Les Crises Les Crises
12.avril.202212.4.2022 // Les Crises

Emmanuel Todd : « La Chine a peu de chances de devenir une superpuissance dominante. »

Merci 384
J'envoie

Emmanuel Todd voit la Chine confrontée à des défis démographiques en raison de sa politique ruineuse de l’enfant unique dans le passé.

(Source photo par Reuters)

Source : Nikkei Asia, Ryotaro Yamada
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

La Chine a peu de chances de devenir une superpuissance dominante selon Emmanuel Todd. L’historien français estime que le gouvernement est menacé par le faible taux de natalité et le niveau d’éducation élevé.

Tokyo — Le faible taux de natalité, le vieillissement rapide de la population et les niveaux d’éducation de plus en plus élevés de la Chine rendent peu probable que le pays devienne un jour la superpuissance dominante du monde, a déclaré le démographe historique français Emmanuel Todd dans une interview accordée à Nikkei.

Bien qu’il soit devenu la deuxième plus grande économie du monde, le Parti communiste chinois sera confronté à des problèmes difficiles au cours de la prochaine décennie, a-t-il ajouté.

Dans son ouvrage classique de 1976 intitulé « La chute finale », Emmanuel Todd a prédit l’effondrement de l’Union soviétique en se basant sur les taux de mortalité infantile, un indicateur important de l’approvisionnement alimentaire et du système de santé d’un pays. Il estime aujourd’hui que la Chine est confrontée à des défis démographiques similaires en raison de la politique de l’enfant unique, ruineuse dans le passé, qui a fait pencher le ratio hommes-femmes fortement en faveur des hommes.

Il note également que la diffusion de l’enseignement supérieur en Chine pourrait déstabiliser davantage son système social. Selon lui, la proportion de Chinois plus instruits que par le passé se rapproche de celle des pays développés – une situation qui pourrait amplifier les inégalités et les disparités, entraînant à terme des bouleversements sociaux similaires à ceux que connaissent les États-Unis, la France et la Russie.

Voici des extraits publiés de l’interview.

Q : Comment voyez-vous la montée de la Chine en tant que grande puissance ?

R : Au fur et à mesure de la diffusion du Covid-19, l’Europe a pris conscience du poids économique et politique de la Chine. Même en France, nous avons dû attendre des masques de protection importés de Chine.

Cependant, du point de vue d’un démographe, je suis sceptique quant à la capacité de la Chine à dominer le monde, ou même l’Asie, en raison du faible taux de fécondité du pays. Ce point de vue confirme les prédictions passées selon lesquelles la population chinoise vieillirait très rapidement.

Lorsque j’ai commencé à m’inquiéter pour la Chine, je pensais que son taux de fécondité se situait entre 1,5 et 1,8. Mais le recensement chinois de 2020 a montré qu’il était en fait de 1,3, ce qui est extrêmement faible. Dans ce contexte, il est totalement irréaliste de penser que la Chine se transformera à l’avenir en une superpuissance toute puissante et menaçante. Lorsque vous faites des projections démographiques sur la Chine, il y a une question importante à se poser : « Depuis combien de temps cet indicateur est-il si bas ? »

Entre 2015 et 2060, la population chinoise en âge de travailler (de 20 à 64 ans) diminuera d’au moins 35 %. Contrairement au Japon, la Chine ne pourra pas trouver de pays où délocaliser sa base industrielle, car elle est trop importante. Elle connaîtra un déclin démographique plus brutal que celui qui se produit au Japon.

Q : Que pensez-vous de la structure familiale en Chine ?

R : Bien avant la modernisation du pays, la famille paysanne chinoise était très autoritaire, le pouvoir étant partagé entre les frères. Elle était – et est toujours – égalitaire. Cette situation, combinée à une meilleure alphabétisation, a permis le développement du communisme et a aidé le Parti communiste chinois à se maintenir au pouvoir.

Malgré tous les développements en Chine, comme l’augmentation du niveau de vie, ce que je peux dire, c’est que les développements ne changent pas tout. Les valeurs et les systèmes sociétaux changent très lentement. Ils peuvent être affaiblis mais ne disparaîtront pas entièrement.

Il était donc évident que la Chine ne deviendrait jamais une démocratie libérale. Et il est inutile de demander à la Chine de se démocratiser plus rapidement. Nous devons la laisser évoluer à son propre rythme. Étant donné que la démocratie est en crise même aux États-Unis et en Occident, je ne pense pas qu’il soit important que la Chine se démocratise un jour.

Néanmoins, le pays entre dans une phase très difficile. La révolution communiste était un prolongement de sa culture égalitaire, sauf que la Chine est aujourd’hui confrontée à un creusement des inégalités, qui atteignent désormais presque celles des États-Unis.

Cette [inégalité] accentue la tension avec les valeurs égalitaires du pays et conduira à l’instabilité. Les dirigeants chinois actuels sont nerveux à l’idée d’une révolution. Cette situation va s’aggraver avec la diminution de la population.

Q : Selon vous, qu’est-ce qui pose le plus de difficultés au pouvoir du Parti communiste chinois ?

R : L’accès accru à l’enseignement supérieur pose certainement un sérieux problème. Lorsque la proportion de jeunes très instruits dans une société atteint 25 %, les valeurs traditionnelles sont ébranlées. La Chine n’est pas encore arrivée à ce carrefour, mais elle l’atteindra dans les dix prochaines années. Cela entraînera probablement une nouvelle crise.

Dans ces sociétés hautement éduquées, les gens sont tentés de se désengager des masses [plus pauvres]. Ce phénomène crée des inégalités [économiques] et déstabilise la société.

Les États-Unis ont atteint ce stade en 1965, après quoi le problème du néolibéralisme est apparu, ainsi que le creusement des inégalités qui s’en est suivi. En France, les vestiges de l’influence catholique et du communisme ont pris fin dans les années 1980. La Russie est passée par une phase similaire avant l’effondrement de son communisme. Je ne sais toujours pas à quoi ressemblera la crise en Chine.

Q : Quel est votre point de vue sur la rivalité entre les États-Unis et la Chine ?

R : La réorganisation du monde autour de la rivalité entre les États-Unis et la Chine est une menace en soi. Il ne sert à rien de mettre les États-Unis et la Chine au centre de tout. Les autres pays doivent éviter cette erreur.

L’administration du président américain Joe Biden a élargi la rivalité américano-chinoise à la guerre commerciale, lancée par l’ancien président Donald Trump, pour y inclure les sphères militaire et diplomatique. Nous l’avons vu avec l’accord sur les sous-marins nucléaires avec l’Australie et le boycott diplomatique des Jeux olympiques d’hiver de Pékin. Je pense que ce sont les États-Unis qui créent l’incertitude dans le monde d’aujourd’hui, pas la Chine.

Q : Quel est le rôle du Japon dans cette région [du monde, NdT], étant donné qu’il est situé entre deux pays puissants ?

R : Nous vivons un moment historique pour le Japon. Il a deux choix : suivre les États-Unis dans cette confrontation militaire ou chercher des opportunités de dialogue avec la Chine. Je pense que le problème le plus fondamental du Japon n’est pas la guerre, c’est son taux de fécondité très bas.

Le Japon devrait analyser la façon dont les États-Unis se comportent dans d’autres parties du monde et se poser des questions telles que : « Quelle est la nature des États-Unis ? » ou « Quel est l’objectif des États-Unis ? »

Il est également possible pour les gouvernements du Japon et de la Chine de travailler ensemble sur un problème commun aux deux pays, à savoir le faible taux de fécondité. Le déclin démographique de la Chine atténuerait la crainte du Japon en termes de sécurité, mais il aurait un impact sérieux sur l’économie japonaise.

La paix dans son voisinage et sa région est une condition préalable pour qu’un gouvernement puisse concentrer ses énergies sur un problème démographique. Je crois que l’existence d’une société – ou de l’humanité – est plus importante que la survie d’une société « démocratique ».

Source : Nikkei Asia, Ryotaro Yamada, 11-03-2022

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

RGT // 12.04.2022 à 11h45

 » La Chine est économe et prévoyante, elle se prépare aux inévitables conséquences du chaos actuel…. et nous ? »

La chine est prévoyante car ce pays a été pendant (trop) longtemps la proie de pays prédateurs et que sa population et ses dirigeants (même s’ils peuvent être critiquables) ne veulent plus que ça se reproduise.
Donc, la Chine a accepté dans les années 90 de « s’ouvrir » au monde dans un seul but : Acquérir les technologies les plus intéressantes afin de pouvoir ensuite les exploiter dans son propre intérêt (et celui de sa population, ne l’oublions pas).

Les occidentaux (du moins leurs « élites ») sont toujours à la recherche du profit maximal et ont permis, par leur cupidité infinie, à la Chine de pouvoir se hisser au sommet de la technologie en délocalisant toutes les industries dans ce pays qu’ils pensaient pouvoir contrôler dans leur propre intérêt.
Au début ça leur a été très profitable mais désormais, depuis que la Chine a sifflé la fin de la partie ils se retrouvent « à poil » et doivent se soumettre aux volontés de ceux qu’ils considéraient comme des « moins que rien ».
Et comme ils ont totalement détruit tout le tissu industriel de leurs pays d’origine (avec les désastres socio-économiques que ça comporte) ils n’ont désormais pour seule issue que de se soumettre aux volontés de leur ancien larbin s’ils ne veulent pas crever.

Et la population occidentale dans tout ça ??
On s’en fout, les gueux ne sont qu’une simple variable d’ajustement dont la seule fonction est de bosser pour nourrir les « élites ».

Les chinois ne vont pas dominer le monde car ça ne les intéresse pas.

Ils veulent juste qu’on leur foute la paix, ce qui n’est pas compatible avec les souhaits des « élites » occidentales.

58 réactions et commentaires

  • Gaspard des Montagnes // 12.04.2022 à 07h50

    Ce que n’a pas intégré Emmanuel Todd, est qu’avoir une population en croissance dans une monde de ressources contraintes (énergétiques, alimentaires) en dérive écologique va devenir un handicap fort !
    Avec 1,4 milliard, la Chine est très peuplée, un atterrissage démographique négocié avec une population bien formée sera plutôt une chance pour une transition écologique réussie. Ils auront une population en baisse mais qui peut travailler plus longtemps, des jeunes bien formés pour améliorer la performance de leur économie, un pays bien équipé (transport, habitat,) fortement exportateur..
    Pour illustrer, 3 exemples, dans un monde devenu multi-polaire (ou chacun est ramené à son propre territoire) :
    – les États-Unis, ils auront énormément de mal à réduire leur train de vie et le ramener à ce dont ils disposent sur leur territoire, ils sont trop inégalitaires et libertaires, de plus ils ont déjà bien entamé leurs ressources propres, et des équipements usés.
    – les européens, ils cumulent des ressources limitées, une population vieillie, des obligations sociétales pesantes (retraites, protections sociales) et des équipements vieillissants !
    – les africains, avec une population qui double tous les 30 ans, des ressources énergétiques et alimentaires limitées, un climat qui va rendre invivable beaucoup régions africaines, des structures gouvernementales fragiles, des frontières arbitraires héritées de la colonisation et peu d’équipements.. pas terrible !!

    Les autres (Monde musulman, Inde, Amérique latine, Russie) sont dans des états intermédiaires.
    Alors la Chine ?

      +37

    Alerter
    • Vincent // 12.04.2022 à 10h29

      Très juste. Ajoutons à cela que les réserves d’or mondiales se sont concentrées depuis quelques années en Chine et en Russie, que la première détient plus de dollars que l’Amérique elle meme, que la Russie à un endettement très faible et que d’un point de vue d’indice de natalité l’Allemagne est à 1,2, l’Italie à 1,7 et que la plupart des pays Européens suivent cette tendance. Quant à l’argument en filigranne de Todd ‘on est les virtueux et les gentils’ personne n’est dupe.

        +17

      Alerter
    • yannos // 12.04.2022 à 13h08

      Dans son analyse il signale un taux de fécondité de 1.3, ce n’est plus une population en croissance.

        +1

      Alerter
  • Jaicruvoir // 12.04.2022 à 08h13

    La Chine ne sera pas un empire
    Car L’EMPIRE attire les talents de ses provinces ou de ses zones influences
    La Chine n’attire pas.
    Qui sont les jeunes diplômés qui veulent aller s’installer et vivre toute leur vie en Chine?
    Idem pour l’Inde.

      +2

    Alerter
    • mikatypa // 12.04.2022 à 11h33

      Personnellement j’en connais un certain nombre, partis vivre en Chine et s’y marier. Je me souviens aussi d’ouvriers et techniciens anglais expatrier à Hong-Kong pour de meilleurs salaires.. La Chine peut attirer beaucoup de monde !

        +18

      Alerter
      • patoche // 12.04.2022 à 15h24

        J’ai dans mon entourage un jeune trentenaire qui vit depuis 3 ans en Chine à Shanghai et n’éprouve pas le besoin de revenir.

          +9

        Alerter
        • heydude // 14.04.2022 à 08h57

          S’il vit à Shanghai, il ne peut de toute façon plus, même s’il le veut.

            +4

          Alerter
    • Solalbe // 12.04.2022 à 18h16

      La Chine attire de plus en plus. Je vois tous les jours la vie de mes profs de Chinois- trentenaires très éduqués mais sans aucune position de pouvoir – restaurant et spectacles plusieurs fois par semaine, week-end en avion fréquents, équipements Apple dernier cri, etc. Sans compter une sécurité personnelle qui semble parfaitement garantie. Bien sûr la liberté d’expression connaît des lignes rouges – la forme de l’Etat et l’unité du pays, le rôle du PCC, les frontières – mais je pense qu’on peut vivre avec ça assez facilement. Si j’avais 20 ans de moins j’y serai déjà…

        +9

      Alerter
    • Maximytch // 13.04.2022 à 08h36

      « La chine n’attire pas », vous n’êtes probablement jamais allé en chine pour dire des choses pareil.
      La chine draine toute l’Asie du Sud Est ainsi que des cadres de l’occident.

        +14

      Alerter
    • Gilbert // 15.04.2022 à 17h11

      @ jaicruvoir : je fréquente un certain nombre de « grands bourgeois » français bien macronards et mondialistes. Les enfants d’un certain nombre étudient en Chine. La bourgeoisie suit la tendance du capital mondial. Si il faut se mettre au rouleau-de-prinemps après le hambuger, ils le feront. Ils le font déjà, en partie.

        +2

      Alerter
  • jrmciber // 12.04.2022 à 08h34

    Specialiste de la chute des empires par le biais de l’ analyse demographique fine. La Chine a une enorme capacite , tel un phenix, de renaitre de ses propres cendres. L’ historien de l’ economie mondiale Angus Maddison parlait de la Chine au 16eme siecle comme ayant la plus grosse economie au monde pour s’ echouer au 19eme siecle avec a peine 5% du PIB mondial et repasser a 15-17% du PIB mondial actuel. Alors, caveat emptor!

      +6

    Alerter
  • Pampougnis // 12.04.2022 à 09h09

    C’est une vision occidentalo-centrée !
    ce que vous oubliez est qu’en plus de l’immigration intérieure (régions pauvres) existe une forte immigration de retour des jeunes chinois partis à l’étranger et une sphère de co prospérité qui se développe en Asie du Sud-Est autour de la Chine. Cette zone est déjà la plus puissante économiquement en parité de pouvoir d’achat.

      +16

    Alerter
  • Jean // 12.04.2022 à 10h11

    @Gaspard des Montagnes,

    Monsieur Todd ne voit qu’au travers ses lunettes de démographe. Aussi, lorsqu’il affirme :

    « Entre 2015 et 2060, la population chinoise en âge de travailler (de 20 à 64 ans) diminuera d’au moins 35 %. Contrairement au Japon, la Chine ne pourra pas trouver de pays où délocaliser sa base industrielle, car elle est trop importante. Elle connaîtra un déclin démographique plus brutal que celui qui se produit au Japon. »

    Emmanuel Todd sous estime l’impact de la révolution robotique en cours qui permettra à la Chine de ne pas avoir à délocaliser son industrie. La Chine est économe et prévoyante, elle se prépare aux inévitables conséquences du chaos actuel…. et nous ?

      +21

    Alerter
    • RGT // 12.04.2022 à 11h45

       » La Chine est économe et prévoyante, elle se prépare aux inévitables conséquences du chaos actuel…. et nous ? »

      La chine est prévoyante car ce pays a été pendant (trop) longtemps la proie de pays prédateurs et que sa population et ses dirigeants (même s’ils peuvent être critiquables) ne veulent plus que ça se reproduise.
      Donc, la Chine a accepté dans les années 90 de « s’ouvrir » au monde dans un seul but : Acquérir les technologies les plus intéressantes afin de pouvoir ensuite les exploiter dans son propre intérêt (et celui de sa population, ne l’oublions pas).

      Les occidentaux (du moins leurs « élites ») sont toujours à la recherche du profit maximal et ont permis, par leur cupidité infinie, à la Chine de pouvoir se hisser au sommet de la technologie en délocalisant toutes les industries dans ce pays qu’ils pensaient pouvoir contrôler dans leur propre intérêt.
      Au début ça leur a été très profitable mais désormais, depuis que la Chine a sifflé la fin de la partie ils se retrouvent « à poil » et doivent se soumettre aux volontés de ceux qu’ils considéraient comme des « moins que rien ».
      Et comme ils ont totalement détruit tout le tissu industriel de leurs pays d’origine (avec les désastres socio-économiques que ça comporte) ils n’ont désormais pour seule issue que de se soumettre aux volontés de leur ancien larbin s’ils ne veulent pas crever.

      Et la population occidentale dans tout ça ??
      On s’en fout, les gueux ne sont qu’une simple variable d’ajustement dont la seule fonction est de bosser pour nourrir les « élites ».

      Les chinois ne vont pas dominer le monde car ça ne les intéresse pas.

      Ils veulent juste qu’on leur foute la paix, ce qui n’est pas compatible avec les souhaits des « élites » occidentales.

        +49

      Alerter
      • Ouvrier pcf // 12.04.2022 à 20h23

        Là je m’incline certains de vos commentaires me questionnent d’autres me contrarient mais là bravo rien a retirer rien a ajouter je vais même l’utiliser sans le plagier en y ajoutant ce qui reste primordial pour moi le rôle de la révolution de 1949 merci RGT

          +3

        Alerter
      • louis // 15.04.2022 à 14h23

        Pourquoi dominer le monde militairement alors qu’il ont possibilité de contrôler des pays par le commerce en créant des dettes à leur avantage..

          +1

        Alerter
        • Gilbert // 15.04.2022 à 17h18

          en effet… on a tendance à voir les chinois comme un peuple de paysans bourrins… c’est faux. La Chine est comme l’Inde, un « système complet ». Il y a en effet de grandes masses paysannes (et aujourd’hui ouvrières). Mais il y a aussi une énorme classe de tradition commerçante. La Chine est une des grandes nations commerçantes de l’Histoire, comme les Arabes en leur temps. Maintenant qu’ils ont comblé leur retard technique, ces peuples vont nous tailler des croupières dans le commerce mondialisé.

            +2

          Alerter
          • louis // 16.04.2022 à 09h08

            La chine s’est réveillée autour d’une politique cohérente et d’un pouvoir qui garde le cap sur le temps long. Dans nos petits pays occidentaux nous n’avons pas besoin d’ennemis nous avons nos élites.. A titre de réflexions, Si nous n’enseignons plus le 19ième et les guerres de l’opium (qui parle en France de notre enclave de Kouang-Tchéou-Wan, ville Ford Bayard rétrocédée en 46) ça reste ancré en Chine de même que le massacre de Nankin..

              +2

            Alerter
          • Saint just // 20.04.2022 à 20h18

            l’Inde est aujourd’hui très loin de la chine économiquement militairement et humainement.500 millions d’indiens vivent à la rue ds des cabanes beaucoup sans éducation,un racisme considérable instrumenté par le parti de droite pro américain de modi. La chine est le seul pays qui peut faire face à la robotisation à venir

              +0

            Alerter
      • Cévéyanh // 15.04.2022 à 22h30

        A RGT,
        La Chine a, contrairement à de nombreux pays occidentaux, des dirigeants qui viennent du même parti et donc qui ont aussi une vision sur une très longue durée. Ceci permettant aussi, peut-être, à leur pays de devenir un pays de plus en plus fort dans le monde et d’avoir de moins en moins d’influence de la part des autres pays.

        Elle ne s’est pas totalement ouverte à la globalisation et surtout fait une ouverture sans réfléchir. Elle n’a pas vendu des bouts de son territoire à des étrangers contrairement à des pays occidentaux sous prétexte de la globalisation, de la vente au meilleur prix, de la « libre concurrence et non faussée ».

        Vous avez écrit que « les chinois ne vont pas dominer le monde car ça ne les intéresse pas. » Aujourd’hui, peut-être qu’elle ne le veuille pas car elle n’est pas largement supérieur aux Etats-Unis mais dans le futur ? Les dirigeants auront peut-être changés.

        L’ancien président Deng Xiaoping avait imposé la présidence à deux mandats pour éviter le culte de la personnalité et un retour d’un régime didactorial comme au temps de l’ère Mao. Xi Jiping l’a fait supprimer pour pouvoir gouverner plus longtemps.

          +0

        Alerter
        • Saint just // 20.04.2022 à 20h23

          Surtout la chine est dirigée par un parti communiste qui s’impose au patronat capitaliste lequel ne fait pas la loi comme c’est le cas en France avec tt ces partis corrompus et payés par le patronat avec cet état soi disant républicain mais corrompu jusqu’à la moelle par les classes capitalistes et alliées et cette morgue colonialiste.

            +0

          Alerter
    • Maud // 12.04.2022 à 16h19

      Lunettes de démographe, d’anthropologue, économiste, , c’est à dire pluri-disciplinaire ce qui donne une vision plus large que les purs spécialistes. Avant le terme à la mode de « bloc bourgeois », il avait, dès la fin des années 90 analysé le phénomène à venir, alerté sur la désindustrialisation depuis 20 ans, annoncé la prévisible révolution des printemps arabes dans les pays où la population est très jeune, éduquée et ou les femmes ont pris en main la contraception, le vote à gauche de l’ouest de la France ancienne terre du catholicisme depuis les années 80, annoncé comme probable l’élection de Trump quand Clinton était favorite partout et bien d’autres phénomènes encore avant « les experts ». Alors il me semble que le lire pour s’informer simplement et s’en souvenir dans plusieurs années est toujours instructif. S’il s’avère qu’il a pu se tromper sur certains point il le reconnait, attitude bien rare. Toutes les prédictions des officiels experts de plateau à les revoir font sourire. Alors lisons le attentivement.

        +15

      Alerter
      • Ouvrier pcf // 12.04.2022 à 20h28

        Oui moi aussi j’ai du respect pour les tonnes de travaux accomplis par Monsieur Todd Ils me sont utiles agréables à lire quelques fois ardus a saisir mais ils le font chercher et c’est là le but d’un chercheur faire réfléchir et faire aussi chercher les autres merci Mr Todd

          +8

        Alerter
      • Emmanuel // 13.04.2022 à 10h58

        Entièrement d’accord. Il se trompe souvent car il se laisse emporter par l’enthousiasme de sa pensée brillante (je me souviens encore de son intervention à Vincennes où il voyait en Hollande un nouveau Roosevelt !) Mais ses erreurs sont de bonne foi et elles sont « productives » dans la mesure où, même quand il erre complètement, il nous force à penser ou repenser. C’est en ce sens qu’il est précieux !

          +4

        Alerter
      • Mohamed // 14.04.2022 à 08h39

        +1
        et n’oublions pas qu’il avait prédit aussi la dérive autoritaire de Macron.

        Todd est vraiment l’intellectuel français de notre temps, on se souviendra de lui encore dans 100 ans.
        Et puis ce n’est pas un intellectuel de plateaux, ses livres sont des pavés d’analyse fournie et documentée.

          +8

        Alerter
  • Dominique65 // 12.04.2022 à 10h51

    Bonjour.
    Je trouve cette prédiction très paresseuse. En ne tenant en compte que la démographie, Todd oublie tout ce qui peut anéantir ou renforcer un pays : la façon d’utiliser les richesses créées, l’accès aux matières premières et à l’énergie, les désastres que peuvent provoquer le changement climatique, (dégâts sur les infrastructures, migrations) la pérennité ou la disparition de de la globalisation (mondialisation telle qu’elle convient à l’occident), les révolutions qui peuvent se produire etc…
    Bref, dire « jamais » est plus que présomptueux.
    De plus, si c’est la natalité qui fait une économie, l’Afrique devrait être le maitre du Monde.

      +10

    Alerter
  • Christian Gedeon // 12.04.2022 à 11h31

    Pas souvent que je suis d’accord avec M Todd. Là oui et pas seulement à cause des conséquences de l’enfant unique. Ce qu’on voit actuellement dans l’agglomération de Shanghai est proprement effrayant… ça ne durera pas.

      +3

    Alerter
    • Dominique65 // 13.04.2022 à 10h46

      « Ce qu’on voit actuellement dans l’agglomération de Shanghai est proprement effrayant »
      Je ne vois pas le rapport avec l’analyse de Todd.

        +3

      Alerter
      • Christian Gedeon // 14.04.2022 à 23h42

        Dommage vous devriez. Le déclin démographique engendre la peur. La peur engendre le reste, ce qui se passe à Shanghai est un symptôme évident et je le répète effrayant.

          +0

        Alerter
        • Saint just // 20.04.2022 à 20h33

          Voyez vs mon brave ces chinois avaient une durée de vie de 48 ans en 1949 à la révolution et libération nationale après une guerre de 100 ans et colonisation des salopards occidentaux habituels. Je ne pense pas que l’enfant unique qui n’a d’ailleurs pas été une obligation sinon comment cette chine eut triplé sa population en 60 ans? Mais l’as venir sera différent si le socialisme progresse en Chine. Sans peur

            +0

          Alerter
  • JnnT // 12.04.2022 à 12h03

    Rien de nouveau : les Chinois seront vieux avant d’être riches, ai-je lu voici des années.

    Encore cette richesse résulte-t-elle du choix des entreprises US (et autres, dont françaises) pour le « fabless » et le « made in RPC ». Les capitalistes US ont fait du profit en fabriquant en Chine, ils comptent maintenant en faire… en la détruisant.

    La Chine peut-elle d’ailleurs continuer à se développer sans les commandes et brevets occidentaux ? Il est sûr qu’elle essaie, pas plus.

      +4

    Alerter
    • Maximytch // 13.04.2022 à 08h40

      La chine et sa population sont les principaux bénéficiaires de la mondialisation ces 40 dernières années. Il n’y a qu’à voir les 10aines de villes de provinces modernes de plus de 10M d’habitants pour se rendre compte que la chine est devenue riche, avec néanmoins des écarts très importants entre les populations. Cela ne fait juste pas les gros titres chez nous.

        +3

      Alerter
    • Gilbert // 15.04.2022 à 17h25

      la Chine va bénéficier maintenant du marché africain en plein expansion : elle pourra y vendre ses produits. Ca fait 40 ans qu’on nous dit que la Chine n’arrivera à rien, et d’autres que ce sera le phare du monde : la réalité est sans doute entre les deux. Mais cessons de prendre les Chinois pour des ahuris… Occupons-nous plutôt de savoir comment l’économie occidentale va s’en sortir si jamais elle perd sa suprématie monétaire (qui garantie seule son financement par l’expansion monétaire).

        +1

      Alerter
      • Saint just // 20.04.2022 à 20h41

        Il n’y a pas d’économie occidentale mais un capitalisme anglo saxons dominateur impérialiste qui a détruit l’économie des pays qu’il a soumis par la trahison ignoble des classes dirigeantes. Ce capitalisme est concurrencé par cette chine socialiste, terre collective,entreprises d’état, planification souple, politique s’imposant aux solutions débiles des cadres américanistes histoire et culture vivante alors que la jeunesse française ne sait même plus qu’elle a une nationla France

          +1

        Alerter
    • Saint just // 20.04.2022 à 20h56

      Présomptueux! La chine a signé en 1972 un accord la decouplant de l’URSS. Une aubaine pour les usa et le capital impérialisme. En contrepartie elle are cu les capitaux qui lui manquait. Elle a su faire fructifier et devenir technologiquement fort développée voit sa 6 g. Où sa présence ds l’espace. Exclue par les racistes usa elle est aujourd’hui en passe de damer le pion à tous les usa n’ayant même plus de moteurs pour leurs fusées. Occidental et assassin cela va se payer. Assez de morgue

        +0

      Alerter
  • Jacleon // 12.04.2022 à 14h49

    Les bonnes questions à se poser ne devraient-elles pas être :

    La Chine a-t-elle le désir de devenir une superpuissance dominante ?
    Vouloir se débarrasser de l’hégémon actuelle implique-t-il de le remplacement par un autre ?

    Les BRICS représentent un bonne exemple de tentative de coopération entre nations sans dominants ni dominés…

      +13

    Alerter
  • Sarton Bernard // 12.04.2022 à 14h56

    Je crois qu’Emmanuel Todd dont j’admire le travail et ses livres est un peu pessimiste sur la Chine . La Chine forme des millions d’ingénieurs et de scientifiques avec un peuple très travailleur , y compris dans la diaspora très nombreuse qui travaille dans tous les pays de la planète comme en France .La Chine est déjà la première puissance industrielle du monde et elle se renforce année après année avec une grande efficacité , alors que l’occident capitaliste est en déclin rapide par sa désindustrialisation et son nombre de travailleurs au chômage et précaires sans parler des dizaines de millions de sdf; Son taux de natalité de 1,3 peut augmenter à l’avenir avec des incitations sociales comme en Russie et la longévité de ses ainés est peut-être une charge sur le court terme mais aussi utile dans la gestion des masses dans le tissu associatif de toutes activités sociales et culturelles. Le vieillissement dans un système dit communiste est un atout pour un pays alors que dans le système capitaliste c’est un poids mort sans aucune utilité pour la bourgeoisie en dehors d’une utilisation électorale comme nous le voyons en France . Le respect des anciens ancré dans la culture chinoise est aussi un bon point pour ce pays qui gère 1 milliard et demi d’individus .

      +16

    Alerter
    • Ouvrier pcf // 12.04.2022 à 20h32

      Je pense que E Todd a réalisé un travail d’ethnologie pas une analyse géo politique ou géostratégique a nous a vous de compléter ce travail il nous donné de bonnes bases

        +3

      Alerter
    • Gilbert // 15.04.2022 à 17h29

      je ne vois pas bien en quoi la Chine gèrerait plus mal son vieillissement que nous. Avec la robotisation et la tertiarisation, il me semble qu’une population pas trop nombreuse peut être un atout. Même si il faut éviter l’effondrement démographique brutal et déstabilisant.

        +1

      Alerter
    • Cévéyanh // 15.04.2022 à 22h44

      Au delà de « l’incitation sociale » pour faire plus d’enfants, il serait intéressant de savoir comment la politique de « l’enfant unique » a changé la vision de la famille chez cette génération « enfant roi-reine » qui n’ont connu aucun frère ou soeur pour la majorité d’entre eulles. En Russie, illes n’ont pas eu cette politique.

        +0

      Alerter
    • Cévéyanh // 18.04.2022 à 22h04

      La Chine a créé des utérus artificielles sous contrôle d’intelligence artificielle (aujourd’hui pour des essais d’embyons d’animaux) : https://www.futura-sciences.com/tech/actualites/intelligence-artificielle-chine-developpe-uterus-artificiels-humains-autonomes-surveilles-ia-96784/

      Est-ce un pas à commencer à faire vers ce genre de recherche ? Ne va t-il pas nous amener à la création d’être humain « artificiellement » ?

        +0

      Alerter
  • John V. Doe // 12.04.2022 à 17h11

    Est-ce que l’Inde avec sa formidable (et catastrophique) natalité ne pourrait pas devenir à terme « l’atelier » de la Chine si sa population fait défaut comme le souligne Emmanuel Todd ?

      +5

    Alerter
    • Gilbert // 15.04.2022 à 17h34

      l’Inde a déjà fait tomber son taux de natalité (2, je crois). Elle évolue en décalé avec la Chine, mais elle suit la même tendance. A part quelques pays spécifiques du Moyen-Orient (Irak, Afghanistan…) et d’Amérique Centrale (Honduras…), seule l’Afrique sud-saharienne n’a pas encore réalisé/entammé sa transition démographique.

        +0

      Alerter
  • antoniob // 12.04.2022 à 18h41

    une contradiction interne est tellement hénaurme que j’ai sursauté:

    « la proportion de Chinois plus instruits que par le passé se rapproche de celle des pays développés – une situation qui pourrait amplifier les inégalités et les disparités, entraînant à terme des bouleversements sociaux similaires à ceux que connaissent les États-Unis, la France et la Russie. …/…. Dans ces sociétés hautement éduquées, les gens sont tentés de se désengager des masses [plus pauvres]. Ce phénomène crée des inégalités [économiques] et déstabilise la société.
    Les États-Unis ont atteint ce stade en 1965, après quoi le problème du néolibéralisme est apparu, ainsi que le creusement des inégalités qui s’en est suivi.  »

    mais alors justement pourquoi les Etats-Unis qui auraient atteints ce stade en 1965, sont néanmoins une superpuissance?
    Parce qu’ils sont une entité destructrice militaire brutale, couplé à un processus financier de maffieux, comme on le voit avec les rackets et chantages successif dont le paroxysme actuel contre la Russie. Combien de temps cela est-il tenable?

      +13

    Alerter
    • Gilbert // 15.04.2022 à 17h37

      en effet… la Chine négocie à son tour son virage démographique et macro-économique. Il n’y a pas de raison que ça fonctionne plus mal que chez nous, même si ça ne suit pas exactement les mêmes canevas.

        +1

      Alerter
  • Christian Gedeon // 13.04.2022 à 01h36

    C’est fou le caractère passionné qu’on trouve à certains commentaires. Ça m’a toujours interrogé de constater ça. Là il s’agit d’une analyse objective quoi qu’incomplète à mon sens. Rien d’autre.Et la sempiternelle référence aux BRICS est assolante. I et C d’accord. Mais les trois autres? Franchement est ce bien sérieux?

      +2

    Alerter
    • Maximytch // 13.04.2022 à 08h46

      La Russie tient entre ses mains la politique mondiale de l’énergie mais ce n’est surement rien.
      Ces pays sont en train de mettre à bas l’hégémonie du Dollar, le monde entier va bientôt découvrir que nous ne faisons qu’imprimer du papier depuis 20 ans alors que leurs devises sont annexés sur l’or.
      Les Pays producteurs de matière première vont reprendre la main dans un monde de pénurie et si le terme de BRICS est certes désuet, ces pays sont pourvoyeur de bien et de matières premières pour le monde entier.

        +7

      Alerter
      • Christian Gedeon // 14.04.2022 à 23h51

        La Russie se bat pour sa survie aujourd’hui. Poutine n’est pas Majax. Il n’a pas fait de miracles. Il a les matières premières, la bombe… et rien.Ses ennemis le savent. L’ont humilié en Serbie. L’ont humilié au Kosovo. L’ont humilié en Lybie.Et en surarmant l’Ukraine en infligeant des sanctions terribles à la Russie et des pertes terribles a l’armée russe, continuent à l’humilier aujourd’hui, en coulant en prime le fleuron de la marine russe.Non la Russie n’a pas les moyens de tenir tête indéfiniment à la terrible coalition formée de facto contre elle, à moins de lancer une guerre conventionnelle totale. Qu’on ne se fasse guère d’illusions. Les US sont bel et bien, et encore pour un moment, les maîtres du Jeu.

          +1

        Alerter
  • Louiton // 13.04.2022 à 14h17

    d’accord avec certains commentaires. Pour resumer, je pense qu’il ya une difference culturelle difficile a combler entre la Chine et l’occident. Deux exemples:
    1/ La Chine n’attire pas les talents comme les USA, cela ne va surement pas s’arranger avec les mesures du gouvernement envers les boites Tech et la perte d’HK par les occidentaux.
    2/ Les Indiens sont preferes aux Chinois sur le marche du travail en occident, ce qui montre aussi que culturellement les Chinois sont moins faciles a integrer dans les boites occidentales.

    tout ceci ne remet pas en cause la position dominante de la Chine mais fait douter sur les capacites de la Chine a devenir une superpuissance et le phare du monde.

      +1

    Alerter
    • guzy // 13.04.2022 à 16h40

      Superpuissance, elle l’est déjà ; puissance hégémonique; elle ne l’est pas et n’ambitionne pas de le devenir ; phare du monde, le messianisme est un truc occidental, pas asiatique. Il faut sortir du cadre de pensée occidental des 5 derniers siècles, l’hégémonie mondiale de quelques nations est une notion qui appartient au passé.

        +3

      Alerter
      • Louiton // 13.04.2022 à 17h02

        les US sont une superpuissance et le resteront surement pour 100 ans encore (non pas que ca me plaise mais le monde est ainsi). Ils ont la monnaie, l’armee et la culture. La Chine n’y est pas encore. Je dirai meme que l’Eurozone+UK, sous ses criteres est plus une superpuissance que la Chine.

          +1

        Alerter
        • Gilbert // 15.04.2022 à 17h51

          il me semble que la faille de l’Occident ce serait la perte de sa suprématie monétaire… notre domination monétaire nous permet d’imprimer de la monnaie à tire-larigot, et de vivre à crédit des autres. Mais si cette possibilité venait à se tarir, alors le choc d’austérité réelle serait terrible pour nous.

          Concernant l’armée, restons modeste. L’armée américaine n’a jamais rien prouvé. L’Amérique a tiré les marrons du feu financièrement, mais n’a jamais rien prouvé militairement. A fortiori dans une confrontation stratégique. Seules la France, l’Allemagne et la Russie ont mené de telles guerres dans l’époque récente, et dans une moindre mesure l’Angleterre et le Japon. Les Etats-Unis ont édifié leur empire en évitant justement les grandes guerres. Et leur armée, au-delà de son excellence logistique reconnue par tous, n’a jamais rien prouvé nulle part. Mais c’est peut-être pour cela qu’ils ont réussi comme hégémon ! Aidés aussi par leur isolement géographique unique, qui leur épargne toute menace systémique.

          Sur la culture « américaine » (ou plus exactement capitaliste) on est à un carrefour. L’espèce humaine pourra-t-elle supporter le nouveau « saut culturel » vers la cancel-culture, le crédit social et le transhumanisme nécessité par l’évolution du capitalisme ? Ou alors une forme de néo-classicisme défavorable aux Etats-Unis s’imposera-t-il en la matière ? … Dans l’absolu, comment combiner le haut-niveau culturel nécessaire à une société de haute-technologie et l’affaissement culturel nécessaire à l’acceptation de ce mode de vie ?

            +3

          Alerter
          • Louiton // 18.04.2022 à 21h19

            Entièrement d’accord sur l’armée américaine qui n’a pas prouvé grand chose sur le terrain, souvenons-nous de 1917 ou de la campagne des Pays-Bas en 1944. Au fond la plus grande nation militaire de l’hitoire moderne sur le terrain reste la France. Mais les Anglais et les Américains ont su développé d’autres atouts, aériens, maritimes ou spatiaux, et la guerre en Uktaine nous le montre bien avec l’étaajor US redoutablement informé

              +1

            Alerter
        • Saint just // 20.04.2022 à 21h08

          La culture aux usa? A part celle des bombes et furacisme je ne vois pas! Par contre ce ramassis d’incapables étoilés est très fort en communication hollywoodienne et sait subvertir avec habileté. Il n’a ds ses labos que des étrangers rêvant à un monde nouveau qui ne vient jamais. Maintenant c’est le déclin comme d’autres, pensez à l’Angleterre. La chine vient,elle n’emmerde personne et a 5000 ans d’histoire ininterrompues. Que les français s’occupent de la France et non de prétentieux et pompeux occident ou union européenne ma colonie des usa

            +1

          Alerter
  • JP // 13.04.2022 à 17h29

    Une très grande population permet de se lancer dans de grandes et belles Guerres dévastatrices ( France et Napoléon I° , Allemagne et Hitler par exemple). Donc une limitation relative de la natalité chinoise n’est pas forcement un mal pour un pays qui actuellement développe sa puissance militaire et en particulier navale de façon spectaculaire, qui dispose de très nombreuses bombes nucléaires, qui assure en ce moment son autonomie spatiale, qui lentement mais surement étend son influence commerciale internationale et qui n’oublie pas que ce pays a été un immense empire avec une flotte imposante et des bateaux à l’époque 2 à 3 fois plus gros que ce qui existait en Occident. Et ce pays ne peut pas avoir oublié la scandaleuse Guerre de l’Opium anglosaxonne ni les abominables massacres perpétrès par les voisins Japonais.

      +3

    Alerter
    • Cévéyanh // 15.04.2022 à 22h58

      Oui, c’est vrai dans le temps mais aujourd’hui avec la technologie ? Ne serait-il pas plutôt à voir du côté de l’énergie ? Les pays qui ont de l’énergie serait aussi plus susceptible de lancer des guerres ? Hilter, sans le pétrole alimentant aussi les chars, n’aurait peut-être pas lancer de guerre.

        +0

      Alerter
  • PP // 15.04.2022 à 12h47

    Je visite ce site pour la première fois et je suis très intéressé par l’article et les commentaires.
    La remarque concernant l’éducation et celle concernant la grille de lecture occidentalo centrée me semblent dignes de développements à venir.
    Je crains fort que les USA ne tiennent encore le haut du pavé un moment.
    J’aimerais croire que l’ordre du monde évoluera vers un meilleur équilibre.
    La raréfaction des ressources et l’évolution climatique sont des éléments dont l’impact est difficile à prévoir d’autant qu’elles sont basées sur des modèles dont la fiabilité n’est peut-être pas à toute épreuve.
    Je ne connais rien aux recensements et je me pose la question de leur fiabilité dans 1 pays aussi immense que la Chine…
    Quant aux BRICS, leur but étant « de renforcer à la fois le rôle du G20 dans la gouvernance globale et celui des Nations Unies » je me demande s’ils auront une réelle influence au regard de la guerre économique sans merci que se livrent la plupart des pays ?

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications