Très intéressant article du magazine allemand Stern, du 20 mars 2014, traduit par Courrier International.

En revanche, je vous laisse apprécier le dessin choisi pour l’illustrer – en contradiction avec le ton du papier. Extraordinaire : à ce jour, les habitants de Crimée sont les seuls à avoir voté dans cette histoire ! On peut critiquer tel ou tel petit point, mais les habitants de l’Est n’ont en rien pu donner leur opinion sur ce qui se passe à Kiev…

Pour comprendre la politique de Vladimir Poutine en Crimée, il faut se rappeler que, depuis 1990, les Occidentaux ont plusieurs fois élargi l’Otan à l’Est de l’Europe, trahissant leur parole donnée.

La Russie se défend pour la première fois depuis sa défaite dans la guerre froide, pour la première fois depuis la réunification de l’Allemagne sous le parapluie de l’Otan, et pour la première fois après un quart de siècle de trahisons de la part de l’Occident.Voilà déjà dix ans que l’Otan est implantée à la frontière russe, dans les Etats baltes. En séparant la Crimée de l’Ukraine, la Russie entend aujourd’hui empêcher que sa flotte de lamer Noire se retrouve bientôt en zone Otan. Sérieusement, comment s’en étonner?

C’est bien autre chose quiavait été promis, juré la main sur le cœur en 1990. Le 9 février, James Baker,le secrétaire d’Etat américain [de George Bush], avait assuré au réformateur[de l’Union soviétique] Mikhaïl Gorbatchev dans la salle Catherine Il haut lieu historique du Kremlin, que l’alliance occidentale n’étendrait “pas d’un pouce” son influence vers l’Est si Moscou acceptait que l’Allemagne réunifiée entre dans l’Otan.

Le lendemain, 10 février, Hans-Dietrich Genscher, le ministre des Affaires étrangères allemand, refit cette promesse à Edouard Chevardnadze, son homologue russe, comme l’a confirmé par la suite une note confidentielle du gouvernement allemand : “Nous sommes conscients quel’appartenance d’une Allemagne unie à l’Otan soulève des questions complexes.Mais une chose est sûre pour nous : l’Otan ne s’étendra pas à l’Est.”Gorbatchev se souvient lui aussi que l’Otan était convenu de “ne pas s’étendre d’un pouce en direction de l’Est.” Il a seulement commis une grave erreur : il a fait confiance à l’Occident et n’a pas fait mettre par écrit cette parole donnée.

Une menace directe pour la Russie

Les Polonais, les Tchèques et les Hongrois ont donc adhéré à l’Otan en 1999, la Bulgarie, la Roumanie, la Slovaquie et les trois Etats baltes en 2004. Quatre ans plus tard, lors du sommet de l’Otan de Bucarest, ça a failli être le tour de l’Ukraine mais l’idée en est restée au stade de projet – Angela Merkel avait changé d’avis au dernier moment et appuyé sur la pédale de frein. Vladimir Poutine, qui était arrivé le dernier jour du sommet à Bucarest, avait mis en garde : “L’apparition d’un puissant bloc militaire à nos frontières sera considérée en Russie comme une menace directe pour notre sécurité.”

Il ne faut pas oublier cela si on veut être honnête, pondéré dans son jugement et apte à comprendre la peur russe d’être encerclé. Poutine agit de façon rationnelle – il répond à la politique de puissance de l’Occident par une politique de puissance. Pour Angela Merkel, Poutine vit dans un autre monde. C’est vrai : le monde d’un homme trahi.

Il faut faire abstraction de la propagande entonnée dans les deux camps pour comprendre. Le virage à l’Ouest de l’Ukraine est l’avant-dernier chapitre de l’instauration d’un nouvel ordre européen après la chute de l’Union soviétique. Le dernier chapitre s’écrira en Biélorussie.

Nuire à Poutine

En proposant à Kiev un accord d’association, l’Union européenne, a, dans sa bêtise stratégique, obligé l’Ukraine à choisir entre l’Ouest et la Russie – et l’a ainsi écartelée. Quand l’autocrate Ianoukovitch a fini par refuser de signer, il a été renversé et l’accord pour un changement de pouvoir à Kiev conclu avec la participation de la Russie n’a pas tenu vingt-quatre heures. La Russie s’est à nouveau sentie trahie, elle a jugé que l’Ukraine était perdue et a mis la main sur la Crimée, que Khroutchev avait offerte à l’Ukraine en 1954, à l’époque soviétique.

Depuis, Kiev met ouvertement le cap sur l’Otan. Le parti de Ioulia Timochenko, au pouvoir, a annoncé son intention d’adhérer à l’Alliance atlantique, et Anders Fogh Rasmussen, secrétaire général de l’Otan, déclare vouloir “intensifier le partenariat avec l’Ukraine”.

Les jeux sont faits, la question n’est plus que de savoir qui a l’air le plus défait. Et ce sont les Russes, car ils n’ont pas le sens de l’esthétique politique. Il est facile de les faire apparaître comme des brutes épaisses. Les Etats-Unis profitent de l’occasion pour se venger de la fuite à Moscou d’Edward Snowden et l’Otan, qui a bombardé la Serbie en violation du droit international et la Libye sur des bases juridiques douteuses, dénonce avec un pathos hypocrite l’occupation illégale de la Crimée.

Si l’Occident cherchait une solution juste, il aurait organisé un référendum sous contrôle international au lieu d’en laisser organiser un sous le contrôle des armes russes ; peut-être qu’une grande majorité se serait prononcée en faveur d’une plus grande autonomie au sein de l’Ukraine. Mais il ne s’agit pas ici du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Il s’agit d’instaurer un nouvel ordre à l’Est et de nuire à Poutine.

Source : CourrierInternational.com

==========================================================================

Autre article, du 5 mars 2014, du magazine anglais Spiked traduit par Courrier International. Avec toujours un choix de dessin orienté…

L’ineptie des Occidentaux pousse l’Ukraine vers le chaos

C’est la diplomatie occidentale inculte et superficielle qui exacerbe la situation très tendue en Ukraine. Pis, elle met la Russie sur la défensive, avec des conséquences imprévisibles, affirme un chroniqueur britannique.

Il se dit que les gouvernements occidentaux ont été pris au dépourvu par la vitesse des événements en Ukraine. Cela n’a rien d’étonnant. La surprise des responsables occidentaux et de leurs observateurs face, en particulier, à la rapide évolution du conflit en Crimée est l’illustration de leur inculture géopolitique et de la superficialité de la diplomatie occidentale moderne. Quiconque a une connaissance minime de l’histoire et de la position géopolitique de la Russie peut comprendre que ce qui se passe en Crimée a tout autant d’importance pour Moscou que les événements dans des villes russes comme Rostov ou Volgograd.

Difficile d’en vouloir à qui suit les médias occidentaux de considérer la Russie comme une puissance tentaculaire, agressive et expansionniste, prête à la moindre occasion à partir à la reconquête des pays voisins. Pourtant, en réalité, et en dépit des poses nationalistes que prend à l’occasion Vladimir Poutine, la Russie est devenue une puissance du statu quo, sur la défensive. Depuis l’éclatement de l’Union soviétique, elle voit son pouvoir et son influence reculer. Elle peine à garder une emprise sur le Caucase et se trouve confrontée à un mouvement islamiste bien plus redoutable qu’aucun de ceux qui défient directement les sociétés occidentales. A l’Ouest, la Russie se sent menacée par la pression politique et culturelle qu’exerce l’Europe. Dans un tel contexte, on peut comprendre qu’une frange non négligeable des élites russes ait le sentiment que c’est l’intégrité même de leur nation qui est en jeu.

Les diplomates occidentaux semblent bien oublieux de leur propre implication dans la crise actuelle

La plus grande réussite de la diplomatie occidentale en Ukraine, et en particulier de la diplomatie de l’Union européenne, aura été de pousser un peu plus la Russie sur la défensive. L’intervention de Moscou en Crimée s’explique au moins en partie comme une réaction à ce que les Russes considèrent comme une ingérence étrangère systématique en Ukraine. Les ONG et les gouvernements occidentaux ne cessent de dénoncer l’intrusion russe dans les affaires ukrainiennes – pourtant la Russie est loin d’être le seul intrus dans ce pays. L’Union européenne et les Etats-Unis ont affiché un soutien débordant au mouvement d’opposition à Kiev. Bon nombre d’éminents responsables politiques occidentaux, dont le ministre allemand des Affaires étrangères, se sont rendus dans la capitale ukrainienne pour afficher leur solidarité avec les manifestants. Qu’est-ce donc, sinon une intrusion dans les affaires ukrainiennes ? Imaginez Poutine venant à Londres pour soutenir le mouvement Occupy ou les émeutiers : on serait scandalisé devant une ingérence aussi grossière dans les affaires intérieures d’un Etat souverain.

Les diplomates occidentaux semblent bien oublieux de leur propre implication dans la crise actuelle en Ukraine. Encourageant le mouvement d’opposition à abattre le gouvernement Ianoukovitch, ils n’ont pas réfléchi un instant aux conséquences d’un tel changement de régime pour les affaires intérieures tant de l’Ukraine que de la Russie. Ils n’ont pas envisagé, en particulier, le risque qu’un conflit politique dégénère en un conflit ethnique entre Ukraine orientale et occidentale. Pas plus qu’ils n’ont considéré la possible cristallisation d’un conflit politique intérieur à l’Ukraine en conflit extérieur, entre la Russie et l’Ukraine.

Cette intervention inepte des Occidentaux en Ukraine s’inscrit dans une série de calamiteuses tentatives de renversement politique menées ces dernières années, et dernièrement en Libye et en Syrie. Dans toutes ces opérations, l’intrusion occidentale a eu à chaque fois pour conséquence d’internationaliser et d’intensifier des conflits au départ relativement circonscrits, qui finissent par menacer de déstabiliser des régions entières. Une chose est sûre cependant : la Crimée n’est pas la Syrie, et la Russie est une puissance militaire sans commune mesure avec la Libye de Kadhafi. Quiconque prétend donner des leçons à la Russie doit le savoir : il joue avec le feu.

SPIKED | FRANK FUREDI

==========================================================================

Enfin, à propos du “référendum sous contrôle occidental” dont parlait le Stern, il faut savoir que le Parlement de Crimée avait demandé à l’OSCE de le superviser, pour éviter qu’il soit ensuite contesté.

L’OSCE a refusé, arguant que c’était à Kiev de la demander – et comparant l’Ukraine à… la Suisse ! Bien sûr…

Voici la traduction du communiqué de l’OSCE du :

Le directeur de l’OSCE affirme que le référendum en Crimée, dans sa forme actuelle, est illégal et appelle à une solution alternative à la situation en Crimée.

L’homme de la situation…

Berne, le 11 mars 2014 – Dans sa forme actuelle, le référendum sur la situation en Crimée, programmé pour le 16 mars 2014, est en contradiction avec la constitution Ukrainienne et doit être considéré comme illégal, a affirmé le ministre des Affaires Etrangères Suisse et directeur de l’OSCE Didier Burkhalter.

Il a ajouté que pour qu’un référendum sur le degré d’autonomie et de souveraineté de la Crimée soit légal, il est nécessaire qu’il soit basé sur la constitution Ukrainienne et qu’il soit en accord avec le droit international.

Le directeur a également écarté la possibilité d’une surveillance du référendum programmé le 16 mars par l’OSCE, du fait que des critères fondamentaux pour qu’une telle décision se place dans un cadre constitutionnel n’étaient pas respectés.

De plus, une invitation de la part de l’Etat concerné serait un pré-requis à toute activité d’observation d’un tel événement.

Il a ajouté que des cas internationaux, dont certains en Suisse, ont montré que les processus visant à obtenir des modifications constitutionnelles et des discussions autour de l’autonomisation de régions étaient complexes et requéraient beaucoup de temps, s’étendant parfois sur plusieurs mois, sinon des années. Les ajustements politiques et légaux, dans ce contexte, devaient être examinés dans le cadre d’un dialogue inclusif et constructif à l’échelle nationale, régionale, et locale.

Burkhalter a affirmé que toutes les parties prenantes devaient être autours de la table, faute de quoi de tels processus provoquent des tensions au lieu de conduire à des solutions durables et de répondre aux préoccupations des populations, dont le droit des minorités.

Le directeur a réaffirmé sa volonté et sa capacité de tenir des discussions avec toutes les parties, éventuellement sous la forme d’un groupe de contact, sur la possibilité de trouver des portes de sortie à la situation actuelle. Le directeur a pris note des préoccupations majeures rapportées par son émissaire personnel sur la situation en Crimée. Il a invité tous les Etats participants à approuver une décision rapide et le déploiement subséquent d’une mission de surveillance de l’OSCE en Ukraine.

Source : OSCE

J’avoue que le concept de “référendum illégal” est vraiment à encadrer en terme de respect de la volonté populaire…

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

52 réponses à [Reprise] Les Russes bernés par l’Otan (Stern)

  1. Inox Le 23 avril 2014 à 07h34
    Afficher/Masquer

    “J’avoue que le concept de “référendum illégal” est vraiment à encadrer en terme de respect de la volonté populaire…”

    Il faut bien sûr comprendre “Référendum qui ne va contre nos intérêts”, Le “non légal” n’est qu’un outil. Quant à la “volonté populaire”, c’est quoi ça ? C’est rentable ? Il y a un business plan là-dessus ? Non ? On s’en fout alors.


    • Np237 Le 23 avril 2014 à 10h19
      Afficher/Masquer

      Par contre, un référendum où on “incite fortement” une partie de la population à rester chez elle, c’est la volonté populaire sans doute…


      • özkhan zehyr Le 23 avril 2014 à 10h29
        Afficher/Masquer

        et un référendum où l’on considère que “le peuple a mal voté” et se termine par une ratification parlementaire d’un traité pourtant refusé par les citoyens, vous appelez ça de la démocratie participative ?


      • Fraël Le 23 avril 2014 à 22h28
        Afficher/Masquer

        Que ce referendum soit illégal ou pas, avec des soldats russes ou pas, il aurait quand même finit sur un “oui au rattachement”. Suffit de voir la carte de la population de Crimée (postée sur ce même blog) pour s’en rendre compte.


  2. Julian Le 23 avril 2014 à 07h54
    Afficher/Masquer

    Quant à nous, on nous a fait comprendre ( à Lisbonne en 2008) que le référendum de 2005 sur le projet de Constitution européenne était illégitime.

    Tout ce qui ne convient pas aux “maitres” est illégal. Ou illégitime.


    • Arnould Le 23 avril 2014 à 11h32
      Afficher/Masquer

      Meuh non, j’ai compris après coup, grâce a tous les commentateurs plus intelligents que moi, que j’avais voté contre… Chirac !


  3. tchoo Le 23 avril 2014 à 08h13
    Afficher/Masquer

    La Crimée était au sein de l’Ukraine une république autonome, reste à vérifier si ce référendum à respecter les statuts de cette république
    quoiqu’il en soit cette notion de référendum illégal est remarquable et la comparaison avec celui de 2005 chez nous pourtant légal mais non respecté tout aussi pertinent


    • ANNA Le 23 avril 2014 à 10h35
      Afficher/Masquer

      tchoo

      Vous avez raison, la Crimée était déjà au sein de l’Ukraine – une république autonome (!) et avec SA PROPRE CONSTITUTION (!) Le référendum est tout a fait légal, donc.
      Mais en France tout est bon, même les mensonges pour lobotomiser les français


  4. Elodie Moses Le 23 avril 2014 à 08h39
    Afficher/Masquer

    Mais comme le Prof. Sapir a remarqué, l’ordre legal de l’Ukraine n’etait plus lá suite au coup d’état, donc c’etait Kiev qui a renversé l’ordre legal. En consequence la Crimée n’avait plus d’interlecuteur légitime à Kiev, ansi c’est le principe de auto-determination qui s’aplique!


  5. reneegate Le 23 avril 2014 à 09h03
    Afficher/Masquer

    Il est vrai qu’aujourd’hui respecter les traité internationaux, respecter la parole donnée, avoir une vision à long terme et ne pas essayer d’utiliser une position dominante à ses propres fins, c’est être dans “un autre monde”. Poutine n’est pas le seul dans ce monde là. Quant au référendum, il y a eu des votes répétés, un vote de révocation en Décembre où le parti au pouvoir de Ianoukovitch n’a pas participé (au autre monde on vous dit) et il a été reconduit. Enfin entendre l’OSCE parler de constitution, laquelle? la première chose qu’ils ont faite c’est de la révoquer.
    Il faut effectivement choisir le monde dans lequel vous souhaitez vivre et transmettre à vos enfants. Ne comptez pas sur moi pour leur apprendre, le mensonge, l’avidité, ….


  6. Kiwixar Le 23 avril 2014 à 09h14
    Afficher/Masquer

    “Nous allons vous rendre le pire des services, nous allons vous priver d’ennemi !”
    – Gueorgui Arbatov, conseiller diplomatique de Gorbatchev

    A voir la situation actuelle, je me demande si les US ne sont pas en train de perdre la guerre froide avec 20 ans de retard : ils ont continué leur docteur-folamourisme militaire, ont profité sans retenue du privilège exorbitant du dollar, se sont mis à dos le reste des populations du monde, ont continué leur ingérence externe – désormais à coups de joysticks et de drones -, et se retrouvent en interne avec des statistiques de pauvreté (mortalité infantile, food stamps) qui ressemblent à celles du Tiers-Monde.


    • yvan Le 24 avril 2014 à 15h09
      Afficher/Masquer

      C’est en effet tout à fait cela.

      C’est le genre de peuplade qui a BESOIN que le gouvernement lui démontre qu’il “protège” le pays contre une menace extérieure.

      Déduction d’un sociologue réputé américain en début 2009 : “Un jour, les US se retrouveront sans plus aucun allié.”
      Hors, ils n’ont déjà plus que des colonies ou des vassaux…


  7. perceval78 Le 23 avril 2014 à 09h35
    Afficher/Masquer
  8. tebruc Le 23 avril 2014 à 10h29
    Afficher/Masquer

    Le directeur de l’OSCE a aussi oublié que la Crimée était autonome, avec sa propre constitution, et que le parti des régions avait gagné 185 sièges sur 444.


  9. Goldfinger Le 23 avril 2014 à 10h58
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    Dommage que dans leurs publications ultérieures, ils semblent changer de cible:

    http://www.courrierinternational.com/magazine/2014/1224-le-monde-selon-poutine

    Mais bon, il y a débat et tout n’est plus noir ou blanc. C’est donc déjà un progrès.

    Mais nous ne sommes pas encore sortis indemnes de l’auberge des Thenardier [sic] quand on lit dans le deuxième exemplaire (16/04/2014) de l’hebdomadaire le Un http://www.le1hebdo.fr/ que:
    ” Comme le pense l’Américain Zbigniew Brzezinski, ancien conseiller national à la Sécurité [ndlr: des USA], le jour où la Russie acceptera l’indépendance définitive de l’Ukraine, elle ne sera plus un empire” … “mais un Etat-Nation “normal” “.

    Ce Brzezinski n’est malheureusement pas un imbécile et son diagnostic est probablement correct puisqu’il est (ex ?) conseiller du dernier empire régnant sur le Monde : l’empire américain.

    Cela tend à prouver que pour les dirigeants américains la guerre froide n’est pas terminée … voire qu’il leur faut à tout moment un ennemi réel ou imaginaire pour exister politiquement sur la scène internationale (et assurer aussi leur cohésion intérieure ?).

    En attendant les USA ont tiré le vin, une partie de la coupe est bue … reste la lie. Mais personne n’en veut (surtout pas les Russes qui n’avaient rien demandé). Des jours amers sont donc encore en préparation. Et toute cette affaire laissera des cicatrices dont toute personne sensée se serait bien passée.

    N’oublions pas que cette révolution ukrainienne fomentée par l’Ouest a indirectement (et probablement involontairement) fait grimper en flèche la popularité interne de Vladimir Poutine (qui n’est pas un démocrate je le reconnais volontiers).

    Ce faisant il est probable qu’il dirigera encore la Russie quand la plupart des dirigeants occidentaux seront tombés dans les oubliettes de l’Histoire.

    Sauf à réussir à faire tomber Poutine lui-même et contre la volonté de son peuple. Et pour y parvenir il n’y a qu’un seul moyen : affaiblir l’économie russe pour affamer son peuple. Les USA iront-ils jusqu’à cette extrémité pour rester Imperator ? Et cela se fera-t-il avec ou sans l’aide leur bouffon-fusible européen ?

    A défaut de pouvoir apporter de réponse sur un terrain aussi glissant que miné, je ne puis qu’inviter à suivre avec attention les développements de cette nouvelle intervention « chirurgicale » dans laquelle les USA se sont lancé et ont entraîné autrui.

    Très cordialement.


    • reneegate Le 23 avril 2014 à 11h44
      Afficher/Masquer

      et les états unis détestent les hommes de pouvoir, charismatiques et indépendants. Ils préfèrent avoir à faire à des technocrates. Le ton de Joe Biden disant “cela ne doit pas être très compliqué non?” est éloquent. Ce sont des hommes de pouvoir et ils comprennent très bien Poutine qui à ce titre leur fait peur. Pas étonnant qu’une Merkel soit perplexe au point de dire que Poutine vit dans un autre monde. En conclusion Russes et Américains se comprennent très bien, les technocrates européens font ce qu’on leur dit sans rien comprendre. Alors imaginez les futures “négociations” sur le TTIP. Des loups et des moutons.


      • Goldfinger Le 23 avril 2014 à 12h03
        Afficher/Masquer

        à reneegate (23 avril 2014 à 11h44)

        Je n’ai pas abordé le TTIP dans ce cadre … mais il est évident que lui aussi m’effraie.

        Il existe suffisamment d’ accord commerciaux avec les USA, le TTIP n’est absolument pas nécessaire aux Européens … mais encore une fois “on” décide pour nous.

        Les Français peuvent quand ils le veulent se mobiliser contre “le mariage pour tous” (et c’est leur droit le plus strict) dommage qu’ils ne le fassent pas contre le TTIP 🙁

        Cela donnerait peut-être le coup d’envoi de larges protestations dans d’autres pays.

        Mais c’est vrai que le TTIP n’est pas un sujet de discussion “populaire”.
        Cela reste abstrait pour la majorité des citoyens … ce n’est que quand ils en verront les effets qu’ils comprendront 🙁

        Quant aux citoyens qui naîtront sous le TTIP ce sera leur environnement normal et ce sera considéré comme tel: normal ! 🙁

        Très cordialement.


  10. ANNA Le 23 avril 2014 à 11h34
    Afficher/Masquer

    A propos des référendums (le quel est légitime et le quel ne l’est pas) :

    1. 17 mars 1991 en URSS (en Russie, Biélorussie, Ukraine et Kazakhstan) a eu lieu UN REFERENDUM avec une question :

    ” Êtes vous pour ou contre de conserver le maintien de vos républiques au sein d’un seul et même pays”
    La réponse a été de 70,2% pour le “oui” ( c’est a dire, pour le maintien de ces républiques au sein du même pays)

    2. Mais plus tard, le 1 décembre 1991 a eu lieu un référendum SEULEMENT en Ukraine avec une question :
    ” Êtes vous pour ou contre l’indépendance de l’Ukraine ( mais au sein de “l’union modifié” autre de L’URSS )
    Plus de 50 % d’ukrainiens ont voté pour l’indépendance de l’Ukraine. Mais c’étaient que les UKRAINIENS qui ont voté !
    Donc, la situation complétement semblable et comparable a celle, du référendum en Crimée d’ aujourd’hui.

    Comme nous voyons, les résultats du référendum N° 1, n’ont pas été respectés par l’Ukraine ! Mais cela ne gène nullement le gouvernement de Kiev.


  11. André Le 23 avril 2014 à 12h15
    Afficher/Masquer
  12. Alain Le 23 avril 2014 à 13h08
    Afficher/Masquer

    La terminologie de “référendum illégal” est aussi celui utilisé par le gouvernement espagnol contre les indépendantistes catalans, il a même l’antériorité de la notion et l’OSCE devrait lui payer des royalties.

    Quand à la Suisse, il faisait sûrement allusion à l’ “indépendance” du Jura obtenue par référendum. Au niveau de la terminologie, la Suisse continue à faire vivre la fiction de la confédération – et donc de la souveraineté des cantons – alors qu’elle devenue une fédération en 1848


  13. theuric Le 23 avril 2014 à 13h24
    Afficher/Masquer

    Bien, maintenant, essayons-nous à penser géostratégie.
    Quel est le problème de Poutine?
    Les U.S.A. et l’U.E..
    Les premiers parce qu’ils risquent, encore une fois, de jouer un nouveau tour pendable aux russes et de mettre tout le monde en danger par leur incompétence.
    Les seconds parce qu’ils, nos élites, obéissent tous comme des toutous aux désidératas des premiers mais, en même temps, essaient, chacun de ses pays, de tirer le couverture à soi, ce qui accentue encore ces dangers potentiels.
    Dès lors, Poutine peut-il ne pas contre-attaquer?
    Surtout quand on sait que la contre-attaque est centrale dans la stratégie russe depuis Joukov et peut-être même avant.
    Cela ne veut dire qu’une chose, la Russie ne peut pas ne pas vouloir affaiblir l’Allemagne, pays devenu le centre névralgique de l’U.E., aussi bien politique, économique, institutionnel…, déstabilisez l’Allemagne et c’est l’Europe qui explose.
    Dès lors, il faudra à la Russie isoler et contourner ce dernier pays, soit par le nord, soit par le sud, voire les deux.
    Le nord est représenté par les pays scandinaves, les pays baltes et la Pologne et ces deux derniers ne veulent pas voir la Russie en peinture.
    Il faut dire que la Pologne a à en redire autant aux russes, aux allemands qu’aux anglo-américains en raisons de cuisants souvenirs historiques.
    Dès lors, la Russie n’a d’autre choix que de contourner l’Allemagne par le sud, soit,comme je l’ai déjà dit, de la Grèce à l’Angleterre, l’arc atlantico-méditerranéen.
    La Grèce et la Bulgarie lui sont absolument nécessaires pour servir de zone tampon d’avec la Turquie en raison des deux étroits passages entre la Mer Noire et la Mer Méditerranée.
    Turquie qui, plus tard, après la disparition des américains sur la scène internationale, pourrait bien se tourner vers la Chine en raison de ce même sentiment d’encerclement puisque l’Iran est déjà l’allié objectif de la Russie et que l’Inde ne peut que se rapprocher de ces deux derniers en raison des tensions qui se produiront en Afghanistan entre le Pakistan et l’Iran lors de la disparition étasunienne.
    C’est pourquoi j’avais écrit qu’ensuite ce n’était qu’une suite de chute de dominos à cause de cet ensemble de tensions partout dans le monde et de liens complexes qui s’établiront entre états, peu resteront neutres.
    Ainsi, la Mer Marmara sera bientôt l’une des zones de tensions majeurs parce que située quasiment en face du canal de Suez.


    • yt75 Le 23 avril 2014 à 14h22
      Afficher/Masquer

      “après la disparition des américains sur la scène internationale”

      D’où viendrait cette disparition ?


      • theuric Le 23 avril 2014 à 15h58
        Afficher/Masquer

        De sa ruine, tout simplement.
        Tout empire se bâtit toujours sur un monde fini mais, pour survivre, doit continuer son expansion.
        C’est la contradiction indépassable de tout empire.
        Lorsqu’il arrive au point où cet expansion a cessé, commence sont agonie.
        Il est à remarqué que l’empire, morcelé, d’Europe a cessé sont expansion peut de temps avant la première guerre mondiale.
        L’empire romain a subi le même sort, même si cela a pris bien plus de temps, divers facteurs entrent sûrement en jeu comme peuvent en être les temps de transport ou la complexité de la société impériale.
        Il est remarquer qu’à l’effondrement de l’empire d’Occident, celui d’orient a progressivement bifurqué pour, vers sa fin, ne plus ressemblé au premier.
        Peut-on considérer l’empire romain d’orient comme étant réellement la continuité de l’empire romain d’occident?
        Pour en revenir aux U.S.A., j’émets en effet le postulat que le crash de 2008 était l’événement annonciateur de la prochaine disparition de ce pays, ad minima en tant qu’empire.
        L’affaire ukrainienne nous montre avec éclat que les américains sont de moins en moins capable d’une manipulation d’envergure efficace, c’est à dire avec une pleine réussite et montre aussi leur fragilité absolue, tant en économie que militairement.
        Ainsi, dans les divers débats que je peux suivre sur internet, des informations émergent, signalant cette fragilité.
        Dans mon commentaire précédent, posant implicitement ce postulat, j’essayais de déterminer les décisions stratégiques de Monsieur Poutine puis les relations internationales que cette disparition risquait d’entrainer en me basant surtout sur la géographie.


  14. yt75 Le 23 avril 2014 à 13h56
    Afficher/Masquer

    Un point de vue Américain intéressant et assez dans la même ligne (de Stephen Cohen, prof études russes à NYU) :
    http://www.democracynow.org/2014/4/17/we_are_not_beginning_a_new


  15. obermeyer Le 23 avril 2014 à 15h20
    Afficher/Masquer

    Nouvelle alerte sur les quatre bateaux de guerre français en mer noire et analyse de la situation en Ukraine, très proche des divers articles de ce blog dans le nouveau billet de Jean Luc Mélenchon sur son blog .


  16. nouche Le 23 avril 2014 à 15h55
    Afficher/Masquer

    la crimee etait deja autonome, avant meme les evenements de Kiev, il faut le rappeler
    de plus l’aspect illegal de certains evenements a Kiev (non respect des accords signes, changement soudain de la constitution de maniere illegal, pression sur les parlementaires pour le vote de la destitution) rend ce gouvernement illegal lui aussi, dans ce cadre une crimee deja autonome a le droit de reclamer son independance.

    tout cela c’est juste du vent : les USA veulent la peau de Poutine, le reste c’est de la comedie.

    Anecdote amusante : Lviv et sa region, le 19 fevrier, donc juste avant le coup d’etat de Kiev, avait auto proclame son independance. Aujourd’hui Kiev, avec au pouvoir une grande partie de personnes originaires de Lviv, declarent terroristes tous les separatistes.

    Une autre preuve de l’hypocrisie regnant en Ukraine.


  17. jeanmaire Le 23 avril 2014 à 16h08
    Afficher/Masquer

    L’élargissement de l’O.T.A.N est une erreur fatale, selon George Kennan père de la doctrine du “containment”. Que les Pays Baltes, que l’Ukraine accèdent ou
    revendiquent une intégration dans l’OTAN relève de l’amputation pour la
    Russie. La République de Moldavie indépendante se garde bien d’exprimer une
    volonté d’intégration dans l’Alliance ! L’idée que les troupes de l’OTAN
    pourraient s’installer en Géorgie, que l’OTAN pourrait investir la Mer noire relève du cauchemar. La perspective qu’un jour la Serbie puisse intégrer l’OTAN
    est insupportable. L’Eglise orthodoxe russe est mobilisée contre l’OTAN


    • Perekop Le 23 avril 2014 à 21h32
      Afficher/Masquer

      L’Eglise orthodoxe russe mobilisée contre l’Otan…. il y a de quoi ! Comment oublier les bombardements de la Serbie pendant les Pâques orthodoxes ?! Et il y a quatre jours, en pleine nuit de Pâques, l’assassinat pur et simple de trois habitants de Slaviansk venus garder un petit poste de contrôle aux abords de leur ville par des inconnus en Jeep ?!
      Je viens de voir une émission russe (“Primoï Efir” sur RTR Planeta, 23 avril) où ont parlé, à distance, la veuve de l’une des victimes (un brave orthodoxe pratiquant qui venait de suivre le strict Carême des 40 jours, de communier le soir à l’église et de prendre un peu de “paskha” (gâteau de Pâques au fromage blanc) avec les siens avant de rejoindre son poste de garde) et le fils d’une autre victime, lui-même présent lors de la fusillade.
      Tenez-vous bien : les miliciens du groupe d’autodéfense de Slaviansk étaient SANS ARMES en l’honneur de Pâques – ne pas oublier la trêve proclamée par les hypocrites de Kiev… – tout juste équipés de quelques bâtons. Il y avait aussi deux cocktails Molotov de réserve, posés par terre.
      L’un des miliciens a demandé ses papiers au conducteur de la première Jeep et les occupants de la voiture l’ont immédiatement abattu depuis l’intérieur de celle-ci en lui disant “Christ est ressuscité” (la salutation pascale rituelle des orthodoxes). La fusillade a continué et deux autres miliciens locaux sont tombés. A ce moment, le reste du groupe de miliciens a lancé les deux cocktails Molotov et c’est comme ça que deux des Jeep ont brûlé, les deux autres voitures prenant la fuite. Cela explique aussi – bien mieux que l’article ambigu d’Adrien Jaulmes dans le Figaro – pourquoi les miliciens ont pu extirper des Jeep en train de brûler les insignes de Pravy Sektor et autres petites choses intéressantes prouvant bien l’origine de l’agression.
      Vouloir ajouter une dimension “guerre de religion anti-orthodoxe” à ce conflit déjà extrêmement dangereux est d’une bêtise sans nom… Mais est-ce si surprenant ? Les Occidentaux massivement déchristianisés ou infiltrés par les sectes (Iatseniuk formaté, semble-t-il, chez les Scientologues US…) ne respectent plus rien, ne se rendent même pas compte de ce qu’ils vont provoquer… Ou peut-être que si ? Un intervenant russe de l’émission a été jusqu’à qualifier cette terrible provocation de “satanisme politique”. L’expression peut choquer, mais elle n’est pas vraiment ridicule dans un cas comme celui-ci.


  18. Theoltd Le 23 avril 2014 à 16h25
    Afficher/Masquer

    Je vois pas en quoi Poutine n’est pas un démocrate. J’en assez de lire ce genre de commentaires qui ouvre systématiquement certains commentaires sur ce blog et d’autres.

    Poutine n’est pas plus ou moins démocrate que nos élus, qui oeuvrent pour l’Otan et pour l’UE sans nous demander notre avis, ou en outrepassent notre avis, s’ils commettent l’erreur de le demander. De toutes façons, si Poutine laissait une vraie démocratie s’installer, celle ci serait illico récupérée par un Guignol piloté par les US, qui pillerait le pays et son pétrole au profit des Etats Unis et au détriment du peuple Russe. C’est comme ça, il y a meme pas a discuter, tellement c’est évident. C’est etre enfantin que penser le contraire. Il y a des réalités dans la vie. Ca en une.

    Quand on est en Russie, on ne sent ni plus ni moins qu’ici le poids de l’état sur le simple citoyen. Il y a moins de contrôles de Police. Les douaniers sont plus sympas. Les bloggueurs se font peut arrêter, mais c’est parce qu’ils sont financés par Mc Cain, et oeuvrent la déstabilisation du pays.

    La presse n’y pas ni plus ni moins libre qu’ici: simplement elle ne cache pas son soutient au pouvoir, comme c’est le cas ici. La propagande est moins fine, plus visible. Elle me cherche pas a mentir, mais a convaincre. C’est parfois très lourd, je l’admets.

    Mais il n’y a qu’a lire un journal comme les Monde, et on peut se rendre compte qu’il est nettement moins objectif qu’un quotidien tel que Kommersant, qui traite au moins des titres de la presse étrangère. (les Russes sont au courant de ce qui se dit ici, le contraire n’est pas vrai- d’ailleurs ils sont outrés).

    Enfin, pour continuer sur le sujet des médias, Russia TV est pro pouvoir, OK, mais quand il s’agissait d’avoir des nouvelles de Fukushima, c’était la seule tele d’état du Monde, a inviter Gundersen, et je suis sur que personne en France ne le connait. C’est pourtant une pointure Mondiale sur le Nucleaire, et le seul expert indépendant sans langue de bois. Dans le meme temps, on avait le débat habituel sur C’est dans l’air entre pros nucléaire, et ultra pro nucléaires, débat pour petits vieux qui disait comme d’habitude: Dormez tranquille, nous on est les plus forts.

    Alors tout ça me fait dire que point de vue démocratie, je suis pas loin de penser (comme notre ami Gégé) que la Russie pourrait dans de nombreux domaines, nous donner des leçons, a nous, les bons démocrates Francais, endettés jusqu’au cou, va t en guerre sans soldats, et endoctrinés façon secte Moon.


  19. reneegate Le 23 avril 2014 à 16h44
    Afficher/Masquer

    très bon papier de Naomi Klein sur l’opportunisme des marchés pour exploiter les chocs :http://www.legrandsoir.info/gaz-et-strategie-du-choc-en-ukraine-the-guardian.html

    Et très bonne synthèse de Melechon sur son blog, de quoi faire taire (enfin) ceux qui hurlent au “tous pourris”, il y en a un qui est cohérent et ne hurle pas avec la meute.http://www.jean-luc-melenchon.fr/2014/04/23/la-vie-pour-la-raconter/

    Médiapart aussi fait un papier intéressant sur l’OTAN et De Gaulle mais entaché à la fin par des présupposés étonnants (fréquents à l’international), Poutine étant l’agresseur par postulat (pas de lien car payant, si nécessaire je copierai).


    • Leterrible Le 23 avril 2014 à 18h05
      Afficher/Masquer

      TOUT le contenu du papier de JLMélenchon est vraiment à méditer et répandre chacun dans sa zône d’influence.
      En effet , peu nous est inconnu ( les détails de déploiement marin.?.) concernant l’UKRAINE.
      Par contre le PSEUDO-vote anti-directive-travailleurs détachés au sein UE saboté consciencieusement délibérément quasi unanimement par les députés-liges de toutes les formations politiques “classiques” acoquinées françaises + le numéro supplémentaire d’équilibriste de la fille LEPEN (qui s’abstient en catimini..) , c’est tellement grave et répugnant que ça nécessite un buzz gigantesque.
      Il faut absolument tout faire pour s’emparer du sujet ( qui divise les patrons et leur intelligentia-affidée entre eux…).


    • vérité2014 Le 23 avril 2014 à 18h11
      Afficher/Masquer

      Stopping Russia starts in Syria.

      Anne-Marie Slaughter, president and CEO of the New America Foundation -CNBC.com

      The solution to the crisis in Ukraine lies in part in Syria. It is time for US President Barack Obama to demonstrate that he can order the offensive use of force in circumstances other than secret drone attacks or covert operations. The result will change the strategic calculus not only in Damascus, but also in Moscow, not to mention Beijing and Tokyo.

      L’article est intéressant car il montre la vraie stratégie des néocons,mais plus encore les commentaires en bas d’article..visiblement plus grand monde aussi aux USA ne croit un seul mot des mensonges des MSM dont CNBC fait partie.

      http://www.cnbc.com/id/101605835


  20. vérité2014 Le 23 avril 2014 à 17h38
    Afficher/Masquer

    L’entreprise russe NLMK a envoyé un avertissement aux autorités belges et européennes sur les “effets dévastateurs” que pourrait avoir la prise de sanctions économiques à l’encontre de la Russie dans le domaine de l’acier. Le 25 mars, soit en pleine crise russo-ukrainienne concernant l’annexion de la Crimée, la branche Europe du géant mondial de l’acier a en effet adressé un courrier en ce sens aux gouvernements belge et d’autres pays européens ainsi qu’à la Commission européenne.

    En Belgique, NLMK est implantée à La Louvière et à Clabecq et représente environ 18 000 emplois, tandis que la division européenne emploie 2 530 personnes au total.

    http://www.rtbf.be/info/economie/detail_sanctions-contre-la-russie-nlmk-menace-la-belgique-et-l-europe?id=8253185


  21. André Le 23 avril 2014 à 18h30
    Afficher/Masquer

    http://www.trust.org/item/20140423153235-8uuv3 Ils ne prennent pas de risques! L’armée ukrainienne libère une ville où il n’ y a pas de séparatistes!


  22. André Le 23 avril 2014 à 19h54
    Afficher/Masquer

    Un blog qui intéressera certainement Olivier et bien d’autres: http://russiepolitics.blogspot.ru/2014/04/les-accords-de-geneve-un-nouveau-yalta.html


    • reneegate Le 24 avril 2014 à 09h13
      Afficher/Masquer

      oh oui, excellent, merci


  23. vérité2014 Le 23 avril 2014 à 20h01
    Afficher/Masquer

    Elections Européennes, un enjeu considérable!

    Avez-vous remarqué la campagne d’intoxication concertée pour donner le sentiment que les problèmes sont résolus ou en passe de l’être? Le positif est monté en épingle, le négatif est nul et non avenu, il n’a pas le droit de cité dans les médias.

    C’est flagrant et cela en est consternant. L’astuce consiste à mettre en avant de minuscules améliorations tendancielles qui ont pour origine le report de la consolidation budgétaire et la pause dans l’austérité et à escamoter ce qui est négatif: le niveau de chômage, les ratios de prélèvement obligatoires et les ratios de dettes.

    http://leblogalupus.com/2014/04/23/geopolitique-friction-du-mercredi-23-avril-2014-elections-europeennes-un-enjeu-considerable-par-bruno-bertez/


  24. jjmomo1 Le 23 avril 2014 à 20h52
    Afficher/Masquer

    Ukraine : des avantages pour tout le monde ?

    Tin tin tin ! Théorie du con palot

    Des centrales nucléaires plutôt situées à l’ouest de l’ukraine
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_centrales_nucl%C3%A9aires_d'Ukraine tin tin tin !

    Un salaire moyen aux alentours de 300 € mais 1,5 fois meilleur à l’est (300 € c’est un salaire qui en Chine semble devenir trop cher pour les multinationales (Hennes) qui veut partir par exemple) tin tin tin !

    Pour aller où ? En Ukraine de l’ouest bien sûr ! Les centrales ont un potentiel productif en énergie excellent (bien meilleur que ces chinois qui polluent avec leur CO² !) et épaulées par le savoir faire français je vous dis pas comme ce sera génial pour pourvoir aux besoins en énergie de toutes les entreprises qui voudraient venir s’installer ! Alors les allemands entrent en scène avec leurs grosses PME et leurs super entreprises de machines outils ! Il est grand temps de moderniser les outils de production vieillissants installés en Chine (d’ailleurs les chinois n’étant pas foutu d’ouvrir vraiment leur marché …). Chacun sait qu’une entreprise qui se délocalise va réinvestir dans un outil de production plus performant permettant de diviser par 2 la quantité de main d’œuvre au besoin. En plus on n’est pas très loin de l’Allemagne (qui va avoir besoin d’usines pour se refabriquer de l’armement) et je n’ai même pas causé des USA qui jouent sur tous les tableaux de l’impérialisme non propagandiste etc etc, tout le monde est réélu, la croissance pour les riches est retrouvée, quelques pauvres sont expédiés au front russe dans des tranchées commémoratives d’un centenaire dont on se passerait bien pour regarder en l’air le feu d’artifices de missiles crashés sur un bouclier anti-missile avec des néo-nazis aux fesses
    mais … après l’Ukraine ce sera quoi le pays à la mode ?
    Désolé pour mes idioties je dois aller couper le robinet qui coule depuis que je me lave les dents


    • Goldfinger Le 24 avril 2014 à 12h09
      Afficher/Masquer

      Les centrales ont un potentiel productif en énergie excellent […] et épaulées par le savoir faire français

      Bonjour,

      Enfin un élément positif dans cette triste affaire Ukrainienne: une sécurité accrue pour le nucléaire civil (et donc aussi pour les populations environnantes).

      ET c’est une information SUPPLEMENTAIRE d’importance que l’on peut effectivement mettre en relation avec l’arrêt (démocratique celui-là) de la filière nucléaire en Allemagne !!!

      Merci pour ce renseignement très important.

      PS: Il faut couper le robinet à eau potable quand vous vous brossez les dents et ne l’ouvrir que lorsque vous les rincez 😉


    • Goldfinger Le 24 avril 2014 à 12h47
      Afficher/Masquer

      après l’Ukraine ce sera quoi le pays à la mode ?

      Intégration de la Géorgie pour la frontière Sud-Ouest (tout le pré-travail a déjà été plus ou moins intelligemment et proprement mâchouillé)

      Biélorussie pour avoir toute la famille de la frontière Ouest (mais le pays est russophone ! )

      L’Europe aura alors atteint son but … devenir le Finistère du continent Eurasien 😉 et 🙁

      L’Angleterre devenant son île d’Ouessant 😉 … je ne met pas de 🙁 car c’est ce qu’ils souhaitent ne réalisant pas qu’ils sont géographiquement bien plus proches de l’Europe que des USA à moins que la position de tête de pont des USA soit ce qu’ils préfèrent encore [temporairement] vraiment).

      Très cordialement


  25. Alex Le 23 avril 2014 à 21h17
    Afficher/Masquer

    Salut !
    J’aime bien ce blog, surtout pour sa partie sur la finance, mais je trouve que vous prenez un parti assez étrange… Pourquoi tous ces commentaires basiquement anti américains ? Certes les amerlocks sont loin d’être tout blancs, mais on ne peut ignorer les commandos russes qui foutent le bordel dans l’est de l’Ukraine. Et je ne vois pas pourquoi les pays de l’ex-URSS, ou la Pologne n’auraient pas le droit d’adhérer à l’OTAN simplement parce que cela met les Russes dans une situation inconfortable…
    Je vis en Pologne dans une ville qui a été entièrement rasée par les Russes lors de sa “libération” à la fin de la 2° guerre mondiale, et ou le communisme a été encore pire que l’Allemagne nazie en terme d’oppression….Demandez à un Polonais à quel point leur voisins Russes sont gentils…Je suis sacrément heureux que la Pologne fasse partie de l’OTAN, sinon je serai déjà en train de plier bagage !

    Je ne sais pas si la perspective d’une guerre nucléaire vous fait sourire, mais c’est ce qui risque d’arriver si Poutine parvient à réaliser son rêve de reconstruction de l’URSS (surtout qu’il a la réputation d’être extrêmement irrationnel) grâce à la combinaison guerre froide+fin du pétrole+grande dépression probable+effondrement probable de l’économie américaine.
    Je suis d’autant plus content que les ricains nous prêtent gentiment (probablement pas gratuitement mais bon….) leur parapluie antinucléaire. D’ailleurs c’est ce qui a fortement irrité Poutine au départ, normalement l’Europe était censée rester “otage” de la Russie, et les américains avaient interdiction d’installer une protection antimissile en Europe, chose qu’il n’ont il est vrai pas respecté . Mais quand un allié enfreint une des clause d’un contrat pour vous aider, généralement on dit “Merci”
    Bonne continuation


    • Fool Prophet Le 24 avril 2014 à 13h11
      Afficher/Masquer

      Si les Américains voulaient bien les aider à nucléariser la Russie pour leurs contentieux passés, il semble évident que les Polonais leur seraient extrêmement reconnaissants.
      Il est dommage que la constrction européenne ait été l’otage d’un tel deal.
      La Pologne compte-t-elle emporter à chaque guerre l’Europe dans un conflit mondial ?


  26. vérité2014 Le 23 avril 2014 à 22h00
    Afficher/Masquer

    J’adore le titre:
    Ukraine: la Russie menace d’intervenir, consternation en Europe.

    http://www.romandie.com/news/Ukraine-la-Russie-menace-dintervenir-consternation-en-Europe_RP/470810.rom

    Franchement quelle surprise,on vient organiser de A à Z un coup d’état aux portes de la Russie mettant en péril sa sécurité immédiate et ils s’imaginaient sans doute que les Russes n’allaient pas réagir?
    Un peu comme si les Russes organisaient un coup d’état à Ottawa ou Mexico,il est certain que les US trouveraient cela super sympa…


  27. vérité2014 Le 23 avril 2014 à 22h43
    Afficher/Masquer
  28. Corbaz Pierre Le 24 avril 2014 à 10h01
    Afficher/Masquer

    Amis français ou de langue française, vous ne connaissiez pas le conseiller fédéral Bourkhalter ?
    Les suisses ne connaissent que lui et Alain Berset. Vraiment les deux meilleurs de l’exécutif.
    Déclarer un référendum illégal, c’est du Bourkhalter signé. Lorsqu’il neige sur la Place fédérale, ce n’est pas le fait que nos conseillers fédéraux sont devenus intelligents. C’est simplement dû au froid.


    • Goldfinger Le 24 avril 2014 à 11h49
      Afficher/Masquer

      à Corbaz Pierre (24 avril 2014 à 10h01)

      De l’humour et une pointe d’autodérision, voilà deux qualités méconnues chez les Suisses et la preuve qu’entre peuples adultes on peut sincèrement se comprendre et fraterniser.

      Excellente journée.
      Très cordialement !


  29. André Le 24 avril 2014 à 12h22
    Afficher/Masquer

    http://youtu.be/ureQblDiJwY Slavyansk aujourd’hui, les véritables opérations militaires commencent.
    comprtes twitter de qualité : Alec Luhn, Graham Phillips, Monika Kalinowska, Olga Lozovic, Alexandre Mahrquardt, republic of Donetsk, petr Shemolovskiy.


  30. André Le 24 avril 2014 à 12h32
    Afficher/Masquer

    Live: colonelcassad.livejournal.com/1557218.html
    http://www.voicesevas.ru/news/yugo-vostok/shturm-slavjanska-post-obnovljaetsja.html
    Le tout en russe mais avec un traducteur on y arrive!


  31. Fool Prophet Le 24 avril 2014 à 12h49
    Afficher/Masquer

    Silence ! On massacre !
    Mais c’est les gentils… alors ça ne compte pas.


  32. samuel Le 24 avril 2014 à 17h57
    Afficher/Masquer

    Tout ce qui favorise les intérêts de l’Empire est légal, tout ce qui nuit à son expansion est illégal.


Charte de modérations des commentaires