Source : Reporterre, Hervé Kempf, 09-05-2017

Sous les habits neufs de M. Macron, le néo-libéralisme continue sans changer. Marginalisant l’écologie, et oubliant l’inégalité sociale.

Emmanuel Macron est un personnage remarquable : on ne gravit pas aussi rapidement les échelons de la pyramide du pouvoir si l’on n’est pas doté de qualités exceptionnelles. Et même si la chance a largement joué son rôle – la faillite de François Fillon, la déliquescence plus rapide que prévue du Parti socialiste -, la capacité à s’engouffrer dans les opportunités est un talent que tous n’ont pas. Il ne fait pas de doute que cette énergie ascensionnelle va continuer à se déployer dans les premiers mois de la nouvelle présidence.

Il reste que M. Macron n’a pas gravi la montagne à la force de son seul poignet. Massivement soutenu par tous les médias des dominants (faut-il encore rappeler que la “presse” est aujourd’hui l’instrument des Arnault, Bolloré, Bouygues, Dassault, Drahi, Lagardère, Niel, Pigasse, Pinault… ?), il n’a pas gagné à la loyale. Plutôt qu’un duel Macron-Le Pen, on aurait pu assister à un duel Macron-Mélenchon bien plus stimulant si la presse oligarchique n’avait pas pilonné dans la dernière ligne droite le candidat de la France insoumise. Mais l’oligarchie avait bien sûr choisi son camp. Ce serait Fillon ou Macron. Fillon tombant à l’eau, ce fut Macron.

Homme remarquable, appliquant les méthodes entrepreneuriales en vogue – En marche a appliqué tous les outils marketing et a fonctionné en mode “start-up”, comme l’a raconté Mediapart -, M. Macron n’en est pas moins porteur des idées du vieux monde. Le vieux monde ? Celui où l’on croit que la croissance reste le moteur de l’équilibre social, que la question écologique est secondaire, et qu’une société peut vivre sans désordre avec de fortes inégalités.

Pour grimper rapidement, M. Macron a adopté les idées de ses parrains. Ou étaient-ce les siennes ? Peu importe. Deux hommes en particulier l’ont propulsé vers les hautes sphères : Henry Hermand, millionnaire ayant fait fortune dans la construction de centres commerciaux dévoreurs de terres agricoles et propageant l’étalement urbain, et Jacques Attali, qui l’a recruté en 2007 dans sa “Commission pour la libération de la croissance”. Le nom de cette commission créée par M. Sarkozy en disait tout. Parmi les prescriptions qui révélaient la pertinence de ses analyses, il y avait la libération accrue des règles du marché financier parisien, un an avant que n’éclate la grande crise financière… Mais l’oligarchie n’a cure de ses erreurs, et M. Attali continue à parader, tandis que ses poulains galopent dans les prairies du pouvoir. Et de l’argent, puisque M. Macron est passé par la banque Rotschild.

Béton, croissance et finances

Béton, croissance et finances, voilà donc le terreau idéologique sur lequel M. Macron s’est épanoui. Le nouveau président a déjà quatre ans d’expérience gouvernementale à son actif, à l’Elysée où il a conseillé François Hollande dans son orientation néo-libérale, puis au ministère de l’Economie.

Et la liste des actes ou intentions de M. Macron parle d’elle-même : travail le dimanche, facilitation de l’affichage publicitaire, permis de recherche de gaz de schiste, soutien au projet nucléaire d’Hinkley Point, autorisation de l’extraction de sable à Lannion, accord très favorable aux sociétés autoroutières, encouragement à l’exploitation minière en Guyane, amendement législatif sur les déchets nucléaires à Bure – l’écologie est le cadet des soucis du nouveau président.

Et les signaux qu’il a lancé ne sont pas très positifs : en matière d’agriculture, il veut « continuer le combat » de son « ami » Xavier Beulin, chantre de l’industrialisation agricole et de la compétitivité. Son programme d’investissement sur la transition écologique s’élève à un modeste 15 milliards d’euros sur cinq ans, moins, rappelait Thomas Porcher lors de notre Alter soirée électorale que le coût du projet nucléaire d’Hinkley Point en Angleterre. Quant à son entourage proche, il vient pour partie du monde du béton de son parrain Henry Hermand : avant de rejoindre En marche comme porte-parole, Benjamin Griveaux était chez Unibail Rodamco, grand promoteur de l’immobilier commercial (qui veut par exemple lancer Val Tolosa). « Le programme Macron fait saliver les promoteurs », signale La Lettre A, en laissant notamment prévoir l’abaissement des possibilités de recours contre les permis de construire.

Sur les autres domaines que l’environnement, n’attendez pas de progrès. Le mot « inégalité »n’apparait pas dans le programme de M. Macron, pas plus que celui d’évasion fiscale. Une nouvelle loi Travail sera imposée par ordonnances (une variante du 49.3, consistant à forcer la main au Parlement pour légiférer), et pour la « sécurité », on embauchera 10.000 policiers et gendarmes supplémentaires et l’on construira 15.000 places de prison.

Tout cela n’est guère encourageant. Le néo-libéralisme continue sous de nouveaux habits, l’écologie est marginalisée, le vieux monde perdure.

Mais il craque. Le niveau étonnamment élevé des votes blancs ou nuls au deuxième tour de l’élection présidentielle montre que de plus en plus de gens ne supportent plus le chantage qui nous est imposé entre le fascisme et le néo-libéralisme. L’assise de M. Macron n’est pas solide. Et autre tournant porteur d’espoir de cette campagne présidentielle, le camp de la gauche a solidement intégré l’écologie dans sa vision du monde et dans sa politique. Il reste à ce que ce camp s’unisse. Sinon les vieilles idées de M. Macron continueront à détruire le monde.

Source : Reporterre, Hervé Kempf, 09-05-2017

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

67 réponses à Macron, le président du vieux monde, par Hervé Kempf

Commentaires recommandés

Ribouldingue Le 16 mai 2017 à 05h55

Extrêmement préoccupant tout ça.
On explique partout, y compris au FMI que l’austérité conduit dans le mur; Macron fait de l’austérité.
L’Euro mène toute l’Europe du sud à la faillite, Macron est pour.
On voit monter la haine en France avec une pauvreté toujours plus forte, Macron veut casser la protection sociale.
On voit les océans se couvrir de merde et les glaces fondre et Macron préfère le béton et la pollution à la responsabilité.
Et il y a des gens qui ont voté pour ça.
Qu’est ce qu’on va laisser derrière nous?

  1. Ribouldingue Le 16 mai 2017 à 05h55
    Afficher/Masquer

    Extrêmement préoccupant tout ça.
    On explique partout, y compris au FMI que l’austérité conduit dans le mur; Macron fait de l’austérité.
    L’Euro mène toute l’Europe du sud à la faillite, Macron est pour.
    On voit monter la haine en France avec une pauvreté toujours plus forte, Macron veut casser la protection sociale.
    On voit les océans se couvrir de merde et les glaces fondre et Macron préfère le béton et la pollution à la responsabilité.
    Et il y a des gens qui ont voté pour ça.
    Qu’est ce qu’on va laisser derrière nous?


    • Wakizashi Le 16 mai 2017 à 09h31
      Afficher/Masquer

      “Et il y a des gens qui ont voté pour ça.”

      Et malheureusement, il y a parmi ces personnes beaucoup de gens sincères et de bonne volonté, qui pensent vraiment que Macron représente un renouveau, notamment un renouveau de la classe politique. Une grande partie d’entre eux se sont tout simplement fait avoir par les pouvoirs magiques du marketing qui a soutenu la campagne du télévangéliste.

      Il est bon de rappeler ici que le marketing s’inspire maintenant en grande partie des résultats des recherches en neurosciences, ce qui lui confère un potentiel de manipulation énorme.

      Il y a une autre partie de son électorat, qui a voté pour lui pour des raisons plus classiques : les vieux, parce qu’ils sont souvent les plus conservateurs ; et la classe moyenne “supérieure”, qui n’a pas encore été atteinte par la paupérisation générale, et qui donc peut encore vivre dans l’illusion que tout va bien dans le meilleur des mondes…


      • Catalina Le 16 mai 2017 à 10h40
        Afficher/Masquer

        Et les jeunes ? Vous n en parlez pas ?je suis persuadée que c es pires consommateurs ont choisit celui qui leur offre pour seul objectif ” être milliardaire”


        • Keno Le 16 mai 2017 à 15h59
          Afficher/Masquer

          Les jeunes, ils sont intuitivement beaucoup moins cons que ce que vous semblez en pensez.
          Les jeunes comme vous dites, ils ne regardent quasi plus la télé poubelle, ils vont sur le net, échanger, chercher des infos.. sont curieux les jeunes, la plupart!

          C’est tout les possédant, de celui qui possède son petit studio, sa petite retraite au milliardaire en rolex qui votent massivement pour la propriété, le conservatisme.

          Signé, un vieux con de 45 piges!


          • Catalina Le 16 mai 2017 à 16h07
            Afficher/Masquer

            Je ne me suis pas suffit à le penser, j ai eu droit à un cours sur l “excellence” du macron par toute u e flopée de jeunes de moins de 20 ans, je reprend quand meme , une partie des jeunes, car oui, heureusement ils ne sont pas tous pokemisés


          • christophe Le 17 mai 2017 à 06h11
            Afficher/Masquer

            mais non Keno vous n’êtes pas vieux 🙂


          • Otâneries Le 17 mai 2017 à 14h17
            Afficher/Masquer

            Vous n’êtes ni vieux, ni con. La sagesse prend les habits de l’ignorance humble.

            Signé un jeune en devenir de vieillesse.


        • Wakizashi Le 16 mai 2017 à 16h01
          Afficher/Masquer

          D’après les sondages (d’accord, ils sont sujets à caution), le vote des jeunes serait allé majoritairement vers Mélenchon et Le Pen (avec un gros taux d’abstention). Le vote des vieux, lui, serait allé majoritairement vers Fillon et Macron.

          Quant à devenir milliardaire… Survivre, c’est déjà bien. Pour beaucoup, les jeunes en sont là…

          Enfin, pour consommer il faut de l’argent. Or statistiquement, la génération ayant le plus d’argent est celle des babyboomers. Ce sont eux les plus gros consommateurs.


        • jp Le 16 mai 2017 à 18h25
          Afficher/Masquer

          “les jeunes” ça ne veut rien dire. Il y a des jeunes qui galèrent, pas qualifiés, peu qualifiés, et même des ingénieurs scientifiques galèrent. La vie du jeune Blanc au nom “bien français” issu de CSP+ qui (a) fait des études de marquetinge ou “sciences” po n’a rien a voir avec la jeune Noire qui s’occupe des vieux en EPHAD. Quant à la caissière de supermarché, OK, elle consomme pour se consoler mais avec un 3/4 de smic elle ne peut pas consommer beaucoup.
          Pires consommateurs, franchement ! Y a des jeunes décroissants, qui n’arrivent pas à convaincre Mamie que l’orgie de dépense à Noël les dégoutent plus qu’ils ne leur font plaisir.
          Je vous conseille la lecture de “la « jeunesse » n’est qu’un mot”
          http://psychaanalyse.com/pdf/BOURDIEU_LA_JEUNESSE_N_EST_QU_UN_MOT_7_PAGES.pdf


      • Xfiles72 Le 16 mai 2017 à 13h20
        Afficher/Masquer

        La classe moyenne “supérieure”… Je travaille actuellement dans une très grosse boîte entouré de quinquagénaires qui approchent les 40 ans de boites, embauchés à l’époque du plein emploi sans diplôme particulier. Ces personnes devenues pour la plupart cadres sont d’une nullité absolue dans leur travail , ne sachant à peine se servir d’une souris et n’ayant jamais fait d’efforts particuliers pour apprendre à s’en servir. Ces personnes en plus d’être incompétents peuvent vraiment être assimilés aux “idiots utiles” du système. D’après eux, le beau Macaron est synonyme de renouveau et d’espoir, ils ont bu jusqu’à la lie la soupe média mainstream. Ces personnes se pavanent en Audi , leur maison est payée et ils partent aux Bahamas tous les ans. Bien entendu, ils râlent sur les gens au RSA tout en allant chercher leur arrêt maladie pour la semaine suite à un léger mal de dos.


        • Kilsan Aïtous Le 16 mai 2017 à 13h31
          Afficher/Masquer

          “…entouré de quinquagénaires qui approchent les 40 ans de boites”
          Ils ont commencé à travailler à 10 ans ?

          Ceci dit heureusement qu’il y a les stagiaires.

          La génération que vous déplorez est plus âgée : c’est celle des papy boomers, celle des soixante-huitards (20 ans en 68, ça fait du 70 ans actuel). C’est vrai, même s’il faut reconnaître des exceptions.


          • Xfiles72 Le 16 mai 2017 à 13h53
            Afficher/Masquer

            quinquagénaire , adjectif

            Qui a entre 50 et 59 ans.


            • kilsan Aïtous Le 16 mai 2017 à 17h06
              Afficher/Masquer

              il aurait fallu dire septuagénaires ou sexagénaires (qui a entre 60 et 69 ans). Ceux qui ont 50 ans, nés en 67, 20 ans en 87, ne sont pas ces soixante-huitards qui ont connu le plein emploi sans diplôme, aujourd’hui retraités ou en phase de l’être. Ils ont aussi été les stagiaires sans rémunération, sans RSA et sans sécu, de cette génération des papys boomers.


        • R.C. Le 16 mai 2017 à 15h07
          Afficher/Masquer

          Laissons les préjugés et les amalgames faciles.
          Né en 1950, je suis un bébiboumeur. Je me suis tapé six années de chômage cumulées sur 46 ans d’activité. Excusez du peu. En 95, après 2,5 ans de formation-chômage, j’ai accepté, temporairement, un job au niveau de mes indemnités, soit un salaire brut à 57% du précédent. Et il a duré dix ans, faute d’arriver à décrocher un autre poste….
          A cette époque, j’ai croisé des dizaines de gens de ma génération qui ont fait la même culbute salariale (et parfois pire).
          J’ai fini en tant que consultant “associate” (i.e. free lance !), un des supplétifs d’une boîte anglaise qui rapatriait ses juteux bénéfices auprès du fonds de pension qui l’avait ‘rachetée’ et faisait supporter tous les à-coups à ses “associate”.
          PS j’ai une R21 qui a 24 ans et affiche 360000 km et je n’ai jamais mis les pieds aux Bahamas.


        • Booster Le 18 mai 2017 à 01h08
          Afficher/Masquer

          Et les quinquas pas “si idiots” ne trouvent plus de boulots à cause de ceux que vous décrivez. J’en ai rencontré beaucoup avec ce profil, ils ne bossaient pas mais réseautaient à mort, ce sont eux qui ont gravis l’échelle, les bosseurs eux ont été ejectés pour être remplacés par des plus jeunes.


      • Lysbeth Levy Le 16 mai 2017 à 14h40
        Afficher/Masquer

        Hélas je crois qu’honnêtement avec la “grande peur” du FN lancée comme a chaque élection, les gens, vieux ou jeunes ont voté “pour le moins pire” ou “pour voter” contre le pire ! ..plus jamais on vote pour quelqu’un et son “programme juste” et “pour” le peuple, “par” le peuple. Fini, comme dans toute l’Europe de l’Est la désaffection est totale pour les institutions nationales ou européennes. D’années en années la désillusion est immense, on se demande comment va se passer la prochaine élection. Si il y en “une” a car au point ou on en est les instances transnationales n’ont qu’a décidé à la place des peuples !. L’euroscepticisme va être combattue sur le terrain : “les eurosceptiques sont des lâches” ou des “complotistes” voir pire.https://www.sciencesetavenir.fr/videos/les-salauds-de-leurope-guides-a-lusage-des-eurosceptiques-et-des-eurocrates-0403_8m00sf


    • Fburg Le 16 mai 2017 à 13h43
      Afficher/Masquer

      Qu’est ce qu’on va laisser derrière nous?
      on peut le voir ; ça arrive, littéralement partout, sous les écrans radars des grands médias, mais en vérité c’est impressionnant. Par exemple:
      http://www.lamontagne.fr/souterraine/economie/social/2017/05/13/les-cheminots-manifestent-a-la-souterraine-rejoints-par-des-salaries-de-gm-s_12401446.html
      Le “phare économique du monde” est un peu plus en avance que nous:
      http://www.zerohedge.com/news/2017-05-15/baltimore-glimpse-americas-future-retail-apocalypse
      https://www.youtube.com/playlist?list=PLNz4Un92pGNxQ9vNgmnCx7dwchPJGJ3IQ
      Faites une recherche sur Grigny, c’est pas mal aussi…


    • Thierry Le 17 mai 2017 à 02h24
      Afficher/Masquer

      Macron était CONTRE le plan d’austérité imposé à la grèce. C’est Yanis Varoufakis lui même qui le dit, dans une tribune où il a demandé aux francais de voter Macron:
      http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/05/02/yanis-varoufakis-emmanuel-macron-a-voulu-sauver-la-grece-votez-pour-lui_5120673_3232.html

      C’est pour ce genre de chose que ‘des gens’ ont voté pour lui.


      • christian gedeon Le 17 mai 2017 à 18h22
        Afficher/Masquer

        C’est bien de le rappeler…Macron m’énerve,mais alors à un point! Et j’ai milité fort contre ce qu’il représente. Mais sur certains points d’économie macro,il ne s’inscrit pas dans le merkelisme,et ce depuis qu’on sait ce qu’il pense.Mais combien pèsera-t-il dans les discussions? par ailleurs,il a nommé un ministre de l’Education Nationale de première bourre,longtemps recteur de l’académie de Créteil(pas facile) et néanmoins ensuite directeur de l’Essec,peut-être la moins pire des “grandes écoles de commerce” dans sa démarche pratique,sous son impulsion. J’appelle de mes voeux un détricotage total de l’entreprise de destruction mise en oeuvre par Mme Vallaud Belkacem,ministre à mon avis le plus nocif de l’équipe Hollande,juste devant Mme Taubira.La gueule de son équipe ministérielle est pas mal,pas mal du tout…aurons nous enfin une bonne surprise? J’en doute fort,la base restant ultralibérale. Mais en ancien élève et disciple des jésuites,peut-être Macron a-t-il avancé masqué.Je sais,je sais,nianiania,je suis trop optimiste,voire naïf…mais bon,on a le droit d’espérer,non?De toute façon,nous serons vite fixés,n’est ce pas?


    • Oncle Octave Le 17 mai 2017 à 16h33
      Afficher/Masquer

      “Qu’est ce qu’on va laisser derrière nous?”.
      Il est plus que temps de penser au futur des enfants de nos enfants. Alors quelle idée de confier les manettes à qqun qui n’a pas de descendance ?


  2. DUGUESCLIN Le 16 mai 2017 à 06h15
    Afficher/Masquer

    Nous sommes prisonniers du ” toujours plus”. Toujours plus de pouvoirs, plus de puissance, celui de l’argent. La volonté de puissance est une des grandes faiblesses humaines, elle ne connaît pas de limite. Tous ceux qui résistent sont discrédités, méprisés, traités de populistes ou de fascistes.
    La grande crainte des puissances de l’argent c’est la prise de conscience des résistants de tout bord qui sont majoritaires. Mais par leurs divisions idéologiques, leurs accusations mutuelles, les peurs réciproques, ils sont incapables de faire barrage à la montée grandissante et dramatique des puissances de l’argent qui ont perdu toute considération humaine du monde et capables de le détruire.
    Le dieu argent, les adorateurs du veau d’or, nous imposent des “sauveurs”, des narcissiques dépourvus d’empathie, très doués, mais idiots utiles, pour nous tromper et nous imposer leur dieu comme seule référence.


    • Catalina Le 16 mai 2017 à 10h42
      Afficher/Masquer

      En effet, on se croirait à une table de poker……bluff, tapis…….


  3. Chat noir Le 16 mai 2017 à 06h25
    Afficher/Masquer

    Coïncidence: en marche était un mouvement pétainiste de 41.
    Une similitude dans les gestes et certaines intonations de voix lors des meetings avec la gestuelle d’Adolphe.
    La comparaison s’arrête là même si Hitler était végétarien, micron lui veut de la viande. Privatisation en DSP à tout vas nous deviendront nous même de la marchandise.
    Avec un premier ministre Vassal de l’Otan, la guerre se profile, rien de bon sous le soleil.
    C’est donc beaucoup plus grave que ce que le spectacle nous autorise à voir. Nous devons réfléchir vite et bien


    • Chat noir Le 16 mai 2017 à 06h38
      Afficher/Masquer

      Les soutiens de Macron comparent régulièrement Le Pen à Hitler, le plus souvent d’ailleurs sans le moindre argument. Là, pour le coup, il y en a un de taille pour comparer la stratégie de com de Macron au dictateur du IIIème Reich. Le slogan “Un peuple, un empire, un chef” est devenu, “un projet, une personne, un peuple”. Les mots ont été assemblés différement et ont quelque peu changé mais le concept reste le même. Le fûhrer devient une personne et le Reich devient un projet. La formule reste très similaire. Grosse erreur de com de micron ?i, “La démocratie comporte toujours une forme d’incomplétude car elle ne se suffit pas à elle-même.”
      “Dans la politique française, cet absent est la figure du roi, dont je pense fondamentalement que le peuple français n’a pas voulu la mort. La Terreur a creusé un vide émotionnel, imaginaire, collectif : le roi n’est plus là ! On a essayé ensuite de réinvestir ce vide, d’y placer d’autres figures : ce sont les moments napoléonien et gaulliste, notamment. Le reste du temps, la démocratie française ne remplit pas l’espace. On le voit bien avec l’interrogation permanente sur la figure présidentielle, qui vaut depuis le départ du général de Gaulle. Après lui, la normalisation de la figure présidentielle a réinstallé un siège vide au coeur de la vie politique. Pourtant, ce qu’on attend du président de la République, c’est qu’il occupe cette fonction. Tout s’est construit sur ce malentendu.”
      Sa vision de ce que doit être un président n’a probablement pas changé puisqu’il entend déjà gouverner par ordonnance.
      Un roi mondialiste issu de la haute finance et qui reprend des slogans nazi…qui n’a pas révé de cela pour la France?


    • Alfred Le 16 mai 2017 à 12h50
      Afficher/Masquer

      Ce sont les arguments que j’avais essayé de développer pendant l’entre deux tour en appelant à voter en conséquence pour le rat crevé et pas pour le monstre. On a visiblement pas été nombreux à gauche à surmonter notre aversion et à faire concrètement barrage au mini conducatore et à son armée du fric des médias et des réseaux qui comptent. On peut déjà constater que la propagande fait son effet quand on voit tant de gens aux “valeurs” chancelantes. On peut avoir une petite inquiétude en voyant certains marcher au pas avant même le coup de sifflet, qui appellent à cesser toute critique…
      Que fait on maintenant? On tire les conséquences avant les législatives? J’ai pas l’impression hélas. Allez bonne défaite aux uns et aux autres.


    • jp Le 16 mai 2017 à 18h38
      Afficher/Masquer

      Régime de Vichy. Le travail, la France en marche, vidéo de propagande d’époque (archive) sur
      https://www.youtube.com/watch?v=O1F79LqHzF0


  4. Etienne2 Le 16 mai 2017 à 06h25
    Afficher/Masquer

    Pour le “développent durable”, tel est le slogan commercial qui marche dont le seul objectif est de continuer la mascarade sur fond de marchés attribués toujours aux mêmes et quelle réflexion sur la “transition énergétique” ? J’ai bien peur que ce soit pire que de l’immobilisme!
    Un exemple: A Blois, en accord avec les administrations locales de contrôle (en théorie) dans ce domaine, un lotissement entier a été récemment construit “à l’ancienne” : l’ensemble des évacuations assainissement ont été branchées sur un réseau “neuf” unitaire et les eaux de pluie seront mélangées à proximité de la Loire!
    Pourtant, les moyens, les nouvelles techniques de traitement des eaux usées ne manqueraient pas, sans parler des subventions prévues.
    Ce vieux monde semble être au dessus des lois qu’ils ne s’appliquent qu’aux autres.
    C’est le règne de la finance à tous les niveaux qui perdurent, une destruction._


  5. Ardéchoix Le 16 mai 2017 à 07h27
    Afficher/Masquer

    J’arrive à pied ou en voiture, la foule est derrière les barrières, en extase. Je traverse cette haie humaine qui est privée de tapis rouge, je monte les marches tranquille malgré l’importance du jour. Une fois arrivé en haut je me retourne vers les photographes et journalistes, c’est le nirvana.
    Dans cette société du spectacle la passation de pouvoir ressemble au festival de Cannes ou l’on oublie très vite que la méditerranée est le linceul des pauvres . Dans notre beau pays on fait du spectacle à crédit mais c’est normal, après tout on a élu un ancien ministre de “l’économie”.


  6. Theoltd Le 16 mai 2017 à 07h29
    Afficher/Masquer

    Pour le neo libéralisme, le developpement ne peut être que durable. Mais il faut, c’est vrai, de temps en temps une bonne guerre qui permet de remettre les compteurs a zéro. Et pour entrainer les peuples dans les guerres, il y a des gens comme Macron.


  7. isidor ducasse Le 16 mai 2017 à 07h46
    Afficher/Masquer

    Bonjour, M.Macron n’est personnes, il est juste le représentant des oligarques euro-atlantistes, ceux-là mêmes qui nous ont promis le bonheur est la prospérité grâce à l’UE, ceux qui parlaient de “mondialisation heureuse” et dont l’un des représentant visible, M. Attali, a toujours était un proche des présidents Français.
    C’est le néo-libéralisme voulu par les USA, vainqueur le seconde guerre mondiale, vainqueur de la guerre froide. Ils nous l’imposent par la commission européenne à qui nous transférons notre souverainté, et c’est l’Allemagne, grand perdant de la guerre, conquis par les Américains qui en est le gardien économique; la BCE est bien à Francfort.
    M.Macron ne décide de rien c’est une marionnette, et comme le disait De Gaulle : ” les Américains tout ce qu’ils veulent se sont des marionnettes, rien que des marionnettes”


  8. Toff de Aix Le 16 mai 2017 à 08h07
    Afficher/Masquer

    Tout système refusant de voir la réalité en face est condamné à heurter le mur à plus ou moins brève échéance.

    Le dogme de la croissance infinie dans un monde limité, finira comme tous les autres dogmes : dans les poubelles de l’histoire.

    Cet article reste positif : merci à M. Kempf pour cela. Mais personnellement je pense que la capacité globale de réflexion de nos concitoyens est anesthésiée, sinon comment expliquer qu’une telle pantalonnade, l’élection d’un Hollande bis, ait pu avoir lieu sans un sursaut de la société civile ?

    Non, il faut que les choses aillent au bout du bout : tôt ou tard, un événement déclenchera ce qui doit advenir. Le choix est large : bulle financière qui explose, dégringolade généralisée de l’économie financiarisée façon “dominos”, guerre, accident nucléaire majeur, ou peut être une combinaison de tout ça…

    Nous finirons comme l’empire romain, la pollution en plus.


    • BALLEAUCENTRE Le 16 mai 2017 à 10h10
      Afficher/Masquer

      oui toff et dans le prolongement de votre idée, il y a celle qui consiste à entrainer avec soi le bras qui vous noie. Dans cette situation, il vaut mieux s’entrainer à vivre en apnée.


    • Louis Robert Le 16 mai 2017 à 12h00
      Afficher/Masquer

      Comment expliquer?

      La France est tout simplement dépassée par tout cela. “Vieux monde” pitoyable, en effet, avec toutes ces cérémonies absurdes, humiliantes, diffusées en boucles… Image on ne peut plus navrante: extase de masse en présence du Néant.


  9. Lysbeth Levy Le 16 mai 2017 à 08h17
    Afficher/Masquer

    Bah la nouvelle classe politique comme l’ancienne fait dans la “reproduction des élites” rien n’a changé depuis les Capétiens : http://www.capedia.fr/Capedia_Politique.pdf Bon ils ont l’étiquette républicaine, ne se disent pas “de sang royal” mais au fond qu’est-ce qui change ? Pas grand chose, j’avoue n’avoir pas regardé l’intronisation du nouveau Roi, ni assisté à sa parade parisienne dans une voiture militaire (une première !) en lançant aux quelques gueux présents des saluts (vu à la télé entre deux pubs) comme bien des français aucun intérêt pour cette élection …Desaffection totale Macron était déjà adoubé déjà par le CAC 40 et l’Otan en tant que “french-american young leader” alors..Le Roi Hollande est mort vive le Roi Macron.!…


    • Alfred Le 16 mai 2017 à 20h15
      Afficher/Masquer

      En gros d’accord avec vous mais j’ai bien peur que votre image soit un peu une arnaque. Non pas qu’elle ne soit pas vraie mais: 1- dans l’entrelac de nos ascendances nous sommes tous à des degrés divers les descendants du batard d’une cousine par alliance du roi de Sicile. 2- le siège reel du pouvoir s’est déplacé au cours des siècles (la mise à mort des Templiers dans un sens et la révolution dans l’autre en donnent un aperçu) et ce est pas là où cette image le sous entend qu’il faut chercher le pouvoir. Amha.


  10. Alain Coligny Le 16 mai 2017 à 08h29
    Afficher/Masquer

    Constat déjà fait. La seule question est : que faire? comme aurait dit Lénine.
    Nous assistons à une violente riposte de l’oligarchie néo-libérale en Europe suite au Brexit. Elle a mis en œuvre des moyens considérables. Elle a réussi son entreprise de sidération aux Pays-Bas et en France et s’apprête à le faire en Autriche où elle met en scène un clone de Macron, S.Kurz.
    L’opposition au néolibéralisme est divisée: d’un côté, un populisme de droite, même si il ne veut pas être identifié comme tel, de l’autre un populisme de gauche, qui pour le moment ne ne veulent pas s’entendre. On peut imaginer que le populisme de gauche l’emporte en reprenant certains thèmes du populisme de droite, l’inverse ne semble pas fonctionner, voir le résultat de Marine Le Pen. Mélenchon dont le discours a évolué durant cette campagne peut-il le faire? Voilà la question. S’il rentre à l’Assemblée nationale, il peut devenir le chef de l’opposition alors que Marine Le Pen – on ne sait pas si elle sera candidate – ne sera pas élue.


    • reveur Le 16 mai 2017 à 10h25
      Afficher/Masquer

      Frediric Lordon à sur ce sujet définitivement raison


  11. Nerouiev Le 16 mai 2017 à 08h40
    Afficher/Masquer

    Jancovici rappelait à juste titre que tous les avantages sociaux n’étaient possible que par une énergie disponible facile et bon marché à savoir entre autres : les retraites, le chômage rémunéré, les soins de santé, le divorce, etc …. Mais on n’a pas encore découvert une énergie abondante de remplacement, alors elle sera de moins en moins pour le peuple à commencer par une soumission au bénéfice d’une oligarchie issue des banques. Il aurait été préférable de créer ensemble un monde nouveau facilitant les idées et l’innovation car cette oligarchie n’a rien à faire de l’écologie qui passe après son bien-être. Mais Jancovici est aussi un Young Leader ; comprenne qui pourra !


    • stanlolo Le 16 mai 2017 à 16h46
      Afficher/Masquer

      Je n’arrivais pas à me sortir des courbes de Jancovici reliant la croissance et la consommation d’énergie qui avec la réduction des stocks nous prévoyait forcément une décroissance déprimante (surtout pour les investisseurs).
      . Mais maintenant c’est clair ,la solution est là devant nous ,c’est l’éviction !!!
      Dam’ned ! La croissance mais pas pour tout le monde! Voilà donc la solution qu’elle est bonne ! Casques lourds et sacs de sables en hausse à la bourse.


    • Alfred Le 16 mai 2017 à 20h18
      Afficher/Masquer

      Merdalor. Je ne savais pas que jancovici était un young leader. Ça existe les défroqués? (C’est ce que pretend NDA). Bon ça incite à le relire avec cette lanterne allumée.


  12. DUGUESCLIN Le 16 mai 2017 à 08h57
    Afficher/Masquer

    Est-ce que les macrons qui vont être promulgués partout en Europe comme des sauveurs, défenseurs des adorateurs du veau d’or. Ces sauveurs seront-ils capables de donner leur vie pour sauver le dieu de l’argent? Ces sauveurs ne sont certainement pas adorateurs d’un dieu ami des hommes, mais adorateurs d’eux-mêmes et de leur pouvoir.


  13. Yann Amar Le 16 mai 2017 à 10h08
    Afficher/Masquer

    C’est le rocardien Henry Hermand qui fait adopter par Macron l’expression « progressiste » au détriment des notions de « social libéralisme » ou « social réformisme », dont Macron se réclamait dans les premiers temps. Ce changement sémantique est en fait un alignement de planètes destiné à mettre Macron sur la même orbite que les progressistes américains dont John Podesta, relation de Hermand, est le représentant au travers du Center for American Progress (CAP) le think tank « progressiste » qu’il préside. Rappelons que John Podesta a été conseiller spécial de Barak Obama et qu’en 2016, il a été chargé de lnthropies » et travaille depuis de nombreuse années en partenariat avec l’Institut Aspen (think tank neoconservateur américain très bien implanté en Europe et dont le président d’honneur de la section française n’est autre que .. Jean-Pierre Jouyet, le secrétaire général de l’Elysée de F. Hollande et ancien patron d’E. M. à l’inspection des finances).
    Source : https://blogs.mediapart.fr/yvster14/blog/100317/macron-est-il-un-agent-des-usa


  14. Yann Amar Le 16 mai 2017 à 10h11
    Afficher/Masquer

    Suite / Dans la droite ligne de la stratégie de la NED, lors de l élection présidentielles 2007 Jouyet et d’autres fondent le groupe « les Graques », composé d’anciens patrons et de hauts fonctionnaires qui appellent à une alliance gauche – droite entre Royal et Bayrou . Il y entraine Macron. L’objectif est d’appeler la gauche au réveil libéral européen puis prôner deux pôles, l’un conservateur, l’autre social libéral avec les verts et l’UDF. Partisan de l’économie de marché, ils ont saisi la percée de Bayrou pour construire avec lui le pôle social libéral. Bien évidemment leur stratégie est la prise de pouvoir de la gauche libérale au PS et, dans un second temps, le faire imploser. On y est !
    PS : Le National Endowment for Democracy (NED) (en français, Fondation nationale pour la démocratie) est une fondations privée à but non lucratif des Etats Unis, fondée en 1983 conjointement par les républicains et les démocrates (ça ne vous dit rien cette alliance gauche-droite?), bien que son orientation générale soit celle du mouvement néoconservateur. Son objectif déclaré est le renforcement et le progrès des institutions démocratiques à travers le monde. En fait, et vous l’aurez deviné, il s’agit d’un instrument de l’hégémonie américaine. La NED finance de nombreux think tanks dans la monde. Ce sont les chambres de commerce américaines et les multinationales (Chevron, Coca Cola, Goldman Sachs, Google, Microsoft etc.) qui abondent son budget.


  15. Yann Amar Le 16 mai 2017 à 10h11
    Afficher/Masquer

    Macron et Philippe sont tous les 2 lauréats de la même promotion de Young Leaders de la French-American Foundation (2012) et l’un et l’autre sont passés par le Bilderberg (Macron en 2014 et Philippe en 2016)


    • Lysbeth Levy Le 16 mai 2017 à 18h46
      Afficher/Masquer

      Oui la NED une pépinière de futurs agents de l’Empire américain crée par Reagan en vue d’avoir ces “agents” évidemment au service unique de leurs intérêts. Voilà pourquoi le projet “Europa” avec l’Allemagne comme leardership et l’Otan comme bras armé part à la conquête de l’Europe de l’est post-soviétique et de l’Eurasie. A l’image de l’Empire romain les Usa pays exceptionnaliste veux durer le plus longtemps possible, fort de leurs “proconsuls” tenu en laisse par les salaires mirobolants, les honneurs, le prestige d’appartenir à l’élite mondiale. Evidemment bien avant la NED née en 1985 il y a eu la longue liste des “boursiers Fullbrigt” IVP : http://www.alliance-exchange.org/sites/default/files/1%20Appropriations%20overview%20-%202011-12%20FINAL.pdf combien d’hommes politiques français ont participé à ces “échanges” d’élèves ?? En tout cas Sarkozy en a été “un” d’IVP Fulbright avec quel résultat ? French american Young Leader ? On accuse certains d’êtres des agents de Moscou


  16. Catherine Le 16 mai 2017 à 10h19
    Afficher/Masquer

    Oh oui ! le vieux monde…

    Edouard Philippe est choisi de longue date par le “système”.

    De surcroît E Philippe parle parfaitement l’allemand. Pas anodin.

    En juin 2016 il est invité du groupe Bilderberg (et sa branche européenne, la Trilatérale).

    Comme le répondait Fillon qui y fut invité il y a quelques années à Ph De Villiers qui lui demandait ce qu’il y foutait :

    “Que veux-tu, c’est eux qui nous gouvernent”.

    Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est le Bilderberg, ici une excellente présentation, extraordinairement conforme en tous points à la situation actuelle par le fameux journaliste Yves Mourousi lors d’un JT de TF1 il y a des 40 ans …:

    http://www.dailymotion.com/video/x285yg2_tf1-1977-mourousi-parle-du-bilderberg_news


  17. Cedric Le 16 mai 2017 à 11h22
    Afficher/Masquer

    Le vieux monde ? Oui pour la corruption
    Notre 1er ministre est déjà très sale http://www.observatoire-du-nucleaire.org/spip.php?article330
    Non pour la puissance de feu de ces gens
    http://yetiblog.org/index.php?post/2444 Bildeberg derrière nos 2 compères
    les young leaders aussi https://frenchamerican.org/youngleadersclasses voir année 2012.
    C’est étrange voilà encore 2 ou 3 ans personnes ne connaissaient ces 2 personnages pourtant bien implantés dans les organisations transnationales. On nous prend vraiment pour des jambons


  18. Louis Robert Le 16 mai 2017 à 11h49
    Afficher/Masquer

    “Pour grimper rapidement, M. Macron a adopté les idées de ses parrains. Ou étaient-ce les siennes? Peu importe… recruté en 2007 dans (la) “Commission pour la libération de la croissance”. ”

    ***

    Bientôt la Libération! “WANNACRY”? Là-dessus, c’est bien, nous ne connaîtrons pas l’austérité.


  19. fougnard Le 16 mai 2017 à 12h10
    Afficher/Masquer

    à Ribouldingue :
    Avec le libéralisme, le problème n’est pas : qu’allons nous laisser derrière nous ? Mais bien plutôt, ainsi que le disait Jaime Semprun : “à quels enfants allons nou slaisser le monde ?”. En effet, la marche en avant est nécessaire au libéralisme pour qu’il ne s’écroule pas. Il doit s’étendre sur toutes les terres et plonger plus profondément dans toutes les têtes. C’est bien ce qui se passe. Macron en est l’illustration la plus cohérente, et une des plus dangereuses.


  20. pipo Le 16 mai 2017 à 13h09
    Afficher/Masquer

    “Et même si la chance a largement joué son rôle – la faillite de François Fillon, la déliquescence plus rapide que prévue du Parti socialiste”
    “M. Macron n’a pas gravi la montagne à la force de son seul poignet. Massivement soutenu par tous les médias des dominants”
    “il n’a pas gagné à la loyale”
    “de plus en plus de gens ne supportent plus le chantage qui nous est imposé”
    “la capacité à s’engouffrer dans les opportunités est un talent que tous n’ont pas.”

    Ensuite on a toute la liste des aberrations de sa politique.

    “on ne gravit pas aussi rapidement les échelons de la pyramide du pouvoir si l’on n’est pas doté de qualités exceptionnelles.”

    Mr Hervé Kempf, si avoir de la chance, être soutenu par des tricheurs (médiatiques et autres), grâce au mensonge (pour votre bien), être opportuniste, avoir ou servir des idées aberrantes, imposer ses idées à une majorité de gens qui n’en veulent pas, fait de vous quelqu’un d’exceptionnel alors ne vous étonnez pas du résultat.


    • Vjan Le 16 mai 2017 à 19h58
      Afficher/Masquer

      Pipo, je crois qu’il s’agit d’ironie dans le billet de Hervé Kempf : “les différentes formes du contraire et partiellement du ridicule sont mises en scène”.


  21. Catalina Le 16 mai 2017 à 16h17
    Afficher/Masquer

    Oui mais nous sommes dans la manip sémantique, “apporter la démocratie”=apporter le chaos et “avoir des qualités exceptionnelles”= etre un obsequieux empli de vide


  22. geedorah Le 16 mai 2017 à 18h18
    Afficher/Masquer

    on ne gravit pas aussi rapidement les échelons de la pyramide du pouvoir si l’on n’est pas doté de qualités exceptionnelles. Et même si la chance a largement joué son rôle – la faillite de François Fillon, la déliquescence plus rapide que prévue du Parti socialiste -, la capacité à s’engouffrer dans les opportunités est un talent que tous n’ont pas.

    ces qualités sont expliquées par M minc
    https://www.youtube.com/watch?v=4R7umaZ_wrc&feature=youtu.be
    pas de quoi être impressionné (bah oui dsl..)

    par contre le milieu qui l’entoure et l’aide, ça c’est autre chose !!! et c’est bien la que l’on mesure son meilleur talent, se vendre comme il faut (pute disait minc me semble t il) à ceux qui peuvent influencer tout un peuple (une grosse partie en tout cas), y a plein de commerciaux qui feraient aussi bien ( a mon grand regret)


  23. Pierre Kiroul Le 16 mai 2017 à 18h56
    Afficher/Masquer

    En lisant les commentaires, je me demande bien qui a pu veauter pour Monsieur E. Macron.
    C’est pas les jeunes c’est certain, ce n’est non plus les vieux, les moins jeunes et les moins vieux non plus.
    Bizarre !


    • tepavac Le 17 mai 2017 à 00h03
      Afficher/Masquer

      Essentiellement les secondes et troisièmes générations venant des “territoires” de l’est et du centre de l’Europe.

      Rien de malfaisant dans cette démarche, qui regroupe aussi les “enfants” de mariages mixtes, c’est juste un besoin naturel de pas se sentir étranger ou discriminé dans l’espace Européen.
      Je pense que nous partageons tous, peu ou prou ce sentiment, ou le comprenons-nous aisément.

      Pourtant une chose m’échappe, comment font-ils pour ne pas s’apercevoir, que “l’Europe” qu’ils chérissent, n’est pas celle qui se forme???


    • Antoine Le 17 mai 2017 à 13h16
      Afficher/Masquer

      Peut-être que les commentateurs, ici, sont presque tous sortis de cette minorité qui a votè blanc ou nul, en croyant être constructifs et lucides, après avoir voté Mélenchon, en croyant comme lui que la mer (verte mais seulement sous le soleil et les nuages) est notre salut. J’en suis entouré ici en Bretagne; ils semblent oublier que le marin trop souvent ne revenait pas de son si dur métier, et s’il ne s’y était pas noyé jouait sa chance dans un autre liquide. Personnellement je crois que l’énergie est inépuisable (E=MC2) et que donc la croissance l’est également à condition de faire moins confiance aux prophètes de malheur et aux… banquiers mais beaucoup plus aux scientifiques et aux entrepreneurs (les vrais pas les polytechniciens qui prennent leur place) mais aussi aux écrivains, aux musiciens, aux peintres, aux poètes etc… qui savent créer de la richesse avec leur seul cerveau, les anglais n’ont-ils pas il y a peu, augmenté leur PIB en y comptant le chiffre d’affaire de la… prostitution.
      J’ajoute que personnellement je n’ai pas non plus voté Macron, entre la peste et le choléra j’ai choisit de… perdre l’élection mais pas la santé…


  24. sainsaulieu gerard Le 16 mai 2017 à 19h27
    Afficher/Masquer

    Autour de moi la classe moyenne aisée, encore aisée se félicite de l’élection de Macron. Enfin un homme jeune dynamique et averti du monde des affaires, va succéder à des politiciens professionnels hautement décevants voire malhonnêtes. ils vont donc renforcer leur choix en votant pour “en marche”. Et nous allons nous rester sur les mauvaises impressions laissées par la déception de JLM. Non, nous devons nous montrer plus rusés. A ces jeux là, la candeur ne paie pas. Montrons nous sous des aspects qui rassurent. Evitons les tons brutaux. La franchise ne paie pas;, rusons.


    • Alfred Le 16 mai 2017 à 20h45
      Afficher/Masquer

      La ruse marche si nous sommes organisés et moins visibles. Ici rien n’est possible nous sommes à la fois visibles et non visibles les uns pour les autres. Tôt ou tard ce site fermera et une belle opportunité aura été gâchée pour des milliers de provinciaux qui ne peuvent se rendre aux rendez vous Parisiens.


  25. Thierry Le 16 mai 2017 à 22h45
    Afficher/Masquer

    On aurait pu avoir un duel Macron-Mélenchon, ou LePen-Mélenchon, si ce dernier avait participé à la primaire de la gauche.
    Mais il n’a pas voulu. Il ne voulais sans doute pas gouverner mais être dans la position bien plus confortable de chef de l’opposition.

    Mais ne doutons pas que, si JLM avait été au pouvoir, Kempf aurait été, comme d’habitude, contre les 18000 éoliennes ‘industrielles’ du programme énergetique de Mélenchon.


  26. marc Le 16 mai 2017 à 23h02
    Afficher/Masquer

    “…et l’on construira 15.000 places de prison.

    Tout cela n’est guère encourageant.”

    ça si, c’est bien.


  27. christian gedeon Le 17 mai 2017 à 12h54
    Afficher/Masquer

    Bon,çà n’ a pas plu mon truc,mais je réitère…l’électeur a été trop lâche pour renverser la table,mener à une crise,que ce soit par Mélenchon ou Le Pen et faire changer les paradigmes…je tiens pour directement responsables tous ceux qui ont appelé à voter blanc ou nul…et donc pour la poursuite de la situation actuelle sans même la possibilité d’une crise…foin des explications anti fascistes ou si çà avait été Mélenchon anti rouge. Les votes blancs et nuls ont conforté une situation qui devient chaque jour plus inégale.A tous ceux qui ont voté blanc et nul,je dis fermement qu’il n’ont plus qu’un seul droit aujourd’hui…et ils savent duquel je parle.Pleurnichez donc maintenant…


    • Vjan Le 17 mai 2017 à 13h52
      Afficher/Masquer

      À tous ceux qui ont voté blanc et nul, je dis fermement qu’ils en ont le droit et qu’ils en ont librement usé.
      Christian Gedeon, comment pouvez-vous pleurer sur les inégalités et dans le même temps, vouloir que tout le monde pense et vote comme vous ?


      • christian gedeon Le 18 mai 2017 à 01h54
        Afficher/Masquer

        Librement donc,avec comme conséquence que rien ne changera.Donc iinutilement,en fait.Un beau gouvernement de centre droit,avec de nouvelles têtes,Bayrou,Le Drian,Lemaire,Collomb,que des perdreaux de l’année,quoi!


        • Narm Le 18 mai 2017 à 23h02
          Afficher/Masquer

          que des perdreaux de l’année,quoi!

          de centre rien du tout.
          C’est juste pour faire passer le temps et les législatives

          Ensuite faire ce pour quoi il a été mis là.


  28. Sébastien Le 17 mai 2017 à 15h46
    Afficher/Masquer

    Remarquable: il y a à peine cinq ans, quand vous écriviez ce genre d’article, vous étiez automatiquement (??!!) qualifié de complotisme et d’extrême-droitisme. Aujourd’hui, à part des personnes qui vivent dans un déni de réalité quasi-maladif, ce sont des analyses partagées (je n’irai pas jusqu’à parler de consensus, mot-valise à éviter) par la plupart des gens dits “raisonnables”, donc de “gauche” (mon dieu que les mots sont devenus pesants).
    Faut-il aller jusqu’à conclure que les complotistes-extrêmistes (je vous fait un paquet-cadeau pour emporter?) avaient raison?
    Je n’ose admettre cette horrible réalité.


  29. petouille Le 18 mai 2017 à 17h15
    Afficher/Masquer

    “Ce serait Fillon ou Macron. Fillon tombant à l’eau, ce fut Macron.” non pas tout à fait, c’était plutôt Juppé ou Macron …. Fillon n’était pas vraiment prévu dans le casting , souvenez vous des “unes” unanimes de la presse avant les primaires de la droite ..


  30. vinel Le 22 mai 2017 à 00h22
    Afficher/Masquer

    Je ne crois pas que l'”affaire” Fillon soit un accident.Il s’est présenté et maintenu en contradiction avec un autre groupe qui poussait Macron.
    Ce dernier vient de loin et dans l’ombre.
    Hollande s’est soumis au dictat et à entrainé et préparé Macron dans la sphère publique afin de le faire connaitre.
    Depuis le mois de janvier je pronostiquais que le FN ne serait pas au pouvoir tellement la pression sur l’électorat était forte (10 journaux nationaux acquis par des milliardaires) présentaient le FN le plus négativement possible et Macron sans programme comme la merveilleuse solution,regardez comme il est jeune.
    L’élite financière à gagné!La suite ,c’est l’ultra libéralisme avec l’augmentation des dividendes…et le chômage maintenu…mais il peuvent aussi modifier le comptage!


Charte de modérations des commentaires