Les Crises Les Crises
9.août.20199.8.2019 // Les Crises

Israël et la Pologne s’unissent pour protester contre un monument ukrainien en l’honneur d’un collaborateur nazi

Merci 288
Je commente
J'envoie

Source : The Times of Israël, Cnaan Liphshiz, 06-06-2019

Les ambassadeurs d’Israël et de Pologne signent ensemble une lettre adressée au maire d’Ivano-Frankisvsk ; tandis qu’à Kharkiv, des nationalistes déclenchent des bombes fumigènes devant le bâtiment de la communauté juive.

Par Cnaan Liphshiz

6 juin 2019

Mars 2017, des nationalistes ukrainiens défilent à Lviv en l’honneur de Roman Choukatchevitch . (Capture d’écran de YouTube)

JTA – Les ambassadeurs d’Israël et de Pologne ont signé conjointement une lettre adressée au maire de la ville ukrainienne d’Ivano-Frankisvsk pour protester contre l’inauguration d’un monument en l’honneur de Roman Tchoukatchevitch, collaborateur des Nazis impliqué dans le meurtre en masse de Juifs et Polonais des minorités ethniques.

Il est rare que la Pologne et Israël dénoncent la glorification rampante des collaborateurs de l’époque nazie en Ukraine, pays considéré par beaucoup en Occident comme une zone tampon clé contre l’expansionnisme russe. Qu’une action conjointe israélo-polonaise sur cette question ait lieu est encore plus rare, surtout depuis la survenue, l’année dernière, de crises diplomatiques à propos d’allégations contestées de complicité polonaise dans l’Holocauste.

Choukatchevitch, considéré comme un patriote anti-soviétique, a été « personnellement responsable » du meurtre de dizaines de milliers de personnes « par balles, feu, viol, torture et autres méthodes bestiales – uniquement parce que ses victimes priaient Dieu en polonais ou en hébreu », ont écrit les ambassadeurs Joel Lion et Bartosz Cichocki.

Pendant ce temps, des manifestants du groupe du Corps national, éponyme d’une unité de la milice du bataillon Azov créée en 2014 par le gouvernement ukrainien, ont lancé des grenades fumigènes devant un bâtiment de la communauté juive à Kharkiv et ont peint les mots « Feldman voleur » sur le trottoir devant le bâtiment.

Né à Kharkiv, Alexander Feldman est un philanthrope juif, il préside le groupe du Comité juif ukrainien.

Les manifestations devant des institutions juives sont rares en Ukraine, pays qui a connu certains des pires pogroms perpétrés contre les Juifs avant et pendant l’Holocauste.

Source : The Times of Israël, Cnaan Liphshiz, 06-06-2019

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Ardéchoix // 09.08.2019 à 08h19

– Bonjour, je voudrais parler à Bernard-Henri Lévy .
– Ne quittez pas, je vous le passe .
Bip bip bip bip ……………. .

36 réactions et commentaires

  • RGT // 09.08.2019 à 08h05

    En parle-t-on dans la “Presse Omnisciente” française ?

    Si ce n’est pas la cas il s’agit d’une “Fèce-niouze” publiée par des complotistes et le fait de publier cette information fait tomber Les-Crises” sur le coup d’une inculpation dans laquelle la loi Gayssot peut même être invoquée.

  • Le Belge // 09.08.2019 à 08h17

    Ce n’est guère étonnant (je m’étonne moi-même de ne plus m’étonner de rien) lorsqu’on sait que nos gouvernants si “démocratique”, si “respectueux des droits de l’homme” (Castaner, où es-tu ?), si “gentils” ont financé, soutenus et, bien souvent, armés un régime ukrainien ne tenant que grâce aux nazis (le terme “néo” est de trop). Franchement, les Polonais et les Israéliens devraient se souvenir de ce que sont ces gens : des bêtes féroces aussi effrayant que les djihadistes. Ont-ils, seulement, retenu de leur Histoire sanglante ? J’en doute.

    • RGT // 09.08.2019 à 19h01

      “des bêtes féroces aussi effrayant que les djihadistes”..

      Euuh…

      Le gouvernement israélien a organisé l’exfiltration de combattants djihadistes de Syrie par le biais de son armée pour les soigner dans des hôpitaux israéliens aux frais des contribuables de ce pays…

      Cet état et ses gouvernants ne sont pas à une contradiction près, comme tous les états et tous les gouvernements de cette planète d’ailleurs.

    • V_Parlier // 09.08.2019 à 19h32

      Je sens que le boss, l’oncle Sam, ne va pas tarder pour la réprimande adressée à ses deux plus fidèles valets: Pan-pan cul-cul les enfants, je ne veux plus entendre parler de ça! Déjà Israël se fait rappeler à l’ordre sur un autre point qui prête pourtant à rire cette fois: https://fr.sputniknews.com/presse/201908091041905921-les-usa-mettent-en-garde-israel-contre-les-risques-dune-amitie-avec-la-chine/ .

  • Ardéchoix // 09.08.2019 à 08h19

    – Bonjour, je voudrais parler à Bernard-Henri Lévy .
    – Ne quittez pas, je vous le passe .
    Bip bip bip bip ……………. .

    • V_Parlier // 09.08.2019 à 19h33

      Il est capable de dire qu’il a toujours dénoncé les bandéristes ukrainiens et qu’on l’a mal compris quand il critique le vilain Poutine…

  • Duracuir // 09.08.2019 à 08h23

    Qui balaye devant sa porte? Le grand Rabin de Pologne vient de s’émouvoir que le premier ministre de ce pays fasse la fête aux nostalgiques d’une milice collabo des nazis… dans un pays où les Allemands ont tué 6 millions de personnes dont 3 de juifs, c’est chaud quand même. Au fait quelqu’un peut il me dire pourquoi ce sont les Russes que ces gens détestent.

    • Jérôme // 09.08.2019 à 17h17

      Ce qui prouve que les polonais sont des romantiques irrationnels.

      Beaucoup haïssent les russes parce que la Russie avait fait échec aux ambitions expansionnistes du royaume de Pologne-Lithuanie, dit république des deux nations, avant de le noyauter (fin 17ème siècle, puis participer aux 3 partagés (1772, 1793, 1795), puis que le tsar se proclame roi de Pologne (1815).

      La domination sur la partie de la Pologne annexée par l’empire russe fut certes brutale, mais n’a rien à voir avec ce que les allemands ont fait aux polonais pendant 1000 ans.

      Les allemands ont colonisé et germanisé des territoires polonais pendant des siècles, depuis le Moyen-Age. Lisez ce que disait Frédéric II de Prusse des polonais dont il annexait une partie des territoires. Les russes n’ont jamais russifié les polonais et ne les exploitaient ni plus ni moins que les autres nationalités de leur empire.

      Les allemands ont voulu « effacer » une large partie du peuple polonais pour dégager l’espace vital/lebensraum de leur « race » prétendument « supérieure ».

      Mais bon, le fait est que les polonais haïssent plus les russes qu’ils ne détestent les allemands.

  • Duracuir // 09.08.2019 à 08h24

    Sinon, on attend les déclarations furax de BHL et de sa bande.

    • Fritz // 09.08.2019 à 08h39

      Comme il leur est difficile d’accuser “The Times of Israel” de tous les maux habituels, nous aurons droit à un silence éloquent.

    • Sam // 09.08.2019 à 20h03

      En ce moment, ils dénoncent la violence…

  • antoniob // 09.08.2019 à 08h35

    ivano-Frankovsk, Kharkov, Lvov. Sinon généraliser et utiliser en francais London pour Londres, Warszawa pour Varsovie, München pour Munich, etc.

    l’histoire du nom de la ville Ivano-Frankovsk ‘est amusante. La ville fut fondée par la Pologne qui délogea les Tatars. Elle pris le nom de Stanislas Potocki: Stanislawow et sous l’URSS en 1962 où 1963 il fut décidé à Moscou de lui enlever ce nom célébrant un polonais, pour la renommer d’après un écrivain de langue ukrainienne, Ivano Franko. Vilains russes!

    • Duracuir // 09.08.2019 à 08h45

      Vous le dites vous même, il s’agissait de l’URSS. Celle ci a été dirigée par un Géorgien près de 20 ans puis par un Ukrainien dans la foulée puis encore par un Ukrainien plus tard. Pourquoi “vilains Russes”?

      • antoniob // 09.08.2019 à 17h30

        justement c’est un commentaire ironique au sujet de:
        – l’amalgame soviétisme=le Mal=Russie
        – le ridicule ahistorique des “ukrainisations” à la mode des toponymes
        – ironie du fait que c’est grâce à l’URSS que cette ville anciennement polonaise a reçu le nom d’un écrivain de langue ukrainienne (et pas russe)
        – rappel historique que mis à part Lwow, très ancienne capitale galicienne, les autres grandes villes de l’ouest sont fondées par la Pologne là où régnaient les Tatares. Au temps pour l’irrédentisme “ukrainien” qui prétend à une culture nationale remontant à la nuit des temps. Le suffixe “ov” est souvent dit être le fait des très vilains russes, or dans le cas de Lwow, Stanislawow (ie. Ivano-Frankovsk), c’est du polonais (Krakow, Tarnow, Rzeszow, Tomaszow, etc, le “w” polonais transcrit en cyrillique “B” est retranscrit en latin “v” )

  • Kokoba // 09.08.2019 à 08h57

    Peut-être qu’Israel pourrait utiliser un peu de son influence sur les US pour qu’ils arretent de soutenir des factions ouvertement Nazies…

  • R.C. // 09.08.2019 à 09h06

    Nous attendons avec impatience les réactions de la Macronie, ce fer-de-lance auto-proclamé de la lutte contre tous les extrémismes de droite…
    Manu (lui qui a terrassé l’Hydre au 2e tour) va sûrement abandonner quelques instants sa bronzette estivale et se précipiter sur ses caméras favorites pour manifester sa solidarité indéfectible envers les dénonciateur des néo-nazis et autres bandériste Ukrainiens.

    J’attends en particulier les déclarations d’un certain ministre de l’Action et des Comptes publics qui, il y a peu, avait révélé à la France que « sous les gilets jaunes se cache souvent une chemise brune ».
    Un tel expert, aussi affûté, un tel renifleur de nazis ne saurait manquer de condamner avec la plus extrême fermeté les relents bruns qui s’exhalent sans discontinuer de certaines zones de l’Ukraine.
    Rêvons toujours, c’est l’été…

    • Sam // 09.08.2019 à 20h10

      Les macronistes, ils font pareil : Griveaux avait fait passer des collabos pour des juifs dans un “hommage” à la rafle du Vel d’Hiv, et Macron lui même avait voulu commémorer Pétain himself.

  • moshedayan // 09.08.2019 à 09h48

    Antoniob vous confirmez toutes les erreurs de “l’ukrainisation” qui commença sous la période bolchévique.
    Pour enrichir les connaissances, il est peut-être utile de lire en France, les livres ou travaux de l’historien français du nazisme Christian Ingrao, notamment “la promesse de l’Est”, où il évoque les massacres dans l’Ouest de l’Ukraine. Il mentionne le fait que les nazis ont armé les nationalistes ukrainiens pour lutter contre les Polonais et leurs partisans, parce que ces derniers se sont opposés à la “germanisation” de cette partie de l’Ukraine. Sans oublier le massacre des Juifs.
    Si on regarde de haut, on se dit que toute l’Ukraine de l’Ouest forme un “triangle” dans l’Histoire, aux frontières mouvantes. Rien ne dit que si l’Ukraine poursuit ses dérives elle puisse survivre telle qu’elle. Pologne, Hongrie, Roumanie et Slovaquie ont des contestations territoriales presque légitimes si le “bazar” se poursuit (même si ce pays est légitimé comme “zone tampon clé contre l’expansionnisme russe”, idée qui fait rire non ?)

    • Fritz // 09.08.2019 à 11h06

      Vous avez raison, moshedayan, la désintégration de l’Ukraine n’est pas exclue…
      Ce serait une belle victoire de l’UE, qui a tant fait pour opposer ce pays improbable à la Russie !

      Qu’en est-il de la Ruthénie subcarpatique ? Est-ce qu’il y reste des Slovaques, et si c’est le cas, quelle est leur condition aujourd’hui ?

      • moshedayan // 09.08.2019 à 12h35

        En Slovaquie orientale, des associations fokloriques ruthènes entretiennent de bons rapports avec leurs homologues du territoire d’Oujgorod (ancien territoire slovaque). Les choses se passent bien, calmement, sans revendication affichée. C’est juste le “bazar” à Kiev et l’opposition au fédéralisme ou aux autonomies culturelles qui agacent, mais dans une discrétion naturelle et volontaire. Les Ruthènes de Slovaquie se maintiennent avec leurs cousins d’Ukraine, comme quelques Slovaques ont des liens familiaux avec Oujgorod par alliances, créées du temps de l’URSS (sans être ruthènes). Ces Slovaques parlent en russe et, pour des raisons pratiques ou professionnelles n’ont pas envie d’apprendre l’ukrainien. Le russe étant une langue “véhiculaire” bien plus répandue.

        • antoniob // 11.08.2019 à 05h38

          justement je connais la lisière hongroise de la Transcarpathie, entre Nyiregihaza, Tokay et Oujgorod. A l’hypermarché Tesco à l’extérieur de Nyiregihaza, ruée de nouveaux bourgeois d’Oujgorod venant faire des achats. Certaines inscriptions pour cette clientèle sont … en russe. Ironiquement un ancien enseignant de la faculté de slavistique locale, un de ces nombreux magyaro-slovaques de la région me disait en rigolant à moitié que l’ukrainien est un hybride de slovaque, polonais et russe …

          • moshedayan // 11.08.2019 à 14h29

            Officiellement, dans certains instituts slovaques on délivre un diplôme bilingue slovaque-russe aux étudiants dont les étrangers qui veulent se perfectionner dans l’éventail des langues slaves (étudiants tchèques, serbes, bulgares et polonais sont visés-invités par ce diplôme). à Presov, Kosice entre autres afin aussi de permettre l’envoi d’étudiants slovaques vers de bons instituts scientifiques en Russie. C’est un souci d’efficacité culturelle qui prime.

  • Fritz // 09.08.2019 à 12h59

    Il y a quand même des bonnes nouvelles qui viennent d’Ukraine :
    https://francais.rt.com/international/64891-ukraine-zelensky-poutine-progressent-sur-organisation-reunion-format-normandie
    Les présidents russe et ukrainien se sont parlé au téléphone, pour préparer une réunion au sommet.

    • Catalina // 09.08.2019 à 15h38

      Fritz,
      Si je peux me permettre, la Russie ne tombera pas dans “ce piège”, l’Ukraine ne respecte pas les accords de Minsk et la Russie a suffisament participé aux négociations pour savoir que cette énième réunion ne donnera rien, elle pense, d’après mes sources que ça n’est pas utile. D’autre part, à Marioupol, les Ukrainiens préparent une grande offensive pendant que Zelinski dit vouloir refaire une réunion. De fait, à chaque fois que le format Normandie a été, les Ukrainiens en ont profité pour renchérir, aujourd’hui, avec une énième “trève”, les morts s’accumulent….à chaque fois, les Ukrainiens ne respectent pas “la trève”.
      https://www.youtube.com/watch?v=VkleKEaXiR8
      Ensuite pour revenir au sujet, Israel ne s’émeut pas de la glorification des nazis en Lettonie ni des rues à Kiev qui depuis 2014 ont été débaptisées et on reçu le nom de nazi…mais s’émeut de “l’éloge “d’Hitler ;
      https://fr.timesofisrael.com/ukraine-eloge-dhitler-et-salut-nazi-avec-ses-eleves/
      Et pour finir, L’Uktaine comme tous les pays où les usa ont fomenté une révolution de couleur est ruinée et en passe d’éclater totalement.

  • Catalina // 09.08.2019 à 15h43

    https://francais.rt.com/lemonde/1085-lettonie-defile-couleurs-waffen

    Lettonie: un défilé d’anciens combattants nazis SS rassemble des centaines de personnes
    La Lettonie a rejoint l’ue en 2004, mais que font donc nos bons maitres ?
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Adh%C3%A9sion_de_la_Lettonie_%C3%A0_l%27Union_europ%C3%A9enne

  • jean pale // 09.08.2019 à 18h15

    On pourrait en rire si tout ça n’était pas triste. La Pologne est menacée par Israel de gigantesques demandes de réparation, en s’appuyant sur une nouvelle loi américaine relative à la restitution de biens juifs qui seraient tombés en déshérence après la guerre. Baptisée JUST (Justice for Uncompensated Survivors Today), la loi 447 exige du département d’État US qu’il informe le Congrès des progrès réalisés par certains pays, dont la Pologne, dans la restitution de biens juifs confisqués durant la Seconde Guerre mondiale. De son coté, le ministre Israélien des affaires étrangères a évoqué “l’antisémitisme que les Polonais tètent avec le lait de leur mère”. Les nationalistes Polonais détestant tout autant les nationalistes Ukrainiens qui les ont massacré pendant la guerre que les juifs, ils font d’une pierre deux coups en repassant la patate chaude de l’antisémitisme aux Ukrainiens, sachant par ailleurs qu’il y a aujourd’hui une importante immigration juive vers l’Ukraine..

  • Philippe // 09.08.2019 à 19h36

    Mais comment se fait il que dans un pays biberonné au marxisme-léninisme puis à l’antifascisme pendant des générations, une partie (importante?) de la jeunesse tourne néo-nazie en une génération?

  • openmind // 10.08.2019 à 06h51

    En lisant tous vos commentaires, on mesure tout le boulot fait par ce site sur ce sujet en particulier et il y a totale dichotomie, je pense, entre les membres de cette communauté et les autres sur la tentative de nazification de la culture nationale ukrainienne par ces bandéristes. On devrait faire l’expérience: Connaissez vous les nouveaux héros de l’Ukraine post-Maïdan, Stépan Bandéra et Roman Chouchkevitch ainsi que leur rôle dasn la 2nde guerre mondiale? Si, oui, comment l’avez vous appris? Je sens bien la méga corrélation (mis à part les étudiants en histoire soviétique et encore)

  • Lucas // 13.08.2019 à 18h20

    Ils ont déja un chouette monument à la gloire de Stepan Bandera (qui à l’air d’avoir beaucoup de succès)

    https://g.co/kgs/RSrFUX

  • Afficher tous les commentaires

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charte de modérations des commentaires

Et recevez nos publications