Nous vous proposons aujourd’hui en exclusivité une interview du mois dernier de Theodore A. Postol, Professeur émérite en science, technologie et en politique de sécurité nationale et ancien conseiller scientifique auprès du chef des opérations navales de l’armée américaine. Il donne sa vision sur l’attaque de 2013, sur BellingCat (avec qui il a un peu travaillé), sur le journalisme et le risque nucléaire militaire. Il parle ici sans langue de bois ; ses propos – que nous ne partageons pas forcement toujours entièrement – n’engagent évidemment que lui. Nous les soumettons pour les offrir au débat.

Dossier Eliot Higgins / Bellingcat par Édouard Vuiart

  1. Chomsky : “Si vous courez après le pouvoir et les privilèges, ce sera toujours au détriment de la vérité et de la justice.”
  2. Eliot Higgins : La Fable
  3. Qui est Eliot Higgins ?
  4. Eliot Higgins : Un exemple de méthode criticable
  5. Eliot Higgins : Le Chevalier blanc … de Google
  6. Postol : “Bellingcat a refusé de publier toute information en contradiction avec sa version des faits.”

Source : Les-crises.fr, Edouard Vuiart, mars 2017

Edouard Vuiart (les-crises.fr) : « Theodore Postol, merci beaucoup d’avoir accepté notre invitation. Le 21 août 2013, à la Ghouta, en Syrie, des roquettes contenant du gaz sarin ont été tirées sur deux zones contrôlées par l’opposition. Cette attaque représente l’utilisation la plus meurtrière d’armes chimiques depuis la guerre Iran–Irak, avec un bilan compris entre 281 au minimum et 1 729 morts. En septembre 2013, la Maison-Blanche a publié un compte-rendu des renseignements américains affirmant que l’attaque chimique a été lancée depuis des zones contrôlées par le gouvernement syrien. En janvier 2014, vous publiez une étude à ce sujet avec vos collègues du MIT et l’ancien inspecteur en désarmement des Nations unies, Richard Lloyd. Pouvez-vous nous dire ce que vous avez trouvé et quelles conclusions on peut en tirer ? »

Theodore Postol : « Eh bien, dans un laps de temps très court, peut-être une ou deux semaines, nous avons tout d’abord rassemblé des informations en faisant des recherches sur le web. Les vidéos et les photographies que nous avons trouvées nous ont amenés à comprendre comment l’arme avait fonctionné. Le résultat de notre analyse était que chaque roquette pouvait contenir 50 litres de sarin approximativement, au lieu de cinq litres, comme tout un chacun le supposait alors. L’arme chimique utilisée dans l’attaque à l’agent innervant perpétrée à Damas le 21 août 2013, au vu de ses caractéristiques, transportait un volume de sarin beaucoup plus important que ce que chacun semblait croire. Cette découverte expliquait pourquoi l’attaque avait pu faire un si grand nombre de victimes.

En poursuivant notre analyse de la roquette à agent neurotoxique, nous avons conclu que l’arme avait une portée de seulement deux kilomètres. L’évaluation de l’impact de l’arme chimique menée de manière indépendante par les Nations Unies est en total accord avec ce que nous avons trouvé. Ce détail technique apparemment mineur a des implications majeures. La Maison-Blanche a publié un compte-rendu des renseignements américains en septembre 2013, qui comporte une affirmation fondamentale : l’attaque chimique a été lancée depuis des zones contrôlées par le gouvernement syrien. Cela n’aurait pu être le cas que si l’arme avait eu une portée de 10 kilomètres environ.

[Source : MIT]

La Maison-Blanche précise que ces données ont été collectées grâce à des capteurs, ce qui pose de très sérieuses questions sur l’important écart que nous trouvons avec les mesures produites par ces systèmes techniques. Nous connaissons plutôt bien les satellites spatiaux à infrarouge américains, aussi nous avons été capables d’exclure immédiatement une erreur du système de mesure. Cela posait alors la question de savoir si les services de renseignement, la Maison-Blanche, ou les deux entités, avaient présenté de manière faussée les renseignements américains aux Nations Unies, au Congrès et au public américain.

Nous disons que nous ne savons pas qui a exécuté l’attaque, mais que nous savons avec certitude que les renseignements présentés par la Maison-Blanche en septembre 2013 ne peuvent assurément pas être corrects. Le gaz sarin ne peut pas en aucun cas avoir été tiré sur la Ghouta orientale depuis le « cœur », ou depuis la frontière est de la zone contrôlée par le gouvernement syrien telle que montrée dans la carte des Renseignements publiée par la Maison-Blanche le 30 août 2013.

Comme vous le savez probablement, Seymour Hersh a enquêté à ce propos et ses découvertes indiquent que l’attaque aurait pu avoir été faite par un groupe rebelle. Nos découvertes concordent avec cette possibilité, mais nous n’avons pas pris de position sur ce qui s’est réellement passé car nous n’avons pas été en mesure de découvrir des preuves techniques concrètes qui désigneraient telle ou telle partie.

Une des questions les plus intéressantes que soulève notre analyse de l’attaque à l’agent neurotoxique du 21 août 2013 est la suivante : comment est-il possible que la Maison-Blanche produise un rapport des renseignements manifestement tellement inexact, contenant des affirmations fausses à propos de données censées montrer selon eux que le gouvernement syrien était à l’origine de l’attaque chimique. Ces renseignements erronés auraient pu conduire à une action militaire américaine injustifiée fondée sur des renseignements faux. Un contrôle approprié, révélant que l’arme était d’une portée aussi courte, aurait conduit à une évaluation complètement différente de la situation à partir des données recueillies. »

[Pour aller plus loin : rapport du MIT « Implications possibles d’un dysfonctionnement des Renseignement techniques US »]

Edouard Vuiart (les-crises.fr) : « Le fondateur de Bellingcat’s, Eliot Higgins, a affirmé que vos premières conclusions sont tirées de son site. Quels liens exactement y a-t-il entre Bellingcat et votre étude ? Que pouvez-vous nous dire à propos de Eliot Higgins et de son travail ?

Dr. Theodore Postol : « Nous avons reconnu avoir récolté sur son site web les informations qui nous ont permis nos premières grandes conclusions, c’est la réponse que nous avons faite aux propos de M. Higgins disant que nous avions exploité son site web. Ces conclusions majeures étaient que l’arme chimique à produit neurotoxique utilisée pour bombarder Damas le 21 août 2013 contenait, au vu de ses caractéristiques, un volume de sarin beaucoup plus important que ce que n’importe qui à l’époque, y compris M. Higgins, semblait croire. M. Higgins n’a pas joué de rôle dans cette analyse, mais son site contenait une série de vidéos montrant les points d’impact des roquettes. Il nous a semblé évident que M. Higgins cherchait à s’approprier notre travail, mais il est également vrai qu’à l’origine, nous avons utilisé son site web pour y trouver des données. Donc, dans un souci d’équité et d’honnêteté, nous avons souligné que son site était la source originale de nos premières tentatives pour obtenir de l’information.

La poursuite de nos recherches sur internet nous a fait découvrir des éléments significatifs qui contredisaient les affirmations que Higgins faisait alors sur son site web. Mon collègue, Dick Lloyd, a passé beaucoup de temps à communiquer ces faits supplémentaires et ces découvertes à M. Higgins, qui a purement et simplement refusé de publier toute information en contradiction avec sa version des faits.

Quand nous avons commencé à diffuser la nouvelle que l’arme chimique avait une portée limitée à deux kilomètres, Higgins a immédiatement commencé à mettre en doute nos résultats. Il n’avait pas la plus élémentaire compréhension technique de la nature des calculs que nous avions faits pour montrer que l’arme avait une portée de deux kilomètres seulement. Il nous a posé des questions si peu pertinentes sur nos calculs techniques qu’il était clair qu’il n’avait pas la moindre idée de ce dont il parlait.

Quand les Nations Unies ont produit une étude indépendante s’accordant avec notre estimation de deux kilomètres, Higgins a alors commencé à prétendre qu’il avait des preuves d’incursion des troupes gouvernementales syriennes dans des “zones contrôlées par les rebelles”. Nous n’avons pu trouver la moindre raison de croire à ce qu’il racontait En résumé, il ne semblait prendre en considération que les faits qui confortaient ses allégations d’une responsabilité du gouvernement syrien dans l’attaque.

Dans l’intervalle, nous sommes entrés en communication avec Dan Kaszeta, un bon alter ego de Higgins. M. Kaszeta se présentait comme un expert en armes chimiques mais comme Higgins, il s’est révélé être un gigantesque imposteur. Il a prétendu avoir des preuves de l’implication du gouvernement syrien pour le sarin utilisé pendant l’attaque. Mais l’échange que j’ai eu avec Kaszeta a montré clairement et sans ambiguïté que Mr. Kaszeta est un imposteur qui n’a pas la moindre idée de ce dont il parle. Si M. Higgins et M. Kaszeta s’y connaissaient en produits neurotoxiques, ils se seraient immédiatement demandé comment quelques litres de ce produit pouvaient avoir eu un impact aussi important sur un périmètre aussi large. »

Edouard Vuiart (les-crises.fr) : « Néanmoins, les médias mainstream ont mis en avant Higgins, saluant ses méthodes “révolutionnaires” et son combat contre les fake news. Le journal français Le Monde l’a même présenté comme « l’avenir du journalisme ». Que pensez-vous de la détérioration significative de la qualité de la couverture médiatique?

Dr. Theodore Postol : « Tout au long de ma carrière, je me suis appliqué à travailler avec les journalistes à chaque occasion. J’ai toujours considéré le journalisme comme l’élément-clé permettant de rendre les démocraties effectives. Malheureusement, je suis entièrement d’accord avec vous sur le fait qu’il y a eu une détérioration significative de la qualité de la couverture médiatique au cours des dernières décennies, et à mon avis, les fake news témoignent également du déclin du niveau rédactionnel des nouveaux médias.

Le fait que Le Monde puisse citer quelqu’un comme Eliot Higgins, qui est en fait une sorte de producteur de fake news, souligne violemment le manque de vigilance éditoriale du Monde. Un tout petit effort de la part de la rédaction du Monde aurait suffi à constater qu’on peut dire que M. Higgins est en fait une sorte de pourvoyeur de fake news. Au lieu de cela, les rédacteurs en chef du Monde semblent avoir donné leur imprimatur à Higgins en tant que source d’information sérieuse…

Je ne vise pas spécifiquement Le Monde, vous devez aussi savoir que j’ai le même avis (et la preuve irréfutable) de la légèreté du contrôle éditorial du New York Times et du New Yorker, qui ont tous deux publié quelques-unes des élucubrations de Higgins et de son collègue Kaszeta. Tout journaliste ou organe de presse qui considère que Bellingcat peut être un vecteur d’information vraiment fiable démontre simplement qu’il n’a guère fait de vérification des évènements qui sont présentés de manière biaisée sur Bellingcat.

Malheureusement, les inquiétudes à propos des fake news doivent s’étendre à certains médias mainstream qui ne font pas leur travail et dont les récits provoquent des effets assez semblables aux fake news qu’ils critiquent. Comme vous le savez peut-être déjà, l’Atlantic Monthly a publié une longue interview d’Obama, où Obama raconte au journaliste qu’un jour, James Clapper lui a dit que le renseignement qui tendait à montrer que la Syrie était à l’origine de l’attaque n’était pas “exempt de tout doute .” La question qu’auraient dû se poser instantanément les médias mainstream est la suivante : comment est-il possible que la Maison-Blanche publie un rapport des services secrets et que le président soit informé peu après sa publication que les découvertes qu’il contient sont probablement inexactes ?

Il faut aussi se demander ce que savait le Secrétaire d’Etat John Kerry quand il a dit à la Commission des affaires étrangères du Sénat que les preuves de l’attaque à l’agent neurotoxique par le gouvernement syrien était absolument indiscutables et que quiconque suggérait autre chose cherchait des excuses [au gouvernement syrien]. Que faisait Clapper quand ce rapport erroné des services de renseignement a été produit et publié ? Quel est l’intérêt d’avoir un Directeur des services de renseignement à la Maison-Blanche si au final, la Maison-Blanche produit un rapport erroné desdits services qui peut avoir mené à une guerre injustifiée entre les Etats-Unis et la Syrie ? Est-ce que le Secrétaire d’Etat a lui-même été induit en erreur par M. Clapper, ou bien a-t-il menti sciemment à la Commission des affaires étrangères du Sénat et au public américain ? C’est à croire que les médias mainstream sont décérébrés quand on regarde la gravité de ce qui s’est passé et le manque complet de journalisme d’investigation sur le sujet. »

Edouard Vuiart (les-crises.fr) : « Vingt-cinq ans après la fin de la guerre froide, les USA et la Russie musclent à nouveau tous deux leur arsenal nucléaire. L’élection de Donald Trump soulève toute une série de questions pour les Etats-Unis. Pensez-vous qu’une guerre nucléaire est maintenant possible ? Et, même si aucun État n’est réellement prêt à appuyer sur le bouton – est-ce que cela pourrait arriver par accident ?

Dr. Theodore Postol : « Je crois qu’il y a un danger qui s’accroît de guerre nucléaire accidentelle avec la Russie. Je pense que la politique actuelle de confrontation entre la Russie et l’Occident et, en particulier, entre la Russie et les Américains est potentiellement dangereuse. Les deux pays sont très conscients des conséquences catastrophiques qu’aurait l’utilisation d’armes nucléaires par l’une ou l’autre partie, aussi je pense qu’ils vont être tous deux très prudents – mais je pense que le danger existe, oui. La situation actuelle est devenue tellement désespérée que le Bulletin of the Atomic Scientists a abaissé le temps restant jusqu’à Armageddon, sur leur horloge de fin du monde, de cinq à deux minutes et demi. Le problème est que tant que les forces sont en alerte, à un niveau élevé, il y a toujours la possibilité d’une série d’accidents inattendus qui conduiraient à un échange nucléaire, et je pense que c’est là le vrai danger.

Pour les Américains, je pense que tout ceci est une conséquence de la politique intérieure. La politique intérieure a conduit M. Obama à décider – à tort, pour être franc, c’est mon opinion – qu’il devait moderniser l’arsenal américain afin de parer aux critiques sur sa politique de défense du pays. Je pense que cela se poursuit parce que tous les dirigeants américains ont des engagements de politique interne en matière de défense antimissile. Il me semble que les grandes compagnies de défense qui travaillent sur ce créneau ont voulu conserver leurs contrats ; or le Congrès américain est fortement influencé par ces compagnies qui ont la capacité d’influer sur les élections par leur argent.

Les réactions russes à des actions irréfléchies de la part de l’Occident sont elles-mêmes inconsidérées et dangereuses, mais je sais que les dirigeants politiques en Russie croient devoir répondre à ce qu’ils considèrent comme une intrusion permanente et un plan d’intimidation de la part de l’Amérique. Qu’il s’agisse d’une stratégie intentionnelle de la part des Américains ou non – je n’ai aucun moyen de le savoir. D’un point de vue purement technique, la sécurité de la Russie n’en est en aucun cas améliorée – et elle pourrait même s’en trouver dégradée, du fait d’une surréaction américaine.

Des militaires russes techniquement bien informés devraient comprendre que la défense antimissile américaine n’est pas viable – je veux dire qu’elle n’a aucune capacité. Toutefois, ils ne peuvent pas pour autant traiter cette défense antimissile comme si elle n’avait aucune capacité. Les Américains ont montré qu’ils étaient plus que capables de s’engager dans des actions militaires irrationnelles, et les militaires russes ne peuvent pas être certains que les Américains ne vont pas changer quelque chose à leur défense antimissile dans quelque scénario imprévu.

Pendant le Forum Economique International de St. Petersbourg en juin 2016, Poutine a clairement déclaré qu’il ne croyait pas que la défense américaine antimissile actuelle puisse contrer les missiles balistiques à long-portée russes, mais il soutenait dans le même temps que des améliorations apportées à la défense antimissile pouvaient à un moment donné modifier “l’équilibre.” Il a fait référence au projet du programme américain « Prompt Global Strike » consistant à poser des missiles balistiques à armes conventionnelles sur les sous-marins Trident. Il a clairement et correctement identifié les signaux d’alerte précoce que cela créerait si un tel projet était mis en œuvre. Il a pointé les conséquences négatives pour la stabilité globale d’actions de défense antimissile américains ; c’est selon moi une vision techniquement juste et tout à fait réaliste.

L’administration Trump vient d’annoncer qu’elle allait renforcer et “moderniser” la défense antimissile. Il n’y a pas de détails à ce sujet, et je doute qu’il y ait des détails derrière l’annonce, mais s’ils s’engagent d’une manière sérieuse dans cette voie, nous pouvons avoir l’assurance que les relations entre la Russie et la Chine vont continuer à être problématiques et vont le devenir de plus en plus.

En raison de sérieuses limites techniques dans la base industrielle de la Russie, la Russie n’a pas été capable de construire un système d’alerte antimissile par satellite fiable. Cela signifie que la Russie a très peu de connaissance de la situation ou d’alerte en cas d’attaque nucléaire par des missiles balistiques. Je crois que c’est très dangereux pour tout le monde et qu’il est dans l’intérêt de tous d’aider à corriger cette situation en permettant à la Russie d’accéder aux technologies de détection appropriée. La France, et également l’Allemagne, disposent de ces technologies qui pourraient grandement réduire les dangers pour tous si elles étaient partagées.

Nous serions tous beaucoup plus en sécurité si la Russie n’avait pas de trous dans ses systèmes d’alerte précoce. Les Américains et les Européens disposent de cette technologie et pourraient la lui fournir. Moscou n’aurait potentiellement que huit à dix minutes maximum d’avertissement en cas d’attaque par un sous-marin Trident. Cette petite fenêtre de temps n’est pas suffisante pour prendre une décision. Cette insuffisance dangereuse pourrait grandement augmenter les chances d’accidents irréversibles impliquant les forces centrales stratégiques nucléaires de la Russie et des Etats-Unis.

Edouard Vuiart (les-crises.fr) : « M. Postol, merci beaucoup pour cette très intéressante discussion. »

Dr. Theodore Postol : « Merci pour les efforts que vous faites pour promouvoir une information de presse précise. La presse est l’outil de la démocratie, et j’ai peur que la baisse tendancielle de qualité du journalisme occidental qu’on a pu constater ces dernières décennies et qu’on constatera encore, continue à avoir des effets délétères graves sur le fonctionnement de nos démocraties. »

Source : Les-crises.fr, Edouard Vuiart, mars 2017

Theodore Postol est professeur de Science, Technologie et de Stratégie en Sécurité Nationale dans le programme de Science, Technologie et Société du MIT (Massachusetts Institute of Technology). Il a fait ses études de premier cycle en physique et de deuxième cycle en ingénierie nucléaire au Massachusetts Institute of Technology. Après avoir obtenu son doctorat, le Professeur Postol a rejoint l’équipe du Laboratoire National Argonne, où il a étudié la dynamique microscopique et la structure des liquides ainsi que des solides amorphes à l’aide de la diffusion de neutrons, de rayons X, et de lumière, en parallèle avec des techniques informatisées de dynamique moléculaire. Par la suite, il s’est dirigé vers le bureau du Congrès d’Évaluation Technologique pour étudier les méthodes de déploiement des missiles MX, et, plus tard, il a travaillé comme conseiller scientifique auprès du chef des opérations navales.

Après avoir quitté le Pentagone, le Professeur Postol a participé à la mise en place d’un programme à l’Université de Stanford pour former les chercheurs en milieu de carrière à étudier les développements dans les technologies d’armement relatives à la défense et à la stratégie de contrôle des armes. En 1990, la Société Américaine de Physique remet le prix Leo Szilard au Professeur Postol. En 1995, il reçoit le prix Hilliard Roderick des mains de l’Association Américaine pour l’Avancée des Sciences, et en 2001 le prix Norbert Wiener remis par Les Professionnels de l’Informatique pour la Responsabilité Sociale pour avoir débusqué un grand nombre d’affirmations fausses sur les défenses par missiles.

77 réponses à Postol : “Bellingcat a refusé de publier toute information en contradiction avec sa version des faits.”

Commentaires recommandés

astap66 Le 14 avril 2017 à 07h45

Intéressante analyse, à commparer avec un passage de l’article des DECODEX du Monde intitulé “Bombardement chimique en Syrie : les intox à l’épreuve des faits”

Les auteurs, après avoir une nouvelle fois égratigné le site Les Crises pour avoir publié l’interview d’un spécialiste mettant en doute la responsabilité du gouvernement syrien (et alors, c’est dingue ça, ou ne peut même pas publier, en y mettant toutes les distances d’usage, quelqu’un qui conteste des accusations non prouvées ?!) disent explicitement ceci :

“il ne s’agissait pas d’un rapport des Nations unies, mais d’un rapport de Richard Lloyd, ancien inspecteur de l’ONU, pour le Massachusetts Institute of Technology. Il estimait que l’attaque au gaz sarin de la Ghouta, une banlieue de Damas, le 21 août 2013, ne pouvait être le fait des forces du régime syrien, et l’attribuait donc aux rebelles.

Cette thèse elle-même fait l’objet d’une controverse, puisque la contre-analyse d’Elliot Higgins sur le site d’enquête britannique Bellingcat a, par la suite, mis en doute les conclusions de M. Lloyd. Rien ne permet, selon M. Higgins, d’affirmer que les forces du régime ne pouvaient techniquement pas être responsables de l’attaque”.

Donc ils mettent exactement sur le même plan une étude effectuée par des chercheurs et spécialistes éprouvés et les “réponses” d’un blogueur ex chômeur n’ayant aucune compétence en chimie ou en ballistique ????

Le site DECODEX devrait être classé rouge suivant ses propres critères !!

  1. Caliban Le 14 avril 2017 à 02h18
    Afficher/Masquer

    Article à faire circuler !
    Il contient des informations et des analyses géostratégiques qui doivent faire réfléchir. Quant à la “généreuse idée” d’aider la Russie militairement pour le bien de tous … rien que pour voir les éditocrates se planquer sous la table 🙂


    • Pascalcs Le 14 avril 2017 à 07h05
      Afficher/Masquer

      Th. Postol a également commenté la dernière attaque chimique en Syrie et son sentiment rejoint ce que l’on perçoit désormais de plus en plus, à savoir, une condamnation (occidentale) unanime du régime Syrien sans aucune preuve.:

      https://fr.scribd.com/mobile/document/344995943/Report-by-White-House-Alleging-Proof-of-Syria-as-the-Perpetrator-of-the-Nerve-Agent-Attack-in-Khan-Shaykhun-on-April-4-2017#from_embed


      • Pascalcs Le 14 avril 2017 à 10h09
        Afficher/Masquer

        Excusez moi pour la répétition. Je vois maintenant qu’un article publié hier sur le site était dédié au commentaire de Th. Postol sur l’attaque d’avril.


    • bats0 Le 14 avril 2017 à 11h45
      Afficher/Masquer

      Oui tout à fait d’accord avec vous Caliban : article d’excellente qualité, avec des questions soigneusement posées, et des réponses de grandes précisions, impliquant, au préalable, un travail considérable de recherche.
      Merci donc à Edouard Vuiart pour ses questions pertinentes, et il ne faut pas sous-estimer la ténacité pour l’obtention d’une telle interview avec une personnalité aussi prestigieuse que Dr. Theodore Postol.
      Merci aussi a Olivier qui permet de réunir de tels intervenants pour la qualité de ce blog.


      • Prométhée Enchaîné Le 14 avril 2017 à 17h55
        Afficher/Masquer

        Salut les censeurs, pardon, les modérateurs,

        Je sais c’est casse-pied les contradicteurs et surtout les faits, alors mieux vaut me bannir définitivement. Ce sera plus confortable pour vous intellectuellement. Même L’Immonde comme vous l’appelez dans ces contrées ne modère pas à ce point (d’ailleurs modère-t-il…).

        Heureusement il me reste les captures d’écran !


        • Prométhée Enchaîné Le 14 avril 2017 à 20h00
          Afficher/Masquer

          Tenez, j’ai trouvé votre prochain article ! http://tass.com/politics/941476

          Ca c’est ce que j’appelle troller !


          • Les-crises Le 14 avril 2017 à 20h45
            Afficher/Masquer

            Merci pour ce commentaire éclairant


        • Les-crises Le 14 avril 2017 à 20h50
          Afficher/Masquer

          Vous en êtes à 18 commentaires en moins de 2 jours (quelle censure), sur des sujets parfois même non traités dans l’article, ce qui est contradiction avec la Charte des commentaires.

          Je répète, on a très bien compris votre position, on la trouve d’ailleurs facilement dans Le Monde… (que j’encourage à lire, il faut multiplier ses sources d’information 🙂 )

          Si vous avez des compétences en Diplomatie ou Armements, n’hésitez pas à pondre un article – je le reprendrai avec plaisir s’il tient la route…

          “Même L’Immonde comme vous l’appelez dans ces contrées ”
          1/ c’est un mot de De Gaulle qui l’appelait, déjà, ainsi
          2/ vous avez parfaitement raison pour la modération par rapport au Monde. Avez-vous cependant pensé – juste comme ça – que cela pouvait être lié au fait que seuls les abonnés (qui payent donc cher pour lire Le Monde) peuvent commenter ?


          • Prométhée Enchaîné Le 15 avril 2017 à 01h35
            Afficher/Masquer

            Deux commentaires pour cet article étaient dans le sujet, les deux autres répondaient à d’autres commentaires, eux, hors-sujet (le texte de l’Onu). Combien de commentaires hors-sujet pour ce seul article par les autres commentateurs ? Sont-ils modérés systématiquement ? Je peux vous le dire : non.
            Les autres fois, plusieurs personnes me tombent dessus avec plus ou moins de mauvaise foi, alors j’essaie de clarifier et d’argumenter. Mais ça finit toujours de la même manière, on supprime MES commentaires, pas ceux des gens qui sont largement hors-sujet, rebondissent sur des détails insignifiants, et qui soit dit en passant racontent n’importe quoi. Je ne sais même pas si vous vous en rendez compte… Je ne suis pas contre la modération (même de mes commentaires hors-sujet), je suis contre la modération inique.

            C’est pas une question de position/opinion, c’est une question de faits. Jusqu’ici je me suis toujours efforcé de rapporter des faits. Oui ou non Bellingcat a-t-il intégré les conclusions de Lloyd/Postol à son argumentaire ? Quelles autres conclusions, quels autres faits établis aurait-il occulté ?

            Mon opinion va effectivement à l’encontre de la vôtre, mais mon argumentaire reste factuel (à quelques exceptions près). Car mon opinion est effectivement qu’inconsciemment (je suppose), en cherchant à aller à l’encontre d’une propagande occid. mal définie, vous faites écho à la propagande adverse.


            • Les-crises Le 15 avril 2017 à 12h20
              Afficher/Masquer

              “vous faites écho à la propagande adverse.”

              Par chance, le Monde, avec sa rigueur exemplaire, ne s’est jamais fait écho de la propagande américaine ou Djihadiste…


            • Prométhée Enchaîné Le 15 avril 2017 à 13h39
              Afficher/Masquer

              Vous voyez, moi aussi je commets des erreurs de commentateurs… Si je m’étais contenté du factuel sans évoquer l’opinion, qu’auriez-vous répondu ?

              Le vrai sujet dans la controverse Postol, Lloyd / Higgins, Kaszeta, ce sont les faits. Or, ni dans vos commentaires sur le forum d’@si, ni dans cette interview ne sont abordés les détails précisément les plus importants pour départager les deux.

              Et c’est bien le problème.

              L’argument “Postol, scientifique du MIT maintes fois récompensé, qui a travaillé dans l’US Navy je sais plus quoi, c’est un argument d’autorité.

              Et à ce jeu-là, Kaszeta a bossé pendant près de deux décennies dans l’US Chemical Corps. Ca ne fait pas de lui un chimiste, mais il a clairement une compétence en armement, et est tout à fait susceptible d’avoir les contacts pour approfondir la question de la chimie.

              Sur la question du calcul balistique, personne, à ma connaissance, n’a jamais contredit le rapport Lloyd, Postol. Donc quels faits Mrs Higgins et Kaszeta auraient-ils éludé ?

              Votre théorie est que Le Monde porte au pinacle un imposteur et ignore un expert. Sur cette base vous interviewez l’un des deux sur un sujet bien précis, et échouez à montrer précisément les enjeux de la controverse.


          • Popovic Le 15 avril 2017 à 13h15
            Afficher/Masquer

            J’ai tapé ” bellingcat.com” sur le décodex du journal “Le Monde”
            Réponse : “nous n’avons pas encore étudié ce site”
            LOL quelle bande de pignouf !! Le Monde, Décodex & Cie !


  2. atanguy Le 14 avril 2017 à 03h40
    Afficher/Masquer

    Comme l’avait si bien dit le président américain Eisenhower : La source de toutes les guerres c’est le complexe militari-industriel,ceci bien sur aux US mais aussi en Russie,Chine et en France: Les quatre pays en-tête des ventes d’armes dans le monde.


    • Julien Le 14 avril 2017 à 09h13
      Afficher/Masquer

      Au bon souvenir de Basil Zaharoff…
      Interview très intéressante et pleine de bon sens.


  3. Crapaud Rouge Le 14 avril 2017 à 07h32
    Afficher/Masquer

    Cette idée de “baisse tendancielle de qualité du journalisme occidental” ne s’applique pas dans ce cas, on est plutôt dans la désinformation délibérée ou la propagande caractérisée. S’ils voulaient publier des faits et des analyses contradictoires, ils le pourraient puisqu’il n’y a pas de censure officielle, et même quand on n’y connaît rien on reste capable de reconnaître la qualité d’une analyse. Et puis, l’on ne demande pas aux “merdias” de prononcer un verdict définitif, mais de publier ce qui mérite de l’être. Ils n’ont donc aucune excuse.


  4. Alfred Le 14 avril 2017 à 07h42
    Afficher/Masquer

    Bravo pour cette (ci) production d’information si j’ai bien compris les crédits). Je serais curieux d’en savoir plus sur le contexte de cet entretien.
    Sinon bravo et bien joué (quand vous tirez ce n’est pas à blanc avec des “allégations” à la le monde). Et merci.


  5. astap66 Le 14 avril 2017 à 07h45
    Afficher/Masquer

    Intéressante analyse, à commparer avec un passage de l’article des DECODEX du Monde intitulé “Bombardement chimique en Syrie : les intox à l’épreuve des faits”

    Les auteurs, après avoir une nouvelle fois égratigné le site Les Crises pour avoir publié l’interview d’un spécialiste mettant en doute la responsabilité du gouvernement syrien (et alors, c’est dingue ça, ou ne peut même pas publier, en y mettant toutes les distances d’usage, quelqu’un qui conteste des accusations non prouvées ?!) disent explicitement ceci :

    “il ne s’agissait pas d’un rapport des Nations unies, mais d’un rapport de Richard Lloyd, ancien inspecteur de l’ONU, pour le Massachusetts Institute of Technology. Il estimait que l’attaque au gaz sarin de la Ghouta, une banlieue de Damas, le 21 août 2013, ne pouvait être le fait des forces du régime syrien, et l’attribuait donc aux rebelles.

    Cette thèse elle-même fait l’objet d’une controverse, puisque la contre-analyse d’Elliot Higgins sur le site d’enquête britannique Bellingcat a, par la suite, mis en doute les conclusions de M. Lloyd. Rien ne permet, selon M. Higgins, d’affirmer que les forces du régime ne pouvaient techniquement pas être responsables de l’attaque”.

    Donc ils mettent exactement sur le même plan une étude effectuée par des chercheurs et spécialistes éprouvés et les “réponses” d’un blogueur ex chômeur n’ayant aucune compétence en chimie ou en ballistique ????

    Le site DECODEX devrait être classé rouge suivant ses propres critères !!


    • Haricophile Le 14 avril 2017 à 12h25
      Afficher/Masquer

      « Le site DECODEX devrait être classé rouge suivant ses propres critères !! »
      Surtout pas, ça ajouterais de la confusion !
      – Vert : Site promouvant la pensée unique
      – Orange : Site émettant des idées, ce qui est contraire à la pensée unique
      – Rouge : Site refusant la pensée unique ou ayant eu le culot de nous chercher des poux à nous détenteurs immaculés de la Vérité Universelle


    • PierreH Le 16 avril 2017 à 12h30
      Afficher/Masquer

      On voit surtout les problèmes méthodologiques et tout simplement logiques, qui ne passeraient pas dans une cour de justice:
      “Rien ne permet, selon M. Higgins, d’affirmer que les forces du régime ne pouvaient techniquement pas être responsables de l’attaque”. -> avec des raisonnements comme ça vous concluez ce que vous voulez, ce peuvent être aussi les services secrets chinois infiltrés secrètement en territoire syrien, pourquoi pas… En l’occurence l’info importante est qu’il n’est pas aussi évident qu’indiqué dans le rapport de la Maison Blanche que l’attaque est gouvernementale au vu du type de roquette utilisée et sa portée (et en admettant qu’on ne remette pas en question l’analyse de M. Postol pour une raison ou une autre), point barre.
      Le fait de continuer à ergoter montre qu’ils n’ont vraiment pas envie d’exonérer Bachar el Assad de ce crime en particulier, donc un biais.


  6. bellingdog Le 14 avril 2017 à 07h47
    Afficher/Masquer

    Énorme, merci pour ce moment!

    Où l’on découvre des manières du journalisme mainstream (à longue portée mortelle malheureusement!) bien trop peu scrupuleuses, complaisantes (avec des personnage plus que douteux), et complices des terroristes: ces derniers ont trouvé des yeux et des oreilles tout à fait réceptifs à leurs méfaits 🙁


    • Catus Imperator Rex Luminae Le 16 avril 2017 à 16h41
      Afficher/Masquer

      Quand la Résistance aura enfin compris que tous ces merdia ne sont pas simplement nos adversaires mais nos ennemis intimes, un grand pas sera fait dans la bonne direction qui engagera alors d’autres méthodes de combat.


  7. PatrickLuder Le 14 avril 2017 à 07h48
    Afficher/Masquer

    Et tout cela juste basé sur des récoltes glanées sur le net … que l’on montre les enregistrement radars et satellites, s’il y en a, mais que l’on stop toute cette propagande gratuite !


  8. Vince Le 14 avril 2017 à 07h57
    Afficher/Masquer

    Oh, la belle prise, félicitation Mr Berruyer.

    Maintenant il faudrait aller au bout, et lors de votre procès au Monde, obliger ceux-ci à classer Kaszeta et Higgins en rouge dans Decodex, a annoter tout article s’étant référé à ces fakes-makers, et à ne plus les mettre en avant

    Tout comme Mr Sapir devrait le faire d’ailleurs


    • LBSSO Le 14 avril 2017 à 08h37
      Afficher/Masquer

      Juste pour compléter : “félicitations M. Berruyer” et M. Vuiart.


  9. Michel Ickx Le 14 avril 2017 à 08h08
    Afficher/Masquer

    La semaine dernière j’ai laissé un commentaire en me demandant où en était l’horloge qui marque le temps nous séparant de l’armageddon

    Mr Postol nous donne la réponse :

    « La situation actuelle est devenue tellement désespérée que le Bulletin of the Atomic Scientists a abaissé le temps restant jusqu’à Armageddon, sur leur horloge de fin du monde, de cinq à deux minutes et demi. Le problème est que tant que les forces sont en alerte, à un niveau élevé, il y a toujours la possibilité d’une série d’accidents inattendus qui conduiraient à un échange nucléaire, et je pense que c’est là le vrai danger ».

    Cette nouvelle a-t-elle été relayée par nos media « anti complôtistes » et publiquement confirmée par les décodeurs ?


    • Seraphim Le 14 avril 2017 à 09h09
      Afficher/Masquer

      Cette “horloge” ne vaut pas beaucoup plus qu’un caramel mou. Typique de la dérive idéologique sur des scientifiques qui continuent de se prévaloir de leur science pour valider ce qui n’est que leurs opinions politiques. Sur leur site ils le programme nucléaire civil chinois comme accroissant le danger de dissémination de Plutonium! Pour des physiciens, faut-le faire!
      Pourquoi cette “horloge” est idéologique? Parce qu’elle a TOUJOURS été près de minuit: son maximum, depuis le début de son histoire est de Minuit-…17 minutes! Ils font semblant de la faire évoluer de minutes en minutes, pour maintenir la frayeur vivante. Cette “horloge” n’est pas un instrument de mesure (il n’y a d’ailleurs aucun critère par minute en quelque sorte) mais un instrument de manipulation, de désinformation et de maintien de la peur


      • bats0 Le 14 avril 2017 à 12h05
        Afficher/Masquer

        Faut reconnaître, qu’actuellement l’actualité est particulièrement “chaude” en faveur d’un conflit de telle ampleur, et avec des représentants US tel Donald ou Hillary, le trouillomètre n’est pas loin de s’emballer, surtout lorsque certain s’essuie les pieds sur la Charte des Nations Unies.
        Espérons qu’en cas de défaillance de part et d’autre du système technique de défense, un nouvel Stanislav Petro sera garder son sang froid.


      • John B Le 14 avril 2017 à 13h29
        Afficher/Masquer

        Bien d’accord avec vous, la référence à cette horloge est le seul point qui m’ait un peu tilté dans cette excellente interview(vraiment), mais j’ai au moins appris qu’elle “existait”.

        Par exemple, la propagande et les mensonges médiatiques lié à la géopolitique (russophobie, mensonges sur les analyses et les enquêtes, comme démontré dans cet article, etc etc), sont d’après moi un élément assez important à prendre en compte car il préparent l’opinion publique à un désastre qui se fait de plus en plus imminent. Alors un article ou une déclaration ne va pas la modifier en minute, mais sur le long terme je pense que cela présente un risque d’au moins “-0,5” en comparaison de leur “-0.5” lié à Donald Trump. D’où le manque de crédibilité amha.

        Certaines personnes qui ne s’informent qu’avec tf1 et compagnie (la majorité en fait) pensent de plus en plus qu’une guerre mondiale est sur le point d’exploser. Moi je n’y crois pas, mais je commence à douter un peu vu la vitesse ou ça évolue …


    • Charles Le 14 avril 2017 à 12h28
      Afficher/Masquer

      Oui, ça avait fait grand bruit dans les journaux à l’époque (vers le 27 janvier 2017). Vous trouverez plein d’article traitant du sujet. Tapez dans votre moteur de recherche “horloge fin du monde” ou “horloge de l’apocalypse”.


  10. Gier 13 Le 14 avril 2017 à 08h33
    Afficher/Masquer

    Et le Monde, Samuel Laurent-Decodex et Buzfeed-Sénécat il disent quoi ? Ont-ils eut une réaction ?


    • Pascalcs Le 14 avril 2017 à 09h06
      Afficher/Masquer

      Ils devront pastiller le MIT en rouge suivant tout logique…


  11. calal Le 14 avril 2017 à 08h41
    Afficher/Masquer

    certains emettent l’hypothese que daesch utiliserait le stockage d’armes chimiques comme substitut plus efficace aux “boucliers humains” comme mesure de defense anti bombardement.
    je ne comprends pas comment ces gens peuvent avoir autant d’armes chimiques a disposition.ca se fabrique facilement? y a pas plus de controle que ca? a quoi ca sert que la nsa ecoute tout le monde si n’importe qui ( ou assad ou daesch a la limite osef) peut avoir des gaz neurotoxiques a disposition?


    • Surya Le 14 avril 2017 à 09h06
      Afficher/Masquer

      oui ça se fabrique relativement facilement, évidemment vous n’obtiendrez pas des armes de qualité militaire mais avec un labo, des chimistes et des infrastructures industrielles correctes avec les moyens disponibles en 2017 on obtient sûrement plein de choses intéressantes. Le gaz moutarde a été utilisé pour la première fois pendant la première guerre mondiale, alors imaginez avec du matos actuel ce qu’on arrive à faire.


      • Pascalcs Le 14 avril 2017 à 09h11
        Afficher/Masquer

        Je pense que c’est à ne surtout pas faire. Alors que j’étais encore étudiant chercheur, j’ai malencontreusement été exposé à un nuage de chlore s’échappant à l’ouverture d’un autoclave mal ventilé. Même à faible pression et dilué dans l’air ambiant, cela crée une sensation que l’on n’oublie plus de toute sa vie.


        • Surya Le 14 avril 2017 à 09h14
          Afficher/Masquer

          moi j’ai respiré par inadvertance (pendant moins d’une seconde) des vapeurs d’acide chlorhydrique de qualité pro, je suis pas prêt d’oublier ce que ça fait !


        • urdos Le 14 avril 2017 à 09h22
          Afficher/Masquer

          exact. j’ai failli crever il y a pas mal d’années en étant exposé au gazage d’ un blaireau( qui dévastait le maïs) dans son terrier. fabriqué avec des pastilles de **** en vente libre et deux autres produits aussi en vente libre.J’ai cru ne pas pouvoir remonter sur le bord du chemin alors que j’avais a peine respiré les gazs sortant du trou mal rebouché.

          C’est bien pour ça que je suis extrêmement inquiet sur la possibilité de ce genre d’attaques sur notre sol dans des endroits confinés.


          • tepavac Le 14 avril 2017 à 11h34
            Afficher/Masquer

            Bah voilà, tout est dit sur les menaces qui planent autour de nous.
            N’oubliez pas de remercier les instigateur de cette marche forcée cers le chaos “contrôlé”


  12. tepavac Le 14 avril 2017 à 10h21
    Afficher/Masquer

    Nous ne pouvons pas, ne pas relier les déclarations du Pr Postol, avec ceux de R. Pary.

    L’accumulation des révélations, indiquent au grand désespoir, que la recherche d’une solution de paix est systématiquement mise au rebut.
    Ainsi donc, la “vérité” n’est ni recherchée, ni distribuée par la couverture médiatique et ne s’exerce qu’un discours qui tend totalement vers un seul objectif; l’application méthodique d’une guerre “non-déclarée” pour un leadership tout aussi inavoué, mais parfaitement visible sur tous les théâtres d’opération militaire.

    L’indication de R. Pary sur le sujet de “l’absence” des chefs du renseignement lors d’une prise de décision militaire va dans le sens où la vérité importe peu, seul reste l’application d’un combat où le prétendant au leadership doit vaincre.

    Il ne va pas sans dire, et le frémissement de telles actions est déjà perceptibles, que les “opposants” aux guerres, risquent tôt ou tard de se retrouvé accusés de “traitrise”.
    M. Bloch et bien d’autres, S. Perez, A. el Saddate et combien d’autres, anonymes, mort pour la paix…


  13. Mr K. Le 14 avril 2017 à 10h44
    Afficher/Masquer

    Un grand merci au site “Les-crises”, à Edouard Vuiart et Olivier Berruyer pour cette série sur le désinformateur Bellingcat qui fera date, n’en doutons pas, avec cerise sur le gâteau, ce dernier article.

    Ce qui est particulièrement révélateur, profondément inquiétant, est la participation active de Bellingcat à l’élaboration d’un très vaste système de contrôle de l’information sur internet dans le monde occidental dans lequel on retrouve… “les décodeurs” (voir billet “Bellingcat [5]”).

    On voit donc très nettement se dessiner un “magistère global de la vérité”.

    Avec un peu de recul on peut donc conclure que la bataille d’Olivier contre les attaques de la clique du Decodex était et est fondamentale pour la liberté d’expression en France.

    Olivier et plus largement les contributeurs du site “Les-Crises” avez tout mon soutien, y compris de nouveau financier exceptionnel si cela est nécessaire.


  14. francois Marquet Le 14 avril 2017 à 11h06
    Afficher/Masquer

    Theodore Postol est un homme intègre et courageux, il ne fait pas bon s’opposer aux versions officielles promues par de grands intérêts.
    David Kelly n’a pas eu cette chance, poussé au suicide ou suicidé.
    https://en.wikipedia.org/wiki/David_Kelly_%28weapons_expert%29
    Le vote britannique de 2013 contre les frappes militaires sur la Syrie http://www.bbc.com/news/uk-politics-23892783, suivi de la reculade d’Obama, l’a sans doute protégé à l’époque de persécutions administratives ou pire.
    Et c’est l’honneur de Theodore Postol de démontrer, après l’avoir fait pour l’attaque chimique la Ghouta en 2013, que cette fois ci à Khan Sheikhoun la version de la maison blanche est une nouvelle fois fausse.
    Comme c’est l’honneur d’Olivier Berruyer de permettre à Edouard Vuiart de publier cette interview de Theodore Postol


  15. Le Courtois Le 14 avril 2017 à 11h14
    Afficher/Masquer

    Une question me taraude en ce qui concerne son dernier rapport. Puisqu’il semblerait que l’attaque ait été commise au sol et que l’accusation porte sur l’armée régulière en Syrie parce qu’elle a bombardé la zone au même moment, il faut donc que ceux qui ont perpétré l’attaque soient synchronisés avec les bombardements. Comment auraient-il eu connaissance des plans de vols de l’armée Syrienne…?


    • Chris Le 14 avril 2017 à 12h28
      Afficher/Masquer

      Ce ne serait pas la première fois, que les US partagent leurs informations avec leurs mercenaires Al Qaïda et même Deach en Syrie. Voir l’attaque de Palmyre et Deir Oz Zor.
      A noter qu’à la fin du bombardement du/des jet syrien sur Khan Sheikhoun, les forces “rebelles” ont immédiatement attaqué l’armée syrienne. Belle coordination, non ?
      Depuis l’automne 2015 existait un mémorandum d’accord sur la prévention des incidents de sécurité en Syrie entre la Russie et les USA, mémorandum que Poutine a suspendu immédiatement après le bombardement de la base.
      Les conséquences immédiates sont que depuis le 6 avril, soit durant la semaine écoulée, il n’y a eu que 123 sorties de la “coalition” BAO, contre un rythme de près de 2000 par semaine (si on les compare aux 7800 sorties de mars 2017).
      Une décrue qui expliquerait la visite de Tillerson à Moscou, lequel semble s’être déplacé pour rien…


    • Alfred Le 14 avril 2017 à 12h43
      Afficher/Masquer

      Il existe un réseau d’observateur rebelles au sol qui espionnent les bases syriennes et annoncent ce qui decolle et vers où. Et il y avait (il y a plus puis il y a de nouveau) un mécanisme us-syrie pour pas se descendre les avions mutuellement.


  16. LBSSO Le 14 avril 2017 à 11h38
    Afficher/Masquer

    Phase de réalisation du plan Iran/Qatar en Syrie
    (sujet non directement lié au billet quoique..)

    -“Civils et combattants ont commencé à être évacués de quatre villes que se disputent les rebelles et les forces gouvernementales en vertu d’un accord qui serait parrainé par le Qatar, soutien des rebelles, et l’Iran, allié de Damas”
    https://francais.rt.com/international/36863-syrie-evacuation-quatre-villes-assiegees-a-commence

    -“Syrie : quatre villes assiégées en cours d’évacuation
    Des dizaines de milliers d’habitants sont évacués en bus des villes de Foua et de Kafraya, toutes deux assiégées par les rebelles et le régime.”
    http://www.lepoint.fr/monde/syrie-quatre-villes-assiegees-en-cours-d-evacuation-14-04-2017-2119711_24.php


  17. JV Le 14 avril 2017 à 12h54
    Afficher/Masquer

    Bonjour,
    Très intéressant, je crois qu’il y a une coquille dans la retranscription de l’interview :
    …mais s’ils s’engagent d’une manière sérieuse dans cette voie, nous pouvons avoir l’assurance que les relations entre la Russie et la Chine vont continuer à être problématiques et vont le devenir de plus en plus.

    Je suppose qu’il faut lire …les relations entre la Russie et les USA …


    • bluetonga Le 14 avril 2017 à 18h59
      Afficher/Masquer

      Non, je pense qu’il faut lire : “… les relations avec la Russie et la Chine…”


  18. Fritz Le 14 avril 2017 à 13h18
    Afficher/Masquer

    Theodor Postol : les Décodeurs du Monde le classent implicitement parmi les “invités parfois douteux, à la frontière du conspirationnisme” du blog d’Olivier Berruyer. Les lecteurs ont pu juger sur pièces.

    Quand le fou furieux qui accapare la rédaction de l’article Wikipédia sur le gazage de Khan Cheikhoun se sera calmé, j’essaierai d’inclure la réflexion du professeur Postol, traduite dans le billet d’hier. Mais il est bien plus difficile de faire admettre les-crises comme source valable sur Wikipédia que d’y citer Bellingcat.


    • Les-crises Le 14 avril 2017 à 14h54
      Afficher/Masquer

      Il faudrait peut-être que je tapine moi-aussi à l’Atlantic Council vous pensez ? 😉


    • Crapaud Rouge Le 14 avril 2017 à 16h52
      Afficher/Masquer

      “il est bien plus difficile de faire admettre les-crises comme source valable sur Wikipédia” : ce n’est pas “plus difficile”, c’est impossible parce que ce blog n’est pas une “source secondaire”. Je cite : “Wikipédia s’appuie sur des sources secondaires. Tout article de Wikipédia doit se référer à des travaux et à des savoirs connus et reconnus. La sélection, agrégation ou interprétation de sources primaires relève d’un processus de recherche, assimilable à un travail inédit, et doit être évitée au sein des articles de Wikipédia.” (Cf. https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia:Citez_vos_sources#Qualit.C3.A9_des_sources) Voir aussi https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia:Sources_primaires,_secondaires_et_tertiaires où il est dit d’emblée : “Un des principes fondateurs de Wikipédia implique le refus de tout travail inédit au sein des articles.”


      • Fritz Le 14 avril 2017 à 17h03
        Afficher/Masquer

        Oui, je connais ce principe. N’empêche que Wikipédia cite largement Bellingcat et Conspiracy Watch. Vous appelez ça des sources secondaires ?

        Deux poids, deux mesures. Le biais des “administrateurs” de Wikipédia est évident.


      • Les-crises Le 14 avril 2017 à 17h08
        Afficher/Masquer

        Si quelqu’un peut virer le sources “Tweets” de ma page Wikiedia, ce serait sympa.


        • Fritz Le 14 avril 2017 à 17h31
          Afficher/Masquer

          C’est fait. Les sources twitter de Paul Moreira, Nicolas Hénin et Bruno Tertrais ont disparu.


    • rosecestlamort Le 14 avril 2017 à 17h17
      Afficher/Masquer

      la version de Postol est déjà présente dans la page anglaise du wiki (en section “independant analysis”), y’a aucune raison pour qu’elle passe à l’as en français

      https://en.wikipedia.org/wiki/Khan_Shaykhun_chemical_attack


  19. John B Le 14 avril 2017 à 13h40
    Afficher/Masquer

    Vraiment merci du fond du coeur pour ce genre d’interview. Non je n’en fais pas trop, car c’est exactement le genre d’argumentaire dont nous avons besoin pour convaincre notre entourage (ou plus, virtuellement) de la manipulation de l’information par les média et les gouvernement.

    J’essaie de faire comprendre aux gens qu’actuellement, même si la Russie n’est pas dans le rôle du Saint(aucun gouvernement en fait), ce sont eux qui font le preuve de plus de mesure et de bon sens dans leur actes et leurs déclarations. Si demain ca pète, les “méchants” ca sera pas les russes, car ce n’est pas eux qui ont une attitude agressive envers le reste du monde, au moyen orient etc.

    Si ca pète, ca sera à cause des USA et uniquement eux. Mais bon, les gens sont d’accord sur le moment ou on discute, et 2 jours après et 3 JT de tf1 plus tard ils sont de nouveau formaté et prêt à défendre la version mainstream.

    C’est désespérant… mais ce genre d’article aide à argumenter solidement. Merci.


  20. LBSSO Le 14 avril 2017 à 15h04
    Afficher/Masquer

    Svp, un commentateur a-t-il l déjà posté le texte original de la résolution à l’ONU rejetée par la Russie ou peut-il indiquer un lien? Je pense être passé à côté.
    Merci d’avance

    Ps: je n’ai trouvé sur le site des NU hier soir que les résolutions adoptées par le Conseil de Sécurité. 🙁


    • tepavac Le 14 avril 2017 à 19h07
      Afficher/Masquer

      Marie P, 21h48
      https://sansapriori.net/2017/04/13/1745-onu-conseil-de-securite-lenvoye-special-pour-la-syrie-appelle-a-faire-de-la-crise-nee-de-lattaque-chimique-loccasion-de-faire-avancer-le-processus-p/

      sans doute le plus complet, avec les interventions, ante et post “veto”. Vous y trouverez notamment la déclaration Russe qui explique les raisons du véto sur la proposition de la “tri-partite” USA/France/GB.

      Le plus rocambolesque dans cette proposition de résolution par la tri-partite est sans aucun doute la demande, non pas d’inspecter le lieu du crime mais d’inspecter seulement toutes les bases militaires Syrienne. Bref un foutage de g…le. Ça rappel le procédé de Rambouillet.
      Cdlt


      • LBSSO Le 14 avril 2017 à 23h37
        Afficher/Masquer

        @tepavac, à cette heure tardive je n’ai plus le courage de m’y mettre mais demain j’étudie votre commentaire attentivement.Spasiba bolchoï ! 😉
        (merci à la modération si elle laisse passer ce post à l’attention de @tepavac)


  21. anne jordan Le 14 avril 2017 à 15h55
    Afficher/Masquer

    @lbsso , ceci vous convient il ?

    Le texte de la résolution mentionne effectivement le chapitre VII de la Charte des Nations-Unies :
    https://un-report.blogspot.fr/2017/04/revised-p3-draft-on-syria-un-access-to.html?showComment=1492164510162#c709510990659506714

    posté hier par @prométhée


    • LBSSO Le 14 avril 2017 à 16h47
      Afficher/Masquer

      Merci @anne jordan pour le lien et pour avoir mentionné quel commentateur l’avait fait ( c’est tout à votre honneur ).Je vais le relire plus attentivement demain mais j’ai trouvé ce que malheureusement je suspectais.


  22. Crapaud Rouge Le 14 avril 2017 à 16h29
    Afficher/Masquer

    Le Canard est toujours aussi inféodé aux thèses officielles. Dans son article de politique étrangère, intitulé “Trump impose à ses alliés la stratégie du Tomahawk”, il écrit : “L’histoire ne dit pas quel objectif poursuivaient Bachar et ses généraux en utilisant des armes chimiques, alors que “l’effondrement de la résistance non djihadiste” était patent (Le Figaro, 7/4) et la situation militaire favorable aux forces loyalistes.” Ca m’a un tantinet scandalisé car la responsabilité syrienne passe pour un fait acquis mais sans être explicitement présentée comme tel. Le Palmipède n’aime pas se mouiller.


  23. anne jordan Le 14 avril 2017 à 17h13
    Afficher/Masquer

    alors , chers amis non complotistes , voici un lien vers une vidéo
    https://www.youtube.com/watch?v=92HWiOdpY2s en anglais
    qui correspond à un article – en français – que je n’ai pu poster: même pas passé à la modération ! (???)


  24. anne jordan Le 14 avril 2017 à 17h24
    Afficher/Masquer

    après vérification et visionnage de la vidéo , ce n’est de loin pas aussi complet que le lien initial qui faisait allusion à la Syrie ! là , il ne s’agit que ( ? ) des forces de l’Otan chargeant du matériel militaire en Roumanie ; l’article décrivait la suite du parcours de ce navire de guerre : Aqaba , Djedda , puis jonction avec El Nosra , à la frontière jordanienne …
    comme dit précédemment : impossible de le poster !


  25. CORMEAU J-Jacques Le 14 avril 2017 à 17h25
    Afficher/Masquer

    Finalement …
    Autrefois les armes étaient fabriquées pour faire la guerre.
    Aujourd’hui les guerres sont fabriquées pour vendre des armes.
    Arundhati Roy


  26. anne jordan Le 14 avril 2017 à 17h28
    Afficher/Masquer

    un extrait :
    “D’après les sources des rebelles syriens, durant ces 40 heures jordaniennes, ont été déchargés des équipements destinés à la milice de l’Armée syrienne libre, en préparation d’une bataille similaire à l’offensive turque dans le nord syrien « Bouclier de l’Euphrate », mais sous supervision américaine.

    Dans les milieux des alliés arabes des Etats-Unis, il est aussi question que l’offensive que planifie des Etats-Unis vise à étendre leur hégémonie directe, depuis le nord syrien, à la frontière avec l’Irak, jusqu’au sud syrien, à la frontière jordanienne.

    Les déclarations du roi jordanien pour le Washington Post précisent encore plus le projet en cours. Lors de sa visite américaine, il a fait part de ses appréhensions d’une continuité géographique entre l’Iran, l’Irak, la Syrie, le Hezbollah et les Gardiens de la révolution, à 70 km de la frontière avec la Jordanie.”


  27. Catalina Le 14 avril 2017 à 17h35
    Afficher/Masquer

    https://www.youtube.com/watch?v=OncXbRGGJKI

    Syrie : 8 avril 2017 – Leçon de Diplomatie à la tribune du Conseil de l’ONU


  28. olympi Le 14 avril 2017 à 17h42
    Afficher/Masquer

    Ah la guerre Irak-Iran, c’était le bon vieux temps :

    « Selon les déclarations écrites de l’Irak à l’ONU en 2002 sur son programme chimique, tout le matériel et les connaissances ayant pour but de mettre au point ce programme viennent des pays suivants : Singapour, Pays-Bas, Égypte, Inde, RFA, Luxembourg, Brésil, France, Autriche, Italie et États-Unis. Il est à souligner en revanche que l’URSS ne semble avoir fourni aucune aide à l’Irak dans ce programme. »

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_Iran-Irak#Armes_chimiques


  29. Catalina Le 14 avril 2017 à 17h53
    Afficher/Masquer

    https://www.youtube.com/watch?v=w_Jx0aqVlFI

    Francis Cousin – La réponse de Trump à l’attaque chimique en Syrie


  30. Larousse Le 14 avril 2017 à 19h00
    Afficher/Masquer

    Theodore Postol invite les consciences de scientifiques et de militaires pour transférer aux Russes les savoirs et capacités dans leur système d’alerte et de défense afin d’éviter l’accident nucléaire. Il a la même inquiétude que celle qui surgit chez des scientifiques et autres entre 1944 et 1949 afin de permettre à l’Union soviétique d’avoir la bombe atomique.
    Mais il n’y a plus de Georges Pompidou pour grâcier Georges Pâques et plus de grandes consciences scientifiques à ma connaissance, pas en vue en France en tous cas.


  31. bluetonga Le 14 avril 2017 à 19h18
    Afficher/Masquer

    Beau tir groupé : Bellingcat, la maison blanche, la presse MSM.

    Et ravi de constater que les-crise étend son champs d’action aux interviews, et qui plus est, de personnalités étrangères.

    A ça près, ça ne va pas révolutionner le paysage médiatique. Il serait même tout à fait miraculeux que ça perfuse jusqu’au colonnes bien sages de la presse-système, malgré l’enjeu considérable d’un conflit désamorcé. Il n’empêche, réfuter le professeur Postol du MIT va exiger un peu plus que quelques couinements hystériques et postures indignées. C’est très clairement le genre de littérature à rassembler et à conserver précieusement à l’abri pour clouer le bec en temps voulu aux inquisiteurs plumitifs.

    On attend la réponse de la couch potato fraîchement hissée au faîte de la dignité journalistique : que va rétorquer le bellingcat?

    Et en vérité, on le sait bien. Rien. Le but, ce n’est pas la vérité. C’est la narrative, stupid.


  32. Dario Le 14 avril 2017 à 21h55
    Afficher/Masquer

    Merci mille fois d’avoir eu le courage de faire et publier cet entretien, sur un sujet si grave et couvert scandaleusement par la presse grand public.
    À ce propos, Le Monde ( http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2017/04/13/en-syrie-donald-trump-n-a-pas-formule-de-strategie_5110973_3222.html?xtmc=gilles_paris&xtcr=5) a vraiment atteint un niveau infime avec le commentaire de Gilles Paris dans l’exchange suivant:
    « Pierre A [lecteur de Le Monde] : Je vous cite : « Par le passé, des attaques à l’arme chimique imputées au régime ont pu faire l’occasion de contestations, mais sans jamais véritablement convaincre, notamment lorsque la contre-enquête reposait en partie sur des pro-Assad avérés. » Est-ce que pour vous Richard Lloyd, ancien inspecteur de l’ONU, et Seymour Hersh, prix Pulitzer, qui ont réalisé des rapports réfutant les rapports faits par les services français et américains sont des pro-Assad ?
    Maram Susli, qui a collaboré aux travaux de Richard Lloyd et de Theodore Postol, ne fait pas mystère de ses sympathies pour le régime. Je rappelle par ailleurs que Le Monde » était sur place en 2013. Nous avions publié plusieurs reportages et enquêtes de nos envoyés spéciaux à Damas. »
    Incroyable.


  33. Patrice Le 14 avril 2017 à 23h33
    Afficher/Masquer

    On peut remercier M. Postol et ceux qui ont fait surgir tout ces éléments, mais l’affaire est classée – en partie grace à eux.
    Déjà la Maison Blanche dans le fameux article-testament “The Obama Doctrine” nous faisait dire que l’affaire de la Ghouta n’était pas un “slam dunk” en expliquant le choix de ce terme.
    Puis ces jours-ci Russell Goldman, rédac-chef International du NY-Times, ne citait meme pas le massacre de la Ghouta dans “l’historique des attaques chimiques d’Assad et autres atrocités” – à ce niveau ce ne peut etre un oubli. https://www.nytimes.com/2017/04/05/world/middleeast/syria-bashar-al-assad-atrocities-civilian-deaths-gas-attack.html
    Et maintenant ça recommence avec Khan Sheyoun…


  34. Lievin Le 16 avril 2017 à 13h48
    Afficher/Masquer

    le décor avec des gratte-ciel, çà aide à le rendre crédible ? même ici sur ce forum, on vous leurre avec du made in-usa…
    Pensez avec votre coeur et la lumière vous éveillera et vous comprendrez plus d chose sans même les analyser ou plus exactement écouter les analyses de ceux qui en font un business…
    Vous n’avez besoin de personne pour “savoir” et comprendre” par vous même…


Charte de modérations des commentaires