Les Crises Les Crises
23.août.201923.8.2019 // Les Crises

Abou Dhabi Leaks 2/2 : Arabie saoudite-Canada ; Le Canada, premier pays occidental à avoir brisé le tabou de la règle d’or saoudienne «Le mutisme contre l‘argent ». Par René Naba

Merci 70
J'envoie

Source : René Naba, 10-08-2019

La diplomatie éthique du Canada

Face aux abus du pouvoir saoudien, le Canada a été le premier pays occidental à briser le tabou de la règle d’or wahhabite «le mutisme contre l’argent».

Une équation qui pourrait se traduire par l’arrangement suivant: Fermer l’œil sur tous mes excès, en échange de commandes exorbitantes à l’effet d’impulser une dynamique aux économies occidentales souvent défaillantes et de lubrifier le train de vie de leurs décideurs avec leurs inhérentes rétro-commissions.

Bravant les foudres saoudiennes devant les abus répétés de Riyad, notamment la capture de 150 princes de la famille royale et la démission forcée de son homme lige au Liban, le premier ministre Saad Hariri, le Canada a décidé de préconiser à l’égard du Royaume saoudien et des autres régimes autocratiques, une «diplomatie éthique»: Encourager la commercialisation du pétrole produit par des pays démocratiques au détriment du pétrole produit par des pays non démocratiques.

L’étincelle proviendra de Mme Chrystia Freeland, ministre des Affaires étrangères canadienne, qui s’inquiétera publiquement du sort de deux saoudiens, l’activiste Raef Al-Badawi, détenu depuis 2012 en raison de propos tenus critiques tenus sur son blog, et sa sœur Samar, également emprisonnée pour avoir pris sa défense de son frère blogueur.

Contestant la tutelle imposée aux femmes saoudiennes, Samar Al Badawi a dénoncé, en 2010, son père de l’avoir empêché de se marier avec l’homme de son choix. Pour sa désobéissance, elle a été incarcérée mais sa tutelle a été transférée à l’un de ses oncles. L’organisation saoudienne, Human Rights First Society, avait qualifié alors l’enfermement de Samar de «détention illégale scandaleuse». En 2012, elle a été lauréate du « Prix International de la Femme de Courage» pour sa lutte pour les droits des femmes dans son pays.

Considérant qu’il s’agit d’une ingérence intolérable dans ses affaires intérieures, l’Arabie saoudite ripostera le lendemain, le 5 aout 2018, par l’expulsion de l’Ambassadeur du Canada à Riyad, le dégagement sans ménagements de quelques 5.000 étudiants saoudiens inscrits dans les universités canadiennes et la rupture des relations commerciales entre les deux pays.

Disproportionnée, la riposte saoudienne se voulait un message de fermeté à l’égard des Occidentaux pour tenter de les dissuader d’emboiter le pays au Canada. Elle sera perçue comme tel par les Occidentaux, trop heureux de se débarrasser d’un concurrent encombrant, en dépit de son appartenance à l’Otan et sa participation à l’effort des alliés durant les 2 guerres mondiales (1914-1918; 1939-1945).

Mieux, le coup de sang saoudien a paru servir les desseins de Washington à l’époque en pleine épreuve de force avec Ottawa à propos de l’ALENA, la zone de libre-échange de l’Amérique du Nord (Canada, Etats Unis, Mexique).

Certes, la «diplomatie éthique» du Canada lui a permis de se dédouaner de la vente de blindés à l’Arabie saoudite, des véhicules vendus par le Canada en avril 2016 et dont le royaume n’aurait pas eu besoin, mais qui auraient été achetés dans le but de réchauffer les relations commerciales. Un contrat d’un montant de 15 milliards de dollars, conclu en 2014.

Plein de morgue et de suffisance, surestimant son pouvoir, le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel Joubeyr, rejettera une offre de réconciliation faite par son homologue canadienne, Chrysta Freeland, faite en septembre en marge des travaux de l’Assemblée Générale des Nations Unies: «Que diriez-vous si l’Arabie saoudite préconisait l’Indépendance du Québec», a rétorqué le ministre saoudien, coupant court à l‘entretien.

Mal lui en prit: La terrifiante disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, deux mois après la crise diplomatique Riyad Ottawa, le 2 octobre 2018, au consulat saoudien à Istanbul donnera raison au Canada en l’accréditant d’un «rôle pionnier».

Savourant son triomphe moral, le Canada confirmera publiquement, en Novembre 2018 , être en possession d’une copie des enregistrements recueillis par les services turcs lors du funeste entretien de Jamal Kashoggi avec ses futurs tortionnaires , neutralisant ainsi la manœuvre de la France visant à mettre en question les affirmations turques.

2- Les ingérences saoudiennes dans les affaires intérieures du Canada

Chatouilleux, voire sourcilleux sur sa souveraineté, l’Arabie saoudite ne s’en prive pas pour autant de s’ingérer abusivement dans les affaires intérieures des autres pays, à coup de pétrodollars, notamment en direction des communautés musulmanes qu’elles abritent en leur sein qu’elle utilise comme un traditionnel levier d’influence. Pour une poignée de dollars, l’Europe a d’ailleurs vendu son âme.

Pour aller plus loin sur ce sujet, cf: https://www.madaniya.info/2018/02/02/europe-islam-djihad-pour-une-poignee-de-petrodollars-l-europe-a-vendu-son-ame-1-2/

Le journal libanais Al Akhbar a consacré un long article sur les ingérences saoudiennes dans les affaires canadiennes, dont voici les principaux extraits:

Le Centre de recherche sur la Mondialisation et la firme Navigator.

Une des «bêtes noires» de l’Arabie saoudite est le « Centre de recherche sur la Mondialisation», qui mène une «activité hostile envers l’Arabie saoudite».

Un câble portant référence N° 7000097 38 72, en date du 20 Février 2011 préconise de prendre contact avec les membres du gouvernement canadien et des cabinets d’avocats et de communicants pour faire face à la campagne de boycottage des produits saoudiens.

Un 2me câble portant référence N° 4651 en date du 16 février 20213 recommande de prendre contact avec la firme NAVIGATOR en vue d’envisager une opération de relations publiques, afin d’améliorer l’image du Royaume, de développer les relations commerciales avec les firmes canadiennes et de contrer ainsi la propagande hostile à l’Arabie saoudite.

Ce document préconise les mesures suivantes:

Afin de faire face à la campagne médiatique du Journal canadien «AL HAYAT AL ARABIYA–La vie arabe», animée par des chiites extrémistes, partisans des Houthistes yéménites, le document préconise de soutenir deux publications:

«AL BILAD (le pays) et AL MOUHAJYR AL ARABI (L’Immigré arabe), de même qu’un soutien discret à SAOUT KANADA (la Voix du Canada) en vue d’ «améliorer l‘image de l’Islam sur le continent américain».

Il suggère la constitution d‘un lobby en vue de neutraliser les effets de la campagne visant à modifier les châtiments corporels en vigueur dans le monde musulman, notamment la lapidation, la décapitation et le flagellation afin de leur opposer de contre-mesures;

Soutenir l’ASSOCIATION ISLAMIQUE du CANADA, la plus grande instance musulmane du Canada, qui dispose de 33 branches à travers le pays, en lui allouant une subvention de 500.000 riayls saoudiens, ainsi qu’ à l’ASSOCIATON DES SUNNITES, une subvention de 3,5 millions de rias saoudiens.

Pour le locuteur arabophone, ci-joint le texte de l’article d’Al Akhbar, intitulé «Comment l’Arabie a infiltré le Canada ».

https://www.al-akhbar.com/Arab_Island/256375/%D9%88%D9%8A%D9%83%D9%8A%D9%84%D9%8A%D9%83%D8%B3-%D9%87%D9%83%D8%B0%D8%A7-%D8%AE%D8%B7-%D8%B7%D8%AA-%D8%A7%D9%84%D8%B3%D8%B9%D9%88%D8%AF%D9%8A%D8%A9-%D9%84%D8%A7%D8%AE%D8%AA%D8%B1%D8%A7%D9%82-%D9%83%D9%86%D8%AF

Le Canada n’a pas varié d’un pouce son attitude à l’égard du Royaume saoudien. Un défi tranquille, sans concession.

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, s’est déplacée symboliquement à l’aéroport de Toronto pour y accueillir, le 12 Janvier 2019, Rahaf al-Qunun, la jeune réfugiée saoudienne dont la demande d’asile avait été rejetée par l’Australie.

Toutefois la «diplomatie éthique» du Canada a été mise à mal par le scandale SNC Lavalin. Justin Trudeau a en été accusé d’ingérence dans une procédure judiciaire.

Déjà en pleine tourmente diplomatique à la suite de la décision d’Ottawa d’extrader vers les Etats-Unis la directrice financière de Huawei, arrêtée en décembre 2018 par la police canadienne, le Premier ministre fait désormais face à la pire crise politique depuis son début de mandat, en novembre 2015.

Sa ministre du Budget, Jane Philpott, a annoncé lundi 4 mars sa démission du gouvernement, en solidarité avec sa collègue, Jody Wilson Raybould. L’ancienne ministre de la Justice avait quitté son poste en février en signe de protestation contre l‘entourage de Justin Trudeau pour leurs «pressions constantes et soutenues» et même de «menaces voilées», destinées à protéger un géant du BTP SNC-Lavalin accusé de corruption.

L’entreprise, qui emploie quelque 50 000 personnes à travers le monde, dont 9 000 au Canada, est sous le coup depuis 2015 d’une accusation de « corruption d’agents publics étrangers » et de« fraude » en Libye, à l’époque du dictateur Mouammar Kadhafi. La société est accusée d’avoir versé 48 millions de dollars canadiens (32 millions d’euros) de pots-de-vin à des responsables libyens en échange de contrats entre 2001 et 2011.

À huit mois des élections fédérales au Canada, l’accusation tombe mal pour Justin Trudeau.

Pour sa crédibilité «la diplomatie éthique» ne saurait souffrir des entorses.

Illustration

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:London_protest_against_Saudi_Arabia%27s_detention_of_prisoner_of_conscience_Raif_Badawi.jpg

Source : René Naba, 10-08-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Catalina // 23.08.2019 à 07h20

On aimerait que la Canada applique “sa diplomatie éthique” à l’ukraine.
CQFD

7 réactions et commentaires

  • Catalina // 23.08.2019 à 07h20

    On aimerait que la Canada applique “sa diplomatie éthique” à l’ukraine.
    CQFD

      +29

    Alerter
  • charles // 23.08.2019 à 08h46

    /totalement HS/
    en toute sincérité je me suis arrêté à “Encourager la commercialisation du pétrole produit par des pays démocratiques au détriment du pétrole produit par des pays non démocratiques.”

    Je ne critique pas ici en soit le travail ou les qualités de l’auteur, ou même, dans un relativisme le plus total, l’intérêt du sujet.

    C’est plutôt que cette phrase me fait horreur en cela que 1/ elle signe l’intoxication de l’auteur à la “fausse démocratie” (notez que ce n’est pas une citation et qu’il a bien mis des guillemets à “diplomatie éthique”, il eu pu en faire de même à ce qualificatif et cela eut changé quelque peu la signification) 2/ en soutenant que nous vivons sous la dictature du peuple, cette phrase sous tend que nous sommes tous ces petits être vénales (dont le capitalisme à tant besoin) par choix, puisque, selon celle ci en vivant sous le joug de la décision de la majorité nous avons choisit, élu, voté pour, le système qui promouvait l’accroissement maximal du capital.
    Hors l’honnêteté intellectuelle veut que l’on reconnaisse que si la majorité à votée pour la modernité et le progrès pour tous, elle n’a certainement pas décidée d’instaurer le chaos pour la majorité par les inégalités maximisées. Inégalités qui sont la conséquence de la sur-concentration du capital dans les mains d’une minorité qui à su jouer du système compétitif. Système compétitif dont tout un chacun pourra aisément comprendre qu’il ne pouvait produire aucune autre situation.
    /fin du hs/

      +7

    Alerter
    • rene naba // 24.08.2019 à 06h23

      Réponse à Charles

      Ne sur interprétez pas mes écrits. Je publie les contenus des cables diplomatiques échangés entre les ambassades des pétromonarchies à Beyrouth et leur administration centrale respective à Abou Dhabi et Riyad
      C’est de l’information pas du commentaire. Le terme “démocratie ethique” relève du vocabilaire diplomatique canadien et à ce titre je l’ai mi entre paranthèse

        +4

      Alerter
  • Catalina // 23.08.2019 à 09h07

    “modifier les châtiments corporels en vigueur dans le monde musulman, notamment la lapidation, la décapitation et le flagellation afin de leur opposer de contre-mesures”
    Beaucoup de pays musulmans ne pratiquent pas cela, en faire une généralité au monde musulman est il me semble de la mauvaise foi.

      +15

    Alerter
    • Blabla // 23.08.2019 à 10h06

      L’auteur ne veut pas dire que le monde musulman, dans sa totalité, les pratique, mais qu’ils sont en usage dans le monde musulman.et pas dans les autres aires culturelles.
      En ce qui concerne la flagellation, je n’en suis pas sur, mais la décapitation et la lapidation judiciaires n’existent effectivement plus ailleurs.
      Et surtout, c’est (officiellement) au nom de l’Islam que les Saoud les pratiquent, d’où leur argumentaire religieux pour les défendre.

        +2

      Alerter
  • christofer // 23.08.2019 à 10h57

    Ottawa n’a nullement décidé d’expulser la fille du fondateur de Huawei. Elle vit a Vancouver dans son palace local. Aucune décision avant 2020. Pour SNC Lavalin Trudeau a eu raison de protéger la firme québécoise contre les menées du Canada anglophone. Un article très mal informé. Pour les blindés canadiens ils rouillent dans un garage comme les chars Leclerc…

      +2

    Alerter
  • christian gedeon // 23.08.2019 à 16h16

    Quel courage que ce Canada,dis donc! faut dire que son commerce avec l’AS ne pèse quasiment rien. Et pour précision Al Mouhajyr ne signifie pas l’immigré,mais l’émigrant.

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications