Après ce “non douloureux”, les nationalistes assurent qu’ils chercheront des “cadres légaux afin de pouvoir organiser cette consultation le 9 novembre”.

Les députés espagnols ont massivement rejeté, mardi 8 avril, le projet de référendum sur l’indépendance de la Catalogne, que les nationalistes au pouvoir dans cette région veulent organiser le 9 novembre, encouragés par une lame de fond dans l’opinion publique.

Je ne conçois pas une Espagne sans la Catalogne ni une Catalogne hors de l’Espagne et de l’Europe”, a déclaré le chef du gouvernement de droite, Mariano Rajoy, farouchement opposé à un référendum.

Devant la Chambre des députés, il venait d’écouter les représentants des partis nationalistes et indépendantistes catalans, venus plaider pour un transfert de compétences de l’Etat espagnol à la région afin que celle-ci puisse organiser la consultation.

Après sept heures de débats, les députés ont comme prévu rejeté cette demande à une écrasante majorité – 299 voix contre, 47 pour et une abstention -, le Parti populaire de Mariano Rajoy, l’opposition socialiste et plusieurs petits partis ayant voté contre.

“Le moment est venu que la Catalogne vote”

“Nous sommes venus au nom d’un peuple, le peuple catalan, qui veut et a toujours voulu se gouverner lui-même”, avait lancé à l’ouverture du débat Jordi Turull, le représentant de la coalition nationaliste CiU du président catalan, Artur Mas. “Soyez sûrs que le moment est venu que la Catalogne vote et décide de son avenir”, a-t-il ajouté.

Que personne ne s’y trompe : le peuple catalan ne s’est pas mis dans une voie sans issue. Il s’est engagé sur un chemin sans retour, un chemin démocratique et pacifique pour décider de son avenir.”

Le rejet massif par la Chambre des députés espagnols du référendum catalan, au nom du principe de l’unité nationale défendu par la Constitution, “ne marque pas un point final mais un point à la ligne”, a réagi Artur Mas dans une intervention télévisée après le vote.

A partir de ce ‘non’ douloureux, les institutions catalanes chercheront la construction de cadres légaux, et il y en a plusieurs, afin de pouvoir organiser cette consultation le 9 novembre”, a-t-il ajouté.

“Une nouvelle opportunité a été perdue. Ce sont les partis nationaux qui l’ont perdue, le gouvernement [espagnol]. Ils n’ont pas voulu saisir la main qui leur était tendue”, a-t-il ajouté. “Ils auraient pu dire oui mais ils ne l’ont pas voulu. Je le regrette beaucoup, je crois qu’ils se sont trompés et je crois que le temps le démontrera.”

“La volonté du peuple de Catalogne continuera à s’exprimer”

[…]

Source : tempsreel.nouvelobs.com

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

20 réponses à [Reprise] Madrid dit “non” au projet de référendum en Catalogne

  1. astap66 Le 10 mai 2014 à 01h54
    Afficher/Masquer

    Tout fout le camp !


  2. DOZIER Le 10 mai 2014 à 09h16
    Afficher/Masquer

    Tout fout le camp !

    Il leur faut absolument éviter les initiatives populaires comme les référendums, et au besoin les annuler, pour espérer pouvoir faire tenir le bouzin encore quelques décennies (ou années).

    Et puis comme l’a déclarer Mme Viviane Reding, les Anglais (et les autres) sont trop ignorants pour correctement voter dans un référendum sur la sortie de l’UE.

    Alors, un référendum sur le droit à l’autodétermination et l’indépendance d’une région, ce n’est même pas la peine d’y songer même en rêve.


    • David Le 10 mai 2014 à 10h55
      Afficher/Masquer

      Tu verra que l’ue va soutenir ce genre de referendum ( Divide ut regnes), le top du top ce serait que la France s’y mette, ils font chier ces franchouilard à voter non à des referendum européens et puis une petite revanche historique sur la politique de De Gaulle ferait les pieds a ces frenchies.
      Un France scindé en Bretagne, pays d’oc,bourgogne, normandie, corse, ile de France, Alsace lorraine et pays basque, le rêve de la commission (et des multinationales).


  3. Laforest Le 10 mai 2014 à 09h22
    Afficher/Masquer

    C’est une question fondamentale “région catalane” ici, “région corse” là-bas, “région basque” ailleurs ou “région bretonne”… partout “régions…X” se heurtent à notion “pays souverain et/ou nation”… en “Tchécoslovaquie” on a scindé-régionalisé de force… d’où création 3 pays, soi-disant pour des raisons ethnico-religieuses… dans d’autres pays les USA tentent la même chose pour des raisons inavouables dont l’une est la captation des ressources pétrolières et gazières à moindre coût comme Syrie (surtout avec la découverte des gisements en mer… qui concerne également le Liban, la Palestine, Chypre… et Israël grand allié des américains ) Suivant les intérêts des Américains… on accordera ou pas.
    En Europe ce sera certainement “NON” tant que cela sera l’Europe des “Nations” cela pourra être “OUI” dans une “Europe Fédérale”… ET vu comme c’est partie… ce n’est pas prêt d’arriver !!


  4. franck Le 10 mai 2014 à 09h33
    Afficher/Masquer

    Ce genre d’initiative d’indépendance régionale est encourage par l’UE car tout ce qui peut affaiblir les Etats nations est bon pour l’UE et cadre parfaitement avec le projet ‘d’Europe des Régions”. Certains indépendantistes catalans disent eux mêmes qu’ils sont d’autant plus a l’aise de demander l’indépendance en sachant qu’ils ne seront pas seuls au monde mais que Bruxelles sera la pour eux. Tout ceci a été parfaitement analysé par François Asselineau entre autres.


  5. daniel Le 10 mai 2014 à 10h07
    Afficher/Masquer

    Alors je ne comprends plus rien : Poutine est un dictateur et il organise un référendum populaire en Crimée. L’Espagne est un pays démocratique et elle refuse un référendum populaire ? Les Etats-Unis sont une grande démocratie et la Russie une dictature et c’est à Moscou que Snowden va protéger sa liberté ? En France, en 2005, les citoyens ont voté “non” au référendum et le Parlement a approuvé le projet considérant que ce “non” voulait dire “oui” … Mais c’est quoi ça ? C’est le monde à l’envers ou quoi ?


    • Julian Le 10 mai 2014 à 14h36
      Afficher/Masquer

      Effectivement Daniel,
      Vous et moi ,ne comprenons rien à la casuistique des eurocrates et de leurs admirateurs.


  6. Julian Le 10 mai 2014 à 11h11
    Afficher/Masquer

    La quasi totalité de “l’intelligentsia” française (sic) glose jusqu’à l’écœurement depuis 50 ans sur l’obsolescence des nations et l’avènement (forcément heureuse) de l’ère post-nationale.

    Voici les faits :

    – 1945 : signature de la charte des Nations-Unies par 51 nations.
    – 2014 : 194 nations sont reconnues dont 193 sont membres de l’Onu.

    L’ Urss a éclaté.

    La Tchécoslovaquie a éclaté.

    La Yougoslavie a éclaté.

    La Belgique peut éclater.

    La Catalogne et l’Écosse peuvent s’émanciper.

    Ces faits ne désillusionnent absolument pas les partisans de la fusion d’une trentaine de nations
    européennes.

    C’est cela le grand mystère.

    Nous sommes bien dans les domaines de la pathologie ou de la religion.


    • ALBIN Le 10 mai 2014 à 15h30
      Afficher/Masquer

      Bjr Julian
      “Nous sommes bien dans les domaines de la pathologie ou de la religion.”
      A mon sens, votre pensée est réductrice: Il eut été préférable d’écrire selon moi: “dans le domaine de la pathologie ET de la religion. En effet, dans un billet du blog Paul Jorion, j’ai déjà fait référence il y plusieurs années à la “mystique européenne” comme doxa actuelle me référant aux écrits de Gustave Lebon comme grille de lecture performante des évènements actuels.
      Cette “mystique européenne” n’est que la première partie d’une “mystique pan-terre” (laquelle fut évoquée par exemple dans les années 60 par le “mage M. Ivanov”).
      Sans parler du complot mondial !
      Concrètement, cela permet d’envisager quelques évolutions factuelles prévisibles pour lesquelles O. Berruyer reste discret.
      – Si les nations ne suscitent plus la fibre patriotique (à savoir donner sa vie qui est le bien le plus précieux), si le patriotisme est un concept éculé, quelle importance peut donc avoir la dette des populations de tel ou tel pays vis à vis des créanciers d’une dette souveraine ?
      Il suffit pour éponger tout ou partie d’une dette souveraine de brader les actifs “nationaux comme je l’ai déjà évoqué à la Cour des Comptes lors d’une journée du patrimoine: Commençons par vendre l’immeuble de la rue Cambon où “travaillent “des aristocrates énarques de la République, puis il y aura encore pour le peuple du grain à moudre en prélevant aux nantis de l’Etat……”.tous les biens nationaux”.
      Quand on aura vendu Versailles (patrimoine de l’humanité plus que des français dont bientôt 50% ne se reconnaîtra plus dans Louis XIV) alors on pourra continuer par le conservatoire du littoral et tous les autres biens de l’état français…..On finira par les musées, comme en aurait déjà eu l’idée le pape Jean-Paul 1er qui aurait envisagé de vendre aux enchères une statue de Michel Ange dans la cour du Vatican…..
      Si la Grèce n’est pas sortie de l’Euro, c’est essentiellement parce que Goldmann Sachs connaissait la forte probabilité d’un énorme gisement de gaz naturel dans les iles ioniènes détecté par une compagnie US à partir d’un forage au large de Chypres….. Donc un “actif latent non évalué” au moment de la crise….. Donc du temps à gagner avant de pouvoir “faire la balance” des risques.
      Si les créanciers de la France n’imposent pas encore sa “liquidation” pour apurer sa dette souveraine, ce n’est pas par philantropie ou parce que les contribuables français seront capables de rembourser par augmentation des impôts. c’est tout simplement que le démembrement des “actifs latents” de la France donnera lieu à d’énormes profits pour ceux qui disposeront de liquidités et qui se “payeront sur la bête”. Un second Bonaparte (mais financier lui) fera sa campagne……de France !
      En Ukraine on est en présence du même phénomène d’énormes “actifs latents” (marché vierge, terres cultivables mal gérées, main d’oeuvre hautement qualifiée comparée à celle à d’autres continents, etc……..
      Il faut donc casser en Ukraine le sentiment patriotique d’appartenir à une culture slave et à une seule nation en excitant les antagonismes déjà existant pour finalement lui substituer une nouvelle mystique: celle de l’Europe. Puis on remplacera cette mystique “européenne” par une nouvelle mystique “pan-terre”.
      La vraie question est: qui sont les grands-prêtres qui seront à la tête de ces mystiques ? Quelles seront les mystiques qui émergeront ? D’où seront issus les élites de ces mystiques ?
      Il ne fait pas de doute que l’oligarchie issue de la période post-soviétique a ses jours comptés.
      Une nouvelle élite la remplacera.
      Mais plus trivialement: Quelles étincelles vont sortir de l’affrontement entre la culture renaissante russe et cette “mystique européenne” ? Comment les 3 mystiques à savoir US, européenne et russe vont elles s’accommoder entre elles dans l’immédiat ?
      Parce qu’ il est prouvé (par l’exemple du Québec) qu’une mystique attaquée de l’extérieur se renforce toujours, alors qu’elle se délite de l’intérieur par l’entropie matérialiste de son élite)

      Voila pourquoi la protection du dollar est fondamentale . Voila aussi pourquoi la plus grande menace russe actuelle n’est pas son arsenal atomique, mais sa capacité de réussir ou d’échec à mettre sur pied un système de payement swift et de cartes bancaires…..


  7. Kiwixar Le 10 mai 2014 à 12h13
    Afficher/Masquer

    Il y a un couac logique dans la volonté des Catalans.
    Ils veulent se gouverner eux-mêmes.
    Bien.
    Mais ils ne le pourront pas s’ils font partie de l’UERSS, où ce sont des eurocrates et un Politburo non-élu qui gouvernent.
    Quel intérêt de changer de drapeau si les Maîtres restent les mêmes?

    “Le pire de l’esclavage c’est quand on ne sent plus le poids des chaînes…”


  8. Incognitototo Le 10 mai 2014 à 12h56
    Afficher/Masquer

    Je nous prédis une résurgence des revendications régionalistes et séparatistes à l’occasion de la “réforme territoriale”, en France…

    On ouvre les paris ?


    • Surya Le 10 mai 2014 à 13h51
      Afficher/Masquer

      Les bretons sont déjà sur les rangs non ? 😉


      • Incognitototo Le 10 mai 2014 à 14h02
        Afficher/Masquer

        Absolument 😉 et leur manif a eu lieu 15 jours après, où je répondais, sur ce même blog, à quelqu’un qui invoquait la “cohérence” (Sic !!!) nationale française (face à l’UE), que si on laissait les régions françaises décider, certaines feraient sécession…


  9. jard Le 10 mai 2014 à 18h24
    Afficher/Masquer

    La question de l’indépendance régionale a changé de nature. Les trois grandes puissances latines européennes sont en effondrement, ce n’est plus un hasard. Les élites latines ont abandonné leur pays. S’en aller devient un réflexe de survie. Si les latins restent amorphes, hypothèse considérée comme possible par Todd, alors l’intérêt de ceux qui vivent dans des espaces à forte identité est de reprendre leur indépendance.
    Un pays décidé de quelques millions d’habitants protègera sa population plus efficacement qu’un truc passif de quelques dizaines de millions d’individus.


    • ganek Le 10 mai 2014 à 19h28
      Afficher/Masquer

      °ll y a un autre phénomène contradictoire: Cette histoire ce juxtapose avec celle des slaves de l’ouest qui sont actuellement sont en situation d’agrandir leurs espaces, au détriment de l’Allemagne il y a vingt ans et de l’Ukraine actuellement avec une envisagé fédération des slaves catholiques! ( Pologne,Galicie, Iithuanie, Kalinigrad, Tchéquie, Slovaquie, bref la république des deux mers)


      • Torsade de Pointes Le 11 mai 2014 à 21h15
        Afficher/Masquer

        Les Lituaniens ne sont pas des Slaves, et Kaliningrad est peuplée de Russes orthodoxes. Il eût été logique, en revanche, d’ajouter à votre liste la Slovénie et la Croatie, toutes deux catholiques et slaves. Mais même ainsi, vu que la Hongrie et l’Autriche (catholiques, mais non slaves) s’interposent, la jonction ne pourrait pas être faite entre la Baltique et l’Adriatique.


  10. Leopard Blanc Le 11 mai 2014 à 14h18
    Afficher/Masquer

    Bon, ben il ne reste plus qu’à leur envoyer l’armée et à en bruler qq’uns dans un bâtiment de leur choix, nan ? et ce ne seront pas nous journaux qui viendront critiquer ça puisque c’est parfaitement acceptable, pas vrai ? bon faudra d’abord expliquer que les catalans sont en fait tous des espions de Poutine, mais c’est juste une formalité de nos jours.

    C’est rigolo, ça me rappelle le petit bouquin “Hommage à la Catalogne” d’Orwell, une excellente lecture par les temps qui courrent (ou on arrache des yeux et manifestement des cerveaux…).


  11. Torsade de Pointes Le 11 mai 2014 à 21h21
    Afficher/Masquer

    La Belgique, dont la Flandre fait partie, n’est pas un Etat-nation, mais un Etat plurinational, ou, si vous voulez que je vous dise le fond de ma pensée, la Belgique a été un avorton non viable et ingérable dès le départ — en quelque sorte, une Union européenne avant la lettre et en miniature. Par contre, si la Flandre prenait son indépendance, elle deviendrait un Etat-nation au plein sens du terme.


  12. Dominique Le 25 août 2014 à 16h10
    Afficher/Masquer

    A mon avis, 80 ou 90% des catalans ne voient pas du tout ce qu’il y a derrrière de tout cela. Ils sont simplement manipulés.. On ne leur a même pas dit, dès le debut, que devenir indépendants, sortir de l’Europe, c’était ne plus pouvoir y revenir (un seul vote contre eux les en empêcherait, ils en ont déja 5 de garantis)). On les a trompés et on leur a mis des ornières pour les rendre aveugles, alors que ceux qui mènent la ronde ne pensent qu’à une seule chose: à continuer leurs affaires à l’intérieur, à l’extérieur (notamment avec Israel) sans laisser de traces… .. et “après moi, le déluge”. Pour justifier leurs “monkey businesses.”..toucher l’histoire d’un peuple, son passé (que la plupart ignore complètement, mais c’est un détail..), c’est les attendrir, leur toucher leur fire sensible, leur orgueil, et les exciter en même temps… bref ça vaut la peine de tenter le coup, surtout quand on a une épouse qui sait faire de la haute voltige (et bien retomber en parachute), beaucoup d’enfants et de collaborateurs de poids, en Catalogne et dans le monde entier, et pas seulement Simón Peres, que M. Artur Mas va voir régulièrement….bien d’autres aussi…

    Quand j’essaie de déchiffrer toutes ces sommes qui apparaissent sur la presse… au-delà de 9 chiffres… j’ai l’impression de faire un voyage dans l’espace, de voir des extraterrestres passer dans le ciel, car mon échelle à moi me permet tout juste d’atteindre – et avec beaucoup de précautions pour ne pas me retrouver parterre – le haut des 4 murs de ma maison.
    Qu’en est-il du parachute, cette fois-ci, de notre grande sportive, fidèle conseillère de son époux ??


  13. Francesc Pougault Le 14 septembre 2014 à 18h57
    Afficher/Masquer

    Le 11 Septembre dernier, anniversaire de la fin de la souveraineté catalane par les troupes franco- espagnoles bourbonniques, un million huit centmille personnes ont manifesté leur volonté de voter sur l’avenir de leur pays. Rapporté à la population française, cela fairait quinze millions de manifestants.
    Selon certains, le peuple catalan est manipulé (par qui, des noms que diable!) ; les elections récentes au parlement de Catalogneont donné majorité absolue aux souverainistes ( dont Esquerra Republicana de Catalunya, parti dont Franco a fait fusiller le président et massacrer les militants).
    Ceux là ne font qu’exprimer leur mépris ( “la plupart ignore…”) pour un peuple qui réclame un droit fondamental: décider de son avenir. C’est ainsi que s’exprimaient De Gaulle, Pompidou, Marcellin et toute la droite française à propos de l’immense mouvement de 1968


Charte de modérations des commentaires