Reprise d’un excellent billet de JFK du 28 mars, paru dans Le Monde

A l’évidence, on n’en a tiré aucune leçon. Il y a neuf ans, les Français étaient invités à ratifier ou à rejeter le traité constitutionnel européen. Les grands médias, massivement favorables au « oui » – et j’en étais – défendirent leur choix, qui correspondait à une honorable conviction, de façon tellement univoque, tellement agressive, tellement peu ouverte aux arguments de l’autre, tellement binaire, que le « non », d’abord donné vaincu, l’emporta largement. Il y aurait eu alors quelques questions à se poser. On s’en garda bien. On se contenta d’injurier, après coup, ceux qui avaient mal voté. Et, d’ailleurs, on fit adopter ce que les Français avaient refusé sans, cette fois, leur demander leur avis. Est-on conscient à quel point, ce faisant, on a porté un coup terrible à l’esprit civique et grossi les rangs des abstentionnistes comme ceux des électeurs du Front national ?

C’est à un phénomène comparable que l’on assiste aujourd’hui. La sphère médiatique, au sens le plus large, fait preuve, à propos des événements d’Ukraine, de Crimée et de Russie, d’un tel binarisme, d’un tel simplisme, d’un tel infantilisme, que l’on assiste à une autre aberration : le retournement pro-Poutine d’une bonne partie de l’opinion. Cela fait des années que l’on perçoit cette déplorable évolution : une approche de plus en plus bichromique, bicolore et, incidemment, néoconservatrice, des grandes questions internationales, un partage du monde entre des gentils qui ne peuvent se conduire que de façon séraphique et des méchants qui ne constituent qu’un ramassis de Belzébuth : un manichéisme de plus en plus puéril qui n’est pas étranger à la redoutable désaffection du public envers ce qui devrait constituer le coeur et l’âme de la démocratie : les médias.

Cette régression a atteint, ces derniers jours, un record. Dans certains reportages, les bons deviennent tous beaux et les mauvais tous laids. Ceux-ci sont de jeunes athlètes au regard lumineux, ceux-là de vieux chnoques alcooliques au regard terne. Ce qui s’écrit ou se dit dans les médias russes se dit de façon quasi identique chez nous, mais à l’envers. Des « correspondances » deviennent des éditos au vitriol, des reportages d’ardentes professions de foi. Ce qui n’est pas, parfois, sans rappeler la presse communiste des années 1950. Laquelle parlait des Etats-Unis.

Allons plus loin : si comparer Poutine à Hitler (certains ont osé) est d’une confondante idiotie, l’homme s’apparente plus, en effet, à un nouveau tsar qu’à un démocrate moderne. On peut à cet égard se demander, d’ailleurs, pourquoi Eltsine, lui qui était bien pire, bénéficia d’une telle indulgence : parce qu’une Russie en voie de quart-mondialisation plaisait ? Or, si un envoyé spécial à Berlin, du temps du nazisme, avait systématiquement décrit, pour complaire, une Allemagne dévaluée, dévalorisée, minable, aux abois, il aurait, fût-ce inconsciemment, péché à la fois contre l’objectivité journalistique et contre la cause du camp démocratique. A-t-on le droit de poser cette question : un pays où la plupart des éditoriaux, parlés ou écrits, paraissent avoir été rédigés par Bernard-Henri Lévy (membre du Conseil de surveillance du Monde) constitue-t-il un exemple de pluralisme ?

Oui, la brutalité avec laquelle a été bousculée, en Crimée, la légalité internationale est inadmissible. Mais pourquoi, lorsque les nouvelles autorités de Kiev ont décidé, dans un premier temps, d’abolir le statut de la langue russe dans les territoires russophones, nos médias n’ont-ils pas mis en garde contre cette décision provocatrice et aventureuse ? Pourquoi le non-respect de l’accord signé par les ministres européens, dont Fabius, à Kiev n’a-t-il suscité dans les médias aucun regret ? Pourquoi aucune prise de distance à l’égard de certains propos extrémistes (c’est une litote) tenus par les leaders radicaux de la révolution de Maïdan, alors que ces outrances faisaient évidemment le jeu de la Russie, qui les a instrumentalisés ?

INTÉGRITÉ TERRITORIALE OU DROIT DES PEUPLES À DISPOSER D’EUX-MÊMES

Oui, la majorité des révoltés de Maïdan étaient des démocrates dégoûtés par une gouvernance absolument calamiteuse. Mais pourquoi Stepan Bandera (1909-1959), cet antisémite fanatique qui combattit aux côtés des Waffen-SS et qu’exalte l’aile radicale du mouvement, est-il désormais présenté pudiquement chez nous comme un « nationaliste controversé » ? Dans ce cas, il ne fallait pas appeler au boycottage de l’Autriche parce que le parti de Haider avait été intégré au gouvernement. Il est temps de rompre avec une incohérence qui confine au zozoïsme.

Il y a deux principes aussi défendables l’un que l’autre. Le premier, c’est le respect de l’intégrité territoriale des nations. En fonction de quoi, une sécession de la Crimée, même votant son rattachement à la Russie, est incontestablement condamnable. L’autre principe est le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. En fonction de quoi l’OTAN est intervenue militairement pour aider le Kosovo à s’émanciper de la Serbie, ce que souhaitait la majorité de sa population. Les deux principes étant souvent contradictoires, il convient, en droit international, de privilégier une fois pour toutes l’un ou l’autre. Soit l’intégrité territoriale, soit le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Ce qui, en revanche, n’est pas soutenable, c’est de se réclamer de l’un de ces principes les jours pairs et de l’autre les jours impairs. Par exemple, proclamer illégale une sécession de la Crimée, même si ses habitants l’appellent majoritairement de leurs voeux, après avoir fait une guerre pour permettre la sécession du Kosovo, parce que ses habitants l’appelaient majoritairement de leurs voeux. Il est éminemment respectable, et sans doute juste, de stigmatiser le jeu russe qui a consisté à encourager le mouvement sécessionniste en Crimée.

Mais il est étrange que parmi les plus virulents censeurs se trouvent ceux qui, depuis des décennies (ce fut parfois à leur honneur), soutiennent toutes les luttes sécessionnistes : au Biafra, au Bangladesh, dans le sud du Liban, en Tchétchénie, au Kurdistan ou ailleurs, quand ils n’ont pas affiché leur sympathie pour la cause basque ou irlandaise. Des sanctions pour imposer un respect du droit international ? Chiche ! Mais Chypre ? Mais les territoires palestiniens ?

Ce sont toutes ces contradictions et incohérences qui affaiblissent la position occidentale face à Poutine. Mieux eût valu les pointer à temps que de noyer toute complexité dans l’hystérie.

Source : Le Monde

Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois |

55 réponses à [Reprise] En finir avec le manichéisme infantile, par Jean-François Kahn

  1. Incognitototo Le 30 mars 2014 à 03h35
    Afficher/Masquer

    Bé, ça alors… JFK ébouriffe mes derniers cheveux, je ne le pensais pas encore capable d’une telle lucidité, honnêteté et justesse… Même si on pourrait aller encore plus loin dans les paradoxes légaux et les contradictions des positionnements des États qu’ils rappellent, rien à enlever !…


    • Norton Le 30 mars 2014 à 11h08
      Afficher/Masquer

      @incignitototo,
      “Rien à enlever” sauf qu’ayant voté pour la constitution européenne,il s’est prononcé,de fait,pour l’impotence diplomatique de la France et de l’Europe,pour qui un empilage de 28 diplomaties ne pouvait se traduire que par un mutisme diplomatique que nos gouvernants tentent si maladroitement de camoufler par un suivisme atlantiste sans honneur et sans avenir.
      JFK,aux côtés de Cohn Bendit et de quelques autres ont participé au rejet de la politique de de Gaulle qui nous mettait en garde contre ce danger en termes clairs.
      Cherchez l’erreur…


      • Incognitototo Le 30 mars 2014 à 13h45
        Afficher/Masquer

        Oui, cependant c’est un vrai démocrate : il reconnaît (premier chapitre) qu’il (et son journal avec) n’a pas été “très bon” sur ce coup-là et que de ne pas avoir suivi l’avis des Français fut une grave erreur.


        • Incognitototo Le 30 mars 2014 à 16h27
          Afficher/Masquer

          Oui, on peut certainement trouver en grattant de la mauvaise foi ou des intentions cachées chez JFK… mais comme chez tout le monde… Cependant, c’est bien de mettre vos suspicions avec des points d’interrogation, parce qu’on ne peut pas non plus passer son temps à disqualifier les paroles des autres sous ces prétextes, parce que sinon plus rien ne peut être vrai.

          En tout état de cause, quelqu’un qui reconnaît ses erreurs sera toujours à mes yeux “pardonnable” ; c’est la base des psychologies qui ne nous mènent pas à la guerre… contrairement à tous les autres qui ne doutent jamais de rien.


      • pat_mail Le 30 mars 2014 à 16h39
        Afficher/Masquer

        Je vais moi aussi défendre JFK.
        Il commence son coup de gueule en rappelant la forfaiture du traité de Lisbonne, le comportement des média d’alors.Il avait été pratiquement le seul ( à l’époque ) a s’être indigné du traitement des opposants à cette “constitution”. Il avait parlé de traquenards ( à cinq ou six contre un, leur coupant la parole, les ridiculisant,…). Les média passaient leur temps à dénigrer les électeurs “anticonstitution” : réacs , fachos, égoïstes, …
        ( la voix de son maître quoi ! Ce que nos journalistes actuels reprochent aux média russes !)
        Il a été récemment encore l’un des trop rares du métier à faire remarquer qu’il y avait des nazi (des vrais) dans Maiden …
        Il dénonce encore la partialité grossière de nos politiques et “intellectuels” (il faudrait doubler les “” pour BHL ). Oh suprême blasphème, il ose citer Israël !
        Je le trouve courageux. Et ce courage ne date pas d’hier.
        Il était certes pour la “construction européenne”, mais a été loyal en vers ceux qui étaient contre .
        Cas trop rare dans le Paf français pour ne pas le relever !
        Quand à son analyse : en forçant trop le trait, on abouti à l’effet contraire ( jadis non majoritaire, aujourd’hui, le “pro-Poutinisme” dans l’opinion.
        Messieurs d’en haut, cesser de prendre les enfants du … canard etc.


  2. fc Le 30 mars 2014 à 06h25
    Afficher/Masquer

    Bravo et merci à vous Olivier et votre équipe pour la qualité de votre travail, JFK est un des rares journalistes en France à avoir le sens de la réflexion et de la critique .Merci
    Ps De nos jours, il faut avoir du courage pour mettre face à face celui qui refoule son identité de pied noir (le modeste Bernard-Henri de Lévie) et la Palestine….en espérant que cela ne nuira pas l’auteur de ce blog.


  3. fc Le 30 mars 2014 à 06h30
    Afficher/Masquer

    Pétition pour interdire à Bernard-Henri Lévy de parler au nom du peuple de France
    link to pasidupes.blogspot.jp


    • fc Le 30 mars 2014 à 06h33
      Afficher/Masquer
    • Kiwixar Le 30 mars 2014 à 07h56
      Afficher/Masquer

      Vous vous attaquez au “bouffon mexicain”…
      On va encore se retrouver avec l’accusation habituelle :
      « Ce blog nous ramène aux “heures les plus historiques de notre sombrero”… »


    • Norton Le 30 mars 2014 à 11h14
      Afficher/Masquer

      @fc,

      Et pourquoi pas une pétition pour empêcher Fabius de parler au nom du peuple français?
      Une autre pour en empêcher les américains ?
      Une petite dernière pour empêcher le peuple français de laisser parler n’importe quel usurpateur en son nom?


  4. dufourcq Le 30 mars 2014 à 06h34
    Afficher/Masquer

    Bonjour

    Et nous français, avons nous des leçons à donner aux russes , nous qui venons d’acter la DOM TOMisation de Mayotte ?

    Que je sache , cette ile faisait partie de la république des Comores .


    • ts Le 30 mars 2014 à 10h22
      Afficher/Masquer

      Bonjour,
      Petite précision en réponse à Dufourcq: Mayotte n’a jamais fait partie de la République des Comores. Les 4 îles étaient un ensemble administratif sous la colonisation, mais les petits arrangements référendaires de 74/75 ont fait que la France a conservé Mayotte (d’abord sous des régimes propres à cette île puis désormais comme DOM) et laissé les 3 autres îles former la République Islamique des Comores (maintenant Union des Comores).
      Donc Mayotte appartient aux Comores sur le plan géographique (même archipel) mais pas administratif.
      Mais vous avez raison: cela ne retire rien au fait que la France s’est assise sur le droit international (cela lui est d’ailleurs rappelé régulièrement à l’assemblée annuelle de l’ONU) et que les Français (et encore moins les Comoriens) n’ont rien eu à dire sur ce rattachement plus étroit de Mayotte (mais les Mahorais, eux, étaient parfaitement d’accord, même si certains commencent à réviser leur opinion au vu des joyeusetés administratives et fiscales qu’ils voient venir).


    • perceval78 Le 30 mars 2014 à 10h24
      Afficher/Masquer

      ca fait plusieurs fois que vois la mise en lien entre : crimée , kosovo et mayotte
      mais es ce comparable ? je dois avouer que je connais pas trop le sujet


      • ts Le 30 mars 2014 à 15h41
        Afficher/Masquer

        Je ne sais pas si on peut vraiment comparer, ou alors il y a de très nombreux endroits dans le monde qui deviennent comparables à la Crimée. Concernant Mayotte, c’est la seule des 4 îles à avoir voté non à l’indépendance. Le verdict global était oui, mais la France a choisi d’individualiser les îles (à l’encontre du droit international qui ne reconnait l’indépendance d’une colonie que dans la totalité des frontières de ladite colonie) et de s’appuyer sur le non de Mayotte pour la conserver.
        Si on compare à la Crimée il aurait fallu faire un référendum (“voulez-vous une Crimée Russe?”) sur toute l’Ukraine et considérer les résultats région par région.


    • Lou de loop Le 31 mars 2014 à 20h00
      Afficher/Masquer

      Mayotte est encore un de ces cas à double appatenance. Sur les 4 iles de l’archipel, seule Mayotte a voté pour rester dans le giron français. Respect du vote des citoyens. En m^me temps, l’oNU s’insurgeait contre le non respect des peuples à s’autodeterminer. Une quarantaine d’années aprés, le peuple, les gens , les hommes, les femmes , les familles de l’ensemble de l’archipel se ruent sur mayotte pour beneficier des ” avantages ” de la France : santé, éducation et…possibilité de passer en France continentale, pour bosser, vivre décemment . Mais chut, le Front National pourrait commenter….les gens, nous, au bout du compte, non?


  5. Alain Le 30 mars 2014 à 08h07
    Afficher/Masquer

    Israël a annexé Jérusalem Est et la plateau du Golan contre les vœux de leur population – ce qui est bien pire – mais on attend toujours le début d’une condamnation et ne parlons pas de sanctions contre ce pays qu’au contraire on sur-arme.


  6. Patrick Luder Le 30 mars 2014 à 08h47
    Afficher/Masquer

    Donnez au peuple des jeux et du vin, et vous pourrez faire ce que vous voulez.
    La décadence d’une civilisation passe par une vie artificielle avec de faux débats.
    Hier, comme aujourd’hui et comme demain, les civilisations passent mais la terre continue de tourner. OUI, notre mode de vie et notre civilisation sont décadents à bien des égards, ils ne sont pas durables ainsi et devront faire place à “autre chose”. Avoir un esprit critique et se poser des questions “légitimes” est un premier pas, mais toutes ces réflexions ne conduisent encore pas à notre future civilisation. Le changement viendra, comme toujours de la base, attendre sur l’évolution des “hautes sphères” n’est qu’un fourvoiement de plus …
    Chers amis internautes, qui travaillez à l’avènement du monde de demain, soyez bénis dans vos actes et dans vos vies !


  7. perceval78 Le 30 mars 2014 à 08h57
    Afficher/Masquer

    BHL n’est pas élu , il dit ce qu’il veut . En plus il ne dit pas que des conneries , l’autre jour il y avait un reportage passionnant dans le parisien (2 pages) sur l’age de ses télomères . C’était peut être pas évident au vu des 2 photos présentés mais il parait qu’il à le même age qu’il y a 25 ans .

    link to jolpress.com

    Je serais par contre beaucoup plus exigeant concernant nos élus et je prone une surveillance de type NSA de chaque instant les concernant. Car ils semblent qu’ils oublient qu’ils ne sont QUE les représentants du peuple .


    • Lyonnais Le 30 mars 2014 à 09h10
      Afficher/Masquer

      Effectivement, BHL ne dit pas que des conneries, il en écrit aussi… Voir ses œuvres complètes.


  8. FL Le 30 mars 2014 à 09h15
    Afficher/Masquer

    Monsieur Jean-François Kahn est un journaliste qui connait bien son métier. Il nous le démontre une fois de plus dans cet article pour le Monde.
    Le sujet qu’il traite est celui du manichéisme journalistique, Les oui-istes / les non-istes,
    les bons / les méchants, le droit (le notre) / la violation du droit (par eux) etc. Et ce n’est pas bien tout, ça.
    Mais sa conclusion, je site ; “Ce sont toutes ces contradictions et incohérences qui affaiblissent la position occidentale face à Poutine.” – le replace dans ce qu’il vient de dénoncer, a savoir qu’il faut avoir une position forte et unie (position occidentale) face (= contre) à Poutine.
    Comme si les intérêts Russes étaient uniquement ceux de Poutine, comme si Poutine était un ennemi de l’occident.
    Il n’évoque surtout pas les intérêts légitimes des russes, ni celui des européens, encore moins celui des français ou ou des allemands…non il traite de l’Occident / Poutine.
    On croirait entendre un centriste dont le discours est caractérisé dans son cas, par son attachement au combat de la droite atlantiste (honorables en soit) plus ou moins emballé dans une rhétorique de gauche, c’est malin.
    C’est bien lui qui a écrit l’article.


    • Joseph Le 30 mars 2014 à 10h53
      Afficher/Masquer

      et ils continue d’injurier les “On”

      “On se contenta d’injurier, après coup, ceux qui avaient mal voté. Et, d’ailleurs, on fit adopter ce que les Français avaient refusé sans, cette fois, leur demander leur avis. Est-on conscient à quel point, ce faisant, on a porté un coup terrible à l’esprit civique et grossi les rangs des abstentionnistes comme ceux des électeurs du Front national ?”

      Je vote et pas FN.
      Aujourd’hui les “On” soutiennent un gouvernement Ukrainien avec des nazys


    • Theoltd Le 30 mars 2014 à 11h07
      Afficher/Masquer

      Je vous rejoint sur cette analyse. Si l’Europe n’avait pas tenté de chiper la Crimée a la Russie, via le contrat d’association avec l’Ukraine, la Russie qui y avait ses bases légales jusqu’en 2047 et n’avait intérêt que dans le statut quo, ne l’aurait alors pas annexée. Bizarre que personne, mais personne. absolument n’en parle.


    • Theoltd Le 30 mars 2014 à 11h07
      Afficher/Masquer

      Je vous rejoint sur cette analyse. Si l’Europe n’avait pas tenté de chiper la Crimée a la Russie, via le contrat d’association avec l’Ukraine, la Russie qui y avait ses bases légales jusqu’en 2047 et n’avait intérêt que dans le statut quo, ne l’aurait alors pas annexée. Bizarre que personne, mais personne. absolument n’en parle. Est ce que je me trompe?


    • Norton Le 30 mars 2014 à 11h27
      Afficher/Masquer

      @fl,
      Si vous trouvez “honorable” le combat de la droite atlantiste,je suppose que pour être en accord avec vous même,le combat de de Gaulle depuis 1940 contre l’atlantisme doit vous paraître déshonorant?…


      • perceval78 Le 30 mars 2014 à 12h05
        Afficher/Masquer

        @norton : point de Godwin.replace(‘hitler’,'degaulle’) = argumentation un peu simpliste

        je precise un peu mon propos : en politique il faut savoir rassembler un minimum ( j’ai pas dit se compromettre) , si tu dis celui la c’est un con , celui la aussi et celui la aussi . Au final tu n’auras pas beaucoup de voies . Mais tu auras raison …


        • perceval78 Le 30 mars 2014 à 12h19
          Afficher/Masquer

          ou alors pour corriger l’infame faute d’ortographe : Voies vs Voix
          dans le cas ou tu vas à rome , car c’est bien connu :
          toutes les voies mènent à rome et dans ce cas la 1 seule suffit


        • Norton Le 30 mars 2014 à 14h19
          Afficher/Masquer

          @perceval,
          Quand l’analyse politique sépare aussi nettement ceux qui pensent que la puissance d’un peuple réside dans sa liberté et son indépendance à protéger ses intérêts,et ceux qui pensent qu’un empilage de 28 intérêts divergents,malgré l’évidence quotidienne et dans touts les domaines,de son cuisant échec,est la meilleure solution,ne vous méprenez pas en confondant le bon sens et l’ostracisme.


      • FL Le 30 mars 2014 à 13h30
        Afficher/Masquer

        @ Norton
        Non, et sans doute comme vous, je suis dans une opposition totale avec l’atlantisme tel que défendu par tout nos gouvernements après le départ de Charles de Gaulle (que j’aurai tendance à vénérer, chacun ses défauts) et par des personnes comme Jean-François Kahn (qui n’est vraiment pas un méchante homme), mais je peux entendre sans problème que pour certains ce soit la meilleur solution pour améliorer notre sort, et le leur évidement.

        C’est une affaire de combat politique pour l’indépendance et la liberté dans le respect des idées des uns et des autres.
        Et cela commence par l’indépendance d’esprit, ce qui n’est pas apparemment le cas pour J-F Kahn quoiqu’il en pense lui même.


      • Wilde Jagd Le 07 avril 2014 à 01h37
        Afficher/Masquer

        Tous les dangers que De Gaulle avait dénoncés et avait essayé de prévenir, tous se sont matérialisés.

        Lui, c’est clair, c’était un chef d’État. Quand on pense aux guignols qui lui ont succédé (tout spécialement les derniers en date)…


    • Alkali Le 30 mars 2014 à 11h28
      Afficher/Masquer

      @FL
      Bien dit, c’est tout à fait ça.
      JF Khan est un journaliste système qui drague aux confins des limites. Il ratisse les opinions à travers une narrative au plus proche du borderline mais il reste un pion du système BAO, dont la finalité est bien de modeler ces opinions dans le style ” le système n’est pas parfait, il fait des erreurs, mais cela reste le meilleur des système”.
      Il participe à cette “fabrique du consentement” de manière plus dangereuse encore que le troupeau des mercenaires plumitifs mainstream avérés car il prend la pose du rebelle et le ton du “parler vrai”.
      Mais que dit-il? Que Poutine ” s’apparente plus, en effet, à un nouveau tsar qu’à un démocrate moderne” Donc que Poutine est un dictateur et pas un démocrate. Sous entendu, la Russie est sous l’oppression d’un monarque absolu alors que la vraie démocratie c’est les USA et l’EU.
      Donc, sur le fond “nous” avons raison, nous sommes dans le juste… mais nous nous trompons dans la forme. Ce n’est pas la légitimité de notre cause ( celle du système) qui est en cause mais sa stratégie.
      Et pourquoi cette envolée critique de JF K? ben il le dit lui-même “” la redoutable désaffection du public envers ce qui devrait constituer le cœur et l’âme de la démocratie : les médias.”"
      Hé oui monsieur Khan, à force de vouloir nous faire bouffer du foin, la presse dont vous êtes un éminent représentant, est délaissée par tout ceux qui n’acceptent plus d’être pris pour des ânes.


      • Christophe Le 30 mars 2014 à 14h54
        Afficher/Masquer

        @Alkali
        Excellente analyse que je soutiens tout à fait.
        Au reste, JFK ne dit pas, à propos de 2005, que la position et le vote des nonistes avaient un sens et était légitime, il dit juste que la position des Ouistes, bien qu’étant plus légitime, a utilisé des arguments trop primaires qui ont poussé au vote non. Ainsi, ce n’est pas par une réflexion de citoyen conscient que les nonistes ont voté, mais par une réaction émotionnelle anti ouiste : bref, les nonistes étaient des inconscients à qui il fallait savoir parler, comme ceux aujourd’hui qui dénoncent l’oukaze occidental (et dont il fait au passage des soutiens de Poutin, les assimilant au passage à des inconscients)…


      • Norton Le 30 mars 2014 à 15h38
        Afficher/Masquer

        @Alkali
        Je suis d’accord avec vous,Marianne prête ses colónes à Chevènement,…Cheminade,un alter-atlantiste d’un autre genre, rêverait de nous y parler de la conquête martienne ou de la scission bancaire,…Dupont Aignan,…je n’en sais rien,mais son goût pour le tiédasse et l’ambiguïté lui laisse une chance que ne compromettra pas son pseudo-Gaulisme…
        Par contre,le leader de l’unique parti qui préconise une sortie immédiate de l’UE de l’euro et de l’OTAN à peu de chance d’y trouver place…
        Le pluralisme de JFK à ses limites au confins de la pensée europhile…


    • yt75 Le 30 mars 2014 à 16h22
      Afficher/Masquer

      Oui, et en oubliant (ou en étant incapable) de dire que l’aspect “attaque” de l’US/occident dans ces affaires, est un fait tout simplement –objectif– .

      Voir le t shirt de la tournée précédente dans les bureaux de la fondation McCain à Tbilissi :

      link to iiscn.files.wordpress.com

      Extrait de la video postée en tête d’article ici il y a quelques jours, après 40:40 par là :

      link to youtube.com

      C’est facile de rester en permanence dans l’angle “hyper légalisme” et juge des actions passées et actuelles.

      Mais il y a des intérêts derrière, aussi.

      L’hyperlégalisme ou la géopolitique comme s’il s’agissait d’un jeu de risk sans les aspects ressources et économie derrière reste compétement grotesque, ou disons ratissage de la mousse.


  9. C Balogh Le 30 mars 2014 à 09h29
    Afficher/Masquer

    à Perceval 78,
    “l’école des fans”, invité:Obama.
    Fans:hollande, moscovici, Fabius, valls, guigou…(BHL?)etc……..
    J’ai de plus en plus de doute à ce sujet, leur salaire est payés par les “zinvestiSSeurs” donc, au final, ils représentent les investiSSeurs.
    Il n’y a plus d’état, en France, il y a des arracheurs de dents qui se pressent les uns les autres pour cirer les pompes des USA, le pire, s’entre-déchirent pour savoir qui sera le meilleur…..
    Vous inquiétez pas, vous êtes tous ex aequo :vous avez TOUS gagné!!
    Vous savez tous tricher aussi bien les uns que les autres.
    Nous on se rappellera que vous avez signé avec les SS!


  10. C Balogh Le 30 mars 2014 à 10h08
    Afficher/Masquer

    Il y avait des signes avant-coureurs du désordre actuel en politique parce qu’il n’y a jamais de sanction réelle contre ceux qui déconnent grave.Fabius a à son actif de lourds et graves soupçons dans l’affaire du sang contaminé, cette affaire ayant entraîné le décès de plusieurs personnes, même s’il a bénéficié d’un non-lieu aurait dû définitivement l’éloigner de la politique.
    Un exemple parmi d’autres;
    N’empêche qu’il est là et ayrault s’en va……


  11. MJ Le 30 mars 2014 à 10h31
    Afficher/Masquer

    Calmez votre joie gentils lecteurs, c’est un article moins malhonnête que les autres. JFK évite soigneusement d’aborder la légalité du nouveau pouvoir en place à Kiev.
    “Mais pourquoi, lorsque les nouvelles autorités de Kiev ont décidé, dans un premier temps, d’abolir le statut de la langue russe dans les territoires russophones” ce qui revient à en reconnaitre sa légitimité. Quid de la notion de putch encensée par l’EU ? Rien ! Ah si, “Oui, la majorité des révoltés de Maïdan étaient des démocrates dégoûtés ” doux euphémisme.
    c’est pourtant la base du problème.


  12. jard Le 30 mars 2014 à 10h35
    Afficher/Masquer

    De l’intelligence en France? Kahn ne se trompe-t-il pas d’angle, ne se trompe-t-il pas d’époque, ne faut-il pas plutôt analyser la propagande des Européistes? Le comportement de ces Européistes a un sens, s’inscrit dans une évolution. Le comprendre serait utile. L’Europe, c’était la paix, la prospérité, la fraternité des peuples. La prospérité et la fraternité sont passées à la trappe depuis quelque temps, restait la paix. Mais aujourd’hui, les Européistes français entrent dans un conflit absurde avec la Russie.
    S’agit-il d’une simple soumission enthousiaste à notre maître? Alors, dans quelques années, les Américains auront tellement pris l’habitude de diriger la France qu’ils considèreront les opposants au système comme leurs ennemis. Nous pourrions avoir une propagande absolue, de la surveillance à grande échelle, des assassinats. Serions-nous plutôt dans un besoin de haïr? On déshumanise les Russes, on devient de plus en plus agressif, délirant et violent. Cela ne va-t-il pas se tourner contre les opposants politiques en France?


    • C Balogh Le 30 mars 2014 à 12h03
      Afficher/Masquer

      Les Américains dirigent la France:Hollande ratifie avec les nazis en compagnie de certains représentants de la commisssion, les ricains discutent avec les russes……
      On se demande bien de quel droit les ricains sont là,et pourquoi ils sont les interlocuteurs privilégiés
      C’est à nos frontières qu’il y a le bazard, pas à celle des USA;
      Renouer le dialogue avec la Russie est impératif. mais trouver un diplomate à la hauteur va être compliqué.
      Il est ironique que les USA poussent des cris d’orfraie avec la Crimée, ils font de l’invasion guerrière et économique sans aucune prise en compte des frontières.L’argent n’a ni odeur ni patrie.


  13. C Balogh Le 30 mars 2014 à 10h48
    Afficher/Masquer

    Il y a un droit international que chacun “respecte” selon ses besoins.Il faudrait en effet que l’ONU statue afin d’empêcher ce “deux poids, deux mesures”.


    • Wilmotte Karim Le 30 mars 2014 à 11h15
      Afficher/Masquer

      Sauf que c’est plus compliqué que cela.

      L’intangibilité des frontières a pour but d’éviter un cycle infernal de guerres, guerres civiles, déportations de masse, génocides.

      Mais il est aussi nécessaire de reconnaitre les aspirations de certains peuples.

      Il est difficile de définir une règle univoque qui s’appliquerait à toutes les situations.


      • Olivier Berruyer Le 30 mars 2014 à 11h29
        Afficher/Masquer

        “L’intangibilité des frontières a pour but d’éviter un cycle infernal de guerres, guerres civiles, déportations de masse, génocides.”

        C’est amusant, j’aurais dit que ça les provoquait justement. C’est pour éviter ça qu’on a inventé les référendums … ;)


        • perceval78 Le 30 mars 2014 à 12h03
          Afficher/Masquer

          tu raisonnes en theorie Olivier , en pratique c’est le rapport de forces qui joue :

          ex : L’UPR est contre les referendums en alsace et en bretagne mais serait plutot pour en crimée ou du moins (il ne m’appartient pas de parler en lieu et place) soutiendrait la position russe

          en gros , si ca m’arrange je suis pour , si ca m’arrange pas je suis contre

          ex: les ricains sont pour les referendums en ecosse et en catalogne , ca les arrange , mais pas en crimée ca les arrange pas

          et quand bien même , Obama n’a pas besoin d’envahir la france pour controler ses medias et ses politiques . Le soft power est bien plus efficace que la manière forte dans la plupart des cas


          • Incognitototo Le 30 mars 2014 à 15h03
            Afficher/Masquer

            Ce sont bien ça les problèmes… comme le rappelle JFK on ne peut pas avoir une politique internationale et même nationale à “géométrie variable”… et en fonction, en réalité, surtout des intérêts économiques des uns et des autres, ainsi que des rapports de force ; et au final en particulier surtout de ceux des USA.

            Tant que l’ONU n’aura pas définir les mots : “frontières”, “peuples”, “démocratie”, “autodétermination”, et même “non-ingérence ”, ou d’autres… – qui sont actuellement à “compréhension variable” en fonction des intérêts particuliers nationaux – ainsi que leur hiérarchisation en fonction des contextes, nous assisterons à ce dangereux grand n’importe quoi.

            Rappelons à ce propos (entre tant d’autres précédents que l’on pourrait rappeler) que quand la Chine a annexé en 2011, 1% des terres du Tadjikistan ( link to marianne.net ), cela s’est déroulé dans la plus parfaite indifférence générale… mais quand elle cherchera à annexer Taïwan, ça sera la troisième guerre mondiale… chercher “les erreurs”…


            • Prague Le 30 mars 2014 à 16h07
              Afficher/Masquer

              Si la Chine, en suivant l exemple russe, va declarer qu elle va defendre et secourir les Chinois de souche en etranger, en Indonesie, Malaisie, Singapour etc.., que va t il se passer, car dans ce cas, ils s agit d une centaine de millions de Chinois, presque autant que la population russe.


        • Norton Le 30 mars 2014 à 13h37
          Afficher/Masquer

          L’intangibilité des frontières est incompatible avec le droit des peuples à se reconnaître dans une histoire,une culture,etc…,qui lui donnerait le droit d’être reconnu comme nation à part entière ou comme partie intégrante d’une autre nation existante.Les mots ont un sens.

          Le droit d’un peuple ne se mesure pas à sa taille mais à sa détermination à rester uni dans l’indépendance ou à s’unir à une autre nation existante,pour défendre ses intérêts.

          L’autodétermination ne débouche pas obligatoirement sur un bain de sang et la Crimée,qui a été protégée par Poutine pendant ce processus,en est un exemple.La Tchécoslovaquie,encadrée par les pays européens pour réaliser ce même processus en est un autre.

          La réussite d’une autodétermination dépend de la bienveillance des autres nations.
          Les bains de sang sont le résultat d’intérêts étrangers qui provoquent des crises internes débouchant sur des éclatements de nations non souhaités réellement par les populations mais qui apparaissent comme la seule alternative aux guerres civiles provoquées intentionnellement par l’étranger…

          L’ONU ,avec ses réglementations ambigües est incapable de tenir son rang dans la gestion des demandes légitimes des peuples à disposer d’eux-mêmes parce qu’elle est inféodée à whashington.
          L’ONU n’est en aucun cas une entité judiciaire internationale indépendante,objective et crédible.

          L’auto blocage diplomatique induits par les traités européens interdit toute possibilité pour l’UE et pour chacun de ses membres de représenter une alternative crédible à cette déficience onusienne.
          Ça aussi,de Gaulle l’avait prévu.

          La vraie guerre qui se joue depuis toujours et qui décide de toutes les autres à travers le monde est une guerre monétaire.

          En 1965, voici la question que posait déjà une journaliste à de Gaulle lors d’une conférence de presse.

          “”Monsieur le Président, en changeant une partie de ses avoirs en dollars contre de l’or la France a provoqué les réactions qui elles-mêmes ont fait apparaître certains défauts du système monétaire international actuel. Etes-vous partisan de réformer ce système, et si oui, comment ? Ma question, Monsieur le Président, s’enchaîne avec la précédente. Pourriez-vous préciser votre politique en ce qui concerne les investissements étrangers en France et particulièrement les investissements américains.”"

          La réponse de de Gaulle,que vous prendrez soin de consulter sur ce lien,est édifiante quant au fourvoiements imputables à tous ses successeurs et à leurs conséquences actuelles.

          link to fresques.ina.fr

          Sans justice monétaire mondiale,le déséquilibre des échanges ne peut se traduire que par des guerres,même si la plus part d’entr’elles semblent se nourrir d’autres motifs.

          Il y aura une justice monétaire lorsqu’un gabonais,un français,un lapon ou un clochard de New York pourront être assurés que l’argent qu’ils ont dans leur poche,quelle que soit la devise de leur pays,leur donne la même possibilité de s’en servir pour construire leur vie dignement.

          Les pires frontières qui divisent le monde et qui répandent l’injustice des échanges et les plus grandes misères sont des frontières monétaires invisibles…

          Rétablir une justice monétaire mondiale est le premier combat pour la paix,elle-même étant le passage obligé pour prendre en compte les problématiques liées au désastre écologique planétaire,vrai défi pour notre futur,rejeté au second plan par la déréglementation et la folie économique qui donnent le pouvoir aux intérêts privés.


          • perceval78 Le 30 mars 2014 à 17h22
            Afficher/Masquer

            @norton : je me permets de répondre à la partie 1 de ton raisonnement qui je le rappelle en comportait 3

            1) clés permettant la réussite d’un référendum
            2) les frontières monétaires invisibles
            3) le désastre écologique planétaire

            a) Le droit d’un peuple ne se mesure pas à sa taille mais à sa détermination à rester uni dans l’indépendance
            alors pourquoi la Palestine , le Tibet , les Sioux ne sont toujours pas indépendants

            b) L’autodétermination ne débouche pas obligatoirement sur un bain de sang ex : la Crimée
            quand on a un parrain comme Poutine ça aide

            c) La Tchécoslovaquie,encadrée par les pays européens
            c 1 la Tchéquie et la Slovaquie était de taille similaire
            c 2 Le statut fédéral adopté en 1969 avait déjà créé les deux composantes,
            sur la base desquelles s’est faite la partition en 1992
            c 3 il y avait la présence d’un homme exceptionnel Vaclav Havel
            c 4 la tchécoslovaquie ne faisait pas encore partie de l’ UE

            d) La réussite d’une autodétermination dépend de la bienveillance des autres
            justement la bienveillance est rare dans ce monde de brutes

            e) Les bains de sang sont le résultat d’intérêts étrangers
            e 1) pas forcément : pakistan bangladesh
            e 2) les haines ancestrales empêchent souvent les solutions raisonnables
            ex irlande du nord
            e 3) en fait la réalité c’est que c’est souvent une entité extérieure qui permet ou non la partition sur la base d’intérêts bien sur ex : Sud Soudan

            Prenons un exemple tout bête , quel est le pourcentage de divorces qui se passent bien ?

            - en l’absence de forces étrangères hostiles
            - en présence d’avocats (ONU) compétents
            - avec une volonté forte d’autonomie au moins chez un membre du couple

            ce qui est vrai pour un couple est encore plus vrai au niveau d’un pays ou d’une nation .


            • Prague Le 31 mars 2014 à 00h18
              Afficher/Masquer

              Perceval78

              En ce qui concerne la Tchecoslovaquie, vous avez raison sauf sur le point c1) c est faux – la Tchecoslovaquie n etait pas du tout a la taille egale !

              Il y avait et il y ait toujours, deux fois plus des Tcheques (10 million) que les Slovaques (5 million) svp, de ce fait tout a ete divise dans le rapport 2:1, le patrimoine, les dettes etc. lors de la separation.

              D ailleurs c etait aussi cela une des raisons que les Slovaques voulaient se tirer parce qu ils avaient l impression d etre domines par les Tcheques et idem de l autre cote, les Tcheques avaient l impression de payer trop pour les Slovaques…

              Vous avez raison que la personnalite exceptionnelle de Vaclav Havel aidait bc a calmer les craintes europeennnes, notamment de F. Mitterrand avec sa doctrine de l Europe des nartions et non l Europe des peuples. D ailleurs, Vaclav Havel avait deploye tout son energie pour sauver la partition du pays, mais en vain.

              Il y avait aussi une raison supplementaire car Vaclav Klaus avait voulu aller tres vite dans sa “privatisation par coupons” et les Slovaques trainaient le pieds et posaient toutes sortes de conditions et a un moment, l ete 1992, il avait dit halte, on se separe si vous le voulaient tellement…

              Eh oui, des fois les choses se passent tres bettement, pas seulement dans les couples…

              Il faut dire egalement que la chose moins connue a l Ouest, c est que lors de l invasion de la Tchecoslovaquie par Hitler en 1939, les Slovaques ont fait une separation et une republique pro-nazi avec Hlinko que vers la fin de la guerre ils ont fait reintegrer la Tchecoslovaquie – ni vu ni connu…

              De meme, apres l invasion de 1968, ils ont voulu absolument la federation CSSR a ete changee en CSFR.


        • Wilmotte Karim Le 30 mars 2014 à 13h55
          Afficher/Masquer

          Je propose qu’on laisse faire partout…
          On verra vite que nombre de gouvernement, eux, n’accepteront pas la moindre partition.

          Bref, des Yougoslavie mais versions continentales.


  14. TC Le 30 mars 2014 à 12h06
    Afficher/Masquer

    C’est le deuxième article nuancé sur la question ukrainienne que je lis depuis des mois dans la presse mainstream et ça fait plutôt du bien même si on sent qu’il y a une certaine hésitation à en dire plus. Mais ce qui fait mal et qui est très très inquiétant, c’est que ça révèle le poids et l’étendue grandissant de la main mise des euro-atlantistes sur les médias. Vous imaginez ? Deux articles dans un déferlement continu de papiers ? Et après ces mêmes euro-atlantistes osent parler de propagande russe ?


  15. koui Le 30 mars 2014 à 15h27
    Afficher/Masquer

    Cet article de JFK me plait beaucoup. Il pose le débat droit à l’autodétermination/integrité territoriale alors que plus personne ne se pose de question de principe (c’est pour les intellectuels à lunettes, pas pour les beaux gosses à chemise bouffante). Il dénonce les justifications “ad hoc” qui remplacent les principes. Il dénonce la culture du consensus bêhâchehélien qui tue la démocratie, provoquant abstention et lepenisation. Bref, JFK a les yeux ouverts pour voir et la bouche ouverte pour parler. C’est tellement rare de nos jours, dans Le Monde.


  16. Suzanne Le 30 mars 2014 à 16h02
    Afficher/Masquer

    A moi aussi, il plaît beaucoup, cet article, mais je suis stupéfaite de constater qu’il vient du Monde, que je n’achète plus depuis de nombreux jours, dégoûtée que je suis de l’obstination à ne voir qu’un seul côté des choses.

    Il me vient la pensée que, peut-être, cela viendrait d’un changement graduel de l’opinion des media? (optimiste, hein? :-) )


  17. yoananda Le 30 mars 2014 à 17h49
    Afficher/Masquer

    Par “grand média” il veut sûrement dire “BDL” ??? Bouygues, Dassault, Lagardère !
    Ce n’est pas comme si on avait encore une presse indépendante en France …
    C’est cela la leçon a tirer.
    Quand a comparer Poutine a Hitler, ce n’est pas “certains”, mais Obama, qui le fait à demi-mots dans son discours du 26 mars.
    Quand au manichérisme, il nous inculqué dès le plus jeune age par Mr Disney avec ses princesses toujours belles, douces et tellement gentilles, soumise à l’injustice des méchants toujours jaloux et virils.
    Je veux bien qu’on se remette en question, mais il ne faut pas rêver, il n’y a pas de solution à la situation, tout au plus des alternatives ou des sacrifices.


  18. Norton Le 31 mars 2014 à 07h31
    Afficher/Masquer

    Pour ceux qui auraient encore des doutes sur le positionnement stratégique merdiatique de JFK,c’est à dire,”comment avoir l’air suffisamment loin de la gamelle pour ne pas donner l’impression de s’y intéresser” ou “comment avoir l’air indépendant quand on ne l’est pas”…

    Marianne,fidèle à son rôle convenu,aborde la sortie de l’euro pour mieux en perdre l’idée dans la complexité d’une énième monnaie commune…
    On sort…,on sort pas…,on sort,…on sort pas…
    Idem Chevènement,Cheminade,Sapir,Marine le Pen ,…etc…

    L’apothéose,c’est l’appel au front de gauche à soutenir ce projet…
    Pas un mot sur l’UPR,bien entendu…
    Longue vie à Marianne aux confins de l’europhilie!…(mais pas plus!…)

    link to marianne.net


    • Norton Le 31 mars 2014 à 07h44
      Afficher/Masquer

      Olivier,
      Avec JFK et Attali,auriez-vous débuté une longue série sur sur les border-liner de l’europhilie,…sur ceux dont le rôle est de récupérer les consciences en voie d’évasion de la pensée europhile?


  19. step Le 31 mars 2014 à 11h43
    Afficher/Masquer

    “Soit l’intégrité territoriale, soit le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.” … et JFK doute ?

    La réponse est pourtant claire: Le droit des peuples à disposer d’eux même. A quel nombre de mort une minorité est “négligeable” en droit international : 10, 100, 10 000, 100 000 ? un million ? A quel prix peux t’on la “dresser” pour accepter un concensus national dont elle se sent exclue ? L’indifférence ? Un peu de gégène ? Beaucoup de gégène et quelques executions pour l’exemple ? Une petite attaque au gaz sur une ville contestataire ?

    C’est encore cette lancinante erreur entre le moyen et la fin. La fin des frontières est de constituer des nations qui seules peuvent donner légitimité à des décisions prises en leur nom. La frontière est un moyen, la nation une fin: on ne laisse pas le feu prendre dans une maison en essayant d’éteindre le feu dans la grange. On ne laisse pas une gangrène se développer parce qu’une greffe a échoué. On ne détruit pas un pacte social pour ne pas toucher la limite de son expression (sa frontière), ou sa monnaie. Cet avis vaut aussi pour l’europe.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>