Les Crises Les Crises
14.avril.202214.4.2022 // Les Crises

Exportations militaires britanniques : depuis 2010, 33 milliards d’armement pour des régimes douteux

Merci 145
J'envoie

Sam Bright plonge dans les données pour révéler les milliards de livres sterling d’équipements létaux vendus par le Royaume-Uni à des régimes douteux.

Source : Byline Times, Sam Bright
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Photo : Zoonar GmbH / Alamy

Depuis 2010, des licences d’exportation de biens militaires d’une valeur de 33 milliards de livres Sterling ont été accordées à des pays figurant sur la liste de surveillance des droits humains établie par le gouvernement, révèle le Byline Times.

Cela représente les deux tiers des 50 milliards de livres Sterling de licences d’exportation de produits militaires accordées à des pays du monde entier au cours de cette période.

En particulier, l’Arabie saoudite a obtenu pour 11 milliards de livres Sterling de licences d’exportation de biens militaires depuis 2010, ce qui représente le montant le plus élevé de tous les pays du monde, les États-Unis arrivant en deuxième position avec 6,3 milliards de livres Sterling, devant la France avec 4,6 milliards de livres Sterling.

En d’autres termes, l’Arabie saoudite représente plus d’un cinquième des licences d’exportation de matériel militaire accordées par le Royaume-Uni depuis 2010, en termes de valeur globale, et un tiers des licences d’exportation de matériel militaire accordées aux pays figurant sur la liste de surveillance des droits humains du Royaume-Uni.

Toutes les données citées sont fournies par Campaign Against the Arms Trade (CAAT) (Campagne contre le commerce des armes). Les chiffres indiquent la valeur des marchandises que les détenteurs de licences – généralement des entreprises privées – sont autorisés à exporter ; le gouvernement britannique ne publie pas la valeur des exportations réelles.

Trente et un pays figurent sur la liste des États prioritaires en matière de droits humains établie par le gouvernement, à savoir « les pays où les questions relatives aux droits humains nous préoccupent particulièrement et où nous estimons que le Royaume-Uni peut faire une réelle différence. »

En ce qui concerne l’Arabie saoudite, le rapport du gouvernement indique que « les rapports faisant état de disparitions forcées, de détentions arbitraires, de tortures et de mauvais traitements en détention et de l’absence d’accès à une représentation juridique adéquate [demeurent]. La liberté d’expression et la liberté des médias étaient très restreintes. »

Le voyage de Boris Johnson en Arabie Saoudite montre qu’il commerce avec un régime meurtrier contre un autre.

Adam Bienkov

Le gouvernement cite également les exécutions publiques pratiquées par l’Arabie saoudite – un pays gouverné par une monarchie absolue. Cette pratique a fait la une de l’actualité ces derniers jours, constituant la toile de fond de la visite du Premier ministre Boris Johnson dans le pays, dans le but d’accroître les exportations d’énergie vers l’Occident. Le week-end dernier, le pays a procédé à sa plus grande exécution de masse depuis des décennies, en exécutant 81 hommes pour « terrorisme » et autres délits, notamment pour « croyances déviantes ». Trois autres personnes ont été exécutées mercredi, le jour de la visite de Johnson.

Dans le contexte de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, la ministre des Affaires étrangères, Liz Truss, a déclaré la semaine dernière que le Royaume-Uni et le monde occidental devaient réduire leur « dépendance économique stratégique vis-à-vis des régimes autoritaires ». Lorsqu’on lui a demandé pourquoi l’Arabie saoudite est un allié alors que la Russie est un ennemi, elle a répondu que « la réalité est que nous sommes confrontés à un agresseur en la personne de Vladimir Poutine, qui détruit sans raison une nation souveraine voisine, et nous devons travailler avec les pays du monde entier pour trouver des sources alternatives de pétrole et de gaz. »

Guerre et profit

Les données de la CAAT montrent que, sur les licences accordées pour les exportations militaires vers l’Arabie saoudite, 6,2 milliards de livres Sterling concernaient les « avions, hélicoptères, drones » et 4,3 milliards de livres Sterling les « grenades, bombes, missiles, contre-mesures. »

Sur ce total de 11 milliards de livres, 7,1 milliards de livres ont été approuvés depuis 2015, lorsque la coalition soutenue par l’Arabie saoudite a commencé sa guerre au Yémen voisin – un conflit qui se poursuit à ce jour. L’ONU a estimé que la guerre au Yémen avait tué 377 000 personnes à la fin de 2021. Plus de 150 000 de ces décès sont le résultat direct du conflit armé, tandis qu’une plus grande proportion est morte de faim et de maladie en raison de la crise humanitaire provoquée par la guerre.

D’autres estimations suggèrent que ce conflit brutal a poussé 5 millions de personnes au bord de la famine et 16 millions vers la famine.

Comme l’a rapporté l’équipe de Byline Intelligence, les nouvelles données d’Action on Armed Violence (AOAV) montrent que près de 11 000 victimes civiles ont été causées par l’utilisation d’armes explosives par la coalition dirigée par l’Arabie saoudite au Yémen depuis 2015, dont 9 881 décès et blessures de civils causés par des frappes aériennes. À titre de comparaison, plus de 1 200 civils auraient été blessés par les opérations soutenues par la Russie en Ukraine au cours de la même période.

En juin 2019, la Cour d’appel a conclu que le processus décisionnel du gouvernement pour l’octroi de licences d’exportation à l’Arabie saoudite était « irrationnel » et donc « illégal ». Cependant, le Royaume-Uni a annoncé un an plus tard qu’il reprenait ses ventes à ce pays.

Les données de la CAAT montrent qu’après l’Arabie saoudite, le pays figurant sur la liste de surveillance des droits humains du Royaume-Uni qui a obtenu la plus grande valeur d’exportations militaires depuis 2010 est Israël, avec 473 millions de livres Sterling. Comme l’a noté le gouvernement, Israël est en conflit militaire avec des groupes palestiniens depuis plusieurs années – Israël menant «une campagne de frappes aériennes, de bombardements navals et terrestres à Gaza ». Entre le 10 et le 21 mai 2021, 4 360 roquettes ont été lancées sur Israël, entraînant la mort de 12 civils et en blessant 330 autres. La réponse militaire d’Israël a tué 256 civils palestiniens, dont 66 enfants.

Comme Byline Times l’a précédemment rapporté, le Royaume-Uni a approuvé l’exportation de biens militaires d’une valeur de 56 millions de livres Sterling vers la Russie depuis 2010 – 54,9 millions de livres Sterling dans la période précédant immédiatement son annexion de la Crimée en 2014 – soit considérablement plus que la valeur des licences approuvées pour l’Ukraine.

« Le Royaume-Uni prend ses responsabilités en matière de contrôle des exportations très au sérieux et applique l’un des régimes de contrôle des exportations les plus solides et les plus transparents au monde », a déclaré un porte-parole du ministère du Commerce international à Byline Times.

« Nous évaluons rigoureusement chaque demande de licence d’exportation au cas par cas en fonction des critères stratégiques d’octroi de licences d’exportation, et nous n’autoriserons pas l’exportation d’équipements lorsque cela serait incompatible avec ces critères, notamment lorsqu’il existe un risque que les articles soient détournés vers un utilisateur final indésirable ou pour une utilisation finale indésirable. »

Source : Byline Times, Sam Bright, 18-03-2022

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Jean-Do // 14.04.2022 à 16h15

Et maintenant, ils exportent leurs armes vers un pays qui arrête les dirigeants des partis de l’opposition après les avoir interdit depuis l’an dernier et laisse son extrême-droite commettre impunément crime sur crime depuis 8 ans.

3 réactions et commentaires

  • Guillaume Besset // 14.04.2022 à 12h11

    Cet article est une confirmation de plus, qu’il est important d’investir dans la prévention des conflits.
    (plutôt que dans les armes et l’escalade de la violence)

    Et les morts du côté militaire ne sont pas moins importants que ceux du côté civil..
    « Kiev a ainsi dit, mardi, avoir tué 19 600 soldats russes depuis le début de l’invasion. Moscou, pour sa part, a affirmé, le 25 mars, avoir tué 14 000 soldats ukrainiens en un mois. » Le Monde

      +0

    Alerter
  • Jean-Do // 14.04.2022 à 16h15

    Et maintenant, ils exportent leurs armes vers un pays qui arrête les dirigeants des partis de l’opposition après les avoir interdit depuis l’an dernier et laisse son extrême-droite commettre impunément crime sur crime depuis 8 ans.

      +8

    Alerter
  • Fabrice // 14.04.2022 à 17h49

    Ce qui est choquant c’est le deux poids deux mesures si vous appartenez à un camp ou à un autre, la guerre n’est jamais propre qu’elle soit high-tech ou basique elles tuent point aucun conflit n’est justifiable mais une fois encore on couvre les horreurs passées , présentes , avenir sous une morale qui cache de plus en plus mal la souffrance infligée aux victimes.

      +3

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications