Les Crises Les Crises
2.septembre.20132.9.2013 // Les Crises

[Reprise] Chevènement : « La France n’a pas intérêt à entrer dans une guerre de religion en Syrie »

Merci 0
J'envoie

Reprise d’un article du Parisien du 1/9/13

Jean-Pierre Chevènement, ministre de François Mitterrand, qui, hostile à la guerre du Golfe, préféra démissionner, critique durement la politique syrienne de François Hollande. Sénateur du Territoire de Belfort et président d’honneur du Mouvement républicain et citoyen (MRC), Jean-Pierre Chevènement, 74 ans, a été plusieurs fois ministre dans les années 1980 et 1990. En janvier 1991, hostile à la guerre en Irak, il avait démissionné de son poste de ministre de la Défense.


Vous attendiez-vous à une telle escalade de la tension internationale sur la Syrie?
JEAN-PIERRE CHEVÈNEMENT.
J’ai toujours été inquiet au sujet de la Syrie. J’avais d’ailleurs exprimé ma préoccupation à François Hollande et à Laurent Fabius dès le mois de juin 2012 quant à la définition de notre politique. Selon moi, il eût mieux valu privilégier une posture de négociation et faire de la France un intermédiaire entre les camps qui s’opposent dans ce qui est une véritable guerre civile intercommunautaire avec, à l’arrière-plan, une rivalité entre sunnites et chiites. Je ne pense pas que la France ait intérêt à entrer dans une guerre de religion.
Vous jugez notre diplomatie imprudente?
Je m’étais inquiété de la formulation « Bachar doit partir », calquée sur celle employée naguère par Alain Juppé : « Kadhafi doit partir. » Je me suis entretenu à plusieurs reprises avec le président de la République et avec le ministre des Affaires étrangères. Je pense qu’il n’y a pas de solution militaire, il ne peut y avoir qu’une solution politique. Celle-ci doit intervenir avec l’ensemble des parties prenantes du conflit, ce qui suppose le respect de la légalité internationale, car c’est dans le cadre du Conseil de sécurité de l’ONU que ces négociations peuvent être menées. En tout cas, j’ai clairement privilégié cette ligne de la négociation et j’ai beaucoup regretté qu’Alain Juppé ait fermé l’ambassade de France à Damas en mars 2012 : il y a une continuité, si je puis dire… […]

Source : Le Parisien

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

39 réactions et commentaires

  • Patrick Luder // 02.09.2013 à 06h59

    Quand on démissionne au premier orage, on ne ramène pas sa fraise … le vrai courage aurait été de rester et d’essayer de faire passer ses idées, envers et contre tout, d’autant plus qu’il a parfaitement raison. Il faut reconnaître que la politique est ingrate, c’est comme tirer à l’arc, pied et poing lié, bandeau sur les yeux, la chance d’atteindre sa cible est quasi nulle.

      +0

    Alerter
    • grub // 02.09.2013 à 10h57

      Quand on est ministre des armées, que son pays entre en guerre et que l’on est clairement hostile à cette guerre, il me semble que la seule solution c’est justement de démissionner.

      Beaucoup devraient s’en inspirer d’ailleurs à commencer par Kouchner qui pensait à démissionner mais bon quand la soupe est trop bonne.

        +0

      Alerter
    • Brice Goe // 02.09.2013 à 17h08

      Complètement d’accord avec Grub

      Selon Chevènement, “Un ministre, ça ferme sa gueule ; si ça veut l’ouvrir, ça démissionne”

      Il a consciencieusement appliqué ce précepte à 3 reprises.

      Ben moi, je dis BRAVO !

        +0

      Alerter
    • Crapaud Rouge // 02.09.2013 à 21h39

      “Quand on démissionne au premier orage…” : du grand n’importe quoi ! L’expression exprime ce qu’en bon français on appelle l’adversité ou une épreuve, par exemple la France attaquée par une puissance étrangère, le surgissement d’un nouveau Mai 68, etc. Mais là, c’était la France libre de choisir ou non l’engagement militaire : ça n’a strictement rien à voir ! Mais bon… faut pas demander un avis pertinent à un Français qui ne pige même pas sa propre langue…

        +0

      Alerter
  • Vénus-Etoile du Berger // 02.09.2013 à 07h27

    JUIN 1930

    Beyrouth, 30 juin 1930

    Mon Colonel,

    Oui, votre livre est d’un puissant intérêt. Que d’idées partout répandues et que de souvenirs poignants ! On l’a beaucoup goûté ici.

    Pour moi qui ai l’honneur et l’avantage de vous connaître un peu j’ai trouvé que ce livre était bien vous-même. Je veux dire qu’à tant de qualités il mêle cette inquiétude du jugement, cette âpreté dans la critique, ce goût d’abattre qui vous sont propres. Je n’ajouterai point que je le regrette car cette tournure de votre esprit lui est essentielle. Et, en admettant, par incroyable, que vous prétendiez un jour la changer, ce serait sans aucun doute au détriment du reste. Un écrivain aussi est un bloc », à plus forte raison un penseur. Il faut le prendre comme il est. Pour ma part, je vous prends tel quel, je fais mon profit de vous, mais pour la même raison je ne tâcherai pas de vous imiter.

    Le Levant est un carrefour où tout passe : religions, armées, empires, marchandises, sans que rien ne bouge. Voilà dix ans que nous y sommes. Mon impression est que nous n’y « pénétrons » guère, et que les gens nous sont aussi étrangers et réciproquement qu’ils le furent jamais. Il est vrai que pour agir nous avons adopté le pire système dans ce pays à savoir d’inciter les gens à se lever d’eux-mêmes quitte à les y encourager, alors qu’on n’a jamais rien réalisé ici, ni les canaux du Nil, ni l’aqueduc de Palmyre, ni une route romaine, ni une oliveraie, sans la contrainte. Pour moi notre destin sera d’en arriver là ou bien de partir d’ici. Les sceptiques ajouteraient une troisième solution, à savoir que durent les tâtonnements d’aujourd’hui, puisqu’ici le temps ne compte pas et que les systèmes comme le ponts et comme les maisons trouvent facilement moyen de rester des siècles en porte-à-faux.

    Il y a un homme, et je crois un seul, qui comprenait bien la Syrie et savait y faire c’était le Colonel Catroux. C’est pourquoi il est parti.

    Je vous enverrai prochainement, mon Colonel, une étude sur le Caractère que la Revue militaire va publier sous ma signature. J’en ai entrepris une autre sur le Prestige. Il faut faire son sillon. Mais à quoi bon tout cela ? J’espère que vous avez reçu les mémoires du Journal du Levant. Je n’ai pu en avoir que deux. Rien n’est malaisé comme de communiquer de Beyrouth avec Smyrne.

    Je vous prie de bien vouloir accepter, mon Colonel, avec mes remerciements renouvelés pour l’envoi de votre livre, l’assurance de mon respectueux et fidèle dévouement.

    C. de Gaulle

      +0

    Alerter
    • Vénus-Etoile du Berger // 02.09.2013 à 07h40

      le colonnel était polytechnicien artilleur, il avait écrit de nombreuses revues militaires en prenant soin de préciser les théories de Charles de Gaulle sur l’armée motorisée et les grandes unités autonomes.

        +0

      Alerter
      • Julian // 02.09.2013 à 14h58

        Bel exemple de lucidité. Merci pour ce témoignage dont on peut dire…qu’il ne date pas et reste pertinent.

        10 ans plus tard le “spécialiste” de la Syrie ( et du Proche Orient, en général) Georges Catroux mettra sa grande expérience au service d’un général à titre temporaire dégradé par Vichy et condamné à mort, nommé C. de Gaulle.

        L’Orient depuis reste toujours compliqué.

        Sauf pour les voyous du complexe militaro-politico-industriel des États-Unis qui pensent pouvoir y faire régner leur ordre (et y font de juteuses affaires).

        Et, hélas, sauf pour les carpettes atlantistes qui siègent à l’Élysée et à Matignon.

          +0

        Alerter
        • Vénus-Etoile du Berger // 02.09.2013 à 18h12

          Vos deux dernières phrases n’engagent que vous.

          La problématique est bien plus complexe.

          Comme j’ai écrit dans le premier billet d’hier.

          Barack va demander l’aval du Congrès, comme David en fait.

          Et si c’est non, la France sera seule, j’ai l’impression qu’on va se faire avoir…

          Il serait sage de faire voter le parlement pour ne pas se retrouver dans une impasse, à mon humble avis.

          Nous ne devons pas intervenir, c’est un piège.

          Et la Russie est bien contente, elle a besoin de se refaire la mise depuis Chypre…la Russie ne fait pas tout cela par humanité…

            +0

          Alerter
  • fabien775 // 02.09.2013 à 07h27

    Les français sont majoritairement contre une intervention en Syrie. Dans une démocratie, Hollande devrait respecter l’opinion des citoyens, nous ne sommes plus au temps de la monarchie absolue.

      +0

    Alerter
  • jacqueline // 02.09.2013 à 10h03

    Oui mais la Justice, c’est le TPI et elle ne balance pas des missiles sur la population pour faire valoir le droit..

    Hollande et Obama sont comme deux “grandes gueules” dont on vient de crever les pneus de leur voiture et qui, supposant que c ‘est un gamin du camp de manouches à coté, veulent aller lui donner une gifle pour le punir.

    Juste une gifle, hein ! Bon courage à eux ! On va sûrement les laisser faire et les laisser repartir comme ils étaient venus. 🙂

    Hélas encore une fois , c’est la population syrienne , et peut être nous aussi qui allons morfler.

    En plus comme on ne peut pas bombarder les dépôts d’armes chimiques, qu’on fait semblant de découvrir, ils parlent de lui démolir ses autres installations. Bravo ! Comme ça il ne lui restera que les armes chimiques et Assad s’il voit qu’il perd la partie, perdu pour perdu il ne va pas hésiter à s’en servir.

    Un jour à la télé il y a quelques années déjà, j’ai vu le couple Sarkozy et le couple Assad faire une visite nocturne de Damas en 4×4 sans gardes du corps. Comme deux couples qui rentrent du restau. J ‘étais surprise de ce rapprochement et de cette ambiance détendue.

    Puis tout d’un coup Assad c’est l’homme à abattre, c’est le diable. Faut qu’on m’explique !

      +0

    Alerter
  • Michel // 02.09.2013 à 10h29

    Les leçons de morale derrière son clavier, c’est bien le plus facile.

    Et Assad n’est pas un salopard depuis hier. Faut se renseigner un peu plus.
    Entre un dictateur réel, dont la police n’hésite pas à torturer des gosses, et des démocraties très approximatives j’en conviens, je choisis. Rien n’est parfait, et on doit faire avec ce qu’on a.

    Que pensent les Révolutionnaires Syriens, ceux qui morflent VRAIMENT pour se débarrasser de leur dictateur, pendant nos palabres futiles et dillatoires?…
    http://www.lorientlejour.com/article/830927/-les-rebelles-syriens-entre-choc-et-deception-mais-aussi-espoir.html

      +0

    Alerter
    • Alain34 // 02.09.2013 à 12h45

      Dans ce cas, il ne fallait pas attendre aussi longtemps et il faut dire franchement : “on y va et on fait tomber le régime de Bachar.”.

      Ensuite, on est pas les gendarmes du monde, ni nous, ni les anglais ou les ricains.
      Il y a un machin qui s’appelle l’ONU qui sert a gérer entre autre ce genre de situation. Mais il y en a 2, et pas des moindres, qui disent NIET.
      Donc il faut négocier, etc…

      On pourrait par exemple demander une résolution a l’ONU pour imposer à la Syrie la signature de la “Convention sur l’interdiction des armes chimiques”, ce qui signifie :
      – l’interdiction complète des armes chimiques ;
      – la destruction des arsenaux existants ;
      – un régime de vérification des engagements pris
      Là, Russes et Chinois, qui eux ont signés, ne pourront rien dire si ils sont de bonne fois, et les choses avanceront un peu…

      Et en cas d’attaque sans décision de l’ONU, celui qui aura pris la décision d’attaquer un pays souverain devra en assumer toute la responsabilité…

        +0

      Alerter
    • Crapaud Rouge // 02.09.2013 à 21h46

      Les leçons de morale derrière son clavier, c’est bien le plus facile. (…) Que pensent les Révolutionnaires Syriens, ceux qui morflent VRAIMENT pour se débarrasser de leur dictateur, pendant nos palabres futiles et dillatoires?…” : mais c’est quoi, cette question, sinon une leçon de morale à peine dissimulée ?

        +0

      Alerter
  • step // 02.09.2013 à 11h34

    quels sont les “droits” des islamistes, et pourquoi spécifiquement eux par rapport au reste de la population ? En tant que jihadistes souvent étrangers, ils n’ont pas été particulièrement laisés par la politique de al assad, vu que pour une bonne partie il n’étaient pas sous sa gouverne.

    je rappelle au passage que la syrie n’a pas signé le document interdisant les gazs. Il me semble qu’en terme de justice, on aurait du mal à reprocher à quelqu’un un document qu’il n’a pas signé.

    En plus comme le signale olivier, j’ai du mal a comprendre en quoi se faire cramer au gaz sarin est moins humain que se faire déchiqueter à la mitrailleuse lourde et se faire depioter façon puzzle à l’obus de mortier. Le fondement de l’accord d’interdiction des gazs était plus basé sur leur imprédictabilité, et le risque qu’il se retourne contre les troupes (du fait du changement de vent, de leur persistance dans l’air alors que la tranchée venait d’être prise) de l’utilisateur que du soucis humanitaire pour l’adversaire. Si l’homme avait un soucis humanitaire pour son voisin, il ne ferait pas la guerre, c’est tout.

      +0

    Alerter
  • Stéphane Grimier // 02.09.2013 à 12h41

    Aux dernières nouvelles la constitution syrienne donne le droit à Bachar El Assad d’être là ou il est.
    Un peu comme la notre qui donne à Guignol 1er le droit de déclarer la guerre à qui il veut sans demander l’autorisation à qui que ce soit…. Attendez, il est le chef des armées le clébard !
    Mais on s’en fout, “Bachar” ne mérite pas d’être sur terre, comprenez, ils sont potes, et s’appellent par le prénom. De plus, si c’est l’empoisonneur de la 5e république qui le dit, le grotesque grotesque, alors on peut bien buter des types démocratiquement sans vote, avec des canons dans le derrière, ou tout autre rite.
    Les suceurs de sang sortent du bois, et se lâchent comme des sagouins directement sur nous. Et depuis 10-15 ans, c’est open bar, j’en ai la nausée.

    “Le Massacre Chimique de Damas ne restera pas impuni”. THE PUNISHER….
    j’en suis encore tout émoustillé

      +0

    Alerter
  • Trololo // 02.09.2013 à 13h05

    Le pays est à feux et à sang. Et nous ? On continue à regarder encore un an ou deux ?
    En France c’est toujours pareil : tout le monde râle, et quand on propose une solution, bah tout le monde râle. On va aller loin comme ça.
    Les armes chimiques sont peut-être une mascarade, oui, mais c’est le dernier recours “politique” pour intervenir. Bachar est un dictateur sanguinaire, il n’y a qu’à se renseigner un tout petit peu pour en être convaincu. Il a eu 100 fois l’occasion de démissionner et d’organiser des élections. L’a-t-il fait ? Non. Il me fait bien marrer le Chevènement avec son “ONU” et ses “négociations”. Il y en a déjà eu des centaines de négociations. Ont-elle abouti ? Non plus. Et l’ONU ! warf warf je me marre ! Dans toute sa splendeur comme toujours : “Allons allons les garçons, cessez donc de vous quereller à présent. Allez, faites vous un bisou. Là. C’est quand même beaucoup mieux, non ?” Bisounours power.

      +0

    Alerter
    • ploi // 02.09.2013 à 22h03

      Et une fois qu’on est chaud, après s’être fait la Syrie, on va en Chine??

      Sont peut-être pas sanguinaires mais comme ils ne sont pas d’aussi “grands démocrates” que nous, pas de pitié!!

      Sinon tu pourrais me dire pourquoi c’est toujours les forts qui disent aux faibles comment se comporter sous prétexte de justice?

      Parce que les américains ont quand même tué des milliers d’irakiens sans aucun motif avoué (vus que ceux fournis étaient bidons) et n’ont jamais été sanctionnés….

        +0

      Alerter
  • nourredine // 02.09.2013 à 14h16

    Moi, je chercherais qui a pourvu les produits chimiques?

      +0

    Alerter
  • grub // 02.09.2013 à 14h18

    Non mais faut arrêter certains commentaires va-t’en guerre.

    – Bombarder la Syrie ne fera que remettre le statu-quo donc s’éterniser une guerre que Bashar est en train de gagner. Donc poursuite de la guerre civile avec tous ses morts.

    – Intervenir intensivement et s’appuyer sur cette résistance hétéroclite mettra fin au pouvoir de Bashar pour y mettre un gouvernement d’opérette et instable. Voir l’Irak et la Libye pour ceux qui n’ont pas compris.

    – Sinon on peut aussi envoyer une force de plusieurs centaines de milliers d’hommes pendant 5 ou 10 ans pour pacifier la zone et remettre un gouvernement démocratique mais sans les américains puisqu’ils ont montré leurs incapacités à faire ce boulot en Irak et en Afghanistan.

    Je pense qu’au contraire des Américains la France et les Anglais ont cette compétence du fait de leurs expériences coloniales.
    Mais certainement pas les moyens d’envoyer 200 ou 300 000 hommes au minimum nécessaire pour une telle mission.

    Donc arrêtons les guerres coloniales qui ne profitent qu’à une minorité de politiques et industriels.
    Sans nous cette guerre civile serait déjà terminée et Bashar sûrement obligé de faire des concessions démocratiques pour se refaire une virginité internationale.

      +0

    Alerter
  • Toulze // 02.09.2013 à 15h30

    Vous faites une analyse qui me parait très juste et prudente sur une intervention en Syrie mais pourquoi ne pas aller jusqu’au bout?
    Pourquoi ne pas expliquer aux français qu’à travers l’UE et une classe politique française sans réelle conviction et courage, nous sommes aujourd’hui un pays vassalisé par les USA, sans aucun des moyens d’une réelle indépendance?
    Qu’ avez-vous à perdre?
    Parce-que je suis persuadé qu’un homme tel que vous en est bien conscient.

      +0

    Alerter
  • BA // 02.09.2013 à 16h30

    L’OTAN ne prévoit pas d’intervenir en Syrie.

    Le secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen, a déclaré lundi 2 septembre au sujet des attaques chimiques ayant fait des centaines de morts le 21 août en Syrie qu'”il ne fait aucun doute que la communauté internationale doit réagir avec vigueur afin d’éviter de nouvelles attaques chimiques à l’avenir”. “Si nous ne réagissions pas, cela enverrait un message très dangereux à tous les dictateurs du monde”, estime M. Rasmussen.

    Il s’est d’ailleurs dit “personnellement convaincu” que “non seulement une attaque chimique s’est produite (…), mais que le régime syrien en est responsable”, en affirmant avoir eu accès à des informations classifiées données par des pays membres de l’OTAN.

    Mais, a-t-il ajouté, “je n’envisage pas que l’OTAN puisse jouer un rôle dans la crise. A ce stade, les alliés se consultent, et c’est à chaque Etat de décider de la façon de répondre” à l’attaque.

    De plus, si l’intervention armée devait être, comme il est envisagé, “brève, avec des objectifs ciblés”, il n’est “pas nécessaire” d’avoir recours aux structures militaires de l’OTAN, davantage prévue pour superviser des opérations complexes de longue durée.

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/09/02/l-otan-ne-prevoit-pas-d-intervenir-en-syrie_3469972_3214.html

    Le Royaume-Uni et l’Allemagne ont déjà dit qu’ils n’interviendront pas en Syrie.

    L’OTAN n’interviendra pas en Syrie.

    Si le Congrès US vote non, les Etats-Unis n’interviendront pas en Syrie.

    Finalement, François Hollande risque se retrouver tout seul !

      +0

    Alerter
    • Lisztfr // 02.09.2013 à 17h08

      Et alors, seul ou pas n’est pas un critère de vérité !

      Je suis pour une frappe en Syrie

        +0

      Alerter
      • Crapaud Rouge // 02.09.2013 à 22h29

        Lisztfr, vous êtes bien meilleur pour parler de musique… Et les Russes, vous en faites quoi ? Bashar al-Assad sera obligé de répliquer au premier tir US, sinon il donne à son camp le signal de la débandade. Les Américains seront obligés de répliquer à la réplique syrienne, sinon ils se couvrent de ridicule. Et l’escalade sera enclenchée, soutenue par les Russes qui n’ont aucune raison, mais alors absolument aucune, de céder aux Américains. Il y aura donc des combats aériens pour la maîtrise du ciel, un enjeu d’autant plus crucial que les Russes ne peuvent aider la Syrie que par voie aérienne. Or, depuis le temps que dure ce conflit, (deux ans ?), ils ont eu tout le temps de peaufiner leur défense aérienne, de sorte que la victoire US est loin d’être acquise. Petite question : pourquoi la Syrie n’a-t-elle pas répliqué aux (petites) attaques israéliennes ? Pour ne pas ouvrir un second front, certes, mais surtout pour ne pas dévoiler ses capacités…

          +0

        Alerter
      • Crapaud Rouge // 02.09.2013 à 23h18

        Les “pour” ne mesurent pas que, sur ce coup, il y a un risque énorme que le camp occidental soit obligé de reculer, c’est-à-dire d’essuyer une défaite face aux Russes dont les conséquences politiques seraient de l’ordre du cataclysme. Sinon, on va tout droit vers l’embrasement régional, les pays voisins se voyant obligés de choisir leur camp face à la radicalisation du conflit.

          +0

        Alerter
  • koui // 02.09.2013 à 22h36

    Chevenement était ministre de Mitterand, comme Fabius, à l’époque ou Saddam menait une guerre d’agression contre l’Iran. La France a aidé Saddam a fabriquer et à utiliser des armes chimiques contre l’Iran et également à bombarder ses villes. Chevenement est donc mal placé pour parler de l’emploi d’arme chimique en Syrie. Je suis d’accord avec son propos, mais il ferait quand même mieux de la fermer, ou alors faut qu’il vide son sac et déballe les turpitudes du passé.

      +0

    Alerter
  • Crapaud Rouge // 02.09.2013 à 23h05

    D’après Libé, (http://www.liberation.fr/monde/2013/09/02/syrie-les-russes-absolument-pas-convaincus-par-les-documents-occidentaux_928775), des vidéos sont en ligne sur le site du ministère de la Défense et Hollande «continue son travail de persuasion pour réunir dans les meilleurs délais une coalition». Jusqu’où lui et Obama vont-ils aller pour ne pas perdre la face ? Çà commence à sentir mauvais. Ils seraient bien capables de nous déclencher une guerre pour un motif aussi futile que l’assassinat du fameux prince héritier.

      +0

    Alerter
  • yoananda // 03.09.2013 à 01h17

    Ne faudrait-il pas carrément lancer une pétition pour tenter d’empêcher l’irréparable ?

      +0

    Alerter
  • denton // 03.09.2013 à 02h02

    Beaucoup de commentaires très intéressants. Je ne vais pas répéter ce qui a déjà été écrit. J’ajoute simplement que si nous, USA et France, nous dispensons une fois de plus de l’accord de l’ONU pour intervenir dans un conflit extérieur, qui empêchera n’importe quelle autre puissance demain d’intervenir sur un théâtre d’opération qui lui conviendrait ? Le droit d’ingérence c’est le droit de l’ex – puissance coloniale ou bien celui du plus fort. Avec des habits plus jolis pour donner bonne conscience. Après si tout se complique ce n’est pas de notre faute, on a fait ce que “notre conscience” nous dictait. On pourra dormir tranquilles. Un homme ou une femme d’Etat, ça voit plus loin et plus haut. Merci à M. Chevènement. Je partage absolument son point de vue.

      +0

    Alerter
  • jacqueline // 03.09.2013 à 12h48

    Il serait temps que certains arrêtent de croire que la guerre est une partie de Paint Ball avec des règles et un arbitre qui compte les points et donne des cartons rouges.

    S’accrocher à l’interdiction des armes chimiques est soit un prétexte pour déclencher une guerre de grande envergure ( on l’ a vu avec l’ Irak ), soit (après avoir écouté Harlem Desir) un signe de déficience mentale, doublé d’un complexe de supériorité, face a un piège qui nous est tendu.

    D ‘ailleurs la Syrie n’a pas signé cette convention avec des pays pourvus de bombes atomiques, qui elles ne sont pas “interdites” à tous les pays. Si la Syrie était équipée d’armes nucléaires personne irait les emmerder. D’ailleurs on fout la paix au fou de la Corée du Nord.

    La Guiguou a prétendu hier que les armes chimiques n’avaient pas été utilisées depuis 70 ans ! Or on en a donné à Sadam pour attaquer l’ Iran.

    Les bombes à uranium appauvri utilisées par les américains sont tout aussi immondes que les armes chimiques.

    D ‘autre part tant de choses sont interdites, comme les viols, la torture, ça n’a pas empêché pas de voir des scènes horribles en Irak de la part des soldats anglais ou américains.

    Croire qu ‘à la guerre il y a des règles, c’est de la naïveté, et vouloir les faire respecter c ‘est présomptueux.

    D ‘autant plus présomptueux lorsqu’on ne les respecte pas soi même. Par exemple en Lybie , on avait un mandat bien précis de l’ ONU, mais sans complexes, on a dépassé les limites de ce mandat pour éliminer Kadafi. Après on s’offusque du véto de la Russie et de la Chine, après nous être offusqués que les américains n’aient pas respecté le véto de la France en 2003..

    Enfin toutes ces attaques de pays sont programmées depuis des années par les USA. Il ne manque plus que le prétexte, quitte à l’inventer de toutes pièces.

    Comme les américains n’ osent plus attaquer directement de front ces pays, car ils risqueraient de s’attirer les foudres de la communauté internationale, ils utilisent d’autres pays ( voire des ennemis, comme Al Queida ) pour commencer à les déstabiliser, puis à créer une situation inextricable, afin de trouver un prétexte pour intervenir militairement. Et comme par magie on sort les règles du jeu, on nous abreuve d’images atroces, pour impliquer d’autres pays, en jouant sur leur bonne conscience.

    Nos socialistes ont sauté à pied joint dans le piège.

    C ‘est aussi une façon de flatter notre orgueil d’ex-grand pays qui voudrait retrouver son influence passée de pays colonisateur, craint et respecté avec sa force de frappe nucléaire de dissuasion ( mais inutilisable ) et de faire oublier qu’on est en train de perdre notre influence économique.

    Certes le Mali a été un succès, mais il a fallu déloger les jihadistes, à pied dans les rochers. On intervenait à la demande d’un gouvernement élu avec l’appui de toutes les organisations internationales et avec des forces alliées comme les tchadiens.. La Syrie, c’est différent, elle a des alliés.

    Pendant ce temps les autres pays européens font les morts.

      +0

    Alerter
  • http://www.zhitongcheyouhua.com/2014_07_03/814.html // 08.07.2014 à 10h38

    » [Reprise] Chevènement : « La France n’a pas intérêt à entrer dans une guerre de religion en Syrie »

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications