Les Crises Les Crises
23.avril.201923.4.2019 // Les Crises

Mahjoubi et Schiappa croient lutter contre la haine en méprisant le droit européen. Par la Quadrature du Net

Merci 468
J'envoie

Source : La Quadrature du Net, 14-02-2019

Ce matin, Mounir Mahjoubi a présenté au public son « plan d’action contre les contenus haineux en ligne », qu’il compte mener aux côtés de Marlène Schiappa et de la députée En Marche Laetitia Avia. Au-delà de l’écran de fumée de ce plan d’action, qui peine à cacher un manque total de stratégie et de vision pour l’Internet, le gouvernement méprise totalement la liberté d’expression en suggérant de généraliser la censure automatisée, et renforce le fichage généralisé des utilisateurs d’Internet au mépris du droit européen. Au passage, Mahjoubi en profite pour se faire écho de l’amour véritable qui unirait son président à Mark Zuckerberg…

Au-delà du vœu pieux de faire participer les associations à l’édiction des règles de modérations de Facebook, Google et Twitter (chose sympathique mais bien inutile dans la mesure où rien n’est prévu pour rendre ces géants responsables des censures abusives qu’ils s’autorisent), le plan d’action « contre la haine » ne prévoit rien de neuf et réchauffe ce que la loi prévoit depuis 15 ans.

Favoriser les signalements de contenus haineux ?

Le plan propose d’imposer aux plateformes numériques de mettre à disposition du public un bouton facilement accessible pour signaler les contenus illicites. Mahjoubi ne le cache pas : c’est une chose prévue depuis 15 ans dans la loi pour la confiance dans l’économie numérique (LCEN). Mais il prétend que cette obligation n’est pas respectée par certains acteurs, et qu’il faut donc agir pour les forcer.

On se demande pourquoi le gouvernement a tant attendu pour agir : le non-respect de cette obligation est puni de un an d’emprisonnement et de 75 000 € d’amende depuis 2004… Son inaction s’explique vraisemblablement du fait qu’il sait que tout ceci est bien vain : les acteurs privés n’ont ni les moyens ni la légitimité de traiter l’ensemble des signalements de contenus illicites. Recevoir les signalements est le rôle de la police et plus précisément de PHAROS. Juger si un contenu est illicite est le rôle de l’autorité judiciaire. Or, ces deux acteurs sont presque entièrement absents du plan d’action annoncé aujourd’hui, pourtant en grand besoin de moyens.

Favoriser la justice privée ?

Depuis 2004, toujours, la LCEN prévoit qu’un hébergeur peut être tenu pour responsable des contenus illicites qu’il diffuse si, ayant pris connaissance de ceux-ci (à la suite d’un signalement, typiquement), il n’a pas « agit promptement pour retirer ces informations ». Le plan de Mahjoubi déplore que, sur les grosses plateformes, ce retrait n’intervienne pas assez rapidement. Il fait alors appel à l’exemple tant décrié de la loi allemande qui impose aux géants un retrait en 24h des contenus « manifestement illégaux ».

Encore une fois, la proposition est bien creuse. Depuis 2004, laissé à l’appréciation des juges, le caractère « prompt » du retrait est déjà appliqué avec une grande fermeté lorsque les circonstances l’exigent. Les juges n’hésitent pas à condamner un hébergeur qui, dans les cas les plus graves, n’aurait pas retiré un contenu illicite dans les 24 heures suivant son signalement1. Mettre dans la loi ce qui se fait déjà dans la pratique est une façon bien simple et peu coûteuse de faire croire qu’on agit quand, en vrai, on a aucune idée de quoi faire. Au contraire, s’il s’intéressait vraiment au développement du numérique français, le gouvernement ferait mieux de protéger les petits plateformes d’exigences aussi radicales et contre-productives de la part des juges, dissuadant l’apparition de nombreux acteurs vertueux qui, un jour, devront remplacer les géants.

Favoriser la censure judiciaire ?

Le plan de Mahjoubi déplore que la censure judiciaire du site democratieparticipative.biz soit resté sans effet : le site s’est naturellement dupliqué sur d’autres adresses. Au passage, il a bénéficié d’une large campagne de visibilité offerte bénévolement par le gouvernement. La situation est ridicule : nous nous croyons revenus 10 ans plus tôt quand nous expliquions à des députés découvrant l’Internet que la censure totale d’un site n’était techniquement pas viable et qu’il était vain de la chercher.

Même si Mahjoubi et Schiappa nous épargnent certains égarements comiques de l’époque (« pare-feu Open-Office », nous ne t’oublierons jamais <3), leur entêtement à chercher des solutions technologiques magiques pour censurer le Net reste aussi absurde, hors-sol et trompeur que par le passé. Les solutions que vous cherchez ne peuvent être qu’humaines et structurelles, vous ne gagnerez jamais le jeu du chat et de la souris sur Internet. Ne perdons pas plus de temps avec vos errements.

Lever l’anonymat contre le droit européen

Mahjoubi tombe enfin le masque du gouvernement qui, depuis quelques semaines, sème la confusion quant à la levée de l’anonymat en ligne. Son objectif est maintenant clair : le gouvernement veut entièrement s’opposer à la jurisprudence de la Cour de justice de l’Union européenne qui interdit aux États membres d’instaurer un fichage de l’ensemble des utilisateurs d’Internet.

La Quadrature du Net s’en réjouit régulièrement : la Cour de justice de l’Union européenne a construit depuis 2014 une jurisprudence ferme interdisant aux États d’obliger les acteurs d’Internet à conserver des données techniques permettant d’identifier l’ensemble de leurs utilisateurs. La Cour de justice n’autorise que des mesures de levée de l’anonymat qui sont ciblées, limitées quant aux personnes surveillées et à la durée de cette surveillance. Le gouvernement français a systématiquement refusé d’abroger les dispositions du droit français qui, en violation du droit européen, imposent aux opérateurs de télécommunications et hébergeurs de conserver pendant 1 ans les données de connexion de l’ensemble de leurs utilisateurs.

Le gouvernement s’est tant entêté à violer le droit de l’Union que nous avons du contester le droit français devant le Conseil d’État qui, l’été dernier, après trois ans de procédure, a enfin accepté de soumettre la validité des dispositions françaises à l’examen de la Cour de justice (lire le résumé de nos actions, qui retrace l’état des droits français et européen).

Sans même attendre la décision de cette Cour de justice (qui, à rester cohérente avec ses décisions passées, condamnerait entièrement le modèle français), Mahjoubi et Schiappa annoncent vouloir s’enfoncer encore davantage dans le mépris des libertés fondamentales garanties par l’Union européenne. Ils veulent prévoir des sanctions et des délais plus strictes contre les opérateurs et hébergeurs qui refuseraient de communiquer aux autorités les données d’identification qu’ils conservent. Pour rappel, quand la police avait demandé à La Quadrature du Net de lui communiquer les données identifiant un des utilisateurs de son service Mastodon, nous avions refusé : conformément à la jurisprudence de l’Union européenne, nous ne disposions plus de ces données, car nous ne conservons les données de connexion que pour une durée de 14 jours.

Poursuite de l’alliance France-Facebook

Le document publié aujourd’hui encense Facebook sans retenue. Le « fonds pour le civisme en ligne », par lequel Facebook financera et rendra dépendantes des associations anti-racistes (comme elle sait si bien le faire), est qualifié sans nuance d’« initiative prometteuse [qui] mérite d’être pérennisée ».

Pour lutter contre la haine en ligne, la voie de l’« intelligence artificielle » est explicitement pointée (peu importe ce que ça veut dire), et donne un exemple héroïque à suivre : « Facebook revendique ainsi d’éliminer la quasi-totalité des contenus terroristes avant qu’ils aient pu être diffusés ». Bravo Facebook ! Mahjoubi aurait toutefois pu attendre la fin de la mission gouvernementale examinant la modération de Facebook avant de diffuser sans aucun recul ni aucune rigueur la propagande de l’entreprise.

Enfin, le plan d’action salue que « Facebook a d’ailleurs décidé de lancer en 2018 un mécanisme d’appel » contre ses censures abusives. Facebook est encore conforté dans son rôle d’État privé qui peut créer ses propres normes et juridictions, sans aucun contre-pouvoir, à côté et à la place des États sensés démocratiques.

Derrière toutes ces flatteries, le gouvernement semble avoir oublié le rapport de Laetitia Avia (qu’il prétend pourtant reprendre), qui dénonçait comme l’une des causes majeures de la haine en ligne le modèle de Facebook et de ses amis : l’économie de l’attention.

À aucun moment la taille d’un acteur comme Facebook n’est remise en question. Pourtant, l’échelle à laquelle doit s’effectuer sa modération n’est pas qu’un défi technique à brillamment relever mais une ambition légitimement discutable et critiquable.

Une loi anti-haine calquée sur l’anti-terrorisme ?

Derrière les effets d’annonce bien creux de ce « plan d’action », cet appel du pied vers Facebook a de quoi nous inquiéter gravement. Elle nous rappelle à l’identique la situation qui a conduit la Commission européenne a proposer son règlement terroriste.

En 2015, suite à une série d’attaques terroristes meurtrières, Facebook, Google, Twitter et Microsoft s’engagent à travailler avec la Commission européenne au sein du Forum de l’Internet européen pour lutter contre la propagande terroriste. Grace à leurs « intelligences artificielles » magiques et leurs milliers de modérateurs aux quatre coins du monde, les entreprises construisent en 2 ans une liste de blocage contenant la signature de 80 000 images et vidéos qu’elles ont elles-mêmes reconnues comme illicites, sans juge. La Commission européenne est claire : il faut désormais que l’ensemble des plateformes du Web, pas que les géantes, utilisent ces outils de modération. C’est un des objectifs de son règlement terroriste (pour les détails de cette analyse, lire notre analyse complète du règlement).

De son côté, en novembre 2018, Mark Zuckerberg aussi est très clair : les petits acteurs du Web ne peuvent pas faire face à la propagande terroriste, aux « fake news » ou à la haine en ligne seuls. Ils ont besoin de l’aide de Facebook, et il se réjouit que le gouvernement français collabore avec lui pour penser la loi.

En même temps, au Forum de la Gouvernance d’Internet, Macron faisait le même constat : les géants du Net ont fait du bon boulot pour préparer le Net au nettoyage de la propagande terroriste – la prochaine étape sera de continuer le travail pour les contenus haineux.

Pour mettre un coup d’arrêt à cette d’alliance gouvernement-GAFAM, il nous reste un mois pour contacter les députés européens et leur demander de rejeter le première étape de ce projet, le règlement terroriste. Appelons-les.

1. Une affaire importante dans l’histoire de la LCEN est celle concernant la société AMEN qui, en 2009, a été condamnée par la cour d’appel de Toulouse pour ne pas avoir retiré dans la journée suivant leur signalement des écoutes téléphoniques diffusées par un des sites qu’elle hébergeait et concernant l’enquête judiciaire de l’affaire AZF. En 2011, la Cour de cassation a cassé cette décision car le signalement de ces écoutes ne respectait pas le formalisme stricte prévu par la LCEN. Toutefois, ce faisant, il est important de noter que la Cour de cassation se gardait entièrement de considérer qu’un délai « prompt » de 24 heures ne correspondrait pas à ce qu’exige la loi.

Source : La Quadrature du Net, 14-02-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Galvan // 23.04.2019 à 07h51

Il est instructif de voir que ce gouvernement choisi d’utiliser le droit européen pour tout ce qui est negatif (ultra libéralisme, aucune lutte contre la fraude fiscale etc…) et s’interdit d’appliquer les rares textes qui protègent les citoyens…
Que ces gens arrivent encore a faire 20% des intentions de vote montre que la propagande des médias reste efficace (meme si elle tend à l’être de moins en moins)

47 réactions et commentaires

  • aladin0248 // 23.04.2019 à 07h31

    Haha ! Un système automatisé censurant les propos “haineux” signalés par les internautes. Les internautes s’amuseront à signaler tout et n’importe quoi (surtout la propagande gouvernementale) et le système se bloquera tout seul. Si le contrôle doit être fait par des humains payés au mois, nous glisserons vers un processus à “rendement marginal négatif” intéressant. Le censeur pourra aussi utiliser l’IA, mais ce sera prendre ses désirs pour la réalité. Conclusion : Schiappa et Mahjoubi sont des guignols (bien payés), mais on n’apprend rien. Quelle clique de branquignols ! C’est pathétique !

      +48

    Alerter
    • Alfred // 23.04.2019 à 08h40

      “Les internautes s’amuseront à signaler tout et n’importe quoi (surtout la propagande gouvernementale) et le système se bloquera tout seul”
      Vous regardez d’un train. La pratique actuelle des signalements abusifs ne bloque pas du tout le système. Mais elle permet à des activistes de tous ordres d’imposer leur vision du monde. Le blasphème est ainsi suffisant pour bloquer comptes et commentaires bien qu’il ne constitue pas un demi en droit.

        +10

      Alerter
      • JOURDAIN // 23.04.2019 à 11h21

        Mes 2 comptes twitter ont été bloqués. Mais je ne vais plus sur Twitter. Non c’est grave ce qui se passe. Derrière propos haineux, c’est la liberté des ennemis de LRPS qui en ligne de mire.

          +6

        Alerter
    • Learch // 23.04.2019 à 19h24

      Bah ils font de la politique moderne : il font semblant, tout est dans l’apparence, dans la com’, tout ça ne sert à rien, ils le savent, mais ils jouent le jeu, c’est bien payé, quand même… Les droits, les principes, l’honneur, la droiture, le respect de la nation, de la liberté, de l’égalité pfff que des trucs de pseudo-communistes ringards et réfractaires ! Impossible d’avoir une Rolex à 40 ans avec ces trucs ! L’avenir c’est Zucker’ : en utilisant les bas instincts des citoyens de ce monde, il les surveillent tous et devient le plus riche de la planète, à leur dépend, avec une idée toute conne qu’il a eu à la FAC, trop génial ce gars, la référence ! MAF !

        +4

      Alerter
  • Galvan // 23.04.2019 à 07h51

    Il est instructif de voir que ce gouvernement choisi d’utiliser le droit européen pour tout ce qui est negatif (ultra libéralisme, aucune lutte contre la fraude fiscale etc…) et s’interdit d’appliquer les rares textes qui protègent les citoyens…
    Que ces gens arrivent encore a faire 20% des intentions de vote montre que la propagande des médias reste efficace (meme si elle tend à l’être de moins en moins)

      +75

    Alerter
    • Wakizashi // 23.04.2019 à 08h03

      “ces gens arrivent encore a faire 20% des intentions de vote”

      Selon François Bégaudeau, ces 20% représentent peu ou prou la part de la bourgeoisie dans le pays. Les tenants du système de pensée dominant quoi, dont l’idéologie est reprise en boucle par leurs relais médiatiques. Bref, à moins qu’une partie de la bourgeoisie ne soit prochainement touchée par la grâce, il ne faut pas trop compter sur un ratio plus faible dans les sondages et les votes pour le représentant néolibéral (quel qu’il soit).

      La fameuse opposition entre les 1% les plus riches et les 99% qui restent est un gag… un fantasme.

        +28

      Alerter
      • Laurent // 23.04.2019 à 10h34

        Toucher par la grâce ou … toucher par la ruine.

        Qu’un crack financier supprime leur économies et que Macron en rajoute une couche pour défendre les Grandes Banques et les Hauts Financiers et beaucoup d’yeux vont s’ouvrir.

          +15

        Alerter
        • Lo // 23.04.2019 à 16h08

          Ça ne suffira pas car ça s’est déjà passé en 2008 et on a eu Macron en 2017.
          L’erreur est de croire que les gens raisonnent comme nous et qu’ils ont les même valeurs.

            +16

          Alerter
    • canette34 // 23.04.2019 à 08h47

      Je crains qu’il ne choisisse pas. Schiappa et Mahjoubi ont l’air d’être à des années lumières de tout cynisme, ce qui prévaut chez eux semble plutôt être l’incompétence. Ceci est malheureux car on peut cesser volontairement d’être cynique, pas d’être incompétent.

        +26

      Alerter
      • kasper // 23.04.2019 à 11h29

        Tres franchement, je pense que l’un n’exclut pas l’autre…

          +19

        Alerter
      • Jourdain // 23.04.2019 à 11h57

        CE n’est pas une question de compétence mais d’attaques sans précédentes de la démocratie ici, et particulièrement d’un principe fondamental :
        la liberté d’expression.

          +10

        Alerter
        • Veloute // 23.04.2019 à 15h51

          La liberté d’expression n’existe pas en France, à la différence des USA. C’est la liberté de penser qui est garantie par, de mémoire, la déclaration unverselle des droits de l’Homme indexée à la Constitution.
          La libre expression est limitée en droit (droit de la presse, lois mémorielles).

          Si on peut en finir avec ce mythe et commencer à raisonner sérieusement…

            +7

          Alerter
          • Erotikboy // 23.04.2019 à 17h32

            Tout à fait d’accord avec Veloute,nous avons le droit de penser mais de dire ce que nous pensons.

            Hypocrisie est partout!

              +2

            Alerter
    • Louis St.O // 23.04.2019 à 17h27

      Ils font 20% et ils vont gagner les élections européennes haut la main.
      Tant que l’on aura 60% d’abru-ti qui disent « ça sert à rien de voter ». Il faut savoir que dans leur camp, tout ce beau monde va voter ils ne vont pas s’abstenir eux. Et en plus, au soir du scrutin, il va venir nous dire avec un beau sourire à la télé, « Je vois que les français sont d’accord avec ma politique en votant pour nous. Donc je continue et même je vais accélérer ma politique ».
      MERCI à tous ceux qui vont s’abstenir.

        +17

      Alerter
      • PierreF // 23.04.2019 à 23h20

        Bonjour vous parlez bien par exemple du pseudo-referendum sur la constitution européenne, 55% contre? Je pense moi pour vous paraphraser que les abru-tis sont ceux qui comme vous pensent que leur vote pourrait être respecté, et que les élections ne sont pas truquées par les manoeuvres politico-mediatiques (Cf Fillon, ou les manoeuvres habituelles du rempart républicain capable de faire passer un âne mort en tete des intentions de vote). Faut il être abru-ti pour ne pas constater que depuis 30 ou 40 ans aucune élection ne représente la réalité de la volonté populaire. Il est donc normal et sain que beaucoup se détournent d’un système aussi pourri. Tant qu’il y aura des élections il y aura des abru-tis pour aller valider le système.
        Pour vous paraphraser encore, MERCI à tous ceux qui vont aller à la messe républicaine et apporter leur obole à la ‘construction européenne’. Bonne journée.

        PS : si vous n’aviez pas utilisé d’insulte je ne vous aurai pas répondu, car chacun a le droit à son opinion.

          +8

        Alerter
        • R.C. // 24.04.2019 à 19h25

          Navré de vous contredire, PierreF, il y a une distorsion entre le constat (très exact) que « depuis 30 ou 40 ans aucune élection ne représente la réalité de la volonté populaire » et la conclusion, le remède, qui serait l’abstention (“citoyenne” ajoutent comique ment certains).
          C’est exactement comme s’enfermer en boudant dans la cabine parce qu’on récuse le “système” de décision sur le bateau.. Ça n’aura aucun effet sur les décisions contestables du capitaine… qui continuera d’être capitaine et continuera de décider où LUI veut vous amener !

          Vous êtes DANS le système et ce n’est pas l’abstention qui vous en fera sortir.
          Dans l’état actuel des choses l’abstention est une des composantes de ce système et elle a été neutralisée pour n’être d’aucun effet CONTRE le système.

          Autrement dit, s’abstenir aux prochain scrutin ne perturbera en rien le système. Pire encore, cela équivaut à le conforter (en l’occurence, c’est cautionner la victoire de la Macronie — même ultra-ténue —, assez prévisible en l’état déplorable des niveaux d’abstention) .

          Le bulletin de vote reste une arme (par destination) dont le citoyen peut et doit se servir, même si le système fait tout pour l’émousser.

            +2

          Alerter
  • antoniob // 23.04.2019 à 07h56

    personnellement je loue des serveurs dédiés que j’utilise pour mes petits sites internet de hobbies divers. Cela fait des années que j’ai délaissé les fournisseurs de l’espace UE tels le français OVH ou l’allemand Hetzner, et utilise des hébergeurs russes. Deux fois plus chers mais le sentiment de réelle liberté a un prix. De même j’ai cessé d’utiliser Google Mail au profit du russe Yandex et du chinois QQ/Tencent.
    La main-mise du régime français sur internet en voulant juridictionnellement territorialiser les contenus est en soi un déni de démocratie hénaurme.
    La seule chose à faire est d’utiliser la bonne vieille règle: l’ennemi de mon ennemi est mon ami. Démographiquement, juridiquement et économiquement la France ne pèse rien face à la Chine. La Chine veut censurer en interne sur ses propres contenus indigènes, et les contenus qui la mettent en cause mais se fiche des contenus non-indigènes et des thèmes qui ne la concerne pas. Il faut donc:
    1) s’anonymiser de manière à de ne pas être traçable.
    2) sous cet anonymat, héberger hors des griffes policières euro-atlantiques.
    Le régime français peut alors faire bloquer des sites en France au pire, au mieux tambouriner sans réponse à la porte des autorités chinoises/russes/etc au sujet de sites hébergés en Chine/Russie/etc.

      +12

    Alerter
  • Fritz // 23.04.2019 à 08h09

    Le même régime qui brade notre souveraineté (Georges Marchais l’avait dénoncé il y a quarante ans : “Non aux bradeurs”) veut rester le maître chez lui, quand il s’agit de fliquer les citoyens : « Le gouvernement français a systématiquement refusé d’abroger les dispositions du droit français qui, en violation du droit européen, imposent aux opérateurs de télécommunications et hébergeurs de conserver pendant 1 an les données de connexion de l’ensemble de leurs utilisateurs [qui permettent de les identifier] ».

    La France, grand pays de la liberté d’expression… (rires dans la salle).

      +35

    Alerter
  • RGT // 23.04.2019 à 08h54

    De toutes façons, le droit €uropéen n’est que celui qui leur a été accordé par les élites qui peuvent l’abroger quand ça les arrangera.

    Pour l’instant, ils peuvent invoquer ce doit pour allègrement taper sur les gilets jaunes en entretenant des discours emplis d’amalgames peu reluisants, puis ensuite s’en référer au droit national pour censurer avec une grande célérité toute tentative de rétablissement des faits.
    Le temps que la levée des interdictions ait lieu (longues et surtout très coûteuses) le rouleau compresseur de l’info en ligne sera passé pour effacer de la mémoire collective tout souvenir de cette censure ignoble.

    Vous avez dit “démocratie” ?

    Démocratie pour les puissants et dictature pour les autres.

    C’est bien la cause de la révolte des gilets jaunes car ces faits sont désormais si “décomplexés” qu’ils sont clairement visibles par tous les citoyens pas trop abrutis par la “boîte à cons” et la “presse libre et indépendante”.

    Petite question à Olivier : Combien de temps les logs de connexion sont-ils conservés sur les crises ?

      +9

    Alerter
    • Dominique65 // 23.04.2019 à 14h34

      « Combien de temps les logs de connexion sont-ils conservés sur les crises ? »
      Les crises est un site, son hébergeur est OVH. Olivier n’a pas forcément la réponse à cette question.

        +0

      Alerter
  • Bibendum // 23.04.2019 à 08h59

    Peut-être poser les paramètres différemment sur la table pour voir se dessiner une autre équation:

    “les gouvernants créaient eux même les problèmes qu’ils feront semblant de régler, justifiant leur exercice par l’évidente nécessité. Mais alors, pourquoi créer un problème qu’ils n’auront pas le mérite d’avoir solutionné ?”

    Parce-que les problèmes qu’ils créent ne sont en rien le fond de l’équation mais la forme pour la rendre à priori insoluble dans une apparente complexité de variables improbables.

    Le fond est la mise en place de normalisations qui rendent ni plus ni moins inaccessibles les marchés économiques destinés, in fine, à ceux qui dictent la partition.

    Par la norme, censée PROTEGER le citoyen, vous rendez économiquement non viable les petites structures, administrativement trop complexes à gérer, avec ce petit plus de pouvoir calibrer le produit fini selon un stéréotype bien défini.

    Il y a peu, J.Attali troquant son costume d’économiste contre celui d’anthropologue, déclarait, à propos des gilets jaune et du climat insurrectionnel qu’il détectait dans le mouvement, que la France était un pays de ruraux (rustre ?) par essence révolutionnaires mais incapables d’une quelconque réforme.

    Le néolibéralisme à fagocité par la norme:
    O- L’énergie
    O- L’agriculture
    O- La petit industrie
    O- L’artisanat
    O- La distribution de proximité
    O- L’édition
    O- La culture
    O- Etc…

    Centralisation dites-vous ? Concentration ?

      +14

    Alerter
    • Haricophile // 23.04.2019 à 09h16

      Le monopole d’état c’est le mal absolu, le communisme, la dictature. Remplaçons le par le bien, le monopole privé, le libéralisme, la démocratie… ou pas !

      Dans l’expression absurde et antagonique «concurrence libre et non faussée» eux retiennent «liberté du plus fort de faire n’importe quoi»

      Moi je retiens que pour être non faussée il faut un arbitre fort avec un pouvoir coercitif important, donc un état fort avec des services publics avec des moyens conséquents et capable de gérer tout ce qui est structurel et tous les domaines non concurrentiels par nature et un contrôle absolu de l’émission de la monnaie (donc de la dette et des banques).

      Seulement dans cette deuxième option, nos milliers de petites entreprises et nos citoyens pourrons travailler dans une concurrence équilibrée où ce n’est pas le plus fort qui dicte sa loi. La première option est l’option de la Mafia, c’est l’absence de concurrence dans un système totalement faussé et sans aucune liberté. C’est ce qui nous arrive aujourd’hui après 35 ans à tirer sur l’arbitre et casser les règles avec des théories qui veulent que le problème de violence des match de foot est du aux règles et aux arbitres. Les matchs OM – Real Madrid se passeraient tellement mieux si on supprimait l’arbitre, les règles du jeu, l’interdiction de l’alcool et la sécurité.

        +26

      Alerter
  • Marie // 23.04.2019 à 09h28

    Dis moi qui tu hais, je te dirai qui tu es…Ou bien dis moi qui tu es, je te dirai qui haïr…On tourne en rond dans la plupart des commentaires, c’est tout l’art (?) des …crises.

      +2

    Alerter
  • Larousse // 23.04.2019 à 10h37

    Comme votre site l’a montré dans un interview-émission “interdit d’interdire” je crois, l’anonymat n’existe pas techniquement et les Renseignements – Grandes oreilles ont les moyens de ficher les contrevenants aux lois sur le web..
    .Mahjoubi et Schiappa ne sont pas du tout incompétents. Ils agissent sur instruction de leur Maître, pour mettre en place la légalisation de la pratique de la dénonciation (comme à des heures sombres dans l’histoire d’un pays, la France en sait un peu là-dessus). Le traitement des signalements est techniquement facile, avec le risque d’erreurs d’analyse de mots et de construction du langage. Ces erreurs pourront ou pourraient faire l’objet de plaintes et surtout de demandes de réparations pour outrages, dénonciations calomnieuses et dommages et intérêts.
    Mais le pouvoir est tout à fait prêt à prendre ce risque car l’interdiction d’un contenu sur le Net sera immédiate ou rapide, avec une clause de temporalité admise d’interdiction de 48 heures à 15 jours, selon des techniciens et informaticiens voir dans la jungle des infos de Korben info. Cette clause de temporalité couvrira alors le risque de poursuites, tout en freinant la diffusion de pensées alternatives.
    La seule solution à cette fourberie judiciaire sera de contre-attaquer en lançant des milliers de contenus avec des mots pièges-capteurs des “scanners” de surveillance (comme pour le système “échelon”).

      +2

    Alerter
    • Bibendum // 23.04.2019 à 11h07

      Bonjour Larousse,

      “La seule solution à cette fourberie judiciaire sera de contre-attaquer en lançant des milliers de contenus avec des mots pièges-capteurs des “scanners” de surveillance (comme pour le système “échelon”).”

      C’est une fausse bonne idée totalement contre productive. Trop d’information tue l’information en ce sens qu’elle devient impossible à filtrer à toutes fins utiles sans en connaître l’origine et la destination, ce que ne peut pas connaître la cible, in fine le citoyen, d’un contenu dit alternatif en regard des ses modestes moyens techniques.

      Par contre les GAFA et les … “Renseignements – Grandes oreilles ont les moyens de ficher” … ceux qu’ils veulent ficher, c’est à dire les personnes susceptibles d’avoir une influence sur la pensée collective.

      Leur “art” c’est la division pour régner, couplé à toutes les ruses comme celle dont use Maître Renard abusant le Sieur Corbeau par la manipulation d’un seul et unique levier; la vanité !

      1/2

        +0

      Alerter
      • Bibendum // 23.04.2019 à 11h23

        2/2

        “Sous le règne de Louis XIV, les écrivains dépendent du mécénat et du pouvoir royal, ils n’avaient pas de liberté pour critiquer directement les membres de la royauté ou du clergé. Jean de La Fontaine, avec les fables, réalise un équilibre entre les exigences classiques et la critique, qui est implicite dans ses fables grâce notamment au recours aux animaux.

        En 1668, Jean de La Fontaine fait paraître le premier recueil de ses Fables, duquel est extrait Le Corbeau et le Renard. Cette fable est l’une des plus connues de La Fontaine.

        La fable est un genre très ancien. La Fontaine renouvelle le genre au XVIIème siècle en s’inspirant du grec Ésope, né vers 620 avant J-C. Le Corbeau et le Renard est d’ailleurs tiré d’une fable d’Ésope.”

        Je vous invite à lire la suite en suivant le lien ci-dessous:

        https://www.bacdefrancais.net/le-corbeau-et-le-renard-fontaine.php

        L’information pertinente existe depuis des siècles et c’est cette information qui est visée dans un flot continu de leurres et de diversions. Ce qui est visé c’est la CULTURE, c’est à dire les instructions qui se transmettent de génération en génération pour que chaque descendance n’ait point besoin de redécouvrir la roue ou le fil à trancher le beurre… et puisse enrichir la culture de nouveaux concepts et autres améliorations de leurs perception du monde.

        Si Louis XIV et ses descendants, les aristocrates, la noblesse et le clergé avaient pu, su, entendre Jean de La Fontaine autrement, n’auraient-il pas su éviter d’être renversés par la bourgeoisie en s’associant au peuple ?

        Un pouvoir arbitraire en appelle un autre…

          +4

        Alerter
        • Donnot // 23.04.2019 à 17h25

          J’aime bien, sous Louis XV, il court il court le furet le furet Dubois madame…..

            +1

          Alerter
          • Bibendum // 23.04.2019 à 18h02

            Ils sont terribles ces curés furets à courir de partout pendant que la maison cathédrale brûle…

              +0

            Alerter
  • JOURDAIN // 23.04.2019 à 11h30

    FAUX : Recevoir les signalements est le rôle de la police et plus précisément de PHAROS. Juger si un contenu est illicite est le rôle de l’autorité judiciaire
    Pourquoi faudrait il ” signaler ” la pensée et l’opinion d’autrui à la Police ? Désolé, ce n’est pas normal ! Derrière le mot illicite se cache tout et n’importe quoi dorénavant, c’est’-à-dire des choses normales qu’on veut rendre anormales et délinquantes par l’arbitraire. La haine est saine et normale, tout dépend de ses formes de manifestations
    De toute façon la police de la pensée à travers les associations et même la PJ sont présents sur les réseaux plus que ce que vous ne croyez !

      +6

    Alerter
    • Bibendum // 23.04.2019 à 11h53

      Bonjour Jordain,

      “La haine est saine et normale…” Absolument FAUX. Si elle est bien un sentiment “viscéral” dans la panoplie qui habille “l’homme”, et accessoirement la femme en ces temps sexymbolique ^^ , elle est en rien saine. C’est un des sentiments qui ronge le mieux le corps et l’âme de l’intérieur du dedans. Si vous voulez somatiser un bon nombre de pathologies, alors arrosez et cultivez votre haine jusqu’à ce qu’elle vous envahisse complètement pour vous conduire à votre perte.

      Ne confondez pas haine et colère. La première est la perversion de la seconde. La seconde peut-être légitime mais doit absolument être canalisée, car, outre être très mauvaise conseillère elle peut aussi être votre meilleur ennemi.

        +7

      Alerter
      • JOURDAIN // 23.04.2019 à 12h09

        en tout cas elle est normale et humaine, et peut apparaître chez chaquun d’entre nous. Et toutes les hianes ne rongent pas notre intérieur. Ca dépend de leur durée de vie et de leur intensité ! En s’attaquant à la haine on s’attaque à l’humanité entière, car derrière se mot, c’est surtout la haine de ses ennemis.
        Haine : Sentiment violent qui pousse à vouloir du mal à qqn et à se réjouir du mal qui lui arrive.
        OUI LA haine n’est pas belle, mais normale et elle est constitutive de chacun d’entre nous.
        je n’aurais pas du ajouter “saine” il me semble.

          +4

        Alerter
        • Bibendum // 23.04.2019 à 12h34

          Je vous invite à vous pencher sur l’œuvre de H.LABORIT si ce n’est déjà fait. Vous y découvrirez ou pourrez y redécouvrir que les sentiments dans leurs grandes majorités ne sont que les fruits de réactions électro-chimiques spontanées en réactions aux informations provenant de l’extérieur et ce afin d’agir ou réagir. En ce sens rien d’humain sinon qu’une programmation biologique animale, comme l’instinct. L’humain est avant tout un animal.

          Il me semble que l’humanité c’est précisément la capacité à mieux appréhender son environnement, contrôler ses sentiments “épidermiques-viscérales”, pour en canaliser l’essence et mieux diriger nos actions-réactions vis à vis de notre environnement, que celui-ci soit amical ou hostile.

            +3

          Alerter
          • JOURDAIN // 23.04.2019 à 12h58

            En ce sens rien d’humain : et bien si. Et il s’inscrit dans la biologie et l’animalité comme vous le dites, Il y a donc une contradiction entre vos phrases. La biologie est constituve de l’être humain tout comme notre animalité (politique..)
            Cacher une évidence, ou la nier n’est pas acceptable.
            Essayer de restez zen si von veut coupe un doigt, puis bien piure..on rira bien. LA HAINE VIENDRA….
            Dévelopez votre “Capacité à mieux appréhender votre environnement, contrôler vos sentiments “épidermiques-viscérales”, dans ses moments là.. j’en rigole d’avance !.

            Ne mélanger pas l’humain, être humain, notre nature humaine d’origine , certes de nature animale..
            que la plupart des gens ne veulent pas voir

            et l’humanité à développer en nous, en chacun de nous, ça n’a aucun rapport.
            Quand vous avez des Macron ou autre qui abuse de leur pouvoir, s’attaque à la démocratie, ont un vernis de moral et sont immoraux tout en versant leur moraline
            la colère est trop douce : place à la haine.

            Tout comme je n’aurais pas du ajouter sain, vous faites des erreurs d’analyse, car vous êtes un être humain..Bonne journée

              +3

            Alerter
          • Sara // 23.04.2019 à 13h05

            En dépit de votre beau discours, haïr reste encore un droit. C’est au fond une opinion comme une autre, et, si vous ne l’illustrez pas par des actes illégaux, vous êtes libre de la ressentir et même d’en discuter. Il faut arrêter de vouloir contrôler ce qui se passe dans les têtes ; car plus que la haine décriée, vous avez là quelque chose de rigoureusement contraire aux droits de l’homme.

              +3

            Alerter
            • Bibendum // 23.04.2019 à 16h42

              Sauf que vous confondez le doigt et la lune, mais merci de reconnaître au sage son beau discours 😉

              Où avez vous lu que je VOUS interdisez, voire pire même, que je vous déniez le droit d’éprouver de la haine dans votre tête ? D’ailleurs, la haine ne se situe pas dans la tête, c’est un sentiment, une émotion, un ressenti bien plus bas dans l’organisme, au niveau des tripes, mais rien qui ne passe par l’analyse et résiste à l’analyse.

              Mon propos était de dire que cela est malsain, physiologiquement, pour votre NOBLE personne. C’est toute votre homéostasie qui est remise en cause, avec des déséquilibres hormonaux, artériels, nerveux, musculaires, organiques… j’ai bien écris “somatisation” il me semble !!!

              Et un corps malsain physiologiquement, en déséquilibre, ne peut pas nourri un esprit à la gouverne. Un esprit mal nourri réagit plus qu’il n’agit. Spontanément, instinctivement, impulsivement et bien trop souvent à contre-emploi.

              Je parlez de VOUS et VOS DEVOIRS envers VOUS-MÊME, pas de combats stériles contres des mouches vertes plus fantasmées qu’existantes.

              Le pouvoir se gausse certainement à nous lire, si immature et vindicatif.

              Je le répète, ne confondez pas Haine fort dommageable en tous points de vue et colère légitime qui peut connduire à agir sereinement dans les champs du possible.

              Bonne soirée Sara. Et prenez soin de vous.

                +1

              Alerter
    • Larousse // 23.04.2019 à 12h10

      Entièrement d’accord avec vous @Jourdain “sur votre prose” , je crois que Bibendum n’a pas entièrement compris ma suggestion, qui reste une idée de réserve “en cas”.
      J’avoue que sur le coup de colères j’ai parfois employé des mots forts sur ce site et ces commentaires furent refusés , et j’avoue de même que c’était très bien au fond. Quant à la technique des mots capteurs sur des messages incohérents, elle a été utilisée contre le système “échelon” et elle a bien marché sur certaines périodes, les Grandes Oreilles américaines ont été incapables de traiter dans un temps raisonnable les informations captées : du style “Hier, je me suis promené dans la Grande Forêt avec mon panier, dans l’ombre Poutine attendait, attentif… je savais que ma Grande-Mère Raciste était bien malade, le Docteur Macron ne pouvait pas la soigner… etc…” des programmes peuvent même lancer des centaines de messages tirés de passages littéraires ou de journaux en les déformant… Mais je pense que l’on n’en arrive pas là, le web va encore évoluer avec la 5G et le web ondes courtes (remis à jour).

        +1

      Alerter
      • Bibendum // 23.04.2019 à 12h52

        Ou l’art d’attaquer les épouvantails, vouloir se battre contre des moulins à vent.

        Et tel le puissant taureau qui ignore sa noblesse, tout entier investi à défendre sa liberté, se jette, cornes en avant et muscles bandés, sur ce chiffon rouge qu’il pense insignifiant mais sous lequel se dissimule l’épée qui va le foudroyer.

        “J’en ai poursuivi des fantômes
        Presque touché leurs ballerines
        Ils ont frappé fort dans mon cou
        Pour que je m’incline”

        https://www.youtube.com/watch?v=-Xcv8T4bsKc

        Effectivement j’ai un peu de mal à suivre votre raisonnement… Mais faut-il le suivre ?

          +1

        Alerter
  • Julie // 23.04.2019 à 12h03

    La censure par les médias de Juan Branco va dans le sens de menaces de plaintes en diffamation.
    Pour le moment, on peut encore lire ça sur le site de Mediapart, l’un des seuls qui ne ferme jamais les commentaires puisque tous les abonnés y ont accès, ainsi qu’aux blogs persos.
    https://blogs.mediapart.fr/hedy-belhassine/blog/220419/le-fabuleux-roman-de-la-france-arabie

      +1

    Alerter
    • Bibendum // 23.04.2019 à 19h55

      Merci pour le lien.

      Lever un peu les yeux, que nous avons trop souvent rivés sur notre relative misère, permet de voir qu’ailleurs, avec une autre hauteur de vue, d’autres se battent au prix de leur vie et ce juste… pour survivre.

      Quelle ironie d’utiliser l’image d’un pays qui n’est plus ni tout à fait cette image, ni tout à fait ce pays… dont on se souvient si peu de qui s’inspirent ses statues et moins encore de l’inflexion des voix chères qui se sont tues…

        +0

      Alerter
  • Suzanne // 23.04.2019 à 12h40

    Il est urgent de faire des plateformes libres, non? J’ai entendu parler de la Ligne Jaune, pas vu en détail encore, mais c’est un exemple:
    https://lalignejaune.fr/

      +0

    Alerter
    • un citoyen // 23.04.2019 à 13h33

      Ce serait bien (surtout venant des gilets jaunes), sauf que … “La Commission européenne est claire : il faut désormais que l’ensemble des plateformes du Web, pas que les géantes, utilisent ces outils de modération.” (*)
      Outils de modération qui représentent des coûts et des moyens des grands, etc. (cf avertissement de zuckerberg)

      Une autre piste : une plateforme institutionnellement républicaine, payé soit par l’Etat soit par les utilisateurs, indépendante de l’Etat, et où à la fois les pouvoirs politiques ET les citoyens pourraient participer à son élaboration, ses règlements, etc.

      (*) non encore regardé le lien fourni où il y a pas mal de lecture dont d’autres liens sur des sources en anglais.

        +0

      Alerter
  • matabo // 23.04.2019 à 13h07

    avec la sacralisation du dogme libéral revient bien évidemment la censure et l’inquisition qui traduira devant les tribunaux privés tout hérétique qui porterait une parole subversive.

      +5

    Alerter
  • Louis Robert // 23.04.2019 à 13h57

    « … mettre à disposition du public un bouton facilement accessible pour signaler les contenus illicites. »

    Alors là, nous l’avons enfin, LA solution. La plus grande invention depuis celle du bouton qui permet d’activer la chasse d’eau.

    Mais devant la haine, l’amour vaudrait tellement mieux, hein: le Pouvoir, les polices et l’armée aiment le peuple, le peuple aime le Pouvoir, toutes les polices et l’armée, toulemonde aime toulemonde quoi! Il est où le problème? Pourquoi cette HAINE? Moi, je le répète chaque samedi: j’adore le Pouvoir, toutes les polices et l’armée. Ah! les décorations et les uniformes… Dans les volutes de gaz, ça fait tant rêver, hein? Alors quoi, ne suffit-il pas d’aimer?

      +3

    Alerter
  • calahan // 23.04.2019 à 14h07

    hypocrisie manifeste, mais vu le niveau intellectuel des deux politiques cités dans cet article, comment pouvait il en être autrement.
    Les data center qui collectent les données utilisateurs sur le réseau en France sont parmi les plus performants du monde. Ils rivalisent avec ceux d’amazon, google, facebook.
    Et oui, on a tendance a oublié que la France a toujours été en avance dans tout ce qui concerne l’espionnage et ce même sur sa propre population.
    Ensuite les gafa ne se privent pas d’archiver dans leurs propre data center tout ce qu’ils peuvent concernant leurs utilisateurs (d’ailleurs sur Facebook, vos contenus ne vous appartiennent pas, fuyez pauvres fous !)

    Donc, on est face à de l’effet de manche, toutes vos données sont déjà stockées et archivées peu importe que des lois nationales ou supra nationales les encadrent, et cela par de multiples officines qu’elles soient gouvernementales ou privées.

      +3

    Alerter
  • Nikopol // 23.04.2019 à 14h56

    Bon “en même temps” (copyright) il s’agit de schiappa et mahjoubi… c’est à dire deux zombis système nourris au biberon de la nomenclatura européiste.
    Incapables de penser en dehors des clous, ils se payent à bon compte une image d’indépendance vis à vis de leur même nourricière UE.
    Après l’effet d’annonce ils retourneront vite se perdre dans le troupeau bêlant des euronouilles.
    De toute façon ce ne pourrait être qu’une loi passoire. Les contournements des contrôles vont émerger à foison.

      +9

    Alerter
  • Julien // 24.04.2019 à 10h02

    Vous ne saviez pas ou était le socialisme ? beh voila, vous l’avez sous les yeux. Une belle brochette de socialistes modernes, jeunes et dynamiques. Oh ma bonne dame c’est comme le président il est jeune et dynamique hein. Et son programme ? ah beh je sais pas moi.

      +1

    Alerter
  • Pseudonyme // 24.04.2019 à 13h26

    “lutter contre la haine”, traduction : “traquer nos opposants politiques.” On se croirait au bon vieux temps de Mao et de la révolution culturelle. Bientôt les camps de rééducations.

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications