Conférence du 2 mars 2016 à Genève

Cette table ronde a pour objectif de se pencher sur la désinformation dans les médias quand ils traitent des conflits contemporains. M. Gyula Csurgai présentera les composantes et caractéristiques de la désinformation. M. Arnaud Dotézac parlera des nouvelles formes du mensonge d’Etat et Mme Hélène Richard-Favre fera le point sur l’information et la propagande. (Source : Club suisse de la presse)

Intervenants:

M. Gyula Csurgai

Directeur de l’Institut d’Etudes Géopolitiques de Genève

Composantes et caractéristiques de la désinformation

M. Arnaud Dotézac

Directeur des rédactions – Market magazine

Les nouvelles formes du mensonge d’Etat

Mme Hélène Richard-Favre

Ecrivain

Information et propagande

Modérateur : M. Guy Mettan

Directeur du Club Suisse de la Presse

club-suisse

37 réponses à [Vidéo] Désinformation, Media et Conflits Contemporains

Commentaires recommandés

DUGUESCLIN Le 19 mars 2016 à 05h30

Tous les pouvoirs mentent, ou omettent de dire la vérité. Bon d’accord, cela existe depuis toujours comme un moyen de gouvernance.
Mais la propagande, qui s’appuie sur le mensonge, est, entre autre moyen, l’art d’inclure une affirmation non discutée dans la question. Comparable à un axiome en mathématiques qui n’a pas besoin d’être démontré, et admis comme évident. Madame Hélène Richard-Favre, à propos de la Russie, le fait bien ressortir avec un titre de débat qui induit une affirmation “Poutine est-il un dictateur”? La question aurait pu être: “Poutine est-il un bon président pour son peuple”?
La vraie question est dans le but de tel ou tel mensonge, de telle ou telle affirmation, pour obtenir quoi? Le mensonge a un but.
Ce qui permettrait, en recherchant le but du mensonge, d’ouvrir le débat et de conserver un peu de liberté, celle du choix par rapport à ce but et non par rapport à l’affirmation induite ou au mensonge lui-même.

  1. DUGUESCLIN Le 19 mars 2016 à 05h30
    Afficher/Masquer

    Tous les pouvoirs mentent, ou omettent de dire la vérité. Bon d’accord, cela existe depuis toujours comme un moyen de gouvernance.
    Mais la propagande, qui s’appuie sur le mensonge, est, entre autre moyen, l’art d’inclure une affirmation non discutée dans la question. Comparable à un axiome en mathématiques qui n’a pas besoin d’être démontré, et admis comme évident. Madame Hélène Richard-Favre, à propos de la Russie, le fait bien ressortir avec un titre de débat qui induit une affirmation “Poutine est-il un dictateur”? La question aurait pu être: “Poutine est-il un bon président pour son peuple”?
    La vraie question est dans le but de tel ou tel mensonge, de telle ou telle affirmation, pour obtenir quoi? Le mensonge a un but.
    Ce qui permettrait, en recherchant le but du mensonge, d’ouvrir le débat et de conserver un peu de liberté, celle du choix par rapport à ce but et non par rapport à l’affirmation induite ou au mensonge lui-même.


    • DUGUESCLIN Le 19 mars 2016 à 05h57
      Afficher/Masquer

      Vous vous interrogez sur la question de savoir si le Président Poutine est un dictateur (ou non). Bien! c’est votre droit. Mais quels sont les éléments qui vous amènent à cette interrogation? Présentez-les, nous les vérifierons.
      Après vérification, si rien dans la pratique ou dans les faits ne donnent de raisons à cette question, pourquoi la posez-vous? Quel est votre but? C’est le but qu’il est intéressant de dévoiler.
      Tout cela pour dire que la propagande et le mensonge ont un but non avoué ou caché derrière de faux bons ou vrais sentiments. Mais si votre but est dévoilé nous pouvons y adhérer ou nous y opposer.
      Il y a ceux qui mentent pour dominer le monde et ceux qui mentent pour se défendre et qui n’ont peut-être pas d’autre choix. Dévoiler le but ou la finalité du mensonge permet de conserver un peu de liberté, celle du choix.


      • DUGUESCLIN Le 19 mars 2016 à 06h10
        Afficher/Masquer

        Au choix de titre ; “Poutine est-il un dictateur”, il y a l’association : Poutine/dictature.
        Voici un autre choix de titre : “Les informations sur la Russie sont-elles mensongères”, il y a l’association : information/mensonge.


        • Parousnik Le 19 mars 2016 à 10h44
          Afficher/Masquer

          Vous avez raison… Obama est-il un dictateur ? Hollande est-il un dictateur ? Le régime libéral est-il une dictature servie par des intérims dont les cdd ont une durée de 5 ans renouvelable une fois… en ce qui concerne le Président. L’UE est elle une dictature dont la commission qui “décide et impose” n’est pas élue par les peuples ?


          • Hélène Richard-Favre Le 19 mars 2016 à 15h38
            Afficher/Masquer

            Si jamais, voici le sujet de mon blog où j’ai présenté et relayé l’émission:

            http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/02/03/vladimir-poutine-en-ligne-directe-252579.html


            • vincent Le 20 mars 2016 à 23h25
              Afficher/Masquer

              Vous avez bien du courage, et comme je vous comprends; Je vous rejoins dans ce que vous avez dit durant la conférence, j’ai aussi ce sentiment, puisque évidemment j’essaye de relater les faits avec plus d’honnêteté possible je suis accusé d’être pro dictateur. Dans le pays de Descartes c’est un comble d’être incapable de suivre sa méthode pour atteindre la vérité.


        • vincent Le 19 mars 2016 à 21h00
          Afficher/Masquer

          J’ai eu des conversations avec des professeurs de philosophies enseignant la fondation du savoir de Descartes, Pour eux Poutine est un dictateur, preuve les “pussy riot” ont été enfermée, même si il les a amnistié, ils restent sur leur positions “elles ont fait de la prison, en france cela n’aurait pas été le cas” Pas sûr.

          Pour Bachar El Assad et Poutine. ils soutiennent que ce sont des dictateurs. A ma rétorque “Et la présomption d’innocence, quand on accuse quelqu’un on fournit des preuves, non des on dit”
          Cela les a fait rire, comme ci penser un jugement dans le droit pour ces hommes paraissait incongrue. Alors ils ne changent pas d’opinion ,j’ai finit par leur sortir la notion du Savoir de Platon; le savoir c’est être en mesure de démontrer. Démontrez moi avec du concret que Poutine et Assad sont des dictateur doubler de criminel. Pas de réponse, car ils n’en savent rien, et ne se renseignent pas.

          Puis on a parlé du dogmatisme religieux,j’avais fait remarqué, que l’esprit dogmatique concerne finalement tout le monde, chacun peut être dogmatique. Mon ami a répondu “Reste à savoir lequel de nous deux est le plus dogmatique” , Pour moi c’est simple entre quelqu’un qui étiquette sans savoir tel dirigeant, et quelqu’un qui veut d’abord connaitre ce que ce dirigeant est et a été avant de juger, le moins dogmatique est celui qui se renseigne.


          • vincent Le 19 mars 2016 à 21h04
            Afficher/Masquer

            Bien sur la teneur de mon propos n’est pas de dire que Assad comme Poutine, sont exempts de défauts, et ont les mains blanches, mais qu’il faut les voir et les juger selon leur contexte et selon leurs action vis à vis de leur pays. Regarder le Bilan, et cela seulement nous permettra de donner un avis juste,

            C’est difficile de faire sortir les gens de leur dogme, et on ne peux que leur poser la graine du doute et la laisser germer en eux, et peut être qu’un jour ils réfléchirons autrement.

            En attendant on les compare souvent à Hitler, mais ils oublient une différence majeur, c’est que Russie et Syrie n’ont envahit personne et surtout pas nous.


          • Homère d'Allore Le 19 mars 2016 à 21h19
            Afficher/Masquer

            Les. Pussy Riots n’auraient pas été condamnées à de la prison ferme en France. Les prisons sont plus que pleines et, pour être condamné à du ferme, il faut vraiment faire quelque chose d’abominable comme les Goodyears.
            De même, on imagine pas un milliardaire proche d’un ancien président condamné à mort pour corruption comme en Iran.

            http://mobile.lemonde.fr/proche-orient/article/2016/03/07/la-chute-d-un-milliardaire-iranien-condamne-a-mort-pour-corruption_4877964_3218.html

            Nous sommes en démocratie, qu’on se le dise. D’ailleurs, la question ne se pose pas. Nous n’avons jamais eu de milliardaires amis d’anciens présidents qui auraient pu être soupçonnés de corruption. C’est inimaginable ! Tellement inimaginable qu’il n’y a jamais eu ce type de poursuites.
            Vous vous rendez compte, si on commence à soupçonner ce genre de gens, on fait le jeu des mollahs…


            • bluerider Le 27 mars 2016 à 00h34
              Afficher/Masquer

              Les Pussy Riots sont financées par qui ? Les Femens sont financées par qui ? Hollywood sert à quoi ? Les scénarios de films de guerre produits à Hollywood sont supervisés par qui ? Pourquoi les USA interdisent les financements étrangers d’associations politiques ou humanitaires ou caritatives ?


          • openmind Le 19 mars 2016 à 22h02
            Afficher/Masquer

            Je suis enseignant moi même…je compatis et vous souhaite bon courage. Il faut surtout être très bien informé et armé pour contrer des années de propagandes et d’abrutissement. Faites des fiches et des liens internets sur les sujets sensibles, ça aide.

            J’ai calmé un collègue de maths sur Kasparov( démocrate face au dictateur Poutine…Goulag tout ça), notamment grâce aux crises qui a un très bon papier sur le bonhomme….

            Bonne chance en tout cas…


            • vincent Le 20 mars 2016 à 00h36
              Afficher/Masquer

              Merci pour le partage de votre expérience, je suis content de ne pas être le seul à être confronté à ce genre de situation, je prends note de vos conseils.

              Bonne chance à vous aussi


        • Hélène Richard-Favre Le 27 mars 2016 à 16h32
          Afficher/Masquer

          Bien sûr que le choix est opéré dans ce sens et je l’ai signifié d’entrée d’émission dont le lien figure ci-après, sur le sujet de blog que j’ai consacré à cet égard…


      • Thanos Le 19 mars 2016 à 21h15
        Afficher/Masquer

        Bonsoir, que diriez vous si Obama, par exemple, avait été choisi par Bush pour être l’équivalent du président du gouvernement suite à une longue carrière à la CIA , puis qu’Obama soit resté au pouvoir pendant 17 ans ? (Sachant que Poutine a fait carrière au KGB, puis a été sélectionné par Eltsine puis n’a plus lâché le pouvoir jusque là – l’épisode Medvedev était marrant cela dit, avec un président au service de son 1er ministre)
        la propagande, la désinformation, la corruption ne sont pas des attributs exclusifs de l’occident. Je vous invite à vous pencher sur les soupçons de fraude électorale massive lors des présidentielles en Russie, sur une forme de culte de la personnalité ou sur la corruption.
        Cela dit Poutine n’est pas un dirigeant pas pire que d’autres mais on ne peut pas prétendre qu’il soit l’incarnation de l’éthique démocratique sur terre.
        Ici tout le monde aime bien N. Chomsky. Qui a dit à propos de Poutine dans La Fabrication du consentement. “« son succès électoral reposait en grande partie sur le fait que les puissantes radios et télévisions d’État firent furieusement campagne en sa faveur, dénigrant et privant d’antenne ses opposants » ? Du coup qui est le propagandiste ici, Chomsky ou Poutine ?


  2. FracoisG Le 19 mars 2016 à 07h03
    Afficher/Masquer

    Il faudrait créer une télé vision et un journal complètement indépendants qui distribue une information non tronquée et qui dénonce la propagande.comme lescrises . Je suis convaincu que cela ferait un tabac.


    • NoNo42 Le 19 mars 2016 à 08h54
      Afficher/Masquer

      Je crois ça ne ferait que recréer un système d’info mainstream (combien ont déjà essayé!). La force du présent blog (et puis d’autres aussi) est justement de nous inciter à rechercher l’info par nous-mêmes, de façon multiple, critique et surtout modeste. Autant l’école apprend (ou devrait-elle) à apprendre, autant devenus adultes (?) il me semble indispensable d’avoir une telle approche active du monde dans lequel nous vivons. Merci à internet, Olivier Berruyer et tant d’autres.


    • jim Le 19 mars 2016 à 09h00
      Afficher/Masquer

      Et si on commençait plutôt par oeuvrer pour que l’audiovisuel public soit considéré comme un pouvoir devant être séparé des pouvoirs politiques (partis et leurs rejettons que sont le Sénat, l’Assemblée, les ministères, et leurs à côté comme le CSA), et bien entendu économiques.

      La séparation des pouvoirs, en bref.

      Alors, il faut imaginer comment le faire. Je ne vois qu’une sorte d’ “assemblée” de Français lambda à même de réaliser cette séparation des pouvoirs, et par exemple de nommer les directeurs de chaines, les directeurs de l’information, de veiller à la pluralité et l’indépendance des informations, etc
      Ceci of course grâce à des dispositifs où ces citoyens seraient éclairés pour prendre leurs décisions de manière diversifiée et rigoureuse, et non téléguidée par les seuls journalistes professionnels, mais par eux aussi.

      Non?


      • RGT Le 20 mars 2016 à 14h34
        Afficher/Masquer

        Il ne faut pas rêver : Un tel système serait noyauté avant même qu’il ne soit mis en place.
        Ensuite le ministère de la propagande s’appuirait sur cette “indépendance” pour légitimer une information sans doute encore plus manipulée car auréolée d’une “surveillance populaire”.

        Le seul moyen d’avoir une information réellement indépendante ne consiste surtout pas à la centraliser entre quelques mains (surtout “élues”), mais justement à encourager la pluralité de l’information avec des centaines de “les-crises” qui “se tailleraient la bourre” pour sortir les infos les plus écoeurantes sur toutes nos “chères z’élites”…

        Inconvénient, pour chaque site réellement informatif il y aurait des centaines, voire des milliers de sites manipulateurs financés par les oligarques et les ploutocrates…

        Quand les occidentaux se mettront-ils au célèbre dicton de l’époque Brejnev : “C’est VRAI parce que c’est écrit dans la Pravda”..


    • Tonton Poupou Le 19 mars 2016 à 09h48
      Afficher/Masquer

      Tout à fait d’accord avec vous.
      Le seul “petit” problème……… et il est de taille.
      L’état est “propriétaire” des ondes hertziennes et c’est lui qui décide qui a accès à la diffusion et qui n’y a pas accès en octroyant ou pas la licence pour cela.
      Et ce qu’il y a de jouissif avec les “privilèges” c’est qu’ils s’octroient aussi facilement qu’ils se retirent !!!!! N’est ce pas ?
      C’est pour ça que c’est pas demain la veille que l’on verra en France une télé ou radio décrypter “La propagande occidentale pour les Nuls” des radiotélévisions d’états : Radio France, France Télévision, Arte, France 24 etc etc …….. qui nous offrent au quotidien des pics de pollution médiatiques intenses.
      Je vous laisse en tirer la Conclusion vous même.


      • atomik_49 Le 19 mars 2016 à 12h31
        Afficher/Masquer

        Hé bien servons-nous des ondes hertziennes détenues par Internet !
        Ce que demande le pékin moyen, c’est d’appuyer sur le bouton de sa télécommande TV pour regarder les infos. Je suis persuadé qu’il est très facile pour un spécialiste en électronique de relier un ou plusieurs boutons de la télécommandes TV à des chaines Youtube ou Dailymotion reçues par Internet.
        Ceci est déjà faisable, mais en branchant un ordinateur sur une prise auxiliaire de la TV et ça demande des manipulations un tout petit peu trop complexes pour notre pékin moyen.
        Aujourd’hui, 80% des français ont Internet, il ne leur manque plus que la petite boite noire qui relie la télécommande à Internet …


      • Didier Le 20 mars 2016 à 00h51
        Afficher/Masquer

        Deux remarques à propos de radio:

        a) L’une des promesses de campagne qui a été tenue par le candidat Mitterrand en 1981, c’est la “libéralisation” des ondes hertziennes – i.e, la possibilité de créer des radios “libres”. Il y en a eu des milliers au début des années 80. Combien ont survécu ? Presque toutes se sont rapidement transformées en radios – abjectement – commerciales, modèle NRJ.

        b) On n’a plus besoin des ondes hertziennes. Des dizaines de milliers de radios du monde entier sont accessibles directement sur le web.


    • Louis31 Le 19 mars 2016 à 15h23
      Afficher/Masquer

      Bonjour,
      Sans créer un Journal, il suffirait que cette télé corrige les infos transmises par les télé “mainstream” lorsque celle-ci nous raconte des salades. Un peu comme les sites qui dénoncent les “HOAX” mais seulement pour les infos de chaines.
      Mais est-ce que ça va les empêcher de dire des mensonges, je ne le pense pas, parce qu’ils savent que si ils ne peuvent tromper tout le monde, une grande partie de la population ne contrôlera pas l’info.


    • Yvon Thoraval Le 19 mars 2016 à 15h28
      Afficher/Masquer

      Il faudrait -surtout-, amha, que le CSA soit plus “musclé” ait un réel pouvoir de poursuite.
      Actuellement, je lis “Tous les médias sont-ils de droite ?” de Mathias Reymond et Grégory Rzepski pour Acrimed au éditions Syllepse, c’est tout simplement effarant !


      • jim Le 19 mars 2016 à 17h12
        Afficher/Masquer

        Non Yvon Thoraval.
        Je vous parle de séparation des pouvoirs, c’est à dire d’un pilier essentiel en démocratie.
        Vous me parlez de renforcer les pouvoirs d’un organisme, le CSA, qui n’a AUCUN degré de séparation de pouvoir vis à vis du pouvoir politique…

        C’est le pouvoir politique qui nomme directement les membres du CSA. Vérifiez.

        Le CSA nomme les présidents de l”audiovisuel public. Ceci en plus par une procédure maruée par l’absence de transparence et le manque d’indépendance les plus totaux vis à vis du pouvoir politique.
        Renseignez vous sur comment ont été nommés en 2015 les présidents de France Télévision et de Radio France. C’est “un peu” sorti dans la presse, quelle odeur de souffre…

        Vous parlez de renfoncer les pouvoirs d’un organisme qui est cul et chemise avec le pouvoir politique. Ce n’est pas très sérieux…
        Moi, je vous parle de SEPARATION DES POUVOIRS. Et de démocratie saine et de media publics sains, donc.


  3. Lysbeth Lévy Le 19 mars 2016 à 11h03
    Afficher/Masquer

    Merci beaucoup de cette émission qui sans internet n’aurait pas eu lieu et donc être accessible, car je pense qu’il est utile de la “faire passer” au plus grand nombre. Le mensonge d’état m’interesse au plus haut point moi/nous qui avons vécu un grand nombre d’année de guerre froide et donc de mensonges, omissions, propagandes incessante “répétée” comme le dit l’un des intervenants au point qu’encore de nos jours les mêmes poncifs, mots d’ordres, sont ressassés ! Les mensonges d’état de la guerre froide devrait faire l’objet d’un livre ou d’une émission tant c’est un cas d’école, qui sert encore aujourd’hui sous le nom de russophobie.

    Je ne savais pas que le mensonge d’état était si ancien en remontant la philosophie de PLaton a KANT aux plus modernes. On en apprends tous les jours :Thanks you…


  4. Tutu Le 19 mars 2016 à 11h26
    Afficher/Masquer

    Les mediats dénoncent régulièrement ce qu’ils appellent « la pensée unique », alors qu’ils en sont le principal vecteur, et souvent le plus enthousiaste producteur. Cette dénonciation se devra d’être inversement proportionnelle à la servilité du médiat, c’est-à-dire exprimée avec d’autant plus de force que les liens avec le pouvoir (économique, politique, culturel…) sont étroits et cachés.
    http://democratisme.over-blog.com/article-mediatisme-123904157.html


    • Didier Le 20 mars 2016 à 00h56
      Afficher/Masquer

      C’est l’une des caractéristiques sémiologiques les plus frappantes de l’époque : la perte totale du sens des mots eux-mêmes. Regardez par exemple ce que sont devenus des mots tels que “liberté”, “cadeau”, “illimité”… En ce sens – et c’est peut-être ce qui manque dans cette émission – le but de la désinformation n’est peut être pas tant de faire changer d’avis, que de créer la confusion mentale la plus complète – situation évidemment propice à toutes les manipulations ultérieures, comme le savent très bien les psychologues.


  5. Chris Le 19 mars 2016 à 11h57
    Afficher/Masquer

    Arnaud Dotézac (magazine genevois “Market”) écrit d’excellents articles sur le monde arabo-musulman.
    J’ai découvert Market en décembre 2015 dans la galerie d’art d’un ami suisso-iranien à Nyon. J’étais surprise par la qualité de ses éditoriaux, car je pensais que Market était plutôt un magazine destiné à pommader le petit monde financiaro-artistique genevois. Comme quoi, il faut toujours vérifier nos a-priori ! Mon ami (qui dessine les couvertures) s’est empressé de tweeter à Arnaud D. ma satisfaction et compliments.
    Un magazine à soutenir.


  6. Lea_ Le 19 mars 2016 à 15h26
    Afficher/Masquer

    Passionnante conférence que l’on aimerait voir chez nous…
    La propagande est vielle comme le monde et n’étonne personne.
    Par contre, elle est transmise par nos médias, d’où ces trois questions à propos du travail des journalistes:
    1) La transmettent-ils par manque de connaissances, manque d’informations ?
    2) La transmettent-ils par le militantisme ( ils détestent certains pays et leurs dirigeants, certains point de vue, etc) et donc présentent et développent une info/analyse fausse et biaisée ?
    3) La transmettent-ils par peur d’être écartés des médias et donc perdre leur job ?

    J’opterais plutôt pour les deux dernières mais surtout pour la deuxième.
    Vers la fin du débat, un journaliste souligne le fait que l’on a réduit les rédactions en les divisant souvent par deux ce qui provoque un manque de journalistes de terrain capables d’enquêter sur place et fournir un travail plus objectif et réaliste. C’est possible mais n’explique pas tout. En effet, des grosses rédactions disposent de correspondants sur place qui pourtant n’effectuent pas ce travail OBJECTIF. Au hasard, P.A. correspondant de Moscou au Figaro, russophobe à souhait et qui ne fait que critiquer la Russie de Poutine.


  7. Bernard Cosson Le 19 mars 2016 à 16h22
    Afficher/Masquer

    En partage une réflexion de Michel Potay :

    ” Le mensonge serait-il aujourd’hui la vérité du monde ?
    Les beaux parleurs sont si habiles que le mensonge est devenu la vérité du monde.
    Les hommes ne prêtent même plus attention à ceux qui parlent sans mentir ”

    http://michelpotayblog.net/172.html/172mensonge-comments-french.html


  8. Andrae Le 19 mars 2016 à 18h04
    Afficher/Masquer

    Le premier qui parle est Guy Mettan (il a écrit un bon livre, “Russie-Occident, une guerre de mille ans.”) Les points qu’il met en avant sont bons.

    Il dit que par rapport aux “autres partie du monde, Lybie, Syrie, tiers-monde etc.” on parle tjs (mainstream) des droits politiques, et pas de nourriture et santé, etc. Il a raison.

    L’autre versant de cette stratégie c’est de décrire les conflits en termes de caractéristiques des peuples ancrés dans un territoire – ethniques, raciaux, religieux, culturels, leur histoire, etc. – comme si ces facteurs expliquent le ‘terrorisme’, les ‘conflits internes’, la nécéssité d’intervenir, etc. (C’est diviser pour regner, en gros. Voir Yugoslavie p. ex.)

    Entre les deux, le public dans l’Occident est complètement tiraillé et devient confus, n’arrive plus à analyser. Comme le dit plus ou moins le 2e intervenant, le but de cette propagande, c’est de camoufler à tout prix les enjeux de domination économique. Ceux-cis sont noyés dans des discours bidon, mais qui semblent légitimes car touchant deux plans: organisation politique générale et appartenance ethnique. Quoi de mieux!

    Et tout le monde (en gros) tombe dans le panneau.


  9. Eric83 Le 19 mars 2016 à 21h02
    Afficher/Masquer

    Merci beaucoup pour ce débat fort intéressant. Ce genre de débat pourrait-il avoir lieu en France ?

    Deux choses ont notamment retenu mon attention parce que simples et objectives : la métaphore de l’eau colorée qui le restera malgré les traitements avec la désinformation qui même mise en doute conserve un pouvoir énorme.

    L’autre point concerne “les journalistes qui préfèrent avoir tort ensemble que raison tout seuls”. Et pour cause, la responsabilité est alors partagée et personne n’est responsable, donc personne n’est condamnable car qui s’attaquerait à tous les journalistes qui rapportent la même fausse information ?


  10. vincent Le 19 mars 2016 à 21h29
    Afficher/Masquer

    Sinon j’ai un parfait exemple ici sur les mots.

    https://www.youtube.com/watch?v=3W6TBYKP9X0

    Le prof qualifie la Chine de “puissance autoritaire”

    “La Chine est aujourd’hui une puissance autoritaire et cela aussi faut le dire dans l’introduction”
    Je suis sur à 100% que l’on ne dira pas du tout la même chose de la France ou des USA alors qu’ils ont installer des dictateur ici et là.

    On présente le pays comme une menace en somme. Et pour avoir oser critiquer cette démarche et ce jugement expéditif de la part du prof, je me suis prit de sacré réaction.


    • vincent Le 19 mars 2016 à 23h21
      Afficher/Masquer

      Zut, j’ai oublié le lien youtube, voici

      https://www.youtube.com/watch?v=3W6TBYKP9X0


      • Alberto Le 20 mars 2016 à 14h47
        Afficher/Masquer

        Bonjour Vincent, pouvez-vous trouver sur Dailymotion le lien. Youtube ne “passe” pas sur le site Les Crises


        • vincent Le 20 mars 2016 à 21h13
          Afficher/Masquer

          Elle n’est pas sur dayli, mais je vous met le titre de la vidéo, vous devriez trouver facilement. Désolé pour le désagrement c’est bizarre que le lien ne passe pas.

          La Chine et le monde depuis 1949 – Histoire-Géo – Terminale – Les Bons Profs


Charte de modérations des commentaires