Les Crises Les Crises
7.mars.20187.3.2018 // Les Crises

Déclaration de l’ONU sur les relations amicales entre États (1970)

Merci 73
J'envoie

Comme on parle souvent dans les médias de “principes du droit international”, voici pour mémoire le texte de la Déclaration relative aux principes du droit international touchant les relations amicales et la coopération entre les Etats conformément à la Charte des Nations Unies, adoptée par l’Assemblée Générale de l’ONU le 24 octobre 1970 (n°2625VO). Chacun en appréciera la bonne application…

On retiendra en particulier ceci :

Le principe que les États s’abstiennent, dans leurs relations internationales, de recourir à la menace ou à l’emploi de la force, soit contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de tout État, soit de toute autre manière incompatible avec les buts des Nations Unies.

Tout État a le devoir de s’abstenir, dans ses relations internationales, de recourir à la menace ou à l’emploi de la force, soit contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de tout État, soit de toute autre manière incompatible avec les buts des Nations Unies. Pareil recours à la menace ou à l’emploi de la force constitue une violation du droit international et de la Charte des Nations Unies et ne doit jamais être utilisé comme moyen de règlement des problèmes internationaux. […]

Une guerre d’agression constitue un crime contre la paix, qui engage la responsabilité en vertu du droit international. Conformément aux buts et principes des Nations Unies, les Etats ont le devoir de s’abstenir de toute propagande en faveur des guerres d’agression. […]

Chaque État a le devoir de s’abstenir d’organiser ou d’encourager l’organisation de forces irrégulières ou de bandes armées, notamment de bandes de mercenaires, en vue d’incursions sur le territoire d’un autre État. […]

Chaque État a le devoir de s’abstenir d’organiser et d’encourager des actes de guerre civile ou des actes de terrorisme sur le territoire d’un autre État, d’y aider ou d’y participer, ou de tolérer sur son territoire des activités organisées en vue de perpétrer de tels actes, lorsque les actes mentionnés dans le présent paragraphe impliquent une menace ou l’emploi de la force. […]

Aucun État ni groupe d’États n’a le droit d’intervenir, directement ou indirectement, pour quelque raison que ce soit, dans les affaires intérieures ou extérieures d’un autre État. En conséquence, non seulement l’intervention armée, mais aussi toute autre forme d’ingérence ou toute menace, dirigées contre la personnalité d’un État ou contre ses éléments politiques, économiques et culturels, sont contraires au droit international. […]

Aucun État ne peut appliquer ni encourager l’usage de mesures économiques, politiques ou de toute autre nature pour contraindre un autre État à subordonner l’exercice de ses droits souverains et pour obtenir de lui des avantages de quelque ordre que ce soit. Tous les États doivent aussi s’abstenir d’organiser, d’aider, de fomenter, de financer, d’encourager ou de tolérer des activités armées subversives ou terroristes destinées à changer par la violence le régime d’un autre État ainsi que d’intervenir dans les luttes intestines d’un autre État.

 

Dans ce texte, le juriste Milan Sahovic dressait un premier bilan en 1985 de son application…

Commentaire recommandé

Fritz // 07.03.2018 à 09h45

Cette déclaration développe l’article 2 de la Charte des Nations unies (1945). Elle-même date de 1970, c’est-à-dire de la Détente (et pas de la “guerre froide”, comme le répètent nos perroquets américanisés : même que la France de l’époque redoutait un “condominium” USA-URSS).

Sa lecture confirme que les guerres du Kosovo (1999), d’Irak (2003), de Libye (2011) étaient contraires au droit international, ainsi que le soutien occidental aux rebelles en Syrie (depuis 2011) et les sanctions économiques contre la Russie (depuis 2014).

Clairement, la déclaration de l’ONU montre à quel point les gouvernements occidentaux ont bafoué le droit international depuis vingt ans. Même un “réaliste” comme Hubert Védrine a suivi le mouvement, lui qui affirmait au début de l’agression de l’OTAN contre la Serbie : « La phase actuelle des bombardements est une question de jours, pas de semaines. L’objectif numéro 1 qui est de détruire l’appareil de répression serbe sera d’ici peu atteint » (Europe 1, Le club de la presse, 28 mars 1999).

19 réactions et commentaires

  • Fritz // 07.03.2018 à 09h45

    Cette déclaration développe l’article 2 de la Charte des Nations unies (1945). Elle-même date de 1970, c’est-à-dire de la Détente (et pas de la “guerre froide”, comme le répètent nos perroquets américanisés : même que la France de l’époque redoutait un “condominium” USA-URSS).

    Sa lecture confirme que les guerres du Kosovo (1999), d’Irak (2003), de Libye (2011) étaient contraires au droit international, ainsi que le soutien occidental aux rebelles en Syrie (depuis 2011) et les sanctions économiques contre la Russie (depuis 2014).

    Clairement, la déclaration de l’ONU montre à quel point les gouvernements occidentaux ont bafoué le droit international depuis vingt ans. Même un “réaliste” comme Hubert Védrine a suivi le mouvement, lui qui affirmait au début de l’agression de l’OTAN contre la Serbie : « La phase actuelle des bombardements est une question de jours, pas de semaines. L’objectif numéro 1 qui est de détruire l’appareil de répression serbe sera d’ici peu atteint » (Europe 1, Le club de la presse, 28 mars 1999).

      +25

    Alerter
  • Jean // 07.03.2018 à 10h12

    stupéfait! anéanti! béat! ecoeuré! tant de mensonges approuvés par tant de menteurs pour tant de braves cons dans tant de pays!!!

      +20

    Alerter
    • LG // 07.03.2018 à 10h24

      Ça vous étonne?
      Bienvenue dans la nature humaine…;-)

        +1

      Alerter
    • Fritz // 07.03.2018 à 12h06

      C’est quoi les mensonges ? Ces principes approuvés par l’organisation internationale ?
      Ou le discours des “valeurs” colporté par l’Occident pour bafouer ces principes de paix ?

        +4

      Alerter
  • Louis Robert // 07.03.2018 à 11h41

    Voilà qui montre bien ce qu’entend notamment la Chine, accusant, encore et encore, l’Occident de ne pas respecter la Charte des Nations unies.

    Mais qui de nos jours se préoccupe ici des textes le l’ONU? Qui y réfère? Qui seulement les connaît?

    Qu’est du reste devenue l’ONU? Et par les bons soins de qui?

      +9

    Alerter
    • Dominique // 07.03.2018 à 16h52

      « Mais qui de nos jours se préoccupe ici des textes le l’ONU? Qui y réfère? »
      Poutine, dans ses discours.

        +4

      Alerter
      • Louis Robert // 07.03.2018 à 20h54

        Les présidents Poutine et Xi le font régulièrement. Mais que je sache eux sont « LÀ-BAS »… et non pas « ici ».

          +2

        Alerter
  • kasper // 07.03.2018 à 11h45

    Merci, j’avais justement un ami qui me soutenait contre toute evidence que livrer des armes aux rebelles syriens n’etait pas une entorse au droit international, que la France respecterait toujours scrupuleusement (sic).

    Je vais pouvoir lui faire fermer sa gueule ^^

      +17

    Alerter
    • Fritz // 07.03.2018 à 11h53

      Pour vous aider dans cette opération salutaire, voici le lien avec la charte de l’ONU :
      http://www.un.org/fr/sections/un-charter/chapter-i/
      Je vous recommande spécialement l’article 2 :

      “L’Organisation est fondée sur le principe de l’égalité souveraine de tous ses Membres. […] Les Membres de l’Organisation s’abstiennent, dans leurs relations internationales, de recourir à la menace ou à l’emploi de la force, soit contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de tout État […]”

      Cet article fondateur anéantit le discours occidental (nous-les démocraties, eux-les dictatures, nos valeurs, l’ingérence humanitaire, le devoir de protéger), ce discours écœurant d’hypocrisie.

        +12

      Alerter
      • kasper // 08.03.2018 à 00h52

        surprise: ca n’a pas marche… je vous avoue que je n’ai pas compris grand chose a ses explications sur pourquoi dans ce cas la c’est different. je crois qu’en gros on peut resumer l’argument a “on est gentils, et eux mechants. donc on a le droit.”

        ce meme ami me soutient que la propagande c’est seulement RT qui en fait. du coup je me demande bien qui lui a lave le cerveau…

          +2

        Alerter
        • Fritz // 08.03.2018 à 10h16

          L’argument de votre ami me rappelle ce vers de la Chanson de Roland :
          « Les païens ont tort et les chrétiens ont le droit »
          (Paien unt tort e chrestiens unt dreit)

          Il suffit de remplacer “païens” par “dictatures” (ou “Russes”) et “chrétiens” par “démocraties”. Mais la mentalité est la même, le courage chevaleresque en moins.

            +1

          Alerter
  • Christian Gedeon // 07.03.2018 à 12h43

    Foutaises. Un machin peut déclarer ce qu’il veut,il reste un machin et rien d’autre,qui ne respecte même pas sa propre charte. Un simple instrument des dominations,un vecteur de guerres. Et pas de paix. Un ustensile inutile qui coûte chaque année. Des dizaines de milliards avéc ses annexes ridicules farcies de fonctionnaires internationaux defiscalises aux salaires et avantages mirobolants et de compromissions terribles financières et humaines…unrwa,unesco,fao,minusma et autres sangsue sur du même type,avéc une opacité totale sur les marchés de l’aide internationale gères par ces organismes. Il faut foutre en l’air l’ONU et ses métastases.

      +5

    Alerter
    • RV // 08.03.2018 à 19h13

      La loi protège le faible.

      Prétendre vouloir organiser la société sans la loi c’est donner le pouvoir à qui vous savez.
      “Déréguler” depuis une trentaine d’années en est l’illustration, aussi bien à l’échelle du pays qu’à celle de la planète.

        +0

      Alerter
  • petitjean // 07.03.2018 à 13h06

    Un grand merci pour nous apporter ces informations

    Honte à l’occident, honte aux USA , honte à mon pays qui bafoue ces principes

    et quel silence de nos journalopes !!………………

      +10

    Alerter
  • Owen // 07.03.2018 à 14h02

    Cette déclaration pour les relations amicales date encore du temps de la décolonisation.
    Peut-être faudrait-il l’actualiser, parmi les états amirequins, sur les méfaits de l’ingérence.
    Un alinéa devrait-être réservé à la remise à l’endroit de Wikipédia, puisque le moteur de recherche propose directement un lien vers “ingérence humanitaire”.

      +3

    Alerter
  • Krystyna Hawrot // 07.03.2018 à 14h24

    Oui on devrait davantage travailler à définir les ingérences politiques comme payer des dizaines de milliers de gens via des fondations spécialisées, créer de toutes pièces des partis politiques, fomenter des troubles avec des gens payés – tout ca pour que les gens payés fassent une fois au pouvoir la politique des puissances étrangères et des multinationales. Si depuis 30 ans que ces pratiques ont triomphé en Europe – avec l’énorme influence des fondations américaines et allemandes dans la mise en place des nouvelles élites en Europe de l’est, si on en parle toujours aussi peu, qu’il n’y a que très peu de recherche et dès que quelq’un a fait une recherche il ou elle a peur de parler pour ne pas perdre son poste – c’est bien parce que c’est le cœur de l’ingérence et de la violation du droit international.

      +9

    Alerter
  • dan // 07.03.2018 à 15h22

    Le discours ” écœurant d’hypocrisie ” de l’occident me révulse également au plus haut point quand je lis ce texte de l’ONU, qui date de 1970, quand même, et qui a été bafoué tant et tant de fois par cette fraction de pays occidentaux s’autoproclamant “communauté internationale”. Cette communauté de bandits se parant de beaux discours sur les droits de l’homme etc… sont en réalités d’authentiques génocidaires que ne renieraient pas les pires dictateurs qui ont peuplés notre planète.

      +6

    Alerter
  • Narm // 07.03.2018 à 15h26

    c’est vrai que relire ça est halucinant…

    tout comme menacer de recourir à du nucléaire portitif alors qu’on somme les autres de démanteler l’arcenal ….

      +7

    Alerter
  • RV // 08.03.2018 à 19h19

    DÉCLARATION RELATIVE AUX PRINCIPES DU DROIT INTERNATIONAL TOUCHANT LES RELATIONS AMICALES ET LA COOPÉRATION ENTRE LES ÉTATS CONFORMÉMENT À LA CHARTE DES NATIONS UNIES

    le texte en pdf téléchargeable pour lire à tête reposée
    https://textesdipannotes.files.wordpress.com/2011/07/2625-1.pdf

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications