Les Crises Les Crises
30.juillet.201430.7.2014 // Les Crises

« Les sanctions contre Poutine renforcent le nationalisme russe », par Vladimir Fédorovski

Merci 0
J'envoie

Intéressant article d’un opposant à Poutine dans Le Figaro

FIGAROVOX/ENTRETIEN – L’Union européenne a décidé de nouvelles sanctions pour punir la Russie de son soutien aux séparatistes ukrainiens. Pour l’écrivain Vladimir Fédorovski, ces mesures ne font que renforcer Poutine et la haine de l’Occident.


Vladimir Fédorovski est un écrivain russe d’origine ukrainienne, actuellement le plus édité en France. Diplomate, il a joué un rôle actif dans la chute du communisme, il fut promoteur de la perestroika puis porte-parole d’un des premiers partis démocratiques russes. Il a écrit de nombreux ouvrages sur la Russie mythique, et dernièrement un essai sur Poutine intitulé Poutine, l’itinéraire secret, (Editions du Rocher, 2014). Il présente actuellement en France un spectacle de théatre total intitulé Les mystères de Saint -Petersbourg .


Figarovox: Pour la première fois depuis le début de la crise, l’Union Européenne prend des sanctions d’envergure pour punir la Russie de son soutien aux séparatistes ukrainiens: blocage des ventes d’armes, de l’accès aux marchés financiers, gels des avoirs financiers de plusieurs oligarques proches de Poutine… Ces sanctions sont-elles efficaces? Peuvent-elles faire plier Poutine?

Vladimir Fédorovski: La question des sanctions est celle de leur efficacité. Or je crois que ces sanctions n’auront pas l’effet escompté. Historiquement, j’ai été un des premiers à critiquer Poutine. Mais on est là dans l’esprit de confrontation tel que développé par Obama lors du discours de West Point où il parlait «d’isoler la Russie». Il aurait pu dire «isoler Poutine», mais en disant «isoler la Russie» il a commis une erreur. Une erreur de néophytes diplomatiques qui constitue une offense pour la Russie. La haine ne fait pas une politique.

Poutine a-t’il les moyens de mettre en place des représailles qui pourraient diviser les pays de l’UE?

Poutine va répondre, c’est évident! Aujourd’hui il a déjà commencé à bloquer l’importation de légumes d’Ukraine et de Moldavie. Les Russes vont souffrir, c’est certain, et perdent peut-être jusqu’à 20% de leur revenu.

Le pari de Washington et Bruxelles, serait d’affaiblir l’économie russe pour retourner l’opinion et les oligarques contre Poutine, et à terme, d’obtenir un changement de régime. Cela vous parait-il réalisable?

Poutine a 91% d’avis favorables pour sa politique en Ukraine. L’esprit de confrontation n’aura d’autres résultats que de renforcer Poutine. Oui, l’économie russe va souffrir, peut-être perdre 4% de croissance. Cela va casser la croissance allemande aussi et peut-être même européenne. Mais ce que les Occidentaux ne comprennent pas, c’est que les Russes ont l’habitude de souffrir. C’est un peuple triplement martyr: par les communistes (25 millions de morts), dans la guerre contre le nazisme (25 millions de morts) et la bêtise russo-occidentale de 1991-92 (1800% d’inflation, une économie démantelée).

Oui, l’économie russe va souffrir, peut-être perdre 4% de croissance. Mais ce que les Occidentaux ne comprennent pas, c’est que les Russes ont l’habitude de souffrir.

Cette volonté d’humilier la Russie ne risque-t-elle pas d’exacerber les tensions?

Les sanctions sont géopolitiquement contre-productives et moralement inacceptables. Plus l’Occident punit la Russie, plus le nationalisme russe en sort renforcé. Aujourd’hui, Poutine se retrouve piégé par la pression nationaliste, et apparait comme un modéré sur l’échiquier politique russe. L’opposition, bousillée, a été réduit à la dissidence.

L’opinion russe est-elle en train de se retourner contre l’Occident?

Les Russes sont aujourd’hui dans une mentalité post-versaillaise, comme les Allemands entre les deux guerres. Ils ont le syndrome de la citadelle assiégé, sont persuadés d’un complot occidental visant à leur nuire. Résultat: on a un retour esthétique, mental de l’URSS et de ses valeurs, qui aboutit à une négation de la réalité pro-

Les sanctions sont géopolitiquement contre-productives et moralement inacceptables.

occidentale de la classe moyenne russe qui était en train de naitre. Cela aura des répercussions en France, et pas qu’à Cannes et aux Galeries Lafayette!

Les russes sont de plus en plus antioccidentaux, et c’est une tragédie. Quand j’étais sur le char avec Elstine lors du putsh de 1991, l’opinion russe était à 90% pro-occidentale. Les Américains vivent sur l’illusion qu’ils ont gagné la Guerre Froide, mais c’est faux! C’est nous qui avons tué le communisme!

Le risque n’est-il pas, à terme de pousser la Russie dans les bras de la Chine et de l’Asie qui seront autant d’alliés et de marchés de substitution?

Bien sûr! La rupture historique avec Tchaïkovski, Dostoïevski et Tolstoï, cette Russie qui s’est construite en relation avec l’Europe, va pousser la Russie à faire une alliance économique avec la Chine , des alliances militaires avec les chiites (Iran).

La diplomatie américaine d’aujourd’hui n’est pas un chef d’œuvre de compétence. Obama a déclaré en juin que le monde n’avait jamais été aussi peu violent («The world is less violent than it has ever been»)! Un tel déni de réel, on dirait du Brejnev! Le monde n’a jamais été aussi dangereux!

Dans ce contexte international, si la Russie est repoussé dans son coin, il y aura des répercussions dans d’autres crises, notamment au Proche Orient. La Russie était un allié sûr en Orient. La vocation historique, civilisationnelle, et géopolitique de la Russie est d’être l’allié objectif de l’Occident contre l’islamisme radical.

Alors, quelle solution pour apaiser les tensions?

Je voudrais que se poursuive ce qui avait été ébauché lors de la rencontre pour la commémoration du Débarquement. «L’esprit de Normandie», cette diplomatie du dialogue qu’avait initié François Hollande était une attitude diplomatique plus intelligente que l’esprit de confrontation d’Obama.

L’urgence en Ukraine n’est pas politique, mais économique. Il faut absolument trouver 35 milliards d’euros pour sauver l’Ukraine avant l’automne où celle-ci basculera définitivement dans le chaos. Le magnat du chocolat Petro Porochenko doit trouver la force de se transformer en Nelson Mandela ukrainien pour apaiser les tensions, et permettre à nouveau aux deux Ukraine de coexister après cette guerre civile.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

57 réactions et commentaires

  • FloMaQ // 30.07.2014 à 19h18

    REMARQUABLE ANALYSE DE QUELQU’UN QUI N’EST ABSOLUMENT PAS PRO-POUTINE…

    Pourvu que les médias, quels qu’ils soient, relaient ses paroles pleines de bon sens, de finesse, de connaissance profonde de la Russie, d’esprit de tolérance et de liberté (Normand ou pas, peu importe…). Puisse-t’il aussi être entendu ou lu par nos hommes et femmes politiques européens et plus lointains, venus sur les plages du débarquement début juin 2014, 70 ans après…

    Qu’ils se calment un peu dans leurs propos et décisions, qu’ils oublient de servir les intérêts financiers des multinationales, et qu’ils reviennent aux réalités des peuples (n’ont-il aucune conscience de qu’est vraiment la guerre ? n’ont-ils pas visité le mémorial de Caen au passage ?).

      +1

    Alerter
  • V_Parlier // 30.07.2014 à 19h21

    Position rassurante, mais deux objections:

    1) “Il aurait pu dire «isoler Poutine», mais en disant «isoler la Russie» il a commis une erreur.” –> Une simple erreur de communication, une révélation de la pensée profonde. Car il est évident que Poutine est le prétexte et que la Russie elle-même est visée.

    2) “Il faut absolument trouver 35 milliards d’euros pour sauver l’Ukraine avant l’automne où celle-ci basculera définitivement dans le chaos.” –> Conclusion très naïve qui casse tout.

      +0

    Alerter
    • JCB // 31.07.2014 à 10h50

      Tout à fait, poutine n’est qu’un prétexte. Il a aux yeux des américains le défaut d’avoir relevé la Russie, en représentant un contre pouvoir à l’hégémonie US. Mais n’importe quel dirigeant permettant à la Russie de retrouver une place de grande puissance serait visé de la sorte.

        +0

      Alerter
    • Fulsi // 31.07.2014 à 15h03

      Pour continuer dans la naïveté (malgré que je sois d’accord avec lui sur le fond) :

      “Obama a déclaré en juin que le monde n’avait jamais été aussi peu violent” mais selon Vladimir Fédorovski “Le monde n’a jamais été aussi dangereux!”

      Confondre violence et danger, pour un écrivain ça le fait mal. Obama a raison le monde n’a jamais été aussi peu violent, il suffit de regarder les chiffres des homicides, viols, guerres, et morts durant les guerres…

      Cependant, au vu des tensions entre les USA et la Russie, et de leurs armements nucléaires, le monde n’a peut être jamais été aussi dangereux.

      Après je ne sais pas dans quel contexte Obama l’a dis et ce qu’il entendait par là. Donc à prendre mes propos avec des pincettes 🙂

        +0

      Alerter
  • Nicolas Jaisson // 30.07.2014 à 19h23

    Y’a des tas de Russes installés à Londres et à NY qui justement en avaient marre de souffrir et ce sont faits la malle en Occident. Ceci cit, Londres regrette déjà les sanctions avant même de les avoir entamées, tant son goût du lucre est insatiable. On assiste à ce spectacle curieux de politiques qui parlent de sanctions sans les appliquer, ni même les définir, comme si ils étaient par avance effrayés des conséquences. L’UE peut-elle se permettre de telles fantaisies? Les pétroliers américains vont être remplacés par les Scandinaves, alors même que les financiers américains sont les premiers à plébisciter les valeurs russes qui sont au top des performances des indices boursiers. Techniquement la Russie est un bon risque pour les banques, bien meilleur que la Chine empêtrée dans ses réformes visant à réduire le surendettement qui a atteint 251% dU PIB. Parallèlement les banques russes vont faire défaut sur leurs obligations en euros et en dollars US pour aller se refinancer en yuan. Moscou pourrait ainsi devenir un des principaux hub financier pour les transactions en monnaie chinoise au détriment de Londres et Francfort. A force de nier les fondamentaux de la globalisation économique, l’Occident s’auto-détruit. Mais il n’est pas dit que tous les Etats acceptent de suivre cette folle politique. De nombreuses voix dissidentes se sont faites entendre en Europe, à commencer par celle de Madame Merkel qui a déjà oublié l’affaire du NH17, tout comme les médias d’ailleurs. Une redistribution des cartes derrière des unions politiques de façade est en train de se produire avec l’apparition de nouvelles alliances rejoignant les intérêts économiques fondamentaux des nations européennes..

      +0

    Alerter
    • bobi // 30.07.2014 à 20h57

      Il serait intéressant d’analyser les ventes d’au hasard “Mercedes”
      Peut-on imaginer que l’idéal du beauf US ce soit le Hummer et que celui du beauf chinois, russe, malais, singapourien, sénégalais, ivoirien, nigérien, etc…ce soit la Mercedes. Pour les émirs arabes ils ont fait leur choix, c’est plaqué or ou argent
      Donc où est l’intérêt économique de l’Allemagne?
      Croire que les US vont remplacer le gaz russe par du gaz de schiste trimbalé en bateau, ça fait doucement rigoler…
      pour s’amuser un peu:
      http://fr.images.search.yahoo.com/yhs/search;_ylt=A7x9UnqDP9lTVHAA4bqPAwx.;_ylu=X3oDMTBsYWhiN2NvBHNlYwNzYwRjb2xvA2lyMgR2dGlkAw–?_adv_prop=image&fr=yhs-aztec-default&va=mercedes+plaqu%C3%A9e+or&hspart=aztec&hsimp=yhs-default

        +0

      Alerter
      • captain flemme // 30.07.2014 à 23h18

        L’EIA a annoncé mi juin que 30% des réserves de “pétrole de schiste/roche mère” des USA avaient été effacé des stocks exploitables pour incapacité technique et financière de l’extraire en l’état actuel de la science, cad 96% des réserves californiennes …

          +0

        Alerter
    • Nerouiev // 31.07.2014 à 09h29

      Pour faire simple, ce ne sont plus les USA qui font l’économie européenne d’aujourd’hui et encore moins demain. Il est temps de couper le cordon ombilical. On parle beaucoup d’économie mais l’homme vit aussi dans un contexte culturel d’autant plus puissant qu’il est varié et partagé.

        +0

      Alerter
  • Daniel // 30.07.2014 à 19h25

    Tout à fait d’accord avec Fédorovski. D’ailleurs contrairement aux cotes de popularité des dirigeants occidentaux, la cote de popularité moyenne de Poutine, ces deux dernières années, n’est jamais descendue en-dessous de 60%. Elle a atteint 68,8% en mai 2012 et 71,6% début mars 2014. Actuellement les médias russes la situent en-dessus de 80%.

    Le moment venu, la Russie va réagir proportionnellement aux sanctions et peut-être que même militairement. Mais ce seront les grands patrons européens et américains, j’estime, qui vont (espérons-le) bâillonner ces chiens de guerre de nos dirigeants, car ils ont trop d’investissements en Russie et ne vont pas vouloir tout perdre à cause des lubies bellicistes de quelques néoCons américains et ses laquais européens.

      +0

    Alerter
    • Daniel // 30.07.2014 à 19h28

      ERRATA: “…de quelques néoCons américains et LEURS laquais européens.”

        +0

      Alerter
      • Berger // 30.07.2014 à 21h28

        Classe et élégance dans cette correction.

          +0

        Alerter
    • FloMaQ // 30.07.2014 à 19h36

      La Russie n’a pas envie ni intérêt à faire la guerre…

      Elle a autre chose à faire : se développer harmonieusement, en bonne intelligence avec ses voisins. Sans la fureur capittaliste américaine.

      si elle pouvait le faire en économisant ses ressources (pourtant innombrables) et en voyant très loin, ce serait parfait !

        +0

      Alerter
      • Jub // 30.07.2014 à 19h50

        Absolument, la Russie n’avait pas besoin de tout ce micmac issu des faiblesses de l’occident. Tout ce qui arrive est voulu par les USA et consort qui n’ont d’autre façon de fonctionner qu’en mode prédateur hégémonique. Leur puissance n’est possible que si les autres restent faibles ou bien leur sont soumis.
        Tout ce qui se passe en ce moment est à désespérer.

          +1

        Alerter
      • Berger // 30.07.2014 à 21h29

        C’est vrai pour ce qui concerne le caractère de Poutine. Mais la pression de la rue est très forte et tout peut arriver.

          +0

        Alerter
      • Thomas // 31.07.2014 à 03h47

        Je suis d’accord :

        https://www.youtube.com/watch?v=kLph8dKQBdY

        PAX +.

          +0

        Alerter
    • Louis // 30.07.2014 à 21h30

      Ah bah les côtes de popularité en dessous de 20% et les élections remportées à 51% contre 49 au second tour c’est la démocratie à l’occidentale.

      J’ai toujours trouvé fantastique qu’on nous vende l’élection à la majorité absolue avec uniquement 2 candidats comme le plus merveilleux prodige de la démocratie et que nos présidents fraichement élus viennent se vanter devant les caméras de la “grande victoire qu’ils viennent de remporter !”. Ça me donne toujours envie de leur répondre “Tu sais co*nnard quand on coupe un gâteau en deux y aura toujours une part qui sera plus grosse que la moitié”.

      Pour l’occident un élu qui fait plus de 60% aux élections ou qui a plus de 50% de popularité est forcément un Tyran abominable et le crime des crimes c’est le populisme.

      Always look on the bright siiiide of life ! ♫

        +0

      Alerter
  • Sandrine // 30.07.2014 à 19h28

    C’est plein de bon sens sauf que Porochenko ne sera jamais un Nelson Mandela mais restera toujours un oligarque corrompu !

    Ce qu’il manque à l’Ukraine c’est bien un Leader qui aura la volonté de reconstruire son pays par amour et en tenant compte de toutes ces diversités culturelles.

    Le tout est encore de la trouver …

      +0

    Alerter
    • V_Parlier // 30.07.2014 à 19h45

      Et il est à noter cependant que si une telle personne existe, pour qu’elle parvienne à rester au pouvoir sans se faire renverser/assassiner il ne faudra pas qu’elle verse trop dans l’angélisme lorsque des putschistes en herbe reviendront tenter leur chance. Honnêtement, je n’imagine plus possible une restabilisation de l’Ukraine sans passer d’abord par l’effondrement total qui dégoutera tout le monde. C’est froid mais réaliste. Alors, là seulement, les gens pourront se rendre compre qu’ils ont été trompés par l’Ouest et que les gens se battent pour rien. Mais avant çà, non, ce n’est plus possible. Il vaut même mieux que cet effondrement arrive vite, plus vite que la confrontation effective US-Russie.

        +1

      Alerter
    • Michel Roissy // 30.07.2014 à 20h09

      un tel leader serait vite assassiné, avant même de commencer à émerger. en matière d’assassinat politique, les Zétas Zunis savent faire (même si c’est un des leurs… Kennedy brothers, Luther King, Malcom X… sans compter les plus anonymes ou les plus étrangers

        +0

      Alerter
    • Tiblas // 30.07.2014 à 20h34

      “Ce qu’il manque à l’Ukraine…”
      S’il existe un homme providentiel pour sauver l’Ukraine d’un massacre fratricide je pense qu’il a peu de chance qu’on le laisse arriver au pouvoir aux vues des haineux au pouvoir et des intérêts occidentaux.
      Mais je pense que si espoir il y a il viendra du peuple ukrainien ( du moins j’espère) des mères qui voient leur fils partir combattre et mourir pour des oligarques corrompus et les intérêts US. Ajoutons à ça les conséquences économiques du coup état.bref je pense que les ingrédients sont présents pour que les ukrainiens moyens se révoltent comme savent le faire les slaves.

        +0

      Alerter
  • Jourdon // 30.07.2014 à 19h54

    Pour aller à l’appui de l’auteur de l’article, V. FEDEROVSKY, quelques réflexions.

    Je ne commenterai pas l’article lui-même, tant il est clair et brillant.

    Je me pose juste quelques questions concernant l’évolution de la situation et quelques ambiguïtés colportées.

    Pour éviter de colporter trop d’ambiguïtés, je crois les trois remarques suivantes utiles :
    – concernant l’histoire multi-séculaire de l’Ukraine et la Russie ; beaucoup a été dit ces derniers mois ; c’est une histoire complexe ; je crois qu’il ne faut pas simplifier le tableau. Présenter un package « adhésion à l’UE + à l’OTAN » à l’Ukraine – sans plus d’explications – était une erreur ;
    – depuis quelques mois, la situation fait craindre un éclatement du voisin européen le pays l’Ukraine. Il faut donc éviter une deuxième ambiguïté. Celle-ci consisterait à confondre l’Etat ou le Gouvernement russe ; le chef de l’Etat russe ; le peuple russe ou plus généralement la Russie. Si des séparatistes peuvent parfois avoir une oreille et des bureaux à Moscou, cela aurait pu être du à la longue histoire commune entre Ukraine et Russie ; aux sentiments nationaux qui vont avec – et non pas nécessairement des sentiments nationalistes. Cela ne veut pas dire qu’il y ait obligatoirement un appui direct de l’appareil d’Etat de la Russie aux séparatistes pro-russes sur le territoire de l’Etat l’Ukraine ; en fait je ne manque vraiment pas d’activités c’est pourquoi je n’ai pas été « à l’affut » de telles preuves sur le net ou ailleurs. En suivant régulièrement l’actualité par les moyens d’information normaux – ce site y inclus – je n’ai pas trouvé de preuves… Il est normal cependant que l’Occident soit ferme car le processus à gérer est très complexe, très important, et parfaitement délicat !
    – Le troisième point – sur le premier point je considère donc que des erreurs importantes ont déjà été commises dans la négociation occidentale dès le début ; sur le second point je suis inquiet – est celui sur lequel on peut encore agir en espérant commettre – j’espère – de moins en moins d’erreurs : la question des sanctions ciblées. C’est une pression. En période de crise il est normal d’appliquer des pressions afin de suggérer à « l’autre en face… » : de : ne pas commettre d’erreurs non plus…
    C’est tout ce que je voulais dire.
    Je ne suis pas fier de ce qui se passe :…

      +0

    Alerter
  • Julien // 30.07.2014 à 20h02

    Sauf qu’une Russie forte est incompatible avec la vision américaine.
    Rappelez vous ce que disait Obama en mars. La Russie est une puissance “régionale” alors que Poutine voit la Russie qui compte.
    Le début des problèmes de Poutine ont réellement commencé quand il a annoncé voir se réarmer et moderniser son armée ( suite à l’insistance des américains à mettre le bouclier anti-missile aux frontières de la Russie.)
    Les américains veulent garder le monde unipolaire, les russes et la chine veulent un monde multipolaire.

      +1

    Alerter
  • VladP // 30.07.2014 à 20h08

    Voilà de quoi être de moins en moins fier d’être Européen: http://french.ruvr.ru/radio_broadcast/5646129/275261686/
    Comme je le disais tantôt, À quoi bon jouer le trompe-la-mort avec les organes d’autrui. De toute façon, ça ne nous rends pas éternel et chacun meurt à son heure…
    Mais c’est vrai que là, ça tend au cannibalisme. 🙁
    Et comme je le disais aussi, les médecins signes toutes les déontologies et les serments d’Hippocrate que vous pouvez imaginer, mais pour certains, quand passe le fric sous le nez…
    Mengele n’est pas mort.

      +0

    Alerter
  • Michel Roissy // 30.07.2014 à 20h36

    Un reproche, le coté très “occidental” de la vision du communisme… des tas de gens on souffert du communisme…

    Sous Staline, c’est sur, ensuite, les médias occidentaux ont continué à nous les faire croire (souvenez vous les blagues sur le ravitaillement en URSS) Je connais pas mal de russes, nés dans les années 50 – 60 qui continuent à me dire, contre vents et marées, qu’ils vivaient bien, notamment en termes d’études, de protection sociale, d’emploi… certes, pas si bien que dans des pays plus nantis mais quand même…

    J’ai regardé des tas de films d’époque, les gens étaient habillés comme nous, dansaient comme nous, les filles étaient vêtues et coiffées selon nos standards de l’époque…. J’avoue que ça a été un peu un électrochoc.

    Cela dit, il est une grave erreur de mésestimer la résistance de ce peuple, ce ne sont pas encore des ouest-européens gavés, gras, pleins de cholestérol et de préjugés… prêts à tout pour défendre leurs petits privilèges

    Léningrad, deux ans de siège, 2 millions de morts civils et ils ont tenu ! A Stalingrad aussi. Une guerre avec la Russie, l’Europe n’est pas prête à la soutenir avec ses armées squelettiques et sous-équipées. L’appui des ZUESSA, en 1940, la France y a cru… nada

    Alors, reste l’option “frappes préventives”… bon, ça sera juste la fin de cette pitoyable race humaine…

      +0

    Alerter
    • harvest02 // 30.07.2014 à 22h30

      Tout à fait d’accord.
      Ah cette fameuse propagande que brocarde aujourd’hui ce blog. On aurait eu bien besoin de nombreux OB tout au long du XXème siècle.
      J’ai même rencontré des gens qui croyaient dur comme fer à la réalité de cartes avec des centaines de points rouges représentant chacun un camp de concentration en URSS … simplement parce qu’on leur avait montré cette carte.

        +0

      Alerter
  • VladP // 30.07.2014 à 20h45

    C’est en chauffant le fer au rouge dans la flamme dans la flamme qu’on en fait de l’acier…
    Que l’Europe prenne garde aux crimes dont elle se rend complice aujourd’hui. M. Poutine avance ses pions selon une stratégie bien réfléchie.
    Il se prépare…
    1 – Côté financier, avec les Brics et le système de paiement par carte russe qui fonctionne aussi dans les Brics.
    2 – Avec le positionnement pas satellite Gonas indépendant du GPS américain, aussi pour les Brics.
    3 – Avec le câble de télécom sous-marin depuis Vladivostok en passant pas l’Asie, Madagascar, l’Afrique du Sud, le Brésil et Cuba pour être indépendant de l’espionnage des communications américain.
    4 – Avec les contrats de fourniture de gaz en Asie, et en travaillant, au niveau diplomatique, les Pays européens séparément pour casser une éventuelle cohésion dans une attaque militaire déclenchée par l’US-Otan.
    5 – En ralliant un maximum de Pays d’Amérique latine dans un association de défense commune, et en fournissant des moyens de défense efficaces à la Syrie et à l’Irak.
    Et pendant ce temps, il en profite encore pour forcer les feux de la modernisation de son armée…
    GARE au moment où tous ces éléments arriveront à un point de convergence suffisant pour permettre une contre-attaque efficace!
    La finance, le gaz, le pétrole, les alliages stratégiques pour l’avionique, l’électronique (terres rares), l’armement, les communications secrètes, les moteurs fusée, la dépendance dans laquelle se trouve toujours les bataillons OTAN en Afghanistan… si tous ces leviers (et j’en oublie) sont activés en même temps, pendant l’hiver, et en coordination avec une vaste opération militaire avec la participation d’alliés tels la Chine, l’Inde, Le Brésil, l’Argentine, Cuba, le Chili, la Corée, la Syrie, l’Irak et peut-être même la Turquie d’ici-là…
    Sans compter avec une “neutralité” éventuelle, voir même un renversement d’alliance de l’Espagne, de l’Allemagne, de l’Autriche, du Portugal, de la Tchéquie, de la Serbie, de la Finlande (et là aussi, j’en oublie sûrement)…
    Je ne sais pas si l’Europe voudra toujours imposer 40 000 000 000 de dédommagement à la Russie pour indemniser des crapules…

      +0

    Alerter
    • Berger // 30.07.2014 à 21h37

      Vous avez raison sur toute la ligne. Pendant que les sanctions pleuvent et que Poutine parle de résultat contre-productif… Lavrov se démène comme un diable pour rallier de nombreux pays à la cause de la Russie. La survie de l’Europe est justement dans une alliance sérieuse et durable avec la Russie. Le TAFTA va sonner l’arrêt de mort des économies européennes. Les sanctions imposés aux banques étrangères de manière unilatérale par la justice américaine, sont un avant-goût de ce qu’il faudra “cracher au bassinet” pour avoir le droit de survivre. Aux USA la richesse, à l’Europe les picaillons. Et s’il y a bien un pays qui fera payer l’addition de la trahison européenne…c’est bien la Serbie qui n’a jamais pardonné le bombardement de Belgrade. En ce moment, des militaires serbes s’entraînent en Russie dans le cadre d’échanges de défense. Et s’il ne s’agissait que de cet exemple ! la guerre est toute proche. Si nos dirigeants restent autistes, on pourra les faire condamner pour complicité de crimes de guerre. Je pense que c’est historique. A chaque fois que les socialistes sont au pouvoir, c’est la guerre assurée.

        +0

      Alerter
    • Kiwixar // 30.07.2014 à 22h03

      avec le câble de télécom sous-marin depuis Vladivostok en passant pas l’Asie, Madagascar, l’Afrique du Sud, le Brésil et Cuba pour être indépendant de l’espionnage des communications américain.

      Faut pas rêver. Les Zuniens posent des bretelles sur les câbles sous-marins grâce à un de leurs sous-marins (USS Jimmy Carter) :
      Wikipedia ang : “Carter has additional maneuvering devices fitted fore and aft that will allow her to keep station over selected targets in odd currents. Past submarines outfitted this way were used to tap undersea cables”.
      Quand il y a une coupure d’internet, ou de gros ralentissements sur une zone (exemple pays arabes il y a quelques années), c’est qu’ils sont en train de poser une bretelle.

        +0

      Alerter
  • theuric // 30.07.2014 à 20h54

    L’Occident est échec et mat!

      +0

    Alerter
  • Sumbawa // 30.07.2014 à 20h54

    C’est un peu évident que même un opposant russe à Poutine ne peut pas verser dans la propagande anti-russe occidentales.

    De manière générale, C’est d’ailleurs un des effets néfastes et je pense “voulu” des mensonges de la propagande occidentale. Elle empêché toute critique du régime en place par les opposants politique et démocratiques locaux nécessaire à l’amélioration de la démocratie. Elle crée obligatoirement une forme d'”union nationale” à l’intérieur d’un pays face à l’opposition/agression “extérieure”

      +0

    Alerter
  • Martine-Bxl // 30.07.2014 à 20h54
  • Kiwixar // 30.07.2014 à 22h11

    Je pense que les “sanctions” contre la Russie ne sont pas contre ce pays, mais contre l’Europe.

    Elles n’auront pas d’effet réel contre la Russie, qui pourra se tourner encore plus vers l’Asie avec des contrats énergétiques long terme, et mettre en place des alternatives au niveau financier (financement, mode de paiement).

    Par contre elles risquent d’entraîner l’Europe dans une crise majeure, ce qui permettra de tempérer la demande en pétrole de l’UE, donc de maintenir le prix du baril à un niveau raisonnable pour les autres (USA).

      +0

    Alerter
  • harvest02 // 30.07.2014 à 22h22

    Article mi-figue mi-raisin: On ne peut qu’être d’accord avec certains points comme l’incompétence occidentale qui va renforcer Poutine et la détermination des Russes. Mais on relève aussi des opportunismes sur certaines situations, comme ce prétendu “esprit de Normandie” qui n’est qu’une occasion de flatter le pouvoir (à travers Hollande) du pays qui l’accueille (subventions en retour ?)

      +0

    Alerter
    • Cassandre // 31.07.2014 à 03h26

      Je partage votre point de vue. Fedorovsky est un ancien diplomate soviétique, qui a été écarté du pouvoir après la perestroïka et qui depuis entretient une sorte de jalousie envers les politiciens russes, notamment envers Poutine. Il écrit des romans historiques sur la Russie pour le grand public, dans lesquels il affirme beaucoup de choses, sans jamais apporter de preuves.
      J’ai eu l’occasion de le rencontrer il y a quelques années à Lausanne (Suisse), où il donnait une conférence sur la Russie. Il m’a fait l’effet de celui qui recherche à tout prix la reconnaissance publique suite à des frustrations… donc pas étonnant qu’il tente de flatter le pouvoir, il aime bien passer sur les plateaux TV….

        +0

      Alerter
  • Yves.JM // 30.07.2014 à 22h33

    Beaucoup sont trop jeunes pour connaître cette époque, dommage…

    http://www.ina.fr/video/CAF94060215

      +0

    Alerter
  • lon // 30.07.2014 à 22h40

    Ah, un interview dans Le Figaro…la droite française commence doucement à réagir , ça bouge dans les profondeurs, les gros managers et peut-être même aussi l’armée. Moi je prends, tout plutôt que la connerie néocon et l’angélisme droits-de-l’hommiste puant d’hypocrisie des socialistes .

      +0

    Alerter
  • lon // 30.07.2014 à 22h46

    Dans le journaux phares ” de gauche”, Le Monde et Libé, c’est maintenant un fait acquis : le vol Malaysian Airlines a été descendu par les séparatistes . Point . Bien sûr depuis il y a eu d’autres urgences, mais c’est bon, l’opinion publique a été marquée au fer rouge . Quant aux résultats de l’enquête, entre la “dissimulation” des preuves sur le site et la destruction du reste par les combats, les enregistrements confisqués et les montages divers, on peut déjà les oublier .
    Snipers de Maïdan ? Quels snipers ?

      +0

    Alerter
  • Nerouiev // 30.07.2014 à 22h49

    Il a dit exactement ce que me disent mes amis en Russie. La baisse du pouvoir d’achat ils s’en foutent complètement pourvu …. pourvu qu’on n’ait pas une troisième guerre mondiale.
    Washington n’a aucune intelligence humaine. Gagner, paraître. Où cela peut-il nous mener ? Et les pays d’Europe sont aux ordres ! C’est tellement invraisemblable que je n’y crois pas, qu’il va se passer quelque chose de positif pour tous.

      +0

    Alerter
    • Nerouiev // 30.07.2014 à 22h56

      Il y a pourtant un combat à mener tous ensemble, celui d’utiliser la deuxième moitié des ressources qui nous restent pour justement s’en libérer par de nouvelles technologies non encore abouties. Et comme gaspillage, la guerre est en première ligne.

        +0

      Alerter
      • Kiwixar // 31.07.2014 à 02h14

        utiliser la deuxième moitié des ressources qui nous restent

        Le problème c’est que cette moitié a un coût d’extraction beaucoup plus élevé que la première moitié, au point qu’il faudra rapidement 1 baril de pétrole d’énergie pour extraire 1 baril de pétrole. Et avant d’avoir ce ratio 1/1, la montée du prix du baril fera monter rapidement le prix des métaux qu’il nous faut pour extraire, ainsi que de la nourriture pour la main d’oeuvre.

        Ce n’est pas 150 ans qu’il nous reste, mais plutôt 5 ans…. voire moins, parce que les QE de la FED sont peut-être une manière déguisée de payer cette extraction à perte avec du papier.

          +0

        Alerter
        • Nerouiev // 31.07.2014 à 09h15

          Tout à fait surtout si on y ajoute une population en augmentation exponetielle et qui veut aussi une part du gâteau.

            +0

          Alerter
  • perceval78 // 31.07.2014 à 03h33

    A noter qu’en 1986 le Nicaragua avait porté plainte contre les USA devant la CPI, qui lui a donné raison,
    mais les US se sont dit non soumis au jugement de la cour.
    =
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Contras
    =
    En 1984, le Nicaragua décide de porter plainte contre les États-Unis à la Cour internationale de justice, ce qui aboutit en 1986 à un verdict appelant les États-Unis à ” cesser d’employer l’usage illégal de la force contre le gouvernement sandiniste ” en plaçant des mines sous-marines et en entraînant et appuyant les Contras. Les États-Unis avaient « rompus leur obligation dictée par le droit international de ne pas utiliser la force contre un autre État » et étaient condamnés à payer des réparations. Washington a déclaré que les États-Unis n’étaient pas soumis aux jugements de la Cour.
    =
    http://news.google.com/newspapers?nid=1250&dat=19850119&id=_ZEcAAAAIBAJ&sjid=QGIEAAAAIBAJ&pg=5460,2059475
    =

      +0

    Alerter
  • Thomas // 31.07.2014 à 03h55
  • Thomas // 31.07.2014 à 03h57

    V. Fedorovsky sent surtout le vent tourné et semble impatient de retrouver le rang diplomatique qu’il a perdu…

      +0

    Alerter
  • Thalie54 // 31.07.2014 à 10h38

    Et encore un enfumage :

    http://www.leparisien.fr/commentaire/success.php?id=4037223#blocCommentaires

    Le Parisien (infographie en fin d’article) prétend que la Suisse suit les sanctions contre la Russie.
    C’est faux.

    Le Conseil Fédéral s’est contenté de se dire attentif à ce que la Suisse ne soit pas utilisée comme plateforme pour détourner les sanctions occidentales.

    Même si du fait de l’espace Schengen, la Suisse se doit d’appliquer une partie des sanctions indirectement, pour l’instant, elle reste neutre et tous les suisses espèrent (et le font savoir) qu’ils entendent bien que cela reste ainsi.

    Les va-t-en-guerre ont si peu de soutiens dans le monde qu’ils sont obligés de s’en inventer.

      +0

    Alerter
  • -Marc- // 31.07.2014 à 10h50

    Le temps joue pour Poutine, et contre les Etats-nazis d’Amérique. C’est la raison pour laquelle les américains font tout pour déclencher un conflit qui leur permettra de gagner du temps en relançant leur économie madoffienne par la guerre, et de resserrer les rangs parmi leurs “alliés” qui ne se sont jamais autant méfié de cette jeune nation issue du rebut européen, à qui le mensonge la manipulation et la duperie tiennent lieu de politique étrangère.

    La Russie va souffrir, certes. Mais si elle tient bon elle verra les Etats-nazis se désagréger comme eux-mêmes ont assisté à l’implosion de l’URSS. Poutine le sait et semble avoir pris le parti de jouer contre la montre, pour emporter une victoire à peu de frais dont son image sortira immensément grandie auprès du bloc occidental le cas échéant (même s’il se fiche sans doute pas mal, et à raison, de sa côte de popularité auprès des pleutres associés).

    Poutine porte les espoirs des résistants occidentaux qui refusent de se soumettre à la barbarie d’une idéologie mondialiste de captation et de confiscation, tentant par des moyens totalitaires de contrôler les masses et de désincarner l’individu et le citoyen pour qu’il n’en reste qu’un consommateur malléable et asservi à l’ultra-consumérisme.

      +0

    Alerter
    • erde // 31.07.2014 à 13h40

      A ce sujet : “La Russie va souffrir, certes. Mais si elle tient bon elle verra les Etats-nazis se désagréger comme eux-mêmes ont assisté à l’implosion de l’URSS.”

      Relire sur ce site les papiers de Dimitri Orlov.

      Aucune chance pour ce pauvre peuple américain déjà mal en point de survivre à l’effondrement du dollar, excepté les petites communauté “hippies” qui subsistent encore……lol

      A contrario, le peuple russe résistera sans aucun doute !

      Et nous pauvres européens ? Qu’elle sera notre sort ?

        +0

      Alerter
      • harvest02 // 31.07.2014 à 19h08

        Il est probable que les états les plus riches seront les premiers à faire sécession pour “ne pas payer pour les plus pauvres”; je parie sur la Californie, le Texas et la Floride.

          +0

        Alerter
        • harvest02 // 31.07.2014 à 19h09

          Désolé, j’aurais quand même du préciser que je répondais au passage sur les américains.

            +0

          Alerter
    • Slavyanka // 01.08.2014 à 02h41

      C’est sûr que Poutine concentre sur lui de grands espoirs, il a la volonté de tenir tête aux Etats-nazis comme vous dites. Mais ce dont j’ai peur c’est l’existence de la «cinquième colonne» dans le pouvoir russe.
      Hier j’ai écouté l’interview du député Evgeny Fedorov qui met en garde à propos d’une tentative d’organisation de Maidan à Saint-Pétersbourg en septembre prochain, lors des élections municipales. Il affirme que les Américains sont derrière cela, qu’il mènent leur travail subversif en Russie avec le but de faire chasser Poutine du pouvoir, installer en Russie un gouvernement fantoche et piller les ressources russes. Bref, un scénario habituel…
      Ce qui me paraît inquiétant c’est qu’apparemment certains hauts fonctionnaires russes pourraient être corrompus et complices de cet intervention étrangère. Le pouvoir n’est pas uniforme et n’est pas détenu par Poutine uniquement, contrairement à ce que l’on pense. C’est comme cela que les Ricains pourraient s’infiltrer, d’ailleurs ils sont déjà assez présents et subventionnent l’opposition à travers des fonds divers. Ils vont essayer de renforcer leurs positions n Russie, c’est leur but de cette intervention “orange”.

        +0

      Alerter
  • JCB // 31.07.2014 à 10h56

    L’idée de Federovski de faire co-habiter les habitants d’Ukraine dans ses frontieres actuelle est je pense utopique dans la mesure ou les habitants du Donbass et dans l’ensemble, les Russes d’Ukraine n’oublieront jamais les massacres infligés à la population russophone (massacre d’Odessa, combats dans le Donbass et ses inombrables victimes civiles). L’action de l’armée ukrainienne s’apparente à l’épuration ethnique! Tuer et faire partir les russophones d’Ukraine!

      +0

    Alerter
  • Crapaud Rouge // 31.07.2014 à 22h11

    Il faut absolument trouver 35 milliards d’euros pour sauver l’Ukraine avant l’automne” : c’est pas pour dire, mais Eric Emptaz, donnait le même chiffre dès le 26 février.

      +0

    Alerter
  • Onyxx // 01.08.2014 à 11h39

    L’UE sait pertinemment bien que les sanctions jusque la imposées a la Russie vont d’une maniere ou d’une autre porter egalement prejudice, raison pour laquelle elle s’est menagée une porte de sortie pour ne pas perdre la face.
    1. Montrer aux Usa (tout de suite) que l’UE est soumise, en s’alignant sur la politique etrengère provocatrice et contreproductive de Washington
    2. Demontrer ( plus tard) a la Russie le caractère limité et a court terme des sanctions de l’UE a la difference des Usa.
    3. Plus il y aura (tension) pression sur la Russie, plus Bruxelles se jettera dans les bras de Washington et mieux Washington manifestera son leadership et ralliera a sa cause ses vassaux recalcitrants.
    4. Washington joue gros et est tombé cette fois-ci sur un os :
    – Quelqu’un connaissant bien la mentalité occidentale pré et post guerre froide.
    – Quelqu’un qui a une autre vision du monde avec le pontentiel de le realiser
    – Quelqu’un qui aime son pays et agit independamment sur la scene internationale.
    – Quelqu’un capable de prendre l’initiative, de prendre souvent Washington au depourvu et le pousser a réagir.

      +0

    Alerter
  • Onyxx // 01.08.2014 à 11h50

    Et Vladimir Poutine est presentement l’homme a eliminer pour Washington car autour de lui se cristallisent les attentes de tous ceux qui aspirent a un monde multipolaire.
    Raison pour laquelle les sanctions americaines pousuivront la russie encore longtemps

      +0

    Alerter
  • RGT // 05.08.2014 à 23h47

    Petit rappel mythologique :

    Qui était Europe ?

    Une femme qui avait été violée par Zeus…

    L’Europe s’est donc fait violer par Ze US…

    Tout est dit. Et ne dites pas qu’on ne vous avait pas prévenu !!!

    Sacrés Grecs, ils avaient réellement de bons oracles : Ils ont su prévoir l’avenir bien longtemps avant Nostradamus 😉

      +0

    Alerter
  • Slavyanka // 06.08.2014 à 00h23

    En effet voilà un mythe prémonitoire, trop forts les Grecs anciens ! :-))

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Europe_fille_d%27Ag%C3%A9nor

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications