Les Crises Les Crises
1.avril.20201.4.2020 // Les Crises

Comment l’Italie est devenue l’épicentre de la crise du coronavirus en Europe

Merci 13
J'envoie

Source : Wired, Alessio Perrone

Credit : Getty Images

Le 29 janvier, lorsque l’Italie a détecté et isolé ses premiers cas de coronavirus – deux touristes chinois – les autorités étaient sûres d’avoir élaboré le système de protection le plus sûr d’Europe.

Le lendemain, le Premier ministre italien Giuseppe Conte a immédiatement déclaré une situation d’urgence pour six mois, et a fait de l’Italie le premier pays à bloquer les vols en provenance de Chine. « Nous pouvons rassurer tous les citoyens, la situation est sous contrôle », a-t-il déclaré. « Nous nous attendions à des cas en Italie aussi ».

Mais le 11 mars, le pays avait le deuxième plus grand nombre d’infections en dehors de la Chine. Lors d’une conférence de presse où le nombre de journalistes a été limité pour éviter la propagation du virus, le chef de la protection civile italienne, Angelo Borrelli, a présenté les derniers chiffres. A peine vingt jours après le premier cas de transmission locale, les autorités avaient confirmé 12 462 cas, 827 personnes étaient décédées et 1 028 étaient en soins intensifs.

L’épidémie s’étendant désormais rapidement à d’autres pays européens – la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont enregistré une forte augmentation du nombre de cas – l’expérience de l’Italie sert d’étude de cas et d’avertissement aux autres gouvernements quant à la rapidité et à la détermination avec lesquelles ils doivent agir. Mais comment cela s’est-il produit ? Pourquoi l’Italie a-t-elle enregistré si rapidement tant de décès ? Et surtout, cela aurait-il pu être évité ?

Bien qu’il soit trop tôt pour en être certain, les scientifiques s’accordent de plus en plus à dire que les cas mortels de coronavirus n’ont pas, en fait, atteint l’Italie « rapidement ». Les scientifiques à qui nous avons parlé pensent que le virus a circulé dans le pays sans être remarqué depuis au moins la mi-janvier – prospérant parce que de nombreuses personnes infectées ne présentaient aucun symptôme ou seulement des symptômes légers comme une toux et une température modérée. Cela correspond à des recherches récentes qui indiquent que le virus peut être propagé par des personnes qui ne présentent pas encore de symptômes.

« Pour l’instant, il semble que l’épidémie ait déjà commencé début janvier, elle a donc eu le temps de prendre une ampleur considérable », explique Christian Althaus, épidémiologiste informaticien à l’université de Berne. « Les premiers cas infectés peuvent être ignorés et le virus peut se propager librement ».

Il pourrait y avoir différentes raisons pour lesquelles ces premières contagions n’ont pas été repérées, explique Nino Cartabellotta, un éminent chercheur en santé et président de la fondation GIMBE. « Premièrement, il se peut que certains cas suspects de pneumonie n’aient pas été testés [pour le coronavirus] », dit-il. Par exemple, des rapports publiés dans les médias italiens suggèrent que les hôpitaux de la zone de l’épidémie ont observé un nombre exceptionnellement élevé de cas de pneumonie un mois avant l’épidémie. (Ces cas n’ont pas encore été confirmés comme des cas de coronavirus).

« Deuxièmement, il se peut qu’il n’y ait pas eu de cas graves, que les cas ne soient apparus que sous une forme cliniquement bénigne », dit Cartabellotta. « Et troisièmement, cela dépend du niveau d’attention que les politiques de santé accordent à la [détection] du coronavirus ».

Le coronavirus a refait surface le 18 février, lorsqu’un homme de 38 ans s’est rendu aux urgences de l’hôpital de Codogno, une ville endormie du nord. Il a fait état d’une température élevée pendant deux jours, ont déclaré ses parents, mais le personnel médical n’a pas diagnostiqué de coronavirus et après la visite, il a été autorisé à rentrer chez lui.

Lorsque ses symptômes se sont aggravés et qu’il est retourné à l’hôpital, il a été confirmé comme étant le premier cas de transmission locale en Italie. À ce moment-là, l’Italie ne comptait encore que quatre cas importés, mais ce patient a pu permettre au virus de se propager à l’intérieur de l’hôpital, en infectant le personnel médical et des patients dont la santé était déjà fragile. (Il est en cours de rétablissement, mais toujours dans un hôpital, dans la ville voisine de Pavie).

Le 23 février, après que d’autres cas et les deux premiers décès aient été détectés, les autorités ont confiné environ 50 000 personnes à Codogno et dans 10 autres villes. D’autres mesures ont été imposées à la ville voisine de Milan, le moteur économique de l’Italie, notamment la fermeture d’écoles et un couvre-feu à 18 heures pour les bars et les restaurants.

Mais ce qui est alarmant pour les autres pays, c’est qu’il ne semble pas y avoir de choses que l’Italie ait particulièrement mal faites. Cela semble être dû au hasard. « L’Italie n’a rien de particulier en ce qui concerne ce virus, si ce n’est le fait que son service de santé a réagi très rapidement et qu’elle a été le premier pays occidental à réagir », déclare Ilaria Capua, virologue spécialisée dans les zoonoses – maladies infectieuses se transmettant des animaux aux humains – et directrice du centre d’excellence One Health de l’université de Floride.

D’autres suggèrent que l’Italie a été la première à détecter le coronavirus, mais pas nécessairement le premier pays où le coronavirus est arrivé. Stefano Rusconi, professeur associé en maladies infectieuses au DIBIC Luigi Sacco de l’université de Milan, affirme que les autres pays n’ont pas mieux réussi à repérer les cas non détectés. « Au contraire, l’Italie, ou plutôt la Lombardie, a effectué un nombre très considérable de tests de coronavirus qui lui ont permis de découvrir rapidement beaucoup plus de cas de personnes infectées ».

Selon lui, il semble peu probable que l’Italie ait pu faire quoi que ce soit pour empêcher complètement l’entrée du virus. « La seule chose que nous aurions pu faire est de déclencher le confinement actuel le 30 janvier, une décision qui était impossible et impensable à l’époque », dit-il. Même l’arrêt des vols en provenance de Chine aurait pu n’avoir aucune influence, dit-il – de nouvelles recherches encore provisoires suggèrent que le coronavirus a atteint l’Italie depuis l’Allemagne.

Dès après les premières mesures, l’économie italienne, déjà faible, a été fortement touchée. L’industrie du tourisme a dû faire face à des vagues d’annulations de vols et de vacances, tandis que la bourse de Milan a perdu 6,8 % entre le 21 et le 25 février et que les gens se sont rués dans les supermarchés pour faire des provisions alimentaires.

Confrontés à un choix entre la santé publique et l’économie, mais avec seulement quelques centaines de cas confirmés dans le nord du pays, les politiciens de tous bords ont essayé de ménager la chèvre et le chou. Beaucoup ont cherché à atténuer le ralentissement économique, envoyant des messages contradictoires à la population.

Le gouverneur de Lombardie Attilio Fontana (de la Ligue d’extrême droite) a déclaré au parlement régional le 25 février que le coronavirus était « juste un peu plus qu’une grippe normale ». Le lendemain, la région a assoupli les restrictions sur les bars et les restaurants trois jours seulement après les avoir adoptées. Le leader du Parti démocratique (PD) de centre-gauche Nicola Zingaretti s’est rendu à un apéritif public à Milan, appelant le pays à la prudence mais aussi à éviter de « détruire la vie ou de semer la panique » et à « donner des signes de rétablissement et de rebond ». Le maire de Milan, Giuseppe Sala (également du PD), a lancé une campagne intitulée « Milan ne s’arrête pas », encourageant les Milanais à ne pas avoir peur.

Pendant ce temps, l’épidémie a atteint petit à petit les responsables politiques qui prennent ces décisions. Quelques heures seulement après que la Lombardie ait assoupli les règles des bars, Fontana a confirmé qu’un de ses assistants avait été infecté. Il a annoncé qu’il travaillerait dans « une sorte d’auto-isolement ». Quelques jours plus tard, le 7 mars, Zingaretti a annoncé qu’il avait contracté le coronavirus.

Les autorités ont pris des mesures supplémentaires. Le 1er mars, alors que le nombre de cas s’élevait à 1 577, elles ont imposé des restrictions limitées à la vie sociale dans les régions du nord. Trois jours plus tard (avec 2 706 cas), les écoles et les universités ont été fermées dans tout le pays.

Mais certains soutiennent que ces décisions n’étaient pas suffisantes. Cartabellotta a critiqué la décision de ne pas prendre de mesures plus strictes à ce moment-là – comme étendre les restrictions sociales à l’ensemble du pays ou même adopter un confinement similaire à celui de la Chine. « Les stratégies d’attente ont toujours favorisé la propagation du virus », dit-il.

Roberto Burioni, virologue à l’hôpital universitaire San Raffaele de Milan et éminent communicateur médical, a expliqué l’importance du confinement en faisant valoir que la crise du coronavirus n’est pas un événement soudain comme « une météorite qui arrive sur notre tête ». C’est plutôt, a-t-il dit, comme « être dans une voiture qui fonce droit dans un mur, il suffit d’appuyer sur le frein et nous serons en sécurité. Mais la pédale, nous devons l’appuyer tous ensemble, nous les 60 millions d’Italiens ».

Début mars, les hôpitaux de Lombardie ont commencé à être débordés. Les médecins en première ligne ont commencé à dire qu’ils avaient été frappés par un « tsunami » de patients. Certains ont déclaré travailler 25 heures supplémentaires par semaine, d’autres avaient travaillé plus de 14 heures par jour, pendant 24 jours d’affilée. Certains membres du personnel médical ont été infectés, ce qui a rendu les roulements plus difficiles et plus longs et les conditions de travail plus pénibles.

Une partie de cette contrainte est due aux symptômes causés par le virus, qui sont relativement rares. « C’est une pathologie qui met la pression sur le service de santé au niveau local », explique Francesco Longo, directeur du Centre de recherche sur la gestion des soins de santé et des services sociaux de l’université Bocconi de Milan. « Un hôpital donné peut être habitué à traiter deux ou trois cas de pneumonie par jour – puis soudain, il doit en traiter 40 par jour. Personne ne peut faire face à une demande dix fois supérieure à la normale ».

Mais Longo affirme que le sous-financement du service de santé italien aurait pu aggraver la crise. « Les services de santé nationaux devraient fonctionner à 80 ou 90 % de leur capacité, en laissant le reste pour faire face aux urgences et aux pics de demande », dit-il. « Le service de santé italien fonctionne à disons, 95 %, depuis un certain temps. Le stress ordinaire était déjà élevé lorsque le coronavirus a frappé ».

Mais sans véritable confinement, les Italiens sont restés dans la rue. Chaque jour, des images de stations de ski bondées, d’événements culturels gratuits ou de personnes prenant un verre dans des endroits bondés ont fait leur apparition. « Ces gens ont dû se croire sur le Titanic, et ont donc passé leur temps à boire et à danser la valse pendant que le navire coulait », dit Rusconi.

Lorsque le gouvernement a décidé de mettre d’abord la Lombardie, puis l’ensemble du pays en état d’isolement partiel (il n’est pas aussi strict qu’en Chine, la production industrielle, l’agriculture et le transport de marchandises fonctionnant toujours) le 8 mars, les contagions et la charge sur le service de santé avaient augmenté de manière exponentielle. Des centaines de personnes étaient mortes dans tout le pays, le taux de mortalité semblant atteindre huit pour cent en Lombardie, soit un taux bien plus élevé que celui enregistré jusqu’à présent.

L’âge moyen élevé de l’Italie pourrait y être pour quelque chose. Les personnes âgées sont plus susceptibles de présenter des affections préexistantes, et près d’un quart (22,6 %) de la population italienne est âgée de 65 ans ou plus – le nombre le plus élevé de l’UE et parmi les plus élevés au monde. Selon M. Capua, il existe des différences dans la manière dont les données sont recueillies et présentées dans les différents pays, si bien que la comparaison des décès pourrait être biaisée.

Le 27 février, l’Italie a pris la décision de ne tester que les personnes présentant des symptômes, ce qui signifie que les données officielles ne détectent qu’une fraction des personnes infectées. « [Depuis lors], nous n’observons que la partie émergée de l’iceberg », déclare M. Cartabellotta. « En d’autres termes, si nous pouvions connaître tous les cas positifs, le taux de létalité diminuerait. »

Cela signifie que la propagation est probablement beaucoup plus importante qu’il n’y paraît. La même chose pourrait être vraie dans d’autres pays européens, qui semblent suivre la courbe de contagion de l’Italie. « Ils auront un nombre similaire de cas », déclare M. Cartabellotta.

Source : Wired, Alessio Perrone

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

2 réactions et commentaires

  • rogger // 03.04.2020 à 08h02

    Bonjour, Il serait intéressant de connaitre la date de parution de cet Article.

    En effet, quand il s’agit de suivre une chronologie, sans date, c’est compliqué

    Exemple: Il est dit qu’un patient est toujours en convalescence, Qu’il est rentré a l’hôpital le 18 février…on aimerai connaitre la durée de sa convalescence.

    Les dates sont importantes.

    Merci a vous

      +0

    Alerter
    • John V. Doe // 03.04.2020 à 10h32

      14 mars avec une mise à jour le 16. C’est indiqué dans l’article « source » dont le lien est en bas de la traduction. Toujours remonter à la source de l’info pour être sûr :-))

        +0

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications