Les Crises Les Crises
8.mai.20168.5.2016 // Les Crises

La Commission européenne accepte sous conditions d’exempter les Turcs de visa

Merci 5
J'envoie

Source : France 24, 04-05-2016

La Commission européenne a donné son feu vert mercredi pour exempter de visa, sous conditions, les Turcs voyageant dans l’espace Schengen. Cette disposition s’inscrit dans le cadre de l’accord entre l’UE et la Turquie sur la crise migratoire.

La Commission européenne a donné mercredi 4 mai son feu vert à une exemption de visa, sous conditions, pour les Turcs voyageant dans l’espace Schengen pour une courte durée. Cette disposition était l’une des conditionssine qua non qu’Ankara avait demandée pour que le pays continue d’appliquer l’accord migratoire signé le 18 mars avec l’Union européenne (UE). En contrepartie, Ankara s’est engagé à lutter contre l’afflux de réfugiés en Europe

Capture d’écran 2016-05-07 à 10.58.05

Ces derniers temps, la Turquie se montrait impatiente face à cette “promesse” européenne – et menacait de remettre en cause le pacte migratoire. “[Nous sommes] un pays qui tient sa parole, il faut bien entendu que l’Union européenne tienne aussi la sienne”, a averti mercredi le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu à Ankara.

Le vert définitif de l’UE à l’exemption de visa dépend également de 72 critères que la Turquie doit remplir – qui vont de garanties sur la sécurité des documents d’identité au respect des droits fondamentaux. Ankara a presque rempli la totalité de ces conditions : il ne lui en reste plus que cinq. Lundi soir, le gouvernement turc a approuvé la suppression des visas pour les ressortissants de l’ensemble des 28 États membres de l’UE, une mesure de réciprocité qui constituait l’une des principales exigences de l’Europe (les ressortissants de quelques pays d’Europe de l’Est devaient jusqu’à présent demander un visa pour se rendre en Turquie).

L’adoption du passeport biométrique est l’une des dernières conditions à satisfaire. Mevlüt Cavusoglu a indiqué mercredi sur la chaîne télévisée NTV que la modification de la législation en la matière serait prochainement effectuée.

En 2015, l’Europe a été ébranlée par un nombre sans précédent de 1,25 million de demandes d’asile, déposées principalement par des Syriens, Irakiens et Afghans fuyant la guerre et l’insécurité. Combiné à la fermeture de la route migratoire des Balkans, l’accord avec Ankara a fait baisser la pression sur l’UE, même si la situation reste inquiétante en Grèce, où sont bloqués des dizaines de milliers de réfugiés.

De nombreuses ONG et associations craignent que Bruxelles ne ferme les yeux sur les restrictions de libertés en Turquie. “Ce n’est pas en tournant le dos à la Turquie, que nous verrons des progrès en ce qui concerne le respect des droits de l’Homme, de la liberté de la presse et de l’État de droit”, s’est défendu le vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, dans une interview au quotidien italien La Repubblica.

Source : France 24, 04-05-2016

ue-visas-2-2

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

DUGUESCLIN // 08.05.2016 à 06h22

Les djihadistes soutenus par la Turquie, et les trafiquants de l’UCK du Kosovo vont pouvoir s’infiltrer tranquillement chez nous. C’est sans doute ça l’état d’urgence.

33 réactions et commentaires

  • Pascalcs // 08.05.2016 à 04h02

    Aboutissement logique de l’à-plat-ventrisme de Merkel devant le maître chanteur Erdogan. Et cerise sur le gâteau, reniement total de Merkel face aux principes de liberté d’expression en autorisant sur ordre du Sultan, la poursuite pénale d’un humouriste allemand ayant osé railler Erdogan.
    Elle qui était en tête, bras dessus, bras dessous, avec Hollande et consors dans le cortège des Charlie.

    http://www.lefigaro.fr/international/2016/04/15/01003-20160415ARTFIG00354-angela-merkel-cede-a-la-pression-turque-contre-un-humoriste-allemand.php

    Pour sûr, les contres parties economiques pour les entreprises allemandes doivent être juteuses. Comme d’habitude. Le mercantilisme vaudra bien quelques entailles au protocole.

      +32

    Alerter
  • DUGUESCLIN // 08.05.2016 à 06h22

    Les djihadistes soutenus par la Turquie, et les trafiquants de l’UCK du Kosovo vont pouvoir s’infiltrer tranquillement chez nous. C’est sans doute ça l’état d’urgence.

      +40

    Alerter
    • Clèm // 08.05.2016 à 11h14

      La Turquie soutient des combattants pour se battent en Syrie. Ce que cet accord ouvre, c’est la possibilité à des trucs de venir en Europe. On n’a pas encore vu (c’est très rare) de djihadistes turc. La raison est très simple, la propagande djihadiste est en arabe. Les turcs ne connaissent même plus cet alphabet étant donné que Atatürk l’a changé pour le latin. Il n’y a que les historiens trucs qui lisent l’alphabet arabe (et ce ne sont pas les plus vulnérable a se lavage de cerveau ^^).

      Je suis bien content que ma copine, par exemple, aura la possibilité de voir son frère. Ils sont séparés depuis des mois pour des problèmes de visa. Ça leur permettra aussi d’inviter leur parents.

      Si vous lisez le rapport confidentiel qui a fuité sur les négociations, on a tous les éléments de l’accord. Le gouvernement turc est horrible (et ça ne va pas en s’arrangeant), mais les dirigeants de certains instances européennes sont tout aussi dégueulasses.

        +7

      Alerter
    • Renaud 2 // 09.05.2016 à 09h14

      Comme précisé par wesson dans l’article précédent sur le Kosovo, tout cela sent le nettoyage ethnique à plein nez. Les serbes vont évacuer le Kosovo. Pourquoi Erdogan est si pressant sur la question des visas ? Une guerre civile est en cours avec pour but le nettoyage ethnique des Kurdes. Pour Erdogan, 6 millions de Kurdes sont à évacuer de Turquie, ce sera bien plus simple sans visa.

        +6

      Alerter
      • Clèm // 09.05.2016 à 16h02

        C’est plus subtile que ça. Premièrement, ce qui peut surprendre, c’est que les Kurdes votent pour AKP. C’est parce qu’il ont un système féodal et que leurs murtars (chef de fief) se font graisser la patte par AKP et donc l’ensemble des kurdes qui en dépendent les suivent pour voter AKP.

        Ce qui est stupide de la part d’AKP, c’est de ne pas avoir stoppé le brasier qu’il a allumé pour gagner les élections l’an passé.

        Secondement, les parties kurdes en guerre civile sont déjà rasées et les camions de TOKI (sorte de compagnie privée de HML) sont déjà là pour faire des constructions. Les populations se sont simplement relocalisées dans la région à des endroits ou le PKK est moins présent.

        Troisièmement, Erdoğan commence à faire de l’assimilation. Je m’explique, les camps de réfugiés syriens (et sunnites) sont progressivement déplacés dans les populations à majorité kurde. Sur le long terme, les populations kurdes seront remplacés par les syriens sunnites.

          +1

        Alerter
  • J // 08.05.2016 à 07h24

    La liberté de choisir sa religion, expressément prévue par la DUDH (article 18) et la constitution européenne, est-elle respectée en Turquie ?

      +8

    Alerter
    • DUGUESCLIN // 08.05.2016 à 11h42

      Plus ou moins, il reste une poignée de chrétiens qui n’ont droit à rien et un Patriarche à Istanbul (le patriarche de Constantinople) étroitement surveillé. Il ne resterait plus que 5.000 chrétiens en cette terre qui, autrefois, à vu naître le christianisme de l’empire romain. L’ Empereur Constantin a créé la ville de Constantinople, qui est devenue Istanbul.

        +8

      Alerter
      • J // 08.05.2016 à 12h19

        Que les chrétiens aient le droit de rester chrétiens, c’est à peu près admis dans le monde musulman. Je parle du droit pour les musulmans de se faire chrétiens, bouddhistes, mormons, athées ou autres… et j’ai des doutes (euphémisme).

          +4

        Alerter
        • xc // 08.05.2016 à 18h26

          Du point de vue musulman, c’est de l’apostasie, passible de la mort.

            +4

          Alerter
      • Clèm // 08.05.2016 à 13h17

        Les chrétiens ont le droit à autant que les musulmans en Turquie.

          +1

        Alerter
        • J // 08.05.2016 à 17h55

          Ils ont plus de droits d’un certain point de vue : ils ont celui de se faire musulmans alors que les musulmans, d’après ce que j’en sais, n’ont pas celui de se faire chrétiens…

            +7

          Alerter
          • Clèm // 08.05.2016 à 19h17

            Ce n’est pas correct. Il y a une différence fondamentale entre devenir musulman ou chrétien.
            Dans le premier cas, il suffit juste de proclamer ouvertement “je suis musulman” et c’est suffisant. Il n’y a pas de conversion à proprement parler. Ensuite, l’idée est de vivre selon les principes et coutumes de la religion, qui sont au moins aussi diverses que les religions chrétiennes (orthodoxes, catholiques et dérivés) car elles dépendent de la ramification (sunni, shia, etc.) et aussi du pays.
            Pour devenir chrétien en revanche, il faut se faire baptiser et, je crois, que ce processus dépend aussi de la ramification.

              +1

            Alerter
            • J // 08.05.2016 à 20h00

              Il est normal que les responsables d’une religion aient leur mot à dire sur qui y entre. Par contre, il est anormal, liberticide, inacceptable, qu’ils l’aient sur qui en sort.

                +1

              Alerter
            • Clèm // 08.05.2016 à 23h19

              @J

              Il n’y a pas de responsable de l’Islam. Il n’y a pas cette notion de l’Église ou du pape (ou pope) comme dans les religions chrétiennes. Il n’y a pas de contrôle sur qui rentre ou sort de l’Islam, quiconque peut être musulman. Ce n’est pas le cas des chrétiens (registres, baptêmes, excommunions). Tout du moins pas dans un pays séculaire et laïc comme la Turquie. En bref, il n’y a pas d’équivalent d’excommunion en Turquie.

              Pour aller un chouia plus loin, la Turquie a un léger contrôle sur la pratique de l’Islam en sont sein pour éviter qu’ils ne prennent le pouvoir (ça a tenu presque un siècle, ça change un peu aujourd’hui), pas sur qui rentre ou sort.

                +1

              Alerter
  • Clèm // 08.05.2016 à 11h03

    Evet! ou en français, oui ^^ La Turquie est bien plus tolérante que la plus part des pays du monde en terme de religion. Atatürk, non religieux et très critique envers cette dernière, a fondé la Turquie en se basant sur le modèle français mais en appliquant la laïcité de manière plus rigoureuse, ce qui était critiqué par la France (ironie) car c’était vue comme une restriction qui empêchait les musulman notamment de pratiquer leur religion comme il l’entendait (mais c’était bien pour les contrôler). Aujourd’hui, la situation politique a changé. AKP est conservateur et prône l’islam, mais les lois n’ont que très peu changé à ce niveau là. C’est plus une propagande politique.
    Il faut toujours garder en tête la différence entre un pays, son gouvernement et son peuple. Les Turcs sont bien plus tolérants que les européens, tout du moins les 49% qui ne votent pas AKP, car ils sont habités à la cohabitation des religions, au contraire de la France où ça fait plusieurs siècles qu’on n’enterre plus les chrétiens avec les musulmans (c’était le cas quand l’islam s’était propagé dans le sud de ce lieu qu’on commençait à appeler la France après la chute de l’empire romain). Le gouvernement en revanche, ce sont des gros tarés.

      +5

    Alerter
    • Furax // 09.05.2016 à 07h11

      Hihihihi ! Oui, bien sûr. Les chrétiens arméniens et grecs qui vivaient en Anatolie jusqu’au début du 20ème siècle, ou encore les yézidis aujourd’hui, vous le confirmeront. C’est pratique la tolérance qui conduit à la quasi-disparition des autres confessions que l’Islam sunnite qui étaient pourtant très présentes en Turquie.

        +5

      Alerter
  • Louis // 08.05.2016 à 13h40

    Entre les clandestins depuis quelques années qui arrivent en force en Europe, plus de visas pour les citoyens du Kosovo et maintenant les Turcs. Un nouvel film commandité par Hollywood mais dont le titre n’est plus “La Grande Evasion” mais “La Grande Invasion”.

      +9

    Alerter
    • Clèm // 08.05.2016 à 16h00

      L’Europe n’est pas très attractive pour les turcs en ce moment. À moins d’un coup d’État, ce qu’on peut envisager dans le contexte actuel, il y a peu de change de voir une augmentation significative de l’immigration turque en Europe.
      On est entrain de parler de tourisme ici, et ils doivent payer une taxe pour venir, pour compenser le manque à gagner au niveau de la TVA qu’ils ne paient pas en Turquie durant la durée du séjour. L’absence de visa ne donne pas un titre de séjour, donc interdiction pour eux de travailler en Europe.

      J’invite à aller dans une préfecture ou l’un de ces relais pour comprendre les phénomènes d’immigration légale.

        +2

      Alerter
      • Louis // 08.05.2016 à 19h11

        Il y aura de faux touristes comme il y a de faux réfugiés qui sont en réalité des migrants économiques.

          +3

        Alerter
        • Clèm // 08.05.2016 à 19h23

          Pas possible car ils n’auront pas de titre de séjour et aucun droit de travailler en France. Je suis bien placé pour le savoir. Quand on a un titre de séjour, ce qui n’est pas une mince affaire et pas relié au visa, on l’obtient pour une tache particulière, par exemple étudient ou chercheur. Ce titre permet de faire ce qui est autorisé par ce titre de séjour et un patron ne s’amusera pas à engager quelqu’un dans l’illégalité, à moins de s’en servir pour un job que personne ne voudra faire.
          De plus, ils ne seront pas réfugiés car il n’y a pas de guerre. Il ne faut pas confondre immigration et réfugié.
          Les turcs n’ont de toute manière pas intérêt à venir car leur situation est généralement assez confortable voir meilleur qu’en France par exemple car il ont un état social.

            +4

          Alerter
          • Louis // 08.05.2016 à 19h51

            Expliquez-moi pourquoi certains étudiants étrangers après avoir terminé leurs études en France, donc avec un titre de séjours spécifique par rapport à leur statut d’étudiant, restent en France illégalement au lieu de retourner dans leur pays d’origine pour le développer. Je croyais (naïvement ?) que c’était le but de leurs études.

              +6

            Alerter
            • Clèm // 08.05.2016 à 23h09

              Après avoir terminé ses études, un étudiant étranger peut rester un an en France pour trouver du travail. Logique, l’État finance en partie ses études comme il fait avec les étudiants français, via le financement des infrastructures, il veut donc un retour sur investissement. Si de plus l’étudiant avait un salaire comme cela est possible avec le statut d’enseignant-chercheur, on peut rester en France jusqu’à la fin des allocations chômages (l’étudiant a cotisé comme n’importe quel français qui fait valoir ses droits), donc pour une durée maximale de deux ans.

              Par vécu, quand le titre de séjour expire, l’État a tendance à gentiment te renvoyer dans ton pays d’origine, même si tu es sensé pouvoir rester légalement sur le territoire mais que l’administration met trop de temps à finir la paperasse, ou a te laisser dans une sorte de flou juridique lorsque l’administration est débordée, quelle ne peut pas traiter ta requête à temps.

              Encore une fois, il faut voir le pays d’origine des étudiants. La plus part retournent chez eux pour ne pas être dans l’illégalité, même si le pays d’origine a de sérieux problèmes économiques (je rappelle que ce n’est pas de le cas de la Turquie), je pense notamment aux étudiants brésiliens. Ceux qui viennent de pays avec des crises plus grave (famine ou guerre notamment), la situation peut être différente, mais c’est un terrain que je connais moins.

                +1

              Alerter
  • Alexk // 08.05.2016 à 14h12

    Il n’y aufa plus qu’a distribuer des passeport turc à tout les réfugiés désirant se rendre en europe et la crises migratoire est réglée pour la turquie…

      +5

    Alerter
    • Clèm // 08.05.2016 à 16h10

      Il n’y a pas de “crise migratoire” en Turquie. L’afflux de migrants est plutôt bien vue en Turquie car ils ont compris que la démographie est un vecteur de croissance économique important. Les réfugiés irakiens par exemple qui sont venus quand les États-Unis ont déclaré la guerre à l’Irak sont aujourd’hui bien intégrés dans la société turque. Sans connaître exactement leurs impacts sur l’économie avec la politique mise en place par le précédent gouvernement (CHP si mes souvenirs sont bons), il est probable que cela ait contribué à la croissance économique qu’a connu la Turquie durant plus d’une décennie.

        +1

      Alerter
      • nicolas // 08.05.2016 à 23h04

        c’est intéressant ce que vous dites-là clèm et Alexk, on pourrait postuler que ce serait l’europe qui aurait imposé à la turquie l’abandon du visa afin de faire venir du sang frais dont elle a désespérément besoin afin de remplacer nous autres européens avachis, par des consommateurs dynamiques, qui ont encore l’illusion de l’europe lumineuse et ainsi relancer la croissance.

        nous, européens, sommes las de consommer -> il faut nous remplacer vite-fait par n’importe qui, quitte à l’importer.

        les turques nous envoient des renforts, la syrie fait de même en turquie… les guerres font tourner la machine commerciale globale…

        bonne chance.

          +4

        Alerter
        • Clèm // 08.05.2016 à 23h54

          Ce que je pense, c’est que la Turquie n’a pas fondamentalement besoin du retrait des visas. C’est un coup de pub pour le président qui fanfaronnera devant les supporters AKP “regarder, j’accélère l’adhésion de notre nation à l’UE [il n’en est rien] et ils me mangent dans la main”. Pour l’EU, c’est une carotte qui lui va bien, ça ne coûte pas grand chose et ça ne changera pas la face du monde. Les turcs ne vont pas se mettre soudain a venir en Europe comme certains le croient, et l’EU ne veut pas vraiment des trucs de toute manière.

          Faire venir des travailleurs en Europe pour faire le boulot, ça a été le cas. Il y a 70 ans en Allemagne (dont des turcs justement), et en France, ça, c’est plus récent, et ça a donné les banlieues.

          Aujourd’hui, on a clairement changé de dynamique car on a du chômage, donc va privilégier les locaux (plus de monde == plus de chômage). En Turquie, ou le taux de chômage est plus faible, plus monde == plus de travailleurs. Les dynamiques sont différentes. C’est pour ça que la Turquie accueille à bras ouvert les réfugiés syriens (dans des conditions lamentables). C’est aussi pour eux un contrôle de religion. Les réfugiés sont globalement sunnites (comme AKP), ils sont en ce moment déplacés dans les régions qui ne le sont pas.

          De toute manière, le retrait des visas, comme je l’ai dit dans un autre commentaire, ne créera pas d’immigration.

            +2

          Alerter
  • Sami // 08.05.2016 à 21h40

    Tout le monde ici semble trouver aberrant, la politique menée par Bruxelles qui est sous l’autorité des Gouvernements élus.
    Oui mais voilà : Les gens votent en majorité pour le maintien de la France dans ce système appelé Union Européenne. La majorité des Français pensent que la politique menée par l’UE est une bonne chose. Donc la majorité des Français, “à priori”, pense que la politique menée par l’UE envers la Turquie est bonne. Si ce n’est pas le cas, dans un an, les Français pourront élire un Gouvernement qui remettra tout cela en cause, vite fait. Il y aura au moins, à vue de pif, au moins 3 candidats qui sont contre la politique menée par l’UE. Donc, pas d’inquiétude. Tout va bien. Le peule tranchera. Ca s’appelle la démocratie.

    Non ?…

      +2

    Alerter
  • Clèm // 08.05.2016 à 23h33

    Je ne suis pas un expert, mais comme c’est un accord, ça n’a pas nécessairement besoin de passer devant le parlement car ce ne sont pas des lois. Ensuite, les Libéraux Démocrates néerlandais sont généralement contre pour des raisons politiques (ils ne sont pas fans des musulmans pour faire court), il faut donc prendre leurs analyses avec du recul et du sens critique. Enfin, le contenu de l’accord a fuité il y a quelque temps, c’est un document confidentiel, donc je ne me risque pas à mettre un lien ici, mais un moteur de recherche fera l’affaire. Enfin, il me semble que cet accord est aujourd’hui public, tout du moins les grandes lignes et certains points précis. C’est le genre d’accord que l’Europe ou la France passent très régulièrement. La vente de sous-marins à l’Australie ou les accords entre la France et l’Arabie Saoudite pour avoir le pétrole a prix cassé on en gros la même valeur juridique : aucune, c’est la politique, pas des lois. C’est d’ailleurs pour cela que la commission européenne y va à coups de “sil vous plaît” et de sanctions économiques pour les états membres qui ne souhaitent pas respecter leur part du deal (Hongrie, Pologne pour les plus virulents, mais ce ne sont pas les seuls).

      +2

    Alerter
  • Furax // 09.05.2016 à 07h21

    Je ne comprends pas ce battage médiatique ubuesque ou trompeur sur la question de l’exemption de visas pour les turcs souhaitant entrer dans un pays de l’UE.

    Tout journaliste honnête et compétent devrait ajouter que cette démarche n’a aucune chance d’aboutir et que c’est donc un rideau de fumée.

    Je rappelle que la question du séjour des étrangers relève juridiquement de la compétence souveraine des Etats. Il faut donc l’unanimité des 28 Etats members de l’UE pour adopter une telle décision.

    Si les 28 pays membres souhaitent entériner au niveau de l’UE ce qui n’est juridiquement qu’une recommandation, c’est-à-dire une proposition de la commission européenne, ils doivent le faire à l’unanimité au conseil de l’UE (les 28 gouvernements nationaux), en plus d’obtenir une majorité au Parlement européen.

    http://www.touteleurope.eu/les-politiques-europeennes/immigration-et-asile/synthese/objectifs-et-fonctionnement-de-la-politique-europeenne-d-immigration-et-d-asile.html

    Cela n’aura évidemment jamais lieu.

      +4

    Alerter
    • Furax // 09.05.2016 à 07h26

      Bref, du vent. On fait semblant d’être d’accord pour supprimer les visas. Les turcs font semblant de réduire le flot d’immigrés clandestins. Mais on leur paie 3 milliards d’euros par an pour nous entuber en nous envoyant les migrants tout en nous insultant.

      Et en passant, il devient évident que ce machin appelé l’UE est devenu une pétaudière complètement folle qui s’est enfermée seule dans un déni de réalité. Le machin est aussi mort que l’URSS entre 1989 et 1991. Plus personne n’y croit. Tout le monde lui dit d’aller se faire voir ailleurs. Et elle s’agite un peu dans le vide pour faire croire qu’elle existe encore.

        +8

      Alerter
      • Clèm // 09.05.2016 à 15h42

        Tout à fait d’accord. Un point de nuance. Les États membres se réservent le droit de choisir quels migrants ils acceptent. Ils vont donc prendre les compétences (archi, médecins, ingé, etc.) et le reste, poubelle.

          +1

        Alerter
  • Pol Pot // 09.05.2016 à 07h40

    “Ce n’est pas en tournant le dos à la Turquie, que nous verrons des progrès en ce qui concerne le respect des droits de l’Homme, de la liberté de la presse et de l’État de droit”

    Avec une philosophie pareille on intègre l’Allemagne nazie et on s’allie avec l’Arabie Saoudite !!
    Par ailleurs on se demande alors a quoi sert le TPI qui devrait être mit au chômage définitif !

      +4

    Alerter
  • christian gedeon // 11.05.2016 à 11h04

    Je suis très surpris que personne n’évoque la situation financière et économique de la Turquie…on en est resté aux “belles années “…et ces belles années sont très loin déjà. La dette de la Turquie a explosé,le taux du papier “obligataire “pour parler ancien, turc est passé de 3à 4 % il y a quelques années à plus de dix pour cent aujourd’hui…les assureurs ont multiplié leur taux d’assurances par 4 en deux ans pour assurer les créances privées d’entreprises turques,etc…et la fameuse croissance turque est largement en berne. Or,un “accident ” de l’économie turque aurait des répercussions énormes sur l’Europe et en Europe devinez sur qui?! Cette histoire de visas doit être comprise dans le cadre plus global du “‘il faut sauver le sultan erdogan”,et l’économie turque. La morale, la “liberté ” et autres fadaises n’ont rein à voir là dedans. It is business as usual… et les quatre ou cinq ou six milliards promis à erdogan(et il y en aura beaucoup plus) n’ont rien à voir non plus avec “les réfugiés”

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications