Les Crises Les Crises
20.août.201920.8.2019 // Les Crises

Ben Salman, Salvador et Donald Trump – Par Hedy Belhassine

Merci 34
J'envoie

Source : Proche & Moyen-Orient, Hedy Belhassine, 15-07-2019

Que peut-il y avoir de commun entre le Prince Mohamed ben Salman d’Arabie, le Christ Sauveur du Monde et Donald Trump ? Un tableau à 450 millions de dollars pardi.

C’est l’histoire d’un petit morceau de bois peint à l’époque de la Renaissance, oublié pendant cinq siècles d’indifférence puis restauré à grands frais par des marchands malins. En 1958, il est cédé pour 45 £, en 2005 il est revendu 10 000 dollars. En 2013, Dmitri Rybolovlev un richissime cardiologue russe reconverti dans la potasse l’achète pour 127 millions de dollars à Yves Bouvier un négociant suisse qui venait de l’acquérir pour 75 millions. Belle plus-value nette fiscale ! Il faut dire que dans l’intervalle, l’oeuvre a été attribuée à Léonard de Vinci par des experts formels aussitôt contredits par quelques-uns de leurs collègues grincheux qui reniflent l’embrouille : « provenance spéculative, attribution optimiste, restauration abusive, prix exorbitant ».

Art et business

Ouvrons une première parenthèse sur le célèbre vendeur russe qui, entre autres exploits, a généreusement permis en 2008 à Donald Trump de faire une jolie culbute en lui achetant 95 millions de dollars une villa que le futur Président avait acquise quatre ans plus tôt 42 millions (seulement). Seconde parenthèse sur le très avisé homme d’affaires suisse, patron de ports francs à Genève, Singapour, Luxembourg. Ces établissements sont des entrepôts où les marchandises séjournent en suspension de taxes et droits. Les immeubles dédiés aux objets d’art sont de véritables coffres forts implantés près des aéroports. Ils permettent aux fortunés du monde entier d’y déposer des valeurs et des objets à couvert du fisc du tous les pays; ils peuvent venir les contempler, les vendre ou les échanger en toute sécurité et discrétion. Rappelons accessoirement que les transactions sur les objets d’arts sont de commodes échappatoires aux lois sur le blanchiment d’argent.

Fermons ces parenthèses qui mériteraient mille pages de détails effarants sur ces cavernes d’Ali Baba. Également sur les frasques de ces deux hommes hors du commun qui se livrent une guerre judiciaire avec une armée de juristes ayant réussi à les conduire à tour de rôle en prison à Monaco en Suisse ou à Singapour.

Le jack pot

Revenons au « Léonard de Vinci » vendu 127 millions en 2013. Son prix le met désormais comme les grandes banques, à l’abri de la décote et des soupçons : to big to fail. Le 15 novembre 2017, Rybolovlev le remet en vente chez Christie’s à New York. Les prix s’envolent portés par des enchérisseurs mystérieux. Quelle est l’identité cachée du dégonflé qui s’est couché à 400 millions hors taxes et frais ? Le Vatican peut-être. Qui a servi de lièvre ? Qu’importe, très vite on apprend que Mohamed ben Salman est l’heureux adjudicataire du chef d’oeuvre. La transaction a été réalisée sous le nom d’emprunt d’un prince comparse qui a bonimenté à la presse que le tableau le plus cher du monde était destiné au Louvre d’Abu Dhabi et qu’il serait dévoilé au public à l’occasion de son inauguration par Macron. Las, depuis 18 mois, le chef d’oeuvre reste introuvable. Un bobard prétend qu’il est accroché dans un des salons du yacht de MBS. Il y serait en sécurité car le précieux morceau de planche vermoulue par les siècles doit être conservé à 45 degrés d’humidité constante. Selon une autre rumeur plus vraisemblable, il serait tout simplement retourné au port franc de Genève.

Pourquoi cet achat ?

Décidément, rien ne résiste à la volonté de Mohamed ben Salman qui collectionne les titres d’horreur : chef des équarrisseurs de Khashoggi, génocideur de yéménites, coupeur de têtes dissidentes, fouetteur de blogueurs, emprisonneur de femmes pensantes… Le voici amoureux des arts et amateur d’images pieuses. Il y a quelques jours, il paradait au premier rang des grands au sommet du G20 à Tokyo ; dans un an, il présidera l’assemblée des chefs d’États les plus puissants qui se tiendra dans sa capitale Riyadh. Exhibera t-il alors son trophée précieux pour épater la galerie ?

On peut s’interroger sur ses motivations d’acheteur compulsif ; ce tableau n’est pas un bateau de luxe ni un château français. Le Salvator Mundi est une représentation de Jésus sauveur du Monde. Pour un bon musulman, cet icône ne vaut pas même un coup de cidre sans alcool. Rappelons que la branche la plus rigoriste de l’islam est le salafisme sectaire dont MBS est le protecteur. En Arabie, quiconque s’avise de suspendre une croix ou une médaille religieuse autour du cou ou au mur de son living est passible de prison et baston s’il est chrétien et du sabre s’il est musulman. Ben Salman a t-il voulu une fois de plus exhiber sa totale impunité ? Montrer qu’il pouvait transgresser ses propres lois et braver toutes les suspicions, y compris celle d’apostat ?

Un monde de fous

L’État saoudien se confond avec la propriété personnelle de MBS. L’État, c’est lui. Que l’État islamiste d’Arabie, le plus intolérant du monde, ait acheté un tableau figuratif impie dépasse l’entendement de tous les musulmans. Si Mohamed ben Salman a ordonné l’achat de ce coûteux chef d’oeuvre de l’art sacré , ce n’est pas pour être tombé à genoux en grâce devant le Christ Sauveur du Monde. En fait, il a acheté un prix, un mythe, un summum de la spéculation mondiale. Le revendra t-il un jour ? Certainement pas. L’a t-il détruit comme le poète Gainsbourg qui allumait sa Gauloise au feu d’une grosse coupure ? Que non ! Plus vraisemblablement il en a fait cadeau. À qui ? À son épouse, maitresse ou concubine ? C’est exclu : MBS n’est pas Aragon on ne lui connait pas d’Elsa. Non, le seul récipiendaire digne de ce fabuleux objet, le seul qui soit à la hauteur de la reconnaissance qu’il lui doit pour avoir sauver sa dynastie: c’est Donald Trump. Il est le bienfaiteur des Saoud, l’évangéliste de tous les instants, le plus mégalo Président de tous les temps. Trump en rêvait, MBS le lui a offert.

On peut imaginer que dans un port franc mieux protégé que Fort Knox, celui qui est encore le Président des Etats Unis d’Amérique se fait parfois enfermer dans une pièce blindée. Là, devant le tableau éffleuré par Léonard de Vinci, Donald Trump soliloque dans un tête à tête imaginaire avec son précurseur le Sauveur du Monde « Jesus, oh my God ! »

Hedy Belhassine
15 juillet 2019

https://hybel.blogspot.com/2019/07/ben-salman-salvator-mundi-et-donald.html

https://www.lejdd.fr/Societe/monaco-rybolovlev-loligarque-russe-qui-a-sauve-trump-de-la-faillite-3577355

https://www.lexpress.fr/culture/art/ports-francs-de-geneve-un-gigantesque-garde-meubles-du-marche-de-l-art_1773875.html

https://blogs.mediapart.fr/daniel-salvatore-schiffer/blog/130419/leonard-de-vinci-je-conteste-lauthenticite-de-son-salvator-mundi

Pour aider le site Proche & Moyen-Orient c’est ici

Source : Proche & Moyen-Orient, Hedy Belhassine, 15-07-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Jean D // 20.08.2019 à 06h53

Merci pour la diffusion de cet article, la chute est amusante et le contenu plein d’infos qui croustillent.

Le plus scandaleux (rayer la mention inutile) :
• un bout de bois qui permet de blanchir de l’argent sale
• des paradis fiscaux qui prospèrent
• un mafieux russe qui se paie le futur président des Etats-Unis
• un wahhabite qui se paluche devant une image sainte
• un Etat qui finance un musée au pays des salafistes
• personne pour proposer d’envahir l’Arabie Saoudite ou la Suisse

12 réactions et commentaires

  • Jean // 20.08.2019 à 06h39

    Donald Trump ne rêve que de portraits de Donald Trump.

      +1

    Alerter
  • Fabrice // 20.08.2019 à 06h47

    Je ne vois pas trop l’intérêt de ce texte à part un énième délire anti- Trump, l’auteur avait probablement des sujet plus concret à développer, une thèse fumeuse perte de temps pour tous le monde de plus.

      +9

    Alerter
    • Jean-Do // 20.08.2019 à 06h58

      Comme vous, je pense que les affirmations de cet article me semblent fort spéculatives et donc peu dignes d’intérêt. Pourquoi a-t-il été choisi pour figurer ici ?

        +1

      Alerter
    • Jean D // 20.08.2019 à 07h22

      Vous vous arrêtez aux dernières lignes de l’article, qui se veulent humoristiques tout en rappelant (et ce n’est pas un “délire” ou une “thèse fumeuse”) que le Prince en place est soutenu à bout de bras par le gouvernement des Etats-Unis.

      Par ailleurs, la diffusion de cet article présente également un autre intérêt, celui de fournir des liens permettant de creuser certaines informations :
      • donnez-vous les moyens de réfléchir plutôt que de simplement réagir
      • lisez intelligemment plutôt que de consommer machinalement l’information qui vous est proposée 🙂

        +3

      Alerter
      • Fabrice // 20.08.2019 à 09h17

        Je suis désolé mais j’ai bien lu le texte et il n’apporte rien sur ce qui a déjà été dit sur Ben Salman ou comment prouver que l’on peut bien faire des transferts de fond (ce qui est amusant quand on vous enquiquine quand vous voulez retirer une somme à votre banque du fait du terrorisme ou de la maffia :-D, seul intérêt de l’article à mon avis mais involontaire), c’est beaucoup d’extrapolations qui visent à incriminer de façon alambiqué Trump, et la méthode pour graisser la patte à certains amis ou influenceurs richissimes russes (tient encore eux fallait bien les incriminer) bref navrant mais si cela vous passionne je vous invite à la prudence car ce texte est clairement pour illustrer une théorie avec des bouts de chandelles.

          +2

        Alerter
      • Jean D // 20.08.2019 à 13h58

        “c’est beaucoup d’extrapolations qui visent à incriminer de façon alambiqué Trump”

        Détendez-vous, la conclusion se veut HUMORISTIQUE.

        Personne n’affirme sérieusement que le prince saoudien a acheté une œuvre de Léonard de Vinci pour l’offrir au Président des Etats-Unis.

        Faudrait être atteint pour apporter quelque crédit à ce genre d’hypothèse. Ce n’est pas votre cas j’en suis sûr, mais méfiez-vous tout de même … vos automatismes de pensée vous empêchent de voir l’évidence : c’est pour-de-rire 🙂

        Même remarque pour Jean-Do qui écrit “je pense que les affirmations de cet article me semblent fort spéculatives” !

        C’est fou ce qu’une bulle cognitive peut altérer le bon-sens … 🙁

          +3

        Alerter
    • Pol ux // 21.08.2019 à 07h08

      Peut-être pour faire comprendre à quel point les étasuniens sont des fous de dieu. Des fanatiques pires que les islamistes.
      ça fait peur.

      Trump c’est caligula. Pas pire que ceux qui ont précédé, celui qui suivra ne sera pas mieux.

      Roma delenda est.

        +0

      Alerter
  • Jean D // 20.08.2019 à 06h53

    Merci pour la diffusion de cet article, la chute est amusante et le contenu plein d’infos qui croustillent.

    Le plus scandaleux (rayer la mention inutile) :
    • un bout de bois qui permet de blanchir de l’argent sale
    • des paradis fiscaux qui prospèrent
    • un mafieux russe qui se paie le futur président des Etats-Unis
    • un wahhabite qui se paluche devant une image sainte
    • un Etat qui finance un musée au pays des salafistes
    • personne pour proposer d’envahir l’Arabie Saoudite ou la Suisse

      +12

    Alerter
  • antoniob // 20.08.2019 à 07h48

    Amusant et intéressant. Une parabole sur la géopolitique de la Haute Phynance en filigrane.

      +3

    Alerter
  • LaurentL // 20.08.2019 à 19h42

    MBS a peut être tout simplement eu une révélation lors de son dîner en tête à tête au Louvre avec Monsieur Macron en avril 2018.

      +1

    Alerter
  • Feufollet // 21.08.2019 à 22h03

    Vous avez tous un peu raison
    Mais cet article est bon quand même
    Même s’il n’explicite pas vraiment le phénomène du marché de l’art
    Les multi-riches ne savent plus eux-mêmes comment assurer leurs avoirs
    Tout en spéculant sur l’enchérissement de ces avoirs
    Le jeux spéculatifs sur les œuvres d’arts
    MBS est trop bête et inculte pour comprendre la transgression
    Il veut juste placer ses excédents de fortune

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications