Les Crises Les Crises
18.novembre.201718.11.2017 // Les Crises

[Vidéo] Laurent Alexandre : Intelligence artificielle, par Thinkerview

Merci 0
J'envoie

Source : Thinkerview, Youtube, 08-11-2017

Interview en direct de Laurent Alexandre le 08/11/2017 à 10h30. Elle est très dérangeante à certains moment, et fort intéressantes à d’autres…

Laurent Alexandre est chirurgien-urologue français, auteur et chef d’entreprise. Compagnon de route d’Alain Madelin, il est aussi le fondateur du site web Doctissimo.

Source : Thinkerview, Youtube, 08-11-2017

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Caton l’Ancien // 18.11.2017 à 10h50

“Il confond position dans l’échelle sociale et intelligence”.

Il ne confond pas : c’est pire, il dit que les gens brillants se hissent naturellement vers les hauts postes. C’est une idée répandue qui s’appuie sur la confusion entre “intelligence” et “aptitude à prendre le pouvoir” qui, si elle est une forme d’intelligence, en est une bien précise et qui n’épuise certainement pas l’honneur et la beauté de l’activité intellectuelle.

Surtout de nos jours où, pour avoir un bon poste, il faut surtout savoir faire de la lèche à qui il faut, quand il le faut, il faut savoir s’attribuer le mérite de ses subordonnés et collègues, il faut savoir comploter contre ses concurrents… bref, il faut être un prédateur efficace. C’est une forme d’intelligence, pourrait-on dire ; une forme d’intelligence spécialisée dans le maintien des structures actuelles du pouvoir. Ce n’est probablement pas la forme d’intelligence qui développe le plus l’aptitude à créer, développer, évaluer des idées nouvelles.

147 réactions et commentaires

  • Crapaud Rouge // 18.11.2017 à 07h21

    Avant même d’avoir écouté, je balance ce lien découvert hier : https://m.usbeketrica.com/article/video-robots-tueurs-interdiction Ce n’est (encore) que de la fiction, mais c’est vraiment trop réaliste pour ne pas fiche la trouille. Imaginez de petits robots tueurs, (des terroristes donc), qui seraient capables de se planquer dans les recoins de la ville, sur les toits ou dans les arbres, capables de changer de cachette, capables de recharger leur batterie au soleil, capables d’avoir un rendez-vous discret pour recharger leur arme, et qui seraient surtout capables d’attendre pour tuer de façon totalement imprévisible. Imaginez enfin qu’il y en ait un petit milliers disséminés dans Paris. Question : comment faites-vous pour vous en débarrasser ? Un vrai cauchemar.

     11

    Alerter
    • Fabrice // 18.11.2017 à 08h17

      Personnellement ce ne sont pas les terroristes qui m’inquiète le plus crapaud rouge c’est plutôt ce qu’en feront des gouvernements de moins en moins légitimes pour s’assurer de la docilité des citoyens ou pire de décider qui est un bon citoyen et un ennemi d’état.

       36

      Alerter
      • nie // 18.11.2017 à 11h32

        Sans vouloir paraitre vous brutaliser, votre dichotomie gouvernement-citoyen m’indique que la docilité est deja bien acquise.

         3

        Alerter
    • Raphaël // 18.11.2017 à 09h25

      Et une armée de fous de dieux prêts à passer à l’acte à la moindre occasion, capables de recharger leurs batteries au supermarché du coin et de s’armer dans les caves, ça vous fait pas flipper ? Comment s’en débarrasser ? Un vrai cauchemar.

       10

      Alerter
      • vinel // 25.11.2017 à 00h16

        Et si les fous de Dieu n’étaient que le bras armé…des néocolonialistes!
        Ils tuent beaucoup mais qui?militaires,citoyens moyens…combien d’élites financières,politiques…?
        Et si la démarche générale hors champ de vision des terroriste était de créer une situation d’angoisse,de troubles proches du chaos?La théorie du choc!
        C’est ainsi que nos élites peuvent sans cesse limiter les libertés de la population pour imposer des restrictions permanentes aux salaries et limiter si ce n’est réduire les salaires.
        A qui profitent en finalité le terrorisme et pourquoi n’est il pas réduit?
        A l’origine de ces actes terribles,des situations politiques internationnales connues .
        Elles ne sont jamais rendues publiques étant données les enjeux financiers.
        Les élites qui dans leurs actes expriment en sous titre l’absence totale d’éthique et de scrupules,pour qui la lutte pour le pouvoir et l’argent sont soumis aux actionnaires ,commanditaires divers ,sont les animateurs de ce chaos permanent mais très profitable.

         0

        Alerter
    • Crapaud Rouge // 18.11.2017 à 16h13

      OK, je vois que “mon” article n’a pas fait peur à grand monde, il s’est plutôt attiré des commentaires amusés. Pourtant, toute nouvelle technologie est vouée à être exploitée par les méchants, et l’on aurait tort de sous-estimer l’imagination humaine quand il s’agit de faire mal. La vidéo ne présentait que quelques exemples, qui ne seront sans doute jamais réalisés, mais l’on devine que l’IA permettra de multiplier à l’infini les modes opératoires. Dans l’immédiat il n’y a pas de quoi s’inquiéter, mais ça deviendra sûrement un problème. Face à un meurtre perpétré par un robot totalement autonome, la police aurait beaucoup de difficultés à établir la culpabilité de l’auteur.

       5

      Alerter
      • Raphaël // 18.11.2017 à 17h51

        La crise énergétique qui nous attend donnera un grand avantage évolutif aux gentils qui se nourrissent de patates et de barbaque. Rendement proche de 100 %, peu d’entretien jusqu’à 30 ans, facile à programmer, upgradable. La machine à tuer du futur.

         5

        Alerter
        • citoyen lambada // 21.11.2017 à 00h35

          Ne vous inquiétez pas, on utilisera les pauvres comme source d’énergie ! comme dans Matrix !

           0

          Alerter
  • Catalina // 18.11.2017 à 07h34

    « Prendre le QI comme signe d’intelligence, c’est à peu près comme demander à un chien de chasse de sauter dans un cerceau, sans tenir compte de son intelligence de chasseur. »

    https://comptoir.org/2017/09/22/laurent-alexandre-prophete-du-qi-artificiel/comment-page-1/

    C’est marrant que basant sa diatribe sur le niveau de QI il refuse de dévoiler le sien !! ;O)

     30

    Alerter
    • L’Éco-fascisme est un Humanisme ! // 18.11.2017 à 08h56

      Laurent Alexandre [modéré] place la Science (enfin le peu qu’il en sait..) à des années lumières de la Culture, quand il ne dénie pas tout simplement à celle-ci la moindre réalité objective. L’AI, qui je le rappelle n’est ni plus ni moins qu’un oxymore, constitue l’une des marques les plus actuelles et donc les plus visibles de la contre-civilisation en voie d’accomplissement qui nie à l’homme sa condition même d’être-au-monde. [modéré]

      L’usage abusif du terme d’Intelligence Artificielle prouve une fois de plus l’imposture de toute la pensée magique à l’oeuvre chez tous les explorateurs (scrutateurs serait le terme le plus approprié étant donné la raréfaction des territoires encore à saccager (oups, je voulais écrire explorer…) sur la Terre) de nouveaux marchés…

      À l’ère de la réification de l’homme, il est savoureux (ou pathétique plutôt) de voir qu’un pays hautement démocratique comme l’est l’Arabie saoudite, vient d’accorder sa nationalité à un robot d’aspect vaguement féminisé qu’on affuble du nom de Sophia. L’inversion des mots et des choses (pour paraphraser l’autre), est là aussi à l’œuvre qui accorde au néant la valeur de la sagesse.

      En réalité, en empruntant une image chère au regretté Philip K. Dick, on pourrait conclure en disant que Laurent Alexandre est un robot qui rêve d’en être un. Ce qui en soi le rendrait presque humain, mais n’allez pas le lui dire, il en verdirait de rage…

       23

      Alerter
    • badino // 20.11.2017 à 11h49

      Il me semble avoir entendu qu’il avait un QI de 160.

       0

      Alerter
      • L’Éco-fascisme est un Humanisme ! // 20.11.2017 à 14h25

        Disons que je connais un peu le dossier. Ce gars ne doit pas dépasser les 120 et encore, en comptant large… (cf. Mes précédents commentaires traitant de cette épineuse question du QI…)

        160 sur l’échelle de Wechsler, l’une des plus fiables, équivaut, sur le le plan statistique à 0,0317/1000… Et vous croyez vraiment que ce gugusse fasse partie de ces malheureux ? Eux sont quasiment invisibles et nombre d’entre-eux figurent parmi les locataires des prisons où des HP, quand ils ne se sont pas déjà suicidés.

        À l’heure actuelle les personnes dépassant les 160 constituent une extrême minorité parmi la très petite minorite de THQI !

        http://www.douance.org/qi/thqi.html

        Spéciales dédicaces à ceux-là :

        https://m.youtube.com/watch?v=XIu4gmU-2Kw

        https://m.youtube.com/watch?v=j0UAXn2lq3A

        Pour l’Alexandre et ses sbires,deux autres dédicaces (excellentes, au demeurant), car eux sont le cancer de l’Humanité !

        https://m.youtube.com/watch?v=eaScyfSHc-Y

        https://m.youtube.com/watch?v=VXa9tXcMhXQ

         0

        Alerter
  • Crapaud Rouge // 18.11.2017 à 07h40

    Le peu que j’ai écouté ne m’a pas du tout intéressé. Déjà il se plante quand il dit qu’il n’y aura pas de place pour ceux qui n’ont pas une intelligence conceptuelle forte, car c’est déjà le cas, on n’a pas besoin de l’IA pour que ça devienne vrai. Ensuite, les médecins ou les avocats du futur, même assistés par une IA comme Docteur Watson, auront besoin d’en savoir autant qu’aujourd’hui, car une IA sophistiquée ne peut pas dialoguer avec des ignares. C’est seulement la pratique de leur métier qui va s’en trouver bouleversée. Ces professionnels ne seront plus que des intermédiaires entre l’IA qui produit les réponses pertinentes et les clients qui les sollicitent. Leur boulot deviendra très ennuyeux car leur jugement ne sera plus sollicité.

     6

    Alerter
    • Vladimir K // 19.11.2017 à 03h32

      Quid de l’agriculture.

      L’agriculture demande de l’expérience, de l’adaptation, des capacités que n’aura pas l’AI.

       2

      Alerter
      • Didier88600 // 19.11.2017 à 14h29

        Non l’agriculture c’est controler des parametres qui permettent de faire grossir une plante, avec des capteurs on est loin de dépasser les capacités de l’intelligence qu’elle soit artificielle ou humaine.

         1

        Alerter
  • Fabrice // 18.11.2017 à 07h57

    Très bonne vidéo de Thinkerview mais inquiétante ou l’on voit qu’il est de plus en plus question d’une ségrégation par la connaissance (Alexandre Laurent confond intelligence et connaissance) qui favoriserait ceux qui auront les moyens de payer cet accès peu importe les drames provoqués chez les autres et les risques entraînés par l’omniprésence des IA.

    Des apprentis sorciers qui ont une forte “chance” de scier la branche sur laquelle ils sont. Quand ils voient sans broncher la disparition de la majorité des emplois sous qualifiés à moyennement qualifiés voir un peu plus alors que cela représente la majorité de ses moyens de subsistances alors qu’une minorité raflerait toute la richesse mondiale c’est dramatique une telle mentalité sans compter le risque que l’outil de ce drame pourrait leur échapper.

     20

    Alerter
    • Raphaël // 18.11.2017 à 09h00

      Plus grave, Alexandre Clément confond position dans l’échelle sociale et intelligence. Son IA sert juste à justifier sa domination. Gerbant.

       18

      Alerter
      • Crapaud Rouge // 18.11.2017 à 09h14

        “confond position dans l’échelle sociale et intelligence” : là, je crois bien qu’il a raison. Plus grandes sont vos facultés de traiter l’information, plus grandes sont vos chances de grimper dans la hiérarchie.

         5

        Alerter
        • Tassin // 18.11.2017 à 09h28

          L’expérience du monde du travail prouve le contraire : ceux qui montent ne sont pas les plus compétents professionnellement mais les plus aptes à s’entendre avec la hiérarchie.

           47

          Alerter
          • Xavier24 // 19.11.2017 à 12h11

            1/ oui, il suffit d’être d’accord avec son chef et de faire le toutou.
            2/ le système éducatif favorise le par cœur ou est l’intelligence ?
            3/ Un polytechnicien m’as dit ” il y a autan de cons à polytechnique qu’a l’école primaire.
            4/ son site doctissimo est une horreur de soumission à solde des gros labos.

             7

            Alerter
          • citoyen lambada // 21.11.2017 à 01h19

            Oui c’est tout à fait vrai.
            Si vous faites du bon travail vous resterez à jamais en bas de l’échelle. Par contre si vous n’êtes pas apte à faire ce job correctement, l’entreprise tentera de vous placer à un poste qui “convient mieux à vos compétences”. C’est tristement vrai.

            https://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_de_Dilbert
            https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Principe_de_Peter

             0

            Alerter
        • Raphaël // 18.11.2017 à 09h31

          Oui, il est vrai que la cooptation et les groupes d’influence n’existent pas. D’ailleurs c’est ce qui fait que nous pouvons bénéficier de l’immense QI de Laurent Alexandre pendant que les chercheurs à QI modérés bossent dans l’ombre pour un salaire de misère. Et on voit également les gros QI à la tête de l’Etat faire un excellent travail, des vrais génies.

           17

          Alerter
          • Fritz // 18.11.2017 à 09h36

            Les gros QI trônent à la tête de l’État ? Pourquoi I ?

            I pour incapables ? Incompétents ? Ignares ?

             7

            Alerter
            • WILLIAM // 18.11.2017 à 16h22

              Le commentaire précédent était ironique…

               2

              Alerter
      • Caton l’Ancien // 18.11.2017 à 10h50

        “Il confond position dans l’échelle sociale et intelligence”.

        Il ne confond pas : c’est pire, il dit que les gens brillants se hissent naturellement vers les hauts postes. C’est une idée répandue qui s’appuie sur la confusion entre “intelligence” et “aptitude à prendre le pouvoir” qui, si elle est une forme d’intelligence, en est une bien précise et qui n’épuise certainement pas l’honneur et la beauté de l’activité intellectuelle.

        Surtout de nos jours où, pour avoir un bon poste, il faut surtout savoir faire de la lèche à qui il faut, quand il le faut, il faut savoir s’attribuer le mérite de ses subordonnés et collègues, il faut savoir comploter contre ses concurrents… bref, il faut être un prédateur efficace. C’est une forme d’intelligence, pourrait-on dire ; une forme d’intelligence spécialisée dans le maintien des structures actuelles du pouvoir. Ce n’est probablement pas la forme d’intelligence qui développe le plus l’aptitude à créer, développer, évaluer des idées nouvelles.

         57

        Alerter
  • Emmanuel // 18.11.2017 à 08h12

    Autant je souscris à l’idée que l’IA (mais plus globalement l’automatisation, la robotique et la révolution numérique) vont bouleverser très profondément les conditions de travail et vont dans certains domaines, le raréfier (cela a déjà largement commencé et va s’accélérer), ce qui pose un problème majeur d’organisation de la société (donc politique, social, etc…), autant son idéologie “ségrégative” basée sur le QI (une notion plus que très contestable) est complètement dingue et dangereuse (le retour de l’eugénisme). Je ne savais pas que des gens aujourd’hui pouvaient encore penser comme ça…ça fait vraiment très froid dans le dos (notez qu’au passage, il refuse lui même de donner son propre QI….).

     15

    Alerter
  • wuwei // 18.11.2017 à 08h32

    Pour ma part ayant appris à connaître le zig et la teneur de son message, je préfère “Le manifeste des chimpanzés du futur”

    https://www.youtube.com/watch?v=YVLeBTkeo0g

    Jeudi soir j’ai pu écouter PMO lors d’un cycle de conférence-débat qu’ils ont tenues dans notre région. Quant à Alexandre en dehors du fait qu’à l’instar d’autres pro-transhumanistes comme Luc Ferry et Attali qui encombrent les médias, sa proximité avec Madelin en dit au moins aussi long sur lui que sur sa volonté de réduire l’homme à une extension de la machine.

     22

    Alerter
  • Nicolas Anton // 18.11.2017 à 08h35

    En l’écoutant je comprends mieux pourquoi le QI moyen des français est passé de 101 à 97. Cet homme adore la loi de la jungle et il va y retourner.

     15

    Alerter
  • Raphaël // 18.11.2017 à 08h56

    Et l’IA, elle vivra avec quelle énergie ? 4 milliards d’année d’évolution de la vie pour optimiser les échanges énergétiques dans un monde fini et les prophètes du libéralismes viennent nous expliquer qu’on va faire mieux. Je me marre.

    Cet homme vit de la promotion de ses fables ésotériques, et plus grave, il semble se prendre au sérieux. Derrière une façade pseudo-scientifique, ce faux nez du libéralisme n’est ni un philosophe intéressant, ni un visionnaire, mais juste un gourou dangereux. On sent de plus qu’il n’a pas été confronté à une véritable intelligence depuis longtemps. Facile de briller parmi les idiots de salon dont on s’entoure. Mettez le au milieux de scientifiques pour rigoler !

     24

    Alerter
  • Mr K. // 18.11.2017 à 08h57

    L’intelligence artificielle de mon PC sous Windows XP de 2006 a très bien fonctionné : cette vidéo de M. Alexandre est la seule du site Thinkerview qu’il ne parvient pas à lire.

    Mon système doit avoir un détecteur de foutaises intégré, sans doute une des avancées majeures de l’IA de l’époque.

    Voir l’esprit de l’homme comme un processeur d’ordinateur est aussi stupide qu’à une époque lui avoir appliqué la métaphore horlogère.

    Dans les deux cas il s’agit de l’extrême suffisance consistant à projeter ce que l’on a créé (horloge, ordinateur) sur un réel infiniment complexe et de se voir “tutoyant les dieux” dans ce qui n’est qu’une circularité narcissique malsaine.

    Les cours d’Alain Suppiot, “Du gouvernement par les lois à la gouvernance par les nombres”. (1/12) Du gouvernement des hommes : de l’imaginaire horloger à l’ordinateur. Cours faisant la démonstration par ailleurs de l’extrême parenté entre les méthodes néo-libérales et le Gosplan soviétique…

    https://www.franceculture.fr/emissions/les-cours-du-college-de-france/du-gouvernement-par-les-lois-la-gouvernance-par-les-0

     24

    Alerter
    • Crapaud Rouge // 18.11.2017 à 09h30

      “esprit de l’homme comme un processeur d’ordinateur” : oui bien sûr, c’est “stupide”. Malheureusement, comme je le disais en réponse à Raphaël, le système promeut ceux qui savent le mieux traiter l’information, comme un ordinateur justement. On le vérifie avec Macron et ceux qui l’ont élu : de la “construction européenne” ils ne retiennent que la “machinerie” bureaucratique censée faire fonctionner l’UE. En pratique c’est un bazar de tous les diables, une montagne d’institutions sans âme, mais qui constitue un terreau parfait pour les gens “intelligents comme des ordinateurs”, c’est-à-dire doués pour “traiter l’information” au sens de “réagir comme il convient au système”.

       8

      Alerter
      • Raphaël // 18.11.2017 à 09h39

        Je comprends votre réponse, mais pour moi ce type d’intelligence est similaire à celle des animaux de cirque, c’est de l’apprentissage pavlovien pour survivre dans un milieu très restreint. C’est pas Macron qui enverra un homme sur Mars, il ne crée rien.

         11

        Alerter
  • Tassin // 18.11.2017 à 09h16

    Il est vraiment flippant ce type.
    Fasciste et néolibéral assumé (voir ses papiers dans l’Express par exemple https://www.lexpress.fr/actualite/politique/la-democratie-une-technologie-depassee_1934351.html)
    Transhumaniste militant, pas le moindre des débuts d’une esquisse de critique de la toute puissance technique et de ses conséquences écologiques…

    Bref, une belle cartographie de l’utopie des “élites” actuelles.

     26

    Alerter
    • joelim // 18.11.2017 à 09h59

      Dans l’Express il écrit :
      « L’Europe doit admettre que les géants du numérique ont pris le pouvoir parce que leur stratégie est excellente et non parce qu’ils trichent. La terrible vérité est que les technologies numériques délivrées par les Gafa rendent plus de services aux citoyens que n’importe quelle administration. »

      Chacune de ces phrases est terrible. Personnellement, je divise par deux le QI estimé de ceux qui me racontent de telles billeversées.

       8

      Alerter
      • Trawash // 18.11.2017 à 10h24

        Quelle horreur. Des telles insanités et dans l’express en plus.
        Vous ne Vous servez pas des technologies numériques ? Vous ne consommez pas les services des GAFA ? Pourquoi achetez vous ces produits ? Parce qu ils sont bons et vous facilitent la vie ou bien parceque vous êtes une victime de la stratégie des GAFA et qu on vous y force ? Pauvre petit consommateur qui ne contrôle ps sa consommation et veut contrôler celles des autres.
        Vous pouvez diviser mon QI Par 10 si cela vous chante, car bien entendu lorsque vous n êtes pas d accord avec quelqu un il faut soit limiter les excès de sa liberté d expression, soit considérer qu il est stupide. Ça doit être sympa de vivre dans votre monde, tout y est si simple. Les gentils Qui pensent comme vous et les con.nes.
        Je n ai pas vos opinions mais à aucun moment je ne mettrai en doute votre intelligence. En revanche je relève votre sophisme : s en prendre à l’intelligence de quelqu un dans le cadre d une conversation qui porte sur les idées est un argument ad Hominem. Donc fallacieux. Donc erroné. Donc non valide.

         3

        Alerter
        • Caton l’Ancien // 18.11.2017 à 11h19

          L’argumentaire “vous achetez donc vous ne reconnaissez les mérites de celui qui vous vend” est quand même assez éventé (on remarque notamment qu’il s’applique à toute activité capitaliste).

          Il faut prendre au sérieux une des réponses que vous avez préventivement tournée en dérision : oui, nous sommes obligés d’avoir recours aux biens et services vendus par les marchands. Je n’ai pas le choix de ne pas satisfaire mes besoins vitaux, je n’ai pas le choix de refuser d’avoir un téléphone et une connexion internet, je refuse d’utiliser Facebook mais le fait que plein de gens ne fassent pas le même choix m’a coupé de certaines personnes avec qui je serai peut-être en contact si elles étaient restées au mail+téléphone.
          Donc oui, je suis client des GAFA (et de biens d’autres) parce que je suis victime, non pas de la mode, mais du capitalisme.

           19

          Alerter
          • Trawash // 18.11.2017 à 21h21

            Vous avez des besoins vitaux. Moi aussi. ( Facebook ne me semble pas en être un Mais chacun fait comme il veut hein? )
            Vous avez décidé de ne plus utilser Facebook. Bravo j ai fait le même choix et certainement pour les mêmes raisons.
            Vos amis n’ont pas fait le même choix que vous, ils sont vraiment très très méchants. Faudrez peut être les forcer à être un peu plus libre sans FB. A moins que eux vous force à rouvrir votre profil ? Comment procédons nous ?
            Vous ne voyez plus vos amis. C est une conséquence de votre choix, qui est respectable, je le répète, et non pas du capitalimse ou je ne sais quelle fatalité. Prenez votre plus belle plume, votre téléphone, vos jambes ou le téléphone de votre sœur et faites ce qui vous semble juste et bon pour vous . Et en plus cela ne nuira à personne.

             5

            Alerter
          • Trawash // 18.11.2017 à 21h33

            Pardonnez ma dérision, je fonctionne ainsi.
            Je comprends votre position qui est raisonnable.

             0

            Alerter
            • Caton l’Ancien // 21.11.2017 à 12h03

              “Pardonnez ma dérision, je fonctionne ainsi.” : pas de souci.

              Ce que je voulais dire, les choix sont contraints. Contraints par le capitalisme, par “le système”… peu importe. Donc les choix ne sont pas des choix enthousiastes mais peuvent être le choix du “moins pire” (en général, tout cela est inconscient).

              Donc, il me paraît fallacieux de dire “tu as choisis : assume !”. Souvent, les gens auraient préféré des solutions qui ne leur ont pas été proposées. A choisir entre boycott de Facebook et certains amis, je préfère boycotter Facebook : ce qui en résulte est la conséquence de mon choix ET SURTOUT des termes de l’alternative à laquelle on m’a confronté.
              Dans mon for intérieur, je suis en paix avec mon choix ; je pense quand même qu’un meilleur monde ne m’aurait pas fait payer le boycott d’un acteur économique par une altération de ma vie sociale.
              Si je voulais boycotter internet, je me couperais des formulaires web permettant de gérer ma carrière… Est-ce un vrai choix ?

               0

              Alerter
      • tortueux // 19.11.2017 à 03h21

        Personnellement, je n’ai pas de compte chez Facebook (ni Twitter), je n’ai rien acheté à Apple de toute ma vie, j’utilise de moins en moins Google à cause du flicage (le pistage est notamment très résistant sur Youtube) et je préfère acheter à des éditeurs et revendeurs concurrents d’Amazon car j’aime bien qu’une entreprise paye ses impôts normalement et qu’elle ne tue pas la concurrence.

         3

        Alerter
        • Didier88600 // 19.11.2017 à 14h36

          Exactement, vos actions reflétent des choix personnels et c’est comme cela que chacun devrait agir et pas sous une soit-disant pression de la société.

           0

          Alerter
  • Raphaël // 18.11.2017 à 09h20

    En tout cas Thinkerview avec son intelligence naturelle a bien compris que la flagornerie était un bon moyen d’amadouer ce genre de baudruche.

     12

    Alerter
  • Fritz // 18.11.2017 à 09h28

    Ellul, reviens …

     14

    Alerter
  • Matthieu // 18.11.2017 à 09h41

    Il ne prend pas en compte les limites de la planète, et il croit que les places dans la société sont parfaitement distribuées en fonction de l’intelligence (il a une vision bien simpliste du terme intelligence)

    Bref ce type fait peur par ses idées. Il faut espérer qu’il ne parvienne pas trop à influencer les décideurs.

     12

    Alerter
  • Raphaël // 18.11.2017 à 10h04

    J’ai aussi ma théorie (Et je ne facture rien, ce sera gratuit) : l’IA existe déjà, c’est internet. Internet qui connecte l’ensemble des connaissances du monde et des cerveaux. La masse d’information et de puissance de calcul cumulée en fait un super cerveau, mais cet organisme n’a pas de conscience propre (il rêve continument) à part la somme de toutes les consciences individuelles qui y participent. Cet organisme n’est pas contrôlable mais contrôle déjà le monde (voir les élections récentes), en bien ou en mal. Les gouvernements et organisations supra-nationales tentent d’en prendre le contrôle car c’est vital pour la survie de l’idéologie libérale qui ne lui survivra pas. Sauf que c’est nous tous qui en avons le contrôle. La révolution a déjà eu lieu.

    Ah oui, j’ai 90 de QI.

     6

    Alerter
  • Backdoor // 18.11.2017 à 10h09

    Encore une fois thinkerview est bien trop lèche botte avec ce pseudo expert.

    Après l’avoir écouté déblatérer un raisonnement très étroit on se dit qu’il est effectivement spécialisé en urologie. Et que sur l’IA et la prospection c’est d’un niveau comptoir de café.

    Le mec vient régulièrement vendre un ultra-liberalisme
    Qui nous précipité chaque jour plus vite vers l’abîme.

     11

    Alerter
    • Raphaël // 18.11.2017 à 17h55

      Thinkerview le flatte, car thinkerview sait que ce genre d’individu ne résiste pas à la flatterie. Se connaître soi même est une preuve d’intelligence. Donc qui est le plus malin de l’interview ?

       3

      Alerter
  • jyt // 18.11.2017 à 10h19

    Encore un cybernéticien devenu aussi fou que la société marchande !

     4

    Alerter
    • Raphaël // 18.11.2017 à 17h59

      Non, un urologue auto-proclamé expert de salon, et coopté par je ne sait quel lobby qui voit d’un très bon œil ses élucubrations. Claude Allègre en son temps fut mis à mort médiatiquement pour moins que ça…

       5

      Alerter
  • Caton l’Ancien // 18.11.2017 à 11h06

    Prenons une minute au sérieux l’idée selon laquelle l’IA va provoquer une grande refonte de l’économie, qui pourra alors fonctionner avec bcp moins de travail.

    L’anxiété domine : bien sûr, les puissants seront tentés de tirer la couverture à eux. Il faudra probablement lutter pour ne pas leur laisser prendre trop de pouvoir.

    Quelle société imagine-t-on : si le système productif marche presque tout seul, et qu’une masse immense de gens se retrouvent inaptes à contribuer à ce système, que se passerait-il réellement ?
    Si on ne les nourrit pas, on peut imaginer qu’ils crèvent, qu’ils se révoltent. On peut imaginer un prolongement de la situation présente avec un maintien dans la pauvreté mais sans l’argument légitimateur “vous n’avez qu’à bosser”, je me demande si c’est stable.

    Il devrait être pensable que réduire drastiquement la nécessité de travailler soit une excellente nouvelle pour la plupart d’entre nous. Ca suppose évidemment de faire triompher un projet politique partageux.

     6

    Alerter
    • Raphaël // 18.11.2017 à 18h01

      On nous a déjà fait le coup dans les années 70. En fait de robot on a eu des chinois et en fait de paradis on a eu l’ultra-libéralisme. Je me ferai pas avoir une seconde fois !

       5

      Alerter
  • clrl // 18.11.2017 à 11h37

    en gros :
    – l’IA est une jolie appellation, qui fait classe, pour parler de la gestion de masse des données, des personnes, des entreprises,… c’est l’appellation classieuse de la gestion de masse de vivre-dans-un-monde-administre.

    – L’Intelligence Artificielle est un artifice d’intelligence, pour faire croire que la machine fait des choses plus extraordinaire qu’avant…. mais elle fait seulement très bien ce qu’elle faisait déjà avant : gérer des grosses masses d’informations.

    – L’Intelligence Artificielle est un artifice pour tirer les ficelles…. au nom de l’intelligence,

    – L’IA, aujourd’hui, c’est surtout la capacité à aligner de la puissance de stockage et de calcul, avec des logiciels un tantinet plus souple qu’avant (réseaux de neuronne en tête, profond et tout le tintouin), … mais surtout de pouvoir les mettre en service à grande échelle, pour traiter des masses énormes de demandes. Ce qui compte, c’est de pouvoir traiter rapidement des milliers de photos, ou de cas à traiter,… et cela à grande échelle, c’est à dire mondialement pour les entreprises qui en ont besoin mondialement.

     8

    Alerter
    • Raphaël // 19.11.2017 à 22h38

      L’architecture des réseaux de neurones actuelle date des années 80. C’est quand “avant” du coup ?

       1

      Alerter
  • clrl // 18.11.2017 à 11h38

    Sur le plan de ce qu’il se passe en ce moment :

    – L’IA, comme la robotique, en ce moment, sert à faire passer la pillule du changement : comme on ne sait pas où va le monde, ni la profondeur extrême des changements, on ne sait qu’une chose,… c’est qu’on est en train de perdre le contrôle, du monde, des situations, de la direction des entreprises. Alors, l’IA, la Robotique, sont utilisés pour faire passer le message que l’on maîtrise la situation.

    – L’IA, comme la robotique, en ce moment, sert à faire passer un message de soit disant maîtrise de la situation, en pleine tempête d’évolution.

    – L’IA sert aussi, au nom de cette maîtrise (plus affirmée que prouvée), de se donner le droit d’imposer “ce que les gens doivent faire”. Avant, les dirigeants régnaient parce que c’était des rois (du management, du charisme, … et du pognon aussi, souvent…)… et maintenant, ils règnent parce qu’ils parlent au nom de la technologie et de l’innovation et bientôt de l’intelligence.

     8

    Alerter
    • Alfred // 18.11.2017 à 20h30

      C’est bien vu. Comme les consultants dans les entreprises qui servent en fait à faire passer des réorganisations décidées à l’avance, l’IA servira à justifier les décisions dont on ne peut décemment se prévaloir. “L’IA à décidé que quelqu’un devait disparaître. Elle a aussi décidé que ce sera toi”.

       4

      Alerter
  • clrl // 18.11.2017 à 11h39

    En conséquence :

    – L’IA sert à traiter de la masse, et, de fait, va faire baisser la qualité de ce qui sera fait. Comme la boite de conserve, formidable, a permis de nourrir des masses énormes de popultions,… quitte à faire baisser la qualité de ce qu’on mange.

    – Dans la tendance : ” vivre-dans-un-monde-administre”, … il va y avoir besoin d’administrer des masses de gens, de situations, d’entreprises, de sources d’énergies, etc… donc l’IA va servir à gérer cela. Avec un niveau de qualité de masse,… donc de basse qualité.

    – Je trouve cela très bien, et je trouve cela encore mieux quand on est bien clair sur ce que c’est et sur ce qu’on obtient avec l’IA.

     3

    Alerter
  • Owen // 18.11.2017 à 11h50

    En somme, avec l’éducation et la recherche, le monde peut être heureux pendant un million d’années. Finalement, c’est un scientiste du XIX ème siècle, ce qui le rend caricatural aujourd’hui.

    Il me fait penser au docteur Moreau, d’HG Well, qui dans son ile charcutait les animaux, pensant les “émanciper” en humains. Il est chirurgien lui-même, d’ailleurs.

    Quant-à l’écologie, sans doute qu’il doit penser que la cause est l’insuffisance du QI de l’agriculteur.

    Dans un monde QIcratique, si la moyenne s’élevait à 170, il faudrait atteindre 220 pour espérer avoir la vie douce. Cela s’appelle déplacer le problème.

     10

    Alerter
  • Jean // 18.11.2017 à 11h50

    Je reconnais bien là l’arrogance des nantis, persuadés qu’ils doivent leur place dans la société à leur valeur personnelle, alors qu’ils n’ont pour seul mérite que d’être le fils de leur père.
    La culture, contrairement à l’intelligence, est de plus en plus corrélée au niveau social car l’école de la république n’assure plus la mission qui est la sienne. Si l’on veut que cela change, il faudra inévitablement que monsieur Laurent Alexandre, et ceux qu’il représente, paient leur juste part de l’impôt. Le problème c’est que ceux qui sont privilégiés par le système actuel ont trouvé avec la destruction de l’enseignement un excellent moyen de conserver leurs privilèges hérités qu’ils essayent de faire passer pour la conséquence de leur propre mérite.

     17

    Alerter
  • Laurent Fournier // 18.11.2017 à 11h53

    J’ai deja regarde une video de Laurent Alexandre, parlant sur le meme sujet a l’universite d’ete du Medef, regarder celle-la n’est donc pas dans mes priorites. Mais les commentaires sont tous tres censes et interessants, en tout cas d’un niveau intellectuel et de lucidite superieur a la video de L. Alexandre que j’ai regarde.

    Nous sommes en presence, avec les-crises.fr et un certain nombre d’autres blogs, de media d’un type nouveau, ou les reactions des lecteurs sont parfois plus interessantes et plus riches en information que l’article lui-meme qui a initie le debat.

    C’est sans doute l’aspect qui irrite le plus et justifie les efforts pour le retour de la censure en Occident (decodex, anti-conspi, emprisonnement et menaces contre les journalistes, etc.)

    L’intelligence naturelle vaincra!

     23

    Alerter
    • Michel Ickx // 18.11.2017 à 17h14

      Je souscris 100% à votre commentaire et je parie que les robots vont aisément dépasser en QI ce genre de personnage transhumain plain d’arrogance et de mépris.

      Ces émules de Kurzweil ont un cohéficient négatif en intelligence émotionnelle et nul en intelligence sociale pour ne pas parler des toutes les autres formes qui consituent l’immense variété de l’intelligence collective, comme il a été dit plus haut.

       2

      Alerter
  • Sandrine // 18.11.2017 à 11h56

    Ce type croit visiblement sincèrement que ceux qui ont du pouvoir en ont pour des raisons naturelles et objectives (« ils ont un fort QI » dit-il) Aristote en son temps avait déjà cherché à justifier l’esclavage en disant qu’il existait des «esclaves naturels », c’est a dire naturellement faits pour l’esclavage. Les impérialistes modernes ont renouvelé l’argument en développant des théories « scientifiques «  sur l’inégalité des races (justifiant leur domination…), théories appliquées jusqu’à leur conséquence ultime par l’Allemagne entre33 et 45…
    Ne nous laissons pas anesthésier par l’ argument « Il n’y a pas d’alternative », »les développeurs de l’IA sont plus fort que nous »(ce que dit le type dans la vidéo en disant qu’on ne peut pas bombarder ni les US ni la Chine). Nous n’aurions d’autre choix que de nous soumettre ou de nous adapter? Vraiment ?

     9

    Alerter
    • Sandrine // 18.11.2017 à 12h04

      Personnellement , j’ai le fort sentiment qu’on cherche à nous terroriser avec des visions d’avenir catastrophique (que diffusent as nauséam les médias actuellement) pour mieux nous soumettre à une certaine vision du monde. Par peur de se retrouver parmi les « perdants », les gens vont pousser leurs enfants à faire des études scientifiques dans l’espoir que comme cela, ils seront parmi ceux qui seront capables d’interag le plus efficacement avec les machines (et donc d’avoiR une petite place dans cette société nouvelle)…Or c’est précisément de cela qu’ont besoin ceux qui développent actuellement l’IA pour faire réussir leur projet totalitaire (parce que c’est de cela qu’il s’agit, ne nous voilons pas la face)

       13

      Alerter
      • Raphaël // 18.11.2017 à 18h10

        La seule échelle sociale qui reste est justement le cursus scientifique, ou l’on peut espérer le non déclassement à grands coups de matière grise, sans fourberie, juste par le travail acharné. Milieu scientifique où précisément ce triste sir n’a pas le droit de citer et où ses prophéties sont juste vues pour ce qu’elles sont : du charlatanisme.

         2

        Alerter
        • Sandrine // 18.11.2017 à 18h52

          Bon, ok, vous ne croyez pas à l’IA.
          Comment expliquez-vous alors que les Gafam investissent tellement là-dedans?
          Et puis la puissance intellectuelle de quelques génies en sciences.., je veux bien… mais dans un monde hyper-technicise, ces génies seront toujours obligés d’évoluer dans un univers colonisé par les machines… Leur intelligence mathématique leur servira avant tout à interagir avec des machines… et cela ne réglera pas le problème de tous ceux qui ne seront pas doués en maths et qui peineront à trouver une place dans la société .
          Les maths et la science, c’ est bien joli, mais ça n’a jamais aidé les hommes à instaurer une société plus juste ni à les rendre plus libres.

           4

          Alerter
        • Laurent Fournier // 18.11.2017 à 19h48

          Pour moi vous avez tous les deux raison. Comme vous dites Sandrine, promouvoir une education ou l’on apprend de plus en plus a n’interagir qu’avec des machines est suicidaire, et c’est aussi pour les raisons donnees par Raphael. Si l’on lit Alan Turing attentivement (et aussi Marvin Minsky d’ailleurs) on voit bien que l’interaction avec la machine n’est possible que si l’on “croit” a l’intelligence de la machine. Ce n’est pas une croyance abstraite, il n’est pas possible de dire que “l’on n’est pas dupe”. Seriez-vous capable de taper vos commentaires si vous n’aviez pas cette croyance en l’existence physique du pointeur et de la souris? Personne parmi tous les commentateurs ici, ne peut pretendre “n’etre pas dupe” car le moment ou l’on arrete de croire en l’existence physique du pointeur sur l’ecran on ne peut meme plus “cliquer”. Croyance obligatoire. Steve Jobs a fait gagner a Turing son pari. On a beau affirmer ne pas y croire, on y croit bel et bien. L’IA a deja gagne.

           0

          Alerter
  • Laurent Fournier // 18.11.2017 à 12h10

    Un article dans The Wire sur l’exacerbation des inegalites dans le domaine digital:

    https://thewire.in/197573/internet-big-data-inequality-digital/

    (si on lit bien on voit que ce n’est pas une question “d’education digitale”, mais plutot le contraire, la “formation” precoce au monde digital forme des petits soldats, des mercenaires de l’IA, qui resteront docilement a leur place)

    Beaucoup de gens ont compris en Avril 2017, suite a une etude parue le 13 avril dans Science:

    http://www.wired.co.uk/article/machine-learning-bias-prejudice

    que l’IA ce n’est pas l’ntelligence artificielle, c’est l’exacerbation des prejuges et du racisme, allez osons le mot, de la connerie tout simplement:

    Deux bons articles sur ce sujet dans The Guardian:

    https://www.theguardian.com/technology/2017/apr/13/ai-programs-exhibit-racist-and-sexist-biases-research-reveals

    https://www.theguardian.com/inequality/2017/aug/08/rise-of-the-racist-robots-how-ai-is-learning-all-our-worst-impulses

     6

    Alerter
    • Loxosceles // 18.11.2017 à 15h19

      Il n’y a plus qu’à apprendre le politiquement correct aux machines… Franchement, ces chercheurs sont intoxiqués et… projettent leurs propres biais sur les machines, qui elles ne font que régurgiter ce qu’on leur fait apprendre, point…

       3

      Alerter
    • Raphaël // 18.11.2017 à 18h18

      Dire qu’un algorithme est raciste… On aura tout lu, on se croirait sur Rue 89 !

       2

      Alerter
      • Jean // 19.11.2017 à 01h31

        Je pense que Laurent Fournier fait allusion à cette expérience de Microsoft qui a programmé un bot, accessible en ligne, capable de s’adapter à ses interlocuteurs en singeant l’intelligence humaine. L’objectif de Microsoft était de voir jusqu’à quel point il était possible pour un programme de se faire passer pour un humain. Des petits malins ont manipulés les fonctions d’apprentissages du bot pour transformer cet ambassadeur du savoir-faire de Microsoft en une machine raciste et sexiste. Microsoft a alors mis fin à cette expérience.

         0

        Alerter
        • Laurent Fournier // 19.11.2017 à 15h45

          Non c’est bien plus grave que ca. Lisez les articles en lien. Pour faire court et pour reprendre vos mots, les systemes expert, IA etc. ne “singent” pas leurs utilisateurs, mais leurs programmeurs (ou si ce sont des algorithmes de “deep learning”, singent les jugements sur les donnees qu’on leur donne). Le probleme c’est qu’on sait bien que tout le monde est un peu raciste, sans vraiment s’en rendre compte, et quand on s’en rend compte, on essaie de se corriger, du moins si on n’est pas completement cynique. Et bien l’IA rend impossible cette “auto-correction” des gens disons “non-cyniques”, ce sursaut, moral ou intellectuel, qui est peut-etre le meilleur de la vie humaine.

          L’IA “gele” le statu-quo. Les connaissances, les opinions, les valeurs, les croyances, les rapports de pouvoir, tout ce qui est inconscient.

          Il est facile de dire “Moi je n’y crois pas, je ne suis pas dupe, je n’accorde pas d’importance a ce que me dit le logiciel”. Mais beaucoup de professions utilisent l’ordinateur, et ca se voit deja. Par exemple, ne trouvez-vous pas que beaucoup de batiments a la mode ont l’air d’avoir ete “3D-printed” a partir de “sketchup”?

           0

          Alerter
          • Jean // 19.11.2017 à 22h25

            “Ce qu’on appelle «intelligence artificielle» est un domaine scientifique, relevant de l’informatique et aussi des neurosciences. L’emploi de ce terme par les media pour désigner des logiciels ayant un comportement simulant «l’intelligence» est un abus de langage choquant.“

            L’IA n’existe pas et le comportement décrit est simplement la conséquence de la difficulté à créer un programme qui simule l’intelligence humaine.

            « Je ne cesse de le répéter au public : nous sommes encore très loin de pouvoir créer des machines réellement intelligentes. Tout ce que vous voyez à l’heure actuelle — les avancées sur la voiture autonome, l’interprétation de données médicales, la victoire face au champion du monde de go, etc. –, ce sont des intelligences très restreintes, entraînées pour un but bien précis » Yann LeCun

            Source : http://www.numerama.com/tech/301259-ia-les-scenarios-a-la-terminator-nexistent-pas-estime-yann-lecun.html

             0

            Alerter
            • Laurent Fournier // 20.11.2017 à 10h21

              Yann LeCun n’est donc d’accord ni avec Turing, ni avec M. Minsky, Vernor Vinge, Ray Kurzweil (et je crois, ni avec Sandrine ni un certain nombre de gens ici) et pas non plus avec moi…

              Tout le probleme vient de l’expression “encore tres loin”. Comme si c’etait une question d’intelligence du logiciel, de puissance du materiel, du nombre de neurones qu’on compare avec ceux du cerveau humain pour mesurer (de maniere completement infantile) “le chemin qui reste a parcourir” ou quelquechose comme ca.

              L’intelligence artificielle existait deja dans les tous premiers ordinateurs, lorsqu’on a invente les premiers langages informatiques, et commence a confondre un “programme” avec des “ordres” donnes a un “robot”.

              Existait-elle au sens “fort” ou au sens “”faible”? Aucune importance, c’est la meme chose, a partir du moment ou on y croit.

              Je defie Yann LeCun et Raphael, les “sceptiques”, de ne pas “croire” que l’ordinateur additionne des nombres lorsqu’ils tapent: “2+3=…”

              Je les defie meme de ne pas “croire” qu’il y a des “programmes” qui “agissent” sur des “donnees”, alors meme que l’on sait que rien de permet de faire la difference entre “programme” et “donnees” d’un point de vue physique, le seul qui soit verifiable sans a-priori.

              L’intelligence artificielle existe deja dans la tete des gens. Regardez tous les gens occupes a converser avec leur “android” dans le metro!

               0

              Alerter
        • Raphaël // 19.11.2017 à 17h04

          Je connais l’histoire. La perversion est d’avoir prêté une conscience à cet algorithme, qui pour moi est le sommet de l’inversion des valeurs.

           1

          Alerter
          • Jean // 19.11.2017 à 22h30

            J’y vois plutôt la conséquence du cocktail explosif : Ignorance + fantasme.

             0

            Alerter
    • citoyen lambada // 21.11.2017 à 03h37

      Merci !
      Vraiment intéressants ces 2 derniers articles. Les IA apprennent d’eux-même. Si leurs informations sont biaisées, leurs jugements seront biaisés en retour. Les IA n’ont aucune valeur morale pour contrebalancer cet apprentissage heuristique. Elles deviendront donc naturellement racistes, sexistes … agressives.
      C’est formidable ! La haine de l’humanité envers son prochain sera enfin détourné … vers les machines !

       0

      Alerter
  • Gérard // 18.11.2017 à 12h20

    Je trouve certains commentaires un peu injustes,

    Passé la froideur de sa lucidité et de son analyse et qu’importe ses accointances politiques, il me semble que ses propos sont intéressants et posent des questions auxquelles tout un chacun devrait réfléchir, c’est comme cela que l’opinion publique s’éduque et évolue.
    Il me semble que ses propos sur l’intelligence sont marginaux et qu’il les tempère en mettant l’accent sur une meilleure évolution de l’éducation.
    Non, on peut aimer ou ne pas aimer le personnage, mais les propos sont très intéressants et offrent des champs de réflexion à l’atome, du corps de l’opinion publique, que je suis.

     6

    Alerter
    • Loxosceles // 18.11.2017 à 13h34

      C’est intéressant mais orienté selon une vision politique et tout à fait partiale, également assez dans l’air du temps si on met de côté un scientisme déjà dépassé. Heureusement que beaucoup manifestent leur esprit critique, car prendre ce discours pour argent comptant, c’est déjà mettre une main dans un engrenage qui est une forme proche de la propagande.

       8

      Alerter
    • Raphaël // 18.11.2017 à 18h20

      C’est un charlatan, point barre. Il n’est là que pour vendre sa soupe indigeste.

       4

      Alerter
  • Laurent Fournier // 18.11.2017 à 13h03

    Les vraies questions, c’est:

    – Ou sont situes les serveurs, physiquement?

    – Comment proteger l’information personelle?

    – Comment proteger l’information commerciale?

    – Comment proteger l’information relative a la securite des installations civiles et militaires?

    Questions que posait, de maniere fort lucide, la Commission Informatique et Libertes en 1978. Mais qu’elle ne pose plus, ayant perdu toutes ses dents.

    Les Russes ont remis en etat leurs machines a ecrire, seul moyen d’assurer la securite de certaines donnees, qu’aucun procede de chiffrement, quantique ou pas, ne pourra assurer. Mais les groupies de l’IA nous enjoignent a nous precipiter dans la direction opposee.

    Ne posez rien dans le “cloud”. Aucun fichier important par email. Tout passe par des serveurs aux Etats-Unis. La presence physique, c’est la seule chose qui compte, en IA comme ailleurs.

     12

    Alerter
    • Raphaël // 18.11.2017 à 18h22

      C’est justement une formidable occasion pour rendre publique de l’information personnelle vérolée. C’est même très amusant à corrompre les big data.

       2

      Alerter
  • Laurent Fournier // 18.11.2017 à 14h14

    L’IA offre une opportunite unique au pouvoir de “geler” les valeurs du systeme, et les fondements de ses mecanismes, et garantir sa survie.

    Malgre tout le respect que j’ai pour Chomsky, sa culture “moralisatrice” americaine, si visible dans le debat qui l’opposait a Foucault en 1971 (copies et commentaires partout sur internet) n’est pas un avantage sur ce sujet. Foucault avait raison: L’organisation physique d’un systeme, ses mecanismes internes, sont infiniment plus determinants que la moralite, ou l’absence de moralite, de la personne qui s’en sert. Le moralisme (“Ce n’est qu’un outil; tout depend comment on s’en sert”) sert de paravent commode a ceux qui ont avantage a la conservation des determinations qui definissent le champ meme des possibilites, dans lequel les reponses possibles aux questions, y compris morales, sont restreintes par construction.

    Ceux qui ont eu l’occasion d’avoir a modifier un logiciel ou un programme, et ont trouve plus rapide de le refaire entierement a partir de zero, connaissent le pouvoir de “gel” de l’informatique.

    Foucault peut nous donner les outils pour saper les fondement de l’IA.

     3

    Alerter
  • Czerny // 18.11.2017 à 16h49

    Est ce que les algorithmes sont dotés de volonté propre ou de sentiments ? Bien évidement non .Ils ne sont donc pas intelligents .Autant pour l’utilisation d’un terme qui ne veut rien dire .

     5

    Alerter
    • Sandrine // 18.11.2017 à 17h35

      Ce n’est pas le point de vue des scientifiques qui travaillent sur l’IA. Pour eux, il est évident que l’IA pourra avoir dans un futur assez proche des émotions (dans la mesure où les émotions sont déclenchées par le cerveau par le biais des neurones à l’instar des autres fonctions cognitives)
      Seule la pensée symbolique (qui permet de bâtir des théories ou d’avoir une « vision du monde ») semble pour le moment hors d’atteinte de l’IA.
      https://www.franceculture.fr/emissions/la-conversation-scientifique/lintelligence-peut-elle-devenir-artificielle

       1

      Alerter
      • Czerny // 20.11.2017 à 11h51

        Chère Sandrine ,ce n’est pas une question de point de vue .Comme je l’ai écrit précédemment
        les algorithmes sont ce qu’ils sont et ne sont donc pas intelligent .Utiliser ce mot d’intelligence pour qualifier de l’analyse statistique et structurelle est un non-sens .Quant aux prédictions des scientifiques ,ma foi ,le conditionnel est de mise .Entre désirs et réalité il y souvent un gouffre .

         1

        Alerter
    • Didier88600 // 19.11.2017 à 14h44

      On parle d’intelligence car le code se modifie en fonction des données que les capteurs recoivent ou de bases de données…. l’agorithme peut être comparé a la volonté que vous désirez quant aux sentiments, ils sont une entrave dans l’atteinte du résultat.

       0

      Alerter
    • RV // 19.11.2017 à 22h40

      Paul Jorion affirme depuis quelque temps déjà qu’il est assez facile de faire simuler des sentiments à une machine, à un algo. Il faisait cela dans les années 90 si j’ai bonne mémoire.
      ———————————————————————–
      Par ailleurs, les algorithme sont plus rapides, plus précis, que l’homme, ils brassent plus de données dans un temps donné que ne pourra jamais le faire un humain, c’est leur raison d’être. Ils sont construit pour ça. Est-ce à dire que c’est une forme d’intelligence ? Qu’en savons nous ! Ils font le boulot pour lequel il ont été créés. La question est le donneur d’ordre, pas la machine.

       0

      Alerter
  • Raphaël // 18.11.2017 à 18h29

    Pour répondre à Sandrine, Yann le Cun sait très bien que hormis la hype autour de l’IA qui lui permet de financer ses recherches, ses algorithmes sont les mêmes que dans les années 80, il n’y a rien de fondamentalement nouveau. Informez vous sur les réseaux de neurones, c’est juste des algos très très très basiques archis connus depuis 30 ans.

     5

    Alerter
    • Sandrine // 18.11.2017 à 18h58

      Donc en bref, vous pensez que tout le discours actuel autour de l’IA, c’est de l’esbroufe. Quel est le but alors ? Terroriser les gens pour les empêcher de réagir face à la casse actuelle du droit social ? Pour approfondir encore un peut plus l’emprise du neo-libéralisme sur la société ?

       2

      Alerter
      • Jean // 18.11.2017 à 20h34

        Je pense aussi l’IA c’est de l’esbroufe, contrairement aux systèmes autonomes, car nous sommes très loin de pouvoir concevoir des automates pouvant d’eux-même se reprogrammer. C’est comme si on nous parlait de l’invention de la voiture alors que l’on vient tout juste de découvrir la roue.
        Le but est peut-être de nous préparer à cette religion du futur qu’est le transhumanisme qui à déjà ses gourous et son dieu (l’IA) dont l’inexistence ne peut être démontrée à ceux qui ont la foi.

         3

        Alerter
        • Didier88600 // 19.11.2017 à 14h49

          L’IA n’est pas de l’esbrouffe… on en parle en ce moment car la conjonction de deux facteurs arrivent, le matériel avec les ordinateurs quantiques et l’information part le biais de stockage et de transmission des données.
          Il y a 30 ans les IA n’avaient pas accés aux données et travaux de recherches qui sont actuellement disponible par le biais d’internet.

          Pour que l’IA fonctionne il faut un algorithme et des données pour l’alimenter… on va dire que c’est possible dans beaucoup de domaines que récemment.

           0

          Alerter
          • Raphaël // 19.11.2017 à 17h05

            On en parle en ce moment pour vous préparer au déclassement. Ne soyez pas dupe, c’est du flan.

             1

            Alerter
            • Didier88600 // 19.11.2017 à 18h54

              Quel déclassement ? celui du chef d’équipe qui ne pourra plus martyriser ses subordonnés ?

              Le déclassement n’est dans la tête que de ceux qui pensent que leur emploi est leur position sociale.

               1

              Alerter
          • Jean // 19.11.2017 à 22h01

            Nous sommes bien loin de la conjonction des facteurs que vous évoquez :

            http://reseauinternational.net/intelligence-artificielle-forte-quatre-raisons-de-douter/

             0

            Alerter
            • Sandrine // 20.11.2017 à 10h43

              Le texte que vous citez et très intéressant. Cependant, il ne nous éclaire pas sur les différences entre conscience et intelligence, ni sur la possibilité d’emergence d’une forme d’intelligence radicalement différente de l’intelligence humaine.
              D’autre part les problèmes soulevés par Alexandre dans la video, sont plutôt ceux liés à l’apparition de cyborgs : d’hommes augmentés par la machine (beaucoup plus inquiétant que l’IA pure)

               0

              Alerter
            • Jean // 20.11.2017 à 14h23

              @Sandrine

              Selon moi, on ne peut pas dissocier l’intelligence véritable de la conscience de soi. Quant à la forme que prendra cette conscience, je ne vois comment nous pourrions le concevoir alors que nous sommes si loin de pouvoir réaliser ce miracle, si on peut le réaliser un jour.
              Je pense aussi que la science parviendra à transformer les hommes en machines bien avant de pouvoir doter les machines d’une conscience humaine. Oui c’est inquiétant d’autant plus que cela fait écho à certaines prophéties eschatologiques dans lesquelles on offre aux hommes de régner sur ce monde, (en leur proposant l’immortalité matérialiste ?), alors que leur royaume n’est pas de ce monde.

               1

              Alerter
            • Sandrine // 20.11.2017 à 15h39

              @ Jean,
              Oui, cela fait écho à des textes très anciens. Les développements actuels de la technique entrent en étrange résonance avec le texte de la Genese par exemple et la promesse du Serpent: “vous serez comme des Dieux”.
              Cette tentation existe aussi dans la tradition grecque (dans le pythagorisme en particulier).
              Peut-être d’ailleurs que, finalement, Heidegger a raison lorsqu’il dit que la logique occidentale depuis les fondements de la métaphysique en Grèce antique a conduit inexorablement au développement de la technique moderne (dont l’essence est la volonté de “se rendre maître et possesseur de la nature”)

               1

              Alerter
            • Jean // 20.11.2017 à 17h03

              @Sandrine

              L’IA, si on la définie comme la création d’une intelligence donc d’une conscience artificielle, est l’ultime tentation du démiurge. C’est sans doute ce qui explique pourquoi ce sujet suscite autant le fantasme.

               0

              Alerter
            • RV // 23.11.2017 à 18h06

              L’IA, on en parle beaucoup aussi parce que son développement coute un bras et que leurs promoteurs ont besoin de “sensibiliser” les donneurs d’ordres pour accéder aux budgets nécessaires

               0

              Alerter
  • nicolas // 18.11.2017 à 18h43

    Déjà vu 2 conférences de ce type.
    Ce type c’est simple c’est un NAZI 2.0.
    Et le pire c’est qu’il ne s’en aperçoit même pas …
    Il mélange tout , confond des concepts , en ampute d’autres pour servir un gloubiboulga pseudo savant à des idiots sans culture sortis d’écoles d’ingé qui l’écoutent les yeux grands ouverts servir sa soupe qui ne veut absolument rien dire.
    On pourrait contester toutes les phrases qu’il prononce sans grand effort.
    D’ailleurs des chercheurs de pointe dans le domaine qu’il croit connaitre dans des grandes universités américaines affirment des choses tout à fait contraire à ses prédictions et sont beaucoup plus modestes.
    Je parle fort oui mais en connaissance de cause , j’ai fait l’effort de l’écouter avant de parler.
    Ce genre de type pullule en ce moment et ils sont souvent liés à des groupes privés , ils mélangent discours pseudo savant et marketing pour vendre des produits en faisant passer des vessies pour des lanternes … bien ternes.
    J’ai eu l’occasion de voir une autre conférence à Telecom Paris d’un type similaire de chez IBM qui bosse sur Watson qui s’est fait démonter en 5 minutes pendant les questions de fin par les profs.
    Si c’est ce genre bonhomme le futur , alors moi je dis que le futur est bien sombre.

    Pour sortir de la logorrhée de cet énergumène je vous conseille de regarder attentivement le doc de Arte : la fabrique du cerveau.

     11

    Alerter
    • MIZZGIR // 18.11.2017 à 22h59

      @nicolas
      Pour le dire plus simplement : LAURENT ALEXANDRE, OU L UROLOGUE QUI VOULAIT NOUS FAIRE PRENDRE DES VESSIES POUR DES LANTERNES ! Elle est bien bonne celle-là, non ? Vous n êtes pas passé loin et je vous en laisse la paternité car c est votre commentaire qui me l a inspirée…

       7

      Alerter
  • Laurent Fournier // 18.11.2017 à 18h57

    @ Czerny, Sandrine, Raphael: Bien evidemment un algorithme n’est pas “raciste”. Il n’a pas non plus de “sentiments”. Et pas “d’intelligence” non plus, evidemment. Dire “les ordinateurs maitrisent l’intelligence symbolique, mais pas l’intelligence emotionelle” est faux, les ordinateurs n’ont strictement aucune intelligence de quelque forme que ce soit.

    La cle est (je crois) dans “le test de Turing”. En 1950, Alan Turing a defini de maniere tres simple l’intelligence artificielle: “Si une personne est incapable de faire la difference entre un ordinateur et un humain, alors elle a le droit de croire que l’ordinateur est intelligent.” C’est tres malin, c’est meme parfaitement scientifique.

    La cle c’est NOTRE capacite de representation, pas celle de l’ordinateur qui n’existe pas. Tout repose sur la croyance. Si vous croyez que l’ordinateur est intelligent et si vous en retirez des avantages, alors vous avez bien le droit de penser que l’ordinateur est intelligent (nous dit Turing).

     5

    Alerter
    • Raphaël // 18.11.2017 à 19h24

      Certains pensent que leur téléphone est intelligent, voire divin. C’est juste une illustration du culte du cargo, pas une preuve de l’existence d’une IA. Effectivement, plus les gens seront stupides plus ils croiront les machines intelligentes, c’est peut-être ça le sens de tous nos échanges. En tout cas point de science là dedans.

       6

      Alerter
    • nicolas // 19.11.2017 à 02h54

      Le test de Turing ne prouve rien.
      À la limite il sert à savoir si un système peut avoir l’apparence d’une vraie intelligence et c’est tout.
      Mais ce dit système ne sera pas pour autant une vraie IA si il réussi le test de Turing.
      La vraie IA on en est encore très loin.
      Il y a entre 80 et 100 milliards de neurones dans un cerveau humain qui peuvent tous s’interconnecter entre eux.
      Et encore même les chercheurs ne savent pas combien il y a de neurones exactement dans nos crânes aujourd’hui ce n’est qu’une estimation.
      Les chercheurs n’arrivent même pas à modéliser et comprendre une petite portion d’un cerveau de souris : voilà où en est la recherche de pointe aujourd’hui … Donc l’IA vous pensez bien que c’est encore loin d’être à notre porté.
      Je commencerai à y croire quand les ordinateurs quantiques arriveront mais je pense que je ne serai plus là pour le voir.
      Eux auront une puissance de calcul suffisantes à terme pour pouvoir réaliser une vraie IA.
      II a été estimé qu’une puce quantique de 256 Qbits pourrait modéliser entièrement la voie lactée avec tous les corps célestes et toutes les variables possibles.
      Mais ce n’est pas avant au bas mot entre 50 et 100 ans à compter d’aujourd’hui.
      Le véritable test pour prouver une émergence d’une IA serait le test du miroir en psychologie : est ce que un système peut se reconnaitre comme une entité ?

       2

      Alerter
      • Laurent Fournier // 19.11.2017 à 10h10

        Nicolas, c’est justement Turing qui a prouve qu’un systeme ne peut pas “se reconnaitre comme entite”.

        C’est dans “Des nombres calculables”, 1936. Un systeme ne peut pas prevoir d’avance si un programme va le faire tourner en boucle ou deboucher quelquepart. Sinon on arrive a une contradiction. C’est mathematique, c’est pas une question de nombre de neurones.

        Donc il faut un observateur humain, qui dise: “Tiens, la il recommence, il tourne en boucle”. L’ordinateur ne peut pas le “savoir” (quel que soit le sens qu’on donne a ce mot).

        Et donc le critere reste bien, “Est-ce que le systeme a l’apparence de se reconnaitre comme entite”? Bref, peut-il tromper un observateur humain. Dans ce cas, nous dit Turing, il peut etre qualifie d’intelligent puisque nous serons incapables de faire la difference. Turing retourne la charge de la preuve. C’est pas seulement habile, c’est profond. C’est une piste de travail, la seule que l’IA a emprunte depuis le debut, parcequ’il n’y en a pas d’autre.

         0

        Alerter
        • Raphaël // 19.11.2017 à 17h09

          Retourner la charge de la preuve en science s’appelle un raisonnement fallacieux. Le fait que vous croyez avoir affaire à une IA n’en fait pas une IA. Cela relève bien du culte du cargo.

          https://fr.wikipedia.org/wiki/Culte_du_cargo

           2

          Alerter
  • Claude // 18.11.2017 à 22h02

    cet homme parle avec un autoritarisme terrible à coup d’affirmations ; “j’ai raison quand je parle !!!”

    il ne dit pas que des bêtises mais on voit qu’il ne connait pas bien ce qu’est l’ia ;
    ça ne demande pas un gros qi d’en faire ;

    aussi : macron un gros qi ?
    comparez-le à n’importe lequel des mathématiciens enseignant-chercheurs … ah ! ah ! ah !

    il n’y a que lui qui réfléchit aux conséquence de l’ia ???

    Quel prétentieux aux opinions sans nuances.

     3

    Alerter
  • Jean // 19.11.2017 à 00h26

    Cette interview est une nouvelle illustration de la trahison des clercs ou plutôt de ceux qui ont pris leurs places dans notre médiocratie.

    https://www.babelio.com/livres/Deneault-La-mediocratie/795824

    “Se pourrait-il que, dans la succession des orthodoxies dominantes, une nouvelle étape soit en train d’être franchie et que le monde intellectuel ait cessé d’être non seulement « de gauche », mais même « progressiste » et « démocrate » (il a cessé d’être « révolutionnaire » depuis longtemps) ?”

    Source : https://www.monde-diplomatique.fr/2006/05/BOUVERESSE/13428

     0

    Alerter
    • RV // 19.11.2017 à 22h54

      …/… le monde intellectuel ait cessé d’être non seulement « de gauche », mais même « progressiste » et « démocrate » (il a cessé d’être « révolutionnaire » depuis longtemps) …/…
      il en reste au moins un,
      Bernard Friot.
      Voir son dernier livre “Vaincre Macron”
      (dont le titre est totalement réducteur, ne vous y arrêtez pas !)

       0

      Alerter
      • Jean // 20.11.2017 à 14h31

        Les intellectuels véritables, ayant conscience de leur responsabilité, n’ont pas disparu mais ils ont été remplacés dans les médias par des imposteurs n’ayant conscience que d’eux-même.

         0

        Alerter
        • RV // 23.11.2017 à 18h00

          Je range B. Friot dans le “tiroir” “révolutionnaire”.
          Les intellectuels n’étant pas, par définition progressistes, réactionnaires, de gauche, de droite, ou je ne sais quoi encore.

           0

          Alerter
  • da viken // 19.11.2017 à 09h08

    Une conférence sur le transhumanisme d’Hervé Juvin (youtube), tenue au Parlement de Bruxelles mérite d’être écoutée. Des questions /réponses intéressante pour terminer. Cette vidéo date de 9 mois.

     2

    Alerter
  • Laurent Fournier // 19.11.2017 à 11h26

    L’IA a vocation a devenir une economie parasitique. De plus en plus de logiciels sont a louer, pas a acheter. On gere la non-compatibilite. Ce qu’on paye ce n’est plus l’algorithme, qui est en acces libre depuis longtemps, mais l’interoperabilite des donnees, bref le format de fichier. Ce format change regulierement, et on est oblige de telecharger (“mettre a jour”) la derniere version sinon ca refuse de fonctionner, et de plus en plus de logiciels ne fonctionnent que si l’installation est faite “en ligne”, et ainsi on peut forcer l’achat de materiel. Ce qu’on nous promettait comme une economie des services, non polluante, devient tres polluante car le logiciel gratuit sert a forcer le renouvellemet periodique du materiel, qui se vent et qui pollue. Batteries, metaux lourds, terres rares, tout ca tellement melange que c’est impossible a recycler.

    Cette approche de plus en plus parasitique montre que l’IA ne produit plus assez de richesses pour subvenir a ses moyens. Faut-il accelerer?

     0

    Alerter
  • Didier88600 // 19.11.2017 à 16h24

    Il y a énormément d’articles et de personnalités qui s’expriment sur l’IA en ce moment que ce soit Zuckerberg ou Tesla qui s’affrontent de manière médiatique ou n’importe quel quidam qui veux donner son avis.

    Mon unique interrogation est , a-t-on le choix ? google embarge déjà des cartes dédiées a l’IA dans ses serveurs et beaucoup d’entreprises y on recours. On vois même des “geeks” l’utiliser pour des projets personnels.

    La question n’est pas si l’IA sera mais quant elle sera… gouverner s’est prévoir et l’on sait que nos politiques réagissent plus qu’ils ne prévoient. Un sociologue expliquait que grâce a l’ia et aux logiciels plus évolués dans les 20 ans 50% des métiers actuels seraient appelés a disparaitre.

    Que prévoient nos gouvernant pour faire face ? c’est l’unique question car la société des loisirs et de l’oisiveté (même forcée) arrivera.

    Beaucoup de personnes sur se forum s’inquiètent de leur perte de pouvoir et de position sociale, on est un être humain parce qu’on existe, pas parce que l’on est DRH ou responsable quelconque.

     1

    Alerter
    • Jean // 19.11.2017 à 22h42

      La révolution qui va supprimer plusieurs dizaines de millions d’emplois en Europe ce sera la robotique et les systèmes autonomes. Cela n’a rien à voir avec l’intelligence artificielle.

       0

      Alerter
      • RV // 19.11.2017 à 23h00

        Ce qui laisse entier la question de la subsistance de citoyens sans ressources/sans travail.
        Aujourd’hui la propriété des moyens de production permet de confisquer la valeur, d’où l’enrichissement de quelques uns au détriments du plus grand nombre. Aucune révolution technique, fusse celle de l’IA ne résoudra cette question, qui est celle de l’organisation politique de la société.

         2

        Alerter
        • Sandrine // 20.11.2017 à 11h24

          Vous avez entièrement raison. J’ajouterais que si le travail dans les entreprises n’avait pas été totalement parcellisé dans le cadre de la division “scientifique” du travail en séparant à outrance les fonction d’exécution et de commandement lors des 2 siècles précédents, nous n’en serions peut-être pas là aujourd’hui…
          C’est parce qu’ont a transformé des générations entière de travailleurs en simple pièce dans le rouage du processus de production que nous sommes si vulnérable aujourd’hui face aux progrès de la robotique.

           0

          Alerter
        • Jean // 20.11.2017 à 14h44

          Il y en ce moment un débat au sein des instances européennes qui consiste à se demander s’il faut faire payer aux robots des cotisations sociales, ce qui permettrait de financer le revenu universel. L’Europe, dans les années à venir, sera profondément différente selon la réponse apportée à cette interrogation mais, vu l’ampleur de la corruption, je ne suis pas optimiste.

           0

          Alerter
        • Laurent Fournier // 20.11.2017 à 18h39

          RV, exactement! Mais cette histoire de robots “travaillant pour nous” ne doit pas cacher que c’est l’exact contraire qui se produit: Des armees de millions de travailleurs gratuits “s’occupent de leur android” jour et nuit, qui sur facebook, qui sur twitter, google… Ce ne sont pas les robot qui veillent sur nous, c’est nous qui veillont sur les robots, c’est nous qui leur donnons de notre temps. Et c’est ce temps humain, ces milliards d’heures de veille, de click, de “like”, c’est ce temps d’attention humaine qui rapporte de l’argent, ce n’est evidemment pas le temps machine, qui lui, coute de l’argent. Donc la question des robots doit etre completement retournee, si on veut abandonner les legendes des bandes dessinees des annees 1960 et regarder la realite economique de 2017. Les robots sont une technique de recolte de travail humain, potentiellement plus dure encore que l’esclavage.

           0

          Alerter
      • Didier88600 // 20.11.2017 à 17h26

        Vous avez tort, seule l’intelligence artificielle permet d’exploiter les quantités de données considérable du big data…

        Les futurs voitures/camions autonomes font appellent a l’intelligence artificielle pour planifier leurs déplacements.

        Bref la robotique est déjà largement utilisée dans les entreprises et se n’est pas une révolution.

         0

        Alerter
        • RV // 23.11.2017 à 17h50

          Ne confondons pas puissance de calcul et IA.
          L’IA en est à ses balbutiements, ce sont les algo qui “apprennent” de leur environnement.
          Le traitement, en fait le “crible” d’une grande quantité de données fait essentiellement appel à de la puissance de calcul.

           1

          Alerter
  • scorpionbleu // 19.11.2017 à 17h20

    Ouf ! quelle confusion…ces gens sont des dangers terribles..

    “Et fuir dans un désert le reste des humains”…

     0

    Alerter
  • Pinouille // 19.11.2017 à 23h13

    C’était prévisible: la presque totalité des commentaires ci-dessus rejette en bloc les analyses et projections de L Alexandre dans cette vidéo. Cela en dit long sur le degré de rejet par une partie de la population du monde tel qu’il est et tel qu’il évolue.

    En l’occurrence, L Alexandre propose des orientations qui permettraient de corriger les inégalités qu’il présage croissantes. Mais comment leur donner du crédit si l’on ne partage pas sa vision? Mais comment ne pas partager, ne serait-ce qu’en partie, sa vision alors que le présent est déjà annonciateur de l’avenir: une partie de la population est déjà squeezée du monde du travail car pas assez formée, pas assez outillée, pas assez adaptée à la complexification croissante de notre organisation?

    Ce qui me désespère le plus, c’est que ce blog, qui était jadis un lieu où toutes les tendances pouvaient s’exprimer et échanger des réflexions hétérogènes et de haute volée, est devenu un espace où une unique radicalité s’auto-alimente avec ses propres certitudes. Je me demande ce que pense OB de cette évolution…

     1

    Alerter
    • Tassin // 20.11.2017 à 09h50

      “En l’occurrence, L Alexandre propose des orientations qui permettraient de corriger les inégalités qu’il présage croissantes. ”

      C’est une blague? Ce type est un techno-libéral qui vient vendre sa soupe inégalitaire et destructrice c’est tout. Je ne vois pas où on peut y voir le moindre début d’un appel à la réduction des inégalités.

       1

      Alerter
      • Pinouille // 20.11.2017 à 10h27

        “C’est une blague?”
        Le fait que vous le considériez confirme mon propos précédent (dernier paragraphe).

        “Ce type est un techno-libéral…”
        C’est dit d’un ton tellement péremptoire que cela ne soulève pas le débat…
        Donc tout ce qu’il dit est à jeter à la poubelle? Dans ce cas quel intérêt pour OB de mettre cette vidéo sur son site? Mettre tout le monde d’accord sur les horreurs qu’il avance? Quel intérêt?

        ” Je ne vois pas où on peut y voir le moindre début d’un appel à la réduction des inégalités.”
        Peut-être dans sa proposition de faire un effort considérable dans l’enseignement pour lutter contre l’exclusion d’une partie grandissante de la population de la technicité tout aussi grandissante de notre monde, qui la conduira à l’exclusion pure et simple du marché du travail car remplacée par l’IA. De ne pas se contenter de donner un revenu universel aux exclus, mais de leur offrir des perspectives. A vous de voir…

        Merci de rechercher le mot “certitude” sur cette page et de (re)lire les phrases s’y rapportant sur la droite.

         1

        Alerter
        • Sandrine // 20.11.2017 à 10h50

          Comment faire confiance aux solutions proposées par un type qui nous assène de manière péremptoire en début de vidéo que oui “c’est prouvé”, les gens qui ont du pouvoir ont un fort QI!!!
          Rien que ça rend son discourt suspect et laisse penser qu’il s’agit d’une action de propagande.
          D’ailleurs depuis Mengele et les “docteurs” au service du projet Mk-Ultra, on sait qu’il faut être très très prudent avec les médecins qui se mêlent de politique…

           3

          Alerter
          • Pinouille // 20.11.2017 à 11h27

            “Comment faire confiance aux solutions proposées par un type qui nous assène de manière péremptoire en début de vidéo que oui “c’est prouvé”, les gens qui ont du pouvoir ont un fort QI!!!”
            Il ne le dit pas de manière péremptoire puisqu’il affirme que c’est prouvé. Il ne reste plus qu’à vérifier la véracité de ses dires.

            Et vous avez le droit de ne pas lui faire confiance: l’idée n’est pas de boire ses paroles, mais d’exercer son esprit critique sur une analyse nouvelle, sans à priori.
            [modéré]

             1

            Alerter
            • Sandrine // 20.11.2017 à 13h58

              Péremptoire veut dire catégorique… Donc oui, Alexandre affirme de manière péremptoire et sans apporter le moindre début de petite preuve à ce qu’il affirme que réussite sociale et QI sont liés…
              Faites un petite recherche sur internet à propos du QI et de ses facultés prédictives et vous vous rendrez compte que cet “outil de mesure” est même ordre que les disciplines scientifiques du XIXe qui prétendaient prouver l’infériorité des femmes ou l’inégalité des races en mesurant les cranes: https://fr.wikipedia.org/wiki/Craniom%C3%A9trie
              Et on sait bien où tout cela a mené!

               4

              Alerter
        • Jean // 20.11.2017 à 15h04

          Contrairement à ce que pense ceux qui les exploitent, les pauvres ont moins besoin de travail que d’argent. Je suis certain qu’ils sauront comment s’occuper lorsqu’ils n’auront plus besoin de travailler pour survivre. La grande peur des profiteurs c’est qu’ils ne soient plus indispensables aux exploités car c’est leur enlever leur raison d’être, le pouvoir qu’ils ont acquis sur leurs semblables.

           1

          Alerter
          • Sandrine // 20.11.2017 à 16h30

            Et peut etre aussi tout simplement parce que contrairement à ce qui nous est distillé chaque jour inlassablement, tous ces fabricants de robots hi-tech ont besoin de beaucoup humains qui soient suffisamment formés (et suffisamment nombreux pour que leurs salaires ne soient pas trop élevés) pour, précisément, pouvoir utiliser ces robots… qui sinon ne trouveront jamais d’acheteurs et seront promis à la benne.

             0

            Alerter
            • Jean // 20.11.2017 à 17h17

              Ce n’est pas les humains qui devront s’adapter aux robots mais les robots qui s’adapteront aux humains, en suivant le même processus de démocratisation que les ordinateurs personnels.

               0

              Alerter
            • Laurent Fournier // 20.11.2017 à 18h22

              les 40 dernieres annees n’ont pas vu un “processus d’adaptation des ordinateurs aux humains”! C’est le contraire. En 1970, il etait encore possible de rassembler en quelques volumes la documentation complete d’un ordinateur (genre IBM 360) qui comprenait le langage machine et les routines du systeme. Aujourd’hui plus personne n’a cette vision d’ensemble. C’est devenu impossible. D’ailleurs il n’y a plus de “manuel d’utilisation”, ca ferait des miliers de pages, on ne sait plus ce qu’il y a dedans, on dit “ca ne sert a rien de toute facon” mais lorsque ca coince on dit “il y a un bug” (ou un virus) et on reformate l’engin, pour ne pas etre oblige de comprendre ce qui s’est passe. Il y a eu une gigantesque adaptation des humains aux ordinateurs, et l’entrainement a l’adaptation est “maintenu a niveau” avec chaque nouvelle version: 7, 8, 10… a chaque fois destabilisant sans raison.

               2

              Alerter
          • Pinouille // 20.11.2017 à 16h56

            @Jean
            On peut aussi inverser le raisonnement en utilisant vos termes (que je ne partage pas): le jour où les exploiteurs auront remplacé les exploités par des machines, ils auront absolument toutes les cartes en mains. On ne pourra même plus leur reprocher leur statut d’exploiteur, car les exploités seront transformés en inactifs (voyez-vous poindre l’inversion de l’accusation?).
            Et ces inactifs n’auront que la force du nombre pour faire valoir leur droit à la subsistance. Dans ces conditions, il y a fort à parier qu’ils obtiendront le minimum vital, nécessaire à inhiber toute volonté révolutionnaire.

            Je pense que personne ne souhaite ce futur.

             0

            Alerter
            • Sandrine // 20.11.2017 à 17h18

              C’est tout l’enjeu du discours sur l’IA, justement : si on laisse entendre que les robots pourraient devenir “vraiment” intelligents (c’est à dire autonomes) dans un futur proche, les masses humaines ont effectivement du mouron à se faire…
              Tout porte au contraire à penser qu’en l’état actuel des connaissances, nos robots hi-tech dernier cri ont toujours désespérément besoin de l’homme pour fonctionner ( mais un homme bien spécial, formaté pour penser comme une machine afin d’exploiter au mieux le potentiel des-dites machines)

               0

              Alerter
            • Jean // 20.11.2017 à 17h28

              Vous oubliez que les exploiteurs auront toujours besoin des consommateurs car il ne suffit pas de produire, il faut vendre.
              Qui a le plus besoin l’un de l’autre, le maitre ou l’esclave ?

               0

              Alerter
            • Sandrine // 20.11.2017 à 21h17

              @ Jean, a court terme la consommation de masse est une donnée du problème, mais pas à moyen terme; dans une perspective transhumaniste la consommation de masse n’est pas souhaitable car elle utilise trop de ces précieuses matières premières (rares par définition dans le contexte de crise écologique que nous connaissons)dont l’elite transhumaniste aura un besoin vital pour continuer à s’augmenter et prolonger sa vie… La masse improductive deviendra vite non seulement un fardeau mais un concurrent (dans la consommation des ressources )dont il conviendra de se débarrasser sans trop de douleurs…

               0

              Alerter
            • Sandrine // 20.11.2017 à 21h21

              Pour cette raison, d’ailleues, il est capital de s’opposer à la privatisation du vivant (par le biais notamment des soi disant brevets posés sur des espèces végétales existant depuis des millénaires, par exemple)

               0

              Alerter
            • Pinouille // 21.11.2017 à 11h08

              @Jean
              “Vous oubliez que les exploiteurs auront toujours besoin des consommateurs car il ne suffit pas de produire, il faut vendre.”
              C’est en effet pertinent (et d’ailleurs d’actualité), je ne l’oublie pas. Mais ce constat ne résout rien: hormis toute considération morale, donner de l’argent à quelqu’un qui ne produit aucune richesse pour qu’il puisse consommer les produits que l’on fabrique, n’est juste pas rentable. Dans le cas contraire, il suffirait d’inonder de billets les pays pauvres pour enrichir tout le monde. La création de richesse à l’échelle individuelle (par le travail) est au centre de la construction économique.

              “Qui a le plus besoin l’un de l’autre, le maitre ou l’esclave ?”
              Le maître a besoin de la force de travail de l’esclave. Quand il l’aura remplacé par des robots/IA, l’esclave se transformera en inactif: l’exploité se transformera en inutile… Amha, les notions d’exploiteur et d’exploité auront du plomb dans l’aile.

               0

              Alerter
            • Jean // 21.11.2017 à 11h32

              @Sandrine
              Nous sommes à un carrefour de notre évolution et nous irons soit vers une société plus démocratique avec un partage plus équitable des ressources soit vers une dictature dans laquelle une minorité captera l’essentiel des richesses. Dans cette perspective les problématiques écologiques, économiques et politiques sont indissociables.
              La privatisation ou la destruction du bien commun oriente notre évolution vers la seconde option. Voir à ce sujet “Comment et pourquoi les riches détruisent la planète” :

              https://www.youtube.com/watch?v=TqQ115R932c

               1

              Alerter
            • Jean // 21.11.2017 à 18h55

              @Pinouille
              => donner de l’argent à quelqu’un qui ne produit aucune richesse pour qu’il puisse consommer les produits que l’on fabrique, n’est juste pas rentable.

              Si c’est économiquement rentable, hormis toute considération morale, car ces gens n’accepteront pas de se laisser mourir de faim sans rien faire et ce modèle se société implique une telle recrudescence de l’insécurité qu’il exigera des moyens policiers considérable et, accessoirement, la mort de la démocratie pour pouvoir fonctionner.

              http://www.numerama.com/politique/177065-faut-il-que-les-robots-et-les-ia-payent-des-cotisations-sociales.html

              Si l’on pouvait mettre sur une planète tous ceux qui considèrent que l’existence est une compétition et sur une autre ceux qui considèrent au contraire qu’elle devrait être une coopération, je suis persuadé que les seconds se développeraient beaucoup plus rapidement. Pour notre malheur les loups gouvernent les agneaux, pourtant bien plus nombreux, et ils mènent ce monde à sa perte.

               1

              Alerter
            • Pinouille // 27.11.2017 à 12h07

              @Jean
              “ce modèle se société implique une telle recrudescence de l’insécurité…”
              Remarque pertinente, qui fait écho au discours de L ALexandre sur le revenu universel. Il me semble qu’elle n’invalide pas mon propos: ceux qui créeront la richesse calibreront la taille des miettes à laisser aux inactifs pour avoir la paix sociale qu’ils estiment leur convenir. Peut-on espérer qu’ils choisissent de se dessaisir de tout pour le bonheur partagé de l’humanité?

              “… je suis persuadé que les seconds se développeraient beaucoup plus rapidement.”
              Tout dépend de se que vous entendez par “se développer”… Le sujet est vaste.
              Nombreux sont ceux qui veulent croire à une société plus égalitariste: cela relève de la morale la plus naturelle (plus ou moins enrobée de notions philosophiques). La coopération ne peut fonctionner qu’avec l’engagement de tous, à-peu-près uniformément réparti. Les expériences passées (ex: kibboutz) ont plutôt tendance à montrer les limites de cette aspiration.

               0

              Alerter
  • Ludovic Joubert // 20.11.2017 à 17h59

    Information à l’intention des intelligences naturelles : ça ne commence qu’à 13 mn du début de la vidéo.

     0

    Alerter
  • Babobu // 21.11.2017 à 15h24

    C’est un apologiste de la nouvelle religion, comme saint Paul, ou Mahommed, nous disent que le pouvoir est forcement légitime car forcement agréé par Dieu lui-même. Laurent Alexandre nous dit que le pouvoir est forcement exercé par une élite intellectuelle supérieurement intelligente….
    C’est une religion à 100% matérialiste… Considérer se mouvement de pensée comme tel, et regardé cette secte composé de dogmatique plein aux as conquérir le monde….
    Question piège: Quelle est le peuple ayant le QI moyen le plus élevé de la planête?
    Quelle est l’orientation sexuelle ayant le QI moyen le plus élevé de la planète?
    Tout ça c’est baliverne ….

     1

    Alerter
    • Raphaël // 22.11.2017 à 14h16

      C’est les chinois et les asiatiques en général… Le premier pays occidental est l’Italie, on doit en déduire quoi au juste ?

       0

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications