Un bel exemple encore, outre le fond du sujet, permettant de comparer l’information Médias Mainstream et Blogs…

50 Md$, c’est environ 70 % de l’impôt sur le revenu en France

LES ECHOS : La Haye condamne la Russie à payer 50 milliards de dollars dans l’affaire Ioukos

La Russie condamnée pour spoliation des actionnaires de l’ex-pétrolier. C’est le plus gros jugement arbitral de tous les temps.

C’est historique. Rendant le plus gros arbitrage international de tous les temps, le tribunal de La Haye a condamné l’Etat russe à payer 50 milliards de dollars aux actionnaires de l’ex-premier groupe pétrolier russe, Ioukos, démantelé , entre 2004 et 2007 pour des raisons dénoncées à l’époque comme politiques. Après vingt mois de délibérations, la cour a jugé qu’il s’agissait bien d’une expropriation au profit du pétrolier étatique Rosneft, qui avait hérité des actifs.

A l’époque, Vladimir Poutine avait présenté la manœuvre comme l’annulation d’une privatisation. Une de celles restées dans la mémoire collective russe comme une braderie au profit d’oligarques mafieux. Et Rosneft, bien qu’en majorité publique, est devenu par son volume de production le plus gros pétrolier coté au monde.

Mikhail Khodorkovski, le fondateur de Ioukos lors des grandes privatisations russes, ne touchera rien : il avait cédé ses intérêts à son partenaire Leonid Nevzlin. C’est la holding GML, regroupant quatre actionnaires majoritaires (60 %) de Ioukos, qui recevra les 50 milliards. Leonid Nevzlin, qui vit maintenant en Israël, possède 70 % de GML, le solde appartenant à parts égales à Platon Lebedev, Mikhail Brudno, Vladimir Dubov et Vasily Shakhnovsky.

Remporter cette victoire

Le cabinet d’avocats Shearman, qui a remporté cette victoire après dix ans de procédure (et touchera 75 millions de dollars d’honoraires) avait demandé 114 milliards… Néanmoins, « c’est une bonne valorisation, estime Emmanuel Gaillard, patron mondial de l’arbitrage chez Shearman et fer de lance du dossier. Le montant accordé est fondé sur la valeur de marché la plus récente des sociétés comparables, à commencer par Rosneft », valorisé 65 milliards de dollars, hier, à la Bourse de Londres.

Emmanuel Gaillard ne doute pas que la Russie paiera. Soit l’Etat russe se soumet à la sentence (ce qu’il n’a pas fait dans le passé pour d’autres condamnations), soit ses actifs à l’étranger seront saisis. « Il existe deux types d’actifs possibles, explique-t-il. Les actifs de l’Etat russe non couverts par l’immunité souveraine, c’est-à-dire ceux à but commercial, ou les actifs appartenant à des émanations de la Russie », en particulier des entreprises étatiques comme Gazprom et Rosneft, qui détiennent des actifs en direct mais aussi des participations dans des sociétés.

La décision de la cour arbitrale est directement exécutoire au niveau des pays mais des recours contre les saisies sont à prévoir (si la Russie refuse de payer). Auquel cas, comme il n’existe pas de droit international pour les actifs émanant d’un Etat, l’affaire Ioukos sera l’occasion d’affiner les jurisprudences nationales… ce qui servira aux futurs litiges, maintenant que le tabou sur la mise en cause des grandes nations est tombé.

Une autre échéance

Les 50 milliards de dollars devront être payés d’ici mi-janvier 2015, date à partir de laquelle des intérêts de retard courront, et il existe peu de possibilités d’appel à la sentence, hormis auprès des tribunaux hollandais sur des fondements techniques. N’importe : la Russie, qui était représentée à la Haye par le cabinet américain Cleary Gottlieb Steen & Hamilton, tempête. Moscou « va contester les décisions de la Cour d’arbitrage devant les tribunaux des Pays-Bas et espère y obtenir un résultat équitable », selon un communiqué du ministère russe des Finances. Il estime par ailleurs que le tribunal arbitral n’était « pas compétent pour étudier la question qui lui a été soumise ».

Moscou a aussi une autre échéance : la Cour européenne des droits de l’homme s’apprête à juger la demande de 38 milliards de dollars de dédommagement déposée par l’ancien management de Ioukos contre la Russie au profit de l’ensemble des actionnaires…

Source : Les Echos

LIBERATION / AFP : La Russie devra verser de 50 milliards de dollars aux ex-actionnaires de Ioukos, la holding de l’opposant Mikhaïl Khodorkovski.

La Russie a été condamnée par la cour d’arbitrage de La Haye à payer une indemnité record de 50 milliards de dollars aux ex-actionnaires majoritaires de la compagnie pétrolière Ioukos, démantelée par Moscou il y a dix ans dans le cadre d’un procès controversé visant l’oligarque et opposant politique Mikhaïl Khodorkovski.

«Le tribunal a de façon unanime et spécifique confirmé que l’offensive de la fédération de Russie contre Ioukos, ses fondateurs, dont Mikhaïl Khodorkovski, et ses employés, était motivée par des raisons politiques», s’est réjoui Tim Osborne, directeur de GML, l’ancien actionnaire majoritaire.

La Russie a annoncé dans la foulée qu’elle ferait appel, tout en estimant que le tribunal arbitral «n’est pas compétent» pour rendre une telle décision. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a prévenu que Moscou utiliserait «toutes les options juridiques disponibles» pour défendre sa position.

Cette décision sans précédent intervient dans une période déjà tendue pour le pouvoir en Russie, qui fait l’objet de sanctions croissantes des Occidentaux pour son implication dans la crise en Ukraine. Bien que le Kremlin ait adopté ces derniers mois une attitude de défi dans l’affaire ukrainienne, des experts ont souligné qu’il serait difficile pour la Russie d’ignorer cette décision judiciaire sans appel. «Elle sera appliquée, que ce soit avec ou sans l’accord de la Russie. Ses avoirs à l’étranger peuvent être saisis», a averti le juriste Konstantin Loukoïanov, cité par l’agence de presse russe Itar-Tass.

«MAFIA LIÉE À L’ETAT»

Il s’agit donc d’une victoire pour les représentants de GML, dont deux filiales avaient porté plainte contre Moscou aux côtés d’un fonds de pension des ex-salariés de la compagnie pétrolière. Ils estimaient avoir été floués par le dépeçage de Ioukos, l’ex-numéro un du pétrole en Russie accusé par Moscou de fraude fiscale et escroquerie à grande échelle il y a une dizaine d’années.

Ioukos avait été placé en liquidation judiciaire en août 2006, à l’issue d’un procès retentissant largement considéré comme inspiré par le Kremlin pour contrecarrer les ambitions politiques affichées par son patron Mikhaïl Khodorkovski. Le principal objectif de Moscou dans cette procédure «n’était pas de récupérer des impôts mais de précipiter la banqueroute de Ioukos au profit de l’Etat», a souligné Tim Osborne, ravi que la cour d’arbitrage permanente de La Haye ait donné raison à GML.

Cette holding basée à Gibraltar appartenait à Mikhaïl Khodorkovski, oligarque milliardaire jeté en prison à l’époque avant d’être gracié à la surprise générale en décembre dernier par le président russe Vladimir Poutine, après une décennie passée derrière les barreaux.

Khodorkovski a salué lundi la décision de la cour de la Haye, «premier tribunal indépendant à s’être penché de façon pleine et entière sur le cas Ioukos»«Du début à la fin, l’affaire Ioukos a constitué un cas exemplaire du pillage sans réserve d’une entreprise brillante par une mafia liée à l’Etat», a-t-il ajouté sur son site internet. L’oligarque a toutefois cédé ses actifs dans GML dès 2005 à son ex-partenaire d’affaires et homme de confiance Leonid Nevzline et a réaffirmé lundi qu’il ne tirerait aucun profit financier du verdict.

L’avocat des actionnaires majoritaires de Ioukos, Emmanuel Gaillard, a salué une décision «historique et unanime» de la cour d’arbitrage de La Haye après «dix ans de bataille»: l’indemnité fixée représente 20 fois le montant le plus élevé jamais exigé par cette instance.

AFP

Une source difficile à trouver : Mikhaïl Khodorkovski sur Wikipédia !

Acquisition du groupe Ioukos

Sa première expérience dans la vie économique est la création, dans le cadre du Komsomol, d’un Centre d’innovation technique, pratiquant essentiellement des activités de conseil aux entreprises d’État, ainsi que du commerce de matériel technique (ordinateurs) occidental. Selon certaines sources, il aurait également créé un café coopératif vers 1985, en pleine perestroïka. Il aurait profité de ces structures pour faire de l’importation et de la revente de faux cognac et d’autres produits occidentaux. Ce trafic lui aurait permis d’amasser assez d’argent pour fonder, en 1988, Menatep, la banque qui deviendra par la suite le holding de son groupe.

Sympa le gars…

En 1995, lors de la privatisation des entreprises russes par distribution de parts aux habitants puis ventes aux enchères, Khodorkovski rachète le groupe Ioukos (en russe : Юкос) pour 360 millions de dollars lors d’une vente critiquée : les deux seuls acheteurs autorisés par le pouvoir de Boris Eltsine à participer aux enchères étaient des compagnies détenues à 51 % par la Menatep. En 2004, la valeur de Ioukos est estimée à 27 milliards de dollars, soit une multiplication par 75 par rapport au prix d’achat lors de cette vente controversée.

Ah, une bonne privatisation conforme aux “valeurs européennes”

Influence politique

Dans les années 1990, Mikhaïl Khodorkovski fait partie d’un groupe de sept oligarques, appelé Semibankirchtchina, qui aide et finance la réélection de Boris Eltsine en 1996.

Il finance le Président qui lui a fait faire fortune donc ? Ah comme on regrette le bon vieux temps d’Eltsine…

Affaire Ioukos

Investissements américains dans Ioukos

Au début des années 2000, Khodorkowski se rapproche des Etats-Unis. Il siège au conseil d’investissement du groupe Carlyle, groupe d’investissement américain dans lequel siègent entre autres la famille Bush, la famille Ben Laden et George Soros.

A la même époque, le groupe Ioukos noue des alliances avec le groupe américain Exxon Mobil.

En 2003, Exxon Mobil et Chevron Texaco étaient supposés racheter la majorité des parts de Ioukos. Cette vente de parts de Ioukos à hauteur de 20 milliards de dollars aurait mis l’une des plus importantes compagnies de ressources naturelles russe sous contrôle d’investissements américains.

Accusations de malversations financières

Durant l’été 2003, l’entreprise Ioukos est soupçonnée de malversations financières. Le numéro 2 de l’entreprise pétrolière, Platon Lebedev (en), est arrêté par la justice le 2 juillet 2003. Suite à cette arrestation, Khodorkovski est entendu comme témoin. Trois mois plus tard, le 25 octobre 2003, il est arrêté à l’aéroport de Novossibirsk, en Sibérie.

L’avocate de Platon Lebedev, associé de Khodorkovski, déclare qu’il est une victime politique pour s’être opposé au président Vladimir Poutine.

En particulier, le chef de la sécurité de la banque Menatep puis de Ioukos, Alexeï Pitchouguine, est condamné en 2005 à 20 ans de réclusion pour le meurtre de Sergueï Gorine, un dirigeant de la banque Menatep, et de sa femme Olga. En 2007, cette sentence est commuée en peine de prison à vie après qu’il eut été reconnu coupable de trois autres meurtres :

  • Valentina Korneïeva, une femme d’affaires moscovite qui avait refusé une vente immobilière à la banque Menatep ;
  • Vladimir Petoukhov, le maire de Nefteïougansk (bâtie près d’un des plus grands gisements de pétrole de Russie), qui avait entamé une grève de la faim pour que Ioukos paie ses impôts locaux ;
  • Nikolaï Fedotov, chauffeur, tué dans l’explosion de la voiture d’Evgueni Rybine — un manager de la compagnie East Petroleum (basée à Vienne) qui avait lancé plusieurs plaintes en justice contre Ioukos (ce dernier s’en sort indemne car l’explosion s’est produite alors qu’il avait arrêté la voiture pour sortir acheter des fleurs).

Vladimir Poutine a estimé que le chef de la sécurité de Khodorkovski n’avait sûrement pas agi de sa propre initiative, concluant que ce dernier avait « du sang sur les mains » et avait « tué des gens pour protéger les intérêts économiques de sa compagnie ». Dans les faits, il n’est jugé coupable que de délits financiers (blanchiment, évasion fiscale notamment) et condamné à quatorze années de prison. Les avocats de Khodorkovski ont critiqué l’ingérence et les pressions du président dans le procès.

Le 1er novembre, les agences de presse Reuters et AFP annoncent que le tribunal de Moscou venait de prolonger de trois mois l’enfermement de Khodorkovski, ce qui repoussait sa détention jusqu’au 14 février. Jugé au printemps 2005, il est condamné le 31 mai 2005 à 9 ans de prison. Il fait appel, et le tribunal de la ville de Moscou le 22 septembre de la même année, ramène sa peine à 8 ans fermes.

En décembre 2010, Khodorkovski est condamné à 6 ans de prison supplémentaires pour « vol de pétrole » et « blanchiment d’argent », puis à 5 ans en appel. Début août 2013, sa peine de onze ans de prison a été réduite de deux mois par la Cour suprême russe ; Khodorkovski dénonce alors à nouveau un procès honteux, selon lui motivé politiquement.

Source : Wikipedia

Donc on rappelle ses propos dans la dépêche AFP qui sert de sous titre : Du début à la fin, l’affaire Ioukos a constitué un cas exemplaire du pillage sans réserve d’une entreprise brillante par une mafia liée à l’Etat» .

Tout va bien, le peuple russe va apprécier…

Le verdict Yukos, ou l’inversion de la loi : l’“esprit de TAFTA”, par Philippe Grasset

Je m’étonnais de n’avoir lu nulle part ce lien évident avec TAFTA…

La Cour Internationale d’Arbitrage de La Haye a statué sur les plaintes (en 2004) d’actionnaires de l’ancienne société pétrolière russe Yukos et ordonné à la Russie de payer autour de $50 milliards. L’un des actionnaires principaux parmi les trois sociétés plaignantes est l’oligarque russe Khodorkovski, emprisonné pour fraudes diverses après le démantèlement (équivalent à une nationalisation) de Yukos en 2004 et récemment gracié par le pouvoir russe (voir le 24 décembre 2013). Depuis, le cas général a été l’objet de diverses procédures et batailles légales, au cours desquelles la position russe a été en général favorisée, – y compris pour le cas personnel de Khodorkovski, effectivement considéré par la Cour Européenne de Strasbourg comme un délinquant majeur et non pas comme une victime d’un pouvoir politique soi-disant oppressif comme lui-même a argué après sa libération, avec l’appui de tout l’appareil de communication-Système du bloc BAO. L’affaire fleure donc la politique et si la décision tombe aujourd’hui (hier), en pleine crise ukrainienne et peu après l’affaire du vol MH17, on sera pardonné de n’y pas voir qu’un coïncidence ; par contre, il est recommandé d’y voir un cas remarquable par sa pureté absolue de l’inversion totale de la notion de justice.

Dans tous les cas, la Russie est condamnée au nom de l’article 26 de la “Charte énergétique” européenne, dans le cadre du traité de la CNUDCI que la Russie des années Eltsine a signé, mais a eu le réflexe salvateur de ne pas ratifier. Elle n’est donc pas légalement tenue d’appliquer les décisions prises dans ce cadre. Sur son siteRussiaPolitic, la juriste française résidant en Russie Karine Bechet-Golovko commente cette affaire le 28 juillet 2014. Elle reproche à la Russie d’avoir participé à ce procès, fait selon les normes anglosaxonnes, totalement manipulé dans ce sens, avec cabinets d’avocats anglosaxons, en langue anglaise, selon les habituelles procédures labyrinthiques US, etc., – c’est-à-dire, d’avoir complètement “joué le jeu” de ses adversaires anglosaxons sans avoir aucun moyen de le faire, sans détenir aucun atout à cet égard. On reconnaît là une critique qui s’adresse à l’obsession légaliste de la Russie poutinienne, et à sa tendance (peut-être en cours de révision avec la crise ukrainienne) à vouloir s’intégrer dans le système occidental du bloc BAO, tout en maintenant avec une grande force la souveraineté russe. Les deux, constate Bechet-Golovko, ne sont tout simplement pas compatibles : qui veut jouer le jeu anglosaxon, c’est-à-dire américaniste, c’est-à-dire le jeu du Système, celui-là laisse les principes au vestiaire, et notamment celui de la souveraineté.

«Sans entrer dans le fond de l’affaire, quelles leçons peuvent-être tirées ? Tout d’abord, si la Russie veut jouer selon les règles anglo-saxonnes, elle doit former ses propres juristes à cela. Quand une affaire est technique, il est possible de la “sous-traiter”. Ici et maintenant c’est du suicide. La preuve en est faite.

»Il est peut-être temps pour la Russie de sortir de sa traditionnelle position défensive pour être plus offensive. Pour cela aussi, elle a besoin d’avoir ses spécialistes à l’intérieur du pays. Mais elle doit surtout faire un choix. Car elle ne peut pas laisser jouer “les grands occidentaux” sur son dos, sans maîtriser ni le processus, ni les règles. C’est un renoncement de souveraineté et cela contrevient totalement à sa politique et à son discours souverainiste. Les effets s’annulent donc les uns les autres et entraînent une certaine confusion, notamment à l’intérieur.

»Les réactions peuvent être de contester en justice, mais en attaquant réellement cette fois-ci. Ou alors le moment est peut-être venu de sortir de certains organismes internationaux dont les processus sont de plus en plus politisés. Rappelons que les Etats Unis sont particulièrement réticents à reconnaître la juridiction internationale.»

Une autre intervention est intéressante à lire, qui est celle d’un gestionnaire de fonds énergétiques résidant à Moscou, Eric Kraus. Interviewé par Russia Today le 28 juillet 2014, il prend l’affaire du point de vue technique mais selon un arrière-plan politique marqué, et aussi développe le contexte politique et les conséquences politiques de cette affaire. Selon Kraus, la Russie ne payera pas, et aucun mécanisme juridique n’existe qui puisse l’y obliger. Mais au-delà, Kraus voit dans ce jugement, d’abord un acte d’agression indirect mais puissant du bloc BAO, spécifiquement les USA, contre la Russie, et d’autre part un point de rupture supplémentaire, et peut-être majeur, entre la Russie et le susdit bloc BAO.

Russia Today : «The International Arbitration Court in the Netherlands has ended a decade long case against Russia brought by shareholders in the defunct Yukos oil company. Why after so many years [did it crop up] today?»

Eric Kraus : «I think the timing is extremely suspicious. The entire judgment is rotten. Mr. Khodorkovsky was found guilty not only in Russian courts, but that guilty sentence for tax evasion and fraud was upheld by the European Court of Human Rights. It is an outrage that anyone should imagine that Russia is going to pay 50 billion dollars to these criminals.»

Russia Today : «How will the situation develop? Will Russia pay this sum?»

Eric Kraus : «How it is going to develop? Basically this is a judgment which is going to have no real consequences. The Russian state will never pay. The Russian Duma never ratified the treaty under which this judgment has been made. It is not a legally binding judgment. To get settlement from the Russian state is impossible. I would invite you to look at the attempts that have been made to enforce judgments against Argentina, which have failed.

»But this judgment is significant as it marks a true divorce between Russia and the West. I personally have been working for 17 years to build economic relations between Russia and the West and we have failed. Russia must now turn away from Western powers and look to the rising world, to the rising countries of the East.»

Russia Today : «Is there somebody behind such a sudden arbitration decision? Or the International Arbitration Court in the Netherlands has just finally examined the case to pronounce judgment?

Eric Kraus : «Personally I would put the responsibility with Washington, not with Europe. Europe is the tail, Washington is the dog. Europe has not been able to articulate a reasonable foreign policy response, and there are people in Washington who make very good careers out of creating trouble with Russia, out of portraying Russia as the enemy. Russia is not the enemy, but Russia is an independent state with its own needs, its own foreign policy and this obviously does not please Washington.»

Russia Today : «Is it a fair decision meaning how much fraud was conducted by the ex-Yukos and Menotep officials?

Eric Kraus : «It strikes me as a very political decision. The West manages to create this illusion of fair play, of rule of law, of fairness in the judicial process, and this is a bad joke. Russia will appeal it but even if they lose an appeal, there is essentially no way to enforce the judgment unless the Russian state decides to pay it, and I do not see the Russian state paying money to a group of murderers and fraudsters. The people who ran Menotep were the worst old-type oligarchs, and Russia is simply not going to pay. There is no mechanism that I am aware of for enforcing payment.»

Cette affaire Yukos-Russie apparaît comme archétypique, comme exemplaire des conditions nouvelles, post-postmodernes de l’affrontement en cours. Le Système (les USA) y tient une place essentielle, en utilisant tous les artifices des structures financières et juridiques étendues au niveau international d’une part, en utilisant ses alliés, les élites-Systèmes internationales corrompues, et, nouvel allié qui prend une place privilégiée avec tout ce qui gravite autour du centre de fusion ukrainien, le crime organisé du monde ex-communiste, les oligarques profiteurs de l’effondrement de l’URSS devenus internationalistes, etc. De ce point de vue, l’affaire Yukos est un acte de guerre, d’une guerre menée contre tout ce qui est structurant, contre les principes organisant cette structuration, dont le principe de la souveraineté d’abord. Il y est bien sûr question de la souveraineté des nations, de la légitimité des gouvernements, attaquées par la poussée de surpuissance-autodestruction du Système, ce qui nous ramène à l’affrontement Système versus antiSystème. Encore une fois, il est impératif, pour bien situer l’enjeu et les modalités de son opérationnalité, d’établir un lien serré entre ces divers événements, éléments d’une même crise, et, pour le cas qui nous intéresse ici, entre la crise ukrainienne et cette affaire du jugement sur le cas Yukos. Nous voulons dire par là que l’affrontement n’est pas d’essence géopolitique, même s’il emploie ici (en Ukraine) l’outil de la géopolitique, – mais aussi, on le voit bien, l’outil de la communication. Derrière les outils, c’est la lutte suprême du Système contre l’antiSystème, une lutte à mort qui se fait sans nécessité de savoir ce qui pourrait en résulter, y compris en cas de “victoire” de l’antiSystème, puisque tout tourne autour d’une seule question, d’un seul enjeu dont tout dépend et à partir duquel, si c’est l’issue de l’affrontement, tout sera différent, – dito, la destruction du Système et rien de moins.

D’autre part, on a pu voir à l’œuvre, avec ce jugement, un avant-goût extrêmement prononcé de l’“esprit TAFTA”, ou de ce que deviendrait la situation des pays européens en cas de réalisation du monstrueux accord de libre-échange transatlantique TAFTA (TTIP en anglais). L’essentiel de cet accord ne porte pas sur le libre échange, sur le commerce, etc., mais sur la destruction assurée des principes de souveraineté et de légitimité, avec la réduction totale des gouvernements pour l’administration et le contrôle des pays qu’ils sont censés conduire, puisque ces gouvernements seraient à la merci de l’attaque permanente des grands groupes industriels transnationaux, souvent avec des organismes de “justice” absolument acquis à leur cause. Là aussi, le raccourci est saisissant, à partir de la crise ukrainienne, de la poussée hystérique de russophobie, et du lien véritable qu’il faut établir avec l’accord TAFTA/TTIP en cours de négociation. C’est dire également, avec ce dernier cas, combien le désordre est grand, puisqu’on voit qu’au jugement fondé de Kraus sur l’affaire Yukos («a true divorce between Russia and the West») se substitue une perspective plus complexe, également fondée, où l’“Ouest” lui-même se trouve agressé par ses propres productions-Système, – justifiant l’énoncé surpuissance-autodestruction de sa dynamique. (On peut même ajouter, pour renforcer encore la complexité, que TAFTA/TTIP est considéré avec une extrême méfiance, sinon avec hostilité par une grande partie du public US, et une partie importante de la représentation législative, notamment les démocrates du Sénat, et particulièrement le leader de cette majorité démocrate, Harry Reid. TAFTA/TTIP est bel et bien une production du Système.)

Source ; P Grasset

Affaire Yukos: la Russie vient de s’offrir une leçon à 50 milliards de dollars, par Karine Bechet-Golovko

Il est des leçons qui coûtent cher, mais il peut être encore plus risqué de ne pas en tirer toutes les conséquences, aussi désagréables soient-elles. La Russie vient d’être condamnée en arbitrage international à payer plus de 50 milliards de dollar de compensation à trois actionnaires offshore de Yukos en violation des dispositions de la Charte européenne de l’énergie du 17 décembre 1994 dans le cadre de la CNUDCI, la Commission de l’ONU pour la mondialisation de la réglementation commerciale, qui s’est également trouvée dotée d’un mécanisme d’arbitrage international. Or, la Russie n’a pas ratifié cette Charte. Plusieurs questions se posent donc. Pourquoi la Russie a nommé un arbitre auprès d’un tribunal arbitral dont elle ne reconnaît pas la compétence? Pourquoi un tribunal arbitral peut être compétent dans une affaire quand l’Etat visé ne reconnait pas sa compétence? Pourquoi la Russie recours-elle à des cabinets d’avocats américains ? Quelles sont les conséquences? Peut-on réellement dire que la décision est politique?

Le 2 novembre 2004, trois compagnies offshores situées à Chypres, Hulley, YUL et UPL, qui sont trois actionnaires de la OAO Yukos Oil Company, s’adressent au Président russe pour contester ce qu’ils considèrent être l’expropriation illégale de Yukos faite par l’Etat russe au profit de compagnies étatiques. La procédure amiable échoue et ces trois actionnaires s’adressent à l’arbitrage institué auprès de la CNUDCI.
En effet, cette procédure a la particularité, par rapport aux autres procédures d’arbitrage, de prévoir la possibilité, grâce à l’article 26 de laCharte énergétique, de permettre aux investisseurs – ici aux actionnaires – de défendre leurs intérêts en arbitrage, sans que l’Etat ne donne son consentement inconditionnel. C’est un pas phénoménal dans la lutte contre la justice étatique, ressentie comme un mécanisme de soumission du business à la souveraineté des Etats. Par ce renversement des valeurs, l’on met des compagnies internationales au-dessus des lois nationales, quasiment au même niveau que les Etats.
Or, si la Russie des années 90 a eu la faiblesse de signer cette Charte, elle a eu le réflexe de ne pas la ratifier. Cette Charte, quelle que soit son appellation, est un simple traité international. Il ne peut donc être opposable qu’après ratification, dans le cas contraire il ne peut produire aucun effet juridique envers l’Etat qui ne l’a pas ratifié.
Donc comment apprécier la compétence de la juridiction? Et en effet, la Russie a contesté pendant 4 ans cette question. Le 15 octobre 2005, elle rejette la compétence du tribunal arbitral, qui finira quand même par se reconnaître compétent lui-même en 2009. En effet, les investisseurs peuvent le saisir sans le consentement de l’Etat visé. C’est plus simple.
Etant dans une impasse, comprenant qu’elle peut de toute manière se faire condamner sans même avoir un arbitre pour la défendre, elle en nomme un, un américain. Donc concernant le droit russe, pour une affaire qui touche une société russe, qui se trouve en Russie, les règles de la Charte énergétique non ratifiée par la Russie seront appliquées contre elle par des “arbitres” dont aucun n’est russe.
Pour achever le tableau, la Russie recourt aux services de deux cabinets américains, Cleary Gottlieb Steen and Hamilton et Baker Botts LLP. La langue “choisie” est exclusivement l’anglais et le règlement se fait à La Haye.
Donc, la Russie accepte de jouer le jeu de cet arbitrage qu’elle ne reconnaît pas, selon des règles qu’elle ne maîtrise pas et sans reconnaissance de sa langue nationale comme langue de procédure.
Toutefois, si la Russie estime qu’une telle procédure est apte à être équitable, à respecter les intérêts légitimes de la Russie, pourquoi ne recourt-elle pas aux services de cabinets juridiques russes? Peut-on réellement penser qu’un grand cabinet d’avocats américains va réellement se battre pour la Russie dans une affaire aussi politique au risque de perdre en image? C’est absurde et naïf. Pourquoi aussi avoir choisi un arbitre américain? En définitive, l’affaire se joue “entre soi”, dans une logique exclusivement anglo-saxonne, à laquelle la Russie s’est alors pliée, soit par naïveté, soit par incompétence.
Ensuite, le déroulé du procès est intéressant. La personnalité des témoins-experts. D’un côté, l’on appelle, notamment, des personnalités à caractère politique en tant que témoins ou experts. Par exemple, Leonid Nevzlin, le numéro deux de Yukos qui est parti en Israel ou Andreï Illarionov, l’ex-conseiller du Gouvernement et l’un des symboles de l’opposition anti-Poutine. De véritables experts, en effet, d’une objectivité incontestable.
Face à cela, la position russe cherchant des experts juristes n’émettant qu’un avis “défensif” totalement décalé du contexte politique.
Résultat, la Russie est très lourdement condamnée. La somme est historique. L’agence Reuters affirme même que cela tombe dans une période de grande stabilité financière de la Russie et qu’il est possible qu’elle prenne fin. Surtout si l’on pense que dans quelques jours la CEDH va rendre une décision qui pèse également plusieurs milliards. La décision tant attendue apparaît juste après le crash du Boeing et dans le contexte de tension internationale que nous connaissons. Ce peut être le moyen de faire plier la Russie, si elle ne veut pas détruire son économie et renoncer à sa politique.
De plus, elle a 10 jours à compter du prononcé de la décision pour faire appel. Et comme le tribunal arbitral se trouve à La Haye, l’appel se ferait devant les juridictions nationales hollandaises. Après le crash, peut-on garantir une réelle impartialité?
Sans entrer dans le fond de l’affaire, quelles leçons peuvent-être tirées.
Tout d’abord, si la Russie veut jouer selon les règles anglo-saxonnes, elle doit former ses propres juristes à cela. Quand une affaire est technique, il est possible de la “sous-traiter”. Ici et maintenant c’est du suicide. La preuve en est faite.
Il est peut-être temps pour la Russie de sortir de sa traditionnelle position défensive pour être plus offensive. Pour cela aussi, elle a besoin d’avoir ses spécialistes à l’intérieur du pays. Mais elle doit surtout faire un choix. Car elle ne peut pas laisser jouer “les grands occidentaux” sur son dos, sans maîtriser ni le processus, ni les règles. C’est un renoncement de souveraineté et cela contrevient totalement à sa politique et à son discours souverainiste. Les effets s’annulent donc les uns les autres et entraînent une certaine confusion, notamment à l’intérieur.
Les réactions peuvent être de contester en justice, mais en attaquant réellement cette fois-ci. Ou alors le moment est peut-être venu de sortir de certains organismes internationaux dont les processus sont de plus en plus politisés. Rappelons que les Etats Unis sont particulièrement réticents à reconnaître la juridiction internationale.

Source : Russie Politics

Pourquoi la Russie doit-elle payer 50 milliards de $ de dommages-intérêts ? par Kiergaard

e me propose dans cet article d’offrir une présentation un peu plus juridique que ce qu’on pourra en lire de la sentence rendue publique aujourd’hui par la Cour Permanente d’Arbitrage de la Haye.

 

Les trois juges qui ont rendu les sentences. De gauche à droite : M. le juge Stephen M. Schwebel (États-Unis), L'Honorable L. Yves Fortier (Canada), Dr Charles Poncet (Suisse)

Les trois juges qui ont rendu les sentences. De gauche à droite : M. le juge Stephen M. Schwebel (États-Unis), L’Honorable L. Yves Fortier (Canada), Dr Charles Poncet (Suisse)

Communiqué de la Cour Internationale d’Arbitrage : 

Le 18 juillet 2014, les Tribunaux arbitraux constitués en vertu du Traité sur la Charte de l’Énergie ont rendu leurs sentences finales dans trois affaires impliquant des anciens actionnaires de OAO Yukos Oil Company (« Yukos ») et la Fédération de Russie.

Les arbitrages ont été introduits en 2005 par les anciens actionnaires de Hulley Enterprises Limited (Chypre), Yukos Universal Limited (île de Man) et Veteran Petroleum Limited (Chypre) («demanderesses »).

Les parties se sont accordées pour que les affaires soient entendues ensemble devant des Tribunaux arbitraux identiques. Les Tribunaux arbitraux étaient composés de L’Honorable L. Yves Fortier PC CC OQ QC du Canada (président), Dr Charles Poncet de Suisse et M. le juge Stephen M. Schwebel des États-Unis d’Amérique.

Dans les sentences finales, les Tribunaux arbitraux ont décidé à l’unanimité que la Fédération de Russie avait adopté des mesures ayant un effet équivalent à une expropriation des investissements des demanderesses dans Yukos et, par conséquent, violé l’article 13(1) du Traité sur la Charte de l’Énergie. En conséquence, le Tribunal arbitral a ordonné à la Fédération de Russie de verser aux demanderesses des dommages-intérêts à titre d’indemnisation.

Parallèlement, les Tribunaux arbitraux ont constaté certaines fautes secondaires de la part des demanderesses, ce qui a conduit les Tribunaux à réduire le montant des dommages-intérêts accordés.

Sentences du Tribunal d’Arbitrage

Sentence concernant Ioukos

Sentence concernant Hulley Enterprises Limited

Sentence concernant Veterand Petroleum Limited
N.B : Les analyses qui suivent ne peuvent pas reprendre l’intégralité du processus et du raisonnement du juge, les trois sentences font 1800 pages au total (3 fois la même de 600 pages). Cependant, j’essayerai d’être précis.

  • Un point central de procédure : Pourquoi la Russie est-elle condamné pour un traité qu’elle n’a pas ratifié ? 

C’est un fait, la Russie a signé le Traité sur la Charte de l’Énergie (texte – informations synthétiques sur l’accord) en 1994 (contrairement aux États-Unis et au Canada, l’une des raisons pour laquelle ce sont un juge américain et canadien je pense) mais ne l’a jamais ratifié. Cela a d’ailleurs parfois été une pomme de discorde entre l’UE et la Russie, pomme de discorde jugée superficielle dans un rapport d’information sénatorial de 2006 d’ailleurs.

Pourquoi donc est-elle concernée par cette décision ?

L’interprétation des dispositions de l’article 45 a constitué le point central lors de l’examen de la recevabilité de la requête (page 88 à 145), le premier examiné par le Tribunal. En vertu de l’article 45.1 du Traité (Application provisoire) : « Les signataires conviennent d’appliquer le présent traité à titre provisoire, en attendant son entrée en vigueur pour ces signataires conformément à l’art. 44, dans la mesure où cette application provisoire n’est pas incompatible avec leur Constitution ou leurs lois et règlements ». Le point 2. de l’article prévoit un second cas Le point 3. a), b) et c) de cet article dispose également que : «a) Tout signataire peut mettre un terme à son application provisoire du présent traité en notifiant par écrit au dépositaire son intention de ne pas devenir partie contractante au présent traité. La fin de l’application provisoire prend effet, pour tout signataire, à l’expiration d’un délai de 60 jours à compter du jour où le dépositaire reçoit la notification écrite du signataire. – b) Lorsqu’un signataire met fin à son application provisoire en vertu du point a), l’obligation qu’il a, en vertu du par. 1, d’appliquer les parties III et V à tout investissement réalisé dans sa zone au cours de l’application provisoire par des investisseurs des autres signataires reste néanmoins valable, en ce qui concerne ces investissements, pendant vingt ans à compter de la date effective de fin d’application, sauf disposition contraire du point c). – c)  Le point b) ne s’applique pas aux signataires énumérés à l’annexe PA. Tout signataire est retiré de la liste figurant à cette annexe dès qu’il a adressé une demande à cet effet au dépositaire ». 

La Russie n’a pas eu le nez creux lors de la signature de l’accord et n’a pas suivi le même régime juridique que l’Allemagne, la République-Tchèque, la Hongrie, la Pologne, la Slovaquie et la Lituanie qui ont refusé de se voir appliquer l’article 45, point 3, b). Concernant la Russie, cela signifie que les parties III (Promotion et Protection des Investissements), IV (Dispositions Diverses) et V (Règlements des Différends). Concernant la Partie V, c’est l’article 26 qui règle la question des différends entre investisseurs et états.

Concernant l’interprétation de l’article 45, le Tribunal écarte le moyen, invoqué par les requérants,  tiré du lien automatique entre la déclaration exigée à l’article 45.2 et la protection potentiellement offerte à l’État à l’article 45.1. Il écarte ensuite l’argument tiré de la nécessité d’une déclaration formelle pour que l’état estime que l’application provisoire de certaines dispositions est incompatible avec sa Constitution, ses lois ou ses réglements. Tout le débat s’est donc focalisé sur l’interprétation de la portion de phrase suivante : “Les signataires conviennent d’appliquer le présent traité à titre provisoire, en attendant son entrée en vigueur pour ces signataires conformément à l’art. 44, dans la mesure où cette application provisoire n’est pas incompatible avec leur Constitution ou leurs lois et règlements“. Le Tribunal a estimé que cette phrase devait se lire, non pas comme s’il fallait interpréter chaque article du traité pour voir si l’application provisoire de telle ou telle disposition était compatibles avec les règles nationales, mais comme si le principe de l’application provisoire de l’ensemble du Traité était compatible avec les règles nationales. Cette approche “tout ou rien” est défavorable aux états. Cette interprétation étant posée, la Russie s’est retrouvé relativement démunie pour contester que l’application de l’ensemble du traité pouvait être en soi contraire à ses règles nationales. On le voit clairement à partir de la page 122 de la sentence sur la recevabilité. In fine, on renvoyait uniquement à la question de savoir si la Russie avait bien signé le traité.

Le tribunal a néanmoins pris la peine de préciser que le fameux article 26 n’était pas incompatible avec les règles nationales russes dans le contexte de l’affaire. La conclusion (page 146) était que le Traité s’appliquait à la Fédération de Russie en entier en ce qui concerne les investissements réalisés en Russie. (Dans la foulée de cette décision elle a cessé l’application  provisoire des dispositions du traité).

  • Quelles ont été les autres points pour conclure à la recevabilité de la demande ?

Je passe rapidement :
– Le Tribunal a conclu que les requérants étaient des “investisseurs protégés” qui “possédaient ou contrôlaient” un “investissement” au sens du Traité sur la Charte de l’Énergie.

– Concernant l’interprétation de l’article 17 (Non application de la partie III dans certaines circonstances). Le Tribunal adopte tout d’abord une interprétation du point 1 de cet article s’opposant à une application rétroactive par la Russie. Ensuite elle estime que la détention du demandeur (la société) par des trusts de Gibraltar et Guernesey les rattache au Royaume-Uni et ne permet pas de le considérer comme un “ressortissant d’un pays tiers” au sens de l’article 17, point 1. De même, la Russie n’était pas un état tiers.

– Le Tribunal écarte rapidement les autres moyens ou renvoi au stade ultérieur de l’arbitrage.

N.B : À la dernière page de la décision sur la recevabilité, on trouve un schéma de la structure de la Holding Ioukos qui n’est pas inintéressant.

  • Quel verdict ? 

La Russie est accusée d’avoir reconnu coupable d’avoir violé ses obligations au titre de  l’article 13 du Traité sur la Charte de l’Énergie, notamment le point 1 qui prévoit que : « Les investissements d’un investisseur d’une partie contractante réalisés dans la zone d’une autre partie contractante ne sont pas nationalisés, expropriés ou soumis à une ou plusieurs mesures ayant des effets équivalents à une nationalisation ou à une expropriation, dénommées ci-après «expropriation», sauf lorsque cette expropriation:

a) est effectuée pour des motifs d’intérêt public;
b) n’est pas discriminatoire;
c) est effectuée avec les garanties prévues par la loi, et
d) est accompagnée du prompt versement d’une compensation adéquate et effective.

Cette compensation équivaut à la valeur marchande équitable de l’investissement exproprié au moment qui précède immédiatement celui où l’expropriation ou l’annonce de l’expropriation a été officiellement connue et a affecté la valeur de l’investissement, ci-après dénommé «date d’estimation» (…) ».

En conséquence, la Russie doit (hors coûts judiciaires) verser 40 milliards de dollars à Hulley Enterprise Limited, 8 milliards de dollars à Veterand Petroleum Limited et 1.8 milliards à Yukos Universal Limited (arrondi).

  • Quelle motivation des juges ?

Je vais à nouveau la faire brève :

– La Tribunal estime que les requérants (Ioukos et actionnaires etc…) ne pouvaient pas s’attendre à une telle réaction de la Russie dans l’application de sa législation fiscale, même au regard de l’incertitude pesant sur la légalité de nombreuses opérations de l’entreprise. Les arrestations et le montant des amendes ne pouvait pas être anticipé par les requérants (point 1578).

– Le Tribunal estime, comme d’autres tribunaux avant lui, que “l’objectif premier de la Fédération de Russie n’était pas de collecter des taxes, mais plutôt de mettre en faillite Yukos et de s’approprier ses actifs précieux“. Cette conclusion est déduite du traitement judiciaire infligé aux requérants. On ne parle pas ici des conditions de détention ou autre, mais principalement du montant de recouvrement de TVA infligé à YNG (Yugansneftegaz) (13 milliards de dollars) et de sa mise aux enchères à un prix minime. Cependant, le tribunal relève que pour ses actions, justifiées ou non, Yukos aurait été en mesure de payer sans avoir à être mise en faillite et liquidée.  Le tribunal précise entre parenthèses : “à moins que la Fédération de Russie ait eu pour but sa liquidation et ait trouvé de nouveaux motifs supplémentaires pour parvenir à cette fin, ce que le second procès criminel de Messieurs Khodorkovski et Levedev suggère en effet“.

– Le Tribunal estime que les mesures prises par la Russie s’analyse comme des mesures ayant un “effet équivalent à une expropriation” au sens de l’article 13 du Traité sur la Charte de l’Énergie.

– Les 4 conditions cumulatives prévues à l’article 13 ne sont pas remplies :
1° L’intérêt public de la “destruction” de la première compagnie pétrolière russe est “profondément questionnable”.
2° Le traitement de Yukos aurait pu être discriminatoire eu égard au traitement des autres compagnies, mais aucune des parties n’a pu prouver ou infirmer de manière satisfaisante cette assertion.
3° Les mesures prises par la Russie n’ont pas été effectuées avec “toutes les garanties prévues par la loi” notamment eu égard au traitement des accusés et au fait qu’il semble que le tribunal se soit plié à la volonté du Kremlin en mettant en faillite la compagnie, en assignant ses actifs à une entreprise contrôlée par l’état et en incarcérant un homme qui donnait des signes de devenir un opposant politique.
4° Il n’y a pas eu de compensation juste et équitable.

La responsabilité de la Russie est donc établie. 

Le Tribunal a cependant reconnu des fautes secondaires de la part des requérants. Fautes secondaires dont le Tribunal a néanmoins estimé qu’elles ont contribué à 25% du préjudice qu’ils ont éprouvés du fait de la destruction de Yukos (point 1637). Proportion qualifiée de juste et raisonnable par le Tribunal (le mode de fixation étant laissé à l’appréciation des juges).

  • Mode de calcul du dommage subi

Le mode de calcul exact du dommage est relativement complexe au niveau des estimations (voir annexes), mais assez simple dans sa logique :

Pourquoi la Russie doit-elle payer 50 milliards de $ de dommages-intérêts ?

Le cadre général de détermination du dommage est fixé par l’article 26, point 8 du Traité sur la Charte de l’Énergie et par les articles 34 à 39 de la Résolution 56/83 de l’AG de l’ONU sur la responsabilité de l’État pour fait internationalement illicite. Plusieurs experts ont été engagés pour discuter de la fixation des montants, les juges ont appréciés plusieurs travaux de la doctrine etc… La méthode retenue à été d’appliquer au montant de titres détenus par les requérants un intérêts égal à la moyenne des taux à 10 ans des Bons du Trésor américain (c’est un peu plus compliqué en réalité, le montant des dividendes perdus etc… est pris en compte).

Le Tribunal laisse à la Russie une période de grâce de 180 jours avant que des intérêts supplémentaires ne soient appliqués en cas d’absence du paiement. 

Le montant du dommage et donc des dommages-intérêts aurait pu être diminué de près de la moitié sans la pratique habituelle des tribunaux d’arbitrage de laisser le requérant choisir entre la valorisation boursière à la date de l’expropriation ou celle à la date de la décision (division par 2 du montant). 

Pour simplifier, le montant total est le suivant : Montant des titres détenus par les requérants estimés à la date de la décision (30 milliards de dollars) + Montant des dividendes et intérêts sur dividendes qui aurait été payé sur la période (36 milliards de dollars !). Cette somme totale étant minorée de 25% en raison de la reconnaissance d’une responsabilité dans le préjudice subi par la victime de 25% = 50 milliards de dollars.
La Russie doit rembourser également près de 60 millions de dollars en frais de procès sur toute la période (!) soit 75% du montant total mobilisé. 

Conclusion 

On pourrait dire que les détails d’un accord juridique international ont mené la Russie à perdre un procès en raison d’agissements relevant de ses affaires intérieures. C’est très probablement ce que l’on doit penser en ce moment même à Moscou en se maudissant de ne pas avoir pris plus de précautions au moment de la signature de cet accord jamais ratifié. 

On peut également s’inquiéter de cette nouvelle démonstration de la puissance des investisseurs privés au sein des tribunaux arbitraux qui n’hésitent pas à s’appuyer sur les clauses les plus techniques des traités internationaux pour mettre en difficulé des états-souverains. Dans le contexte de la négociation du TTIP et de la discussion sur les mécanismes de règlement des différends investisseurs-états, la question va se poser surtout quand on connaît la puissance financière des holdings américaines. 

L’affaire étant couverte par les articles 1049 et 1050 du Netherlands Arbitration Act de 1986, un appel est possible devant un second tribunal arbitral (il me semble)

P.S : Contrairement à la dépêche AFP, la Russie n’a pas été condamnée à une “amende” mais à indemniser des parties. 

Source : www.points-de-vue-alternatifs.com

 

70 réponses à La Haye condamne la Russie à payer 50 milliards de dollars dans l’affaire Ioukos

  1. Kairos Le 30 juillet 2014 à 17h21
    Afficher/Masquer

    Cela n’augure rien de bon pour le futur Traité Trans-Atlantique.

    Les décisions souveraines d’un Etat envers ses citoyens, que nous aimions ou pas, n’ont pas à être jugées et encore moins sanctionnés par des étrangers.


    • Daniel Le 30 juillet 2014 à 19h06
      Afficher/Masquer

      Il s’agit d’un cas d’ingérence, bien sûr, et on sent le doigt de Washington là dedans. D’ailleurs, c’est assez révélateur que Khodorkovski n’ait pas fait appel à des cabinets européens mais à des cabinets américains !


  2. caroline Porteu Le 30 juillet 2014 à 17h27
    Afficher/Masquer

    Un très bon article et quelques compléments sur Khodorkovski

    http://reseauinternational.net/qui-est-mikhail-khodorkovski/


  3. Armiansk Le 30 juillet 2014 à 17h37
    Afficher/Masquer

    Pour y contribuer assez souvent, je dois prévenir que Wikipédia n’est pas une source. De plus, Wikipédia vise l’exactitude et non la vérité (en toutes lettres).
    Cela paraît parfois déroutant ou contradictoire, mais c’est le prix pour un travail collaboratif. En l’espèce, certains passages que vous indiquez en gras ne sont pas sourcés. Ainsi de la condamnation de Pitchouguine à 20 ans de réclusion, dont on retrouve sans peine le pseudo de l’auteur de cette partie (10 janvier 2011). Puisque vous comme moi admettons qu’une source journalistique est discutable, une information sans référence l’est plus encore. Présentement, la wikipédia russe fournit trois sources de qualité, donc l’info est acquise.

    Tout cela pour dire que citer Wikipédia comme source décrédibilise le propos. Je ne déconseillerais certes pas de l’utiliser à fin d’illustration ou de complément. Par contre, il conviendrait de ne pas la présenter comme source „primaire“, et en toute occasion de rappeler la source sur laquelle elle s’appuie ou de fournir une validation tierce.


    • caroline Porteu Le 30 juillet 2014 à 17h48
      Afficher/Masquer

      Pour çà que j’ai cité l’article de Latsa , Français travaillant à Moscou , qui collabore à Ria Novosti et à la Voix de la Russie . Il est en général précis, pointilleux et bien informé .
      J’aurais du citer son article directement plutôt que la reprise qu’en a fait réseau international qui est un bon site d’informations factuelles aussi et qui reprend de nombreux articles plutôt sérieux et instructifs en en citant toujours les sources.

      Ils ont une opinion et ils l’expriment , ce qui est également leur droit .

      Je pense que la diabolisation d’un certain nombre de pensées ou de sites , nous a masqué la vérité des faits pendant un bon moment , ainsi que les processus en train de s’enclencher. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise source , il y a de l’information , ensuite , si celle ci se recoupe , elle gagne en crédibilité .

      Derrière , il est évident que les informations distribuées dépendent aussi des opinions de ceux qui crèent ces sites de réinformation . Et çà c’est juste humain et au contraire , c’est bien la diversité des opinions qui nous permet de nous en forger une qui nous soit propre , à condition qu’elles aient le droit d’être exprimées .


    • harvest02 Le 30 juillet 2014 à 22h44
      Afficher/Masquer

      “citer Wikipédia comme source décrédibilise le propos”
      actement, et il ne faut pas hésiter à rappeler la nationalité américaine de wikipedia, qui est par ailleurs une mine d’informations à condition d’éviter les sujets sur l’Histoire et la politique.
      Dans ces deux domaines, il n’y a pas de diversité d’opinion autorisée;


      • Armiansk Le 31 juillet 2014 à 11h57
        Afficher/Masquer


        Par exemple, le message précédent use du déshonneur par association «wikipédia est américain + les américains, c’est mal = wikipédia, c’est mal», et une affirmation non-sourcée : on ne saura peut-être jamais de quels «sujets sur l’Histoire et la politique» il est question, si harvest02 a tenté vainement de les améliorer, ni quelle rancœur il conserve d’une expérience malheureuse.
        On n’a pas non de renseignement sur la diversité d’opinion, quoique le sophisme axiomatique m’en donne des idées. Effectivement, si vous y écrivez que le ciel est vert-framboise, il y a peu de chance que les autres intervenants conservent votre opinion. Par contre, si vous écrivez que d’après une étude spectrophotométrie réalisée par des chercheurs de pointe, le ciel est vert-framboise, ça pourrait rester… Enfin, on n’est pas là pour ergoter sur votre prise en main de wikipédia ou de vous faire un cours sur les raisonnements fallacieux.


        • harvest02 Le 31 juillet 2014 à 19h00
          Afficher/Masquer

          Réponse relevant typiquement de la dialectique éristique:
          Tentative d’élargissement du propos initial en ajoutant des assertions qui n’y sont pas (‘les américains c’est mal’), et application maladroite des stratagèmes recensés par Schopi (I, III, XI et même VIII).
          Passons sur la démonstration “wikipedia c’est bien” appuyée sur un article de wikipedia ! Habitué à se contenter intellectuellement de peu, il est difficile de prendre du recul. La grande rigueur méthodologique de notre ami révèle sans doute un “acteur” assidu de wikipedia, voire un modo.
          P.S. pour le modérateur du blog: Si vous n’aviez pas sucré l’exemple du CRIF que j’avais cité, Armiansk n’aurait pu faire semblant d’ignorer de quels sujets sensibles je parlais. Mais c’est apparemment sensible pour vous aussi. Auriez-vous l’amabilité d’en expliquer la raison ?


  4. Moi Le 30 juillet 2014 à 17h41
    Afficher/Masquer

    Les USA sont en train de faire payer la Russie (ici et en Ukraine) pour l’aide décisive apportée à Assad et qui les a empêchés de le renverser en intervenant militairement. On verra si la Russie a les reins assez solides pour faire mal aux Américains (c’est-à-dire au dollar) et ainsi leur faire relâcher la pression. Mais rien n’est moins sûr, la puissance américaine est à son zénith et même une alliance sino-russe ne leur feraient pas peur.


    • caroline Porteu Le 30 juillet 2014 à 17h52
      Afficher/Masquer

      Oh non , c’est encore pire .. On est totalement dans le plan Bzrezinski pour la conquête de l’Eurasie .
      L’ennui c’est que Poutine a dû lui aussi lire son Grand échiquier .

      Je viens de faire un article sur ce sujet qui a été repris par pas mal de sites :
      Face aux faiseurs de guerre, l’armée des Ombres .

      Vineyard me l’a même repris hier ^^^^ et j’ai le droit d’en parler (clin d’oeil à Olivier) .
      http://bit.ly/1pFG2Eo


      • Michel Roissy Le 30 juillet 2014 à 18h39
        Afficher/Masquer

        Bel article, c’est propre, net et sans bavure !

        Tout à fait d’accord sur la ré-appropriation de l’information par la sphère citoyenne devant la faillite (je devrais dire la lâcheté, la vénalité… et encore plein d’autres qualificatifs…) de la presse occidentale. Serait-ce l’émergence d’un 5ème pouvoir, le 4ème étant atteint de psittacisme ?

        En fait, j’aimerais bien le croire mais, dans notre époque de décérébrés où le réflexe médullaire tient lieu de pensée profonde, où un BHL peut faire croire qu’il est philosophe juste parce qu’il en porte la panoplie (et encore, ce sont des oripaux connotés XIXème siècle -brushing façon romantique et chemise du même métal -, c’est dire s’il est “up to date”).

        J’aimerais donc disais-je avant d’être brutalement interrompu par moi même, bien y croire mais combien sommes nous à rechercher une information autre que celle préformatée et orientée ? Moi même j’ai longtemps cru à ces fariboles et pourtant, je suis de la génération qui criait US go home” et “paix au Vietnam…

        Quand j’essaie de brancher sur ce site des amis, des connaissances, de la famille, parfois indécis, parfois révoltés par l’attitude des méchants russes, la réponse est souvent “ah ben ouais mais c’est trop long à lire”. Voilà le credo politique de bon nombre de nos concitoyens.

        Il est vrai que ce temps de lecture empiète dramatiquement sur les émissions de Naguy, “Plus belle la vie” et “qui veut gagner des brouzoufs”.

        Mais je ne découvre rien de nouveau, “panem et circenses” n’est pas une invention récente !

        Pour ce qui est du Tribunal de la Haye, les russes ont été bien naïfs (ou ont trop voulu jouer l’état de droit, curieux de la part d’un soi-disant dictateur) de croire que celui ci serait impartial. Il est aux ordres comme la plupart des instances internationales… voir l’ONU “ce machin” comme disait de Gaulle, ONG comprises.

        Bon, ça y est, j’ai fait mon coup de calcaire du soir… N’empêche que, cette fois, samedi 2 août 15h, je serai place de la République, même si ça ne sert ç rien, ça aura un effet cathartique.


      • Joanna Le 30 juillet 2014 à 20h30
        Afficher/Masquer

        Bravo pour votre article.
        A faire connaître le plus largement possible car les intoxiqués par les medias mainstream sont encore très largement majoritaires.


      • harvest02 Le 30 juillet 2014 à 23h00
        Afficher/Masquer

        Merci d’avoir écrit cet article.
        Les fourmis feront rendre gorge aux six gales médiatiques occidentales. (Oui je sais, il y en a bien plus que six mais ça sonnait pas si bien).


  5. VladP Le 30 juillet 2014 à 18h33
    Afficher/Masquer

    Cette pourriture est une crapule du même tonneau que la fausse blonde à tresse et que Kolomïski.
    La Russie est un Etat indépendant et sa Justice n’a pas à être commentée ou discutée par un “tribunal” arbitral à la botte des US.
    M. Poutine sait parfaitement quel est le but de ce “jugement”, et comme il l’a dit: “ça n’a aucune importance: L’Europe (et le monde) seront bientôt en guerre…”.


    • Macarel Le 30 juillet 2014 à 18h57
      Afficher/Masquer

      Par contre les USA ont toujours refusé que l’un quelconque de leurs ressortissants puisse être jugé par le TPI.

      http://www.amnesty.org/fr/campaigns/usa-and-international-criminal-court

      Les USA sont un Etat imposant sa loi au reste du monde (par le fer et le feu s’il le faut), et refusant de se voir appliquer toute loi internationale qui lui déplaît.

      C’est embêtant pour un Etat qui se veut un modèle pour le reste du monde, très embêtant. Les Etats voyous, ne sont pas toujours ceux que l’on croit.

      Je sens que le “Soft Power” des USA est en train de prendre une sacrée claque.


      • Chris Le 30 juillet 2014 à 20h36
        Afficher/Masquer

        Probablement pourquoi les Etats-Unis n’ont jamais ratifié la convention internationale des droits de l’Homme…


    • V_Parlier Le 30 juillet 2014 à 19h03
      Afficher/Masquer

      C’est peut-être une exagération pour calmer les excités qui se sentiront plus personnellement concernés, mais j’espère que ce n’est pas leur unique plan pour éviter le paiement. Au fait, quelqu’un sait-il si l’opération Timisoara V2.0 ( http://www.youtube.com/watch?v=eORcoFdBh3A ), massivement reprise par la presse écrite, a fait puissamment écho sur les chaines TV? (Pas assez vérifié ces deux derniers soirs).


    • Joseph Le 30 juillet 2014 à 23h09
      Afficher/Masquer

      Bonjour
      Où et quand Poutine a-t-il fait cette déclaration?


  6. Zlovsk Micha Le 30 juillet 2014 à 18h33
    Afficher/Masquer

    J’espère que la Russie ne paiera rien !


    • Lithan Le 30 juillet 2014 à 19h34
      Afficher/Masquer

      Visiblement, la Russie est complètement indifférente à cette amende car “une guerre se prépare en Europe”, dixit un officiel Russe.
      http://www.dedefensa.org/article-_qu_importe_puisqu_une_guerre_se_pr_pare_en_europe__29_07_2014.html


    • harvest02 Le 30 juillet 2014 à 23h03
      Afficher/Masquer

      La Russie devrait elle aussi organiser un grand procès médiatique destiné à condamner les banques américaines à des sommes colossales pour avoir balancé le monde dans la crise.
      Elle pourrait aussi organiser la condamnation des actionnaires de Youkos à 50 milliards d’amende pour spoliation du peuple russe.


  7. Macarel Le 30 juillet 2014 à 18h43
    Afficher/Masquer

    De toute façon le Corporate Power a décidé d’en finir avec toute souveraineté étatique, donc il va faire de la Russie un exemple de ce qui arrive aux Etats qui ont des chefs d’Etat récalcitrant.
    Plus d’Etat souverain, plus de citoyens libres de se choisir un destin collectif, la voie est libre pour l’esclavage généralisé.
    C’est bien pour cela que la statut de la Liberté n’a plus sa place dans le port de New-York.
    Ce qui peut nous chagriner, c’est que la plupart de nos concitoyens ne voient rien venir, ils n’arrivent pas à croire qu’un tel danger les menace.


    • madake Le 01 août 2014 à 04h06
      Afficher/Masquer

      Comme vous l’aurez remarqué, ça n’est pas un hasard si elle tourne le dos…


  8. Wilmotte Karim Le 30 juillet 2014 à 18h49
    Afficher/Masquer

    Conférence gesticulée sur les médias : https://www.youtube.com/watch?v=o1BWFbZwpSk

    Pas parfait sans doute (à première vue, la conférence présentée est en cours de construction).
    Il y a tout de même des réflexions intéressantes et des quelques détails croustillants.


  9. V_Parlier Le 30 juillet 2014 à 18h55
    Afficher/Masquer

    Sanction du matin, sanction du soir, sanction du lendemain… on en sera bientôt là. Et comme par hasard, une amende tombe à point pour une affaire de plus de 10 ans au profit d’escrocs notoires. C’est un traité de Versailles de l’arbitraire et sans justification, à la puissance 10. Les retraités russes qui verront que leur argent repart à nouveau dans les poches de ceux qui les spoliaient il y a plus de 10 ans apprécieront sûrement. S’ils peuvent avoir une dent contre Poutine, çà ne pourra être qu’à cause de son surplus de tendresse et de bonnes manières, si jamais la Russie paye. Le but est vraiment d’aller au clash, c’est désespérant.


    • languedoc 30 Le 31 juillet 2014 à 11h03
      Afficher/Masquer

      Si les russes continuent à être aussi naïfs et aussi c…ils n’ont pas fini d’en baver. Est-il possible qu’ils soient aussi stupides, qu’ils aient si peu confiance en eux, pour envoyer des avocats américains les défendre? Ils n’ont donc pas d’avocats compétents chez eux? Ce qui est exaspérant c’est cette posture défensive, comme s’ils voulaient rester dans la légalité à tout prix, alors que la légalité les autres, en face, s’en foutent éperdument. Ils faut vraiment qu’ils se secouent sinon ils vont être mangés tout crus.


  10. Kiergaard Le 30 juillet 2014 à 18h57
    Afficher/Masquer

    Le commentaire sur cette affaire le plus juridique est celui de Karine Bechet-Kolovko. Néanmoins il manque plusieurs éléments à sa présentation de l’affaire. Hors le contexte et la personnalité de Khodorkovski (qui ne touchera pas un centime puisqu’il ne faisait pas partie des requérants), il faut lire cette décision d’arbitrage international comme un arbitrage international. Ce qui permet de mieux comprendre comment cela fonctionne.

    J’avais rédigé un long article sur le sujet intitulé : “Pourquoi la Russie doit-elle payer 50 milliards de $ de dommages-intérêts ?” Je pense qu’il est plus complet sur le plan juridique.
    http://www.points-de-vue-alternatifs.com/2014/07/pourquoi-la-russie-doit-elle-payer-50-milliards-de-de-dommages-interets.html


    • V_Parlier Le 30 juillet 2014 à 19h12
      Afficher/Masquer

      En effet j’avais lu votre article, bien détaillé. Et si j’ai bien compris, la conclusion principale est que la Russie s’est mal débrouillée alors qu’elle aurait pu facilement procéder en évitant ces ennuis. J’ai suivi?


      • Kiergaard Le 30 juillet 2014 à 21h29
        Afficher/Masquer

        La Russie ne s’est pas vraiment trompée. Disons qu’en signant le traité en l’état, elle s’est soumise à des exigences de fond (le respect de certains critères) et de procédure (règlement des différends investisseurs états (RIDE)) qui l’ont exposé. La Russie n’a clairement utilisé des méthodes et procédures conformes aux standards juridiques exigés dans de tels traités, et cela combiné avec la méthode de règlement des différends, elle s’exposait à ce genre de choses. À tel point que même les fautes commises par Ioukos et consorts n’ont pas permis de minorer plus que 25% lorsque la situation est jugée objectivement par des arbitres.

        Le diable est dans les détails c’est tout… Un exemple de mauvaise utilisation du RIDE


    • Kiergaard Le 30 juillet 2014 à 21h29
      Afficher/Masquer

      Merci d’avoir cité.


  11. yoananda Le 30 juillet 2014 à 18h57
    Afficher/Masquer

    Je suis curieux de voir si la Russie va accepter de payer, et si elle ne le fais pas les conséquences.
    Cette bataille juridique me semble avant tout décisive à cause de son ampleur et de son ampleur historique dans la guerre des multinationales contre les états.
    Après tout nous vivons probablement la fin de l’état westhpalien en ce moment, dépassé par la mondialisation et miné par ses contradictions internes.


    • V_Parlier Le 30 juillet 2014 à 19h51
      Afficher/Masquer

      J’ai longtemps pensé que c’était UNIQUEMENT les multinationales qui agissaient ainsi contre les états. Mais derrière les plus offensives se cache finalement… un état-empire, toujours aussi hypocrite que d’habitude, même envers ses propres concepts du libéralisme.


      • yoananda Le 31 juillet 2014 à 09h03
        Afficher/Masquer

        Justement, a mon avis, c’est état-empire n’est qu’un pion.


  12. Nicolas Jaisson Le 30 juillet 2014 à 18h57
    Afficher/Masquer

    Quand on voit combien de fois la Russie a nationalisé (BP, Exxon Shell) des actifs étrangers, sans provoquer de réactions de l’Occident, cette décision peut prêtre à sourire. Les Européens et les Américains ne sont pas en reste non plus dans la confiscation d’avoirs étrangers lorsqu’il s’agit de sanctionner tel ou tel pays dont les dirigeants auraient déplu aux autorités morales de la “communauté internationale”. Non, ce qui est le plus inquiétant c’est l’envahissement de la sphère privée par le politique qui se mêle de ce qui ne le regarde pas, au gré des intérêts du moment et en fonction de règles à géométrie variable. Un précédent intéressant est constitué, de ce point de vue, par les infractions au droit privé des investisseurs ayant financé la dette grecque qui se sont retrouvés dans l’impossibilité de faire jouer les garanties. Le capitalisme libéral est en train de crever de ces empiétements répétés du public dans la sphère privée en fonction d’un droit international public qui n’est pas défini, parce que se référant à des règles non écrites dictées par “la communauté internationale.” Ce terme n’a d’ailleurs aucun sens sur le plan juridique et pourtant constitue la force motrice principale dans des décisions arbitraires aux conséquences gravissimes, en termes de destruction de la confiance mutuelle et de l’instauration d’un climat d’incertitude alimenté par un terrorisme de plus en plus violent.


  13. VladimirK Le 30 juillet 2014 à 19h21
    Afficher/Masquer

    La Russie est-elle obligée de reconnaître le tribunal de La Haye ? En effet, on n’a vu précédemment (notamment avec la Yougoslavie) que ce tribunal n’était que le bras armé de politiques euro-atlantistes qui n’a aucun lien réel avec la justice. Vivement une cour internationale du BRICS qui casserait les jugements de La Haye qui obligent des états souverains à indemniser des voleurs qui se sont faits confisquer l’objet du vol.

    Si La Haye était vraiment crédible :
    – à quand un procès de Bill Clinton, Georges Bush x2 et Barack Obama ?
    – à quand un procès obligeant les États-Unis à rembourser les pertes liées à la crise de 2008 ?
    – à quand un procès obligeant les États-Unis à renoncer à Guantanamo et indemniser les prisonniers et leurs familles ?

    et des idées de procès, il y en a encore plein d’autres… “justice” à deux vitesses.


    • VladimirK Le 30 juillet 2014 à 21h40
      Afficher/Masquer

      Au temps pour moi ; La Haye collectionne les tribunaux douteux, la confusion est facile.

      As tu eu le temps de regarder le reportage de la BBC dont je t’ai parlé ?

      Il te sera vraiment très instructif. Écris moi si tu as perdu le lien.


  14. bluetonga Le 30 juillet 2014 à 19h24
    Afficher/Masquer

    Ça, plus le nouveau train de sanctions occidentales à l’égard de la Russie… Et bien, on peut dire que ça y est, c’est la guerre. Les BRICS se créent leur banque centrale et déclarent vouloir détrôner le dollar, les occidentaux (enfin surtout les USA) cognent tant qu’ils peuvent sur l’économie russe pour la faire plier, sous des prétextes éthiques mais qui ne trompent personne. Plus de marche arrière possible, les dés sont désormais jetés.

    Les BRICS ne vont jamais reculer, il est évident qu’ils ne peuvent plus vivre et prospérer à l’ombre du FMI, de la City et de Wall Street. Déboulonner le dollar comme monnaie de réserve est devenu indispensable. Leur succès reposera désormais sur leur capacité à concrétiser leur association au travers de structures fonctionnelles et efficaces, et à recruter de nouveaux membres puissants et déterminés (Iran? Argentine? Indonésie?). Conglomérat improbable de nations très différentes, les BRICS se soudent néanmoins face à la puissance d’un adversaire qu’ils savent impitoyable.

    Les Américains comptent évidemment sur le TIPP pour s’arrimer un peu plus fermement l’Europe et perpétuer le règne de leur ploutocratie. Mais je crois sincèrement que de leur côté, la bataille est perdue d’avance. La richesse des occidentaux est beaucoup plus virtuelle que matérielle. Pas ou peu de ressources naturelles (ou alors du gaz de schiste dont la profusion est incertaine), une perte grossière de compétence manufacturière, un affaiblissement démographique, un endettement domestique considérable, une fracture sociale grandissante avec perspective d’émeutes et d’agitation dans de nombreux territoires intérieurs… Le camp occidental a besoin du reste du monde, mais je ne suis pas sûr que le reste du monde ait besoin du camp occidental.

    A cet égard, et comme mentionné dans les articles ci-dessus, rien n’obligera les membres des BRICS à obéir aux occidentaux une fois que leurs propres instances et partenariats auront atteint leur maturité. Les Russes se moquent éperdument d’un jugement auquel ils ne se sentiront pas obligés de se soumettre, et en se rebellant ouvertement face à ce jugement, légalement ou illégalement, ils créeront si on peut dire une jurisprudence en la matière. A ce moment là, la partie de dominos risque de décoller. La prospérité occidentale s’est construite sur la base de conventions internationales respectées. Si ces accords s’écroulent, tous les montages financiers occidentaux s’écroulent en même temps. C’est d’ailleurs aussi dans ce sens que les sanctions peuvent avoir un effet boomerang.

    Ainsi la principale richesse des occidentaux réside dans leur technologie et leurs brevets. Quoi de plus friable qu’un brevet? Russes, Chinois, Indiens, Brésiliens ont tout à fait la capacité de copier la technologie occidentale – et de l’améliorer. Gageons que si cela devenait nécessaire, ils ne s’en priveraient pas. Ce serait la fin des haricots pour l’Occident. Ils seraient assis sur du sable, sans pétrole en dessous (sauf miracle de shale gas, mais qui pourrait bien être davantage un mirage qu’un miracle).

    Les Américains jouent avec le feu. Ils balancent des allumettes dans le fenil russe, mais oublient de s’inquiéter des brindilles enflammées que le vent ramène dans le leur. Et comme ils ont un plus gros tas de foin, ça risque de faire un bien plus gros bûcher.

    Quand ils s’en rendront compte, il n’est pas impossible qu’ils tentent leur va tout avec un bon conflit armé. Espérons que non, parce que là, ça risque vraiment de partir en cacahuète.


  15. VladimirK Le 30 juillet 2014 à 19h28
    Afficher/Masquer

    Pour l’affaire Khodorkovsky, je vous recommande l’excellent reportage de la BBC “Putin and the West” (je te l’ai envoyé déjà Olivier)

    On y voit Khodorkovsky refuser -devant Poutine et devant caméras – de payer l’impôt sur le revenu de 17% qui allait être mis en place pour faire face au déficit public (avant Poutine, les impôts, c’était… bénévole).

    Il a donc défié le gouvernement, et exprimé clairement (on le voit dans le reportage) qu’il tricherait au niveau des impôts.

    Ainsi, Youkos est devenue une saisie fiscale d’un mauvais payeur. Que se passerait il si soudainement Total, Renault ou Peugeot décidait de ne pas payer d’impôts ?


    • Wilmotte Karim Le 30 juillet 2014 à 19h35
      Afficher/Masquer

      “Total, Renault ou Peugeot ”

      Pourquoi, ils payent?


      • V_Parlier Le 30 juillet 2014 à 19h54
        Afficher/Masquer

        Un peu, quand même ! Même s’ils jouent avec les limites des lois fiscales.


    • archanonyme Le 30 juillet 2014 à 20h48
      Afficher/Masquer

      Les impôts c’est fait pour les pauvres c’est eux qui doivent en le payer (un belle exemple de trucage, c’est la TVA). Oui parce que les pauvres et bien ils sont obliger de manger et de se vêtir sinon ils meurent de faim. Donc le pain du pauvre et plus taxer que le pain de riche : 10 centime d’euro d’impôt (TVA)(pur exemple) par pain pour un pauvre c’est énorme par contre pour un riche c’est rien. le pauvre tout comme le riche doivent mange par contre le pauvre paye proportionnellement plus d’impôt sur ce morceau de pain ( c’est simplissime mais personne ne comprends)

      Et comme par hasard depuis la TVA la crise s’empire 😀 vérifier les dates ;D
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Taxe_sur_la_valeur_ajout%C3%A9e


    • chios Le 31 juillet 2014 à 10h34
      Afficher/Masquer

      “Putin and the West”
      J’ai regardé sur youtube, pas trouvé, ou pas sous ce titre
      Un lien, svp?


  16. Sumbawa Le 30 juillet 2014 à 20h31
    Afficher/Masquer

    Dès que j’ai entendu cela aux infos, j’ai tout de suite su que c’était une manœuvre…
    la procédure Ioukos qui dure depuis 10 ans se termine à un moment opportun….
    Les escarmouches de la guerre mondiale économique se voit de plus en plus….
    J’attends de voir la réaction russe sous une quinzaine de jours ( je sens un bon scandale avec une entreprise US en Russie avec sanctions à la clef).
    La position US se raidit fortement car ils leur arrivent même de taper leur alliés .


    • Kiwixar Le 30 juillet 2014 à 22h46
      Afficher/Masquer

      Les Zuniens n’ont pas d’alliés.
      Ils ont des vassaux… tenus par l’effondrement (ou pas) des banques européennes.
      … et sans doute par quelques “dossiers” bien pires qu’un scooter pour aller voire une dame.

      “Réfléchir c’est déjà désobéir…”

      A chaque fois que Merkel ou Hollande “réfléchissent” ou traînent des pieds, ils reçoivent un signal fort sur leur système bancaire :
      – “La FED s’inquiète des 55,000 milliards d’exposition de la Deutsche Bank”
      – “La BNP prise la main dans le pot à confiture”
      – Manipulation du LIBOR : aucune sanction contre aucune banque française?
      – fixing de Londres (or) dont fait partie la SG
      – cartes bancaires (Visa, Mastercard) : on fait comment pour payer en France en cas de blocage, vu qu’on n’a quasiment plus de billets ?
      – la FED inonde les banques Zuniennes de liquidités pour les maintenir à flot… la BCE ne peut pas… (Draghi, ex-Goldman Sachs)


  17. achriline Le 30 juillet 2014 à 20h34
    Afficher/Masquer

    Une idée comme ça :
    l’indemnisation étant chiffrée en dollars, si la Russie décidait de payer, un effondrement du dollar (ramené à la valeur du rouble ou même moins) serait moins impactant pour l’économie russe.
    C’est peut-être le moment de mettre en place l’alternative au dollar comme monnaie de référence.


  18. le Prolo du Biolo Le 30 juillet 2014 à 20h37
    Afficher/Masquer

    Quand il s’agira de nationaliser ou mettre en coopérative les secteurs vitaux d’un pays, pour lui garantir son libre-arbitre et la possibilité de conduire une politique plus conforme à l’intérêt général qu’aux intérêts privés, ce sera impossible dans le cadre du Tafta.

    Les lois et régulations économiques, ainsi que les bénéficiaires de ces lois, seront déterminés une fois pour toutes et pour l’éternité.
    Impossible de changer quoi que ce soit.

    🙁


    • Kiwixar Le 30 juillet 2014 à 22h37
      Afficher/Masquer

      C’est bien l’aspect inique et anti-constitutionnel de ces Traités internationaux (exemple Traité de Lisbonne) que de verrouiller “définitivement” les marges de manoeuvre des Etats, et toujours dans le même sens : renforcement du pouvoir des corporations > affaiblissement du pouvoir des citoyens.

      Contrairement aux lois (et à la Constitution nationale) qui peuvent être changées par seule décision interne des législateurs représentant les citoyens, les lois stipulées dans ces Traités ne peuvent être changées, à moins de dénoncer le Traité. Ce qui est très difficile : représailles, “sanctions”.

      On comprend pourquoi Traître et Traité sonnent pareil.

      C’est à la mise en place d’une société féodale à laquelle on assiste, qui sera entérinée par la crise majeure énergétique, le TAFTA, et la passivité complète des populations qui échangeront leur liberté (et leurs joules musculaires) contre de la sécurité.


  19. José Le 30 juillet 2014 à 22h27
    Afficher/Masquer

    Je pousse vite fait mon coup de gueule avant la ronde d’Anastasie.
    Oui, d’accord, l’Ukraine c’est extrêmement grave ce qui s’y passe. Mais le monde ne s’est pas arrêté de tourner, et il faudrait s’en soucier un peu quand même. Sinon, autant aller directement sur Russia today. Poutine et nous avons un ennemi commun, ça n’en fait pas Zorro. Pendant ce temps les fonds vautours s’apprêtent à refaire un scandaleux gueuleton avec l’Argentine (s’ils n’y réussissent pas, l’intention seule et les circonstances sont déjà une ignominie), et ce n’est que l’entrée puisque ensuite ils reviendront se repaître de l’Espagne et de la Grèce. Est-ce que ça ne mérite pas d’être suivi aussi, ou au moins rappelé?


    • José Le 30 juillet 2014 à 22h56
      Afficher/Masquer

      Les pays du Mercosur ont officiellement exprimé hier pendant leur sommet leur “solidarité militante” avec l’Argentine dans cette affaire. Le président de l’Uruguay José Mujica a déclaré, suite à la tournée en Amérique latine de Xi Jinping, qui venait avec des propositions concrètes (c’est une première), ” nous ne devons pas laisser passer cette occasion”.

      http://www.eluniversal.com/nacional-y-politica/140729/mujica-pide-mantener-integracion-y-no-dejar-pasar-oportunidad-con-chin
      http://www.la-razon.com/mundo/Mercosur-militante-Argentina-fondos-buitre_0_2097990184.html
      Et ce ne sont que quelques exemples (Turquie…) Ce n’est pas uniquement à cause de l’Ukraine, mais parce que l’USS Hegemony prend l’eau de toutes parts, que l’oncle Sam commence vraiment à flipper


      • José Le 30 juillet 2014 à 22h59
        Afficher/Masquer

        Voilà. Ce que je voulais dire, c’est qu’il ne faudrait pas reproduire l’erreur que nous avons commise avec nos maîtres actuels.


    • chios Le 31 juillet 2014 à 06h34
      Afficher/Masquer

      Pour l’Argentine, ils ont trouvé un arrangement, il me semble, du moins de quoi retarder encore un peu “le défaut”.

      Mais je crois me rappeler que une frégate argentine avait été saisie dans un pays peu connu d’Afrique, sur pressions des fonds vautours qui menacent aujourd’hui l’Argentine.

      Christina Kirchner loue désormais un avion quand elle doit se déplacer, de crainte qu’on ne lui confisque l’avion présidentiel.

      Et je me demande, est-ce-cela qui attend Poutine, si il ne paye pas?


  20. Veuve Rouge Le 30 juillet 2014 à 23h47
    Afficher/Masquer

    Ils doivent bien avoir une ou deux imprimeries capables de produire 50 milliards de $ plus vrais que nature en 15 jours/3semaines, non ?
    Ben quoi, j’ai ouï dire que certains faisaient ça tous les mois et que tout le monde en était très content, alors ?
    Suffit de demander 2-3 conseils à Hélicopter Bernanke !!


  21. KOMETA Le 31 juillet 2014 à 00h38
    Afficher/Masquer

    Surprise : J’ai sursauté en voyanL’Honorable L. Yves Fortier (Canada) au TPI.

    Le monde est petit. Voici une idée de ce qui peut ‘rôder’ autour de cet ‘honorable’ (?) monsieur :

    – Avocat d’affaire au cabinet Canadien Ogilvy-Renault (droit des affaires).

    – Cabinet Ogilvy-Renault – Ancien employeur d’un certain Pierre-Marc Johnson lui même ancien premier ministre du Québec (courte période) et membre de l’actuel comité de négotiation pour le CETA (traité de libre échange Canada-Europe).

    – M Fortier est un ancien diplomate Canadien, proche d’un parti de gouvernement (conservateur) dans les années 1980-1990 et proche de l’ancien premier ministre du Canada, Brian Mulroney.

    – C’est sous la gouverne de Brian Mulroney que les entreprises d’état Pétro-Canada et Air Canada (pour ne nommer que celles-là) ont été privatisées.

    – M. Mulroney a été impliqué dans une affaire (achat d’avions Airbus) dans laquelle trempait le lobyiste allemand Karl Heinz Schreiber, lui meme déporté, jugé et emprisonné en Allemagne pour évasion fiscale.

    – M. Mulroney fait parti du ‘cercle d’amitié’ du financier Canadien, feu Paul Desmarais, ex-PDG de Power Corporation (finance).

    – M. Paul Desmarais, ‘grand ami’ du financier Albert Frère, a reçu la légion d’honneur de son ‘grand ami’ Nicolas Sarkozy.

    – Power Corporation (Paul Desmarais) détient une participation dans le groupe Total.

    Alors ? Surpris des jugements de l’honorable ? Moi pas. Eh oui ! le monde est petit.

    PS/ Merci à O. Berruyer pour son travail. Chapeau.


  22. Serge Le 31 juillet 2014 à 03h47
    Afficher/Masquer

    Oui Khodorkovsky s’apprêtait à vendre le pétrole de la Russie à Exon ,une paille quoi ! …
    Et maintenant il faut rembourser les prédateurs pour leurs gros larcins sur le dos du peuple russe .
    Ce n’est pas moral mais on nous dit que c’est la loi ,la loi du plus fort ,c’est la loi ,et la loi n’a rien à voir avec la morale .
    Ce qui est “marrant”,c’est qu’on nous présente le TPI,la “gouvernance ” mondiale comme universels et neutres !
    Le juridisme libéral ,vaut mieux être celui qui écrit les lois et tient les tribunaux .

    Il parait que cela a commencé avec John Locke ,il faudra que je me décide à le lire un jour celui-là !
    Mais tout est déjà dans les fables de La Fontaine n’est -ce pas ?


  23. chios Le 31 juillet 2014 à 06h51
    Afficher/Masquer

    Demande d’éclaircissements….

    Poutine ne paie pas.
    Que se passe-t-il?
    Les messieurs qui veulent récupérer leurs milliards s’adressent à des Etats signataires de la convention et leur demandent de saisir les biens de l’Etat Russe, ou l’avion de MrPoutine?
    Mettre ça aux enchères et leur donner l’argent?
    La France par exemple s’exécuterait-elle?
    Et quid si le pays ainsi sollicité refuse?
    Y a-t-il des sanctions prévues?
    Doit-elle “sortir” de la convention?


  24. bocanegra Le 31 juillet 2014 à 09h25
    Afficher/Masquer

    voilà ce qui nous attend à l’avenir une justice d’arbitrage et donc arbitraire …un précédent et d’autres se mettent en place. bonjour tafta ! que la russie paye ou non ne changera pas grand chose si ce n’est que cela donnera l’occasion d’agacer l’ours boris un peu plus et le pousser dans les cordes donnant ainsi une impression de faiblesse . mais avoir accepter de se faire représenter par un cabinet américain prouve que les russes sont bien naïfs, les chinois ne l’auraient je pense pas fait de cette manière. reste que l’objectif est bien de faire passer le tafta à tout prix, c’est l’unique objectif …et il passera malheureusement . en fait c’est déjà fait . le contexte international tellement pourri fera que l’ue n’aura pas d’autre choix. restera à discuter du sort des intermittents du spectacle et autres exceptions …le reste est déjà passé à la trappe. le diable n’est pas que dans les détails, le réduire à cela est un peu court !


  25. barre-de-rire Le 31 juillet 2014 à 10h52
    Afficher/Masquer

    je pense que cet hiver sera passionnant…. dans tous les sens du termes.

    ( comprendre ici un degré de cynisme stratosphérique )


  26. Téji Le 31 juillet 2014 à 11h46
    Afficher/Masquer

    pas vu de commentaire sur la nationalité des 3 plaignants : Chypre et Ile de Man, paradis fiscaux…
    moi, ça m’interpelle 😕


  27. Nocontent Le 31 juillet 2014 à 12h24
    Afficher/Masquer

    Si Poutine ne paie pas ,peuvent-ils saisir les avoirs Russe a l’etranger si oui dans ce cas il peut annoncer que la Russie denonce tous les traités qui ont ete signés ,puis pour chaque saisie effectuée ,nationalise une sociétè Americaine, Canadienne,Suisse a titre de représaille


    • Kiergaard Le 31 juillet 2014 à 13h55
      Afficher/Masquer

      Je ne pense pas qu’on puisse en arriver à de telles extrémités dans le cas d’un règlement arbitral. Je n’ai pas la connaissance des règles de recouvrement mais je sais déjà que cette première sentence ne sera surement pas définitive et se résoudra probablement par des négociations entre les actionnaires et la Russie si elle devait le devenir en étant confirmée par un autre tribunal.


  28. Kiergaard Le 31 juillet 2014 à 13h53
    Afficher/Masquer

    La Russie condamnée par la CEDH à payer 1.866 milliards d’euros aux actionnaires de Ioukos

    Quelques jours après la Cour Permanente d’Arbitrage, la CEDH a rendu sa décision sur la satisfaction équitable (article 41 de la CEDH) réclamée suite à la reconnaissance d’une violation de l’article 6, §1 de CEDH et du l’article 1er du premier protocole additionnel à ce texte par une décision de 2011. Cet arrêt, ainsi que le jugement subséquent sur la satisfaction, est intéressant à mettre en comparaison avec la sentence arbitrale rendue il y a quelques jours. Celui-ci est en effet beaucoup plus nuancé, bien que ne portant pas sur le contrôle des mêmes règles de droit. La Russie avait d’ailleurs estimé que l’arbitrage ne tenait pas suffisamment compte de la CEDH, ce qui ne va pas sans poser plusieurs questions et interdit de conclure hâtivement que la CEDH “suit” la sentence arbitrale.

    http://www.points-de-vue-alternatifs.com/2014/07/ioukos-les-problemes-poses-par-la-confrontation-des-decisions-d-arbitrage-et-de-la-cedh.html


  29. titus Le 31 juillet 2014 à 13h59
    Afficher/Masquer

    Ne nous emballons pas! Tant que c’est pas sur Youtube, y’a rien d’officiel.


  30. ALBIN Le 31 juillet 2014 à 15h43
    Afficher/Masquer

    Ce jugement est extraordinaire pour son effet à moyen & long terme sur tous les peuples de la planète.
    Ce jugement montre que:
    – l’intérêt de quelques malfrats bien organisés prime l’intérêt de tout un peuple et que comme par le passé on peut “piller un pays” avec l’approbation des autres nations
    – l’individu est mieux traité que la collectivité
    – la richesse acquise par la spéculation de quelques uns au détriment d’une nation laborieuse est moralement non seulement défendable mais encore favorisée

    Par contre il y a un moyen juridique de protéger la nation par le moyen de la taxation de la plus value de spéculation. L’impôt est dû là où la plus-value est constatée…..
    Il suffisait d’un vote du parlement avec effet rétroactif comme on sait si bien faire en France !
    Rien n’empêchait de constater la plus-value déclarée et ensuite de la taxer à un taux prohibitif assorti de pénalités pour manoeuvres frauduleuses…….
    Ces russes sont d’une naïveté incroyable !
    Ou bien alors ils sont ……..d’une acuité de vue insondable parce que cette jurisprudence va faire dresser une quantité de peuples contre cete oligarchie financière tribale qui entend asservir toutes les nations……
    Le futur éclaicira …..


  31. Le diable Le 31 juillet 2014 à 19h31
    Afficher/Masquer

    Bonjour à toutes & à tous,

    Khodorkovski, Ioukos, ExxonMobil & ChevronTexaco : j’avais creusé le sujet il y a une dizaine d’années.

    Pour y voir clair et vite, il faut replacer cette saga dans le contexte de l’époque.

    Poutine n’était au pouvoir que depuis quelques années.

    Retour en 1999, donc. Poutine prenait la succession de Eltsine.
    Pour faire rapide, la Russie ressemblait alors à un champ de bataille après une guerre (froide en l’occurence). Le pays était un chaos surréaliste.
    J’y avais découvert Poutine en direct à la télé, et tout le monde se demandait : “mais qui c’est, ce type ???”. Personne ne le savait.

    Quelques années plus tard…

    Moscou, où je me rendais encore régulièrement, était devenue une espèce de Las Vegas-Disneyland aveuglante, répugnante de mauvais goût, où tout était possible. Les Mercedes blindées aux vitres fumées
    filaient comme des météores dans les rues. Les oligarques, les “nouveaux Russes” et la (les) mafia(s) étaient quasiment la seule forme de pouvoir palpable.
    C’était un nouveau chaos qui succédait au chaos précédent.

    “Quelqu’un” pouvait-il mettre de l’ordre dans le désordre du plus vaste pays qu’ait connu l’humanité ? Tout le monde en Russie avait compris que ça ne pouvait être qu’un seul homme : Poutine.

    Washington était au courant de ce chaos, et savait qu’il fallait en profiter… tant que c’était encore le chaos.

    Le plus joli coup possible, c’était Ioukos, premier producteur russe d’hydrocarbures – un géant.
    Khodorkovski, le patron, était prêt à vendre à des majors américaines ; on ne savait trop lesquelles, mais les noms d’Exxon(Mobil) & Chevron(Texaco) “traînaient dans les corbeilles à papier”.

    J’ai tout de suite privilégié la piste Chevron. Pourquoi ? Parce que qu’à cette époque, le secrétaire d’Etat américain n’était autre que… Condy (Condoleezza) Rice, ex-dirigeante de… Chevron, justement. Un super-tanker de Chevron s’était même appelé le “Condoleezza Rice”. Le nom avait été changé à son accession au pouvoir en janvier 2001… (j’avais trouvé une photo du tanker mais je pense que c’est un fake photoshop).

    L’anecdote du “Condy Rice” serait sans importance si elle n’illustrait le fait que la secrétaire d’Etat Condy Rice – qui parle le russe – n’avait été… experte du Kazakhstan et de l’Asie centrale chez Chevron.
    Or, l’Asie centrale et le Kazakhstan avaient fait l’objet, dès mars 1999,
    du Silk Road Act (“Loi de la route de la soie”), dont voici un extrait :

    “[Attendu que] l’ancienne route de la soie, qui fut l’artère économique de l’Asie centrale et du Caucase du Sud, traversait la plus grande partie de la zone qui aujourd’hui se trouve dans les frontières de l’Arménie, de l’Azerbaïdjan, de la Géorgie, du Kazakhstan, du Kirghistan, du Tadjikistan, du Turkménistan et de l’Ouzbékistan […], qu’elle est susceptible de produire assez de pétrole et de gaz pour réduire la dépendance énergétique des Etats-Unis vis-à-vis des pays instables du Golfe persique […], la politique des Etats-Unis dans ces régions devra être dans ces pays : […] d’y promouvoir l’indépendance et la souveraineté, […] d’y soutenir le développement des infrastructures […] énergétiques dans un sens est-ouest […] et d’y soutenir les intérêts économiques des Etats-Unis. »

    C’est extrêmement clair.

    Nous avions donc : à Moscou, Poutine. A Washington, les néoconservateurs.
    Au milieu : le pétrole (les guerres d’Irak-Halliburton et d’Afghanistan-Unocal (pour faire très court) commençaient).

    Il y avait aussi, bien sûr, le pétrole russe.

    Gros biz donc entre – officiellement – Ioukos & Chevron (ventes d’actions),
    dans les faits entre Khodorkovski et les néoconservateurs, au premier plan desquels Condy.

    J’ai des détails précis dans un post que j’avais fait à l’époque, mais il est trop long pour être posté ici.

    Pour ceux que ça intéresse : pierre_antoine.briandet@yahoo.fr
    (allô la NSA ? Si vous voulez mon adresse et mon n° tél, vous savez où les demander).

    Juridiquement, il s’agissait de vente d’actions Ioukos.
    Géopolitiquement, il s’agissait du transfert du contrôle des bijoux de famille pétroliers de la Russie… au néoconservateurs U.S.

    Poutine a alors coffré Khodorvovski vite fait bien fait sous un prétexte bidon (une histoire fiscale à la Al Capone, ou peu importe).

    Voilà l’essentiel.

    Cordialement,

    le diable.

    P.S. pour ceux que ça pourrait intéresser, j’avais aussi à l’époque proposé au Diplo un article
    sur la géopolitique des Etats-Unis vis-à-vis de la Russie, et donc sur le “rollback” et le “containment”.


    • ALBIN Le 31 juillet 2014 à 22h34
      Afficher/Masquer

      bonsoir Lediable (1)
      Merci pour ces précisions.
      On sera nombreux bientôt à remercier Poutine et aussi à rire du mauvais lapsus du président Obama au sujet de savoir qui est du bon coté de l’Histoire.
      Au fait, quand et dans combien de temps Obama sera t-il “dismissed” par des politiciens US pour cause de parjure ?
      Les bookmakers de Las Vegas ont-ils ouvert les paris ?
      Albin


  32. languedoc 30 Le 31 juillet 2014 à 19h43
    Afficher/Masquer

    Qui s’est occupé de l’affaire Ioukos en Russie, qui a eu en charge ce dossier? Si j’étais à la place de Poutine, ils entendraient parler du pays, comme on dit chez-nous. Est-il possible d’être aussi incompétents, aussi naïfs, je dirais même aussi idiots. Quand je vois les tronches des 3 juges, ça me fout en rage. Qu’est-ce qu’ils ont du se marrer à Washington et ailleurs.


  33. Patrice Le 21 septembre 2014 à 00h16
    Afficher/Masquer

    Un bon papier (je trouve) sur Khodorkovsky: http://www.bne.eu/content/story/khodorkovsky-making-myth . On y trouve “en ce temps-là les oligarques volaient ouvertement tout ce qu’ils pouvaient”. Ou “La question n’est pas de savoir si la loi […] mais pourquoi tous les autres oligarques n’avaient pas été arrêtés et jetés en prison”. Bref pas forcément le mauvais bougre et Poutine lui avait laissé Ioukos. Mais il y a eu désaccord et K. n’a pas respecté le deal (en gros “je te laisse tes milliards mais tu obéis et tu ne fais pas de politique” – ça peut s’appeler une politique industrielle). Pire il a fait sa tête de cochon! D’où retour du bâton et en taule. Exemple pour les autres.


Charte de modérations des commentaires