Source : New York Post, le 02/05/2016 (un des plus gros journaux américains, 700 000 exemplaires par jour…)

Le directeur de la CIA John Brennan | Photo: Getty Images

Le directeur de la CIA John Brennan | Photo: Getty Images

Alors que la pression pour la déclassification des 28 pages impliquant les Saoudiens dans le 11-Septembre s’intensifie, l’establishment de Washington serre les rangs autour de nos “amis” saoudiens.

Dimanche, le directeur de la CIA, John Brennan, a mis en doute la crédibilité du chapitre de l’enquête du Congrès datant de 2002 sur le 11 Septembre, qui traite du soutien étranger des attaques, chapitre que son patron, malgré les promesses réitérées aux familles des victimes du 11-Septembre, refuse de rendre public.

Brennan a dit, lors de l’émission “Meet the Press” [émission de télévision politique américaine sur NBC, NdT], qu’il est “assez perplexe” quant à la campagne bipartisane pour la communication des pages censurées, qui relieraient des représentants du gouvernement saoudien à certains des pirates de l’air via, entre autres preuves, des documents financiers et téléphoniques. Il les rejette comme étant un méli-mélo “d’informations non confirmées et non vérifiées” et “juste une collecte d’informations en provenance des dossiers du FBI.”

En fait, une grande partie des informations vient des propres dossiers de Brennan à Langley.

On m’a dit que la toute première page du chapitre cite un mémorandum de la CIA en date du 2 août 2002 qui a trouvé “d’incontestables preuves d’un soutien à l’intérieur du gouvernement saoudien au profit de ces terroristes.” Brennan était directeur adjoint de la CIA à cette période.

Euh, alors ça, c’est inédit !!!

Les remarques de Brennan font écho à celles des coprésidents de la Commission sur le 11-Septembre, Tom Kean et Lee Hamilton, qui la semaine dernière ont rédigé un article dans USA Today afin également de discréditer les 28 pages et de faire douter de la nécessité de les révéler au public – bien qu’un récent sondage national montre que presque trois quarts des Américains veulent que le gouvernement communique tout ce qu’il sait au sujet du complot.

Kean et Hamilton ont suggéré que la commission a “minutieusement” enquêté sur les pistes saoudiennes et finalement innocenté les représentants saoudiens cités.

Ils se sont même fait un devoir de suggérer qu’ils avaient disculpé un des principaux représentants saoudiens identifiés dans les 28 pages – Fahad al-Thumairy – alors qu’en réalité les rapports internes de la commission que j’ai obtenus révèlent que les enquêteurs ont conclu que l’ancien membre du consulat saoudien basé à Los Angeles n’avait pas été honnête sur sa relation avec les pirates de l’air.

« Seulement un salarié du gouvernement saoudien mentionné dans les 28 pages, Fahad Al-Thumairy, a été impliqué dans notre enquête sur le complot. Il a été employé par le ministère saoudien des Affaires islamiques et était imam d’une mosquée à Los Angeles, » ont-ils écrit. « La précédente commission parlementaire ne l’a pas interrogé ni aucun autre saoudien. Notre équipe l’a vraiment interrogé en Arabie saoudite. C’est aussi ce qu’a fait le FBI. »

« Mais, en fin de compte, nous avons reconnu dans notre rapport que nous n’avions ‘trouvé aucune preuve’ qu’il ait aidé les deux futurs pirates de l’air qui sont passés par Los Angeles, » ont-ils ajouté.

C’est de l’impunité

Les notes internes de la commission sur l’entretien en 2004 avec Thumairy en Arabie saoudite – qui s’est tenu dans un palais royal sous l’œil vigilant de gardes militaires saoudiens – révèlent que le témoin, à plusieurs reprises lors de l’interrogatoire, a dissimulé quelque chose qui a contrarié les enquêteurs, ce qu’ils ont clairement reconnu dans leur rapport non publié.

Thumairy a prétendu invraisemblablement qu’il ne connaissait que l’entraîneur présumé des pirates de l’air – l’agent de renseignement saoudien Omar al-Bayoumi – sur des photos diffusées à la télé, malgré les rapports du FBI faisant état d’une grande quantité d’appels téléphoniques entre Thumairy et Bayoumi, tant sur le téléphone portable de Thumairy que sur sa ligne fixe au cours d’une courte période en décembre 1999 – juste avant que les pirates de l’air n’arrivent à Los Angeles. Il a aussi insisté sur le fait qu’il n’y avait jamais rencontré Bayoumi, malgré les témoins oculaires qui ont dit avoir vu les deux hommes se rencontrer plusieurs fois dans une mosquée de Los Angeles contrôlée par le consulat saoudien.

Kean et Hamilton ont également affirmé que tous « les membres de la Commission sur le 11-Septembre et le personnel concerné ont eu accès aux 28 pages, » mais au moins une enquêtrice de haut rang a été renvoyée par le directeur de la commission pour avoir demandé l’accès aux 28 pages, bien qu’elle en ait eu l’autorisation et travaillait avec des dirigeants saoudiens. Et Hamilton lui-même a admis l’an dernier dans un entretien qu’il « ne lirait jamais » la section de 28 pages – « Je ne sais pas ce qu’il y a dedans. Personne n’est jamais venu me voir pour me dire que je devais lire ces pages. »

L’an dernier, tant Kean que Hamilton ont déclaré qu’ils ont voulu diffuser dans leur totalité toutes les 28 pages, ajoutant qu’ils étaient « gênés qu’elles ne soient pas déclassifiées. » Maintenant, soudainement, ils poussent vers une sortie sélective, voire aucune, et minimisent l’idée il y ait quoi que ce soit d’explosif à découvrir.

Ouais, y’a rien à voir ici, les gars, circulez.

Source : New York Post, le 02/05/2016

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

13 réponses à L’establishment ment à propos du rapport sur le 11 Septembre [New York Post]

  1. Feubeuh Le 13 mai 2016 à 02h02
    Afficher/Masquer

    “d’incontestables preuves d’un soutien à l’intérieur du gouvernement saoudien au profit de ces terroristes.” ( Khalid Almihdhar and Nawaf Alhazmi )
    Non, ce n’est pas inédit, C’est dans le livre de Bob Graham et Jeff Nussbaum : Intelligence Matters de 2004 (p 169)

    Al Thumairy a été détenu du 6 au 8 Mai 2003 malgré son visa diplomatique pour être interrogé et fut expulsé.


  2. toff de aix Le 13 mai 2016 à 10h17
    Afficher/Masquer

    On assiste ici, après une rétention d’informations indigne de la plus grande démocratie du monde (ironie quand tu nous tiens), a une grossière tentative de minimisation de l’origine du scandale. Ce qui tendrait a prouver que le pouvoir se sent de plus en plus coincé avec ces 28 pages. Et une preuve de plus, malgré qu’il claironne l’inverse sur tous les tons, du mépris d’obama et de son gouvernement pour les victimes et leurs familles.

    Ils ne reculeront devant rien…


  3. Crapaud Rouge Le 13 mai 2016 à 12h08
    Afficher/Masquer

    Exiger “la vérité”, voilà qui me semble tout à fait légitime quand on est le proche d’une victime, mais perso, je n’en ai plus rien à faire. Ce travail fouillé de les-crises.fr, aussi remarquable soit-il, montre que toute révélation, suscitant son lot de questions, suscitera un nouveau lot de mensonges et d’omissions, de vérités grises et biaisées, de contestations et d’empoignades. Bref, il est bien trop tard et le dossier bien trop complexe pour espérer une fin à ce feuilleton, ainsi qu’une réponse claire et nette à la seule question qui vaille : les terroristes avaient-il, oui ou m***, des complices dans l’establishment ? Ou: quelqu’un a-t-il laisser faire sciemment ? (Et non par erreur de calcul, par exemple en espérant recruter/retourner certains des terroristes.)

    Si la preuve d’une culpabilité interne est difficile, voire impossible à établir, il semble que celle de l’innocence, (par incompétence ou par calcul), le soit tout autant. C’est pourquoi, hormis les proches des victimes, seul Donald Trump a une attitude “raisonnable” dans toute cette affaire : Bush étant président à l’époque, c’est à lui d’assumer cet échec cuisant, c’est-à-dire d’en porter le fardeau et d’endosser le rôle du bouc émissaire : il aurait dû donner sa dem’ le jour-même de l’attentat !!! Cet acte aurait eu le mérite de soustraire le président au soupçon, et de rendre moins cruciale la réponse à “la seule question qui vaille”.


  4. TontonFlingueur Le 13 mai 2016 à 13h09
    Afficher/Masquer

    Sans blague ? On nous aurait menti ? 😀

    Il a fallu attendre 1 an et demi sous la pressions des familles des victimes pour qu’une commission enquête soit créée et qui est nommé président ? Henri KISSINGER!
    Oui le même qui a se flatte d’avoir renversé Allende et installé Pinochet au Chili!
    http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/14684/11-septembre-2001-henry-kissinger-va-presider-une-enquete-independante

    https://youtu.be/SRrs48X09rM?t=3m39s

    Il a du démissionner non pas parce que c’est un criminel (que la justice chilienne et espagnole veut interroger) mais parce qu’il est avocat de la famille Ben Laden! 😀
    http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/16459/11-septembre-2001-kissinger-renonce-a-presider-la-commission-d-enquete


  5. TontonFlingueur Le 13 mai 2016 à 13h09
    Afficher/Masquer

    Petit extrait du bouquin de Fabrizio Calvi

    Pour faire toute la lumière sur l’événement le plus considérable du début du siècle
    I’administration Bush a instauré une commission d’enquête « indépendante».

    Ses premiers pas furent calamiteux puisqu’elle fut question un temps de la placer sous 1’autorité de I’ancien secrétaire d’Etat Henry Kissinger, au grand dam de certaine familles des victimes des attaques du 11 Septembre qui redoutaient un conflits d’intérêts: Henry Kissinger manqua tomber par terre quand, lors de la première réunion de travail, une veuve du 11 Septembre lui demanda si son cabinet d’avocat représentait toujours des intérêts saoudiens et s’il s’occupait de ceux de la famille Ben Laden. Kissinger préféra démissionner plutôt que de livrer la liste de ses clients.

    Le remplaqant d’Henry Kissinger, Thomas Kean, est un homme de compromis qu
    n’a que peu d’expérience en matière de politique étrangère et aucune dans le domaine de la sécurité nationale. Ses liens avec I’industrie pétrolière feront également crainte de possibles conflits d’intérêts sur la question saoudienne.

    Le directeur exécutif de la Commission, Philip Zelikow, était un proche conseiller dt
    Condoleezza Rice chargée de la Sécurité nationale auprès du président George W
    Bush. 11 a été en partie responsable de I’aveuglement de I’administration Bush avant les attaques du 11 septembre 2001. La commission ôtant chargée d’enquêter sur les défaillances du système, les familles des victimes firent remarquer qu’il était à la foi juge et partie.


  6. Oscar Le 13 mai 2016 à 13h52
    Afficher/Masquer

    Je ne vois pas l’intérêt de cette série de 8 vidéosurveillance le 11/9 donnant l’impression que le sujet va être approfondi alors que c’est le même état d’esprit d’aveuglementet de détournement des 28 pages qui préside ici : ne surtout pas voir l’éléphant dans la pièce.: on continue mordicus à parler “de pirates de l’air ” savoir ci , savoir ça … ! Mais qui dit pirate de l’air dit avions !!! Pourtant 3 tours dezinguees avec 2 ” avions ” déjà ça devrait mettre la puce à l’oreille ? De plus , Continuer à croire à une physique de ” cartoons ” à l’âge adulte c’est qd même extraordinaire : ( le nez de l’avion en alu qui apparaît nickel intact de l’autre côté après avoir traversé une tour constituée de pylônes d’acier et de béton , les ailes ( qui dans la réalité s’éclatent comme du balza au moindre choc ) traversent comme du beurre ces pylônes d’acier et de béton ) ; j arrête ici tellement rien ne tient debout dans la plane Theory


    • Olivier Berruyer Le 13 mai 2016 à 16h40
      Afficher/Masquer

      Vous, je ne vous supprime pas votre commentaire, tant il est hmmm, disons “illustratif”

      J’adore “Pourtant 3 tours dezinguees avec 2 ” avions ” déjà ça devrait mettre la puce à l’oreille ? ”

      “Pourtant 12 854 immeubles détruits avec 1 seule bombe à Hiroshima, déjà ça devrait mettre la puce à l’oreille ? ”

      Je vous signale au passage, qu’en plus des 3 tours détruites, on a compte aussi comme détruits :

      L’église orthodoxe grecque St. Nicolas qui se trouvait près de la tour Sud (totalement détruite)
      Le 5 WTC (5 WTC) a subi un incendie important et un effondrement partiel de sa structure en acier.
      Le 3 WTC (Marriott World Trade Center ou Marriott Hotel)
      Le 4 WTC (South Plaza)
      Le 6 WTC (U.S. Customs).
      48 autres immeubles environnant furent partiellement endommagés.
      Les bâtiments du World Financial Center, 90 West Street, et du 130 Cedar Street furent la proie d’incendies. De même, le Deutsche Bank Building, Verizon, et World Financial Center 3 subirent des dommages lors de l’effondrement des tours. Le bâtiment One Liberty Plaza resta structurellement intact mais enregistra des dégâts en surfaces, incluant des fenêtres soufflées. Le 30 West Broadway a été endommagé par l’effondrement du WTC 7. Le Deutsche Bank Building, qui après le 11 septembre fut couvert d’un immense « linceul » noir pour masquer les dégâts subis, fut ensuite déconstruit en raisons des dommages importants subis par l’effondrement d’autres tours du voisinage.

      La prochaine fois que 500 000 tonnes de gravats tombent de 200 mètres de hauteur, mettez vous à 100 mètres comme le WT7, vous comprendrez sans doute mieux…

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Effondrement_des_tours_du_World_Trade_Center#Autres_.C3.A9difices_d.C3.A9truits

      Pour le reste, je m’incline devant votre haute compétence en physique des matériaux, fruits d’années de recherches et de publications j’imagine…


  7. Fox 23 Le 13 mai 2016 à 14h07
    Afficher/Masquer

    Kissinger a eu au moins la décence de refuser la présidence de la commission, les raisons étant partiellement exactes.
    On ne peut pas en dire autant de celui qui tiendra le poste.
    Il enquêtait sur les supposées turpitudes d’A Qaïda en étant en relation d’affaire (pétrole) avec deux inculpés saoudiens pour financement de la même organisation, ayant même créé une affaire commune Delta Hess.
    C’est sans doute pour cette raison qu’il fut choisi par le pouvoir après avoir refusé toute commission durant 440 jours, il était manipulable, permettant un rapport totalement édulcoré.
    Je ne sais combien ont lu le rapport de sa commission, 500 pages de mensonges, d’approximations et d’affirmation sans la moindre preuve tangible en appui.
    On comprend qu’il cherche à se dédouaner et dédouaner ceux qui l’avait choisi !


    • TontonFlingueur Le 13 mai 2016 à 19h35
      Afficher/Masquer

      Il n’a pas du tout refusé!
      Il a accepté puis sous la pression et les révélations des familles des victimes a rendu son tablier !

      Cf mes commentaires ci-dessus.


  8. Fox 23 Le 13 mai 2016 à 14h13
    Afficher/Masquer

    Non La Roque, le marché n’était plus à la baisse… pour les compagnie aériennes. Reuter avait publié, quelques jours plus tôt une note indiquant un retour à une hausse sensible des actions des dites compagnies.


  9. Fox 23 Le 13 mai 2016 à 20h56
    Afficher/Masquer

    J’apprécie l’intervention d’Olivier en “direct live”, tant est effectivement illustratif cet ensemble de non sens ou de simplisme aboutissant au seul bonheur des gouvernants et à leurs accusations de complotisme permettant de juguler, pour combien de temps encore, toutes les interrogations.

    Si tu me relis bien Tonton, j’avais noté les raisons partiellement exactes de son retrait. Alors ne perdons pas notre temps dans des détails et autres agressions des diptères, il me semble beaucoup plus important que son successeur ait eu le comportement que chacun peut connaitre ayant amené les résultats recherchés par le pouvoir au niveau du rapport final: RIEN

    Dans la droite ligne de cette réflexion, il est permit de s’interroger sur les raisons profondes pouvant pousser le gouvernement, ou au moins une partie à adopter cette politique volontariste de cacher ou altérer tous les éléments intéressant au premier chef les familles des victimes..


  10. heyou Le 14 mai 2016 à 23h11
    Afficher/Masquer

    Juste pour compléter le propos d’Olivier, le WTC 7 s’écroule à 17H20 c’est-à-dire 7H après l’effondrement des tours WTC 1 et 2…
    Cause: incendies de bureaux…


  11. Dominique Le 17 mai 2016 à 14h23
    Afficher/Masquer

    « elles n’ont jamais été invitées sur un plateau de TV française »
    Pas plus que Sibel Edmonds ou d’autres qui le mériteraient.


Charte de modérations des commentaires