« Si un État veut éviter la désintégration sociale, il doit veiller à ne tolérer aucune augmentation de l’extrême pauvreté comme de l’extrême richesse dans quelque partie que ce soit du corps social, parce que l’une comme l’autre conduisent au désastre. C’est pourquoi le législateur doit veiller à fixer clairement les limites acceptables de la richesse comme de la pauvreté. » [Platon – Les Lois]

« Il y a trente ans, le facteur multiplicatif entre le salaire moyen d’une entreprise et le salaire le plus élevé était de 20. Cette règle était très sage. Maintenant, on avoisine les 200. C’est extrêmement pernicieux. […] Il y a aujourd’hui une attention démesurée portée aux revenus et à la richesse. Cela détruit totalement l’esprit d’équipe. » [Peter Drucker, 2000]

Petite série sur la rémunération des dirigeants.

Je précise tout d’abord très clairement que la cible visée ici est :
1/ les 50 ou 100 PDG des plus grandes entreprises françaises
2/ les premières centaines des dirigeants américains les mieux payés
et encore, seule une partie a un comportement qui peut apparaître choquant.

Les milliers de directeurs de nos grandes entreprises, et les dizaines de milliers de dirigeants de TPE PME ne sont bien entendu nullement visés – je salue même leur apport en général précieux dans la création de richesses, qui peuvent ensuite être redistribuées, au bénéfice de l’ensemble des travailleurs.

Dessin salaires PDG USA Cartoon

Il y a une trentaine d’années, le Directeur, « seigneur dans son château-entreprise » était un véritable entrepreneur, souvent ancien ingénieur de son domaine d’activité, parfaitement au fait du cœur de métier, pour qui la rentabilité actionnariale était un objectif au mieux secondaire face à la nécessité d’innover, d’investir, de se développer.

Avec l’arrivée du financiarisme, les actionnaires, dont le poids était très limité, se sont organisés en se regroupant au début des années 1980 : fonds de pension, sicavs, investisseurs institutionnels, hedge funds, etc. Ainsi, l’« actionnaire » véritable n’est désormais plus le petit porteur, mais bien son représentant, le gérant de la Sicav ou du fonds de pension dans lequel il a investi, et qui va agir en son nom et en celui de milliers d’autres, avec le pouvoir colossal que représentent les milliards d’euros qu’il aura levés. Ils disposent ainsi désormais du bâton, pour licencier facilement le PDG.

Mais en pratique, la carotte s’est révélée bien plus efficace. Comment inciter le PDG à ne s’occuper que de l’intérêt des actionnaires, lui qui était censé trouver l’équilibre entre les parties prenantes de l’entreprise (dirigeants, actionnaires, salariés, clients…) ? Simple, il suffit d’en faire « hyper-actionnaire » ! Et ce par le biais des stock-options, inventées à la fin des années 70, et dont on peut penser qu’elles ont joué un rôle important dans la Crise actuelle.

Rappelons ce que sont ces « options sur action ». En simplifié, on donne gratuitement le droit au bénéficiaire d’acheter X actions de la société dans 5 ou 10 ans au prix actuel. Comme il pourra les revendre immédiatement (ce qu’il fait toujours), il encaissera donc simplement la différence entre le prix actuel et le prix futur pour chaque option, sans avancer d’argent. Si la valeur de l’action a augmenté (ce qui est l’intérêt de l’actionnaire), il touchera un gain. Si elle a diminué, le bénéficiaire n’exerce pas son droit et ne fait rien (d’où le terme « option ») : il ne perd donc rien. En résumé, « Pile, je gagne ; face, je ne perds rien ». Par exemple, supposons qu’une entreprise a des actions cotées 10 € et qu’elle attribue 100 000 stock-options à son PDG ; dans 5 ans, si l’action est à 15 €, il encaissera directement 500 000 €, mais si l’action est à 8 €, il ne fera rien et ne touchera rien (mais ce sera alors un excellent moment pour se faire attribuer des stocks options à prix très bas…).

Fondamentalement, une stock-option est un simple pari sur le cours de la Bourse dans 5 ans, sans mise !

Dessin salaires PDG USA Cartoon rémunération patrons

Dessin salaires PDG USA Cartoon rémunération patrons

Il s’agit donc d’une rémunération asymétrique, par nature porteuse d’incitations perverses. Et au lieu d’avoir conservé ce système dans des limites raisonnables, les stock-options ont été distribuées essentiellement aux dirigeants, et pour des montants représentant plusieurs années (voire décennies !) de rémunération fixe. Ce qui ne peut qu’inciter le « pilote » à prendre de plus en plus de risques, pour obtenir une (éphémère) rentabilité à court terme, puisque le seul critère de résultat du PDG est la valeur de l’action – comme si elle reflétait vraiment d’une part la valeur de l’entreprise et surtout, le travail du seul dirigeant !

De plus, la réglementation, dans un souci de transparence, a rendu publics les salaires des PDG. Mais du coup, un salaire moyen a été facilement calculé. Et quel PDG accepterait d’être moins payé que la moyenne ? Une surenchère a alors eu lieu et les PDG se sont mutuellement attribués de plus en plus de stock-options (car le PDG A préside le comité de rémunération du PDG B, qui préside celui du PDG C, etc.), jusqu’à des niveaux faramineux – se chiffrant en dizaines de millions d’euros par bénéficiaire (plus de 170 M€ pour Antoine Zacharias, l’ancien PDG de Vinci ; le directeur général américain du groupe de capital investissement Blackstone, Stephen Schwarzman, a touché en 2008, 702 M$ de revenus dont 700 M$ de stock-options…).

Rappelons que vers 1890, le grand banquier américain John Pierpont Morgan, disait qu’il ne traiterait jamais avec une entreprise dont le dirigeant gagnerait plus de 20 fois le salaire de ses ouvriers. Rockefeller fixait quant à lui la barre à 40 fois le niveau de ses salariés – toujours loin des 4 fois évoqués par Platon.

La dérive survenu depuis 20 ans est incroyable (pour la seule poignée de dirigeants dont nous parlons, je le rappelle) :

Top 3 salaires PDG USA

On constate donc une multiplication par 10 à 20 des rémunérations des 3 PDG américains les mieux payés – le ratio les exprimant en fonction du salaire moyen des employés se situant désormais à plus de 100 fois la norme du début du XXe siècle… 300 M$ en 2000 pour le patron de Mickey, cela laisse songeur…

Top 3 salaires PDG USA

Top 3 salaires PDG USA

Dessin salaires PDG USA Cartoon rémunération patrons

Dessin salaires PDG USA Cartoon rémunération patrons

On observe bien que de 1940 à 1985, les plus hautes rémunérations américaines étaient on ne peut plus décentes, et se situaient entre 25 et 50 fois le salaire moyen. Cela correspond aujourd’hui à environ 40 000 à 80 000 € nets par mois – ce qui est déjà très confortable. Ce consensus sociétal ayant prévalu durant plus d’un siècle a été largement rompu depuis, passant d’un ratio de 40 à environ 400, certain patrons américains flirtant avec les 4000 fois…

On apprendra également que quelques happy few, dirigeants de hedge funds (fonds d’arbitrage spéculatifs), disposent de rémunérations de plus d’un milliard de dollars par an.

Salaires PDG hedge funds USA

« Des gens gagnent plus d’un milliard de dollars par an. Oui : pas en capital, mais bien en revenu, eh oui, un milliard… […] Les 793 [milliardaires recensés dans le monde en 2005 par Forbes] possèdent ensemble 2 600 milliards de dollars [soit] la totalité de la dette extérieure de tous les pays en développement. […] Le revenu des 500 personnes les plus riches du monde est supérieur à celui des 416 millions les plus pauvres du monde. On finirait par se perdre dans tous ces chiffres, mais voilà : un hyper-riche touche plus qu’un million de ses frères humains réunis… » [Hervé Kempf, Comment les riches détruisent la planète]

« Si l’Américain à haut revenu vers 1905 était par essence un baron de l’industrie qui possédait des usines, son homologue cent ans plus tard est un cadre supérieur immensément récompensé de ses efforts par des primes et des stock-options » [Paul Krugman (prix Nobel d’économie 2008), L’Amérique que nous voulons, 2008]

Dessin salaires PDG USA Cartoon rémunération patrons

Dessin salaires PDG USA Cartoon rémunération patrons

Dessin salaires PDG USA Cartoon rémunération patrons

4 réponses à 0010 La rémunération des PDG (1/3)

  1. Laurent Le 23 mai 2011 à 15h40
    Afficher/Masquer

    Amusant de voir que c’est article déchaine beaucoup moins les passions que le dernier sur DSK !!
    Je me demande vraiment comment on va pouvoir casser ce cycle ou une infime minorité (0.1% sans doute) capte l’essentiel de la richesse créé par le reste.
    J”en suis venu à souhaiter ardemment un écroulement violent du système comme l’a été 1929, tout est étant bien conscient des risques extrêmes induits par l’ampleur d’un tel de moment (Hitler aurait il pu arriver au pouvoir sans la crise de 1929 ?).
    A ce titre d’ailleurs, le virage idéologique a droite toute d’un partie de l’Europe, du Canada, et d’une partie des États Unis me paraît TRES inquiétant…
    Il ne faut pas se leurrer : il est plus que probable que dans un avenir proche, nous devrons tous nous battre pour nos droits, et pas virtuellement mais bien physiquement, comme nos ancêtres l’ont fait il n’y a pas si longtemps.


  2. RonRon Le 23 mai 2011 à 18h23
    Afficher/Masquer

    Le pire c’est qu’il se crée à vitesse grand V une futur classe d’héritier qui seront très nombreux et à la charge de nos enfants (voir Anne Sinclair).
    Comme quoi on peut marier le people et les sujets plus important.


  3. Patrice Legoux Le 27 octobre 2011 à 08h59
    Afficher/Masquer

    je rebondis (tardivement vu la date de l’article) sur le le graphique “Le grand fossé”. Il serait intéressant de le rapprocher de l’inflation réelle en comparant les salaires indiqués au prix de l’or aux mêmes époques.
    Ne voit on pas sur ce graphique simplement le reflet de ceux qui savent que d’autres manipulent la monnaie et évitent (eux) de se faire plumer ?


Charte de modérations des commentaires