Les Crises Les Crises
14.octobre.201514.10.2015 // Les Crises

[70e AG ONU] Chine + Japon : “Tous les pays sont égaux, les grands pays, les pays puissants ne devraient pas intimider les pays plus petits et plus faibles”

Merci 0
J'envoie

Chine – Débat 2015 de l’Assemblée générale de l’ONU

Allocution de S.E. M. XI Jinping, Président de la République populaire de la Chine, lors du Débat général de la 70e session de l’Assemblée générale

Monsieur le Président, chers et chères collègues,

Il y a 70 ans, les générations précédentes de l’humanité ont lutté de manière héroïque et obtenu la victoire du monde antifasciste à la fin de la guerre et cela a fermé une triste page de l’histoire de l’humanité, cette victoire a été obtenu de haute lutte. Ces générations antérieures ont créé, il y a 70 ans, l’ONU avec une vision d’avenir, l’ONU étant l’organisation internationale la plus représentative et portant les espoirs de l’humanité pour un avenir meilleur. Cela a permis une ère nouvelle de coopération, cela a été une initiative historique jamais entreprise auparavant. Il y a 70 ans, ces précédentes générations ont fait preuve de sagesse et adopté la Charte des Nations Unies, jetant les fondements de l’ordre international et établissant les principes fondamentaux des relations internationales contemporaines, ce qui fût une réalisation d’un impact considérable.

Monsieur le Président, chers et chères collègues, le 3 septembre 2015, le peuple chinois, à côté des autres peuples du monde, a célébré le 70ème anniversaire de la victoire du peuple chinois contre l’agression japonaise et aussi la victoire contre le fascisme dans le monde. La Chine, principal terrain d’opération en Orient, a dû faire face à la perte de 35 millions de victimes, un sacrifice dans la lutte contre le militarisme japonais. Cela a permis à la Chine de se sauver elle-même, de sauver son peuple de l’asservissement. La Chine a fortement appuyé la lutte contre les agressions en Europe et dans le Pacifique. Et ainsi, la Chine a apporté des contributions historiques à la victoire du monde antifasciste. L’histoire est un miroir. Ce n’est qu’en tirant les enseignements de l’histoire que le monde pourra éviter de répéter les calamités du passé. Il faut examiner l’histoire avec une forte conscience humaine. Le passé ne peut pas être modifié mais l’avenir peut être façonné, en gardant l’histoire à l’esprit. Il ne s’agit pas de perpétuer la haine, au contraire, il ne faut pas que l’humanité oublie les enseignements tirés du passé. Se souvenir de l’histoire ne signifie pas être obsédé par le passé mais le but est de créer un avenir meilleur et de transmettre le flambeau de la paix d’une génération à l’autre.

Monsieur le Président, chers et chères collègues, l’ONU a résisté à l’épreuve du temps au cours des sept dernières décennies, des efforts ont été faits par tous les pays pour défendre la paix, édifier des patries et rechercher la coopération. Ayant atteint un nouveau point dans l’histoire, l’ONU doit traiter une question fondamentale « comment mieux promouvoir la paix et le développement dans le monde au 21ème siècle ». Le monde connait un processus historique d’évolution accélérée. La paix, le développement et le progrès doivent être suffisamment fort pour l’emporter sur la guerre, la pauvreté et le sous-développement. Le mouvement vers un monde multipolaire et l’apparition de nouveaux marchés, de pays nouvellement développés sont devenus une tendance forte de l’histoire. La mondialisation et l’avènement de l’ère de l’information ont favorisés les forces sociales productives qui ont créé des possibilités de développement sans précédent, mais cela a engendré de nouvelles menaces, de nouveaux défis que nous devons relever avec détermination. Comme le dit un dicton chinois, le plus grand idéaliste crée un monde partagé par tous, l’appel au développement, la justice, la démocratie et la liberté sont les points communs de l’humanité et les nobles objectifs de l’ONU. Cependant, ces buts sont loin d’être atteints et nous devons poursuivre nos efforts pour atteindre ces objectifs. Dans le monde contemporain, tous les pays sont interdépendants et ont un avenir commun. Nous devons renouveler notre engagement en faveur des buts et principes de la charte des Nations Unies et instaurer de nouvelles relations internationales avec une coopération où l’on gagne sur tous les tableaux et aussi créer une communauté pour un avenir partagé par toute l’humanité.

Pour atteindre ce but, nous devons déployer les efforts suivants :

Nous devons mettre en place des partenariats permettant aux pays de traiter les uns avec les autres sur un pied d’égalité. L’égalité souveraine est un principe fondamentale de la charte des Nations Unies, l’avenir des peuples doit être façonné par tous les pays. Tous les pays sont égaux, les grands pays, les pays puissants ne devraient pas intimider les pays plus petits et plus faibles. Le principe de la souveraineté signifie que non seulement la souveraineté et l’intégrité territoriale de tous les pays sont inviolables et que les affaires intérieures ne doivent pas faire l’objet d’ingérence, mais en plus cela signifie que tous les pays doivent choisir indépendamment des systèmes sociaux et des voies de développement et ces principes doivent être respectés. Tous les pays essayent de promouvoir le développement socio-économique et d’améliorer les conditions de vie des populations et tous ces efforts doivent être respectés. Nous devrions être attaché au multilatéralisme et rejeter l’unilatéralisme. Nous devrions adopter une nouvelle vision d’avenir pour rechercher des résultats gagnant-gagnant et nous devons rejeter l’état d’esprit ancien qui fait que le vainqueur emporte toute la mise, ou que l’on en peut avoir de bons résultats que si autrui en a de mauvais. Cela doit devenir un moyen important d’exercer la gouvernance internationale contemporaine, on doit régler les différends grâce au dialogue et à la consultation. Nous devrions forger un partenariat mondial et adopter une approche nouvelle pour ce qui est des relations entre états, caractérisé par le dialogue plutôt que par l’affrontement. Il faut recherche des partenariats plutôt que des alliances. Les grands pays devraient appliquer des principes d’absence de conflits, pas d’affrontement, le respect mutuel et la coopération où l’on gagne sur tous les tableaux ; les grands pays devraient traiter les petits pays en tant qu’égaux et devrait adopter une approche positive à l’égard de la justice, en faisant en sorte qu’on privilégie la justice par rapport aux intérêts particuliers. Nous devrions mettre en place une architecture sécuritaire caractérisée par les contributions collectives, l’équité, la justice et les avantages partagés ; à l’ère de la mondialisation économique, la sécurité de tous les pays est interdépendante et il y a des impacts sur les uns et les autres. Aucun pays ne peut maintenir la sécurité absolue grâce à ses propres efforts uniquement. Aucun pays ne peut garantir la stabilité au dépend de l’instabilité dans d’autres pays. La loi de la jungle fait que les faibles sont à la merci des forts. Ce n’est pas ainsi que les pays doivent exercer leurs relations. Ceux qui utilisent la force s’apercevront qu’ils ne font que se tirer une balle dans le pied. Nous devrions abandonner la mentalité de la guerre froide dans toutes ces manifestations et promouvoir une vision d’avenir nouvelle caractérisé par la coopération et la sécurité durable. Nous devrions privilégier le rôle central de l’ONU et du Conseil de Sécurité pour mettre fin aux conflits et maintenir la paix, ainsi que rechercher des solutions pacifiques aux différents grâce à des accords et prendre aussi des mesures obligatoires pour transformer l’hostilité en amitié. La coopération internationale devrait être promue sur les plans sociaux et économiques, il faut adopter une approche globale pour faire face aux menaces traditionnelles ou non-traditionnelles en matière de sécurité pour empêcher les conflits.

Il faut promouvoir un développement novateur et inclusif dont tout un chacun peut bénéficier. La crise financière de 2008 nous a appris que permettre aux capitaux de rechercher les profits aveuglément ne peut qu’engendrer une crise et la prospérité mondiale ne peut pas se fonder sur un marché qui n’a pas de contraintes morales, car ce sont des fondations branlantes. Le fossé entre les riches et les pauvres n’est pas viable et en plus il est injuste. Il est important pour nous d’utiliser la main invisible mais aussi les mains visibles pour forger des synergies entre les forces du marché et les fonctions de l’état. Le but étant de parvenir à l’efficacité et à l’équité. Le développement n’a des sens que s’il est inclusif et durable ; pour atteindre un développement durable, il faut un esprit d’ouverture, une aide mutuelle et une coopération gagnante-gagnante.

Ah, c’est sûr que le gars, il est à l’évidence obsédé par autre chose qu’Assad…

Dans le monde contemporain, presque 800 millions de personnes continuent de vivre dans la misère. Presque 6 millions d’enfants par année meurent avant d’atteindre l’âge de 5 ans, et 60 millions d’enfants ne peuvent pas aller à l’école. Le sommet des Nations Unies sur le développement durable a adopté le programme à l’horizon 2030, nous devons donc traduire nos engagements en mesures concrètes et travailler ensemble pour que personne ne connaisse le besoin, que tout un chacun ait accès au développement et vive dans la dignité. Nous devrions augmenter les échanges entre civilisation pour promouvoir l’harmonie, l’inclusion et le respect des différences. Le monde est enrichi par sa diversité culturelle. La diversité permet d’augmenter les échanges, les échanges favorisent l’intégration et l’intégration rend les progrès possibles. Au cours de leurs interactions, les civilisations doivent accepter leurs différences, ce n’est que grâce au respect mutuel et la coexistence harmonieuse que le monde pourra maintenir sa diversité et prospérer. Chaque civilisation a une vision d’avenir unique, elle correspond aux contributions de son peuple, aucune civilisation n’est supérieure aux autres. Les civilisations devraient avoir des dialogues et des échanges au lieu de s’exclure ou de se remplacer mutuellement. L’histoire de l’humanité constitue un processus d’échange actif d’interaction et d’intégration entre différentes civilisations. Nous devrions respecter toutes les civilisations, nous devons tous nous traiter en tant qu’égaux, nous devons favoriser le développement créatif des civilisations humaines en s’entraidant les uns les autres.

Nous devrions mettre en place un écosystème qui favorise le développement écologique et la protection de la terre, notre mère à tous. Nous pouvons utiliser la nature et même la transformer mais les êtres humains font partie de la nature et nous devons bien la soigner et la protéger et ne pas considérer que l’être humain est supérieur à celle-ci. Nous devons concilier le développement industriel et la protection de la nature. Nous devons rechercher l’harmonie entre l’humanité et la nature pour parvenir au développement durable de la planète et le développement global de l’homme. Un environnement fort est vital pour l’avenir de l’humanité. Tous les membres de la communauté internationale devraient conjuguer leurs efforts pour avoir un éco-environnement mondial solide et sain ; nous devons respecter la nature, respecter les voies et méthodes environnementales et la protéger. Nous devons privilégier une économie verte à faible impact en carbone par rapport au développement tout azimut. La Chine assumera sa part de responsabilité. La Chine continuera de jouer son rôle dans cette action commune. Nous exhortons les pays développés à assumer leurs responsabilités historiques, à respecter leurs engagements en matière de réduction d’émission et à aider les pays en développement à atténuer les effets du changement climatique et à s’y adapter.

Monsieur le Président, chers et chères collègues, les 1,3 milliards de chinois s’efforcent de réaliser le rêve chinois de grand renouveau national. Le rêve du peuple chinois est étroitement lié au rêve d’autres peuples du monde. Nous ne pourrons pas réaliser le rêve chinois sans un environnement international pacifique, stable et sans la compréhension et l’appui du reste du monde. La réalisation du rêve chinois apportera d’avantage de possibilité à d’autres pays et contribuera à la paix et le développement dans le monde.

La Chine continuera à participer à la consolidation de la paix dans le monde, nous sommes attachés au développement pacifique, quel que soit l’évolution du paysage international et quel que soit la puissance future de la Chine, celle-ci ne va jamais rechercher l’expansion, la Chine ne va jamais rechercher de sphère d’influence.

La Chine continuera à apporter des contributions au développement mondial, nous continuerons de rechercher le développement commun, une stratégie où l’on gagne sur tous les tableaux grâce à l’ouverture. Nous sommes prêts à mettre en commun nos expériences en matière de développement et faire profiter d’autres pays des possibilités qui apparaissent. Nous aimerions que d’autres pays montent à bord du train rapide de la Chine, un train vers le développement pour que tous les pays atteignent le développement durable.

La Chine continuera de défendre l’ordre international, nous resterons attachés à la voie du développement pacifique grâce à la coopération. La Chine était le premier pays à signer la charte des Nations Unies. Nous continuerons de défendre l’ordre et le système international en se fondant sur les principes figurant dans la chartre des Nations Unies. La Chine continuera d’être solidaire des autres pays en voie de développement. Nous appuyons fermement une plus grande représentation et plus de voix pour les pays en voie de développement, en particulier les pays africains et cela au sein du système international de gouvernance. Le vote de la Chine à l’ONU appartiendra toujours aux pays en voie de développement. Je saisis cette occasion pour annoncer la décision de la Chine de créer un fonds pour le développement Chine-ONU de 1 milliard de dollars sur 10 ans pour soutenir les activités de l’ONU en faveur de la paix et du développement. Pour promouvoir la coopération multilatérale et contribuer davantage à la paix et au développement dans le monde, je voudrais également annoncer que la Chine va rejoindre le programme de renforcement des capacités de l’ONU en matière de maintien de la paix, avec notamment des moyens en attente, la Chine a décidé de jouer un rôle de chef de file en mettant en place un corps de police permanent et une force en attente pour le maintien de la paix avec 8000 membres. Je voudrais également annoncer que la Chine fournira au total 100 millions de dollars d’aide militaire à l’Union Africaine dans les 5 prochaines années pour appuyer la mise en place de la force africaine en attente et de la capacité africaine d’intervention immédiate en cas de crise.

Monsieur le Président, chers et chères collègues, alors que l’ONU commence une nouvelle décennie, unissons-nous encore plus pour forger un nouveau partenariat de coopération où l’on gagne sur tous les tableaux et mettre en place une communauté pour un avenir commun partagé par toute l’humanité. Que la vision de l’avenir d’un monde libéré de la guerre et caractérisé par une paix durable s’enracine, que les aspirations en matière de développement, prospérité, d’équité et de justice s’étendent dans le monde entier. Je vous remercie toutes et tous.

Amis chinois, l’avenir est à l’évidence à vous – désolé, vous ne pouvez plus compter sur un occident que sombre dans la maniaco-dépression…

Source : ONU, 08/10/2015

transcrit par les lecteurs du blog www.les-crises.fr


Japon – Débat 2015 de l’Assemblée générale de l’ONU=

Allocution de S.E. M. Shinzo Abe, Premier Ministre du Japon, lors du Débat général de la 70e session de l’Assemblée générale

Monsieur le président, mesdames et messieurs, cette année les Nations Unies célèbrent le 70e anniversaire de sa création.

C’est une assemblée de personnes qui ne perd pas facilement espoir même face à des circonstances désespérées. C’est ainsi que les Nations Unies ont fait face à l’adversité, le virus Ebola se propageait,l’extrémisme était rampant, et aujourd’hui sous nos yeux de nombreux réfugiés cherchent à fuir les horreurs de la guerre. Ensemble nous devons relever les défis qui se présentent. Chaque état membre doit apporter à cette lutte ses propres capacités.

Le Japon a toujours appuyé l’édification des nations, nous avons accumulé une expérience dans la promotion des ressources humaines ,dans l’assistance humanitaire et dans la promotion des droits des femmes. Plus que jamais le Japon souhaite à présent offrir cette expérience,avec générosité. Le Japon renforcera son aide aux réfugiés et aux personnes déplacées internes, en Syrie et en Irak. En chiffres cette assistance s’élève à près de 810 millions de dollars au total , ce qui représente 3 fois le montant versé l’année dernière.

Au Liban nous allons consacrer 2 millions de dollars à de nouvelles mesures d’assistance. Nous insisterons ainsi sur l’élan de collaboration entre les acteurs humanitaires et les acteurs du développement. Nous allons également consacrer près de 2,5 millions de dollars à l’assistance humanitaire dans les pays voisins de l’Union Européenne qui font face à l’accueil de réfugiés , de migrants, tels que la République de Serbie, l’ex République Yougoslave de Macédoine. Ce sont des mesures d’assistance, des mesures d’urgence que le Japon est à même de prendre, mais en même temps notre principe majeur c’est de nous attaquer aux racines du problème, afin d’amener de la stabilité dans la vie quotidienne des Irakiens, il faut un approvisionnement en eau fiable et à cette fin le Japon compte consacrer 750 millions de dollars pour consolider et garantir la paix au Moyen-Orient et en Afrique.

J’aimerais souligner que, au delà des réfugiés il y a un grand nombre de personnes qui ne peuvent même pas fuir et devenir des réfugiés. En reconstruisant des pays dévastés, en les transformant en des lieux où les peuples peuvent à nouveau être heureux, nous pourrons permettre à chaque être humain d’entretenir ses propres capacités à lutter contre la crainte, contre le besoin. C’est fort de cette conviction que le Japon insiste sur l’éducation et la santé ainsi que sur la promotion des femmes, c’est une politique qui a pour objectif de pleinement garantir la sécurité humaine. Je suis très heureux de ces efforts qui donnent une place de valeur à chaque individu , ce sont des efforts qui se sont concrétisés dans les objectifs de développement que la communauté des Nations Unies vient d’adopter.

Ah, c’est sûr que le gars, il est à l’évidence obsédé par autre chose qu’Assad…

Nous souhaitons créer un environnement dans lequel les mères avec des nouveaux nés peuvent espérer un avenir lumineux pour leurs enfants. J’ai trouvé une photographie récemment qui montrait le contenu d’un sac que transportait une femme réfugiée.
Qu’emportent des personnes dans un sac quand elles décident de fuir? Une jeune femme de 20 ans qui a traversé la Méditerranée sur un radeau n’ a emmené que très peu quand elle a quitté un camp de réfugiés Palestiniens au sud de Damas . Il y avait sur cette photographie ce dont elle avait besoin pour sa petite fille de dix ans, des chaussettes, un bonnet, des aliments pour bébé, mais lorsque j’ai regardé la photo, j’ai remarqué qu’il y avait également un carnet. Le carnet emballé dans un plastique pour le protéger de l’humidité, c’était un carnet pour la santé maternelle et infantile que le Japon avait distribué dans les camps de réfugiés en Syrie. Au Japon les femmes qui découvrent qu’elles sont enceintes reçoivent ce carnet. C’est un carnet qui leur permet d’inscrire des informations sur leur santé et sur celle de leurs enfants , c’est un système qui a été mis en place il y a plus de soixante dix ans déjà. Toutes les femmes qui ont inscrit ces informations dans ce carnet sourient en pensant à leurs enfants qui grandissent. Nous avons distribué ces carnets dans les camps de réfugiés en Palestine, en Syrie, en Jordanie en espérant que l’amour d’une mère puisse transformer ces pays qui parfois ne connaissent que peur et désespoir. Certaines femmes continuent à chérir ces carnets qui contiennent leurs souhaits, même en période d’exil.

Monsieur le Président,mesdames et messieurs , l’état de droit, l’égalité devant la loi sont autant de valeurs que le Japon respecte grandement. Pour propager ces principes nous devons également promouvoir la capacité humaine. Je vais vous raconter une anecdote: une jeune femme Japonaise redouble d’efforts alors que le Japon forme le personnel de police qui seront les garants de la loi. Afin de rompre le cycle de la violence et de la crainte il faut un personnel policier fiable , une bonne organisation de la police. Fort de cette conviction nous avons consacré notre énergie à former le personnel de police en Afghanistan et dans d’autres pays. C’est ce que le Japon fait également en R.D.C depuis 2004, l’agence de coopération internationale du Japon, JAICA, a aidé à la formation de policiers jusqu’à aujourd’hui en R.D.C. Aujourd’hui plus de 20 000 policiers ont bénéficié de cette formation , notamment des femmes. Des anciens soldats insurgés également. Le slogan c’est “une force de police proche de la population locale”. Le JAICA est également chargé de la mise en place d’un plan de formation qui donne la priorité aux femmes, en R.D.C. L’une de ces femmes par exemple est considérée comme un “petit géant” aux yeux de ses collègues. Aux côtés de ses homologues masculins, elle est en fait petite mais c’est une géante parce qu’elle ne flanche jamais face aux difficultés, elle s’attaque aux problèmes, elle a ainsi appris le Français. Le personnel de la police nationale la respecte beaucoup. Il y a 2 ans j’avais souligné que le Japon était un contributeur actif à la paix sur la base du principe de coopération internationale, cette femme que je viens de vous présenter fait partie de ces Japonais qui se consacrent à ces priorités.

Je considère les femmes comme capables de déterminer l’avenir du Japon, et pour l’aide extérieure, le Japon met en place des politiques et des mesures qui garantissent la sûreté, la santé et la sérénité des femmes. Tirant profit des différentes occasions qui se présentaient j’ai exhorté la communauté internationale à faire du 21éme siècle une époque dans laquelle les femmes et les droits des femmes seront protégés et je suis heureux d’annoncer que le Japon a décidé d’un plan d’actions sur la participation , la protection des femmes sur la base de la résolution 1325 du conseil de sécurité. Protéger les femmes et les fillettes face à la violence, leur offrir des services sanitaires de base, il s’agit là d’éléments exceptionnellement importants pour le plan d’action Japonais. En outre cette année, pour la 2é année consécutive, nous avons organisé l’assemblée mondiale pour les femmes où des discussions ont été engagées sur l’édification d’une société dans laquelle les femmes peuvent briller.

Les Nations Unies , en fait , c’est un lieu de réunion pour les réalistes optimistes, n’est-ce pas? Cet organe ne détourne pas le regard de la situation actuelle, et c’est ainsi que les Nations Unies ont écrit leurs 70 années d’histoire. Je me dois bien évidemment d’examiner la situation avec réalisme notamment sur la Corée du Nord. Le Japon collaborera avec les pays pertinents pour régler les questions en suspens, notamment les enlèvements, les questions nucléaires et les missiles. Cette année , 70 ans après les bombardements de Hiroshima et Nagasaki, c’est aussi l’année où nous avons marqué notre tristesse. Cependant malheureusement dans certaines zones il semblerait y avoir une augmentation des armes nucléaires en l’absence de toute transparence. Par ailleurs la conférence d’examen des parties au T.N.P cette année n’a pas su donner d’orientations précises pour le désarmement nucléaire et la non prolifération future. Les réductions d’armes nucléaires devraient se poursuivre entre les Etats-Unis et la Russie mais le Japon continuera à le dire avec véhémence , les autres états dotés de l’arme nucléaire doivent également réduire leurs arsenaux. Déterminé à parvenir à l’élimination totale des armes nucléaires, le Japon a préparé un nouveau projet de résolution pour promouvoir une action unie de la communauté internationale , et j’en suis convaincu, cette résolution recueillera le soutien d’un grand nombre de pays.

Monsieur le Président, mesdames et messieurs , alors que nous félicitions les Nations Unies pour son 70ème anniversaire , un grand élan a été donné à la réforme du conseil de sécurité. Lors de la dernière session de l’assemblée générale des Nations unies, des efforts sérieux ont été consentis par des individus et des pays pour approfondir les discussions sur la réforme du conseil de sécurité. En outre il y a 2 semaines , toute l’assemblée a applaudi pour exprimer son enthousiasme, et fort de cet enthousiasme et de ma conviction quant au rôle que devrait jouer le Japon, je continuerai à oeuvrer à la réalisation de la réforme du conseil de sécurité grâce à votre coopération, monsieur le Président, et à celle des états membres. Le Japon compte devenir membre permanent du conseil de sécurité et nous sommes prêts à apporter une contribution proportionnelle à ce poste.

Le Japon s’ est toujours défendu comme une nation éprise de paix depuis la fin de la seconde guerre mondiale et nous avons obtenu bien des succès pour la paix et la prospérité du monde. Au Timor-Leste, au Cambodge, le Japon n’a pas ménagé ses efforts diplomatiques ,il a envoyé des casques bleus et apporté une assistance sur le long terme. Il y a 3 éléments à prendre en compte pour les missions de maintien de la paix , d’abord la prise de décision , décider ce qu’il y a à faire et où, ensuite les préparatifs nécessaires et le financement, et puis le démarrage des opérations.

Le Japon est prêt à jouer un rôle de passerelle , nous sommes prêts à apporter une contribution positive en assumant nos responsabilités pour chacune de ces étapes. A l’heure actuelle au Soudan du Sud, des membres d’une unité de Génie, des forces d’auto-défense du Japon ne ménagent pas leurs efforts. Au Kenya , en Ouganda ,en Tanzanie , au Rwanda, nous formons des équipes de Génie , des opérations de maintien de la paix ont été interrompues en raison de l’absence de routes et de ponts , il est important de remédier à cette situation. En outre le Japon se félicite du partenariat. Nous l’avons dit , pour lutter contre le désespoir et cultiver le bien-être , il faut à la fois s’assurer des intentions des parties concernées et de la coopération internationale. Pour que les individus s’approprient leur propre futur , nous avons promu cette idée de sécurité humaine, il s’agit là de notre objectif ultime.

Troisièmement le Japon s’est toujours employé à écouter attentivement les voix des parties concernées. Il y a 3 jours j’ai organisé une réunion des dirigeants des pays appartenant aux communautés économiques régionales Africaines pour la 3e année consécutive. Nous avons également mis en place la T.I.C.A.D (conférence internationale de Tokyo sur le développement Africain) qui aura 20 ans déjà , l’année prochaine. Cette conférence prochaine aura lieu en Afrique et je compte écouter toutes les voix de l’Afrique. La nuit dernière j’ai également tenu une réunion avec les dirigeants des îles du Pacique, nous avons discuté de plusieurs points notamment de la journée internationale du Tsunami qui devrait être fixé au 5 novembre.

La première fois que le Japon est devenu membre non-permanent du conseil de sécurité c’était en 1958,deux ans après l’adhésion du Japon aux Nations Unies. Si le Japon est de nouveau élu cet automne ce sera son 11 ème mandat au Conseil de Sécurité. Le Japon est le pays qui s’est le plus souvent soumis à l’examen par les pairs. Les 3 points que j’ai cités plus haut représentent les forces du Japon. Nous avons laissé des empreintes très marquées pour l’avenir.

Le peuple Japonais estime toujours que les deux lettres des Nations Unies brillent encore. Nous brandissons la bannière du contributeur actif à la paix sur la base du principe de la coopération internationale, et nous sommes déterminés à entreprendre la réforme du conseil de sécurité afin de transformer cet organe en un organe approprié au monde contemporain, et ensuite en tant que membre du conseil permanent du conseil de sécurité le Japon assumera ses responsabilités.

Source : ONU, 08/10/2015
transcrit par les lecteurs du blog www.les-crises.fr

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Lysbethe Lévy // 14.10.2015 à 12h02

Il faut le signaler, au moins il parle de pays pauvres, qui sont souvent soumis par la force économique, militaire, aux pays dits riches comme l’Union Européenne, Usa, et Australie, qui font la pluie et le beau temps sur la planète entière.

La plupart des pays sont détruits par la guerre de prédation menée par les très riches, avides et dont le seul but dans la vie, tout “marchandiser”, afin de s’enrichir, déniant ce droit aux plus nombreux.

Le Marché ou Capitalisme a atteint un niveau de brutalité, que sous l’apparence de démocratie, et de liberté, il empêche des peuples de fuir et vivre quelque part et sur leur territoire en les mettant dans des camps rebaptisés “camps de rétention”, ou là ces pauvres à la dérive, sont parqués pendant des années, dans des conditions inhumaines.

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/08/03/l-ile-de-nauru-accepte-de-recevoir-les-demandeurs-d-asile-australiens_3457187_3216.html

On les mets là contre de l’argent aux responsables de l’ile, à l’instar de déchets qui coutent et ne rapportent rien. Des afghans ayant marre de ne pas être entendu se sont même cousus les lèvres en guise de protestation, des émeutes ont eu lieu :

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/07/20/emeutes-et-evasions-dans-un-centre-de-retention-australien-sur-l-ile-de-nauru_3450564.

Le pire c’est que sont tous pour la plupart des réfugiés de guerres menées partout au nom de war in terror” en fait guerre menées au nom du “droit des pays les plus riches et les plus armés” de mettre la main sur le pétrole, gaz ou richesses minières.

On prétexte de nous parler de “réfugiés climatiques” pour masquer la responsabilité de nos pays dits démocratiques. Les grandes puissances, les multinationale pétrolière ou agro-industries, avec leurs ONG “voitures balais” colonisent de nouveaux territoires expulsant les natifs, les reléguant dans “un no man land ignoble.

l’Australie autre pays de colons et continue a “faire le tri” en obligeant les réfugiés à être acceptés par la Papouasie Nouvelle Guinée, refusant d’intégrer ces réfugiés sur leur propre territoire. Pas assez blanc ou type européen…Il faut pas se voiler la face..

6 réactions et commentaires

  • Charlie Bermude // 14.10.2015 à 07h05

    Tout le monde , il est beau , tout le monde il est gentil …
    On a là de part et d’autres des déclarations de bonnes intentions . Mais il y a loin de la coupe aux lévres . Pour ce qui du traitement des plus petits par les plus grands , des femmes , quant à l’environnement pour l’un et l’autre , on dépasse le sommet du contraste ..

      +3

    Alerter
    • burgf // 14.10.2015 à 10h12

      Peut ètre, mais au moins les grands principes “fondateurs” sont affichés, et c’est mieux que le galimatia faussaire que pondent nos soi-disant élites.

        +3

      Alerter
  • Lysbethe Lévy // 14.10.2015 à 12h02

    Il faut le signaler, au moins il parle de pays pauvres, qui sont souvent soumis par la force économique, militaire, aux pays dits riches comme l’Union Européenne, Usa, et Australie, qui font la pluie et le beau temps sur la planète entière.

    La plupart des pays sont détruits par la guerre de prédation menée par les très riches, avides et dont le seul but dans la vie, tout “marchandiser”, afin de s’enrichir, déniant ce droit aux plus nombreux.

    Le Marché ou Capitalisme a atteint un niveau de brutalité, que sous l’apparence de démocratie, et de liberté, il empêche des peuples de fuir et vivre quelque part et sur leur territoire en les mettant dans des camps rebaptisés “camps de rétention”, ou là ces pauvres à la dérive, sont parqués pendant des années, dans des conditions inhumaines.

    http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/08/03/l-ile-de-nauru-accepte-de-recevoir-les-demandeurs-d-asile-australiens_3457187_3216.html

    On les mets là contre de l’argent aux responsables de l’ile, à l’instar de déchets qui coutent et ne rapportent rien. Des afghans ayant marre de ne pas être entendu se sont même cousus les lèvres en guise de protestation, des émeutes ont eu lieu :

    http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/07/20/emeutes-et-evasions-dans-un-centre-de-retention-australien-sur-l-ile-de-nauru_3450564.

    Le pire c’est que sont tous pour la plupart des réfugiés de guerres menées partout au nom de war in terror” en fait guerre menées au nom du “droit des pays les plus riches et les plus armés” de mettre la main sur le pétrole, gaz ou richesses minières.

    On prétexte de nous parler de “réfugiés climatiques” pour masquer la responsabilité de nos pays dits démocratiques. Les grandes puissances, les multinationale pétrolière ou agro-industries, avec leurs ONG “voitures balais” colonisent de nouveaux territoires expulsant les natifs, les reléguant dans “un no man land ignoble.

    l’Australie autre pays de colons et continue a “faire le tri” en obligeant les réfugiés à être acceptés par la Papouasie Nouvelle Guinée, refusant d’intégrer ces réfugiés sur leur propre territoire. Pas assez blanc ou type européen…Il faut pas se voiler la face..

      +8

    Alerter
  • Renaud 2 // 14.10.2015 à 13h47

    ” Nous devrions mettre en place un écosystème qui favorise le développement écologique et la protection de la terre, notre mère à tous. ”
    ” Nous devons privilégier une économie verte à faible impact en carbone par rapport au développement tout azimut. ”
    Comme quoi, on peut voir une similitude entre Chine et Etats-Unis. Les deux plus gros pollueurs de la planète parlent écologie, ils n’ont pas honte…
    Il faut arrêter de se voiler la face, on ne peut pas protéger notre environnement tout en conservant notre Système productiviste et “croissantiste”. L’ONU nous propose une gouvernance mondiale débarrassée des souverainetés nationales pour combattre le changement climatique. De même, pour changer l’Europe, il faut + d’Europe. Toujours la même fuite en avant…
    Pour préserver la planète, il faut avant tout briser les multinationales, mégabanques et gouvernements supranationaux. La relocalisation et la résilience passent par des structures plus petites, moins gourmandes. Il n’est pas question de revenir à l’âge de pierres, mais simplement d’utiliser efficacement les ressources.

      +7

    Alerter
  • Fox 23 // 14.10.2015 à 21h45

    Renaud, c’est vrai qu’ils n’ont pas honte, mais osez pousser votre raisonnement à son terme, qui achète ces panneaux solaires sinon nous ?
    Et pourquoi ?
    Pour bénéficier de prix de reprise aberrants d’EDF, édictés par le gouvernement dans le simple but de la plomber durablement.

    Alors évitez-nous les lieux communs, yaka virer les multinationales et autres tenants du pouvoir !

    Un peu de respect de vos lecteurs, nous ne sommes pas sur TF1 ici !

    L’ONU ne propose rien d’autre qu’un PPCM. elle est entièrement instrumentalisée par les USA et seuls, quelques rêveurs lui prédisent encore quelque avenir !

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications