Les Crises Les Crises
26.avril.202226.4.2022 // Les Crises

Affaire Khashoggi : La Turquie demande le transfert du procès… en Arabie saoudite

Merci 96
J'envoie

Rien de bon ne sortira du transfert du dossier en Arabie saoudite, a déclaré l’ancienne fiancée du journaliste assassiné. Comment pouvons-nous espérer que les tueurs enquêtent sur eux-mêmes ?

Source : Anti War, Brett Wilkins
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Les défenseurs des droits humains ont été stupéfaits mais pas surpris jeudi dernier après qu’un procureur turc a demandé à un tribunal de transférer le procès de 26 Saoudiens accusés du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi en Arabie saoudite – dont le prince héritier Mohammed bin Salman est largement considéré comme le commanditaire de l’assassinat.

Le Washington Post – où Khashoggi travaillait comme chroniqueur – rapporte que la décision du procureur anonyme d’interrompre le procès fait suite à une demande de transfert saoudien plus tôt ce mois-ci, selon Erol Onderoglu, représentant en Turquie du groupe de défense Reporters sans frontières.

Les accusés – parmi lesquels figurent un ancien chef adjoint des services de renseignement, un ancien conseiller royal, un membre de la garde royale et des agents des services de renseignement et de la police scientifique – sont jugés par contumace, l’Arabie saoudite refusant de les extrader.

Onderoglu a déclaré que si le ministère turc de la Justice approuve la demande saoudienne, « cela aura des conséquences terribles pour l’idée de justice. »

Sarah Lee Whitson, directrice exécutive du groupe de plaidoyer Démocratie pour le monde arabe maintenant (DAWN), a tweeté qu’il n’est « pas surprenant de voir la Turquie renoncer à la justice » alors que le pays cherche à renouer les liens avec la monarchie saoudienne, ajoutant que le « tapage de Recep Tayyip Erdoğan sur le meurtre a toujours été basé sur la politique, et non pas sur des principes ; maintenant, il a été obligé de se contredire. »

Tarik Beyhan, directeur de la campagne Turquie d’Amnesty International, a déclaré que « si la demande du procureur est acceptée, au lieu d’engager des poursuites et de faire la lumière sur un meurtre commis sur son territoire, la Turquie enverra sciemment et volontairement l’affaire dans un lieu où elle sera étouffée. »

Ce développement intervient alors que la Turquie, profondément embourbée dans une crise monétaire et de la dette, cherche à réparer les relations avec l’Arabie saoudite qui ont été sérieusement endommagées par l’assassinat de Khashoggi.

« Les droits humains ne devraient pas faire l’objet de négociations politiques, a déclaré Beyhan. Un meurtre ne peut pas être dissimulé pour arranger les relations. »

Hatice Cengiz, qui était fiancée à Khashoggi lorsqu’il a disparu, a déclaré à la BBC qu’elle avait le « cœur brisé par la demande du procureur.

« Rien de bon ne sortira du renvoi de l’affaire en Arabie saoudite, a-t-elle déclaré. Nous savons tous que les autorités là-bas ne feront rien. Comment pouvons-nous espérer que les tueurs enquêtent sur eux-mêmes ? »

Khashoggi – dont les chroniques publiées par le Post critiquaient la monarchie fondamentaliste saoudienne et appelaient à plus d’ouverture dans le royaume répressif – a été attiré au consulat saoudien à Istanbul, en Turquie, le 2 octobre 2018, sous le prétexte d’obtenir des documents pour son mariage à venir. Une fois à l’intérieur du bâtiment, des responsables turcs ont déclaré qu’il avait été attaqué, étouffé à mort et démembré avec une scie. Un enquêteur turc a déclaré que Khashoggi avait été torturé devant le consul général saoudien et démembré alors qu’il était encore vivant.

Lorsque les responsables saoudiens ont confirmé la mort de Khashoggi à l’intérieur du consulat d’Istanbul, ils ont affirmé qu’il était mort dans une « bagarre » qui a mal tourné. En 2019, un tribunal saoudien a condamné cinq personnes à la peine de mort et trois autres à des peines de prison en lien avec le meurtre de Khashoggi, un résultat qu’Agnès Callamard – alors rapporteur spécial des Nations Unies sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires – a qualifié de « parodie » de justice.

Faisant écho à une évaluation antérieure des enquêteurs turcs, la Central Intelligence Agency (CIA) des États-Unis a conclu en novembre 2018 que bin Salman avait ordonné le meurtre de Khashoggi. Les médias turcs ont rapporté à l’époque que la CIA disposait d’un enregistrement du « coup de téléphone décisif » au cours duquel bin Salman a donné l’ordre « de faire taire Jamal Khashoggi le plus rapidement possible. »

En juin 2019, Callamard a publié un rapport accablant de 101 pages concluant que l’assassinat a probablement été orchestré par de hauts responsables du gouvernement saoudien, dont le prince héritier. Un haut responsable saoudien aurait menacé de « s’occuper » de Callamard après la publication de son rapport.

Le président américain de l’époque, Donald Trump, a rejeté les conclusions de la CIA. Il a qualifié Khashoggi – un résident permanent aux États-Unis – « d’ennemi de l’État », tout en déclarant que « notre relation est (conservée) avec le royaume d’Arabie saoudite. »

Trump a ensuite opposé son veto à une résolution du Congrès sur les pouvoirs de guerre qui aurait mis fin à la complicité des États-Unis dans les crimes de guerre commis par l’Arabie saoudite au Yémen, ainsi qu’aux mesures bipartites du Congrès visant à bloquer des milliards de dollars de ventes d’armes à l’Arabie saoudite, dont les forces, ainsi que celles des partenaires de la coalition, y compris les Émirats arabes unis, sont responsables de la mort de centaines de milliers de civils yéménites.

Brett Wilkins est rédacteur pour Common Dreams. Basé à San Francisco, son travail couvre les questions de justice sociale, de droits humains, de guerre et de paix. Cet article a été initialement publié sur CommonDreams et est reproduit avec la permission de l’auteur.

Source : Anti War, Brett Wilkins, 02-04-2022

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fabrice // 26.04.2022 à 07h09

« Etrangement » pas ou peu d’information dans nos médias, chaque exaction russe reçoit son traitement voir plus mais par contre le Yémen, l’étouffement de l’affaire Kashogi et presque rien sur les 81 exécutions à mort de ce pays ami le samedi 12 mars à qui nous nous soumettons sans contrepartie comme quoi on dans le royaume des aveugles les borgnes sont roi et imposent ce qui est intolérable ou pas.

6 réactions et commentaires

  • Fabrice // 26.04.2022 à 07h09

    « Etrangement » pas ou peu d’information dans nos médias, chaque exaction russe reçoit son traitement voir plus mais par contre le Yémen, l’étouffement de l’affaire Kashogi et presque rien sur les 81 exécutions à mort de ce pays ami le samedi 12 mars à qui nous nous soumettons sans contrepartie comme quoi on dans le royaume des aveugles les borgnes sont roi et imposent ce qui est intolérable ou pas.

      +20

    Alerter
  • RGT // 26.04.2022 à 12h54

    Le sultan du sarin a trouvé un terrain d’entente avec le prince de la décapitation sous la bénédiction de la nation plus exemplaire que l’univers entier n’ait jamais porté.

    Donc il n’y a plus aucune raison de parler de ce non événement.

    Circulez, y’a rien à voir !!!

      +6

    Alerter
  • Guise // 29.04.2022 à 06h14

    Droits humains, certes, mais avant d’être journaliste, Kashoggi est surtout un ancien proche du pouvoir saoudien, issu d’une famille richissime, qui a changé de bord pour critiquer le pouvoir de la famille régnante en place. Ceci explique cela ? Lutte d’oligarques.

      +1

    Alerter
    • Candievans // 03.05.2022 à 07h40

      Tout à fait, faudrait arrêter de nous le présenter comme un gentil journaliste sans peur et sans reproche. C’est un ancien proche de la famille royale, ayant fait fortune avec et en connaissant tous les secrets; il a tourné ses talons pour aller vendre « ses services » aux américains.

      Du point de vue saoudien (que je ne défends pas hein) c’est un traître, peut-être même un espion devenu agent-double… Est-ce que ça méritait d’être découpé en petits morceaux ? Sans doute que non, mais dans le monde de Game of Thrones (notre monde, ne nous leurrons pas), le message est encore plus important que l’acte.

      Les futurs traîtres sont prévenus. Et ne me dites pas que l’occident est plus « gentil ». Guantánamo et autres prisons secrètes, Assange, etc.

        +1

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications