Les Crises Les Crises
16.mars.201616.3.2016 // Les Crises

[Traduction exclusive] Bellingcat : l’usine à bobards par Bryan Hemming

Merci 1
J'envoie

Source : OffGuardian, le 28/02/2016

dead-cats

Il y a eu deux nouveaux développements dans le rapport d’enquête criminelle tant attendu du MH17 au cours des deux dernières semaines. Quoique vous puissiez avoir lu au sujet de l’un, vous avez probablement beaucoup moins entendu parler de l’autre – plus important.

Ce que l’on pourrait voir comme un rapport provisoire dans le progrès de l’enquête criminelle sur la chute du MH17 n’a pas été annoncé à une grande conférence de presse, les titres des grands journaux ne s’en sont pas davantage emparés. Signé par Fred Westerbeke, le procureur hollandais, chef de l’équipe internationale d’investigation (JIT) qui enquête sur le MH17, le rapport a pris la forme d’une lettre envoyée aux membres de la famille des victimes.

Mais toutes les familles n’ont pas reçu la lettre. Dans ce qui a toutes les apparences d’être un geste incroyablement insensible et vindicatif, Denise Kenke, la fille de Willem Grootscholten, une des victimes de la tragédie, n’a pas entendu parler du rapport provisoire non plus. Pas de première main, au moins.

Mlle Kenke est la seule parente des victimes qui a déposé une plainte contre le gouvernement de l’Ukraine pour négligence coupable devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme (ECHR). Un dossier de 11 pages a été déposé dès le 17 novembre 2014. Et si c’est une autre chose dont vous n’avez pas entendu parler dans les grands journaux, ce pourrait être parce que l’ECHR a imposé un blackout sur tous les détails de la plainte, ce qui interdit aussi l’accès au site web.

On pourrait vous pardonner de penser qu’une interdiction d’information sur une affaire si médiatisée aurait poussé les journaleux britanniques à s’associer pour aller au fond de l’affaire. Mais non, ils y ont montré aussi peu d’intérêt qu’à la lettre de Fred Westerbeke.

IL EST TEMPS DE SORTIR UN BOBARD

Cela ne veut pas dire que deux des principaux bonimenteurs britanniques n’ont rien relayé sur le MH17 cette semaine. L’Independent et le Guardian ont publié tous les deux des histoires vendredi 24 février. Et, par une étonnante coïncidence, les deux histoires étaient centrées sur le rapport officieux, complètement différent.

Elles étaient si semblables, les histoires mitonnées par Lizzie Dearden et Alec Luhn, qu’elles auraient pu être écrites par les jumeaux du pays des Merveilles, Tweedledum et Tweedledee. Non seulement elles sont toutes les deux centrées sur le rapport de Bellingcat sur le MH17, publié la semaine suivant la lettre de Westerbeke, mais elles paraissent toutes les deux le même jour, à quelques heures l’une de l’autre. Et surprise, surprise, toutes les deux soutiennent l’accusation de Bellingcat que la Russie était derrière le crash de l’avion. Mais la vraie surprise est qu’aucun des deux médias ne mentionne que la lettre de Westerbeke ne manque pas d’écarter la “preuve” rebattue contenue dans le rapport Bellingcat, bien que le Guardian se réfère à cette lettre. Ou peut-être n’est-ce pas une surprise du tout.

“Le 26 décembre 2015, Bellingcat a soumis un projet de rapport au JIT. Le rapport a été constitué en utilisant des médias sociaux et d’autres sources Internet publiques, y compris des informations sur les membres d’une unité militaire russe disposant peut-être, selon Bellingcat, d’un système de missiles BOUK en Ukraine.”

Fred Westerbeke

Au total, Westerbeke ne mentionne pas moins de huit fois nominalement Bellingcat dans sa lettre, même si c’est seulement pour conclure en fin de compte que le rapport était un ramassis d’âneries.

“Aucune preuve d’engagement direct de membres de cette unité dans la destruction du MH17 ne peut être tirée du rapport de Bellingcat.”

Fred Westerbeke

Ce n’est pas ce que vous auriez supposé en lisant Tweedledum and Tweedledee. Le rapport de l’Independent commence avec ce petit aperçu.

“Le système de missiles utilisé pour abattre le vol MH17 de la Malaysia Airlines a été transporté en Ukraine par des soldats russes disposant d’une autorisation “de haut niveau”, affirme un nouveau rapport.”

Lizzie Dearden

Afin de ne pas être dépassé, dans le bric-à-brac du Guardian, Alec Luhn choisit de mélanger la lettre de Fred Westerbeke avec le rapport de Bellingcat, afin de gagner plus de crédibilité, très curieusement.

“Le responsable de l’enquête sur le MH17, Fred Westerbeke, a dit aux familles des victimes, dans une lettre, la semaine dernière, que trouver et poursuivre les responsables “pourrait prendre beaucoup de temps”. Mais le nouveau rapport augmente la probabilité que “justice pourra être rendue”, a dit au Guardian Eliot Higgins, le chef de Bellingcat. Bien que les noms aient été changés et les visages floutés dans le rapport public, les identités ont été fournies dans une version donnée aux procureurs hollandais en décembre.”

Alec Luhn

Tout ceci malgré le fait que Fred Westerbeke cherche à souligner – c’est en partie sa raison d’envoyer la lettre -– son intention de convaincre les membres des familles de victimes qu’ils auraient tort de croire que des preuves comme celles de Bellingcat sont assez solides pour être utilisées dans une cour de justice.

“Récemment, le ministre hollandais de la Sécurité et de la Justice a informé la Chambre basse de données radar et satellite, de la recherche collective Bellingcat et des capacités de poursuites judiciaires. Les mêmes questions sont aussi discutées lors d’une audition publique dans la Maison. J’ai remarqué que parmi les membres des familles des victimes il y a toujours des interrogations à ce sujet.”

Fred Westerbeke

Malheureusement, des parties de la traduction anglaise du hollandais original sont très médiocres. Néanmoins, pour les journalistes de l’Independent et du Guardian totalement mal informer leurs lecteurs en répétant la preuve non reconnue présentée dans le rapport de Bellingcat n’est rien moins que méprisable.

Pour lire les articles complets de l’Independent et du Guardian suivre les liens : MH17: Buk missile system used to down plane ‘transported to Ukraine rebels by Russian soldiers’, report claims et MH17 report identifies Russian soldiers suspected of downing plane in Ukraine.

A en juger par la traduction, il apparaît certain que la lettre de Westerbeke a été bricolée à la hâte. Au lieu de prendre le “rapport” Bellingcat au sérieux, des journalistes auraient dû se demander pourquoi un procureur aussi expérimenté que Westerbeke a ressenti le besoin urgent d’aborder des questions au sujet de l'”étude” Bellingcat pour lesquelles il a remarqué que certaines familles sentaient qu’on ne leur avait pas répondu correctement.

Très probablement, cela était dû à une véritable préoccupation pour ces familles, parce qu’elles avaient été bombardées de contradictions, mensonges et désinformation pendant les dix-huit derniers mois. Les références mentionnant Bellingcat spécifiquement – par opposition à d’autres sources – suggèrent qu’il y avait des informations indiquant qu’Eliot Higgins était sur le point de sortir sa ‘preuve’ prématurément et que Westerbeke a décidé de l’anticiper. La douleur générée par la lecture d’un autre paquet de désinformation produit par l’usine à bobards pourrait causer beaucoup de détresse inutile.

Westerbeke peut avoir supposé que des journalistes expérimentés se rendraient compte qu’il ne fait pas partie de ses attributions de juger si les conclusions auxquelles Eliot Higgins aboutit à partir de sa propre preuve biaisée sont vraies ou fausses. Le travail de l’équipe d’enquête internationale est de déterminer quels éléments de preuve sont recevables devant une cour de justice, et ce qui est le mieux à même de conduire à une action judiciaire réussie, si jamais les coupables étaient identifiés et traduits en justice.

La recherche collective Bellingcat, ou quel que soit le nom qu’il se donne aujourd’hui, vaut à peine plus qu’une conspiration à la noix de néo-con exploitée par les services de renseignement occidentaux pour répandre la désinformation.

Ce qui est particulièrement méprisable dans les histoires du Guardian et de l’Independent est qu’aucune ne montre aucun respect pour les familles des victimes. Les journalistes concernés n’ont même jamais pris en compte que jeter un autre bobard sur la table pourrait affecter leurs sentiments.

Mais à travers le brouillard de mensonges, de propagande et de confusion créés autour du MH17, une chose devient parfaitement claire, l’équipe internationale d’investigation chargée d’enquêter sur le crime est sous pression croissante pour rendre le verdict ‘juste’, qui est que la Russie endosse le crash. Bellingcat est simplement un outil de plus utilisé pour appliquer cette pression. Le fait que les journalistes du Guardian et de l’Independent se permettent aussi maintenant d’être utilisés comme des outils devrait être un motif de grande préoccupation pour nous tous.

Liens pour aller plus loin

Global Research: European Court of Human Rights Refuses MH17 Victim’s Case against Ukraine Government, Imposes Secrecy Blackout on Evidence by John Helmer.

Global Research: The Malaysian MH17 Crash Investigation: Dutch Safety Board (DSB) Prepares “Missile Attack On Moscow” by John Helmer.

Consortium News: Here’s what Robert Parry has to say about Bellingcat.

Source : OffGuardian, le 28/02/2016

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

 

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications