Les Crises Les Crises
10.octobre.201410.10.2014 // Les Crises

[En passant] Terrorisme en Irak…

Merci 0
J'envoie

Si j’ai été heureux qu’on n’oublie pas le pauvre Hervé Gourdel, victime de la barbarie, j’ai été sidéré de “l’esbroufe” qui a été faite au Conseil de sécurité, récupérant scandaleusement ce crime inqualifiable pour de basses visées politiques et sécuritaires…

Comme si la France avait été LA seule victime mondiale du terrorisme cette année – pensez : 1 mort !

La déclaration du Président Obama :

Aujourd’hui, les peuples du monde sont horrifiés par un autre meurtre barbare –celui d’Hervé Gourdel– par des terroristes en Algérie. Nous soutenons le Président Hollande et le peuple français, non seulement au moment où ils pleurent cette terrible perte mais aussi alors qu’ils se montrent déterminés à lutter contre la terreur et à défendre la liberté.

et

La déclaration du Premier Ministre Cameron :

L’assassinat monstrueux du Français Hervé Gourdel est l’horreur la plus récente. Le Président et le peuple français ont toute notre sympathie.

 

Alors, comme les médias n’en ont pas parlé – vu que ces morts n’ont pas grand intérêt-, petit extrait de l’édifiante base des morts civils de l’Irak Body Count depuis le 1er septembre:

Wednesday 8 October: 25 killed (morts)

Baghdad: 10 by car bomb, IED.
Mosul: 8 women executed.
Falluja: 5 by shelling.
Muqdadiya: 2 by gunfire.

Tuesday 7 October: 90 killed

Mosul: 25 executed.
Salahuddin-Diyala border: 12 by suicide bomber.
Baghdad: 9 by IEDs, mortars.
Makashifah: 8 by IED.
Resasi valley: 8 by suicide car bomber.
Alam: 2 executed.
Falluja: 3 by shelling.
Khalidiya: 5 by shelling.
Amerli: 3 by suicide car bomber.
Alkhsfah: 3 policemen by gunfire.
Mahmudiya: 2 by IED.
Muqdadiya: 1 by gunfire.
Badush: 1 by IED.
Aouinat: 4 bodies.
Hit: 3 by suicide car bomber.
Saadiya: 1 executed.

OCTOBER 1-7: 319 civilians killed.

Monday 6 October: 54 killed

Hit: 18 in air strikes by coalition forces.
Balad: 7 in clashes.
Baghdad: 5 by IEDs, gunfire.
Samarra: 17 by suicide car bomber.
Tarmiya: 2 in clashes.
Falluja: 1 by shelling.
Tuz: 1 by IED.
Salahuddin: 3 executed.

Sunday 5 October: 29 killed

Baaj: 14 executed.
Hit: 6 executed.
Baghdad: 3 by IEDs.
Dhuluiya: 2 in clashes.
Balad: 2 in clashes.
Arab Jabour: 2 by mortars.

Saturday 4 October: 47 killed

Diyala: 5 killed in clashes.
Kubaisa: 2 in clashes.
Tarmiyah, Husseiniyah: 7 by IEDs.
Falluja: 4 by shelling.
Rabadh: 3 family members by shelling.
Baghdad: 4 by IEDs.
Sinjar: 10 executed.
Baiji: 12 by suicide car bomber.

Friday 3 October: 27 killed

Baghdad: 1 by AED; 13 bodies.
Tikrit: 3 policemen by suicide car bomber.
Salahuddin: 3 in clashes.
Kirkuk: 1 by gunfire.
Yusufiya: 2 by mortars.
Baquba: 1 by IED.
Mahmudiya: 2 by IED.
Abu Saida: 1 by IED.

Thursday 2 October: 37 killed

Al Mafraq: 17 in clashes.
Baghdad: 4 by IEDs.
Aouinat: 4 in clashes.
Tikrit: 4 by IED.
Heet: 4 by IED, suicide bomber.
Arab Jabour: 2 by mortars.
Hamirn Dam: 1 policeman by IED.
Mosul: 1 executed

Wednesday 1 October: 35 killed

Baghdad: 24 killed by car bombs, suicide car bomber; 1 body.
Dhuluiyah: 7 killed in clashes.
Kirkuk: 2 by motorcycle bomb.
Mahmudiya: 1 by IED.

Tuesday 30 September: 69 killed

Baghdad: 34 killed by car bombs, mortars, gunfire.
Karbala: 8 by car bomb.
Iskandariya: 3 by car bomb.
Tal Saud: 3 family members by mortars.
Falluja: 7 by shelling.
Tikrit: 4 by missiles, 1 in clashes.
Daquq: 3 policemen by gunfire.
Hit: 2 policemen by gunfire.
Ishaqi: 2 by gunfire, IED.
Kefil: 2 by car bomb.

Monday 29 September: 24 killed

Baghdad: 4 by IEDs.
Madaen: 5 family members by gunfire.
Alhajal: 7 bodies, decapitated.
Hiteen: 2 Yazidis in clashes.
Tikrit: 5 bodies.
Fadiliyah: 1 by IED.

Sunday 28 September: 52 killed

Baiji: 21 by IEDs at mosque.
Falluja: 13 by shelling.
Shirqat: 6 policemen executed.
Mosul: 4 executed.
Baghdad: 1 by gunfire; 1 body.
Tikrit: 4 by mortars.
Saydiya: 1 by gunfire.
Hamrin: 1 by gunfire.

Saturday 27 September: 53 killed

Falluja: 13 by shelling.
Mahmudiya: 8 by car bomb.
Ouja: 8 by air strikes.
Baiji: 9 by car bombs.
Baghdad: 7 by gunfire, IEDs.
Tuz Khurmato: 3 by IED.
Jammin: 2 policemen by gunfire.
Arab Jabour: 2 bodies.
Tikrit: 1 executed.

Friday 26 September: 13 killed

Mosul: 4 killed by US air strikes.
Falluja: 3 by shelling.
Tikrit: 3 by IED.
Nahrawan: 2 by IED.
Baghdad: 1 by AED.

Thursday 25 September: 26 killed

Mutassim, Dhuluiya: 11 killed by shelling.
Mahmudiya: 5 by car bombs.
Baghdad: 3 by gunfire, IED.
Yathrib: 2 shepherds executed.
5 killed by US air strikes on oil refineries.

Wednesday 24 September: 45 killed

Babilan: 19 by gunfire.
Tikrit: 12 by shelling.
Falluja: 4 by shelling.
Baghdad: 3 by bombs; 4 bodies.
Ramadi: 3 in clashes.

Tuesday 23 September: 36 killed

Baghdad: 17 by car bomb, IED; 1 body.
Falluja: 6 by shelling.
Tarmiya: 2 in clashes.
Dhuluiya: 2 by IED.
Abu Qarma: 2 by gunfire.
Tikrit: 4 by mortars.
Al Tayeh: 1 by IED.
Ramadi: 1 by mortar.

Monday 22 September: 58 killed

Falluja: 27 by shelling.
Baghdad: 16 by bombs, gunfire; 1 body.
Baiji: 7 family members by mortars.
Saadiya: 4 Kurds executed.
Tarmiya: 3 siblings by gunfire.

Sunday 21 September: 45 killed

Baghdad: 5 killed by bombs, gunfire; 1 body.
Falluja: 8 by shelling.
Tikrit: 14 by missiles, in clashes.
Sabaa al Bour: 3 by mortars.
Mosul: 8 by gunfire.
Albu Badran: 5 in clashes.
Baquba: 1 in clashes.

Saturday 20 September: 5 killed

Taji: 2 by IED.
Samarra: 3 bodies found in river.

Friday 19 September: 40 killed

Kirkuk: 13 killed by motorcycle bomb.
Tikrit: 12 by mortars.
Baghdad: 11 by car bombs.
Mahmudiya: 3 by car bomb.
Nahrawan: 1 by car bomb.

Thursday 18 September: 58 killed

Baghdad: 34 by bombs, mortars; 8 bodies.
Tuz: 6 bodies.
Falluja: 4 by shelling.
Tarmiya: 6 by suicide car bomber.

Wednesday 17 September: 60 killed

Al Kasirat: 20 bodies found.
Ramadi: 7 by suicide car bomber.
Baghdad: 5 by bombs, gunfire; 1 body.
Tarmiya: 3 policemen by suicide car bomber.
Abu Saida: 3 by mortars.
Falluja: 3 by shelling.
Tikrit: 7 bodies.
Muqdadiya: 3 by mortars.
Mosul: 1 child by mortars.
Radwaniya: 1 by IED.
Hit: 2 by gunfire.
Dhuluiya: 1 by IED.
Taji: 1 policeman by IED.
Baquba: 2 by IED.

Tuesday 16 September: 29 killed

Dhuluiya: 12 killed by rockets and mortars.
Khanaqin: 5 by IED.
Baghdad: 3 by IEDs; 1 body.
Falluja: 2 children by mortars.
Tuz Khurmato: 2 by IED.
Tuz: 1 by IED.
Mosul: 1 woman executed.
Kirkuk: 1 by gunfire.
Abu Saida: 1 teacher by IED.

Monday 15 September: 31 killed

Baghdad: 12 by IEDs, gunfire, mortars.
Falluja: 7 by shelling.
Madaen: 3 by IED.
Mosul: 3 executed.
Shirqat: 1 executed.
Anbar: 2 stoned to death.
Balad: 1 by mortars.
Dhuluiya: 1 child by mortars.
Yusifiya: 1 by gunfire.

Sunday 14 September: 36 killed

Al Jumasah: 8 executed.
Madaen: 6 by gunfire.
Baghdad: 3 by IEDs; 2 bodies.
Tikrit: 4 by IEDs, 1 child by mortars.
Rashad: 3 executed.
Hit: 1 by gunfire.
Mosul: 1 executed.
Zab: 1 executed.
Yusufiya: 1 by IED.
Muqdadiya: 1 by gunfire.
Mahmudiya: 1 by IED.
Dhuluiya: 1 by air strikes.
Taji: 1 policeman by IED.
Tuz Khurmato: 1 by gunfire.

Saturday 13 September: 15 killed

Baghdad: 4 by IEDs.
Falluja: 1 by shelling.
Kirkuk: 2 by gunfire.
Tuz: 1 by gunfire.
Alexandria: 2 by gunfire, IED.
Rashad: 3 executed.
Qayyarah: 1 executed.
Yusufiya: 1 by IED.

Friday 12 September: 44 killed

Baghdad: 10 killed by IEDs; 3 bodies.
Mosul: 10 in air strikes.
Falluja: 4 in air strikes.
Saadiya: 7 youths executed.
Kirkuk: 5 by gunfire.
Diyala: 3 executed.
Najaf: 1 by car bomb.
Samarra: 1 body.

Thursday 11 September: 75 killed

Suleiman Bek: 30 bodies found in mass grave.
Falluja: 22 killed in air strikes.
Diwaniyah: 6 by car bomb.
Karbala: 2 by car bomb.
Najaf: 5 by car bomb.
Baghdad: 4 by car bomb, IED.
Saydiya: 1 by gunfire.
Mahmudiya: 2 by IED.
Tikrit: 2 policemen executed.
Abu Ghraib: 1 by IED.

Wednesday 10 September:580 killed

Almeidat: 500 found in mass grave.
Barzak: 14 in mass grave.
Mosul: 31 policemen executed.
Baghdad: 24 by IEDs, car bombs, gunfire; 1 body.
Tikrit: 1 in clashes.
Wasit: 6 by gunfire, IED.
Qayyarah: 3 brothers killed in air strikes.

Tuesday 9 September: 34 killed

Baghdad: 6 by IEDs, gunfire; 3 bodies.
Falluja: 7 by shelling.
Haditha: 5 killed in clashes.
Dhuluiya: 5 policemen in air strikes, 1 child by mortars.
Baaj: 1 in air strikes.
Tikrit: 2 bodies.
Jalawla: 1 by mortars.
Abu Saida: 1 by gunfire.
Tuz: 1 by IED.
Mosul: 1 executed.

Monday 8 September: 58 killed

Mosul: 3 by gunfire; 30 bodies handed to authorities.
Dhuluiya: 19 by suicide car bombers.
Baghdad: 3 by gunfire, IEDs.
Madaen: 3 by IED.

Sunday 7 September: 82 killed

Mosul: 41 executed.
Suleiman Bek: 8 bodies.
Ishaqi: 6 by mortars.
Zab: 7 in air strikes.
Arab Jabour: 6 family members by gunfire.
Baghdad: 7 by IEDs, gunfire; 1 body.
Abu Saida: 1 by gunfire.
Muqdadiya: 2 by mortars.
Anbar: 1 mayor by gunfire.
Baquba: 2 by IEDs.

Saturday 6 September: 32 killed

Hawija: 7 killed in air strikes.
Falluja: 4 killed in air strikes.
Albu Ajil: 4 killed in air strikes.
Nahrawan: 8 by IED.
Samarra: 1 child by gunfire; 1 body found in river.
Tal Ali: 1 by shelling.
Baghdad: 2 by gunfire, IED.
Mosul: 2 executed.
Basra: 2 by gunfire, stabbing.

Friday 5 September: 80 killed

Suleiman Beg: 35 bodies found in mass grave.
Baghdad: 10 killed by car bomb, IED; 3 bodies.
Baiji: 7 family members in bombing, 1 in air strikes.
Mosul: 8 executed; 2 in air strikes.
Al Houd: 3 brothers by gunfire.
Albu Ajil: 3 by mortars.
Iskandariya: 2 by IED.
Falluja: 3 by shelling.
Ameriya: 3 policemen by car bomb.

Thursday 4 September: 66 killed

Baghdad: 20 killed by bombs, mortars, gunfire.
Mosul: 14 executed; 4 family members killed in air raid.
Tikrit: 3 by mortars.
Falluja: 18 by shelling.
Qayyarah: 4 executed.
Madaen: 1 Sahwa member by gunfire.
Zab: 1 child in air strikes.
Kirkuk: 1 by car bomb.

Wednesday 3 September:76 killed

Ramadi: 16 executed.
Falluja: 13 by shelling.
Albu Hassan: 9 in clashes.
Baghdad: 4 by IEDs; 3 bodies.
Mosul: 3 women by rocket.
Solomon Beck: 24 bodies.
Abu Ghraib: 1 by gunfire.
Jurf al-Sakhar: 1 by IED.
Mahmudiya: 1 by IED.
Tikrit: 1 executed.

Tuesday 2 September: 82 killed

Tikrit: 34 killed in government air strikes.
Falluja: 10 by shelling.
Tilkaif: 7 family members in US air strikes.
Baghdad: 2 by AED; 9 bodies.
Samarra: 9 in clashes.
Jalawla: 3 bodies.
Tarmiya: 2 by mortars.
Salahuddin: 3 in clashes in the south.
Dhuluiya: 1 by mortars.
Daquq: 1 infant by shelling.
Yusufiya: 1 by IED.

Monday 1 September: 52 killed

Baghdad: 16 killed in explosions; 1 body.
Jalawla: 15 elderly Yazidis executed.
Hawija: 6 policemen, Sahwa members executed.
Mahmudiya: 2 by gunfire; 1 body.
Amerli: 3 in clashes.
Falluja: 3 by shelling.
Alexandria: 1 by mortars.
Baiji: 2 by shelling.
Abi Sidon: 1 farmer by IED.
Tarmiya: 1 by IED.

Sunday 31 August: 62 killed

Ramadi: 37 killed by suicide car bomber.
Baghdad: 3 by IEDs; 2 bodies.
Tuz Khurmato: 3 in clashes.
Diyala: 5 in clashes, IED; 6 bodies.
Falluja: 3 by shelling.
Alexandria: 1 by shelling.
Al Khansa: 2 by IED.

SEPTEMBER TOTAL: 1,956 CIVILIANS KILLED, FOUND DEAD.
251 BY GOVERNMENT FORCES.

12 618 CIVILIANS KILLED SO FAR THIS YEAR.
1 500 BY GOVERNMENT FORCES.

 

RIP à toutes ces victimes qui n’intéresseront pas le Conseil de Sécurité, et encore moins, étrangement, Obama ni Cameron…

“Nous ne faisons pas de décompte des morts.” [Général américain Tommy Franks, en charge de l’invasion de l’Irak, BBC]

22 réactions et commentaires

  • lastro // 10.10.2014 à 02h41

    une pensée à toutes les victimes
    et espérant que les interventions de l’occident cessent au moyen orient, c’est le seul moyen pour que la paix s’installe!

      +1

    Alerter
  • Alain // 10.10.2014 à 03h22

    L’occident qui stigmatise tant le racisme ne se rend même pas compte à quel point il l’est: les victimes occidentales du terrorisme sont de la barbarie, on ne parle pas des victimes non occidentales et les victimes innocentes de la guerre contre le terrorisme ne sont que des victimes collatérales qui sont le prix à payer pour la sécurité des occidentaux. Et il faut inclure dans ce mécanisme raciste les opérations israéliennes contre Gaza ou les centaines d’enfants tués comptent pour du beurre.

    Les prix Nobel de la paix – Obama et l’UE – étant les fers de lance de cette politique, le comité Nobel mérite de figurer à leur côté au tribunal de l’histoire

      +1

    Alerter
    • Samira // 10.10.2014 à 08h23

      “Et il faut inclure dans ce mécanisme raciste les opérations israéliennes contre Gaza ou les centaines d’enfants tués comptent pour du beurre.”

      Sans doute pensez-vous à ces enfants ?

      http://www.dailymotion.com/video/x7zngy_les-enfants-du-hamas_news

        +1

      Alerter
      • Andrea // 10.10.2014 à 13h27

        A cette occasion, je liste non des humains mais des batiments.

        GAZA CITY. A partir d’une étude rapportée par le Temps du mardi 7 octobre, en utilisant des photos satellites très précises, de UNITAR (agence ONU.)

        Degats causés entre le 24 juillet et le 28 septembre 2014.

        Ces chiffres – et les photos – ne paraissent pas dans la presse UE.

        1 chiffre = modérement endommagé, détruit de 5 à 30%
        2 = sévèrement endommagé, destruction entre 30 et 75%
        3 = complètement détruit

        Ecoles — 20 — 10 — 1

        Etablissements Santé/Soins — 13 — 1 —- 4

        Structures agricoles (1) — 392 — 214 — 657

        Tous les batiments (2) — 4938 — 3565 — 6761

        Il y avait à Gaza 467 écoles et 101 ‘médical’. Le total des autres n’est pas connu.

        1. Il s’agit en gros de serres / petites parcelles

        2. Sans les structures agricoles

          +1

        Alerter
    • ioniosis // 10.10.2014 à 08h37

      En fait l’occident , suit une idéologie anglo-saxonne racialiste, il en est entièrement conscient

      C’Est-ce que l’on appelle deux poids deux mesures ,

      Et c’est aussi la raison pour laquelle l’UPR a demandé des sanctions contre ISRAEL.

      http://www.upr.fr/communiques-de-presse/gaza-absence-sanctions-contre-israel

        +0

      Alerter
    • Lysbethe Levy // 10.10.2014 à 10h29

      “Les prix Nobel de la paix – Obama et l’UE – étant les fers de lance de cette politique, le comité Nobel mérite de figurer à leur côté au tribunal de l’histoire”

      Alors là entièrement d’accord avec vous Alain, ce prix ne sert à rien et surtout à nommer des gens qui ont du sang sur les mains et des mensonges dans la tête..:

      .Kissinger, Dalai Lama, Clinton, ‘Aung San Suu Kyi Theodore Roosevelt, Anouar el-Sadate, Menahem Begin, Shimon Peres, Yitzhak Rabin, Al Gore, Arafat, Jimmy Carter, Koffi Anan, liste non exhaustive..

      Seuls Albert Schweitzer, Martin Luther King, Mathma Gandhi, … peuvent revendiquer ce droit a avoir oeuvrer pour la paix les autres étant de gros imposteurs nommés d’ailleurs par des politiciens ou ONG peu recommandable en rapport avec les vrais droits de l’homme..

      Pour la petite histoire et le pétrole ce parfum objet de tant de scandales et déclencheur de conflits, voici en film “la Face cachée du pétrole ” d’après le livre d’Eric Laurent ..sommaire : http://boutique.arte.tv/f8895-la_face_cachee_du_petrole : extrait

      “Des premiers forages de Rockefeller en 1860 à la récente Guerre en Irak, le pétrole aura été le véritable moteur de l’histoire tragique du XXe siècle. Clémenceau ne disait-il pas du pétrole qu’il est « plus précieux que le sang des hommes » ?

      LA FACE CACHEE DU PETROLE – Un film en deux parties de Eric Laurent et Patrick Barbéris
      Pendant des décennies le pétrole abondant et bon marché a façonné notre prospérité. Matière première vitale, stratégique, il a toujours été au coeur de tous les calculs politiques. L’univers du pétrole est dominé depuis toujours par l’opacité et la désinformation. Des secrets soigneusement cachés sur lesquels les deux épisodes de La face cachée du pétrole lèvent le voile pour la première fois en donnant la parole aux principaux protagonistes.

      LE PARTAGE DU MONDE – 51′
      Dès ses débuts l’industrie pétrolière est marquée par la rivalité entre l’Américain Rockefeller et les frères Nobel installés à Bakou, en mer Caspienne. La première guerre mondiale est gagnée en grande partie grâce au pétrole acheminé auprès des forces alliées par la Standard Oil of New Jersey appartenant à John D. Rockefeller. Des livraisons sont suspendues en 1916, lorsque le magnat américain apprend la signature des accords Sykes Picot et le partage du Moyen Orient dont il convoite le sous-sol, entre britanniques et français. Dès 1928, 17 ans avant Yalta, les dirigeants des compagnies pétrolières se partagent le monde au terme d’un accord dont les termes resteront cachés jusqu’en 1952. Entre temps, la seconde guerre mondiale sera, pour ces géants pétroliers, source de profits immenses et de collaboration étroite avec l’ennemi nazi. Grâce à un système de prix proche du « racket », les flottes alliées paient très cher le pétrole qui leur est fourni. Au même moment le géant pétrolier Exxon poursuit sa coopération étroite avec le géant chimique nazi IG Farben qui produit notamment le zyklon B destiné aux chambres à gaz.

      LES GRANDES MANIPULATIONS – 59′
      Ce second épisode dissèque ce qui a été soigneusement dissimulé aux opinions publiques. Des témoins directs expliquent notamment comment le choc pétrolier de 1973 ne fut qu’une gigantesque manipulation orchestrée par les compagnies pétrolières qui souhaitaient, en favorisant la hausse des prix du baril, dégager d’importants bénéfices pour favoriser leurs investissements en mer du Nord et en Alaska. Pour la première fois également, Roger Robinson, l’homme au coeur de cette stratégie expliquera comment l’administration Reagan, au milieu des années 80, a utilisé l’arme du pétrole saoudien pour faire chuter les cours mondiaux et provoquer l’effondrement de l’union soviétique. On découvrira enfin que les chiffres des réserves mondiales de pétrole sont faux, volontairement grossis de 300 milliards de barils par les pays producteurs. Des clés pour comprendre les enjeux autour du pétrole alors qu’une véritable guerre des ressources est déjà engagée. Comme le confirment les propos de l’ancien directeur de la CIA, James Wolsey : « Je crains que nous ne soyons en guerre, non pas pendant des années mais durant des décennies. A terme, nous vaincrons, mais la clé de cette guerre sera le pétrole. »

      La famille Nobel a de fait profité du pétrole et c’est ainsi qu’il ont déposer le brevet pour la dynamite qui permet de faire exploser les roches…

      “1873 La famille Nobel entre­prend des recherches de pétrole dans la région de Bakou en Russie (aujourd’hui Azerbaïdjan).Ludvig Nobel inventa le pétrolier et fit bâtir le premier oléoduc d’Europe. Les États-Unis avaient été en avance par rapport à la Russie dans le domaine de l’industrie pétrolière avant 1880, mais les rôles furent inversés en plusieurs aspects par Nobel. Il manquait à l’industrie pétrolière le savoir-faire et la méthodologie scientifique. Nobel établit donc des laboratoires de recherche chimique à Bakou. Des dizaines d’hommes de science furent employés pour trouver de nouvelles manières de traiter le pétrole et pour développer des produits dérivés du pétrole”.

      La famille Nobel dont Alfred a crée le Prix (souvent donné à tort a des personnes peu axée à oeuvrer pour la Paix) a été partie prenante dans l’exploitation du pétrole avant le XX ième siècle…

        +0

      Alerter
  • CLAUDE // 10.10.2014 à 06h43

    et oui, c’est toujours du terrorisme à sens unique ; le bien et le mal comme disait ce “malade” de Bush fils.
    Quelque chose me dit, que nous sommes à la fin d’un monde. C’est la débandade un peu partout.
    Mais on peut compter sur Poujadas & cie pour remettre l’histoire dans le bon ordre.

      +0

    Alerter
  • Alberto42 // 10.10.2014 à 09h16

    Les engins explosifs improvisés (EEI) ou engins explosifs de circonstance1,2 (EEC) (en anglais, Improvised Explosive Device : IED) sont principalement employés lors de conflits asymétriques par les forces terroristes, de guérilla ou par des commandos.

    Merci Wikipedia !

      +0

    Alerter
  • nono // 10.10.2014 à 09h25

    Engins explosifs improvisés. Improvised Explosive Device

      +0

    Alerter
  • Vince // 10.10.2014 à 10h35

    Les leaders politiques occidentaux savent que leurs guerres lointaines sont incomprise par leurs administrés.
    Qu’il y aient des morts ils s’en fichent : ils le savent avant de déclencher les conflits.
    Par contre si un seul mort peut, par un phénomène d’empathie, choquer leurs citoyens (vaches à lait) et par ce fait donner une justification a posteriori de l’intervention armée, ils se précipitent dessus.

    Je crois que comprendre le phénomène comme étant 1 mort blanc/occidental > ou = 2000 morts irakiens est une erreur.

    Les responsables politiques occidentaux regrettent sans doute les morts irakiens (source de colère des populations locales vis à vis de l’occident, mauvais pour les affaires), mais se réjouissent de la mort d’un occidental à partir du moment où elle peut être utilisée dans leur communication.

      +0

    Alerter
    • Lysbethe Levy // 10.10.2014 à 11h32

      Oui Vince, cela s’appelle l’instrumentalisation des droits de l’homme et c’est extrêmement pervers…L’Autre Journal en parle :

      “L’instrumentalisation des droits de l’homme
      06 décembre 2013
      Pierre Dubuc

      Le 10 décembre, on célèbre le 65e anniversaire de l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Ce sera sans doute l’occasion de fustiger la Charte de la laïcité du gouvernement du Parti Québécois, et de la présenter comme contraire aux droits et libertés.

      Que la liberté religieuse ait aujourd’hui, aux yeux de la Cour suprême du Canada et de nombreux organismes de défense des droits de l’homme, préséance sur les autres libertés individuelles et collectives est l’aboutissement d’un long processus historique.

      En 1948, lors de l’adoption de la Déclaration, deux conceptions des droits de l’homme s’opposaient. Une première conception, défendue principalement par les États-Unis, mettait l’accent sur les droits civiques et politiques. L’autre priorisait les droits économiques et sociaux. Sur les trente articles de la Déclaration, seulement six seront consacrés à ces derniers.

      L’Union soviétique s’abstiendra, lors du vote final, en faisant valoir que la liberté individuelle avait peu de signification pour une personne qui avait faim et n’avait pas de toit au-dessus de la tête.

      Deux autres pays s’abstiendront. L’Afrique du Sud, en désaccord avec l’article premier qui proclamait que « tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits » et l’Arabie saoudite qui s’opposait à la liberté de religion et à l’égalité entre les hommes et les femmes.

      La Déclaration n’ayant qu’une valeur morale, l’ONU adoptera en 1966 deux textes complémentaires, soit le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels et le Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

      L’article premier de ce dernier reconnaissait « le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ». Il légitimait en droit international le processus de décolonisation en cours des empires britannique et français, une démarche qui avait l’aval des États-Unis et de l’Union soviétique.

      Un autre moment charnière est l’adoption des Accords d’Helsinki en 1975 par 35 États, dont l’Union soviétique, la plupart des États européens, les États-Unis et le Canada.

      Pour marquer sa volonté de se rapprocher de l’Europe afin de contrer l’alliance entre les États-Unis et la Chine, l’URSS accepte de signer une entente qui contient des clauses pour le respect des droits de l’homme qu’elle avait repoussé en 1948.

      Sans le savoir, elle ouvrait la porte aux dissidents du bloc de l’Est. Des groupes Helsinki Watch seront rapidement créés en Russie et dans la plupart des pays de l’Est pour dénoncer le régime soviétique.

      Aux États-Unis, un groupe Helsinki Watch sera mis sur pied pour les soutenir moralement, politiquement et financièrement. Dans ses Mémoires, intitulé The Courage of Strangers : Coming of Age with the Human Rights Movement, Jeri Laber, la première directrice de Helsinki Watch raconte qu’elle a voyagé fréquemment dans les pays de l’Est en emportant avec elle tout ce dont les dissidents avaient besoin, de l’argent aux ordinateurs portatifs.

      Elle révèle l’importance du rôle joué par un petit groupe de personnes, financé par les fondations Ford et MacArthur et le financier hongrois George Soros. Le mouvement agissait en étroite collaboration avec le gouvernement américain.

      C’est à ce moment-là que Karol Wojtila, le cardinal de Cracovie et futur Jean-Paul II, commence à utiliser le discours des droits de l’homme pour combattre les autorités communistes.

      À la même époque aux États-Unis, Helsinki Watch devient Human Rights Watch. Dans The International Human Rights Movement. A History, l’auteur Aryeh Neier qui est également un des principaux dirigeants du mouvement, rapporte ces propos de Robert Gates, ancien directeur de la CIA et secrétaire à la Défense sous George W. Bush et Barack Obama :

      « Les Soviets désiraient désespérément la Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe (CSCE) qui a produit les Accords d’Helsinki. Ils l’ont obtenu et cela a posé les fondations pour la fin de leur empire. »

      Les groupes de défense des droits, financés par les États-Unis, ont eu l’habileté de renverser l’argument soviétique de 1948 sur la nécessaire préséance des droits économiques et sociaux sur les droits civiques et politiques.

      Ils ont propagé avec succès l’idée que la liberté politique était un préalable à l’obtention de droits économiques et sociaux. Une idée démentie aujourd’hui par les succès économiques de la Chine, reconnait Aryeh Neier.

      La chute du mur de Berlin en 1989 consacrait la victoire de l’impérialisme occidental et de sa campagne pour des droits civiques et politiques. À la Guerre froide, succédait un monde unipolaire dominé par les États-Unis.

      À peine trois mois plus tard, F.W. de Clerk libérait Nelson Mandela et légalisait l’ANC. Dans les années qui suivront, les dictatures militaires en Amérique latine et en Asie cèderont la place à des régimes démocratiques. Washington n’avait plus besoin de ces remparts dictatoriaux contre le communisme.

      La chute du mur de Berlin a rendu euphoriques les promoteurs des droits de l’homme. Ainsi, Michael Ignatief, qui dirige au début des années 2000 le Carr Center for Human Rights Policy, parle de la « révolution des droits ».

      Il soutient que la Déclaration universelle des droits de l’homme a préséance sur les traités de Westphalie de 1648, fondements historiques et juridiques de la souveraineté des États-nations, telle que reconnue par la Charte des Nations unies.

      Désormais, au nom du « droit d’ingérence humanitaire » ou de la « responsabilité de protéger », les droits de l’homme peuvent être invoqués pour justifier les interventions militaires en Yougoslavie ou, plus récemment, en Libye.

      Les masques tombèrent, au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, lorsque Michael Ignatief et ses pareils soutiennent, au nom de la « lutte contre le terrorisme », les frappes préventives, les détentions arbitraires, la torture et les assassinats sélectifs du gouvernement de George W. Bush.

      Les droits de l’homme ont été, depuis l’adoption de la Déclaration universelle en 1948, le terrain d’une lutte constante pour les confiner aux libertés civiques et politiques individuelles.

      Dans son livre, Aryeh Neier fait grand cas des efforts déployés pour combattre tous ceux, au sein de Human Rights Watch, qui ont voulu, au fil des ans, élargir le mandat de l’organisme aux droits économiques et sociaux. Il décrit une situation similaire au sein d’Amnistie internationale.

      Le droit des peuples à l’autodétermination a subi le même rétrécissement. Stéphane Dion aime répéter que l’ONU ne reconnaît le droit à la sécession, sans l’accord du pays de départ, que dans le cas des peuples coloniaux ou soumis à la domination et à l’exploitation étrangères. Autrement dit, pour Stéphane Dion, c’est comme si seule la femme battue avait droit au divorce.

      Heureusement, la reconnaissance de la déclaration unilatérale d’indépendance du Kosovo par la communauté internationale, sans l’accord de la Serbie, est un précédent sur lequel peut s’appuyer le Québec. Un avis consultatif de la Cour internationale de Justice (CIJ), mandatée par l’Assemblée générale de l’ONU, a établi la légalité de cette déclaration unilatérale d’indépendance.

      Aujourd’hui, de nouvelles menaces planent sur la définition des droits de l’homme. Dans Une Charte pour la nation, Louise Mailloux rappelle que les 57 pays de l’Organisation de la Coopération islamique (OCI) ont adopté en 1990 une Déclaration des droits de l’homme en Islam qui ne reconnaît que les droits et libertés conformes à la charia.

      Chaque année, ces pays présentent des résolutions devant la Commission des droits de l’homme pour faire reconnaître le concept de « diffamation des religions » dans le but exprès de criminaliser le blasphème et de l’inscrire dans le droit international.

      Cette démarche a des échos au Québec. En 2011, rapporte Louise Mailloux, Montréal a été l’hôte de la Deuxième conférence des religions, organisée par les universités McGill et de Montréal. Elle avait pour but « de reformuler la Déclaration universelle des droits de l’homme adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies le 10 décembre 1948 » pour accorder aux religions le droit de ne pas être dénigrées par les médias et le milieu académique.

      Une Déclaration ainsi amendée pourrait aujourd’hui, contrairement à 1948, être signée par l’Arabie saoudite. Le Canada, dont la Charte des droits et libertés reconnaît dans son préambule « la suprématie de Dieu », ne poserait sans doute pas d’objections.

      Dans la conclusion de son livre, Aryeh Neier identifie le défi posé par la religion musulmane comme un enjeu important sur lequel le mouvement des droits de l’homme devra prendre position.

      Au Québec, c’est chose faite. La Commission des droits de la personne et de la jeunesse a condamné le projet de Charte de la laïcité du Parti Québécois, avant même qu’on lui demande formellement son avis.

      Cela n’a pas de quoi étonner lorsqu’on apprend, comme Richard Le Hir l’a révélé sur le site Vigile, que son président Jacques Frémont a été directeur du International Higher Education Support Program auprès du Open Society Foundations à New York, une initiative financée par George Soros.

      La perspective d’une convergence historique entre les pays de l’OCI et les défenseurs patentés des droits de l’homme n’est malheureusement pas une vue de l’esprit. Le débat sur la Charte en témoigne.”

      Quand les “philanthropes milliardaires” financent ces ONG ou associations dites des droits de l’homme on ne peut que s’inquiéter de la dérive faite au seul profit des intérêts américains ou européens..Pour rappel le bombardement américain en Afghanistan du temps des talibans fut fait au prétexte de libérer les femmes du tchador ou burqua..!.

      Une campagne mondiale d’information a été mise en place juste avant les bombardements de la coalition euro-américaine ..Or ou en sont les droits de la femme en Afghanistan en 20014 ?? Qui s’en soucie ? Ce pays ravagé par 25 ans de guerres successives est devenu un tombeau pour le peuple afghan et un gouffre financier pour les bailleurs de fonds…Peut-être aussi un nouveau Viet-Nam ?

        +0

      Alerter
      • Vince // 10.10.2014 à 12h37

        Bonjour Lysbethe Levy,

        Pour ma part j’émettais juste l’avis que la disproportion entre l’indignation affichée entre la mort d’un occidental et celle d’un autochtone d’un lieu de conflit est moins le fait d’un racisme que celui d’une récupération en vue d’infléchir une “opinion publique” hostile.

        Ce développement sur la question des “Droits de l’Homme”, de sa déclaration universelle de 48 et de son évolution dans des buts idéologiques me semble quelque peu étranger à mon propos, même s’il est intéressant de voir les protagonistes en présences sur ce sujet.
        Pour ma part les différentes DDH me laissent juste indifférent : ces déclarations ne sont à la base que des outils de pression idéologiques n’ayant effet que sur un public restreint (intellectuels occidentaux faiseurs d’opinion, responsables religieux, grand public cultivé d’inspiration libérale, philosophes du droit, etc.).
        De fait la plus grande partie de la population mondiale, occidentale ou pas, tout comme les décideurs réels s’en contrebalancent.

          +0

        Alerter
      • anne jordan // 10.10.2014 à 22h51

        merci , Lisbethe Levy , pour rappel complet , et d’actualité ! et mille souhaits pour les défenseurs des droits économiques et sociaux ( et la laicité ) au Québec – et ailleurs !

          +1

        Alerter
  • sécotine // 10.10.2014 à 11h33

    Obama a aussi dit lors de ce discours ”
    We have reaffirmed that the US is not and will never be at war with Islam. Islam teaches peace. Muslims the world over aspire to live with dignity and sense of justice. and when it comes to america and islam there is no us and them there is only us because millions of muslims americans are part of the fabric of this country.

    et il a également dit dans son livre “the audacity of hope”
    I will stand with the muslims should the policial winds shift in an ugly direction”
    Obama utilise le double langage avec un art consommé.

      +0

    Alerter
  • purefrancophone // 10.10.2014 à 11h59

    Lors du rassemblement en hommage à Hervé GOURDEL organisé dans ma ville , j’ai fais remarquer à des citoyens que cet hommage devrait inclure TOUTES les victimes de ces barbares sectaires .

    J’ai été fusillé du regard par de nombreuses personnes , dont une qui m’a fait remarquer que cette fois-ci c’était un Français !!!!!
    Ah bon ? Une victime Française a plus d’importance que les milliers de femmes , d’enfants , de vieillards , de Chrétiens , de Kurdes , de Yasidis égorgés en Irak , en Syrie , en Afghanistan et ailleurs de par le monde ?
    Je ne me résous pas à faire la distinction entre les victimes !!!!
    Mais nos dirigeants de par le monde semble eux faire la différence .

      +0

    Alerter
    • Lysbethe Levy // 10.10.2014 à 12h05

      Oui c’est scandaleux ! Et Hollande a bien dit que Mr Gourdel a été assassiné en tant que “français” donc les médias, et les décideurs des manifs on dû se conformer à la ligne général de l’unanismisme néo-coloniale qui veut qu’une vie euro-américaine vaut plus que celles de milliers d’indigènes ou de basanés …Le racisme d’état est institutionnel et latent sous toutes ces formes…

        +0

      Alerter
    • Vince // 10.10.2014 à 15h01

      Je comprend que ces nombreuses personnes vous fusille du regard pour deux choses :
      1) c’est normal, naturel que les citoyens français aient plus d’empathie envers quelqu’un qu’ils connaissent ou auquel ils puissent facilement s’identifier qu’avec les autres victime syriennes ou irakiennes, etc.(quand bien même elles seraient chrétiennes).
      Heureusement, nous ne sommes pas désincarnées, nous ne sommes pas dans un monde virtuel ou une entité “humain” est interchangeable avec une autre.
      On pourrait regretter le manque de hauteur de vue, le manque de rationalité ou d’esprit métaphysique, mais on ne va pas non plus reprocher à nos concitoyens d’avoir une tristesse sincère et plus forte vis à vis d’un des leurs, dont la mort a été annoncée et programmée, que pour la mort de personnes dont ils ignorent tout : les noms, le mode de vie, les conditions de la mort, etc.
      2) le moment n’était pas forcément très bien choisi : vous le dites “Lors du rassemblement en hommage à Hervé GOURDEL”. Il n’y avait pas de recul vis à vis de l’évènement.

      Cependant si je comprend ces réactions, je m’offusque plutôt du traitement médiatique de cette triste histoire :
      – elle fait directement le jeu du terrorisme en relayant ses menaces et en instaurant un climat de psychose
      – elle fait également directement le jeu de nos dirigeant en leur permettant de justifier leurs interventions armées qui instaurent le chaos dans tout le Moyen Orient
      – elle fait sur le fond que renforcer l’efficacité de l’idéologie et de la vision du monde néo-conservatrice du choc des civilisations, en instaurant un climat exacerbant les ressentiments et l’incompréhension entre les différentes civilisations.

        +0

      Alerter
    • Van // 10.10.2014 à 19h55

      ce n’est pas pour nos dirigeants une question de distinction mais de savoir l’utilité dune victime et donc l’intérêt et l’écho médiatique avec l’effet de compassion sur la population .
      la machine est bien rodée, d’ailleurs il est troublant de voir le nombre d’otages des pays de la coalition augmenter cela pose des vrais questions sur la véracité des événements car grâce a cette barbarie les usa n’auront plus a se justifier ou demander un droit d’intervention militaire a L’ONU .
      il est aussi étonnant que les pays de la coalition ” antiterroriste ” non occidentaux n’aient pas d’otages exécutés pourtant limitrophes du conflit , la situation est d’autant plus grotesque que la Turquie menace dune intervention a cause d’un tombeau ottoman http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/2075697/2014/10/04/La-Turquie-ripostera-si-le-tombeau-ottoman-en-Syrie-est-attaque.dhtml

      a chacun son bouc émissaire le massacre peut commencer .

        +0

      Alerter
  • Louis Robert // 10.10.2014 à 12h43

    Je sais, cela se dit mal, cela déplait inévitablement, et l’on demandera que cela soit non pas censuré (bien sûr) mais “modéré”… afin de ne pas devoir lire ou entendre ce qui déplaît. Mais enfin, certains jours, il faut bien que certains acceptent de vivre dangereusement…

    Je suis personnellement atteint au plus profond de mon humanité dès lors que je nous vois faire tant de cas de moins de cinq cas de décapitation… alors que nous continuons obstinément d’ignorer les millions d’innocentes victimes de notre propre barbarie, permanente, omniprésente, notamment depuis plus d’un siècle: en Algérie, au Vietnam, en Afghanistan, en Irak, en Palestine, partout en Afrique, au Moyen Orient et en Amérique Latine, partout et sur tous les continents, sans oublier cette récente horreur nazie en Ukraine que nous avons choisi d’ignorer après l’avoir fomentée, financée, organisée et conduite. Notre insensibilité et notre indifférence crient à la face du monde notre monstrueuse inhumanité. Elle m’est devenue littéralement insupportable.

    Qui fait état de la dégradation du patrimoine génétique irakien par l’utilisation de l’uranium appauvri sur les populations civiles, et de cette monstruosité laissée là derrière (comme au Vietnam du reste) dans les lieux de naissance?

    Voyez seulement!

    “The Doctor, the Depleted Uranium, and the Dying Children”

    https://www.youtube.com/watch?v=qxGGnS4DDpA

    Sur ces décapitations, l’Américain Chris Hedges a eu le courage d’écrire, récemment:

    “These killings will stop only when we accept that the killers who should terrify us most are ourselves.” — Ces tueries ne cesseront que lorsque nous admettrons que nous sommes nous-mêmes les meurtriers qui devraient nous terrifier le plus.

    “How the Brutalized Become Brutal”

    http://www.truthdig.com/report/item/how_the_brutalized_become_brutal_20140824

      +0

    Alerter
  • Van // 10.10.2014 à 16h33

    tout cela résulte de la destruction des usa des corps constitués de sécurité d’Irak comme la police l’armée , la douane des frontière ce qui a laisser la porte ouverte au terroristes .
    on pourra rajouter les victime dans un second temps , causé par la destruction des infrastructure de santé ce qui provoquera la mort d’autre millier de mort chaque mois par manque de médicament et de soin . et on peut aussi faire une statistique sur les effet de la destruction des infrastructure économique .

    et pour le cas Hervé GOURDEL bien sur que c’est révoltant la mort dune personne innocente mais n’est il pas révoltant la mort de millier de personne sur les routes ou la mort de millier de malades alors que le gouvernement veut diminuer le budget santé .

      +0

    Alerter
  • theuric // 10.10.2014 à 16h53

    Peut-être qu’il y aurait moins de victime si le plus grand nombre possible de gens cherchaient à comprendre ou mieux, comprenaient les mécanismes politiques, stratégiques, géopolitiques et géostratégiques en jeu dans telle ou telle situation.
    Ainsi des événements ont eu lieux au sujet de l’E.I. qui sont d’une importance cruciale pour les comprendre.
    Le fait, par exemple, que ce fut la France qui fut choisi pour réunir les chef d’état et de gouvernement, le retrait de la Turquie de cette réunion et l’écartement (momentané(?)) de l’Iran, l’attente anglaise d’un référendum écossais pour commencer à agir, la présence, également, des pays du golfe, pas un ne semblait manquer à l’appel et, surtout, qu’il y était présent un représentant de la confédération de Russie…
    Il est ainsi important de savoir quels étaient les pays européens qui y avaient un représentant ou la position d’Israël, voire si ce pays n’y avait pas un observateur non officiel et discret…
    Il y a des mouvements et renversements d’alliances extrêmement rapides, nous devons dès lors être prêts à toutes les éventualités pour comprendre ces dynamismes complexes.
    Le rapprochement entre les U.S.A. et l’Iran est en cela symptomatique.
    Parce qu’il est bien et même nécessaire de se pencher sur ces malheurs et d’avoir de la compassions pour ceux qui souffrent mais je pense qu’il est encore plus important de comprendre les mécanismes complexes (je le répète) aujourd’hui en jeu, c’est ainsi que nous ne serons plus des marionnettes mais bien des acteurs.

      +0

    Alerter
  • Ghosties // 12.10.2014 à 01h49

    500 morts dans le charnier d’Almeida le 10 septembre, et pas un seul article à ce sujet en googlant un peu ? … y a un truc qui coince, mais je sais pas trop où…

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications