principalement israéliens, se rendaient dans la clinique Medicus de Pristina pour recevoir des organes sains. Ce trafic implique un personnage très inquiétant, un chirurgien turc nommé Yusuf Erçin Sönmez, alias « Docteur Vautour », actuellement en fuite. L’affaire de la clinique Medicus, dont le procès vient de s’ouvrir à Pristina, n’est pas forcément liée à l’éventuel trafic d’organes pratiqué, dix ans plus tôt, sur des prisonniers de l’UCK, mais les coïncidences sont troublantes (8).

Les réactions dans les médias albanais, dans la classe politique et plus largement dans la société albanaise, notamment dans la diaspora (9), rappellent immanquablement l’attitude de déni longtemps opposée par de larges secteurs de l’opinion serbe face aux crimes commis par les forces serbes. Les deux arguments centraux sont les mêmes : « notre peuple ne peut pas avoir commis de telles atrocités », et « notre peuple a été victime de crimes encore pires que ceux qu’on lui impute ». La réalité des crimes commis par les forces serbes au Kosovo n’invalide pourtant pas l’hypothèse que certains Albanais aient pu commettre un autre crime, particulièrement abject.

Tout le problème est que « le peuple albanais » n’est aucunement coupable de cet éventuel trafic, tout comme « le peuple serbe » n’a pas à porter la responsabilité du massacre génocidaire de Srebrenica : ces crimes ont des coupables, dont il appartient à la justice d’établir la responsabilité personnelle. Ce travail de justice est la seule manière d’éviter à des peuples entiers, et aux générations futures, de porter le fardeau accablant d’une responsabilité collective. Au Kosovo, seul M. Albin Kurti, le dirigeant du mouvement Vetëvendosja (« Autodétermination ») semble avoir compris la véritable signification de ce qui est en train de se jouer. Il a officiellement demandé que la justice se saisisse du dossier de M. Thaçi, estimant que c’était la seule manière de laver l’ensemble des combattants et des sympathisants de l’UCK du soupçon d’une responsabilité collective (10).

En Albanie, une des rares voix critiques à s’être élevée est celle de l’essayiste Fatos Lubonja, ancien prisonnier politique du régime stalinien et grande figure de la gauche. Dans un article publié par le quotidien Panorama, M. Lubonja ose établir un parallèle entre ce crime, supposé, et celui, établi, de Srebrenica, en soulignant que les Albanais risquent désormais d’en subir le poids accablant sur leur conscience collective. Dénonçant le « front patriotique », qui se forme, de Tirana à Pristina, pour refuser une enquête, il écrit : « l’accusation est certes lourde, mais refuser l’enquête qui la confirmerait ou l’infirmerait est encore pire. Ce refus nous rend tous coupables et je crois que la plupart des Albanais ne veulent pas se sentir mêlés à ce genre de crimes » (11).

Les critiques de M. Marty pointent l’absence de preuves fournies par son rapport. La résolution adoptée à l’unanimité par la Commission de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe demande justement que des enquêtes soient diligentées pour établir ces preuves. Par la voix de sa représentante pour les Affaires étrangères, Mme Catherine Ashton, l’Union européenne a estimé que cette enquête devait être menée par la mission européenne Eulex, précisément chargée d’assister les institutions du Kosovo dans la construction de l’Etat de droit. Tout en répétant ses critiques, le gouvernement albanais a fait savoir qu’il ne s’opposerait pas à ce que cette enquête se poursuive sur son territoire. Pour sa part, Mme Del Ponte a soulevé le problème de la juridiction compétente pour se saisir d’une telle affaire : le TPIY ne pouvant plus ouvrir de nouveaux dossiers, il faudrait créer un tribunal ad hoc, ou bien transmettre le dossier à la Cour pénale internationale (CPI) (12).

Enfin, les responsabilités que pointent le rapport ne concerne pas seulement M. Thaçi et les anciens dirigeants de la guérilla albanaise. Dans son livre, Mme Del Ponte explique le mur auquel elle s’est heurtée lorsqu’elle a essayé, à partir de 2000, de mener des enquêtes sur les crimes supposés de l’UCK, citant nommément le chef de la mission de l’ONU, M. Bernard Kouchner, ainsi que le général français Valentin, alors commandant en chef de la KFOR. Pour tenter d’expliquer ce blocage, elle écrit : « Je suis certaine que les responsables de la MINUK et même de la KFOR craignaient pour leur vie et pour la vie des membres de leurs missions ». Plus loin, elle ajoute : « dans l’esprit de la MINUK et de la KFOR, [M. Hashim] Thaçi et [l’ancien chef militaire de l’UCK, M. Agim] Ceku ne représentaient pas uniquement un danger pour la sécurité de leur personnel et l’accomplissement de leurs missions : ils mettaient en péril tout l’édifice du processus de paix dans les Balkans » (13).

Dans une interview publiée le 21 décembre par le quotidien serbe Politika, le capitaine canadien Stu Kellock, ancien chef du département de police de la Minuk, déclare : « Je ne peux pas affirmer que Kouchner connaissait le trafic d’organe, mais il est impossible qu’il n’ait pas eu d’informations sur le crime organisé au Kosovo. » De fait, la lutte contre la criminalité organisée représentait l’une des priorités des missions internationales au Kosovo. Le capitaine Kellock explique également que « toute critique à l’encontre de Hashim Thaçi et de son entourage » était immédiatement rejetée dans les « cercles où [il] travaillait » (14).

Par « réalisme politique », plusieurs pays occidentaux ont fait le choix de jouer la « carte » politique que représentait M. Thaçi. On sait que ce dernier était conseillé, déjà durant la guerre, par des agents de certains services de renseignements, notamment de la DGSE française. L’implication directe de M. Thaçi dans de nombreuses activités illégales (racket, blanchiment d’argent, etc.) est également avérée. Par souci de ne pas « griller » un précieux allié politique, les « protecteurs » occidentaux de M. Thaçi ont fait le choix de passer l’éponge sur ces « péchés véniels ». Si une enquête confirme l’implication de M. Thaçi dans un abject trafic d’organes, la responsabilité de ses « protecteurs » occidentaux risque d’être accablante.

Interrogé par un journaliste serbe sur le trafic d’organes le 27 février dernier, alors qu’il se trouvait en voyage officiel au Kosovo, M. Kouchner, alors ministre des Affaires étrangères, avait éclaté de rire, avant de s’exclamer : « J’ai une tête à vendre des organes, moi ? », et de suggérer au journaliste « d’aller se faire soigner » (15). Le rire de M. Kouchner résonne aujourd’hui de manière sinistre.

Jean-Arnault Dérens

Rédacteur en chef du site Le Courrier des Balkans. Dernier ouvrage paru (avec Laurent Geslin) : Voyage au pays des Gorani (Balkans, début du XXIe siècle), Cartouche, Paris, 2010.

(1) Le rapport est disponible sur le site du Conseil de l’Europe.

(2) Traduction française : Carla Del Ponte, La chasse. Les criminels de guerre et moi, Paris, Héloïse d’Ormesson, 2009.

(3) Lire Altin Raxhimi, Michael Montgomery et Vladimir Karaj, « Albanie et Kosovo : les camps de la mort de l’UÇK », Le Courrier des Balkans, 10 avril 2009.

(4) «

(5) « Martys Vorgehen erinnert mich an Goebbels », Tages Anzeiger, 30 décembre 2010.

(6) Lire Ben Andoni, « Trafic d’organes en Albanie : dans la “clinique fantôme” de Carla Del Ponte », Le Courrier des Balkans, 19 mai 2008.

(7) Rappelons que les autorités albanaises avaient refusé d’accéder en 2003 aux demandes des enquêteurs du TPIY, qui souhaitaient procéder à des exhumations dans le cimetière de Rripë. Ce refus a été officiellement justifié par des « raisons culturelles ».

(8) Lire « Trafic d’organes : le vaste réseau de “Docteur Vautour”, chirurgien turc », Le Courrier des Balkans, 21 décembre 2010.

(9) Lire Blerim Shabani & Sevdail Tahiri, « Le rapport de Dick Marty secoue la diaspora albanophone en Suisse », albinfo.ch, 20 décembre 2010.

(10) Lire « Kosovo : Vetëvendosje demande que Thaçi soit déféré devant la justice », Le Courrier des Balkans, 18 décembre 2010.

(11) Fatos Lubonja, « Pse refusohet raporti i Dick Martit ? », Panorama, 22 décembre 2010.

(12) Lire « Trafic d’organes de l’UÇK : Carla Del Ponte pour la saisine de la CPI », Le Courrier des Balkans, 23 décembre 2010.

(13) Carla Del Ponte, La chasse, op.cit., pp.460-461.

(14) Lire Rade Maroević, « Kušner je morao da zna », Politika, 21 décembre 2010, et R.S.V., « Trafic d’organces : Kouchner savait », Le Courrier des Balkans, 29 décembre 2010.

(15) La vidéo de cet échange circule beaucoup sur Internet. On peut la consulter sur Dailymotion.

Source : Le Monde diplomatique, Jean-Arnault Dérens, 04-01-2011

==================================================

ue-visas-7

 

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

44 réponses à Trafic d’organes au Kosovo : un rapport accablant

Commentaires recommandés

Schuss Le 08 mai 2016 à 07h29

Bonjour, c’est toujours triste d’apprendre de telles horreurs. C’est encore plus triste de ne pas vouloir faire la lumiere sur cette affaire. Je me souviens de B K est de son rire jaune a l’evocation par le journaliste de la fameuse ” Maison jaune “. Son attitude agressive suggerait qu’il savait ! Certaines personnalités publique sont d’abjectes personnes …comme par ailleurs un certain J C alors ministre du budget en charge notament de la lutte contre la fraude fiscale !! J’espère qu’un jour prochain ils seront mis devant leur responsabilite et repondent publiquement de leur actes ou de leur engagement…ce jour sera benit !

  1. Schuss Le 08 mai 2016 à 07h29
    Afficher/Masquer

    Bonjour, c’est toujours triste d’apprendre de telles horreurs. C’est encore plus triste de ne pas vouloir faire la lumiere sur cette affaire. Je me souviens de B K est de son rire jaune a l’evocation par le journaliste de la fameuse ” Maison jaune “. Son attitude agressive suggerait qu’il savait ! Certaines personnalités publique sont d’abjectes personnes …comme par ailleurs un certain J C alors ministre du budget en charge notament de la lutte contre la fraude fiscale !! J’espère qu’un jour prochain ils seront mis devant leur responsabilite et repondent publiquement de leur actes ou de leur engagement…ce jour sera benit !


    • Jean Louis Le 08 mai 2016 à 07h53
      Afficher/Masquer

      B K comme Bernard Kouchner. N’ayons pas peur de nommé l’innommable.

      https://youtu.be/LskwSUOeMuI

      Quel rire forcé .


      • Nerouiev Le 08 mai 2016 à 09h12
        Afficher/Masquer

        L’enquête pourrait démarrer sur l’explication de ce comportement de Kouchner à la question posée. Quelqu’un de sérieux et droit dans ses bottes ne réagirait pas ainsi, surtout quand il dit qu’il n’a pas une tête à vendre des organes et à qui. Ignorer la fameuse maison jaune dont les soupçons étaient assez répandus en rajoute une couche.


      • Tunkasina Le 09 mai 2016 à 15h54
        Afficher/Masquer

        Quand on sait que le rire est l’outil social primaire qui dit “j’ai eu une pression, mais ne fait tout va bien” – voir simplement “tout va bien ici”, on se pose d’autant plus de question sur cette vidéo. Pourquoi se forcer ainsi à l’hilarité ?

        Soit il se force : Alors il simule le bien être : autrement dit, il y a quelque chose qu’il sait.
        Soit il ne se force pas (j’y crois pas, mais admettons) : Alors il était tendu par la question potentielle, et rassuré par le peu de danger direct de cette question.

        Cela ne préjuge pas d’une culpabilité ou d’une innocence, et des milliers de raisons peuvent faire ce rire forcé ou non (après, c’est l’interprétation de la personne qui visionne) – mais dans tout les cas, vu qu’il semble que ce soit avéré, c’est terrible de rire ainsi à la tronche d’un journaliste qui enquête dans ce contexte super glauque de la traite d’organes.

        Perso, j’ai fais mes 4 mois au Kosovo, ça ne fait pas de moi un expert, mais ça m’a permis de voir un pays gouverné à 1000% par la mafia. donc, le trafic d’organes, cela ne serais pas plus surprenant que ça.


    • Georges Clounaud Le 08 mai 2016 à 10h27
      Afficher/Masquer

      Bernard Kouchner, l’inventeur du droit d’ingérence, c’est à dire comme l’a justement dit, Jean-Pierre Chevènement, le néo-impérialisme, car ce ne sont pas les petits pays qui “s’ingèrent” dans les grands mais toujours les grandes puissances et ce toujours au nom des droits de l’homme à géométrie variable….
      A lire également, “le monde selon K” de Pierre Péan. Ce livre très critiqué par la presse mainstream à sa sortie nous dépeint avec précision le parcours et l’idéologie de ce néoconservateur zélé.
      Il y a du goudron et des plumes qui se perdent….


  2. J Le 08 mai 2016 à 07h32
    Afficher/Masquer

    Il y a un tabou massif, largement imposé par les services US, sur l’existence même des vols d’organes (il peut pourtant pas ne pas y en avoir). Ce qui a fait qu’en France l’enquête très sérieuse de Marie-Monique Robin a été dénigrée sur la base d’une seule expertise bidon.


    • Pierre Le 08 mai 2016 à 21h44
      Afficher/Masquer

      Cette enquête a-telle été publiée (par écrit ou sur le net ?)


      • J Le 08 mai 2016 à 22h58
        Afficher/Masquer

        Voleurs d’organes est sorti en son temps chez Bayard Editions. Il est proposé chez amazon et autres.


  3. luc Le 08 mai 2016 à 09h52
    Afficher/Masquer

    Le kosovo est aussi l’endroit principal où transite la drogue en provenance d’afghanistan, tout est géré par l’otan… https://nevendjenadija.wordpress.com/2014/04/17/opium-economy-from-afghanistan-to-kosovo/

    Sans oublier l’entrainement spécial au kosovo de rebelles syriens à la maîtrise des techniques de guerilla, dumoins selon moscou… http://www.lemonde.fr/europe/article/2012/05/18/le-kosovo-acteur-inattendu-dans-le-conflit-syrien_1704051_3214.html


  4. Homère d'Allore Le 08 mai 2016 à 10h14
    Afficher/Masquer

    Outre Kouchner, il est difficile d’imaginer que les militaires US du camp Bondsteel n’aient pas eu vent de ces ignobles trafics.

    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Camp_Bondsteel

    A part ça, sur le Kosovo, il faut lire le bouquin de Péan.

    Sur le déclenchement du conflit, le “Désinformation, flagrant délit” de Vladimir Volkoff reste une référence. Et, outre ses relents anti-soviétiques un peu hors-sujet, il décrypte assez bien les méthodes qui furent à l’oeuvre en 1999.

    Elles restent les mêmes de nos jours.


    • Georges Clounaud Le 08 mai 2016 à 10h42
      Afficher/Masquer

      Sur le sujet lire également “L’Europe est morte à Pristina” du Colonel Jacques Hogard.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Hogard_%28colonel%29

      Vous y apprendrez entre autre comment l’armée britannique, pourtant chargée elle aussi du maintien de la paix, protégeait l’UCK dans leurs “opérations” contre les serbes au Kosovo.
      A vomir.


    • Ailleret Le 08 mai 2016 à 11h00
      Afficher/Masquer

      Voici un lien avec le livre de Pierre Péan :

      https://www.amazon.fr/Kosovo-guerre-juste-pour-mafieux/dp/2213651353

      Ce livre est paru en 2013. Quand on l’a lu, on ne peut plus supporter les photos de dirigeants de l’UCK en compagnie des hiérarques de l’UE.


  5. Manu Le 08 mai 2016 à 16h16
    Afficher/Masquer

    Ca ne me choque pas, enfin, plus. J’y étais en 96-97-98, et déjà cette histoire de traffic d’organes était audible partout, serbes, bosniaques, croates, albanais, tous (civils) nous parlaient de personnes retrouvées (hommes la plupart, entre 15 et 30 ans), une balle dans la tête ou le cœur, avec des cicatrices chirurgicales fraîches. Entre autre choses.

    Faut savoir que l’UCK, c’est “juste” la mafia albanaise, rien de moins. Financée par nous, armée par nous aussi, pour “résister” aux serbes (accessoirement pour disloquer encore plus la Serbie).
    Même histoire qu’aujourd’hui, méchant pouvoir-gentils rebelles démocratiques…
    On peut aussi parler de l’UCK dans sa belle oeuvre humaniste de la traite humaine, étant donné qu’elle est la plaque tournante de l’esclavage en europe…

    Mais ce qui “m’amuse” le plus, c’est ce doigt pointé sur cette mafia, alors que les troupes et milices serbes/croates/bosniaques ont fait bien bien pire pendant et après la “guerre”.

    Enfin, de toute façon, toutes les horreurs de la yougo et du kosovo ont été bien étouffées, pour ne pas faire de vague à la future intégration européenne, et bien masquer le rôle majeur de ce chaos par la france, l’angleterre et l’allemagne. On pointe une entité sans tête (uck), on passe sous silence le fait que les mafias serbe et bosniaque font exactement la même chose, on mettra deux trois “généraux” en taule, et roule, on passe à autre chose…


  6. Lysbeth Lévy Le 08 mai 2016 à 16h20
    Afficher/Masquer

    Cela fait plus de 10 ans déjà et Carla Del Ponte ou Pierre Péan sont systèmatiquement “rabaissés” dans les médias, pour avoir “découvert la vérité et l’avoir écrite ! De même pour le Rwanda ou là encore les Usa, l’Europe ont menti et laisser massacrer des peuples entiers, au bénéfice de gros calculs financiers. Haçim Taçi est le “mignon” de Madeleine Albrigth mais c’est surtout l’Allemagne qui avait a gagner sur l’ex-Yougoslavie des morceaux de territoires comme en Pologne pour leur “Europe des Ethnies” version Européenne.

    Le rapport est connu mais pour autant qu’est il fait de plus pour contrer cette mafia [Modération : le lien ne fonctionne pas]? Normal la mafia a des relations normales avec le pouvoir dit “publique” quand un homme politique ou l’état a besoin d’un membre de la mafia pour faire taire un “neutre” ou trop indépendant, la mafia a toujours eu besoin de l’aide de la puissance du monde.


    • Annouchka Le 08 mai 2016 à 17h02
      Afficher/Masquer

      Qu’est-ce que vous appelez “Europe des ethnies version européenne”?


      • Denis Griesmar Le 09 mai 2016 à 01h48
        Afficher/Masquer

        Voir, sur la Föderalistische Union Europäischer Volksgruppen, qui siège à Kiel, les livres d’Yvonne Bollmann.
        Par ailleurs, j’ai dans ma bibliothèque le Diercke Weltatlas, repris par l’Atlas scolaire Hatier, lequel cependant ne reproduit pas la page “Völker von Europa”, montrant, à côté et en-dehors des “Franzosen” les “Bretonen”, les “Basken”, etc. Je vous laisse deviner le traitement réservé à l’Alsace-Lorraine … Lorsqu’on dit “Das Volk” en allemand, ce n’est pas la même chose que lorsqu’on dit “Le peuple” en français …


    • thmos Le 09 mai 2016 à 08h59
      Afficher/Masquer

      quel est le lien que vous nous proposez ? parfois ces liens ne s’inscrivent malheureusement pas ds les commentaires : ? en ce qui concerne les vieilles ambitions et rancoeurs allemandes sur l’exe Yougoslavie voir témoignage du Général Gallois ( ex Responsable défense et de la dissuasion et papa administratif du Mirage 4) https://www.youtube.com/watch?v=mv6PI3cyojM


    • thmos Le 09 mai 2016 à 09h12
      Afficher/Masquer

      aurons-nous un président très largement mouillé dans le sang du dernier véritable génocide en date ( au sens juridique du concept de génocide et non seulement “quantitatif” ) Juppé fera t il campagne sans que le mot Rwanda soit évoqué ? Gros challenge de comm’ auquel les médias de masse ont dû déjà réfléchir – Essayons d’en deviner la forme, sachant que plus c’est gros …


      • Perret Le 09 mai 2016 à 12h49
        Afficher/Masquer

        Précisez votre pensée. Car la France en tant que telle est une cible dans l’affaire rwandaise au travers de son armée qui a fait très proprement son travail là-bas. Voulez-vous dire que Juppé a contré Mitterrand et a ainsi favorisé le massacre des Tutsis du Rwanda par les Tutsis de l’Ouganda ?


  7. Lysbeth Lévy Le 08 mai 2016 à 16h45
    Afficher/Masquer

    Oops ! Même les russes ont dénoncés ces mafieux du Kosovo ou du Camps Bondsteel Us :

    http://www.courrierinternational.com/article/2008/02/28/moscou-denonce-un-nouvel-etat-mafieux ! Evidemment ce qu’en disent les “russes” hein, ça compte pas. Le Camps Bondsteel Us s’est installé et c’est là qu’est relayé la drogue venant de l’Asie Centrale surtout l’Afghanistan. Les Usa avaient besoin de cette base arrière pour atteindre aussi bien cette région centrale de tous les traffics en plus d’une base arrière d’al qaida en cas de besoin.

    En terme de non droit c’est l’idéal en plus lors de la crise des réfugiés : http://www.liberation.fr/planete/2015/08/27/la-mort-au-coeur-de-l-europe_1370762 et sans compter les diverses entorses de l’EULEX déjà mise en cause; http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article-comment-l-union-europeenne-cherche-a-rapprocher-la-mafia-kosovare-des-standards-europeens-de-l-etat-125049320.html


  8. samos Le 08 mai 2016 à 17h08
    Afficher/Masquer

    Manu.Pourriez vous nous préciser dans quelles contrés vous etiez dans les années 96,97,98 en ex Yougoslavie et a quel titre?. Cela nous aidera à mieux comprendre votre discours.


    • Manu Le 08 mai 2016 à 21h02
      Afficher/Masquer

      FAR et IFOR fin 96 en Bosnie et Serbie, et deux rotations SFOR en 97-98, en Bosnie.
      J’étais au 13°rdp.


      • agentorange Le 09 mai 2016 à 00h28
        Afficher/Masquer

        Manu, merci pour ton commentaire.

        Par contre, peux-tu nous préciser Far et Ifor en Serbie, où et quand exactement??? Sachant que la Serbie n’acceptait de troupes étrangères sur son sol.

        De plus, ce fameux trafic se met en place en 99 (je rentrerai dans les détails suivant ta réponse) alors que tu étais déjà rentré à Dieuze/Souge/chez momân.


        • Manu Le 09 mai 2016 à 01h26
          Afficher/Masquer

          La Serbie était sous “contrôle” américain. Et il y en avait un paquet, d’américains, en Serbie…

          L’histoire du traffic d’organes, comme j’ai dis, est “ce qui ce disait”. Perso, j’ai rien vu de tel, mais ça ne m’étonnait pas à l’époque, vu le “climat”.
          Tout comme les bordels alimentés de gamines bosniaques, j’en ai jamais vu, mais je doute que ce soit une légende.

          La far était une force non conventionelle sous drapeau de l’onu, qui, oui, je vous l’apprend, a aussi opérée en territoires serbes (sachant que toute l’ex yougo est considérée comme serbe, par les serbes), tout comme l’IFOR. Mais effectivement, elles étaient basées en bosnie, et pour parler de moi, Srebrenica, surtout pour repousser les possibles futurs massacres de musulmans, bosniaques ou pas.

          Ca vous va comme ça?

          Faut pas gober tout ce qu’on raconte aux infos, hein. Et non, je suis pas rentré à Dieuze, je suis parti me dorer la pilule à Beyrouth, sans passer par la case perm…


      • Bertrand Le 10 mai 2016 à 23h05
        Afficher/Masquer

        Respect.
        Pendant mon service au 1′ RCP j’ai commandé un détachement du régiment qui se faisait breveté à l ETAP. il y avait aussi un détachement du 13.les cadres étaient super sympa. Mais ne racontaient rien. Impossible de les faire parler même sous la torture.


  9. Homère d'Allore Le 08 mai 2016 à 18h00
    Afficher/Masquer

    Autre article sur le sujet paru dans The Newyorker:

    http://www.newyorker.com/magazine/2013/05/06/bring-up-the-bodies


  10. Louis Le 08 mai 2016 à 19h20
    Afficher/Masquer

    Mais qui dans le monde peut se faire transplanter un organe sans que les hôpitaux puissent en connaître la provenance ?


  11. Papagateau Le 08 mai 2016 à 20h03
    Afficher/Masquer

    ” Pour sa part, Mme Del Ponte a soulevé le problème de la juridiction compétente pour se saisir d’une telle affaire : le TPIY ne pouvant plus ouvrir de nouveaux dossiers, il faudrait créer un tribunal ad hoc, ou bien transmettre le dossier à la Cour pénale internationale (CPI) (12).”

    C’est quoi ce truc ? Ça veut dire un acquittement sur vice de forme, mais pour un crime contre l’humanité ?
    Ou plus exactement, une prescription parce que le juge n’a pas voulu poursuivre ?
    Je pensais que les crimes contre l’humanité était imprescriptibles, mais en fait non, ça dépend du suspect.

    “La loi est la même pour tous”, mais le verdict dépend de la ” bonne foi ” de mon ami, nous dit le juge du siége.
    Et encore si le juge d’instruction veut instruire.


  12. Homère d'Allore Le 08 mai 2016 à 20h39
    Afficher/Masquer
    • Manu Le 08 mai 2016 à 21h11
      Afficher/Masquer

      Un truc à se mettre dans la tête, c’est que dès qu’on parle de personnages politiques d’ex yougoslavie, il faut obligatoirement savoir qu’ils ont TOUS du sang sur les mains, et qu’il est pas arrivé là par l’opération du saint esprit. Ils ont tous massacrés, violés, torturés et pratiqué le plus abjecte de l’Homme.
      L’armée serbe ne vallait pas mieux que la waffen ss, j’oserais même dire qu’elle était pire, comme leurs “hommes” politiques, plus corrompus, racistes, xénophobes et sanguinaires les uns que les autres. Et la plupart sont au pouvoir aujourd’hui, civils comme militaires.
      Et de ce que j’ai vu, moi, c’est que la population serbes ne valait pas mieux que ses dirigeants, ils feraient passer les collabos vichystes pour des gentils lapins.

      La différence avec les albanais, c’est que ce sont des suprémacistes sans aucunes morales, les albanais étant “juste” des gros mafieux bien dégueulasses.


      • Homère d'Allore Le 08 mai 2016 à 21h51
        Afficher/Masquer

        Personne ne niera que les criminels de guerre serbes n’en étaient pas. Il est seulement regrettable que leurs équivalents croates, bosniaques et albano-kosovars aient, pour la plupart, échappé à un châtiment équivalent.

        Comme Gotovina.

        http://mobile.lemonde.fr/europe/article/2012/11/16/le-heros-croate-ante-gotovina-fixe-sur-son-sort-par-le-tpiy-vendredi_1791618_3214.html

        Milosevic est mort pendant son procès. Tudjman et Itzbegovic sont morts dans leurs lits. Et Thaci est désormais président.


        • Manu Le 09 mai 2016 à 19h46
          Afficher/Masquer

          Je suis parfaitement d’accord là dessus. Ce qui me dérange, c’est qu’on incrimine uniquement les donneurs d’ordres officiels, alors que la majorité des massacres ont été perpetrés par les milices.
          J’admet qu’ils serait difficile de mettre une grande partie de la population en prison, mais la moindre des choses d’interdire toute circulation des ressortissants ex-yougo en europe pendant un certain temps, et en aucun cas commencer des pourparlers d’intégration dans l’UE avec ces mêmes bouchers, quelques mois après cette horreurs.


        • Lysbeth Lévy Le 09 mai 2016 à 22h32
          Afficher/Masquer

          Tout a fait une parodie de justice mais qui finance et tiens les rênes du TYPP ? un com”
          “”Un vrai sandale , une honte pour la justice internationale. j’ai participé, au sein de la FORPRONU à une mission de “suivi” du nettoyage des Krajina en octobre 1995. J’y ai vu des exactions que je ne pourrai jamais oublier. La justice internationale est déshonorée, définitivement. Les croates nationalistes aussi, mais cela on le sait déjà. Une honte, un scandale !..
          http://www.icty.org/sid/10095 Tout est là. Cf. section 25, page 9, de http://www.icty.org/x/cases/gotovina/acjug/en/121116_judgement.pdf pour l’artifice technique totalement obscène qui permet d’arriver à ça.

          De fait, l’habitude américaine d’ utiliser des ultra nationalistes de la 5 ème colonne exfiltrés en 1949 par la CIA (OSS) super idée comme les Waffen SS ukrainiens apres le seconde guerre “albanais, croates, bosniaques : http://www.foia.cia.gov/sites/default/files/document_conversions/1705143/OBOPUS%20BG%20FIEND%20%20%20VOL.%201%20%28COUNTRY%20PLAN%20ALBANIA%29_0029.pdf

          Le projet de la Grande Albanie contre des serbes proches des russes est en bonne voie avec a la clé de nouveaux conflits, massacres, en prime le waabbhisme saoudien dans un pays anciennement LAIQUE :

          http://www.crisisgroup.org/~/media/Files/europe/153%20Pan-Albanianism%20How%20Big%20-%20amended.pdf

          Savez vous ou l’Allemagne, l’UE INSTALLERA les “migrants” amenés au coeur de l’Europe ??


      • Olivier Le 09 mai 2016 à 03h57
        Afficher/Masquer

        Franchement, vous ne faites que régurgiter la propagande anti-serbe menée par Bernard Kouchner et les grands médias de l’époque! Vous n’avez aucune crédibilité.
        Vous comparez tout le peuple serbe à des nazis. C’est une insulte à ce peuple qui les a combattu aussi farouchement que les russes. En passant, le Kosovo était majoritairement serbe il y a 100 ans et il n’en reste pas beaucoup maintenant. A se demander qui fait du nettoyage ethnique…


        • Manu Le 09 mai 2016 à 19h56
          Afficher/Masquer

          Ok, d’accord. Donc on va bifurquer un petit peu. Ce qu’a fait l’état hébreu avec ses voisins, depuis sa création, puis la spoliation, l’invasion, la destruction et les massacres en cisjordanie, c’est quoi? On parle quand-même des “martyrs”, le peuple élu victime d’un quasi génocide là. Vous les qualifez de quoi, les israeliens fanatiques? De gentils péons qui “ne font que se défendre contre l’agression arabe”?
          Je me ***** que les anciens serbes aient combatus le reich, on parle des deux générations suivantes.

          Faut arrêter de se ***** du monde! Kouchner, je lui ******, l’otan pareil, les serbes de 30-70ans aussi, et votre parole droit de l’hommiste aveugle, ignarde et sourde, pas mieux! Parlez de ce que vous connaissez, et ce sujet, très clairement, vous n’en connaissez pas le début d’un bout.

          Merci de modérer ce message pour le rendre moins violent, moi j’ai pas la force n’y l’envie…

          [Modération : c’est très limite !]


        • agentorange Le 09 mai 2016 à 20h07
          Afficher/Masquer

          Laissez tomber Olivier, ce Manu n’est pas sérieux. Il confond Serbie et Yougoslavie, armée serbe et milices paramilitaires serbes en Bosnie/Croatie etc.


      • Lysbeth Lévy Le 09 mai 2016 à 23h00
        Afficher/Masquer

        A Manu : Voici un document d’une très grande importance. Quiconque s’intéresse aux conflits modernes et au fonctionnement actuel des médias devrait le lire. Publié en 1993 aux débuts des conflits yougoslaves, dans un contexte de transition et de désillusion post-communiste, j’ai été impressionné de voir à quel point il avait peu vieilli : il aurait pu s’intituler aujourd’hui « Les vérités syriennes, ukrainiennes, libyennes… », ce serait à quelques détails près le même constat.

        Parler de cette guerre civile de façon manichéenne, voilà qui paraît évident. « Les Serbes » sont des monstres, cela ne fait aucun doute : purification ethnique, viols massifs, génocide, camps de la mort… Mais si la vérité était tout autre? Qu’une grande partie de ces accusations relève de montages, d’exagérations grossières, de rumeurs non vérifiées?

        D’une campagne massive de désinformation? Je constate personnellement que bien après la fin du conflit et les accords de Dayton une historiographie officielle s’est bâtie sur des mensonges, que l’on continue à répéter inlassablement.

        Tout un peuple a été déshumanisé de façon ignoble. Même pendant la Seconde guerre mondiale on pouvait faire la distinction entre le régime nazi et le peuple allemand :
        https://docs.google.com/file/d/0B7yP55-q4swpX3ItR3hnWFBka2s/edit
        Jacques Merlinot :!


  13. PatrickLuder Le 08 mai 2016 à 22h08
    Afficher/Masquer

    Théoriquement un don d’organe est gratuit et ne fait pas l’objet d’un “achat”.
    Si trafic il y a chirurgiens, hôpitaux et assurances sont également responsable,
    en plus des bénéficiaires, pour autant qu’ils aient procédé à un achat.
    Sinon toute cette histoire ne pourrait être qu’un montage politique …

    Une enquête sérieuse devrait rapidement trouver des preuves,
    dans un tel trafique, il y a beaucoup de personnes impliquées et des traces.


  14. J Le 08 mai 2016 à 22h28
    Afficher/Masquer

    D’une manière générale, on parle fort peu de cette problématique, très générale, des vols d’organes. C’est très difficile à prouver sur un cas vraiment concret (surtout si on a liquidé d’office le donneur), mais il ne peut pas ne pas y en avoir, beaucoup, partout. Des gens, dans le monde, sont prêts à verser jusqu’à des millions d’euros pour un coeur, des yeux, un rein. D’autres, ailleurs dans le monde, sont prêts à tuer pour quelques euros. Il serait contraire à tout ce qu’on sait de la nature humaine que ça ne suscite aucune vocation.


  15. Olysh Le 11 mai 2016 à 13h48
    Afficher/Masquer

    Le TPI s’est prononcé, il n’y a jamais eu de génocide durant la guerre de Yougoslavie.

    Lire “L’opinion ça se travaille” de Dominique Vidal et Serge Halimi.


Charte de modérations des commentaires