Comme cela fait 1 an que nous avons basculé dans l’ère de la pression médiatique sur le terrorisme (notez que depuis novembre, a contrario, on n’entend presque plus parler des migrants qui saturaient les ondes en septembre octobre, zoup, plus de problème…), j’ai trouvé intéressant de sortir cet article de 2013 sur les conséquences psychiques du battage médiatique (qui est, au passage, le but des terroristes…).

De toutes façons, j’ai toujours pensé que les “médias” actuels finiront par détruire, non pas la Démocratie (vu qu’elle n’existe pas), mais au moins l’environnement “libéral” (au sens politique) dans lequel nous vivons…

P.S. tiens, le suicidaire du jour a encore bien compris comment mourir en grande pompe grâce à nos médias, qui vont nous en reparler durant 3 jours… Pourtant, quand une personne déterminée à mourir attaque, et ne tue personne, c’est qu’on a généralement affaire à un suicidaire, pas à un terroriste… Il y a souvent ça aux USA – sans le coté musulman – : le “suicide by cop”.

Source : RTL, AFP, 15-04-2013

Une jeune femme pleure lors d’une veillée le lendemain de l’attentat de Boston le 15 avril 2013.

Les personnes qui ont passé six heures par jour à éplucher les médias pour avoir des informations sur l’attentat du marathon de Boston ont été plus traumatisées que celles qui étaient sur place, affirme une étude américaine publiée lundi 9 décembre. Dans ces travaux publiés dans les Proceedings of the National Academy of Sciences, les chercheurs ont étudié les conséquences psychologiques d’une exposition répétée à la violence via les médias traditionnels et numériques, après cet attentat, le premier sur le sol américain depuis ceux du 11-Septembre.

L’impact des images

Deux bombes fabriquées à partir de cocottes-minutes pressurisées ont explosé près de la ligne d’arrivée du marathon de Boston le 15 avril, faisant trois morts et 260 blessés, parmi lesquels plusieurs amputés. Les images les plus crues de cette scène de violence ont été censurées ou édulcorées par les médias mais de nombreux clichés bruts ont été mis en ligne sur les médias sociaux par des témoins, a expliqué Roxane Cohen Silver, l’une des auteurs de cette recherche.

“Ce qui nous a frappé, c’est l’impact que ces images ont eu – y compris sur les personnes qui n’étaient pas présentes ce jour-là”, a expliqué ce professeur de psychologie à l’université Irvine de Californie. “La couverture médiatique a suscité davantage de réactions aigües au stress que l’expérience même” de l’attentat, a-t-elle précisé. Le stress aigu se définit par un ensemble de symptômes comme des pensées entêtantes, un état d’hyper-vigilance permanent ou encore des flashbacks.

Les chercheurs ont ainsi demandé aux 4.675 participants à cette étude quelle avait été leur consommation des médias dans les deux à quatre semaines suivant l’attentat et quel avait été leur état psychologique. Sans surprise, les témoins de l’attentat ou les personnes connaissant des gens qui étaient présents le 15 avril dernier ont montré plus de signes de stress que les personnes qui n’y étaient pas. Ils ont également été plus enclins à consulter les médias sur la question.

Responsabilité des médias

Mais la donne semble s’inverser pour les personnes qui ont consulté de la documentation sur l’attentat plus de six heures par jour, a expliqué Roxane Silver. “Il ne s’agit pas de minimiser les conséquences de l’exposition directe à un drame mais plutôt de dire que la couverture médiatique a déclenché encore plus de stress aigu”, a-t-elle ajouté.

Les personnes s’étant informées six heures par jour et plus ont été neuf fois plus sujettes au stress aigu que celles n’ayant consulté les médias qu’une heure par jour. Dans l’étude, la consultation moyenne des médias a été de 4,7 heures par jour et comprenait la lecture d’articles, le visionnage de reportages télévisés et de vidéos de l’explosion des bombes et la consultation d’images et de témoignages sur les médias sociaux. Cette étude soulève la question de la responsabilité morale des organes d’information, déjà soulevée par le passé par des recherches sur les traumatismes indirects, a expliqué Bruce Shapiro, directeur à l’université de Columbia d’un département spécialisé dans le traitement par les journalistes des conflits ou des attentats.

Il précise néanmoins qu’un état de stress aigu ne conduit pas nécessairement à un état de stress post-traumatique. Il faut pour cela que les symptômes perdurent au-delà de six semaines et modifient profondément la vie des personnes qui les expérimentent. Roxane Silver fait valoir que le paysage médiatique contemporain offre un accès plus facile aux images qui peuvent être dérangeantes, surtout si elles sont visionnées plusieurs fois par des personnes livrées à elle-mêmes. “Les gens devraient être conscients qu’il n’y a aucune retombée psychologique bénéfique à visionner des images horribles de manière répétée”, a-t-elle mis en garde.

Source : RTL, AFP, 15-04-2013

======================================================

Des blessures psychiques possibles dans tout le pays

Source : Le Figaro, Damien Mascaret, 16-11-2015

Moment de recueillement rue Bichat, devant le restaurant Le Carillon dans le Xe arrondissement, lundi à Paris.

Les populations exposées à des attaques terroristes présentent des signes de stress post-traumatiques profonds et durables et l’onde de choc ne se limite pas aux personnes directement concernées.

Les terroristes n’ont pas seulement frappé Paris. Les blessures psychiques sont profondes dans tout le pays et les plaies mettront du temps à se refermer. Elles laisseront des cicatrices durables chez certains de nos concitoyens, sans même parler des proches des victimes pour qui la vie s’est brisée le 13 novembre. C’est le triste enseignement d’autres attentats terroristes, dans d’autres lieux, d’autres pays.

«Les données accumulées après des attaques terroristes de grande ampleur, telles que le 11 Septembre, laissent penser que le fardeau des problèmes de santé mentale, notamment le syndrome de stress post-traumatique, peut être substantiel et durable parmi la population exposée aux attaques à Paris», explique au Figaro le Pr Yuval Neria, directeur du programme de recherche à l’Institut psychiatrique de l’État de New York (université Columbia).

À Paris, mais pas seulement. Dans la semaine qui suivit les attentats du World Trade Center, le 11 septembre 2001, une étude de l’université de Californie montrait que près de la moitié des adultes et un enfant sur trois présentaient des signes de stress et cela à travers tous les États-Unis.

L’onde de choc d’un attentat majeur ne se limite donc pas aux personnes directement concernées par le drame, même si la proximité géographique augmente les risques de souffrir d’un trouble de stress post-traumatique (TSPT). C’est-à-dire de souvenirs intrusifs faisant revivre l’événement avec pour conséquence un comportement d’évitement de tout ce qui pourrait l’évoquer, mais aussi de dépression, d’insomnie, d’anxiété et de colère.

Exposition à travers les médias

Le deuxième mois suivant le 11 septembre, le Pr William Schlenger et ses collègues de l’université de Duke, en Caroline du Nord, remarquaient que le risque était maximal dans la ville de New York (11% de TSPT) mais atteignait tout de même 4% dans le reste du pays. Il s’atténuait au fil des mois.

«Le risque de problèmes de santé mentale après une exposition indirecte à travers les médias est aussi substantiel, particulièrement dans les suites immédiates, explique le Pr Neria, mais ils diminuent ensuite, d’autant que beaucoup de gens sont relativement résilients et n’auront pas de troubles mentaux à long terme.»

Dans une enquête portant sur la santé mentale de plus de 1900 Américains après le 11 Septembre, le Pr Roxane Cohen Silver (université de Californie) dénonçait le «mythe» selon lequel l’impact psychologique serait proportionnel au degré de proximité du drame et invitait à tenir plutôt compte de «l’énorme variabilité des réponses» individuelles.

Source : Le Figaro, Damien Mascaret, 16-11-2015

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

95 réponses à Regarder les images des attentats peut être pire que de les vivre…

Commentaires recommandés

Laurent Juillard Le 07 janvier 2016 à 05h57

“L’onde de choc d’un attentat majeur ne se limite donc pas aux personnes directement concernées par le drame, même si la proximité géographique augmente les risques de souffrir d’un trouble de stress post-traumatique (TSPT). C’est-à-dire de souvenirs intrusifs faisant revivre l’événement avec pour conséquence un comportement d’évitement de tout ce qui pourrait l’évoquer, mais aussi de dépression, d’insomnie, d’anxiété et de colère.”

Nous, les occidentaux, ne devrions jamais oublier que c’est ce que subissent les palestiniens depuis plus de 50 ans, les irakiens depuis plus de 10 ans, les syriens et les libyens depuis plus de 5 ans, et ceci quotidiennement, a cause de notre politique d’agression internationale permanente.

Alors qui sont les premiers et veritables terroristes ?

  1. Laurent Juillard Le 07 janvier 2016 à 05h57
    Afficher/Masquer

    “L’onde de choc d’un attentat majeur ne se limite donc pas aux personnes directement concernées par le drame, même si la proximité géographique augmente les risques de souffrir d’un trouble de stress post-traumatique (TSPT). C’est-à-dire de souvenirs intrusifs faisant revivre l’événement avec pour conséquence un comportement d’évitement de tout ce qui pourrait l’évoquer, mais aussi de dépression, d’insomnie, d’anxiété et de colère.”

    Nous, les occidentaux, ne devrions jamais oublier que c’est ce que subissent les palestiniens depuis plus de 50 ans, les irakiens depuis plus de 10 ans, les syriens et les libyens depuis plus de 5 ans, et ceci quotidiennement, a cause de notre politique d’agression internationale permanente.

    Alors qui sont les premiers et veritables terroristes ?


    • Macarel Le 07 janvier 2016 à 08h55
      Afficher/Masquer

      Un Etat peut-il exister sans ennemis ?


      • Tonton poupou Le 07 janvier 2016 à 16h21
        Afficher/Masquer

        Un état n’a pas d’amis. Il n’a que des intérêts. De facto, donc, tous les autres états sont des ennemis potentiels.
        Or la nature de la guerre ne réside pas dans un combat effectif mais dans une propension à aller dans ce sens jusqu’à ce que l’on ait la certitude du contraire.
        Donc je vous laisse en déduire la ou les conclusions qui s’imposent.
        N’est ce pas ?


      • Chris Le 07 janvier 2016 à 20h41
        Afficher/Masquer

        Oui. La Suisse à démocratie directe et indirecte en est la preuve. Ce qui n’enlève nullement les pressions exercées sur elle…


    • Tonton poupou Le 07 janvier 2016 à 10h51
      Afficher/Masquer

      “A cause de notre politique d’agression internationale permanente” :
      La mission dont nous nous croyons investit : L’universalisme des droits de l’homme……… !????? ………. Que penser de la notion totalitaire de la proclamation de l’universalisme qui condamne ceux et celles qui le proclame à une guerre permanente………… et incessante dans ……. tout l’univers !!!!!!!
      Mais personne n’aime les missionnaires armés !!!!!!!! La haine s’acquiert autant par les bonnes oeuvres que par les mauvaises ! N’est ce pas ?
      Si dans le terrorisme est implicitement contenu la notion de terreur. Votre interrogation : “Alors qui sont les premiers et véritables terroristes ?” Mérite une réponse qui assurément dérange beaucoup d”esprits formatés dans leur petit confort de pensées étroites en occident.


      • fouineur Le 14 janvier 2016 à 02h50
        Afficher/Masquer

        L’interventionnisme droit-de-l’hommiste n’est qu’un faux nez de l’impérialisme qui n’a en fait jamais disparu et est le fait d’une poignée d’états qui pratiquent de longue date la politique de la cannonière (USA – GB – France), désormais associés aux intérêts pétroliers du Golfe.


    • philbrasov Le 07 janvier 2016 à 10h56
      Afficher/Masquer

      je citais plus bas l’interview d’une elue socialiste ( on l’a su apres sur les reseaux sociaux) qui etait au bataclan ce soir la…. Cette elu pendant la fusillade a pense a ses amis musulmans risquant d’etre “stigmatises” let ceci en pleine fusillade…
      Mais PLUS GRAVE…
      je viens de retrouver son premier interview ( avant que le monde de la blogosphere sache que c’etait une elue….
      Ecoutez bien ce que dit cette jeune femme a partir de 5mn 08 .
      “pourquoi venir nous embeter un jour de fete…. je me suis dis c’est bete, au moins au stade de france, c’est mediatique… ( sous entendu ….je comprend…), mais la ( au bataclan..) toute la jeunesse qui s’amuse… et la ben vous vous amusez plus…..Ils gagneront pas , on continue a s’amuser….”
      https://www.youtube.com/watch?v=sqqJsZ0lBh0&feature=youtu.be&t=1m30s
      —————————————————-
      Cette jeune femme … pleure, parce que l’on a gâché sa soirée, parce que on ne s’est pas amuse…. parce qu’elle ne comprend pas….( et c’est une élue de la république…)
      édifiant…..


      • Bozi la mouche Le 07 janvier 2016 à 11h20
        Afficher/Masquer

        @phil..si elle a peur pour les musulmans peut être a t-elle des liens affectifs et familiaux avec des musulmans…et puis elle connaît son pays…d’ailleurs l’article ci-dessus est assez révélateur de la façon dont manipule l’opinion…j’ajouterai que vous auriez pu me répondre plus bas….Vous vous enfoncez, vous cherchez de la logique et de la cohérence là où il n’y en a pas….par contre vous, vous êtes fidèle à vous-même …si j’en crois vos post en général….


        • philbrasov Le 07 janvier 2016 à 12h15
          Afficher/Masquer

          outre le fait que d’apres votre pseudo, je vois pas ou vous m’avez repondu, sur mon post plus bas?
          je peux en effet pleurer pour un proche, pourquoi pas, mais je vois pas ce que la qualité de musulman si il s’agit d’un proche importe au debat…
          Je trouve du reste que les medias, voire même les maghrébins en général, se définissent d’abord musulmans, alors qu’un fait nous devrions tous parler éventuellement de nos origines , ethniques, maghrébins, arabes, etc etc, et non de l’origine religieuse….


          • Silk Le 07 janvier 2016 à 23h08
            Afficher/Masquer

            On s’aperçoit surtout qu’il s’agit de discours stupides mis en avant par nos médias.
            Ainsi notre périmètre de réflexion s’arrête à ces déclarations et à condamner les inepties ou bêtises dites ici ou là au lieu de se poser des questions telles que :
            – pourquoi ces attentats contre nous.
            – comment ces personnes ont réussi à commettre ces attentats alors que les terroristes étaient “connus des services”
            – y aurait-il eu des moyens de prevenir ces attentats.
            -la sécurité (pour Charlie hebdo mais aussi le bataclan) était-elle correctement assurée ?

            Et d’autres questions encore suivant l’angle de réflexion.
            Mais ces déclarations inintéressantes mises en avant par les médias (au détriments d’autres réflexions occultées) ne sert qu’à limiter le périmètre de notre réflexion a des commentaires de ces mêmes déclarations.

            Les médias contribuent à détruire nos capacité d’adaptations et de compréhension.


    • Krystyna Hawrot Le 07 janvier 2016 à 12h57
      Afficher/Masquer

      Concernant l’article c’est exactement la question: il faut imaginer ce que cela veut dire pour un peuple entier ou plusieurs peuples d’avoir un 13 novembre tous les jours, comment en Irak depuis 2003 – quel caractère, quelles idéologies cela forge? Quelles conséquences? C’est d’autant plus criminel de jouer aux apprentis sorciers sur des millions de gens comme Bush en 2003 et Fabius/Hollande en Syrie en 2012.


    • Agent Smith Le 07 janvier 2016 à 17h52
      Afficher/Masquer

      “Alors qui sont les premiers et veritables terroristes ?”
      Ca c’est de la réflexion ! Ambiance cours de récréation d’école maternelle “c’est lui qui a commencé !”
      Donc ce sont tous les occidentaux qui sont les terroristes responsables in fine du terrorisme qu’ils “subissent” aujourd’hui…
      Peut-on faire plus caricatural ? A part à l’extreme extreme droite, je vois pas…

      Dois-je commencer tout de suite a me flageller pour ma responsabilité dans l’opération plomb durci, pour ma responsabilité directe dans les conditions de vie à Gaza ?
      Dois je me couper une main pour ma responsabilité criminelle dans la chute de Saddam Hussein et le chaos irakien ?
      Au fait, le massacre des amérindiens, c’est moi ou pas ?


  2. caliban Le 07 janvier 2016 à 06h52
    Afficher/Masquer

    Petite expérience toute personnelle sur le rapport aux images.

    J’ai mis 5 ans avant de voir les images des avions dans les tours.
    Je n’ai toujours pas vu d’images filmées des attentats à Paris, de janvier ou novembre.

    Il n’y a pas de raison particulière à cela si ce n’est que cela fait des années que je n’ai plus de télé … précisément depuis mai 2007, date à laquelle j’ai réellement été traumatisé par mes propres concitoyens.

    Bref, j’ai l’impression de pratiquer l’auto-défense sans vraiment le savoir. Merci pour cet article.


    • Alberto Le 07 janvier 2016 à 08h46
      Afficher/Masquer

      Non seulement ne pas regarder la télévision met à l’abri des images “faites” pour terrifier, mais par la même occasion à l’abri de la connerie et de la propagande. Double avantage !


    • Tunkasina Le 07 janvier 2016 à 10h12
      Afficher/Masquer

      Cela fait moins longtemps que vous, mais sans télé, en effet, on vit vraiment mieux !
      Rien que le fait de libérer sont cerveau de toutes ces rengaines publicitaires ….


    • Suzanne Le 07 janvier 2016 à 12h53
      Afficher/Masquer

      J’ai donné ma télé, qui s’ennuyait toute seule dans un placard depuis plusieurs années, il y a huit ans.
      Je me rends compte de plus en plus que ne pas avoir la télé est un acte extrêmement violent, qui risque un jour de ne même plus être possible. Pareil pour les réseaux sociaux et les i-phones.

      Avantages énormes, évidemment : la folie du monde vous fout complètement la paix, les pouvoirs en place sont tellement persuadés que vous l’avez et la regardez régulièrement comme tout le monde qu’ils ne s’embarrassent pas à vous traquer impitoyablement ailleurs (même s’ils commencent à s’y mettre). Et donc, ça explique comment c’est possible de ne pas avoir vu les images du 11 septembre.

      Mais il y a un inconvénient non moins énorme : cela vous transforme en extra-terrestre, et si vous faites ça vous avez intérêt à constituer un réseau solide de gens sympas et aimants autour de vous avant, parce que sinon, vous vous retrouvez complètement isolés. Et un être humain peut mourir d’être isolé, il n’est pas fait pour ça.


      • Joséphine Le 07 janvier 2016 à 13h53
        Afficher/Masquer

        Pour pallier à ce problème je regardais sur internet le zapping de la semaine. Mais j’ai pas tenu. Par contre, il faut se mefier: il n(y a pas que la TV où sont diffusées des images. L’internet en fournit beaucoup plus, et des tout autant voire encore plus violentes que la TV. Les jeunes gens regardent je pense de moins en moins la TV mais de plus en plus de chaines/d’images/de vidéos sur internet. Et la manipulation y est tout autant de mise.


      • Vincent Le 07 janvier 2016 à 14h29
        Afficher/Masquer

        Je ne suis pas un extraterrestre je n’ai jamais eu la télé depuis que je suis parti de chez mes parents, il y a 14 ans.
        Un PC suffi amplement à s’informer sur la marche du monde et pouvoir parler des sujets d'”actualité” (c-a-d les sujets qui passent à la télé) avec ses collègues ou ses voisins.
        Là encore il faut savoir se discipliner pour ne pas y consacrer trop de temps, mais au moins on ne subit plus les programmes et les horripilantes publicités.
        Et surtout on gagne beaucoup de temps libre lorsqu’on est chez soi.


        • Suzanne Le 07 janvier 2016 à 15h07
          Afficher/Masquer

          Se soustraire à l’influence de la télé sera perçu à terme comme un comportement déviant, c’est évident. Car elle permet d’installer chez les gens le comportement demandé par le pouvoir. il y aura donc forcément une réaction.

          Je comprends très bien que vous ne vous perceviez pas vous-même comme un extra-terrestre, mais j’attends de voir lorsque vos enfants grandiront sans télé, de voir comment ils seront perçus par les autres, et comment ils prendront eux-mêmes cet isolement forcé. Bien sûr, à votre époque il faudra transposer : sans télé, mais aussi sans réseaux sociaux, qui tendent à la remplacer.


      • Pacharly Le 07 janvier 2016 à 19h48
        Afficher/Masquer

        Ne pas avoir de télé vous rend au contraire éminemment “terrestre”. Je veux dire que vous ne vivez plus dans une bulle virtuelle d’infos schématiques et d’âneries.
        Pas étonnant que personne n’ait plus le sens des réalités!
        Un français regarde la télé en moyenne 3h 45′ par jour. Je n’ai jamais compris comment c’est possible. Je vois par contre très bien quelle pollution du Moi çà implique. La relation humaine va de Moi à Toi et à Nous. Dans le collectif anonyme de l’info qui circule, du film “qu’on a tous vu”, de la série à la mode qu’il faut avoir vue (sinon on aura l’air de quoi?), il n’y a selon moi qu’une parodie d’humanité.
        100 relations factices n’en vaudront jamais une vraie.
        58 ans, jamais eu de télé. Internet pas parfait, mais tellement plus vivant, interactif, personnalisé!


  3. DUGUESCLIN Le 07 janvier 2016 à 07h04
    Afficher/Masquer

    Il y a, je pense, une différence entre la commémoration qui est un rappel de l’histoire pour une meilleure compréhension du monde et de nous-même, et l’anniversaire des attentats qui est une piqûre de rappel pour entretenir la peur, qui nous fragilise et nous rend manipulable.
    On pourrait dire qu’une commémoration est faites pour se renforcer et s’améliorer et les anniversaires exactement le contraire.
    .


    • balthazar Le 07 janvier 2016 à 07h19
      Afficher/Masquer

      En même temps, les attentats que l’on revit (parce que cela fait x jours qu’il ne s’est rien passé, sur le sol européen j’entends), ça m’évite d’avoir les commémorations de la Grande Guerre ( Verdun, le poilu, la Der des Der, Merkollande se donnant la main, plus jamais ça, lâcher de colombes etc…).
      Non, l’hypocrisie est tombée. Les socialopes va-t-en-guerre marchands de mort s’en donnent à coeur joie.
      Mais attention, hein, on bombarde, on élimine sans procès, on dronifie tout en étant de gôche, oui mossieur !
      Argh quelle misère…


  4. philbrasov Le 07 janvier 2016 à 07h12
    Afficher/Masquer

    je me suis toujours pose la question.. sur quoi les gens pleuraient….
    sur leur propre sort?
    sur le sort des victimes?
    sur leur convictions humanistes bafouées ?

    j’avoue que je reste perplexe, lorsque j’entends une élue socialiste victime au bataclan, et qui pendant la fusillade, se posait la question de savoir si ses amis musulmans allaient encore être stigmatises.
    http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/dans-l-enfer-du-bataclan-une-elue-175932


    • valles Le 07 janvier 2016 à 08h22
      Afficher/Masquer

      Si le chagrin est relatif, comme tout ce qui sort de notre matrice émotionnelle alors la méthode d’Émile Coué doit être salvatrice pour ceux qui cherchent à être de bonnes personnes sans passer par la case réflexion.
      Les politiques et la démocratie ne doivent leurs existences que par cette faiblesse institutionnelle qui a stérilisé le débat sociétal avec des poncifs éléctoraux , l’évidence de la dilution des couleurs idéologiques n’est que l’avènement de la soumission mental de nos concitoyens envers nos dirigeants corrompus.


    • Bozi la mouche Le 07 janvier 2016 à 09h24
      Afficher/Masquer

      Vous êtes perplexe ? Je vais vous expliquer : ma nièce habite en face Bataclan ….elle est musulmane …elle est traumatisé et stigmatisée ….plusieurs articles sur ce site ont pourtant bien montré et démontré que le but ultime des terroristes est la création de tension avec la communauté musulmane de ce pays….vous ne les avez pas lu ?
      Hélas, Vous avez simplement du mal à comprendre que lorsqu’on musulman on se sent forcément coupable….en clair allez en Israël et écoutez quelqu’un parler de Vichy et de la rafle du vel’d’hiv….quand les regards se tourneront vers vous parce que vous êtes français vous aurez un début de réponse….


  5. Jex94 Le 07 janvier 2016 à 07h35
    Afficher/Masquer

    Franchement, on s’en fiche non ? Chacun à la droit de le vivre à sa façon, d’être choqué et de passer 10 heures devant la télé chaque jour… sinon ça s’appelle la censure. On ne peut pas “gérer” ou “contrôler les médias”, chacun reste libre de ses choix, d’allumer ou d’éteindre la télé, de lire des journaux ou articles internet… Je suis d’accord avec une nouvelle analyse des médias et de leur reconnaître une certaine volonté manipulatrice (Noam Chomsky), mais j’estime que nous ne sommes pas des victimes et que nous restons libres d’être manipulés, ou de penser le contraire de ce qui est dit ou entendu. Si la masse est convaincue par un journaliste, la faute est avant tout sa crédulité et sa fainéantise de ne pas chercher à s’informer par d’autres moyen sur un sujet quelconque.


    • LBSSO Le 07 janvier 2016 à 10h36
      Afficher/Masquer

      Jex94, je souhaiterais prolonger votre commentaire qui souligne la responsabilité individuelle. ” Nous ne sommes pas victimes et restons libres d’être manipulés”. Toutefois, ces images de violence attirent ,voire possèdent un pouvoir de séduction qui semble puissant.Pourquoi ?

      “Je vais peut-être choquer beaucoup de gens mais je pense qu’il y a une érotisation de la peur. Si vous ne me croyez pas, allez dans les fêtes foraines, approchez-vous des grandes roues et écoutez les cris des jeunes filles. Elles rient et elles hurlent de terreur en même temps. Les garçons qui se jettent par-dessus un pont avec un élastique érotisent la peur.
      Je pense qu’on aime se faire peur, c’est pour ça qu’on aime le risque, qui fait partie, d’ailleurs, de l’aventure individuelle. Donc je pense que voir des soldats en armes, voir des policiers, il y a des gens que ça angoisse, je crois que c’est la minorité. Je crois que la majorité des gens ne sont pas désespérés de voir ces réactions de défense, de voir cette aventure sociale qui nous arrive.”
      Boris Cyrulnick
      http://www.sudradio.fr/Actualite/France/Boris-Cyrulnik-La-France-a-tres-bien-reagi-apres-les-attentats

      ps:cet aspect a déjà été abordé lors d’un fil sur la première guerre mondiale,de mémoire.


      • theuric Le 07 janvier 2016 à 14h55
        Afficher/Masquer

        Bien vu, les occidentaux s’emmerdent, et il n’y a pas qu’eux…
        Il y a plus qu’érotisation de la peur, il y a que le cerveau humain s’est construit, au fil de l’évolution, autour, entre autre, de la survie aux catastrophes, tout comme le système immunitaire s’est lui bâti, entre autre, pour lutter contre les parasites.
        Quand ce dernier n’a plus à lutter contre eux, apparaissent les allergies.
        Quand les catastrophes semble s’éloigner ou disparaître, le cerveau s’emmerde, d’où l’appétence à la mise en danger (ce ne sont pas les questions économiques qui vont passionner les foules, hormis à l’heure des repas).
        Il a raison, Monsieur Syrulnick, du traumatisme?
        Mon œil, juste la culpabilité inconsciente de prendre plaisir aux catastrophes et la perte de repère de ne pas comprendre les émotions qui remontent à la surface.


        • vinel Le 07 janvier 2016 à 21h25
          Afficher/Masquer

          Certes ,tous ces attentats sont traumatisants pour la société.
          La bourse et les affaires financières n’ont pas été touchées,alors ce n’est qu’une des péripéties mineures du troupeau que nous sommes ou devenons.
          Un danger majeur avance en silence et caché.
          L’UE discute dans le plus grand secret d’un traité commercial dont les conséquences vont être terrible pour la démocratie et notre niveau social.
          le partenaire est les multinationales.
          Communes ,départements,régions,états seront soumis à leurs intérêts.
          Toutes contraintes contraires à leurs intérêts sera attaquée devant des tribunaux privés.
          Les indemnités payées par le Canada,l’Australie et d’autres ayant signé ce contrat s’élèvent déja à plus de 10 milliards
          Cela veut dire que notre système social sera détruit,que rien ne pourra protéger l’environnement si contraire à leurs intérêts.La COP21 à reçu la directive secrète de ne pas parler du MARCHE.
          Oui ces attentats sont terribles.Je sais ce qu’est la perte d’un enfant accidentellement.
          Pourtant,dans l’ombre un danger terrible appelé TAFTA se discute en secret pour nous soumettre ,nous européens,dans le but de nous exploiter et nous ramener socialement au 19° siècle.
          Le pire,je pense est à venir.500millions d’Européens( moins les 0,01% les bénéficiaires)vont subir pour une durée très longue une régression impensable.
          Renseignez vous TAFTA.Les média n’en parlent jamais sauf MEDIAPART.
          En étant nombreux,peut être un jour…


          • theuric Le 08 janvier 2016 à 00h07
            Afficher/Masquer

            Que je vous le dise franchement, du T.A.F.T.A., je m’en fous, tout simplement parce que, dans peu de temps, c’est l’ensemble du système économique globalisé qui aura disparu, ruiné.
            En ces chose et en notre époque, il ne faut pas penser continuité mais rupture, et celle qui nous arrive dessus sera d’ampleur de première grandeur.
            Ce sera certes une catastrophe, mais celle dû au manque et non pas de la destruction.
            Cette dernière arrivera, mais plus tard, bien plus tard.
            Le T.A.F.T.A. est une bouffonnerie ridicule, un fantasme pour tous, une dernière tentative de l’empire U.S. pour survivre en pompant les dernières richesses de l’Occident, Europe compris.
            Seul hic, c’est que le système économique globalisé est en pleine déconfiture, en plein effondrement, soufflez lui dessus et il n’en restera plus rien.
            Non, ce n’est pas ça que je crains, qui va craindre un éphémère, non, moi, ce dont je crains ce sont les tensions entre l’Inde et la Chine avec, en toile de fond, la frontière Asie-Afrique-Europe qu’est le Proche-Orient, elle, déjà sous tension.
            Ceci dans une décennie maximum et il peut s’en passer des choses en dix ans.


    • Tassin Le 07 janvier 2016 à 10h59
      Afficher/Masquer

      “Si la masse est convaincue par un journaliste, la faute est avant tout sa crédulité et sa fainéantise de ne pas chercher à s’informer par d’autres moyen sur un sujet quelconque.”

      Non c’est tout simplement qu’un journaliste est sensé être mieux informé que nous, et qu’on est sensé lui faire confiance. De même que vous faites confiance au plombier ou garagiste quand il vous explique une panne. La seule manière de savoir s’il dit vrai c’est de s’y connaître autant que lui, ce qui n’est possible que dans un nombre limité de domaines.


    • bhhell Le 07 janvier 2016 à 16h30
      Afficher/Masquer

      Franchement, croire à la liberté individuelle dans une société de masse, c’est comme croire que le soldat des tranchées de la première guerre mondiale pouvait changer l’issue des combats par son initiative personnelle. Nous sommes déterminés par notre environnement. Nos “libres choix” nous sont imposés de manière invisible et implacable. Si on est libres, alors c’est la liberté du hamster dans son labyrinthe.


      • theuric Le 07 janvier 2016 à 18h23
        Afficher/Masquer

        Il y a deux sortes de libertés, la liberté d’action et la liberté de pensée et, dès lors, celle d’expression.
        La liberté d’action mène toujours à la loi du plus fort, ce qui désorganise les sociétés complexes telles que la nôtre, complexité qui, à tout voir, est proportionnelle au nombre d’habitant.
        Ce qui confirme la loi qui veut que la liberté d’action d’une population d’une société donnée est inversement proportionnelle à ce nombre d’habitant et à sa complexité.
        Là où se trouve le danger pour une telle société c’est lorsque la liberté d’expression est bridée au profit de la liberté d’action, ce qui est le cas actuellement, de façon plus ou moins formelle, en Occident et dans le reste du monde.
        Étant entendu que ce ne peut qu’être que par la liberté d’expression et dès lors de pensée, puisque c’est par une pensée indépendante des contraintes liées aux vérités toutes faites qu’il est possible de renouveler les vérités indépassables, que peut se trouver des solutions viables aux problèmes posée par la-dite complexité et au grand nombre d’habitants.


    • Spectre Le 07 janvier 2016 à 17h35
      Afficher/Masquer

      « On ne peut pas “gérer” ou “contrôler les médias” »

      D’où le fait que les milliardaires investissent dedans ? L’unicité du son de cloche parmi les médias orthodoxes prouve au contraire qu’ils SONT attentivement gérés et contrôlés. Quant à se désintoxiquer, c’est facile à dire… lorsque l’on est déjà désintoxiqué ; mais le propre de la propagande habile est de se faire méconnaître en tant que telle. Lorsque l’on a le 20h de Pujadas comme seul horizon d’ « information », difficile d’imaginer à quel point on se fait subrepticement manipuler chaque soir !


    • luc Le 07 janvier 2016 à 19h26
      Afficher/Masquer

      jex94, ne m’en veux pas mais tu es pour moi le parfait exemple de quelqu’un d’endoctriné

      tu dis : “Chacun à la droit de le vivre à sa façon, d’être choqué et de passer 10 heures devant la télé chaque jour… ”

      si les gens trouvent que les infos de tf1 sont sérieuses et s’ils écoutent volontiers leurs analyses, c’est déjà parce qu’ils sortent d’un cursus scolaire obligatoire les inclinant en ce sens

      les bases de l’éducation sont étroitement controlées par les gouvernements, ainsi que la domination du modèle capitaliste sur la société, le reste se fait presque tout seul…

      tu tiens pourtant le bon bout quand tu dis : “Si la masse est convaincue par un journaliste, la faute est avant tout sa crédulité”

      sa crédulité n’est pas naturelle…

      d’ailleurs en parlant d’éducation, un des commentateurs a raconté que le personnel des maternelles parlait du terrorisme aux petits enfants, dans son cas à des enfants de 5 ans…

      tu me fais penser ensuite à ces gens qui disent qu’il vaut mieux regarder les JT de france 2 que ceux de TF1… on se sent libre car on tient la télécommande?

      tu continues en disant que chacun peut aller lire des articles sur internet… ne sois pas naïf, la manipulation sur internet existe aussi massivement… notamment l’union européenne qui met beaucoup de moyens pour faire passer ses idées, par exemple https://www.les-crises.fr/ue-la-patrouille-de-trollage/

      bien sur qu’il y a une notion de liberté là-dedans, mais tu dois garder à l’esprit qu’hollywood nous a bercé depuis toujours… alors on y a pris goût

      ces sujets sont fondamentaux, notamment parce que les comportements se transmettent d’une génération à l’autre, car l’adn se modifie pendant la vie… et les nouvelles générations sont plus faciles à manipuler, du moment qu’on garde le même genre de modèle de manipulation… enfin bref, c’est un vaste sujet

      personnellement, je pense que le signe d’une manipulation, c’est l’obéissance civile, le strict respect des “lois” et notamment le fait d’aller voter… car vu l’état de la france, je ne vois pas l’intérêt de donner son avis… beaucoup de gens succombent aux sirènes du front national, mais je ne me fais pas d’illusion, si jamais marine devenait présidente, bien qu’elle ait de bons côtés, je resterais tout de même très pessimiste, et de toutes façons elle ne passera pas et je parie sur le cheval sarkozy… vive la france


  6. Michelle Le 07 janvier 2016 à 07h55
    Afficher/Masquer

    Mais quand Hollande à la suite des Américains bombarde les civils des pays étrangers, lui ne traumatise personne.
    Et que dire aussi des parents qui offrent à leurs enfants des films, vidéos,aux scènes traumatisantes ou qui les laissent regarder la télé jusqu’à très tard le soir?
    Alors que maintenant je constate qu’on ne chante plus ensemble ou à l’unisson des chants joyeux ou agréables.
    Remettez les choses à leur vraie place.
    Tous les médias jouent un rôle néfaste et les adultes et parents je le répète encore se montrent irresponsables, étant eux-mêmes encore des enfants!
    De plus toute la Société suit la Culture américaine. J’enrage quand je vois des jeunes se balader avec des sacs à main décorés du drapeau américain!
    Nous allons bien vers la régression!


    • Zahir Le 07 janvier 2016 à 09h08
      Afficher/Masquer

      Ca me rappele le debat sur l identité nationale qui serait menacée par…..


  7. Macarel Le 07 janvier 2016 à 08h14
    Afficher/Masquer

    Je ne suis pas “papiste”, loin de là, mais je comprends la réaction du Pape François à la dernière page de couverture de Charlie Hebdo.

    http://www.rfi.fr/europe/20160106-vatican-rome-charlie-hebdo-osservatore-romano-journal-satirique

    Si “l’esprit français” se réduit aujourd’hui à “l’esprit Charlie”, alors c’est que nous sommes tombés bien bas dans ce pays.

    Je suis d’autant plus à l’aise en disant ceci, que je suis plutôt agnostique, mais effectivement, où est la limite entre la liberté d’expression, et le respect de l’autre surtout si l’on ne partage pas ses convictions.

    Qu’un journal satirique provocateur, irrévérencieux, comme CH puisse exister dans un Etat de droit, où existe la liberté d’expression soit, pas de problème. L’achète qui veut. Le problème, c’est la récupération politico-médiatique qui est faite autour ce ce qui est qualifié “d’esprit Charlie”, car à la fin, avec tout le battage médiatique qui est fait, l’on aurait tendance à croire que c’est tout ce qui reste de “l’esprit français”, en particulier vu de l’étranger. La France c’est bien d’autres choses…

    Ceci dit, il n’y a absolument aucune justification valable à la violence aveugle, abjecte, et meurtrière dont ont été victimes les journalistes et des collaborateurs de ce journal il y a maintenant un an. Le respect de l’autre étant bien entendu avant tout respecter sa vie.


    • theuric Le 07 janvier 2016 à 15h10
      Afficher/Masquer

      Allez donc chanter quelques chassons paillardes dans la rue, même dans les coins où l’esprit Charlie dit existé, vous verrez comme on vous regardera de travers.
      Les chansons de salle de garde m’ont toujours beaucoup amusé… chantait Brassens, je crois qu’il va falloir les renouveler, bien que les filles de Camaret…( https://www.youtube.com/watch?v=GzuV89cv8xs ).
      Et pour le plaisir: ( https://www.youtube.com/watch?v=h8RPVN7c1J8 ).


  8. Sam Le 07 janvier 2016 à 08h15
    Afficher/Masquer

    Sujet très ambigu. Faudrait il interner préventivement la population, au cas où ?
    Je n’ai pas de télévision, mais avec internet on a accès maintenant à encore plus d’image. Et avec les nouveaux téléphones, certaines personnes ressentent le besoin de montrer à peu près tout et n’importe quoi de leurs vies.
    Alors voyeurisme ? Besoin de reconnaissance ?
    En tout cas, des images choquantes, il y en a des quantités astronomiques sur la toile. Mais peut on les confondre avec de l’information ? Doit on avoir vu des gros plans sur des morts pour comprendre ce qu’il s’est passé au bataclan ? le 11 septembre ? en Ukraine ? …
    Ensuite, nous vivions dans une bulle post moderniste depuis plusieurs décennies : des guerres propres, humanitaires, des frappes ciblées, chirurgicales, objectif zéro mort (chez nous), une immortalité virtuelle via un jeunisme imbécile, la vieillesse tabou, la mort vaincue ?
    Et puis zou, voilà que l’on meurt à nouveau !
    Peut être que notre santé mentale collective a basculé il y a déjà bien longtemps, et qu’ils viennent seulement de s’en rendre partiellement compte (comme notre président qui vient de se rendre compte que nous sommes en guerre…).


    • Luline Le 08 janvier 2016 à 10h40
      Afficher/Masquer

      Ce besoin de reconnaissance est analysé dans l’ouvrage de Carlo Strenger, La peur de l’insignifiance nous rend fous: une quête de sens et de liberté pour le XXIe siècle (Paris, Belfond, 2013). Il vient de sortir un nouveau tout aussi intéressant et utile, Le Mépris civilisé: Oser affirmer nos valeurs pour sauver la liberté et la démocratie (Paris, Belfond, 2016)


  9. Milsabor Le 07 janvier 2016 à 08h30
    Afficher/Masquer

    Comme diraient les tontons flingueurs : “Dans le charlisme y a pas que du Charlie, y a aut’chose.”
    Il y a la boucle de renforcement réciproque entre la politique extérieure néo-coloniale et la montée du totalitarisme intérieur opérée par le truchement du terrorisme. Stratégie du choc, fabrication du consentement, affectivisme : tous les ingrédients de la manipulation médiatiques tournent à fond.


  10. BA Le 07 janvier 2016 à 08h31
    Afficher/Masquer

    Etat d’urgence à cause des attentats.

    Etat d’urgence à cause du terrorisme.

    Etat d’urgence dans les Bourses du monde entier.

    Et aussi état d’urgence dans l’environnement.

    L’expression de l’année 2016 : état d’urgence.

    Jeudi 7 janvier 2016 :

    Cette nuit en Asie : 29 minutes pour un krach boursier en Chine.

    De plus en plus rapide ! Il n’a fallu que 29 minutes ce matin pour que les bourses de Shanghai et de Shenzhen ferment leurs portes, contre quatre heures lundi , dans ce qui s’apparente à un nouveau krach boursier, le deuxième en quatre séances depuis le début d’année !

    Le CSI Index 300, qui regroupe les principales valeurs des deux places ayant perdu plus de 5% à 9h42, les échanges ont été interrompus 15 minutes, en application d’un nouveau règlement coupe-circuit destiné à éviter tout mouvement de panique. Raté car 2 minutes plus tard – contre 7 minutes lundi – ce même index (et d’autres) ont franchi le seuil de 7% de baisse fatidique amenant à une suspension pour le reste de la journée.

    http://www.lesechos.fr/monde/asie-pacifique/021602331445-cette-nuit-en-asie-29-minutes-pour-un-krach-boursier-en-chine-1190323.php

    Etat d’urgence en Californie à cause de la fuite de méthane massive.

    Le gouverneur de Californie a déclaré l’Etat d’urgence mercredi autour de Los Angeles à cause d’une fuite de méthane massive qui a forcé des milliers de résidents à évacuer et que les experts qualifient de catastrophe écologique majeure.


  11. Grégory Le 07 janvier 2016 à 09h04
    Afficher/Masquer

    A première vue il y a un gros problème méthodologique dans l’étude, qui présuppose que c’est le stress aigu qui résulte de la consommation de média et non l’inverse chez ces sujets qui y passent plus de 6 heures.


    • Crapaud Rouge Le 07 janvier 2016 à 13h24
      Afficher/Masquer

      Désolé, mais je ne comprends rien à votre commentaire. L’étude ne présuppose pas, elle conclut. Cela dit, les études de ce genre sont très souvent truffées de “problèmes méthodologiques”.


      • Grégory Le 07 janvier 2016 à 17h25
        Afficher/Masquer

        L’étude mesure que chez les personnes passant plus de 6h/j sur les news le stress est le plus important et présente cette mesure comme démontrant que plus on regarde des news, plus on est stressé. Hors ça peut aussi bien vouloir dire que plus on est stressé, plus on regarde des news, ou suffisamment des deux pour que les deux corrélations s’équilibrent. C’est une problématique de base pour chaque relation de corrélation au demeurant, et celles ci l’un des principaux écueils des études de science sociales avec les questions d’échantillonnages. Il serait vraiment utile que toutes les personnes qui lisent ces choses aient au moins ces fondamentaux en tête.


  12. FifiBrind_acier Le 07 janvier 2016 à 09h05
    Afficher/Masquer

    Nous subissons “la stratégie du choc ” décrite par Naomi Klein, dont je remets l’article paru dans les Crises en décembre 2012.

    http://www.les-crises.fr/la-strategie-du-choc/

    Le but est de nous faire régresser dans l’enfance pour mieux nous faire accepter des lois ou des décisions que nous n’aurions pas acceptés en temps normal.

    La laïcité telle qu’elle a été votée en 1905.
    http://www.assemblee-nationale.fr/12/evenements/1905/rapport1905-r.pdf

    La laïcité, ce n’est pas la guerre CONTRE les religions, mais LA PAIX entre les religions et la paix avec les athées. Détourner son sens pour stigmatiser les croyants est un grave abus de pouvoir.

    Et faire de la guerre contre les religions un symbole de la liberté d’expression est une régression majeure des principes républicains. Il faut remplacer ” Je suis Charlie” par “Je fuis Charlie” !!


    • Fabrice Le 07 janvier 2016 à 11h56
      Afficher/Masquer

      tout à fait d’accord avec le fait que l’on est en plein dans la stratégie des chocs.

      Je me rappelle d’un sketch des guignols de l’info. (introuvable désormais) où lors d’un séminaire des puissants de l’époque où intervenait Ben Laden, celui-ci expliquait qu’ils avaient des intérêts croisés, lui apportant la peur qui permettrait aux puissants de réduire les droits, libertés et droits sociaux, … alors que les gouvernants en promulguant une répression aveugle et en attaquant fournirait des effectifs à Ben Laden

      Lorsque l’on réfléchis un tantinet nous y sommes complètement, alors même si ce n’est pas un complot si formalisé (entre terroriste et gouvernants), il est clair que chacun sait y trouver son intérêt.


    • Agent Smith Le 07 janvier 2016 à 17h22
      Afficher/Masquer

      Erreur de manip sur le post d’avant, désolé… sal****erie de trackpad !
      Donc non la laïcité n’est ni pour ni contre la religion, ce n’est que l’affirmation du rejet du fait religieux à la sphère privée (qui s’oppose à la chose publique – res publica). Mais au même titre que le prosélytisme n’est pas interdit, la critique du fait religieux ne l’ai pas non plus. De même, vous pouvez penser qu’une religion est géniale et y adhérer (terre faite en 7 jours, homme fait de terre, femme faite de la cote de l’homme, le fruit de la connaissance, les anges aux langues de feu, le déluge, Noé, , la résurrection, le paradis, ou les cycles de réincarnation, les dieux a tête d’éléphant etc…) et vouloir la faire progresser. Mais vous pouvez aussi penser que les croyance magiques n’ont aucunement à régir votre vie et votre quotidien, et y voir une forme d’aliénation basé sur l’affabulation. Enfin, dans “l’esprit”, la République reconnait les faits religieux mais pas les religions, bref elle reconnait le droit d’un individu de croire et pratiquer mais pas la religion ni son église. Enfin dans une optique démocratique, on peut aussi reconnaitre le droit de certain à contester la religion, son pouvoir et ses effets sur la société dans laquelle ils évoluent, et donc à la combattre, au même titre que le prosélytisme n’est pas interdit.


  13. Fabrice Le 07 janvier 2016 à 09h51
    Afficher/Masquer

    Je suis complètement éberlué par l’attitude des médias, j’ai vu mes parents ou membre de ma famille du même âge être matraqué 24h/24 pendant plusieurs jours, bilan désormais ils ont reçu le message vu que ce sont leur génération qui a le pouvoir de “décision”.

    Le gouvernement à leur blanc seing pour revenir sur toute ou partie des libertés qui seront “jugées” nécessaire à la sécurité, flou sur l’atteinte à la nation, déchéance, carte blanche à la police, prochaine étape un Guantanamo à la française (pourquoi pas une réouverture de Cayenne ?).

    Le plus triste pour moi ce sont les enfants qui ont été exposé à ça, bonjour les dégâts à mon avis les spécialistes vont avoir du travail pour aténuer le traumatisme.


    • Joséphine Le 07 janvier 2016 à 14h03
      Afficher/Masquer

      Je ne sais pas quel age ont vos parents, mais pour ma part, ce sont les 45-50 ans autour de moi qui sont en totale panique, et qui veulent boucler la France entière, quels que soient les dégâts collatéraux.


      • Astatruc Le 07 janvier 2016 à 15h18
        Afficher/Masquer

        Bonjour Joséphine,
        Je suis obligé de vous contredire, autour de moi, les gens les plus réveillés et accessibles au débat ont entre 40 et 60 ans, j’ai pour ma part, 52 ans, comme quoi, faisons attention aux généralités,
        🙂


        • Joséphine Le 07 janvier 2016 à 20h52
          Afficher/Masquer

          Oui, oui, c’est pour cela que j’ai bien précisé “pour ma part”. Je me garde bien et de généraliser, et d’en chercher des explications! Concernant mes parents âgés, je crois que mon père a fait une sorte de déconnection mentale. Il y a eu effet de sidération. Mais je n’ai pas réussi à le débrancher de la TV. Hélas.


  14. Theoltd Le 07 janvier 2016 à 10h35
    Afficher/Masquer

    Quand un événement tragique mais inattendu et indésirable se produit, genre crash du Concorde, les médias traitent le sujet sur un ton dramatique pendant trois jours jusqu’a saturation, puis passent a autre chose.
    Je me souviens que suite a la prise d’otage a Moscou au Theatre qui s’était terminée tragiquement, et qui avait marqué les français, on avait eu droit a une reconstitution de l’attaque en France, mais celle ci se terminant bien grâce aux hommes du raid. C’était un documentaire destiné a réparer les esprits traumatises, sans doute imaginée par des psychologues utilisant le pouvoir hypnotisant de la télévision. Ceci afin de ne pas affecter la sainte croissance et liquider le marasme qui s’était installé dans les esprits.
    Dans le cas actuel, on est dans le traitement contraire, avec manifestement le but d’entretenir la peur. Bref, on est dans le service après vente. Cela donne pour le moins quelques indications quand aux origines et buts de ces attentats.


  15. Vincent Le 07 janvier 2016 à 10h37
    Afficher/Masquer

    Mon expérience personnelle sur le sujet…

    J’ai été Sapeur-Pompier de Paris pendant 1 an. Dès mon arrivée, j’ai été mis dans le bain, vu que je “décalais” en sureffectif avec le véhicule de secours à victimes, en parallèle avec ma formation.

    Sur mes 2 premiers jours comme pompier, j’ai fait pas mal d’interventions un peu “gores”. Et je me rappelle très bien m’être dit à la fin de ces 2 jours que, si j’avais vu à la télévision certaines des interventions auxquelles j’avais participé, je me serais senti mal, alors que de le vivre en vrai, on se fait moins d’idées ; tout parait plus naturel.

    D’ailleurs, anecdote : Au cours d’une de ces interventions, mon premier jour, j’étais sorti pour attendre et guider le SAMU qui arrivait pour nous aider. J’ai fait la bétise (manque d’expérience) de ne pas enlever mes gants plastiques, qui étaient pleins de sang.
    Résultat : des personnes dans la rue qui ont failli se sentir mal à la vue de ce sang. Même phénomène : elles imaginaient ce qu’on pouvait avoir, ce qui est pire que de le voir…


    • Krystyna Hawrot Le 07 janvier 2016 à 13h14
      Afficher/Masquer

      Ici même sur ce site nous nous sommes forcés à regarder les images insoutenables des bombardements du Donbass, (marquées d’un avertissement “attention, images très dures) et nous savions qu’il fallait les regarder si on voulait stopper d’horreur, alors que nos gouvernements, les médias et nos concitoyens niaient l’existence et l’humanité des habitants du Donbass;
      Je ne pourrai plus les regarder aujourd’hui, je me souviens de chaque image.
      Mais cela a durablement changé mon rapport au monde, à mes concitoyens français: j’ai perdu des amis, avec qui je ne peux plus parler depuis qu’ils ont soutenu Kiev et donc le meurtre du Donbass, j’ai rompu de nombreuses relations, gagné d’autres. J’ai participé et co-organisé les manifestations pour la paix, j'”ai soutenus les amis d’Odessa en lutte pour que justice soit faite pour le 2 mai (et il y a encore du boulot…) et je me suis préparée à aller dans le Donbass. J’y serai allée si certain signaux ne m’avaient pas été donnés que je risquais gros de la part de notre chère police ici si je le faisais.

      Pour les attentats je me protège, je ne suis pas retournée sur les lieux sauf aux alentours du Bataclan parce que c’est sur les boulevards passants. J’ai eu des altercations avec des collègues de travail qui se gavaient des images de morts du Bataclan sur Youtube et qui pétaient les plombs après. Ils ne comprenaient pas qu’en se mettant dans cet état ils aggravaient notre état collectif. Ce qui compte c’est l’explication rationnelle et l’action.
      La question est quelle action pouvons nous avoir en tant que citoyens face à des attentats, la politique étrangère et intérieure désastreuse de la France?


      • anne jordan Le 07 janvier 2016 à 16h27
        Afficher/Masquer

        Krystyna , vous demandez quelle attitude nous pouvons avoir ,face à ces attentats et face à la politique désastreuse en général …
        J’aimerais vous donner des trucs et astuces , hélas , je n’en ai pas en stock .
        En revanche , puisque je sais maintenant que vous êtes habitante de Paris intra muros , j’imagine que c’est par excès de modestie que vous ne vous lancez pas à la ” conquête ” des multiples assos , collectifs et organisations plus ou moins informelles , correspondant à vos intérêts !
        Pour ma part du fond de ma lointaine province , il n’y a pas de jour , sans invitation à participer à une conférence , une action , un débat , une manif etc …à …Paris
        Après , me direz vous , la politique désastreuse précitée sera toujours là , mais …vous aurez oeuvré , avec VOS idées et vos amis , à la mettre en échec !


      • Lysbeth Lévy Le 07 janvier 2016 à 18h31
        Afficher/Masquer

        Moi Krystyna je ne peux “être charlie” ni compatir émotionnellement avec ce que je vois a la TV depuis que j’ai vu mourir les ukrainiens russophones” après le fameux “Maidan” soutenu par notre pays qui est “Charlie” bien sur, comme les Usa et tous ces pays européens..Ca me dégoute tant, que ça me touche pas sans doute à tort, mais c’est plus fort que moi, quand on voit d’un côté + de 10 000 morts des millions de déplacés et autant de blessés, et nos 124 morts et a peine trois fois plus de blessés de l’autre, ou on nous demande de compatir en suivant les cohortes de responsables politiques en criant “je suis charlie” !! Impossible ça passe. Je suis désolée.là…

        Et quand je vois dans le monde en Afrique en particulier comment son traités les peuples ‘noirs ” ou arabes par les “démocrates” français ou euro-américains, je suis tellement gavé de massacres, génocides (Congo + 8 millions de morts !!) et charniers, que ces quelques morts français, qui sont finalement considérés par nos élites comme “les seuls morts qui vaillent la peine de pleurer” ça me dégoute que je m’en fiche ! Je m’excuse auprès de ceux que j’aurais choqué…


  16. Gilles Le 07 janvier 2016 à 12h21
    Afficher/Masquer

    Cette semaine de soi-disant « commémorations » relayée par des médias aux ordres n’est en fait que de la récupération politique. C’est une honte !!

    En plus les services de communication de notre cher président sont en dessous de tout : « Un sentiment de profond dégoût nait de ces erreurs, car leur accumulation révèle la récupération politique à laquelle on s’est livré. » dixit Sapir http://russeurope.hypotheses.org/4610

    Et nous aurons droit aux mêmes comportements en novembre 2016.

    Et puis il y aura la campagne présidentielle, avec une MLP qui fera de la surenchère pour multiplier les motifs de « déchéance de nationalité ». Elle sera suivie par Juppé et par Hollande (la chasse aux voix vu les sondages).

    Et on n’hésitera pas à modifier de nouveau la constitution. Et puis on fixera d’autres plaques commémorant d’autres attentats, et puis on aura droit à d’autres semaines de commémoration, et puis ……etc,etc….


  17. Erwan Le 07 janvier 2016 à 12h48
    Afficher/Masquer

    Très intéressante étude, merci Olivier pour le rappel.

    L’explication psychologique est en fait assez simple : une personne qui vit l’évènement traumatique est plus dans le ressenti réel qu’une personne qui ne peut que l’imaginer à travers des bribes d’informations. Les pensées de peur, de vulnérabilité et bien sûr de mort sont exacerbées dans le second cas, parce qu’on a peur de ce qu’on ne connaît pas, et on remplit ce manque de réalité par l’imagination à travers nos propres angoisses. On voit d’ailleurs souvent des victimes réelles (de quoi que ce soit) étonamment sereines par rapport à des comportements de quasi-panique de personnes qui n’ont vécu aucune violence mais qui se sentent menacées.


  18. Jeanne L Le 07 janvier 2016 à 12h55
    Afficher/Masquer

    Qui se souvient encore ? Rue de Charonne 8 février 1962.
    In memoriam

    Jean-Pierre Bernard, 30 ans, dessinateur
    Fanny Dewerpe27, 31 ans, secrétaire
    Daniel Féry, 16 ans, apprenti
    Anne-Claude Godeau, 24 ans, employée PTT
    Édouard Lemarchand, 41 ans, menuisier
    Suzanne Martorell, 36 ans, employée à L’Humanité
    Hippolyte Pina, 58 ans, maçon
    Raymond Wintgens, 44 ans, typographe
    Maurice Pochard (décédé à l’hôpital), 48 ans

    Nous étions si nombreux le jour des obsèques mais pas derrière Porochenko, Merkel et les princes arabes !!!
    La plaque commémorative est au métro Charonne, lisez- la quand vous passez.


  19. Spectre Le 07 janvier 2016 à 13h01
    Afficher/Masquer

    On peut effectivement noter une intéressante division du travail : les extrémistes frappent, et ensuite les médias et le personnel politique s’occupent eux-mêmes de répandre et démultiplier la terreur. Matraquage d’émissions spéciales creuses et dépolitisées, culture du fait divers sordide, reconstitutions macabres, complaisance dans le frisson sacré de l’horreur. Mention spéciale au premier ministre qui se permet tranquillement de parler de possibilités d’attentats à l’arme chimique…

    Depuis 15 ans, il y a eu en France un total de 158 morts au cours d’attentats (dont 148 cette année). Chaque année, entre 500 000 et 550 000 personnes meurent en France : plus de 150 000 personnes d’un cancer, quasiment autant de maladies cardiovasculaires, plus de 60 000 du tabac, plus de 10 000 suicides, 5 000 accidents de la route, … L’obésité, les drogues, les violences conjugales tuent bien plus en France que le “terrorisme”. Où est l’état d’urgence pour toutes ces causes ?

    Au-delà de l’hystérie sciemment organisée, le fait est que la probabilité d’être blessé ou de mourir dans un attentat est absolument dérisoire. Ce qui n’empêche pas tous les propagandistes autorisés sur les plateaux de télé de nous certifier gravement que “chacun peut être visé, partout, à tout moment”. Pourtant, ce n’est pas en France qu’on risque de se faire droner par les Ricains quand on va à un mariage ou qu’on sort ramasser ses légumes…

    Et maintenant, chaque année, nous aurons droit aux commémorations hypocrites et autosatisfaites, une entreprise de blanchiment collective où les belles âmes se gargariseront de la supériorité de leur “civilisation,” celle où la “liberté” de chier sur les plus faibles avec des dessins scatologiques et racistes compte plus que les millions de morts “là-bas,” loin de nos si belles et vertueuses contrées. À vomir.


  20. SVL Le 07 janvier 2016 à 13h44
    Afficher/Masquer

    Voilà pourquoi je ne regarde plus la télé et ce, depuis le 12 septembre 2001en une journée j’avais compris…


  21. Louis Robert Le 07 janvier 2016 à 13h54
    Afficher/Masquer

    Dernière heure: “Un homme abattu devant un commissariat de police.” (France 24)

    — “On devra sans doute s’habituer à de telles scènes…” (commentateur, France 24)

    Il est hallucinant d’observer à quel rythme infernal la France glisse vers le chaos, rationalise l’inacceptable, s’accommode de l’invivable, se dit même rassurée de vivre en état de guerre permanent au coeur même de sa capitale.

    La nouvelle normalité n’est déjà plus “comédie humaine”.


    • Spectre Le 07 janvier 2016 à 14h23
      Afficher/Masquer

      Encore un fait divers sanglant qui sera monté en épingle pendant 3 jours pour habiter les consciences… Chaque cinglé de France et Navarre connaîtra désormais la marche à suivre s’il veut faire le 20h


      • Vladimir K Le 07 janvier 2016 à 16h14
        Afficher/Masquer

        Il faut faire de l’audimat pour gagner des sous, et pour ça, il faut faire mieux que la série américaine sur la chaîne d’à côté.


      • Lt Anderson Le 07 janvier 2016 à 16h23
        Afficher/Masquer

        Histoire de ne pas faire mentir Andy Warhol?


      • Agent Smith Le 07 janvier 2016 à 17h38
        Afficher/Masquer

        Oui, mais c’est ce que veut la majorité des gens. Les médias télé (grandes chaines) ne sont la que pour servir ce que désirent les gens. Et les gens veulent du sensationnalisme, des choses futiles ou pas trop compliquées, des nichons et des lolcats. Remplacer les programmes de grandes écoutes des 3 plus grandes chaines par des conférences du Collège de France ou d’H. Guillemin et il n’y aura plus de spectateur et plus de recette publicitaire…
        La TV est au service de ses consommateurs et de ses “financeurs”, c’est ce qui permet les recettes publicitaires, rien de plus. D’où le développement des chaines thématiques désormais.


      • Lysbeth Lévy Le 07 janvier 2016 à 18h06
        Afficher/Masquer

        Alors que sans doute il s’agirait de tout autre chose qu’une attaque terroriste, “War in terror ” oblige, d’autres faits cachés qui pourraient expliquer (??) les gestes de cet homme :

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Suicide_par_police_interpos%C3%A9e et

        http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/201202/17/01-4496938-agresser-un-policier-dans-lespoir-detre-tue.php

        On aura remarqué que désormais de nombreux “pseudo-terroristes” souvent faussement armé, ayant crié “Allah Akbar” comme de juste, dans ces cas là, et ayant un drapeau daeshien “dessiné” sur lui, fait trop souvent oublier que de nombreux malades mentaux sont désormais a classer comme “terroristes potentiels”.

        D’ou le fait que ces “terroristes ” ayant des antécédents psychiatriques, mal suivis sont une aubaine pour les tenant du “choc des civilisations”. Je l’avais expliquer dans un autre post, la fermeture de nombreux hôpitaux psychiatrique (sectorisations), de lits, et l’idéologie “du fou devant vivre au milieu de la société” (anti-psychiatrie) a en vérité jetés dehors de nombreux malades potentiellement dangereux pour eux et les autres.

        Et nous voilà comme les Usa sous Reagan (le premier qui a vidé ces hôpitaux pour économies), a voir ces pauvres hères souvent SDF sans soins et sujet a des crises. Voilà a partir de quoi on va fabriquer une “nouvelle peur” plus tellement celle du fou, mais celle du “djihadiste” qui permet a la police aux Usa de tirer d’abord et voir ensuite. Les nombreux malades, SDF tirés à vue” là-bas sont légions, et puis au final tout le monde s’habitue, c’est Sarkozy qui a décidé de punir de la même façon des malades mentaux et de vrais délinquants, lui qui a si bien copié le “modèle américain” qui l’a tant nourri et enrichie.
        Après je peux me tromper mais c’est pour ne pas oublier que notre société copie l’américaine avec une telle force, ce qui peut apporter de nombreuses explications logiques en somme.


        • TienTien Le 08 janvier 2016 à 09h06
          Afficher/Masquer

          Je pense que vous avez parfaitement jugé ce dernier “fait divers” à sa réelle valeur.

          Lorsque j’ai appris cet événement, j’ai aussitôt pensé: “tiens, voilà une excellente idée de suicide”. En effet, vouloir vraiment se suicider n’est pas toujours si facile à mettre en pratique. Soit vous ne possédez pas d’arme à feu, ne savez pas faire un nœud de pendu, n’avez pas le “courage” de vous jeter dans le vide, ne possédez pas de cyanure, etc, etc…Toutes choses somme toute fort compréhensibles. Le seul inconvénient sera de voir votre nom jeté en pâture urbi et orbi.


  22. Vladimir K Le 07 janvier 2016 à 14h30
    Afficher/Masquer

    Dans un registre plus léger, je sais que le français n’est pas une priorité pour les journalistes français, mais il n’y a pas de ¨ sur le u dans “aiguë”. En fait, je ne connais pas beaucoup de mots avec des ü en français.

    Le but des trémas en français, c’est d’éviter qu’une voyelle précédent la voyelle comportant le tréma ne provoque une combinaison, et donc un autre son, exemples :

    S’il n’y avait pas de tréma sur le e de Noël, ça se prononcerait “Neul” (comme oeuf)
    S’il n’y avait pas de tréma sur le i de laïc, ça se prononcerait “lèc”

    etc.

    mais étrangement, le mot aiguë pose souvent problème

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Tréma_en_français


  23. theuric Le 07 janvier 2016 à 15h48
    Afficher/Masquer

    Je me méfie des biais anthropologiques.
    Que l’étude ait été faite aux U.S.A. veut dire que les résultats concernent les américains et, de plus, sur une région, dans un état bien précis, mais qu’en est-il dans le reste des Amériques?
    Et qu’en est-il aussi de la France, de l’Allemagne ou de l’Espagne, par exemple?
    Une étude a-t-elle été entreprise pour vérifier si les étasuniens, suivant les états où ils vivent, les français, les allemands, les espagnoles fonctionnent tous sur un même mode réactif lors de différents événements?
    Il me semble bien que non, en revanche, si oui, alors il serait bien que nous soit fourni le résultat de cette étude, et de la date où elle fut faite.
    Quand à moi, tant que cette comparaison ne sera pas établi, je me garderais bien de conjecturer les résultats fournis par les chercheurs outre-atlantiques au français et à la France, et tout autant aux allemands, aux espagnoles et tutti quanti…
    Conclusion:
    Les résultats de cette étude ne concerne qu’un nombre réduit d’êtres humains et ne peut pas, pour l’instant, être étendu à toute l’espèce humaine tant que la preuve scientifique formelle dans un sens ou dans un autre ne nous en sera pas apporté.
    La question essentielle étant: ” Les différences sociologique et anthropologiques des divers sociétés humaines font-elles réagir, de manière semblable ou dissemblable, les populations les composant lors d’un stress puissant de type violences armées ou de toutes autres sortes? ”
    Tant qu’aucune réponse ne m’y sera apporté, je me méfierais du résultat d’une telle étude.
    Ou alors de considérer que la France est le cinquante-et-unième état des États-Unis-d’Amérique, ce qui est le droit le plus stricte de chacun.


  24. Vladimir K Le 07 janvier 2016 à 16h27
    Afficher/Masquer

    Cette (plus aussi) nouvelle mode de l’information en continu est totalement anxiogène. Même si l’information est répétée, le cerveau la traite comme une nouvelle information, et il arrive à saturation.

    Des études montrent que les adultes occidentaux de notre époque sont plus stressés que ceux qui ont vécu la seconde guerre mondiale, ce qui au delà de ce problème de sur-information, n’a pas de raison d’être.

    C’est un sujet à part entière :

    http://healthland.time.com/2011/11/14/is-information-overload-making-us-depressed/

    https://www.psychologytoday.com/blog/shut-and-listen/201301/information-overload-its-not-just-bloody-nuisance

    http://pespmc1.vub.ac.be/chinneg.html


    • Michelle Le 07 janvier 2016 à 20h34
      Afficher/Masquer

      Justement avec une camarade, nous venons de revivre nos souvenirs de la guerre 39-45.
      A l’époque on ne fermait pas nos caves. nous ne connaissions pas les codes des portes. nous n’avions pas besoin de protéger nos richesses nous n’en avions pas.Nos voisins ouvriers comme nous n’étaient pas des voleurs.Et toujours l’épicière me disait dans le tuyau de l’oreille; tu diras à ta mère que le sucre a été livré. je répétais à ma mère qui aussitôt me disait; “vite prends les sous et le cabas ainsi que les tickets de notre voisin” qui était sourd total qui vivait seul et travaillait.

      Bien sur les voleurs existaient, ils collaboraient et cherchaient à vendre des produits au marché noir ce qui était interdit. Les historiens expliquent même que nous ne pouvions pas vivre avec les rations sans acheter au marché noir C’est absolument faux. car nous n’avions pas d’argent et nous n’aurions pas dénoncer ces personnes qui se cachaient.

      Mais nous vivions de beaucoup de SOLIDARITE. des dames tricotaient nos pulls nos mères rendaient des services et nous étions drôlement créatifs pour pallier au manque de Tout. on se fabriquait des chaussons, du savon, les cyclistes aidaient aux réparations et nous étions heureux de chanter ensemble simplement ou de rire de rien.

      Maintenant je vis seule assez sourde dans un immeuble sécurisé je parle peu aux voisins car ils sont riches et disent trop de mal de leurs voisins. je les évite à cause des cancans.On meurt sans que personne ne vous apporte une fleur;
      Pendant la guerre on la cueillait dans nos petits jardins et ensemble elles étaient fort appréciés, les familles lisaient fébrilement tous les petits billets d’amitié et cela les réconfortaient. Maintenant? c’est privé et réservé à la famille proche.

      Nous vivons de plus en plus mal dans cette sorte de richesse qui se met à décliner et qui n’est remplacer que par le portable et le vent.


      • Jeanne L Le 07 janvier 2016 à 21h30
        Afficher/Masquer

        Michelle, votre témoignage me touche profondément.
        Sur cette solidarité active et à propos de fleur: un destin à rappeler puis que la mode est la commémoration:
        Marie-Louise Moru “Lisette”
        Né le 27 Juillet 1925 à Port-Louis dans le Morbihan, manutentionnaire dans une conserverie ,Lisette va porter des fleurs à l’endroit où est tombé un avion anglais en traversant tout le pays, son bouquet dans les bras en disant tout haut où elle va. Le 8 Décembre 1942 elle est convoquée à la Kommandantur. Elle n’en est pas sortie avant de partir à Romainville puis à Auschwitz, n° 31825 Elle y est morte en Mars 1943. Elle n’avait pas dix-huit ans.
        Source p.209 du convoi du 24 Janvier de Charlotte Delbo.(éditions de minuit)
        Oui, la piété pour les héros morts, un simple bouquet de fleurs a couté la vie à des jeunes gens simples et solidaires.
        Merci d’avoir rappelé ces années que je n’ai pas pour mon compte vécues, mais dont on s’est souvenu longtemps.


        • Michelle Le 08 janvier 2016 à 09h37
          Afficher/Masquer

          Même si la fleur champêtre offerte en témoignage de sympathie à un décédé vous a touchée, je tiens à dire ayant tant admiré les résistants du Mont-Valérien que notre souvenir n’entre pas du tout dans votre évocation.
          Pour Lisette, il s’agissait ni plus ni moins d’un acte de RESISTANCE. Elle offrait des fleurs à la vue de tous à un personnage certes héros mais qu’elle ne connaissait pas.

          Dans mon récent témoignage ces petites fleurs sont offertes uniquement à des voisins sympathiques à des personnes connues depuis longtemps.
          Durant la guerre justement dans les familles ouvrières nous faisions attention à ne pas nous faire remarquer. ma camarade le dit bien . Ses parents avaient un devoir de réserve, Certes ma mère avait une âme de résistante mais déjà bien éprouvs par l’accident terrible de notre père occasionné par les Allemands nous n’allions pas ajouté la misère à une autre misère. ou alors c’était vraiment “du suicide”


          • Jeanne L Le 08 janvier 2016 à 12h51
            Afficher/Masquer

            J’avais, je crois, compris le sens de ce que vous disiez.
            Si cela m’a évoqué le cas de Lisette, c’est que son acte, effectivement crâne et volontaire et fait dans une perspective résistante, c’est que je me suis dit que ces actes venaient pour certains des profondeurs des façons de vivre, de se comporter des gens, du peuple, d’une époque et d’un milieu considérés.
            Moi qui suis née et été élevée après guerre aussi dans un milieu ouvrier, je sais bien et j’ai bien éprouvé cette solidarité, aide, circulation des choses et je sens bien ce qui différencie ces époques et celle “du portable et du vent” comme vous le dites si justement;
            En tous les cas les formatages des médias, forçant “à la solidarité”, proposant des attitudes, des comportements des réactions et des postures qui ne viennent plus du tréfonds et de la “naturalité” active de tous (je veux dire que la solidarité va de soi, que son action est naturelle), de la “communauté des voisins ” (dans mon coin “le plus proche voisin” est aussi important que la famille depuis des siècles) donnent le sentiment d’être à la fois manipulés de l’extérieur et hors sol.
            Les traumatismes collectifs profonds que nous ressentons dans les événements ou les contraintes de “sombres temps” sont plutôt entretenus que “soignés” par cette prise en charge des autorités politiques et médiatiques circulant en temps réel sur les réseaux.
            La réaction résistante de Lisette, morte à Auschwitz, s’enracinait aussi dans la réaction forte de tout un peuple simple impliqué dans la façon de vivre de ses relations “proches” protégeant les siens et l’amitié.


  25. Andrae Le 07 janvier 2016 à 18h17
    Afficher/Masquer

    Evident que le nexus Gouvernement / médias cherche à faire peur, à traumatiser, pour buts multiples.

    Rendre les gens plus dépendants des médias (consommant plus, plus d’argent pour eux), des dirigeants, le Gvmt. et forces de l’ordre: obéissance servile, etc. Pouvoir passer des nouvelles lois de contrôle (surveillance, état d’urgence, repression de la dissidence, arrestation d’enfants, Patriot Act, etc.) ainsi que de satisfaire l’appétit des organes dites de ‘sécurité’ – armes, production et vente, police musclée, l’expansion sans fin de collectes de données sur tout le monde, charlatans, etc.

    ———–

    Biais dans l’étude citée en premier.

    Ceux qui étaient présents au Marathon de Boston ont, en grande partie, pas remarqué grand chose. L’attaque était circonscrite dans le temps et l’espace, il y avait ‘peu’ de gens (centaines, pas plus, c’est évident, regarder les images) qui ont vu des victimes mutilées ou tuées, ou même sur le moment se sont rendus compte d’un problème.

    La grande majorité des ‘présents’ – coureurs, spectateurs par milliers, staff des restos, bars, familles, touristes, passants, soulographes pour la fête, photographes, et même services de sécurité, urgence, une foule immense, etc. n’ont pas subit des conséquences de leur expérience directe, seul plus tard par les médias. Si plutot de sang froid, indifférent ou autre, l’impact est nul.

    Il y a un problème de correlation et de co-causes: Ceux (absents de l’événement) qui ont passé 6 heures par jour sur les ‘news’ vs. ceux qui ont alloué une heure ou zéro (dernier pas compté) sont bien sur plus accros aux médias, plus fragiles, moins intégrés (6h par jour de libre..), plus vulnerables à l’hystérie, peut-être en même temps plus compatissants, avec plus de sympathie, et plus sujets à un ‘suivisme’, les ordres d’en haut, la propagande des médias, etc.

    C’est toujours les plus faibles qui sont visés en premier lieu.


  26. Ailleret Le 07 janvier 2016 à 19h08
    Afficher/Masquer

    Question : si le suicidaire du jour n’avait pas crié “Allahou Akbar”, aurait-on parlé de terrorisme ? Mais si les auteurs des tueries qui se produisent aux Etats-Unis étaient musulmans, alors là, on parlerait de terrorisme. Et si le copilote de la GermanWings qui a écrasé son avion l’an dernier avait été musulman, à coup sûr, on aurait parlé d’acte terroriste.


  27. FifiBrind_acier Le 07 janvier 2016 à 19h31
    Afficher/Masquer

    Un détail dans toute cette agitation mémorielle:
    Hollande demande à la Police, à la Gendarmerie, aux Services de renseignement de mettre en commun leurs informations, et de travailler “en pleine concertation” …

    http://www.franceinfo.fr/actu/politique/article/francois-hollande-appelle-police-gendarmerie-renseignements-militaires-travailler-en-pleine-756735
    Génial !
    Ce qui veut dire que depuis l’affaire Merah, en Mars 2012, ce n’était pas le cas…
    Nous voilà rassurés ! Doivent s’occuper des écologistes…., de vrais dangers publics, ceux là!

    Il a oublié la prise en compte des informations venant des pays étrangers, une paille …
    La concertation a des limites, faut pas pousser l’efficacité trop loin quand même!
    Ya pas à dire, on sent bien que nous avons un Gouvernement qui combat activement le terrorisme….


  28. Spectre Le 07 janvier 2016 à 20h22
    Afficher/Masquer

    Et voilà, Pujadas a passé 10 minutes sur l’évènement du jour. “Que sait-on sur cet homme ?” s’enquiert-il auprès du fin limier sur place. Réponse : “La police ne sait pas grand-chose. Les premiers témoignages parleraient d’un SDF qui n’a pas toute sa tête”. La République est en danger ! Vite une loi ! ! !


    • Lysbeth Lévy Le 08 janvier 2016 à 10h10
      Afficher/Masquer

      Ca vient …La polémique a commencé car des témoins n’ont pas vu d’arme (couteau ou hachoir) ni entendu qu’il aurait crié “Allahu Akbar” comme convenu : http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/goutte-d-or-il-a-recule-en-levant-les-mains-assure-une-temoin-730416.html

      “”” Les policiers lui demandaient de reculer. Mais lui, il faisait des mouvements brusques vers l’avant”, détaille la jeune fille, cheveux plaqués vers l’arrière en queue de cheval. Elle assure ne pas avoir entendu le suspect crier quoi que ce soit, ni avant, ni après les tirs. Ni même avoir vu d’arme. Un hachoir de boucher, visible sur les photos de la scène du drame, a pourtant été retrouvé sur place.””

      http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/il-n-a-pas-crie-allah-akbar-assure-un-temoin-de-l-attaque-du-commissariat-730410.html
      Ca ressemble a une grosse bavure, qu’ils (??) ont voulu exploiter comme un attentat terroriste par un SDF, et on bien sur accréditer la thèse d’un radicalisé (un SDF radicalisé dans son coin sous un porche oops !) avec des “preuves” sur lui …le couteau ou hachoir rajouté comme en Israel ?

      Croyez moi que le but de ce “jeu” est d’avoir le droit pour les policiers de “tirer a vue” sans avoir a trop regarder de près. Comme aux Usa je précise..d’autant que Manuel El BLanco et le journaliste ont précisé : “il y en aura d’autres” ou “il va falloir vous y habituer” …Enfin peut être que je me trompe mais je lis des commentaires qui vont dans le sens de ce que je dis.!!!…


  29. Andrae Le 07 janvier 2016 à 20h29
    Afficher/Masquer

    Samedi 14 novembre 2015 (les sources divergent sur le bilan):

    11 morts, 5 ‘disparus’ (? morts mais pas encore enregistrés), 25 bléssés en urgence relative, 12 autre en urgence absolue. Plusieurs enfants blondinets tués. (lien.)

    Le TGV qui a déraillé proche de Strasbourg.

    Couverture médiatique nationale? 14, 15, 16 nov. 2015? Léger, ou zéro, programmé pour être ignoré, oublié.

    Bilan final, causes, enquête sur les responsabilités..? Le *grand public* n’est pas au courant. Si failles, conducteurs bourrés, erreurs techniques, non-performance, d’autres événements, ordres ridicules, qui sait..?

    Images? Qui en a vu? Aucune image des morts / blessés, sauveteurs paniqués, n’a été transmise au public. Peut-être que certains ont souvenir d’un train dans une position peu conforme prise de loin. Sans images, pas d’émotion, c’est clair.

    (Je parle des grands médias nationaux.)

    La France est en guerre contre des terroristes islamistes fous, disons arabes, extrèmistes! Ce qui se passe avec le TGV, gloire nationale quand même…bof…

    Chercher l’ennemi extérieur qui infiltre l’intérieur permet de masquer, négliger d’autre failles. C’est une politique volontaire, calculée, de la part du Gvmt. La musique du bouc émissaire est connue…

    http://www.france24.com/fr/20151115-france-deraillement-tgv-alsace-morts-vitesse-sncf


    • Theoltd Le 08 janvier 2016 à 07h19
      Afficher/Masquer

      Non, c’est juste que le déraillement du TGV n’était pas prévu lui.


  30. thecis Le 07 janvier 2016 à 23h03
    Afficher/Masquer

    Je crois que le pire c’est de voir la cote de nos dirigeants remonter alors qu’ils sont à l’origine des représailles. De Gaulle était très gentil en qualifiant seulement de veau les français…


  31. natoistan Le 08 janvier 2016 à 00h52
    Afficher/Masquer

    Pour le procureur fédéral, il y a un risque d’attentat en Belgique le 15 janvier.

    A cette date, cela fera exactement un an qu’une cellule terroriste avait été démantelée à Verviers…

    http://www.lesoir.be/1087936/article/actualite/belgique/2016-01-07/pour-procureur-federal-il-y-un-risque-d-attentat-en-belgique-15-janvier


  32. Theoltd Le 08 janvier 2016 à 08h17
    Afficher/Masquer

    Enfin, tous ces attentats permettent au moins clairement au pequin moyen de réaliser que la France est l’ennemi de Daesh, que chez Daesh on hait la France, et que donc que ceux qui pensent que la France aurait livré des armes a Daesh pour se débarrasser d’Assad, ne sont que d’horribles complotistes, qui se mettent en plus le doigt dans l’oeil. Hein, Daesh ne nous attaquerait pas si on était leurs amis, logique non. Ben non, ben si, ben non. Allez savoir.


  33. interlibre Le 08 janvier 2016 à 08h50
    Afficher/Masquer

    Les médias n’ont pas comme objectif de faire peur mais de faire de l’audience.
    Et en faisant peur ils font plus d’audience. cqfd
    C’est pour cette raison que l’on a autant de violence et que les initiatives positives sont totalement absentes des médias.
    J’ai été très marqué par les attentats de novembre, comme beaucoup de gens.
    Ça a déclenché chez mois une (petite) dépression mais ça m’a poussé à comprendre et à réagir.
    Je ne me suis jamais trop intéressé à la spiritualité mais la conscience, se focaliser sur le moment présent amène une lucidité salutaire que la majorité des gens a oublié. Les chocs peuvent aussi amener à évoluer et pas seulement à régresser.


    • theuric Le 08 janvier 2016 à 16h20
      Afficher/Masquer

      C’est ce que je ne cesse de dire: qui observe transforme.
      Ainsi l’observateur et le sujet observé sont contraints d’évoluer concomitamment par ce processus d’observation, même si parfois, dans une expérience scientifique, par exemple, il faille décomposé ou détruire le sujet observé ou si, même, ce qui est transformé ou décomposé ce n’est pas le sujet lui-même mais le flot d’informations qu’il transmet, comme peuvent le faire les astronomes observant la voute céleste.
      Mais la difficulté tient en ce qu’il nous faille, suite à cette observation, véritablement comprendre la dynamique de la réalité du sujet observé et non pas plaquer ce que nous savons déjà du monde sur le-dit sujet.
      Il nous faut donc savoir, tout autant, s’observer soi-même, pour comprendre les intitulés de nos croyance et savoirs en près à porté, pour pouvoir être dans une démarche de compréhension de la réalité de ce que nous avons observé nous-même.
      C’est là que se situe le réelle effacement de nos angoisses et ne peut qu’être que l’œuvre d’une vie.
      Et c’est là, également, que se situe la croisée des chemins entre science et métaphysique, mais de ça, c’est une bien autre histoire.


  34. Emile Auguste Le 08 janvier 2016 à 11h11
    Afficher/Masquer

    Je suis assez d’accord pour dire que la façon dont les médias “mainstream” couvrent la question du terrorisme est critiquable mais, en l’espèce, je reste méfiant quant au contenu de ces deux articles et, en particulier, celui du premier.

    En effet, l’étude décrite dans cet article nous dit qu’il y a une sorte de corrélation entre le fait de consulter de la documentation sur un attentat plus de 6h par jour et un très haut niveau de stress.

    Mais l’article ne dit pas quelle était la part des personnes de l’échantillon étudié à avoir passé plus de 6h par jour à consulter de la documentation sur l’attentat.

    Plus de 6h par jour à consulter de la documentation sur un seul événement, ça me parait énorme.

    Soyons notamment attentif au fait que cela englobe les personnes qui y ont passé au MINIMUM 6h chaque jour à (donc, notamment, celles qui y ont passé 7h, 8h voire plus).

    Aussi, on peut se demander s’il n’existe pas un paramètre caché qui n’est pas révélé par cette étude et qui explique une partie de la corrélation observée.

    Par exemple, il se peut que les personnes concernées aient, à l’origine, un tempérament un peu obsessionnel et anxiogène, ce qui expliquerait qu’elles puissent consacrer autant de temps dans une seule journée à se documenter sur un fait unique jusqu’à développer un très haut niveau de stress.

    C’est une simple hypothèse bien-sûr mais je veux simplement dire par là que nous devrions toujours faire preuve d’esprit critique.


  35. Frédéric Le 08 janvier 2016 à 16h10
    Afficher/Masquer

    Lorsqu’on s’est déjà trouvé dans une situation violente et qu’on n’en est pas sorti complètement indemne, on est moins sujet au stress télévisuel


  36. tolérance Le 09 janvier 2016 à 00h10
    Afficher/Masquer

    Je vous remercie pour votre site non manichéen. Je pense qu’effectivement les médias ont une part de responsabilité importante, par ce qu’ils exposent. Je tiendrais tout de même à rappeler que les premières victimes des islamistes radicaux sont les islamistes traditionalistes qui ne recherchent que la tolérance. Cette semaine, sur france inter, j’ai entendu E Badinter, laicarde radicale qui prétend que l’on peut être fier d’être traité d’islamophobe. Et pas plus tard que ce soir un reportage lamentable sur les femmes radicalisées qui joueraient au foot avec des têtes coupées: bravo les laïcs. Je ne connais pas une seule religion qui rependrait de telles mensonges. Les auditeurs de FI auront certainement fait la part entre l’islam accueillant et la laïcarde intolérante et revancharde.
    Merci pour votre site!


  37. Jex94 Le 09 janvier 2016 à 08h23
    Afficher/Masquer

    Je cherche donc toujours à comprendre quel est l’intérêt de dénoncer la manipulation de l’opinion public par les médias, et ce qu’on propose en solution alternative et dans quel but. Devenir une autre forme de Gourou avec l’idée d’être l’incarnation de la vérité, et du bien ?
    De mon côté, je continue pour le moment de penser, tout en étant enclin à revoir cette position, que cette dénonciation est inutile.

    Je me demande même si c’est une vérité absolue… Observez attentivement votre entourage, famille, amis, cercles divers et variés, est-ce la majorité d’avoir des avis et pensées communes qui vont dans le sens des journaux TV ? De mon côté, ce n’est pas le constat que je fais, la grande majorité des gens sont au contraire très méfiants des médias et ont un avis personnel. Ce que je constate en revanche, c’est que chacun cherche à être heureux et insouciant, et donc procède au déni involontaire : Conscients que le mal existe, les guerres, les famines, les drames humanitaires, conscients que beaucoup de choses sont nuisibles à l’environnement et à l’humanité, mais préfèrent l’ignorer ou plutôt ne pas chercher à trop y penser pour se préserver de la dépression, la mélancolie. Par ailleurs, on se sent impuissant ou incapable face à ces problématiques complexes de grande ampleur.

    Faites un test simple autour de vous : Parlez du génocide actuel au Congo et voyez la réaction des gens lorsque vous leur apprenez qu’il y a eu 6 millions de morts, et que le phénomène continue jour après jour…. Le sujet sera vite placé de côté et oublié le lendemain car ça dépasse l’imagination et l’entendement. Lorsque que l’on développe le sujet et que l’on voit que cela est lié à la forte demande des hommes de posséder des appareils numériques portatifs, et qu’en un instant, la responsabilité indirecte nous retombe sur les bras (j’ai personnellement 5 tel portables chez moi, 2 tablettes et 3 Pc portables… J’ai donc du sang Africain sur les mains), alors le déni se met en place, notre cerveau se met en pause et nous ne cherchons plus à comprendre ce problème, on préfère se dire que ce sont à nos dirigeants de régler le problème, que ce sont aux médias d’en parler, que c’est de la faute des multinationales qui explorent les métaux rares au Congo… Et hop on se déresponsabilise et tout va bien dans le meilleur des mondes, nous pouvons continuer à être heureux.
    Pourtant, la source de tout cela, c’est bien la somme des demandes des consommateurs que nous sommes.

    Pour en revenir à cette affirmation de manipulation majoritaire des médias, elle ne correspond donc pas à ce que j’observe dans mon entourage, même ceux qui ne regardent que la télé pour suivre les actualités. Ils prennent ce qui les intéresse mais ne sont pas dupes ni naïfs, ils savent faire la part des choses entre l’information brute et l’avis qu’il convient de s’en faire, en fonction de leurs convictions personnelles et modes de pensées, expériences.
    Je comprends parfaitement le désir d’une information impartiale, honnête, relatant la vérité pure et factuelle. C’est ce à quoi j’aspire également. Mais je ne suis simplement pas d’accord sur le fait que nous subissons cette situation. Encore une fois, si une personne se contente de gober et d’adhérer au 1er discours entendu, la responsabilité repose autant sur celui qui s’en contente, que celui qui l’a diffusé.

    Si la manipulation d’une majorité de gens est la vérité, alors pourquoi tant la dénoncer que de faire de la politique et de manipuler ces mêmes personnes mais pour la théorique “bonne cause” ?


Charte de modérations des commentaires