Les Crises Les Crises
6.août.20226.8.2022 // par Olivier Berruyer

VIETNAM, ISRAËL, IRAK : LES RÉVÉLATIONS D’UN JOURNALISTE DE GUERRE – Seymour Hersh

Merci 79
Je commente
J'envoie

Seymour HERSH est un journaliste d’investigation américain spécialisé dans les affaires militaires américaines et les services secrets. Il écrit notamment pour The New Yorker et le New York Times. Il est à l’origine de nombreuses révélations, comme d’actes de torture à Abou Ghraib ou encore le massacre de Mỹ Lai au Viêt Nam, révélation pour laquelle il obtient un prix Pulitzer. Il livre à Olivier Berruyer pour Élucid son témoignage : nous racontant l’âge d’or du journalisme américain auquel il a participé, et proposant sa critique du système médiatique actuel.

▶ N’oubliez pas de vous abonner à la chaine Youtube Élucid pour ne rien louper (rapide, et gratuit), et de partager la vidéo si elle vous a plu, pour lui donner plus de visibilité !

OFFRE SPÉCIALE D’ABONNEMENT ÉLUCID
Utilisez le code promo « LESCRISES », et accédez à tous nos contenus exclusifs : cliquez ICI pour découvrir nos offres

 

Commentaire recommandé

Fritz // 06.08.2022 à 12h30

Allez sur Wikipédia constater comment l’article Seymour Hersh a été salo·pé par les néocons du genre Tan Khaerr, c’est impressionnant. Le système est bien verrouillé : les dissidents sont traînés dans la boue, calomniés, diffamés, et quiconque essaie de nuancer ce monceau de calomnies se voit censurer sous prétexte qu’il utilise des sources « non admissibles », « complotistes », « prorusses » (comme les crises.fr). Chacun sait que Le Monde, Libé, Bellingcat et les Décodeurs du Monde disent toujours la Pure Vérité. Je parle d’expérience, étant contributeur sur Wikipédia.

Et ensuite, des journalistes pressés vont se baser sur Wikipédia pour répéter que Seymour Hersh est devenu infréquentable…

5 réactions et commentaires

  • Fritz // 06.08.2022 à 12h30

    Allez sur Wikipédia constater comment l’article Seymour Hersh a été salo·pé par les néocons du genre Tan Khaerr, c’est impressionnant. Le système est bien verrouillé : les dissidents sont traînés dans la boue, calomniés, diffamés, et quiconque essaie de nuancer ce monceau de calomnies se voit censurer sous prétexte qu’il utilise des sources « non admissibles », « complotistes », « prorusses » (comme les crises.fr). Chacun sait que Le Monde, Libé, Bellingcat et les Décodeurs du Monde disent toujours la Pure Vérité. Je parle d’expérience, étant contributeur sur Wikipédia.

    Et ensuite, des journalistes pressés vont se baser sur Wikipédia pour répéter que Seymour Hersh est devenu infréquentable…

  • Hiro Masamune // 07.08.2022 à 10h08

    J’ai toujours du mal savoir si les canaux d’informations alternatifs ont engendré la presse fast-food ou si c’est l’inverse, le seul fait notable c’est qu’apparemment c’est lié. Ça me rappelle un peu les libelles tout ça , c’est pas vraiment neuf.
    La question qui reste c’est l’utilité d’une presse institutionnelle que personne ne croit plus et qui influence de moins en moins l’opinion.

    • Grd-mère Michelle // 07.08.2022 à 11h45

      Oui, en effet, il s’agirait que les citoyen-ne-s exigent des services publics d’information, en grande partie subsidiés avec LEUR ARGENT, LEURS IMPÔTS, un engagement ferme et déclaré de ne leur transmettre que des « nouvelles » exactes, correctes, vérifiées et vérifiables, dans tous les domaines.
      Ou, du moins, d’employer le conditionnel, de mettre des guillemets, des points d’interrogation, en cas de doute…
      En principe, c’est ce que s’engage à faire tout-e journaliste honnête en embrassant la profession…

    • JnnT // 08.08.2022 à 23h20

      Cette presse-là joue un rôle en diffusant le narratif autorisé et en faisant croire à la fiction d’une presse libre, sans laquelle on ne pourrait pas faire croire au bon peuple qu’il vit en démocratie.

      Ne pas oublier la capacité des oligarques propriétaire de journaux à influer sur les politiques dont ils peuvent servir ou déservir la carrière.

  • Zaza // 07.08.2022 à 12h04

    Génial, cet entretien du Dimanche « l’âge d’or du journaliste »! C est de l’Histoire. Et ce journaliste a une maniere a la fois directe et délicate pour nous relier, nous les hommes.

    Pour comprendre, il faut ruminer. Comme les vaches, il faut du temps, de la tranquillité, et un peu d’ombre. On n à pas besoin en effet la télé.
    Merci à vous

  • Afficher tous les commentaires

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charte de modérations des commentaires

Et recevez nos publications