Les Crises Les Crises
14.mars.201614.3.2016 // Les Crises

Michel Sapin égratigne Emmanuel Macron à propos de ses critiques de la politique budgétaire de l’UE

Merci 0
J'envoie

Les ravages de l’UE sur les cerveaux…

Source : Le Nouvel Obs, AFP, 08-03-2016

7593690

Le ministre des Finances Michel Sapin a jugé que son collègue de l’Économie Emmanuel Macron “aurait pu s’abstenir” de critiquer la politique budgétaire de l’Union européenne, comme il l’a fait récemment, soulignant être le seul ministre français habilité à s’exprimer sur ce sujet.

“Il aurait pu s’en abstenir. Il y a un ministre qui est chargé de ça c’est moi!”, a dit Michel Sapin, interrogé lors d’une conférence de presse à Bruxelles, à l’issue d’une réunion des ministres des Finances de l’UE.

Le 29 février, lui aussi en marge d’une réunion dans la capitale européenne, Emmanuel Macron avait critiqué les exigences de la Commission en matière de déficit, dénonçant une politique budgétaire commune “mauvaise” car “beaucoup trop restrictive”.

“Je pense important qu’au niveau européen, on redéfinisse […] ce qu’est une bonne politique budgétaire européenne. Nous avons une politique budgétaire aujourd’hui en consolidé, de type déflationniste, donc elle est mauvaise”, avait affirmé le ministre de l’Économie.

Michel Sapin, pour sa part, a décrit “une situation budgétaire globale en Europe” qui est “légèrement expansionniste”, même s’il y a des déséquilibres en observant la situation “de pays à pays” au sein de la zone euro.

No comment.

Source : Le Nouvel Obs, AFP, 08-03-2016

expansion

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

De passage // 14.03.2016 à 03h53

M. Sapin devrait avoir honte de faire chaque année, plusieurs allers-retours entre Paris et Bruxelles, pour soumettre le budget de la France à une commission de technocrates non élus, en vue de son approbation, et en même temps pavoiser sur les plateaux télé, toute honte bue, pour entretenir le mythe de la souveraineté économique et politique de sa république !

http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20141015.OBS2086/le-budget-2015-face-au-verdict-de-la-commission-europeenne.html

15 réactions et commentaires

  • Spectre // 14.03.2016 à 01h45

    M. Sapin est l’incarnation caricaturale du techno glacial sans idées ; la tyrannie des règles constitutionnalisées doit lui convenir à merveille. De temps à autre, cependant, l’austère se laisse aller à d’édifiants aveux : « Notre amie, c’est la finance, la bonne finance. » (6 juillet 2014) — Dommage que ces moments de franchise soient si rares !

      +23

    Alerter
  • De passage // 14.03.2016 à 03h53

    M. Sapin devrait avoir honte de faire chaque année, plusieurs allers-retours entre Paris et Bruxelles, pour soumettre le budget de la France à une commission de technocrates non élus, en vue de son approbation, et en même temps pavoiser sur les plateaux télé, toute honte bue, pour entretenir le mythe de la souveraineté économique et politique de sa république !

    http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20141015.OBS2086/le-budget-2015-face-au-verdict-de-la-commission-europeenne.html

      +31

    Alerter
    • clauzip 12 // 14.03.2016 à 12h31

      Je perçois à l’ombre des commentaires relatif aux aller et retour de M.Sapin que les choix effectués de gré ou de force par les français ne sont toujours pas intégrés dans les connaissances de certains.
      Il vaut mieux parler avec les superviseurs que rester dans la procédure administrative.
      C’est ainsi que nous devrions voir une réduction des services publics,vente de biens nationaux…
      Les regles de Maastricht s’imposent aussi à la France.

      Ainsi,nous sommes des européens en doutes!

        +2

      Alerter
      • De passage // 14.03.2016 à 14h40

        ” … que les choix effectués de gré ou de force par les français ne sont toujours pas intégrés dans les connaissances de certains.”

        Vous parlez de choix des Français …. c’est de l’humour je suppose .
        2 choses que les eurobéats n’ont pas intégré dans leurs connaissances :

        1 – Le résultat du référendum de mai 2005, sur lequel se sont assis allègrement la droite et la gauche française. (sans doute le “choix” de force , que vous évoquez)

        2 – Cette phrase du président de la commission européenne, passée comme une lettre à la poste : «il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens déjà ratifiés»

        http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2015/02/02/31001-20150202ARTFIG00405-du-traite-constitutionnel-a-syriza-l-europe-contre-les-peuples.php

          +10

        Alerter
  • caliban // 14.03.2016 à 04h04

    Celui qui est chargé de dire combien il faut faire rentrer dans les caisses (Sapin) n’est pas d’accord avec celui qui est chargé de faire rentrer l’argent (Macron).

    C’est magnifique l’UE : non contente de diviser les peuples, désormais elle divise même ses ministres.

    On a les références que l’on peut mais l’UE me fait de plus en plus penser à Tullius Detritus, ce personnage inventé par Gosciny dans l’album “La zizanie” (https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Zizanie_%28Ast%C3%A9rix%29). Partout ou elle passe, ça se frite.

      +12

    Alerter
  • Giloux // 14.03.2016 à 09h52

    Sapin est le type du politicard haut fonctionnaire et larbin des lobbies dont la “constitution” européenne n’est que le manifeste.
    Ces gens ont mis les peuples au service de l’économie au lieu que l’économie soit au service des peuples.
    Ils ont mis en place les instruments légaux et institutionnels pour cela, à commencer par la loi du 3 janvier 1973 pour la France et l’établissement de l’indépendance de la Banque de France (Traité de Maastricht) puis de la BCE (Constitution européenne).
    Les états ayant ainsi renoncé au contrôle de leurs monnaies, et l’association forcée d’économies hétéroclites au nom d’une monnaie unique dont ils n’ont pas le pilotage (au lieu d’une monnaie commune réservée aux échanges extérieurs, chaque état gardant sa monnaie locale), la crise est une situation permanente.

      +5

    Alerter
  • Alain // 14.03.2016 à 10h01

    C’est marrant le mec de droite critiquant la “rigueur” européenne et le mex de gauche la défendant. Notre époque est riche de batailles à front renversé

      +4

    Alerter
  • Michel Martin // 14.03.2016 à 10h49

    Je n’aime pas votre titre qui place l’accent sur les personnes (Michel Sapin qui égratigne Emmanuel Macron), alors qu’il s’agit d’un désaccord technique. Ce n’est pas que les luttes d’égo n’existent pas, mais je ne crois pas que vous rendez service à l’information en participant à leur exacerbation.

      +1

    Alerter
    • Astatruc // 14.03.2016 à 12h50

      M Martin.

      C’est le titre du nouvel obs, adressez donc vos doléances au responsable.
      🙂

        +6

      Alerter
      • Michel Martin // 14.03.2016 à 13h37

        oui, mais le choix de le reprendre ne vaut pas mieux, vous ne croyez pas?

          +1

        Alerter
  • SanKuKai // 14.03.2016 à 12h32

    Après la situation de l’emploi en “croissance négative”, voici la “situation budgétaire globale en Europe légèrement expansionniste”.

    Mais fort heureusement: avec une dette publique en constante réduction négative, la France a la chance d’être en situation de déclin extrêmement positif…
    Sinon on aurait pu croire que tout va mal.

      +15

    Alerter
  • Jourdon // 14.03.2016 à 18h15

    Depuis MITTERRAND et DELORS , la construction européenne s’est arrêtée faute de vision… Sauf que innombrables discussions d’ordre juridique , et l’élargissement vers l’Est a introduit d’innombrables principes de balancier auxquels il faudrait réfléchir: droit en PPDC, démographie versus démocratie, comment faire converger économiquement des pays qui au départ partent d’un rapport de 1 à 5 en termes de pouvoir d’achat???? La position du Ministre SAPIN me semble équilibrée: on doit compenser pour les PECO afin de les aider à ce que leur barque ne coule pas; pour un grand pays comme la France , un profil en apparence déséquilibré ( très légèrement ) peut plaider pour une aide discrète afin de permettre aux pays exclus du monastère de l’euro de le rejoindre en poussant droit, euro, démocratie, plutôt que d’être tirer par l-heure créancier… et rien n’empêche les Ministres de livrer la version actualisée de leur déclaration de patrimoine, cher Emmanuel MACRON, et régler leurs impôts!

      +0

    Alerter
  • loki // 14.03.2016 à 20h23

    Sapin : Ne serait-ce pas ce ministre du travail de début de quinquennat qui face à la caméra de France2 et Elise Lucet annonçait sans rire qu’il allait résoudre la question hallucinante des travailleurs détachés avec ses petits camarades de l’UE ?
    Quoi ah ben c’est pour El Khomri et ses approximations CDD maintenant après Rebsamen et son problème de sources du droit du travail !
    Quand on n’est pas compétent au travail ce n’est pas en se mettant à l’économie qu’on risque de briller ! C’est ainsi que cette synthèse de la compétence sociale-démocrate passa au budget ! Ouf c’est plus simple avec la règle d’or !

      +2

    Alerter
  • Narm // 15.03.2016 à 18h58

    http://www.lefigaro.fr/vox/economie/2015/09/21/31007-20150921ARTFIG00189-hauts-fonctionnaires-un-sapin-a-19-millions.php

    La carrière actualisée de Michel Sapin aura coûté, à la fin de son mandat, 19.064.000 euros.

    Cette carrière totale sera de 45 ans. Le coût moyen annuel de sa carrière pour le contribuable sera de 424.000 euros, soit 35.000 euros par mois, hors frais de fonctionnement afférents aux postes de ministres ou de conseiller territorial.

    En outre, ces sommes s’entendent hors du coût de sa retraite, bien entendu.

      +0

    Alerter
  • anne jordan // 16.03.2016 à 18h33

    que peut on attendre d’un ministre qui confond le verbe croître ( avec accent svp ! ) et le verbe croasser ?
    il a dit récemment – je n’ai pas retrouvé le lien :
    ” cette entreprise n’a cessé de croisser ..” !

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications