Source : Reuters, le 26/01/2016

ILe ministre de la Défense, Moshe Ya'alon, fait un signe de la main tandis qu'il s'adresse à une assemblée au cours d'un débat dont le thème était :

ILe ministre de la Défense, Moshe Ya’alon, fait un signe de la main tandis qu’il s’adresse à une assemblée au cours d’un débat dont le thème était : “Un partenariat Israël-Inde au 21ème siècle ?” – New Delhi, 19 février 2015

REUTERS/ADNAN ABIDI

Le ministre de la Défense israélien a déclaré mardi que les militants de l’État Islamique avaient été financés avec de “l’argent turc”, une affirmation qui pourrait faire obstacle aux tentatives de réconciliation entre les deux pays après des années d’aliénation.

“Il incombe à la Turquie, au gouvernement turc, à la direction turque, de décider si c’est leur volonté d’intégrer une forme de coopération pour combattre le terrorisme. A cette heure, ce n’est pas le cas,” a déclaré Moshe Yaalon aux journalistes à Athènes.

“Comme vous le savez, cela fait très longtemps que Daech (l’État Islamique) profite de l’argent turc en échange de pétrole. J’espère que cela va prendre fin,” a encore dit aux journalistes Yaalon, un ancien chef des forces armées de droite, après sa rencontre avec son homologue grec, Panos Kammenos.

La Turquie a nié avoir autorisé la contrebande de pétrole par le groupe militant islamiste qui détient des portions de territoire en Syrie et en Irak. Les États-Unis ont rejeté le mois dernier les allégations russes selon lesquelles le gouvernement turc et la famille du président Tayyip Erdogan étaient de connivence avec l’État Islamique dans la contrebande du pétrole.
Cependant, Mark Toner, le porte-parole du Département d’État, a dit le mois dernier que l’ÉI vendait du pétrole à des intermédiaires qui à leur tour le passaient en contrebande par la frontière en Turquie.

Yaalon a également dit, d’après une transcription fournie par le ministère de la Défense grec, que la Turquie avait “autorisé les djihadistes à aller et venir d’Europe en Syrie et en Irak, dans le cadre du réseau terroriste de Daech, et j’espère que cela aussi va cesser.”

Les efforts d’Israël et de la Turquie pour normaliser leurs relations ont essuyé un revers ce mois-ci lorsque le ministre des Affaires étrangères turc Mevlut Cavusoglu a déclaré qu’il n’y avait pas eu d’accord sur les demandes de compensation d’Ankara pour la mort de 10 militants turcs à bord d’un bateau d’aide humanitaire en 2010 ni sur la fin du blocus de Gaza par Israël.

De hauts responsables israéliens et turcs se sont rencontrés en décembre pour tenter d’améliorer les relations entre les deux pays, donnant l’espoir de voir des progrès dans les négociations pour l’importation de gaz naturel israélien, surtout maintenant que les relations de la Turquie avec la Russie ont empiré dans le contexte du conflit syrien.

(Rédigé par Michele Kambas et Paul Taylor ; édité par Gareth Jones)

Source : Reuters, le 26/01/2016

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

12 réponses à Selon un ministre israélien, l’ÉI “a bénéficié de l’argent turc en échange de pétrole”

Commentaires recommandés

Alain Le 18 mars 2016 à 07h13

Et il me semble qu’il a été prouvé la complicité israélienne dans ce trafic puisque le pétrole passait par Haïfa. De l’eau dans le gaz (ou plutôt dans le pétrole) entre trafiquants ?

  1. theuric Le 18 mars 2016 à 01h32
    Afficher/Masquer

    Chacun tisse avec chacun ses fils d’amitié, aussi d’inimitié, sans prendre le temps de contempler au-delà des certitudes d’époque.
    La Turquie éperdue d’une solitude venant de ses ruses fragiles tente vainement de s’accrocher à son couchant en l’y étouffant de pauvres hères fuyant guerres et famines, ainsi l’homme malade creuse encore plus le trou de ses futurs malheurs.
    Grèce et Israël, ces deux presque voisins, se réchauffent ensemble du courage qu’il faut de contempler en vain leur pilier disparaître au-delà d’Atlantique, puis larmes séchées, tournent leur regard par-delà la Mer Noire.
    L’Allemagne, l’Italie, se noient, comme d’autres, de leurs vieux dont ils ne savent plus que faire.
    La France trépigne de se vouloir ruades, mais n’ose encore pas de se laisser aller, quand le Royaume-Uni, lui, rêve de naviguer de sa si belle ile mais se plie encore à la puissance U.S., tous deux désirant au secret de leur âme de reprendre la main de leur destinée, liées pour toujours en condition commune, voilà un bientôt mariage de toutes les chicaneries.


  2. Alain Le 18 mars 2016 à 07h13
    Afficher/Masquer

    Et il me semble qu’il a été prouvé la complicité israélienne dans ce trafic puisque le pétrole passait par Haïfa. De l’eau dans le gaz (ou plutôt dans le pétrole) entre trafiquants ?


    • Homère d'Allore Le 18 mars 2016 à 12h06
      Afficher/Masquer

      Auriez-vous des sources sur ce passage par Haïfa ?


      • Anne Le 18 mars 2016 à 18h29
        Afficher/Masquer

        Le Financial Times 23 août 2015,”Israel turns to Kurds for 3/4 of its oil supply”.
        Haaretz à peu près le même titre le jour suivant.

        Donc provenance de pétrole bon marché depuis les zones en guerre du Kurdistan irakien.


        • Astatruc Le 18 mars 2016 à 23h37
          Afficher/Masquer

          Le Kurdistan est une entité fédérale , il a le droit de vendre du pétrole.


  3. Odile Le 18 mars 2016 à 07h34
    Afficher/Masquer

    Étonnant. Les combattants “rebelles” se font soigner dans le Golan sous contrôle israélien. On a vu Netanyaou à leur chevet… Depuis que l’ONU a quitté la zone, ce sont ces individus qui la sillonnent. Cela n’a pas du tout l’air de gêner Israël.


  4. Ivan Le 18 mars 2016 à 08h59
    Afficher/Masquer

    Hypocrisie complète de la part d’Israël qui est la principale destination du pétrole de contrebande depuis la Turquie qui couvre 75% des besoins israéliens :
    link to arretsurinfo.ch


  5. cyril Le 18 mars 2016 à 09h38
    Afficher/Masquer

    ce n’est pas dans des hopitaux israelien que les mecs de l’EI vont se faire soigner? ce n’est pas par israel que le petrole transite? non content de n’etre que des laches persecutant des femmes et des enfants ( face a des hommes,l’armee israelienne,ce sont des playmobiles,voir en 2006 contre le hezbollah ),ce sont des hypocrites. montrant du doigt les autres pour masquer leur propre combine,c’est pathétique.


  6. Lt Anderson Le 18 mars 2016 à 09h45
    Afficher/Masquer

    Ça devient n’importe quoi cette histoire… Comment voulez-vous que le commun des mortels s’y retrouve?


  7. Chris Le 18 mars 2016 à 14h34
    Afficher/Masquer

    Le grand absent de toutes ces gesticulations :
    26.12.2013 – Gaz et pétrole: la Syrie signe un accord avec la Russie
    link to affaires.lapresse.ca
    Les récentes découvertes en Méditerranée permettent d’évaluer les réserves de gaz à 38 000 milliards de pieds cubes. Selon la revue Oil and Gaz Journal, la Syrie possèderait les plus grandes réserves prouvées de pétrole de la Méditerranée, avec 2,5 milliards de barils, soit les plus importantes de tous les voisins à exception de l’Irak.
    Selon la même revue, à la fin 2012, les réserves de gaz naturel prouvées se montaient à 8500 milliards de pieds cube.


  8. Crapaud Rouge Le 18 mars 2016 à 18h03
    Afficher/Masquer

    Ça lui va bien, à Israël, de taper sur la Turquie quand on sait comment elle tape sur les Palestiniens. Les Israéliens n’ont pas leur pareil pour soigner leur image de marque à l’international, ils ne ratent pas une occasion.


  9. clauzip 12 Le 19 mars 2016 à 16h20
    Afficher/Masquer

    Comment Israel peut il rester étranger à ce qui se passe au moyen -orient?
    Nul doute que cette accusation venant d’un militaire qui ne peut me semble tel engager un gouvernement,est destinée à faire un contre beuss.
    Je serais curieux de connaitre le nombre d’émigrés fuyant le conflit en Syrie hébergés par l’état hébreux?
    Le nombre d’interventions” secrètes”pour les USA les quantités d’hydrocarbures importsés?


Charte de modérations des commentaires