Je continue et termine pour l’instant les papiers sur Hong-Kong, pour avoir un autre regard (dont je ne dis pas que c’est la Vérité ultime – à chacun d’exercer son esprit critique)

Les États-Unis reconnaissent qu’ils financent « Occupy Central »

par Tony Cartalucci.

Tony Cartalucci est un analyste en géopolitique américain basé en Thaïlande.

Son site présente un regard un peu différent sur les événements actuels.

N’ayant pas creusé le sujet (je ne peux tout faire), je n’ai aucune idée de s’il a tort ou raison (comme notre presse), mais ce contrepoint semble crédible, et peut nous inciter à nous poser les bonnes questions. A lire donc, comme toujours, avec un regard critique.

1er octobre 2014 (Tony Cartalucci – LD) – Tout comme les États-Unis ont admis, peu de temps après que le prétendu « Printemps Arabe » eut commencé à répandre le chaos à travers le Moyen-Orient, qu’ils avaient longtemps à l’avance, pendant des années, entièrement financé, formé et équipé aussi bien des meneurs de foule que des terroristes lourdement armés, il est maintenant admis que le Département d’État américain, à travers une myriade d’organisations et d’ONG, est derrière les prétendues manifestations « Occupy Central » à Hong Kong.

Le Washington Post indiquait ainsi dans un article intitulé « Hong Kong s’enflamme au moment même où la Chine serre la vis à la société civile » que :

Les dirigeants chinois, déconcertés par des protestations survenues en d’autres lieux cette année, ont constamment renforcé les contrôles sur les organisations citoyennes présentes sur le territoire continental et soupçonnées d’exécuter le programme de puissances étrangères.

D’après les experts, la campagne vise à isoler la Chine des idées occidentales subversives telles que la démocratie et la liberté d’expression et, plus spécifiquement, de l’influence des groupes américains qui pourraient tenter de promouvoir ici ces valeurs. C’est là une campagne de longue haleine, mais qui a été poursuivie avec une énergie renouvelée sous le président Xi Jinping, particulièrement après le renversement du président ukrainien Viktor Ianoukovitch à la suite de mois de manifestations de rues à Kiev qui ont été vues ici comme explicitement soutenues par l’Ouest.

Le Washington Post a également rapporté :

Un expert en politique étrangère, parlant sous couvert d’anonymat, le sujet étant sensible, a dit que Poutine avait appelé Xi pour lui faire part de son inquiétude à propos du rôle de l’Occident en Ukraine. Ces préoccupations se sont apparemment répandues en Chine dans les conversations autour d’une tasse de thé, selon des membres d’associations.

« Ils sont très inquiets des Révolutions Colorées, ils sont très inquiets de ce qui se passe en Ukraine », a dit le directeur de l’ONG internationale, dont l’organisation est en partie financée par le National Endowment for Democracy (NED), accusé ici de soutenir les manifestations sur la place centrale de Maïdan à Kiev. Ils disent « Votre argent vient des mêmes personnes. C’est clair, vous voulez renverser la Chine. »

Financé par le Congrès avec pour mission explicite la promotion de la démocratie à l’étranger, le NED a longtemps été regardé avec hostilité et méfiance par les autorités d’ici. Mais le faisceau de soupçons s’est élargi au point de comprendre des organisations américaines telles que la Fondation Ford, l’Institut international Républicain (International Republican Institute), le Centre Carter (Carter Center) et la Fondation Asie (Asia Foundation).

Bien entendu, le NED et tous ceux qu’elle subventionne, y compris l’Institut International Républicain et l’Institut International Démocratique, ne font rien qui soit « la promotion de la démocratie », mais en réalité s’occupent de construire un réseau mondial d’administration néo-impériale qualifié de « société civile » et parfaitement intégré au réseau des nombreuses institutions prétendument « internationales » de l’Occident, institutions qui à leur tour sont totalement contrôlées par des intérêts à Washington, du fait de Wall Street, et à Londres et Bruxelles.

Image : Alors que le Washington Post tente de faire croire à ses lecteurs que le NED a pour objectif de promouvoir la « liberté d’expression » et la « démocratie », les intérêts corporatistes et financiers représentés à la direction du NED sont tout sauf des champions de tels principes, et sont au contraire bien connus pour leurs principes diamétralement à l opposé.

Le concept même de « démocratie promue selon le modèle US » est scandaleux lorsqu’on s aperçoit que cette démocratie est impliquée dans un scandale de surveillance intrusive au niveau mondial, que les États-Unis sont coupables de mener des persécutions tout autour du monde, une guerre après l’autre, contre la volonté de leur propre peuple et sur la base de mensonges avérés, que ce régime brutalise et maltraite ses propres citoyens chez eux en utilisant une police militarisée sévissant contre des civils dans des villes comme Ferguson (Missouri), faisant par comparaison passer pour modérées les actions de la police chinoise contre les manifestants d’ « Occupy Central ». Il est clair que la « démocratie promue selon le modèle US » n’est rien d’autre qu’une couverture masquant l’expansion de ses projets d’hégémonie bien au-delà de ses frontières et aux dépens de la souveraineté nationale des populations sous son joug, y compris celle des américains eux-mêmes.

En 2011, dans l’article intitulé « Des groupes américains ont soutenu les révoltes arabes », le New York Times révélait semblablement au public l’importance de l’ingérence des États-Unis dans le soi-disant « Printemps Arabe » :

De nombreux groupes et individus directement impliqués dans les révoltes et réformes qui ont affecté la région, au rang desquels le « Mouvement des Jeunes du 6 avril » en Égypte, le « Centre Bahreini pour les Droits de l’Homme » et des militants sortis du peuple comme Entsar Qadhi au Yémen, ont reçu une formation et des financements d’organisations comme l’Institut International Républicain, l’Institut International Démocrate et Freedom House, une organisation à but non-lucratif pour les droits de l’homme basée à Washington.

L’article ajoute aussi, concernant spécifiquement le NED, que :

Les instituts Républicains et Démocrates sont plus ou moins affiliés aux partis Républicain et Démocrate. Ils ont été créés par le Congrès et sont financés par l’intermédiaire du National Endowment for Democracy (Fondation Nationale pour la Démocratie), un organisme créé en 1983 pour répartir les subsides pour la promotion de la démocratie dans les pays en voie de développement. Le National Endowment for Democracy reçoit près de 100 millions de dollars annuels de la part du Congrès. Freedom House reçoit aussi le gros de son financement du gouvernement américain, principalement du Département d’État.

Image : Le sénateur américain John McCain sur scène à Kiev, en Ukraine, encourageant la révolte financée par les États-Unis en Europe de l’Est. En 2011 il avait, dans une provocation célèbre, averti la Russie et de la Chine que la subversion financée par les États-Unis irait jusqu’à eux. « Occupy Central » est une des nombreuses vagues qui, depuis lors, ont frappé les rivages de la Chine.

Le belliciste et interventionniste sénateur américain John McCain avait en 2011 dans une provocation célèbre averti à la fois les prédécesseurs du Président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine et du Président de la République Populaire de Chine Xi Jinping que la subversion balayant le Moyen-Orient serait bientôt redirigée vers Moscou et Pékin. The Atlantic, dans l’article de 2011 « The Arab Spring : ‘A Virus That Will Attack Moscow and Beijing’ » rapportait :

Il [McCain] déclara « Il y a un an, Ben Ali et Khaddafi n’étaient plus au pouvoir. Assad ne sera plus au pouvoir dans un an à compter d’aujourd’hui. Ce Printemps Arabe est un virus qui attaquera Moscou et Pékin ». McCain s’éclipsa alors de la réunion.

Vu la nature ouvertement étrangère des financements, non seulement du « Printemps Arabe », mais maintenant de « Occupy Central », et vu le chaos, la mort, la déstabilisation et l’effondrement subis par les victimes des précédentes révolutions menées par les Américains, le mouvement « Occupy Central » peut être dépeint sous un jour nouveau : une foule de dupes utilisée à la destruction de sa propre maison – tout en malmenant les principes de la « démocratie », derrière lesquels s’exprime une tyrannie étrangère insidieuse, diamétralement opposée, et imposée, guidée par d’immenses intérêts capitalistes-financiers s’étendant sur le monde entier et qui craignent et s’activent à détruire la concurrence. En particulier, cette domination mondiale cherche étouffer la réémergence de la Russie comme puissance mondiale, et à empêcher la montée de la Chine elle-même sur la scène mondiale.

Le projet régressif des meneurs du mouvement « Occupy Central » soutenus par les Américains, et leur utilisation éhontée des bonnes intentions des nombreux jeunes gens pris au piège de leurs artifices, constitue une menace en réalité en tout point aussi dangereuse que ce qu’ils prétendent être la « menace » que Pékin constitue sur l’île de Hong Kong et sa population. Espérons que le peuple chinois et les nombreuses personnes de par le monde qui regardent le déroulement « d’Occupy Central », se rendront compte qu’il s’agit d’une façon pour un intérêt étranger d’avancer ses pions, et qu’ils feront face avant qu’un lourd tribut ne soit prélevé sur Hong Kong, à l’instar des nations qui, jusque-là, ont succombé à ce genre de manipulations : Libye, Syrie, Ukraine, Égypte et bien d’autres encore.

Source : Land Destroyer, 01/10/2014

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.


Terrorisme et soulèvements : l’endiguement de la Chine par les États-Unis

Le 2 octobre 2014 (Tony Cartalucci – LD) – Quant au mouvement « Occupy Central » de Hong Kong, largement présenté comme une révolte fomentée par les États-Unis, les lecteurs doivent savoir que ce soulèvement populaire (et notamment estudiantin) n’est que la partie visible d’une campagne plus vaste des États-Unis destinée à endiguer et soumettre la Chine.

Dès le début de la Guerre du Vietnam, l’affaire des « papiers du Pentagone », qui éclata en 1969, a révélé que ce conflit n’était qu’une étape d’une stratégie plus globale visant à l’endiguement et au contrôle de la Chine.

Trois extraits importants de ces papiers révèlent cette stratégie. Le premier extrait affirme :

« … la décision de bombarder le Nord-Vietnam prise en février et l’approbation, en juillet, de la phase I ne sont compréhensibles que dans la perspective d’une politique américaine consistant à endiguer la Chine sur le long terme. »

Ces documents affirment aussi que :

« La Chine – comme l’Allemagne en 1917, comme l’Allemagne en Occident et le Japon en Orient à la fin des années 1930, et comme l’URSS en 1947 – menace de devenir la principale puissance capable de mettre en cause notre importance et notre influence dans le monde, et plus menaçant encore à long terne, menace de fédérer toute l’Asie contre nous. »

Et pour finir, l’auteur y dépeint l’immense théâtre régional dans lequel les États-Unis étaient engagés contre la Chine

« les efforts à long terme pour contenir la Chine se concentrent sur trois fronts (en tenant compte du fait que l’URSS « endigue » la puissance chinoise au nord et au nord-ouest) : a) le front Japon-Corée ; b) le front Indo – Pakistanais et c) le front Sud-Est Asiatique. »

Même si les États-Unis ont fini par perdre la guerre du Vietnam et par là même toute chance d’utiliser les Vietnamiens comme hommes de main contre Pékin, la guerre de longue haleine contre Pékin devait continuer ailleurs.

Cette stratégie d’endiguement allait être mise à jour et détaillée dans le rapport de l’Institut des Études Stratégiques paru en 2006 et intitulé : « Collier de perles : Relever le défi de la montée en puissance de la Chine partout sur le littoral asiatique ». Y sont décrits les efforts de la Chine visant à garantir son approvisionnement vital en pétrole acheminé depuis le Moyen-Orient jusqu’à ses côtes en Mer de Chine méridionale, ainsi que les moyens pour les États-Unis de conserver leur hégémonie dans l’océan Indien et l’océan Pacifique. Le postulat étant qu’en cas d’échec de la politique étrangère occidentale à amener la Chine à devenir un acteur responsable de Wall Street et du « système international » de Londres, des confrontations de plus en plus fortes seront nécessaires pour endiguer cette puissance émergeante.

Les effets de cette guerre par procuration se sont manifestés lors du soi-disant « Printemps arabe » quand les intérêts de la Chine ont souffert dans des pays comme la Libye, réduite au chaos par des soulèvements soutenus par les États-Unis et par une intervention militaire directe. Le Soudan sert aussi de champ de bataille par procuration, l’Occident s’y servant du chaos pour chasser les intérêts chinois hors d’Afrique.

Plus récemment, des troubles politiques ont frappé l’Asie du sud-est. La Thaïlande vient juste d’évincer le régime pro-américain dirigé par le dictateur Thaksin Shinawatra, pendant que la Birmanie voisine tente de conjurer une sédition organisée par la scène politique américano-britannique et dirigée par Aung San Suu Kyi.

En Chine même, les Etats-Unis utilisent le terrorisme comme moyen de déstabiliser et de diviser la société chinoise dans le but d’en faire un vaste territoire ingouvernable. Dans la province du Xinjiang à l’ouest, les Etats-Unis soutiennent pleinement des séparatistes violents.

En effet, le tout premier soutien des séparatistes ouighours du Xinjiang est le Fond National pour la Démocratie du Département d’État des États-Unis (NED). Concernant la Chine, la région Occidentale mentionnée comme « Xinjiang/Turkestan oriental » a sa propre page Web sur le site du NED couvrant les divers fronts financés par les USA, dont :

La Fondation Internationale Ouïghoure pour la Démocratie et les Droits de l’Homme 187 918 $

Pour promouvoir les droits des femmes et des enfants d’ethnie ouïghoure. La Fondation tiendra un site internet en langues anglaise et ouïghoure et défendra les droits des femmes et des enfants ouïghours.

La Section ouïghoure du PEN Club (NdT :acronyme de Poètes, Essayistes, Romanciers) 45 000 $

Pour promouvoir la liberté d’expression pour les Ouïghours. La section ouïghoure du PEN club tiendra un site web qui fournira des informations sur les écrits interdits, les travaux et la situation des poètes persécutés, des historiens, des journalistes et autres. Le PEN ouïghour mènera aussi des campagnes de sensibilisation de l’opinion publique internationale au nom des écrivains emprisonnés.

L‘Association Américaine Ouïghoure 280 000 $

Sensibiliser aux problèmes des droits de l’homme touchant les Ouïghours. Son projet concernant les Droits de l’Homme consistera à rechercher, documenter et porter à l’attention de l’opinion publique internationale des informations précises et indépendantes sur les violations des droits de l’homme dont font l’objet les populations turcophones dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang.

Le Congrès Mondial Ouïghour 185 000 $

Pour améliorer la capacité des groupes et meneurs pro-démocratie ouïghours à mener des campagnes efficaces pour les droits de l’homme et la démocratie. Le Congrès Mondial Ouïghour organisera une conférence réunissant les groupes et meneurs favorables à la démocratie sur les questions interethniques et conduira un travail de défense des droits de l’homme ouïghour.

ll est à noter que la liste ci-dessus a été prise sur le site web du NED en mars 2014. Depuis, le NED a supprimé un certain nombre d’organisations de cette liste, ainsi qu’il l’avait fait antérieurement pour d’autres nations, en prévision de l’intensification des campagnes de déstabilisation dans lesquelles il voulait dissimuler son rôle.
Chacune de ces organisations financées par le NED défend ouvertement le séparatisme vis-à-vis de la Chine, refuse même l’autorité chinoise sur la région et ne s’y réfère qu’en termes d’« occupation chinoise ».

De surcroît, le Congrès Mondial Ouïghour, financé par les États-Unis, a tenté de justifier l’attaque terroriste de mars 2014 à Kunming en affirmant que les autorités chinoises avaient laissé très peu de marge de manœuvre aux séparatistes. La brève de la radio du Département d’État US « Radio Free Asia » intitulée « 33 morts lors des violences de la gare chinoise de Kunming » rapportait :

Le porte-parole du Congrès Mondial Ouïghour, Dilxat Raxit, a déclaré dans un courriel qu’il n’y avait « aucune justification aux attaques subies par des civils » mais il a ajouté que les politiques discriminatoires et répressives ont provoqué en retour des « mesures extrêmes ».

Depuis les guerres par procuration des années 60 à travers l’Asie du Sud-Est jusqu’aux troubles actuels à Hong Kong en passant par le « Printemps Arabe » créé par les USA en 2011 ainsi que par le terrorisme au Xinjiang, c’est une lutte existentielle qui se joue pour la Chine autour de sa souveraineté, et non pas une lutte pour la « démocratie » ou la « liberté d’expression ». Quels que soient les problèmes du peuple chinois avec son gouvernement, ils sont de son ressort et il lui appartient de les résoudre en suivant sa propre voie. Sous couvert de promotion de la « démocratie », les USA poursuivent leurs tentatives d infiltrer la Chine avec des institutions et des mesures soutenues par Washington afin de subvertir, coopter ou renverser l’ordre politique à Pékin puis d’établir sur ses cendres leur propre ordre néo-colonial dans le seul but de servir les intérêts de Wall Street et de Washington, et non ceux du peuple chinois.

Image : Le meneur des protestations Benny Tai – soutenu par l’Institut Démocratique National du Département d’Etat – directeur depuis des années du Centre de Droit Public et Comparé (CCPL) qui collabore avec le gouvernement américain et reçoit des fonds de ce même gouvernement – appelant à l’occupation de Hong Kong. Hong Kong a déjà été occupée, par la Grande-Bretagne de 1841 à 1997.

En ce qui concerne les foules d’« Occupy Central, » beaucoup ont de bonnes intentions, mais la direction est sciemment en cheville avec des intérêts étrangers cherchant à renverser, diviser et détruire le peuple chinois – à l’instar de ce que la Chine a subi au XIXème siècle et jusqu’au début du XXème siècle, alors qu’elle était aux mains des pouvoirs européens.

Source : LandDestroyer, 02/10/2014

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

30 réponses à Les États-Unis reconnaissent qu’ils financent « Occupy Central » par Tony Cartalucci

  1. vérité2014 Le 10 octobre 2014 à 05h35
    Afficher/Masquer

    Dans le même genre en ce moment au Brésil les USA et la CIA essayent de faire battre Roussef..avec non moins de deux candidats contre elle…la première pseudo écolo socialisto évangéliste battue au premier tour(Silva) et un second lapin sorti du chapeau pour le second tour le 26 octobre,un certain Neves qui était encore nulle part dans les sondages il y a quinze jours…

    La candidate de Soros battue au premier tour appelle à voter soit contre Roussef,soit blanc soit l’abstention.

    Donc une pseudo socialiste qui appelle à voter..à droite..

    Comme si Le Pen demandait de voter Mélenchon …

    Les US sont prêts à tout pour casser les BRICS et retirer le B de BRICS..Poutine a deja prévu d’y mettre un A d’Argentine(ou l’on vient de découvrir une immense réserve de pétrole…comme c’est bizarre).

    ARICS ou BRICS ?Réponse le 26 octobre

    Brésil: léger avantage de Neves sur Rousseff pour la présidentielle

    http://www.romandie.com/news/Bresil-leger-avantage-de-Neves-sur-Rousseff-pour-la-presidentielle/525836.rom

    A noter que la chute des prix du pétrole est aussi une manip US,pour ruiner la Russie,l’objectif est de le faire tomber à 60 usd.

    L’Arabie des Saouds a accepté d’augmenter sa production soudainement alors qu’une nelle récession mondiale s’installe et un probable méga krach,donc rien qui le justifie sauf un petit service aux protecteurs US..

    Et dire qu’il y a encore des gogos(journalistes)qui nous sortent le narrative officiel sur tous ces sujets….à pleurer.


    • Lysbethe Levy Le 10 octobre 2014 à 09h52
      Afficher/Masquer

      “A noter que la chute des prix du pétrole est aussi une manip US,pour ruiner la Russie,l’objectif est de le faire tomber à 60 usd.

      L’Arabie des Saouds a accepté d’augmenter sa production soudainement alors qu’une nelle récession mondiale s’installe et un probable méga krach,donc rien qui le justifie sauf un petit service aux protecteurs US.”

      Je vous crois aisement car c’est ainsi que les USA ont fait pour aider à faire basculer l’URSS en 1989 de la même façon, selon le livre de Eric Laurent : la face cachée du pétrole :.

      http://www.eric-laurent.com/pages/LA_FACE_CACHEE_DU_PETROLE-231453.html ou il explique que l’Arabie Saoudite a joué le jeux et augmenté sa production à la demande des américains.

      Voilà les méthodes de voyous que les Usa n’hésitent pas en plus d’agresser militairement un pays si il ne se soumet pas, des sanctions économiques, privations comme en Iran …

      Avec le chantage incessant “aux droits de l’Homme” et une propagande “noire” effréné ils oublient qu”eux mêmes sont souvent les pires ennemis des droits de l’homme dans leurs régions d’influence et leur Etat.fédérale.

      Guantanamo, les prisons secrètes de la CIA, partout dans le monde, surtout celles sur des “bateaux” véritables camps flottants pourtant dénoncés par des mouvements anti-guerre.


      • Horzabky Le 11 octobre 2014 à 15h43
        Afficher/Masquer

        Comme disait le regretté Jacques Bergier, “Il ne faut pas voir la main de Moscou dans la culotte de tous les zouaves.”

        Il ne faut pas voir la main de Washington non plus. L’Arabie Saoudite est incapable d’augmenter sa production de façon significative, comme le savent tous ceux qui s’intéressent de près au Pic Pétrolier. La baisse du prix du pétrole, comme le montre Gail Tverberg sur son site, est due à l’insolvabilité croissante des demandeurs. Pour faire simple, le monde s’appauvrit (en tout cas globalement, il y a des exceptions locales) et donc de plus en plus de nations, renonçant à acheter un pétrole trop cher, réduisent leur consommation. C’est vrai même en Occident.

        Ce que l’Arabie Saoudite pouvait faire dans les années 80 – ouvrir les vannes de pétrole pour faire chuter les prix et mettre l’URSS en faillite – elle ne le peut plus aujourd’hui.

        Je suis moi aussi très critique vis-à-vis de la politique étrangère des Etats-Unis, mais il faut rester objectif : la baisse du prix du pétrole n’est pas le résultat d’une manipulation de plus de Washington, elle est due à d’autres facteurs.


  2. vérité2014 Le 10 octobre 2014 à 06h04
    Afficher/Masquer

    UKRAINE:Voici Comment en Crimée la Russie a roulé dans la Farine les USA et leurs alliés

    L’Occident veut l’adhésion de l’Ukraine à l’Otan, afin de priver la Russie de son accès à la mer Méditerranée. Alors que la Russie veut tout simplement annexer la Crimée pour éloigner une telle éventualité. La Crimée est en effet le seul accès de la Russie en mer chaude.
    Ailleurs, au nord, c’est la mer froide et si l’Occident déclenchait une guerre contre la Russie en hiver, tous ses bateaux seraient bloqués dans des eaux gelées de la Baltique ou de la mer du Nord. Ce serait donc une défaite même avant de combattre. Voilà pourquoi une Russie qui se veut une puissance militaire mondiale ne peut pas renoncer à la Crimée, même au prix de livrer une guerre mondiale contre les Etats-Unis d’Amérique et leurs alliés.

    https://www.youtube.com/watch?v=WENQut_1nU0


    • Patrick Luder Le 10 octobre 2014 à 06h13
      Afficher/Masquer

      C’est la partie Ukrainienne “europhile” qui souhaitait l’adhésion à l’Otan, adhésion refusée par les membres de l’Otan.

      La Crimée à décidé elle-même, par une votation à 95% de rejoindre la Russie, ce n’est pas la Russie qui à annexé la Crimée.

      Ce sont les USA et leurs alliés qui cherchent une entrée en guerre avec une Russie qui fait tout pour désamorcer le conflit.

      La vérité en 2014 n’est plus ce qu’elle était 😉


    • Alain Le 10 octobre 2014 à 06h21
      Afficher/Masquer

      C’est correct, toutefois l’accès à la Méditerranée est contrôlée par le détroit des Dardanelles et donc par la Turquie membre de l’OTAN, et au-delà l’accès à l’Atlantique l’est par le détroit de Gibraltar et donc la Grande-Bretagne et l’Espagne. Quand au canal de Suez, pas sûr que l’Egypte soit une garantie de neutralité. Donc malgré Sébastopol, la marine russe n’est pas si libre de ses mouvements. Maintenant avec le réchauffement climatique, les ports du nord vont être de moins en moins bloqués


  3. Patrick Luder Le 10 octobre 2014 à 06h04
    Afficher/Masquer

    “les idées occidentales subversives telles que la démocratie et la liberté d’expression ”

    Eh la chine, pas de panique, tout ce qu’il reste de notre démocratie est un droit d’élection de ceretains postes, tout ce qu’il reste de notre liberté d’expression est étouffé par une désinformation de masse. L’excuse de la démocratie peut très bien être un levier pour imposer votre vision sans être combattu, l’excuse de la liberté d’expression peut très bien être un moyen renforcé de faire accepter votre propagande comme la vérité ultime. La ou la chine fait accepter de force dirigisme et propagande, l’occident y arrive aussi sous les fausses bannières de la démocratie et la liberté d’expression ;o)


    • A. Volonte Le 10 octobre 2014 à 07h58
      Afficher/Masquer

      Et en Occident? Il y a les écoutes téléphoniques, l’interception de courriers électroniques, … . Tout cela mis en marche sans aucune vote démocratique.

      Et c’est quoi, le droit de libre expression quand nos dissidents doivent trouver refuge dans les ambassades étrangers?


  4. Kiwixar Le 10 octobre 2014 à 06h33
    Afficher/Masquer

    Un point soulevé par cette ingérence externe, c’est sur l’utilisation de l’argent de l’Etat fédéral US (donc des contribuables zuniens ou de leurs descendants, via la Dette), pour l’intérêt des 99% ou bien l’intérêt des 1%, et leur rejet primaire de toute forme de socialisme :

    – “le socialisme pour les 99%, c’est mal” : dépenser de l’argent pour les pauvres, les retraités, la santé, les vétérans, la classe moyenne, l’éducation, les transports en commun

    – “le socialisme pour les 1%, c’est bien” : dépenser 1000 milliards par an pour l’armée, pour l’ingérence externe profitant aux grosses corporations, pour le démantèlement de nations permettant aux majors du pétrole de se gaver, pour la surveillance généralisée, pour sauver les banques too-big-to-fail et too-big-to-jail, etc

    Les US, “c’est une économie capitaliste d’État avec un interventionnisme de l’État important” (Chomsky)


  5. Joanna Le 10 octobre 2014 à 08h42
    Afficher/Masquer

    En lien avec tous ces sujets (Ukraine, Chine …) cette confession d’Udo Ulfkotte, ancien reporter auteur de « Gekaufte Journalisten » (Journalistes achetés), où il confirme que la plus grande partie des « journalistes » occidentaux sont payés pour écrire ce qui convient aux USA.

    https://www.youtube.com/watch?v=7cwQ0fObxng


  6. Vallois Le 10 octobre 2014 à 09h13
    Afficher/Masquer

    Les mêmes méthodes, les mêmes messages, tout est visible.
    Un kit de communication est offert ainsi qu’une campagne marketing dont les journalistes sont porteurs. Je me demande même si on leur offre pratiquement les articles qu’ils publient ensuite sous leurs noms.

    Quoiqu’il en soit je suis très curieux de ne pas voir les chinois et les russes utiliser la même stratégie sur le sol américain et financer les organisations de même natures. J’apprends aujourd’hui encore un crime raciste à Saint-Louis Missouri : pourquoi ne pas faire revenir les Black Panthers ? Il faut utiliser la stratégie de Scipion contre Hannibal.


  7. papy Le 10 octobre 2014 à 09h49
    Afficher/Masquer

    Il y a déjà 15 jours, un journal chinois signalait que des accès internet d’Occupy Central pointaient vers des adresses IP de la CIA … ça valait ce que ça valait ! A propagande, propagande et demi !

    La véritable preuve de l’ingérence US, c’est le timing ! Pourquoi des étudiants hongkongais s’inquiéteraient d’un coup des procédures d’élections qui se dérouleront dans deux ans …


  8. MagPie Le 10 octobre 2014 à 12h50
    Afficher/Masquer

    Nouvelles du jour :
    Le gouvernement de Hong Kong a refusé de poursuivre les discussions avec les leaders d'”Occupy”, en disant que les dernières déclarations de ces derniers (je résume : “on se battra jusqu’à ce que toutes nos revendications triomphent”) ne créaient pas un “climat propice à la négociation”.
    Lien en anglais (pardon) http://www.shanghaidaily.com/national/Hong-Kong-cancels-protest-talks/shdaily.shtml

    CY Leung, le chef du gouvernement de Hong Kong est mis en cause pour conflit d’intérêt et non déclaration de revenus. Une histoire de “consulting” pour une entreprise de bâtiment australienne, il y a 4 ans, avec 6,4 millions de dollars dans la nature. Le trafic d’influence, c’est mal. Et le timing de la révélation par une agence de presse australienne (Fairfax Media) est impeccable.
    En anglais encore : http://www.bbc.co.uk/news/world-asia-china-29547860

    Pour l’anecdote, la fille de CY Leung (qui défraye la chronique depuis pas mal de temps et ne semble pas la jeune personne la plus équilibrée d’Asie) n’aide pas du tout son père en postant, il y a quelques jours, sur facebook des déclarations du genre “Merci aux contribuables hongkongais, pour [mes colliers], mes chaussures, mes robes et mes sacs de luxe”. http://www.dailymail.co.uk/news/article-2777527/Daughter-Hong-Kong-Chief-Executive-facing-calls-quit-pro-democracy-protesters-takes-Facebook-thank-taxpayers-buying-expensive-necklaces-shoes.html


    • Vallois Le 10 octobre 2014 à 15h07
      Afficher/Masquer

      Je me pose la question ; qu’est-ce qui fait que chez nous Bygmalion et Cahuzac/Thévenoud (pour diversifier) n’a pas provoqué ce genre d’occupation et de manifestation ?
      Faut-il le petit coup de pouce d’organisations structurées étrangères hostiles au pays même ?
      Y a t’il plus de pauvres ? Sont-ils plus optimistes sur l’avenir que nous ? Plus crédules quant à ce qu’on leur vends comme de la démocratie ?


      • MagPie Le 10 octobre 2014 à 15h33
        Afficher/Masquer

        En fait, chronologiquement, cette “révélation” embarrassante est postérieure au mouvement de manifestation étudiant ; elle n’en est pas du tout à l’origine.
        C’est un développement marginal, qui rend la position du chef de Hong Kong encore plus inconfortable, et le décrédibilise autant vis-à-vis des hongkongais que des chinois “continentaux”, auxquels le gouvernement actuel a promis une moralisation des pratiques politiques.


  9. Saabaïdii Le 10 octobre 2014 à 14h04
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    A tout bien regarder, il ne semble pas pouvoir exister; ne serait-ce que de façon très éphémère; de phénomènes auto-produits.Ceux-ci résultant immanquablement d’une, ou d’une multiplicité de causes produisant nécessairement une, ou une multiplicité d’effets différés ou pas.
    Dans ce qui apparait dans le visible, un des linéaments de cette affaire de HK prendrait sa source
    au creux de moelleux fauteuils outre atlantique.Cet agent pathogène agressif, de nature purement idéologico-chimérique, prolifère sur l’épiderme des peuples et de la planète qui les porte, et conduit, parfois, à la destruction des cellules épithéliales protectrices ouvrant la voie à des affections bien plus profondes.Par delà les formulations métaphoriques, toute nation, groupes ou entités revendiquant sciemment ou ipso facto une hégémonie inconditionnelle théorisée, ne peut conduire qu’à la production de causes, in fine, toutes destructrices et cette fois à très court terme. Son monstrueux avatar se nomme: hyper-financiarisation ultralibérale mondialisée. De ce point de vue; les usa, en tant qu’ implacables promoteurs théorie-système, assistés des quelques thuriféraires planétaires; endossent une responsabilité pleine et entière .
    Rien d’étonnant à ce qu’ils aient contribué aux évènements de HK, en tentant d’appuyer là où
    les tissus sont en voie de régénération.Cependant, ces phénomènes, pour se produire, puisent à une multiplicité de causes, qu’on ne peut imputer aux seuls usa. La Chine-système, présente à l’évidence, de nombreuses et importantes “défaillances” qu’il est aisé d’insidieusement exploiter à des fins peu vertueuses.
    Par ailleurs, M.Cartalucci écrit en conclusion :”..des intérêts étrangers cherchant à renverser, diviser et détruire le peuple chinois…”.
    Que des intérêts étrangers tentent au mieux d’affaiblir, voire de tester ou de diviser une partie microscopique d’une partie microscopique du peuple chinois, d’accord; mais de “renverser, diviser et détruire le peuple chinois”, alors là, je souhaiterais aux instigateurs présumés, de se pencher un peu sérieusement sur ce qui fonde cette civilisation et médite la tenace résilience dont elle a fait preuve dans les tourmentes millénaires.Juste pour faire court.
    @Vallois à 09h13
    Stratégie russo-chinoise: laisser agir le poison-système et laisser se dissoudre le moribond de l’intérieur sans intervention, ce qui, nous le voyons, ne serait pas sans risque immédiat; tenter d’édifier parallèlement un autre type d’architecture visant à fédérer plutôt que mépriser ?.


    • ioniosis Le 10 octobre 2014 à 15h21
      Afficher/Masquer

      la stratégie chinoise- russe dans les routes de la soie , qui incluent l’allemagne désenclavent totalement , ces deux puissances montantes, sans oublier les BRICS qui pourraient compter
      une sixième puissance sur le longt terme :l’allemagne qui n’a pas dis non aux propositions chinoises.
      qui développe un réseau commercial eurasiatique et de l’asie centrale. un immense réseau terrestre non controlé par les USA et leurs serviteurs de l’otan. un cauchemard pour le dictateur
      de la maison blanche qui ne fait que commencer.

      http://reseauinternational.net/alliance-beijing-moscou-berlin-chine-russie-peuvent-extirper-washington-leurasie/


      • Saabaïdii Le 10 octobre 2014 à 19h25
        Afficher/Masquer

        Oui, en effet.
        Si cette stratégie de jonction aboutit, elle connectera à nouveau par voie terrestre rapide, par la voie du Nord-ouest et du Sud-ouest l’immense et foisonnante Eurasie à travers laquelle les humains n’ont jamais vraiment cessé leurs échanges durant des millénaires.
        Oui, le cauchemar est en marche, il cessera dans ses sinistres manifestations quand les visées théoriques erronées du pseudo-bloc BAO toutes pleines de morgue arrogante seront conduites à résipiscence d’une façon ou d’une autre, cela valant pour tous les continents bien entendu.
        Gageons que les futurs reconnecteurs se conduiront mieux que leurs devanciers occidentaux.
        Il y aurait tant à dire, pardon, je fais court.
        Bien cordialement


  10. Negrello Le 10 octobre 2014 à 14h15
    Afficher/Masquer

    Ce qui est génial de la part des USA, non pas du peuple américain mais de ces élites c’est qu’ils sont balaises.

    Chez eux:
    * Ils sur-arment leur police pour qu’elle ait à sa disposition des moyens quasi militaires au cas où le peuple ne serait pas d’accord
    * Ils donnent des super pouvoirs à la FEMA
    * Ils ont le NPA ainsi que le NDAA
    * Ils ont Gantanamo
    * Ils font tourner la planche à billet comme de simples faux monnayeurs par le biais de la FED qui est une banque privée, faut-il le rappeler et non une banque centrale
    * Ils ont le premier budget militaire au monde
    * Ils ont la CIA, le FBI, la NSA, la DEA et toutes celles que nous ne connaissons pas.

    Dans le monde:
    * Ils cadenassent l’Europe par le biais de l’Union européenne
    * Ils mettent le chaos au Moyen orient, en Afrique,
    * Ils agitent Russie, Chine, et Amérique du sud
    * Ils forment, financent, équipent les terroristes ( Al quaida, EIIL…….
    * Ils tuent et renversent sans état d’âme par le biais de leurs agences et la CIA, ceux qui ne leur conviennent pas ou plus au nom de la liberté et de la démocratie
    * Ils soutiennent des nazis, des facistes, des pays aux relations et comportements ambigus (pays du moyen orient, Israël inclus)
    * Ils utilisent, pour la première fois l’utilisation de la bombe atomique sur des civils et à deux reprises, c’est mieux, ….. cela permet de vérifier que cela fonctionne bien
    * Ils organisent, planifient, financent les révolutions de couleur, de parapluies…….. et bientôt de chocolat
    * Ils écoutent toutes les conversations du monde entie … on va enfin tout savoir.
    * Ils espionnent leurs alliés jusque dans leur portables ….ça c’est pas bien
    * Ils nous imposent les sanctions contre la Russie à l’encontre de nos intérêts stratégiques
    * Ils mentent et/ou ils omettent la vérité
    * ils ont créé l’OTAN bien avant le pacte de Varsovie.
    * L’OTAN prend des parts de marchés et va même jusqu’à proximité de la Russie mais faut pas le dire trop fort.

    Qu’ai-je oublié ?

    Qui d’autre dans le monde , fait cela?
    Si quelqu’un peut me le dire, je suis preneur.

    A oui, on nous a dit dernièrement la Russie, quelle bonne blague. Hollande aurait pu la faire.

    Ils nous donnent des leçons de démocratie et Nous, on ne dit RIEN.
    Aurions-nous tous perdu notre honneur ?
    J’en connais un qui du ciel ne doit pas être très content, n’est-ce pas Mon Général!


    • Zasttava Le 11 octobre 2014 à 13h28
      Afficher/Masquer

      Désolé Negrello, vous avez oublié leur “force de vente”, arme culturelle absolue, qui enrobe tout ce que vous avez décrit pour les faire passer pour des gentils auprès de nous :

      H O L L Y W O O D

      😉

      Démonstration édifiante ici : http://www.acrimed.org/article4462.html


      • Negrello Le 14 octobre 2014 à 12h06
        Afficher/Masquer

        Vous avez parfaitement raison.

        Hollywood est la plus grande machine de propagande qu’ils utilisent depuis la WW II jusqu’à nos jours.

        Je fais un rapide parallèle avec vos propos.
        J’ai visité les studios MGM à Orlando. J’ai été surpris par leur capacité à reconstituer une avenue sur des centaines de mètres comme en vrai.
        Mais quand on passe derrière, on a des échafaudages sur toute la hauteur. C’est terne et poussiéreux.
        Vous allez me dire que c’est normal, c’est du cinéma.

        Et bien la culture voulue par les élites me fait un peu penser à cela.
        Tout est beau par devant. et ce qui est derrière est faux, terne, sans vie.

        On a droit aux belles images du rêve américain qu’ils essaient de vendre à la planète entière.
        Mais on y croit de moins en moins.


  11. BA Le 10 octobre 2014 à 14h21
    Afficher/Masquer

    Les révélations fracassantes d’un ancien rédacteur en chef allemand sur ses liens et ceux de la plupart des journalistes occidentaux avec la CIA.

    Udo Ulfkotte, ancien rédacteur en chef du Frankfurter Allgemeine Zeitung (l’un des plus grands quotidiens allemands), révèle qu’il a travaillé pour la CIA. Il affirme que tous les médias les plus importants sont contrôlés par la CIA et que celle-ci oeuvre à une guerre avec la Russie… Fatigué de tromper ses lecteurs et effrayé par la guerre qui s’annonce, il a décidé de parler.

    Dans la deuxième vidéo ci-dessous, vous pouvez lire les sous-titres en français de cette interview explosive :

    http://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2014/10/09/les-revelations-fracassantes-dun-ancien-redacteur-en-chef-allemand-sur-ses-liens-et-ceux-de-la-plupart-des-journalistes-occidentaux-avec-la-cia/


  12. tchoo Le 10 octobre 2014 à 17h54
    Afficher/Masquer

    UN peu Hors sujet, mais peut-être pas autant qu’il n’y parait

    je en connais pas la valeur de cela, ni du site, si quelqu’un connait, c’est une amie d’espagne qui m’envoi cela : http://elrobotpescador.com/2014/10/06/la-impactante-relacion-entre-el-ebola-y-el-vuelo-mh-17-derribado-sobre-ucrania/


  13. Lage Le 10 octobre 2014 à 18h28
    Afficher/Masquer

    Cet article amène une autre bonne question : dans quelle mesure les étudiants de Hong-Kong accepteraient-ils une aide américaine si celle-ci devait se faire ouverte et déclarée ? Dit brutalement, le Hong-Kongais moyen préfère-t-il en toute âme et conscience Washington à Pékin ? Ce sentiment est-il réservé à une certaine bourgeoisie anglophile et anglophone ?

    Je pose la question parce qu’il me semble certain qu’à Taïwan, si la Chine menaçait vraiment les institutions de l’île, une majorité des taïwanais appellerait sûrement volontiers la CIA, Mac Cain, la NED, Mac Donald et les Marines au secours… Le “tout sauf Pékin” est une attitude fort répandue là-bas, et pas seulement chez les indépendantistes du Sud. Hong-Kong est-il différent du fait d’un sentiment d’appartenance à la nation chinoise ? Quelqu’un sait-il l’état de l’opinion là-bas sur ce point crucial de la représentation identitaire ?


    • Sumbawa Le 11 octobre 2014 à 00h21
      Afficher/Masquer

      Prenez un chinois vivant parmi la diaspora du monde ( Paris 13, Chinatown USA, etc…), vivant depuis plus d’une trentaine d’année hors de Chine. Ils n’auront pas tous pris la nationalité de leur pays d’accueil, seront bien intégré économiquement ( commerce), etc…
      Mais, ne s’assimileront peu.
      IMAGINONS, que HK soit indépendant. en gros, vous avez un Singapour bis.
      une cité -état chinoise sans lien politique direct avec le gouvernement chinois. Mais donc, la population restera culturellement lié à la Chine.

      La Chine a tout au long de son histoire exercé une influence culturelle autour de ses voisins grâce à son commerce et les missions diplomatiques des empereurs de Chine auprès des États voisins.
      La montée ( ou le retour si on prends une période plus longue) économique de la Chine, aimante les pays alentours vers la Chine et les détourne des USA.
      Même le Japon ( pays d’Asie le plus anti Chine actuellement) abandonnera les USA pour le Chine ( la question est : est ce que les USA lâcheront le japon).
      Un Japonais est culturellement plus proche d’un chinois que d’un américain.
      Un coréen est culturellement plus proche d’un chinois que d’un américain.
      un taïwanais est culturellement plus proche d’un chinois que d’un américain.
      un Hong Kongais est culturellement plus proche d’un chinois que d’un américain.

      C’est pour cela que malgré les tensions avec Taïwan , les tensions à HK.
      les premiers investisseurs économiques en Chine sont : Les Taiwanais.
      et le volume des importations de HK égalent 30% du volume des importations de la Chine ( HK = backdoor Chine).

      Bref, dites vous bien que les chinois et les asiatiques placeront toujours le commerce avant la politique. c’est dans leur histoire, dans leur culture.

      Lisez Sun Tzun : “L’art de la guerre” pour comprendre la philosophie chinoise .


  14. Jean Le 10 octobre 2014 à 19h08
    Afficher/Masquer

    Les USA ne financent pas des “occupy central wall street” ?

    Ah non, c’est comme pour la liberté de la presse, ailleurs mais pas chez eux…


  15. Patrice Le 10 octobre 2014 à 23h09
    Afficher/Masquer

    Le problème du “financé par les USA = complot” c’est que … ça fait trop théorie du complot (tant que la CIA n’aura pas déclassifié ce qui peut prendre du temps!).

    A quand un récap. des financements de la NED par PAYS (pas exemple), ça devrait illustrer mieux le propos. USAID idem.
    Par contre les Carnegie Centers a priori rien à dire dans le principe.

    Toutes les ONG ont besoin de financement, d’info, de compétences, de médiatisation, et sur tous ces aspects elles peuvent etre infiltrées manipulées intoxiquées ou trompées, ou simplement orientées, à l’occasion ou régulièrement.

    Ensuite, propagande n’est pas forcément négatif. C’est “action systématique pour ses idées”.
    Tout ça pour dire que le fait que ce soit financé par les USA n’est PAS un argument suffisant. Juste un élément (parfois parmi d’autres) pour aller rechercher les motivations derrière…

    Mais par exemple on peut faire une petite brève sur la Thailande, pour illustrer le deux poids deux mesures.
    http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20140126-manifestations-thailande-leader-opposition-abattu-lors-affrontements/
    http://www.washingtonpost.com/opinions/thailands-anti-democracy-protests-merit-a-rebuke-from-the-us/2014/01/15/ca2205a8-7e1b-11e3-95c6-0a7aa80874bc_story.html
    “While he did abuse power and commit human rights abuses when he was in office, his governments were freely and fairly elected, as was Ms. Yingluck’s.”
    Un pays dirigé par un millionnaire corrompu des manifestants de la société civile qui réclament depuis des mois son départ, des violences, des tirs sur les leaders de l’opposition…. les USA condamnent les manifestants. Ah, évidemment, les “chemises jaunes” sont monarchistes.


  16. Patrice Le 11 octobre 2014 à 00h33
    Afficher/Masquer

    Lors du referendum virtuel de fin juin, la proposition de ATD – Alliance for True Democracy – a reçu plus de suffrage que celle de OCLP (42% vs 38% de mémoire). On parle de OCLP mais pas de ATD qui a l’air quand meme assez sérieux comme mouvement. Cela dit, ces deux propositions incluaient la possibilité que les citoyens proposent un candidat à la direction de l’exécutif.
    Mais ATD est formé par des membres du Conseil Législatif (élus et représentants des corporations)… Pas par le peuple! Donc des vendus à Pékin!
    C’est curieux cette histoire “le peuple désigne les candidats” , ça n’existe dans aucun grand pays – il sont investis par les partis. En France, pour les présidentielles il faut aux moins les fameuses 500 signatures d’élus.
    Bien sur, rien à voir avec le fait qu’un milliardaire détenant des médias télé-web-papier (et soutenu financièrement par X/Y/Z) puisse se faire sa pub… Les élections étant en 2017, si on veut bien “façonner” l’opinion il faut un peu de temps.


    • Valerie Le 11 octobre 2014 à 18h32
      Afficher/Masquer

      Je reviens de 10 jours a Central, ou plutotot Admiralty, a quelques metres, et il n’y a rien… Les rues sont barrees certes, on se demande pourquoi, les touristes et les locaux prennent des photos du… rien…. Quelques tentes, 4 ou 5 tout au plus, sont la pour… bien je me demande encore pourquoi. Moins d’une dizaine d’etudiants, qui representent toute la manif…, de moins de 20 ans boivent des bieres et rigolent bien. Les rues sont pompeusement barricadees par la police, encore une fois je n’ai pas compris pourquoi. Les bus ne fonctionnent plus sur le trajet qui va de Central a Wan Chai et les voitures n’y circulent plus non plus, mais les gens continuent a vaquer a leurs occupations, les touristes font les magasins alentours et les cols blancs se rendent a leur bureau sans dommage. Aucune chance qu’ils ne croisent un greviste!
      Les journaux font leurs gros titres de cette ‘occupation’ qui fait fuir les touristes et baisser l’economie hongk kongaise de facon faramineuse. Bref… une propagande pour moi tres a l’americaine. J’aimerais savoir a qui appartiennent les journaux la bas.. J’ai des photos de la soit disant Central occupee si cela interesse. Mais vraiment il n’y a rien a voir.


Charte de modérations des commentaires