Les Crises Les Crises
22.novembre.201222.11.2012 // Les Crises

1200 Démographie du Japon

Merci 3
J'envoie

Prenons aujourd’hui un peu de recul sur la Crise, pour observer des tendances décennales avec la démographie. Celle du Japon est une des plus dégradée au monde.

Natalité et fécondité du Japon

On observe que le taux de fécondité du Japon n’est plus de 1,5 enfant par femme, alors qu’il doit être évidemment égal à 2 pour assurer la stabilité de la population. Il entraîne donc un fort recul des naissances.

Natalité et mortalité du Japon

Il saute aux yeux que la natalité ayant fortement diminué depuis les années 1970, jusqu’à dépasser la mortalité, la population commence donc à diminuer au Japon.

Population du Japon

Dans la série Peak Everything, le pic de population a ainsi été atteint en 2004, avec 127,8 millions d’habitants.

Population du Japon

Le Japon entame actuellement son inéluctable déclin démographique. Nous parlerons beaucoup de “pics” sur ce blog, mais celui-ci est pour le coup totalement incontestable, et particulièrement frappant.

Car si la “croissance infinie” de la population n’est ni possible ni souhaitable, un recul aussi violent et rapide s’apparente à un suicide démographique, et bouleversera la société japonaise par le vieillissement généré.

La pyramide des âges montre l’ampleur des dégâts :

Pyramide des âges du Japon

Il va ainsi y avoir bien peu de monde pour s’occuper des sexagénaires et quadragénaires actuels, qui ont donc du souci à se faire… La désépargne va être massive avec l’arrivée des premiers à la retraite… Par chance pour eux, leur baby-boom n’a pas duré comme chez nous 25 ans…

En démographie, les effets mettent longtemps à apparaître. Mais si on compare les classes d’âges du Japon et de la France (deux fois moins peuplée), l’avenir du Japon est tout tracé…

Natalité et fécondité du Japon

Observons pour finir le ratio de dépendance du Japon (nombre de personnes à charge des adultes) :

Ratio de dépendance du Japon

Il atteint déjà 6 personnes pour 10 adultes, et frôlera le 1 pour 1 en 2050. On observe surtout la substitution de l’entretien des jeunes par l’entretien des seniors : une belle lutte des classes démographiques à venir…

97 réactions et commentaires

  • Patrick Luder // 22.11.2012 à 05h34

    Bravo les Japonais,
    vous nous montrez ainsi la voie
    pour un possible retour
    à une démographie …
    … soutenable …

    … car il est évident,
    que la population terrestre,
    une fois hors de portée
    des dantesques énergies perdues,
    devra revenir à sa quantité historique.

    … car il est édivent,
    qu’un fort rééquilibrage démographique
    à la sauce Japonaise,
    serait mille fois préférable,
    à une réduction forcée
    dans les larmes !!!
    => famines, guerres, destruction massives !!!

    … car il est évident,
    que le monde ne saura être si prévenant
    que la sagesse milénaire Japonaise !!!

      +4

    Alerter
    • G. // 22.11.2012 à 09h58

      Hmmmm…. non. Un eugénisme déguisé, un égoïsme générationnel, très peu pour moi!

      Voyons… Le principal problème démographique actuel sur Terre est dû aux pays en voie de développement. Une fois le pays “développé”, la natalité se réduit d’elle même. On peut donc souhaiter, d’un point de vue démographique, un meilleur contrôle du taux de natalité dans ces pays, en échange d’un niveau de vie bien meilleur. Tant qu’ils resteront pauvres à pleurer, le taux de natalité ne baissera pas. Education, espérance de vie, assurance vieillesse, droit des femmes, niveau de vie accru, autant de conditions nécessaires à une réduction “naturelle” du taux de natalité. Les chinois semblent avoir bien compris cela

      Mais une fois la démographie mondiale à peu près “sous contrôle”, il ne faut surtout pas que la population diminue! Ce serait dire qu’on ne donne pas leur chance à nos enfants, qu’on les prive d’existence, et qu’en plus on leur laisse une charge de plus en plus lourde (les générations vieillissantes). Le Japon est un bon exemple de ce qu’il ne faut pas faire, sur ce point. Sans parler du problème de la diversité génétique, et du fait qu’une population nombreuse et variée augmente les chances de survie de l’espèce…

      Soyons clairs et nets: si on me laisse le choix entre l’écologie et l’Homme, je choisis l’Homme. C’est un pari: le pari que les évolutions technologiques finiront par diminuer sensiblement notre impact écologique, puis à terme répareront les dégâts causés. Face à cela, vous avez les écolos-bobos qui voudraient qu’on retourne tous vivre dans des caves, sans eau courante ni électricité, et sans enfants non plus… c’est aussi rétrograde et extrémiste que les pires fanatismes religieux et obscurantistes. Les écolos, obscurantistes des temps modernes?

        +3

      Alerter
      • Bouddha vert // 22.11.2012 à 11h44

        Bonjour et merci à Olivier pour ces nouvelles données, à perte de vue…

        Comme G, je pense que le niveau de vie est en corrélation évidente avec le nombre d’enfant, la cause en est assez simple, c’est la disponibilité énergétique par personne.
        Si pas d’énergie, il faut des bras pour faire ce qui nous entoure et prendre soin de nous, sinon ce sont les machines et les robots qui s’en chargent (Comme au Japon?).

        Cependant nous pouvons encore imaginer un niveau de vie confortable , avec moins d’énergie mécanique, chimique, électrique, thermique, donc moins de biens pour une population qui tend vers une gentille décroissance.

        Et il est largement préférable de gérer cette diminution de la disponibilité énergétique par le biais de taxes à l’achat et d’une longue visibilité des prévisionnel de coût des taxes sur la pollution.
        Car l’important pour une entreprise, c’est la visibilité:
        L’entrepreneur, au final se moque bien des dimensions ou de la qualité du cadre de ses actions, il veut juste y voir clair, même s’il veut plus.
        Le travailleur en général s’adapte, même s’il veut plus.
        Pour le propriétaire de capital, c’est différent et plus simple, il veut +.

        De sensibilité écologiste, pour avoir vécu à la campagne et savoir à quoi elle sert, et aujourd’hui mieux comprendre comment elle fonctionne, la vie que nous connaissons est possible dans plusieurs cadres possibles, mais il en existe un qui encadre tous les autres, c’est le climat.
        Comme la physique nous explique que dans un système terrestre comme le notre, les GES conditionnent la température et tout ce qui s’en suit: hydraulicité, vitesse des vents…

        Nous savons que nous avons le droit de cramer tout le carbone amassé dans les sols depuis le début du carbonifère (360 millions d’années) mais pas dans le siècle qui suit, sinon grosse catastrophe.
        Il nous faudra être moins vorace, penser à demain, bref être plus sage.

        Quant au progrès, bien sûr que nous en avons besoin, mais ce n’est certainement pas en cramant l’or noir et le charbon à vitesse grand V que cela nous garantit de trouver une alternative énergétique.
        Prélevons des taxes sur le carbone pour financer immédiatement les recherches, provisionner et reconstruire une société plus libre de ce qui aura bouleversé notre monde, depuis Titusville en 1859.

        Je répète une Lapalissade, nos problèmes énergétiques ne viendrons pas lorsqu’il n’y aura plus de pétrole, ils arriverons bien avant: le jour où l’offre sera inférieur à la demande, c’était en 2006… Le pic de production, environ 87 millions de barils par jour, depuis on stagne.

        Tout est dans tout et nous aussi, bon vent.

          +0

        Alerter
        • Patrick Luder // 22.11.2012 à 16h11

          @ G.

          Si tu choisis l’homme, tu n’aura plus, ni nature ni homme …

            +0

          Alerter
        • Patrick Luder // 22.11.2012 à 16h13

          @ Bouddha vert

          Il faudra … demain il faudra … oui demain et vite … il faudra bientôt …

            +0

          Alerter
        • Mondine // 22.11.2012 à 16h29

          Attention, cela fait deux cents ans que l’on parle que l’homme commence à consommer toutes les richesses de la planéte.

          Au XVIIi, à force de défricher pour faire des champs l’air devait ne pas se renouveller.
          Au XIX ce fut fut Maltus qui nous promettait guerre et famine si la population s’accroissait trop.
          A la fin du XIX le charbon devait nous manquer.
          Dans les années 70 nous devions mourrir de faim si nous dépassions les 4 milliards d’êtres humains.
          Aujourd’hui nous sommes neufs milliards, mais nous n’avons toujours pas compris que les ressources c’est notre capacité à utiliser ce qui est inutilisé.

          Les océans sont à peine explorés il recélent des quantités fabuleuses de métaux, d’hydrates de carbone qui sont des hydrocarbures.
          Plus tard, nous aurons l’espace. Il y a 7000 astéroides identifiés autour de la terre. Si un seul d’entre eux est métalique, nous aurons autant de minerais qu’il y en a sur terre.

          Nous avons des recettes d’hydrocarbures synthétiques. Encore chers, mais si c’est la voie que nous suivons la faisabilité technique, pas encore l’économique est prouvée.
          Si nous nous décidons pour le nucléaire, la filière thorium est techniquement faisable.

          Désolé, les écolos, mais nous ne sommes pas encore morts on reparlera de votre prochaine grande peur quand nous seront quinze milliards. En attendant, laissez nous vivre svp.

            +0

          Alerter
          • sgmsg // 22.11.2012 à 23h34

            J’ai bien peur que dans votre cas c’est plus qu’un problème d’éducation…

            “Au XVIIi, à force de défricher pour faire des champs l’air devait ne pas se renouveller.”

            Wikipedia: http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/8a/Flux_carbone_fr.png/478px-Flux_carbone_fr.png

            Voir le film de Al Gore : http://fr.wikipedia.org/wiki/Une_v%C3%A9rit%C3%A9_qui_d%C3%A9range

            “Au XIX ce fut fut Maltus qui nous promettait guerre et famine si la population s’accroissait trop.

            Dans les années 70 nous devions mourrir de faim si nous dépassions les 4 milliards d’êtres humains.”

            Le printemps arabe, ça vous dit quelque chose?

            “A la fin du XIX le charbon devait nous manquer.”
            Faudra être juste un peu plus patient

            “Aujourd’hui nous sommes neufs milliards, mais nous n’avons toujours pas compris que les ressources c’est notre capacité à utiliser ce qui est inutilisé.”

            Les océans deviennent des déserts,
            Les terres ne produise plus sans fertilisant à base de pétrole ou de potasse
            Les OGM empoissonnent non seulement les humains mais aussi la faune et la flore, (mais manifestement vous en avez rien a cirer)
            Etc.

            “Les océans sont à peine explorés il recélent des quantités fabuleuses de métaux, d’hydrates de carbone qui sont des hydrocarbures.”

            “Plus tard, nous aurons l’espace. Il y a 7000 astéroides identifiés autour de la terre. Si un seul d’entre eux est métalique, nous aurons autant de minerais qu’il y en a sur terre.”

            Vous êtes marrant, il en coûte plus de 10 000$ pour pour satelliser (géostationnaire) seulement 1 kilo. Même l’or ne se transige pas à ce prix… Et là on ne parle pas de d’astéroïdes avec des vitesses bien supérieurs à décélérer.

            Advenant que vous pensiez pouvoir quitter la Terre et vous établir ailleurs je vous suggère Stephen Dawkins pour vous démontrer l’impossibilité..

            “Nous avons des recettes d’hydrocarbures synthétiques. Encore chers, mais si c’est la voie que nous suivons la faisabilité technique, pas encore l’économique est prouvée.”

            Les algues vertes, cette vaste fumisterie, où on doit produire du CO2 pour les alimenter…

            “Si nous nous décidons pour le nucléaire, la filière thorium est techniquement faisable.”

            Mais personne le fait encore. Plus personne ne veut du nucléaire.

            “Désolé, les écolos, mais nous ne sommes pas encore morts on reparlera de votre prochaine grande peur quand nous seront quinze milliards. En attendant, laissez nous vivre svp.”

            Le problème c’est quand nous seront morts, il n’y aura plus moyen de pendre les responsables de ce génocide.

              +1

            Alerter
          • Hijak // 23.11.2012 à 00h10

            Vos références sur le passé sont ridicule, “moi je connais quelqu’un qui a dit au siècle dernier que”…(grotesque…)

            Sinon je vous souhaite bien du courage pour allez récolter de l’acier à 5000 mètres de profondeur tout en possédant une technique qui en augmente la productivité (rapport énergie/temps/quantité) par rapport aux productions minières précédentes pour avoir la possibilité de faire croitre la population.

            Idem pour les astéroïdes.

            Le tout n’est pas d’avoir, mais d’avoir plus facilement (si l’ont veut un accroissement de la population/richesse)

            Concernant les hydrocarbures, l’atmosphère terrestre à une limite et l’équilibre biologique y est lié. Si vous voulez un réchauffement important avec une disparition massive de la biodiversité terrestre au profit de quelques espèces qui deviendront invasives, alors pompez, pompez tout ce que vous pouvez et brûlez tout.

              +0

            Alerter
          • G. // 23.11.2012 à 08h59

            Ne vous inquiétez pas Mondine, les écologistes, alias les “sceptiques”, alias les “obscurantistes”, ne peuvent simplement pas concevoir les évolutions technologiques… You don’t know what you don’t know… les technologies de demain sont encore inconnues!

              +1

            Alerter
          • guillaume // 23.11.2012 à 12h27

            A sgmg,

            “il n’y aura plus moyen de pendre les responsables de ce génocide”

            Ahhh… c’est donc là l’importance…. Obscurantiste et justicier: une vrai inquisition moderne effectivement. Certains combats aussi légitimes que pertinents ont parfois de bien mauvais ambassadeurs.

              +0

            Alerter
          • Mathieu // 23.11.2012 à 12h38

            @ G.
            Le problèmes des technologies inconnues c’est qu’elles pourraient ne pas arriver à temps. Mais ça on n’en sait rien.

            C’est toute la difficulté du problème: l’incertitude. La solution “écologique” ou de modération fonctionne dans tous les cas. La solution technologique peut ne pas marcher (c’est une possibilité).

            C’est ça la différence principale entre les deux!

              +0

            Alerter
          • sgmsg // 23.11.2012 à 12h55

            @Guillaume
            “Ahhh… c’est donc là l’importance…. Obscurantiste et justicier: une vrai inquisition moderne effectivement. Certains combats aussi légitimes que pertinents ont parfois de bien mauvais ambassadeurs.”

            Quel argumentaire ! Pas de cause à effet, amalgame de mots sans lien, culpabilisation et projection.

            Lâchez pas, vous serez nommé Grand inquisiteur! Justement, un livre édifiant sur les méthodes interrogatoires et d’aveux des sorciers vient d’être découvert à la bibliothèque du Canada, ça vous donnerait une bonne base pour parfaire vos habiletés.

              +0

            Alerter
      • WhereIsMyMind // 22.11.2012 à 14h02

        “Le principal problème démographique actuel sur Terre est dû aux pays en voie de développement. Une fois le pays “développé”, la natalité se réduit d’elle même. ”

        Argument trop géniale pour dire, c’est les autres qui doivent faire attention et se restreindre, tandis que nous, on continue dans notre mode de société.

        Je suis personnelement pour une décroissance (lente) globale de la population dans tout les pays du monde en vue d’avoir une densité de population locale (attention à l’échelle qu’on prendra) adaptée aux ressources “locales” (eau, nouriture, électricité,….). Dans cette vision, les pays de l’UE respectent mal globalement ce point.
        Bie

          +0

        Alerter
        • G. // 23.11.2012 à 09h02

          D’après vos propres critères, L’Europe peut accueillir beaucoup plus de population sans problème… Vous n’avez rien compris à mes propos, pas grave!

            +0

          Alerter
      • sgmsg // 22.11.2012 à 23h12

        “Sans parler du problème de la diversité génétique, et du fait qu’une population nombreuse et variée augmente les chances de survie de l’espèce…”

        Fascinant… Comment peut-on affirmer une pareille énormité. Vous êtes docteur en génétique?…

        Pour vous éduquer un peu allez lire Stephen Jay Gould.

        Comme vous ne le ferez probablement pas…

        Il affirmait qu’une des pires menaces qui planent sur l’espèce humaine était l’uniformité du bagage génétique. C’est à dire que tout les humains sont inter-féconds: une nouvelle maladie peut éradiquer tout la population car il n’y a pas de réelle barrière génétique entre chaque individu.

        Donc la surpopulation, malgré vos propos lénifiants, brise la protection de l’espèce humaine car empêche l’isolation génétique.

          +0

        Alerter
        • G. // 23.11.2012 à 09h16

          Vous tentez un tour de passe passe en citant des sources fumeuses, alors qu’un simple cours de biologie du niveau lycée suffit a comprendre… A comprendre que vous n’avez rien compris!

          L’accroissement de la population et la mixité génétique SONT des forces (en terme de survie génétique). Vous faites un contre-sens total de ce que dit votre auteur, apparemment…

          La mixité crée d’avantage de combinaisons possibles. Son contraire, que vous préconisez, conduit dans le pire des cas à de la consanguinité. Consanguinité qui, en génétique, se traduit par des individus plus faibles, plus fragiles, car ayant des paires de gènes défaillants identiques.

          La mixité génétique préserve le bagage génétiques des deux parents. Ainsi les gènes ne sont PAS perdus, les individus ne deviennent PAS uniformes les uns avec les autres. Si tous les français et françaises se mariaient demain avec des chinois, leurs enfants porteraient leurs gènes. Les enfants de leurs enfants, par le hasard de la génétique, auraient entre autre des chances de ressembler beaucoup à des français, ou au contraire beaucoup a des chinois. Les gènes n’ont pas disparu en cours de route!

          Les gènes ne finissent par disparaitre du “pool” génétique d’une population que si leurs porteurs meurent, ou ne se reproduisent pas. Ainsi, pas de risque d’uniformisation dans des sociétés évoluées (sans famine, guerres, …)

            +1

          Alerter
          • bizbee // 23.11.2012 à 09h57

            Moi ça me fait froid dans le dos quand on commence à débattre de la génétique des populations après un article sur la décroissance démographique du japon…
            Encore un pas à franchir par les plus intégristes des Khmer verts et autres décroissants Darwiniens et on y est…
            c’est vraiment flippant de voir ce que certaines peurs font ressortir comme anneries…

              +0

            Alerter
          • G. // 23.11.2012 à 10h15

            Comme je prévois que certaines personnes vont tenter de discréditer tout mon discours simplement sur ma dernière assertion, je me dois de la préciser.

            Les probabilités génétiques font que les gènes “peuvent” disparaitre du pool génétique de la population, hormis morts et sans enfants, par simple MALCHANCE. Essayons de quantifier un peu cela, de manière simplifiée, pour voir quels sont les risques réels d’uniformisation:

            Imaginons un individu porteur de la paire de gènes A + B, qui a deux enfants avec un individu porteur de gènes B + B. Ici, l’affreux gène “d’uniformité” est le gène B, le risque à étudier est la disparition du gène A.

            Ils ont des chances égales d’avoir des enfants du type:
            A + B
            A + B
            B + B
            B + B
            Sachant qu’il auront deux enfants, voici à chances égales les paires obtenues:
            A+B et A+B
            A+B et A+B
            A+B et A+B
            A+B et A+B
            B+B et A+B
            B+B et A+B
            B+B et A+B
            B+B et A+B
            A+B et B+B
            A+B et B+B
            A+B et B+B
            A+B et B+B
            B+B et B+B
            B+B et B+B
            B+B et B+B
            B+B et B+B

            25% de chances de transmission de A aux 2 enfants
            25% de chances de transmission de A à 0 enfant
            50% de chances de revenir au modèle initial des parents

            Conclusion: autant de chances de voir le gène se répandre d’avantage dans la population, que de le voir disparaitre…

            Je tenais aussi à rajouter que, pour résister à certains virus, qui sait si une combinaison “inédite” de gènes ne sera pas nécessaire? Combinaison qu’on ne pourrait évidemment pas trouver dans une population “fermée” et congénitale…

            @Bizbee: pour ma part, j’étais en train de dire que les japonais étaient des ânes, et qu’ils devraient au moins maintenir leur niveau de population… voire être moins xénophobes, et se marier plus librement avec des “étrangers”. Quand on parle de démographie, on parle de survie de l’espèce, et la génétique a sa place dans ce débat.

              +1

            Alerter
          • sgmsg // 23.11.2012 à 11h58

            @G.
            “Vous tentez un tour de passe passe en citant des sources fumeuses, alors qu’un simple cours de biologie du niveau lycée suffit a comprendre… A comprendre que vous n’avez rien compris!”

            Selon wikipedia : “In 1989, Gould was elected into the body of the National Academy of Sciences. Through 1996–2002 Gould was Vincent Astor Visiting Research Professor of Biology at New York University. In 2001, the American Humanist Association named him the Humanist of the Year for his lifetime of work. In 2008, he was posthumously awarded the Darwin-Wallace Medal, along with 12 other recipients. Until 2008 this medal had been awarded every 50 years by the Linnean Society of London.[18]”

              +0

            Alerter
          • sgmsg // 23.11.2012 à 12h14

            @O. Berruyer
            “@Bizbee: pour ma part, j’étais en train de dire que les japonais étaient des ânes, et qu’ils devraient au moins maintenir leur niveau de population… voire être moins xénophobes, et se marier plus librement avec des “étrangers”. Quand on parle de démographie, on parle de survie de l’espèce, et la génétique a sa place dans ce débat.”
            Commentaire raciste, diffamant, non-scientifque et non-fondé.

              +0

            Alerter
      • Christophe Vieren // 23.11.2012 à 23h30

        @G “C’est un pari: le pari que les évolutions technologiques finiront par diminuer sensiblement notre impact écologique, puis à terme répareront les dégâts causés.”

        Oui en effet, c’est un pari. Un pari risqué, mais un pari. Autant que de parier sur le retour de Jésus !

        Tes évolutions technologiques sont attendues autant que Jésus depuis quelques décennies. Faudrait pas trop qu’elles tardent maintenant. Car les stocks mondiaux de céréales suivent une dangereuse tendance baissière depuis quelques années, les premières émeutes de la faim de 2006 en étant une conséquence. Et pourtant il reste de nombreuses bouches à nourrir et il y en aura encore plus demain (+ 2 millliards d’ici 2050, dans 38 ans ?).

          +0

        Alerter
    • JoeChip // 22.11.2012 à 10h37

      “La sagesse millénaire japonaise” …

      Vous plaisantez, j’espère ?

      “en plus on leur laisse une charge de plus en plus lourde (les générations vieillissantes”

      C’est pas parce qu’il y a davanatge de “dépendants” qu’il faut davantage d’actifs. Regardez l’agriculture : il y a moins d’agriculteurs qu’en 1950 mais davantage de personnes à nourrir. Une histoire de gains de productivité…

        +0

      Alerter
      • Patrick Luder // 22.11.2012 à 16h16

        Une histoire de gains en productifité … permis par les bientôt épuisées énergies fossiles.

        Tu verra d’ici quelques décennies, tes beaux gains en productivités agricoles … des terres mortes qui ne font pousser des monocultures que par des béquilles chimiques et à grand renfort d’énergie massive …

          +0

        Alerter
  • Patrick Luder // 22.11.2012 à 06h06

    Je sais très bien que les causes de cette baisse démographique Japonaise, ont plus à voir avec une émancipation féminine (BuisnessWoman) qu’avec une réflexion démographique soutenable … quoique la tradition Japonaise ancestrale est tournée vers le respect de la nature => ce sont des écolos dans l’âme qui vivent de manière folle dans des citées super-virtualisées …

      +0

    Alerter
    • Vénus-Etoile du Berger // 22.11.2012 à 13h10

      Patrick vous exprimez “Je sais très bien que les causes de cette baisse démographique Japonaise, ont plus à voir avec une émancipation féminine (BuisnessWoman) qu’avec une réflexion démographique soutenable”

      Bonjour,

      Au Japon 80% des hommes ont un emploi contre 60% des femmes (source OCDE).

      La problématique de la démographie japonaise n’est pas liée à une émancipation des femmes.

      D’ailleurs, les femmes sont souvent tenues une fois mariées de quitter leur emploi.

      Cordialement.

        +0

      Alerter
      • Vénus-Etoile du Berger // 22.11.2012 à 16h14

        Il est intéressant de regarder la répartition homme/femme par sexe au Japon

        A la naissance : 1,06 hommes/femmes

        0-14 ans : 1,08 hommes/femmes

        15-64 ans : 1 homme/ femme

        64 plus : 0,76 hommes/femmes

        Population totale : 0,94 hommes/femmes

        Source CIA(Central Intelligence Agency) World Factbook, année 2011

          +0

        Alerter
    • NiFuNiFa // 22.11.2012 à 18h26

      Un petit indice içi :
      “Dans une société où le travail est omniprésent et la communication entre les êtres parfois compliquée, les Japonais se désintéresseraient de plus en plus de l’amour et du sexe et le nombre de célibataires à vie serait croissant. C’est en tout cas ce qui ressort des témoignages de Japonais recueillis par la sociologue française Muriel Jolivet, qui habite au Japon depuis 1973”

      Ça n’aide pas à faire des bébés !

      http://www.lepetitjournal.com/societe-tokyo/100037-societe-qlamour-cest-chiantq-les-japonais-se-desinteressent-du-sexe.html

        +0

      Alerter
      • Vénus-Etoile du Berger // 22.11.2012 à 21h25

        En France cela ne rigole pas.

        Au sein du mariage, le devoir conjugal régulier est de facto obligatoire pour les hommes, sous peine de condamnation. Au nom de l’égalité devant le droit, il l’est aussi pour les femmes.

        Si monsieur ne satisfait pas madame, il peut être condamné.
        Egalement, si madame n’accomplit pas régulièrement son devoir conjugal, elle peut être condamnée.

        Lire
        NO SEX – Il n’honore pas sa femme, la justice le condamne
        Condamné pour ne pas avoir suffisamment “honoré” sa femme. Un homme va devoir verser 10 000 euros de dommages et intérêts à son épouse “pour absence de relations sexuelles pendant plusieurs années”.

        http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2011/11/29/no-sex-il-nhonore-pas-sa-femme-la-justice-le-condamne/

        Lire

        Le devoir conjugal tu honoreras!

        L’amour, dit-on, ne connaît plus de règles. Il en reste pourtant une que nombre de couples mariés ignorent: ils sont tenus légalement d’entretenir des relations sexuelles. Et de façon régulière… Les juges font-ils la loi sur l’oreiller? Une affaire montre qu’ils n’y ont pas renoncé.

        L’article 215 du Code civil, où il est question, au moment du serment, de “fidélité”, d'”assistance” réciproque, mais aussi de “communauté de vie”. Or, derrière ces termes flous, se cachent “deux exigences bien précises” en matière de droit

        http://www.lexpress.fr/actualite/societe/le-devoir-conjugal-tu-honoreras_1083055.html

          +0

        Alerter
        • NiFuNiFa // 23.11.2012 à 12h29

          Oui j’ai lu cela à l’époque, assez hallucinant.

          “Ce qui aurait dû se résoudre dans l’intimité du couple se retrouve devant les tribunaux. Qui au lieu de renvoyer les époux à leurs exercices, préfèrent s’estimer compétents et statuer au nom de l’article 1382 du code civil, qui prévoit que toute personne “qui cause à autrui un dommage doit réparer ce préjudice”.

          Je pense que si en France on encourageait les gens à réfléchir par eux-même plutôt que l’ “Etat nounou” les prennent en charge sur le plan moral et surtout dans ce cas qui relève de la sphère privée, (vous êtes des adultes !), on ferait déjà un pas vers une société un peu plus libérale, comme quoi il n’y a pas besoin de parler d’économie pour trouver des progrès à faire sur le libéralisme.

            +0

          Alerter
          • Vénus-Etoile du Berger // 23.11.2012 à 13h18

            aucune pudeur surtout et après 21 ans de mariage quand même,

            réclamer 10 000 euros, c’est complètement ridicule, il faut vraiment être accès sur l’argent et ne pas avoir de respect pour son mari(ou bien sa femme dans l’autre sens, je crois que la même chose est arrivé à une femme aussi, je n’ai pas retrouvé l’article).

            Part contre, je ne pense pas que “l’Etat nounou” intervienne comme vous exprimez.

            Ce sont plutôt souvent les avocats qui conseillent ou bien déconseillent leur client.

            Cordialement.

              +0

            Alerter
          • NiFuNiFa // 23.11.2012 à 13h32

            Oui après 21 ans de mariage, ça n’est pas une amende qu’il aurait fallu donner mais peut être une réflexion sur un divorce qu’il aurait fallu entamer.

            Ma réflexion sur l’Etat nounou et la justice étant peu claire, je la développe.

            Effectivement se sont les avocats qui conseillent ou déconseillent, mais à partir du moment où l’État accepte de prendre en charge une affaire telle que celle-ci, n’a t’il pas alors une responsabilité, que cela coutera de l’argent et du temps au vu des moyens alloués ?
            Pour aller directement au but, la justice n’aurait-elle pas pu dire, vous êtes des adultes, ce n’est pas le rôle de la justice que de statuer sur une affaire comme celle-ci ?

            Après je n’ai pas de connaissance en droit, j’ai peut être proféré une énormité.

              +0

            Alerter
          • Vénus-Etoile du Berger // 23.11.2012 à 15h48

            Comme il existe l’article 215 du code civil sur le devoir conjugal, le juriste doit appliquer la loi selon les faits qui peuvent être différents au cas par cas et suivant sa propre approche. Ici dans ce cas c’est donc un divorce pour faute.

            Le divorce pour faute a été réformé en 2004, il est régi par les articles 242 et 246 du code civil.
            Il faut deux conditions réunies pour que l’un des époux puisse demander un divorce pour faute.

            La violation des obligations doit être grave ou renouvelée. La faute peut être unique si elle est grave mais doit être renouvelée si elle est légère(première condition)
            et
            Elle doit rendre intolérable le maintien de la vie commune(deuxième condition).

            La loi permet sinon un divorce par consentement mutuel.

            Et quand un des deux ne veut pas divorcer, pas simple.

            C’est très facile et rapide de se marier.
            C’est difficile et long de divorcer.

            Cordialement.

              +0

            Alerter
  • Joe Bserve // 22.11.2012 à 07h18

    Merci pour ces beaux graphiques, E.Todd à raison les allemands ressemblent peut être plus au japonais qu’aux français, faire un Yen-Mark aurait été plus intelligent que notre monnaie débile.

    Sinon en Russie la tendance s’inverse, de 1.1 en 2000 le taux de fécondité est remonté à plus de 1.6 aujourd’hui, l’histoire récente des deux pays n’est certes pas comparable ; heureuse coïncidence Alexandre Latsa a aussi choisi aujourd’hui pour faire un point sur la démographie du pays cher à son cœur.

    http://www.alexandrelatsa.ru/2012/11/la-demographie-en-russie-de-janvier_21.html

      +0

    Alerter
  • valuebreak // 22.11.2012 à 07h54

    ratio de dépendance bien illusoire …

    combien de jeunes de 15 ans ont ils un travail ?
    combien d’adultes sont il sans revenus ?
    combien d’adultes (longue maladie, handicap, etc …) sont ils aussi à charge que les plus de 64 ?

    6 adultes pour 10 personnes ?
    mouais, mettons en 4 tout au plus …

      +0

    Alerter
  • Marcus // 22.11.2012 à 08h06

    Merci Olivier pour tout le travail que tu nous donnes à voir chaque jour !

    Bonne journée.
    Amitiés.
    Marc

      +0

    Alerter
  • decroissant // 22.11.2012 à 10h08

    cette baisse de la démographie est une très bonne nouvelle ! si il pouvait en être de même dans tous les pays !… cela éviterait que dans un jour pas si lointain on se batte pour les dernières ressources disponibles…

      +0

    Alerter
  • Winslow Leach // 22.11.2012 à 10h28

    Les courbes de la démographies japonaises sont très intéressantes mais tiennent-elles comptent de l’ accident nucléaire de Fukushima? Qui malgré toutes la propagande officielle selon laquelle l’accident est maitrisé, va accélérer le processus.On peut sans doute s’attendre dans 10 a 20 ans a une épidémie de cancer du a la radioactivité relâché par les centrales de Fukushima (qui encore aujourd’hui relâche des nucléides dans l’atmosphère et l’océan pacifique) Mais bien sur officiellement tout va bien a Fukushima.

      +0

    Alerter
    • step // 22.11.2012 à 13h47

      la méthode est française je rappelle. Un rideau de CRS qui arrête les nuages, c’est connu et labélisé “constitutionnel proof” depuis peu.

        +0

      Alerter
    • Yves // 22.11.2012 à 14h34

      je pense que l’espérance de vie sera impacté de 6 mois (= 0,5 an) tout au plus, c’est donc négligeable au niveau de l’évolution démographique … les gens touchés par les radiations sont peu nombreux par contre l’impact par la nourriture touchera les plus faibles sur le plan de la santé (cancer de sang, leucémies, etc).

        +0

      Alerter
      • Winslow Leach // 23.11.2012 à 15h20

        Je pense que vous avez raison l’impact sera faible puisque il concerne dans la préfecture de Fukushima de 1,5 million de personne sur 120 million de Japonnais. Mais par contre l’impact émotionnelle mondialiser sera bien plus important

          +0

        Alerter
  • Alain34 // 22.11.2012 à 10h35

    La difficulté avec la démographie c’est que ca joue vraiment sur le long terme. Hors on vit dans une société ou le long terme on a tendance a s’assoir dessus.
    Et souvent les anticipations qui seraient nécessaires sont peu compatible avec les problèmes du moment.
    En rajoutant là dessus la course au pouvoir démocratique avec toute la démagogie, clientélisme et tout ce qui va avec, c’est limite ingérable.
    Quand on “nous vends” qu’on est les champions européens de la démographie et que ca va sauver nos retraite, c’est a pleurer de désespoir. C’est juste du 100% ponzi, toujours plus nombreux pour que les nouveaux puissent assurer le niveau de vie des plus vieux.

    En démographie comme pour le reste, la croissance infinie ne peut pas marcher en vase clos (notre planète)
    Et on est déjà beaucoup trop nombreux, du moins si nous, occidentaux, on veut conserver notre niveau de vie et continuer a “promouvoir” les droits de l’homme.

      +0

    Alerter
  • Fabrice // 22.11.2012 à 11h50

    Le problème de la démographie c’est arriver à une stabilisation de la population mondiale, une telle régression au niveau d’un pays, n’est pas une solution car elle n’a aucun impact sur la population globale mondiale quand je lis des hourra pour une telle situation c’est avoir une vue minimaliste et indigne des personnes qui ont des commentaires plus pertinant d’habitude.

    Bilan le japon souffrira inutilement, connaîtra un bouleversement dont ils auront du mal à se relever, c’est un peuple d’une culture merveilleuse dont la disparition serait une grande perte. 🙁

    Le problème doit être règlé au niveau mondial avec la coopération de tous les pays ou cela se finira dans un régulation brutale et destructrice autant pour l’homme que pour l’environnement, personnellement si on peut éviter des solutions à la “soleil vert” ou “dôme de cristal” ça m’arrangerait.

      +0

    Alerter
    • bizbee // 22.11.2012 à 12h50

      “personnellement si on peut éviter des solutions à la “soleil vert” ou “dôme de cristal” ça m’arrangerait.”
      je plussois!
      C’est bien le pb avec les “Khmer vert” et autres décroissants apocalyptiques… si on les écoutent et qu’ils vont au fond de leurs idées, au nom de la survie de l’environnement faudrait réduire l’humanité de moitié; beau programme en perspective… Et quand c’est les même qui se disent démocrates, humanistes, ou bien-pensants…je me marre…ou je flippe

        +0

      Alerter
      • SPQR // 22.11.2012 à 13h43

        Je l’ai déjà indiqué dans un post précédent et je me permets de le répéter, la plupart des objecteurs de croissance dont je suis ne sont pas malthusiens (cf. dossier spécial des casseurs de pub : “Décroissance et malthusianisme”) et considèrent que l’accroissement des besoins matériels à satisfaire à cause de notre mode de vie est le vrai pb, non pas l’augmentation de la population, vouée à plafonner à 9 milliards d’êtres humains (sans même parler des risques nucléaires, sanitaires, militaires, environnementaux qui peuvent en quelques mois diviser par deux la population mondiale et de la crise énergétique qui, si elle continue d’être sous-estimée, peut également faire quelques centaines de millions de morts à l’aise, diminuer largement l’espérance de vie et rendre l’huile de coude à nouveau très précieuse -et à nouveau, nous serions dans un contexte où “il n’est de richesse de qu’Hommes” !) : c’est trop de bagnoles qu’il y a, pas trop d’humains ! Effectivement, entre les agrocarburants et la bouffe, il faudra choisir et ce n’est qu’un ex. de tous les arbitrages que nous aurons à faire. N’en déplaise à M. Bush (et à plein de monde en fait…), il nous faudra “négocier” notre “way of life”, faire des concessions très importantes. Jancovici estime par ex. qu’à 10 milliards d’habitants, nous devrons adopter comme mode de vie soutenable/durable le mode de vie du brésilien/indien moyen pour tenir dans les limites écologiques de la biosphère. Il me semble largement plus éthique d’explorer cette voie là, à savoir la transformation de notre système productif (parallèlement à une politique d’ampleur destinée à aider les pays pauvres à achever leur transition démographique) que d’aller vers des politiques contraignantes et liberticides antinatalistes…
        Enfin, Olivier a raison en pointant du doigt le fait qu’on peut à la fois accepter l’idée (évidente) que la population ne peut croître à l’infinie et craindre les effets délétères et mortifères d’une situation démographique subie telle que celle du Japon, à laquelle nos sociétés ne sont absolument pas préparées.

          +0

        Alerter
        • bizbee // 22.11.2012 à 14h08

          @SPQR
          on est sur la mm longueur d’onde, je pense.

          Pour moi, un des principaux problème est que notre mesure de la croissance par le simple PIB n’est plus viable, comme l’explique en effet très bien Jancovici…

          Si l’objectif de chacun est d’améliorer son confort de vie, alors cette croissance là, je ne pense pas qu’on puisse la limiter (volontairement), sauf catastrophe, guerre ou dictature ; Pour continuer à “croître”, il suffit que cette amélioration du confort ne nécessite pas un accroissement de la consommation (totale) “physique”…

          Il faudra probablement réapprendre à ne pas être “utile” ou “rentable” à tout prix…
          Osons l’oisiveté, ça laissera déjà du temps pour y réfléchir…

          Mais je reste lucide et me dis qu’on est encore très loin, à l’échelle globale, de sortir d’une logique de rentabilité (par le PIB) et de compétition.
          D’ailleurs c’est cette logique qui a pour moi été le moteur de la formidable évolution technique du 20eme siècle, mais qui sera la cause de sa destruction au 21eme…

            +0

          Alerter
          • SPQR // 22.11.2012 à 14h15

            Oui, sur la même longueur d’onde en effet, j’avais déjà fait ce constat sur les précédents posts, mais je voulais juste secourir certains de mes amis objecteurs de croissance au sujet desquels beaucoup de contre-vérités sont souvent dites (malthusianisme, désir de revenir à la bougie, à la caverne et à la charette etc…).

              +0

            Alerter
      • Patrick Luder // 22.11.2012 à 16h21

        @ bizbee,

        Deux enfants par couple, c’est déjà beau …
        pas besoin d’extrême non tenu comme en Chine,
        pas besoin non plus d’éxtermination de nations 😉

          +1

        Alerter
      • Hijak // 23.11.2012 à 01h57

        En effet ils vous disent ce qu’il faudrait et non pas ce qu’ils veulent faire, il n’y a pas de programme donc. Vous voulez peut être les accuser de fomenter un génocide de masse peut être ? Ou vous voulez simplement les réduire au silence ?

          +0

        Alerter
        • bizbee // 23.11.2012 à 09h47

          Vous savez le passage entre “il faudrait”, “je préfererais”, “je voudrais”, “je veux”, “je fais”…
          Si on est jamais contredit, je ne vois pas pourquoi il ne se ferait pas…

          Mais vous, ça ne vous agace pas vous ce genre d’idées…?

          Qu’au nom d’une croyance qui serait “la terre ne peut pas supporter 9MM d’humain”, on véhicule des idées du type, “plus vite Darwin aura fait son travail mieux c’est”, ou encore de l’évidence d’un contrôle (par le haut) des naissances, et du coup d’une grande planification pour “le meilleur des mondes”…
          Perso, ça me fait trop penser à Adam Huxley…

          Le dilemne du prisonnier est résolu par la confiance…dans l’autre, et dans l’homme…

          Le pb n’est pas démographique, il est culturel: L’H n’a pas toujours eu la culture de la consommation, du court-termisme, de la réussite individuelle avant toute chose,… Par contre, l’H a toujours su s’adapter à son environnement, c’est ce qui le diffère des autres espèces.

            +0

          Alerter
    • Alain34 // 22.11.2012 à 13h06

      Au niveau mondial ?
      La démographie, ou plutôt le “besoin” de faire des enfants dépend d’énormément de paramètres : le niveau de vie, la mortalité infantile, l’espérance de vie, la structure familiale, la religion, la culture, etc..
      Des paramètres qui évoluent lentement et avec une forte disparité de par le monde. C’est ingérable au niveau mondial, du moins actuellement et pas avant tres longtemps.
      On ne peut pas stériliser les gens dans certains pays sous prétexte qu’ils font trop d’enfants. Tout comme il est très difficile de dire aux pays en développement de ne pas polluer alors que nous on a pollué (et on continue) comme des salopards pendant des décennies pour nous développer !! En plus on leur fait fabriquer ce que l’on trouve trop polluant a produire chez nous !

      Les pays ou le niveau de vie est élevé, ou la mortalité infantile est faible, ou l’espérance de vie est longue, etc, etc… et surtout où il y a eu pic démographique suite a un évènement particulier (guerres ou autre catastrophe) qui a fait baisser brutalement la population, où en plus il y a de l’immigration, doit pour ne pas se retrouver en surpopulation, réguler d’une façon ou d’une autre sa population et surtout gérer le pic tout au long de ‘sa vie’ et prévoir l’après. Car je ne pense pas que la valeur idéale correspondent a ce ‘pic’.

      Je ne pense pas que gérer un baby boom en voulant stabiliser la population au niveau le plus haut soit une bonne solution. Et vouloir toujours plus de population en espérant que les ‘nouveaux’ pourront ainsi subvenir au besoin des ‘anciens’, c’est du ponzi !

      Et là, je pense que les Allemand et les Japonnais sont plus raisonnables que nous, même si la gestion de la fin du ‘pic’ démographique risque d’etre un moment difficile pour eux. Une fois le pic passé (c’est a dire, quand les papy boomer auront passé l’arme a gauche…) Ils auront une population raisonnable et une répartition d’age homogène.
      Et dans cette situation : moins de problèmes d’immobilier, d’infrastructures, de pollution, de services, de santé, d’éducation, etc etc..

      Comme je l’ai dit plus haut, c’est bon pour eux sur le long terme, mais ca va etre dur, tres dur a court terme.

      Les déséquilibres sont difficile a gérer et sont dangereux, le baby boom en a créé un, il n’y a pas d’autre choix que de le gerer, et c’est pas en l’augmentant que ca va arranger les choses.
      C’est un peu comme la dette, il arrive un moment ou ca ne tient plus. Alors si la dette, même si c’est pas facile, on peut l’effacer, la population, c’est beaucoup plus difficile…

      Et aujourd’hui on est dans la situation de la mort : les baby boomer ont créé une dette monstrueuses pour leurs enfants. Enfants qui doivent travailler pour vivre, pour faire vivre ces papy boomer (retraites) et rembourser la dette…

        +0

      Alerter
      • Fabrice // 22.11.2012 à 13h43

        personnellement stabiliser une population au niveau actuel (autour de 2) doit se faire sur l’ensemble de la planète est le point à viser et autant le faire de manière consensuelle avant que ça se termine dans l’explosion de guerres.

        Sacrifier une portion de la planète pour adapter à la croissance d’une autre est une aberration totale.

        Cet objectif doit évidemment s’accompagner d’une gestion plus importante du gaspillage des ressources dans les pays (dont la France fait parti) qui en arrivent à dépenser plusieurs fois la capacité de la planète et transmettre ces innovations aux pays en croissance pour qu’ils connaissent une amélioration de leur niveau de vie sans prendre les habitudes détestables que nous avons tant de mal à nous défaire (je citerais l’exemple récent pourquoi chercher des solutions alternatives puisque la France pourrait être le premier pays européen de gaz de schiste allez zou pas si grave que l’on risque le pire sur les nappes phréatiques et si cela entraîne des coûts pharamineux d’extraction http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/11/13/gaz-de-schiste-assez-de-lobbyisme_1789822_3232.html)

          +0

        Alerter
      • Christophe Vieren // 23.11.2012 à 23h46

        Tu as oublié la raison principale : l’émancipation des femmes c’est à dire le droit d’être indépendante économiquement (emploi digne et rémunéré à l’égal de l’homme) et le droit de disposer de leur corps (contraception, avortement, …). Ce qui est en progrès dans quasi tous les pays du monde. Il y en a juste quelques uns – et non des moindres tel l’Inde – qu’il faudrait aider vigoureusement autant que faire ce peut. Comment ? Pas simple !

          +0

        Alerter
  • Quintus // 22.11.2012 à 12h29

    Les Japonais vont s’adapter et trouver des solutions innovantes au problème du vieillissement de la population : retraite à 70 ou 75 ans avec une activité de plus en plus réduite (temps partiel pendant les 10 à 20 dernières années de travail), comme c’est déjà le cas pour les moins fortunés.

    Bien que le problème nous paraisse insurmontable, l’histoire du Japon montre que ce peuple a surmonté des défis au moins aussi inquiétants pour sa survie que le vieillissement de la population (catastrophes naturelles, déforestation, retard technologique…). Non sans douleur, certes, mais avec un succès très probable.

    Il n’y a aucune raison de s’inquiéter pour les Japonais, qui sont dotés d’une une étonnante capacité d’adaptation et d’assimilation.

      +0

    Alerter
    • Fabrice // 22.11.2012 à 13h22

      @ Quintus je suis d’accord avec vous les japonais sont bien plus réactif à une catastrophe ponctuelle là le malaise vient de leur culture et c’est leur point faible et fort ce qui est inquiétant.

      Même si ils réagissent les plus beaux aspect de leur culture risque d’être sacrifiée (non passation de génération en génération) pour ne devenir qu’une façade sans fondement (déjà la cérémonie du thé tient plus du tourisme que de la culture ancrée, pareillement pour le théâtre no qui disparait dans les villes pour des centres commerciaux comme j’ai pu le constater lors de ma visite du pays, après savoir si c’est un bien ou un mal je ne sais pas mais je doute quand même).

        +0

      Alerter
  • Xav // 22.11.2012 à 13h44

    un petit article pour Olivier ainsi qu’a tout le monde que j’ai trouver aujourd’hui sur le japon même si ça date de 2008 pour completer nos connaissances 🙂

      +0

    Alerter
  • Xav // 22.11.2012 à 13h45
    • Vénus-Etoile du Berger // 22.11.2012 à 19h41

      Bonsoir,

      Dans votre document il est précisé ceci
      « Ainsi, 59% des femmes de 25-29 ans sont toujours célibataires
      En 2005 contre 15% en 1950. La proportion de célibataires parmi les femmes de 30-34 ans fait, pour sa part, plus que quintupler au cours de ces quelque cinquante années, passant de moins de 6% à 32%. »

      Ce document oublie de préciser de nombreux éléments sur les hommes à savoir
      En 2005 pendant que 59 % des femmes de 25-29 ans sont toujours célibataires,
      71% des hommes de 25-29 ans sont toujours célibataires.

      Les jeunes pour la plus grande majorité habitent chez leur parent.

      Le modèle japonais est mère au foyer et père au travail.

      Cependant ce modèle ne fonctionne plus économiquement.

      Selon de nombreuses études, les jeunes femmes au Japon sont favorables à ce modèle et ont un critère exigeant pour se marier : le revenu.

      Elles écartent les hommes qui ont un revenu insuffisant et qui ne peuvent pas tout assumer.
      Cependant les jeunes hommes ayant un bon revenu sont rares.

      Les enfants restent donc souvent chez leur parent, cependant les parents en vieillissant n’auront peut-être plus les moyens d’aider leurs enfants.

      Le Japon risque de se retrouver avec une fracture sociale importante.

      Il devient urgent pour le Japon de renforcer leur protection sociale et l’emploi
      et de faire un peu évoluer leur modèle de fondement d’une famille.

      Cordialement.

        +0

      Alerter
  • SPQR // 22.11.2012 à 14h05

    Evidemment, la stabilisation de la population est souhaitable mais la question est “peut-on arriver à stabiliser la fécondité à 2 par femme sans politique coercitive et liberticide ?”

    Je suis convaincue que oui, il suffit de regarder les pays développés. Entre les personnes stériles (de plus en plus nombreuses, désastre environnemental oblige…), les couples peu désireux d’avoir des enfants (et sur lesquels la pression sociale favorisant la procréation n’existe plus) et ceux qui en veulent beaucoup, on arrive à ces moyennes là (sans même parler des sombres perspectives qui pourraient nous porter à croire que nous allons vers un inversement des grandes tendances de ces derniers siècles : baisse de l’espérance de vie, augmentation du taux de mortalité…). Point besoin de trop légiférer sur ces questions à mon avis (si ce n’est en supprimant éventuellement les mesures natalistes adoptées à une époque qui n’était pas la même).

    Le vrai champ d’action reste à mon sens la modification en profondeur de notre mode de vie/modèle économique/système productif et le combat pour l’équité et la justice sociale dans le monde (oeuvrer contre la misère des pays pauvres contribuera à hâter l’achèvement de leur transition démographique).

    Se réjouir de la situation démographique du Japon, pays minuscule et développé qui a fini depuis longtemps déjà sa transition démographique, alors que l’Afrique subit encore les affres d’une pauvreté terrible et d’une natalité pour le coup galopante me semble tout à fait décalé …

      +0

    Alerter
    • bizbee // 22.11.2012 à 14h23

      @SPQR

      encore une fois je plussois, et me sens moins seul sur ce forum..
      je crois que la mode est aux thèses apocalyptiques en ce moment, et que ça booste pas vraiment les entrepreneurs qui y croient, pourtant y a tellement à faire pour préparer l’avenir…

      Je précise qd mm que évidemment, l’environnement est pour moi une priorité, et que oui je suis conscient de la méga-crise à venir… Mais je préfère anticiper la reconstruction et placer mes pions avec optimisme
      –> entreprenons et/ou investissons dans les industries/recherche/éducation du recyclage des matières premières plutôt que de pleurer qu’on aura plus d’iphone…

        +0

      Alerter
      • Patrick Luder // 22.11.2012 à 16h31

        Croire que la société moderne va investir dans l’avenir est une grande bêtise …
        L’entreprise humaine ne cherche que (comme toujours), le profit à court terme,
        on doit avoir comme un défaut dans nos gènes

          +0

        Alerter
        • bizbee // 22.11.2012 à 16h44

          t’inquiète, la selection naturelle éliminera les depressifs; les autres, ceux qui veulent bien croire en l’avenir et y apporter des solutions, survivront. Et ton mauvais gène aura disparu. En mm tps, on aura ptètre mm une remontée de la moyenne du QI, formidable!

            +0

          Alerter
          • Patrick Luder // 23.11.2012 à 11h44

            Juste … être réalise n’empêche pas de se poser des questions et réorienter sa vie !

            Être excessivement optimiste conduit au même mur que d’être aveugle !

              +0

            Alerter
    • Hijak // 23.11.2012 à 02h20

      Actuellement le gâteau est quasiment entièrement distribué, si vous voulez en donner à de nouvelles personnes vous allez devoir en prendre à ceux qui ont déjà étaient servis (principe du communisme…). Comme vous pouvez l’imaginer cela va poser quelques soucis.
      Peut être avec la miniaturisation ou certaine technique de culture mais vous n’aurez surement pas 7 milliard d’humain avec le niveau de vie d’un français, pratiquement impossible à part avec la découverte d’une énergie propre et illimité (fusion mais pour l’instant on en est loin).

        +0

      Alerter
  • Dadone // 22.11.2012 à 14h30

    “Le vrai champ d’action reste à mon sens la modification en profondeur de notre mode de vie/modèle économique/système productif et le combat pour l’équité et la justice sociale dans le monde (oeuvrer contre la misère des pays pauvres contribuera à hâter l’achèvement de leur transition démographique).”

    C’est de l’utopie pure.
    En 1971 c’était possible selon le rapport de Rome sans gros sacrifice. Personne ne l’a fait
    De nos jours non seulement je pense que cela n’est plus possible mais en admettant que cela le soit cela exigerait des sacrifices qu’il est utopique de penser qu’ils sauront fait.

    Non la réalité, la vrai, c’est qu’il y aura un ajustement Darwinien d’une grande violence au fur et à mesure que les ressources (eau, énergie, alimentation,..) seront difficile à acquérir.
    Le mieux c’est de s’y préparer au lieu de rêver !

      +0

    Alerter
    • bizbee // 22.11.2012 à 14h38

      “Non la réalité, la vrai, c’est qu’il aura un ajustement Darwinien d’une grande violence au fur et à mesure que les ressources (eau, énergie, alimentation,..) seront difficile à acquérir.
      Le mieux c’est de s’y préparer au lieu de rêver !”

      @Dadone
      D’accord sur l’analyse, mais….
      Le réalisme (=pessimisme de pensée) ne doit pas empêcher l’optimiste d’action; autrement dit l’important dans cette phrase, c’est “Le mieux c’est de s’y préparer “, car il y a beaucoup à y gagner, pour soi et pour les autres…
      Et par effet boule de neige, si certains y croient d’autres suivront… et alors on contredira la conclusion de Charles Sannat, à savoir:

      “Si certains d’entres nous ont conscience du monde qu’il faudrait bâtir, personne ne prendra la responsabilité du début des travaux. C’est pour cela qu’il faut que le monde d’aujourd’hui disparaisse pour que l’on puisse ensuite édifier celui de demain.”

      L’avenir n’est pas écrit.

        +0

      Alerter
      • SPQR // 22.11.2012 à 14h45

        @ Danone

        Si c’est le chemin “ajustement darwinien” que nous empruntons au final (ce que je n’exclus pas, même si j’ai tendance, comme Bizbee à tenter désespérément de croire qu’on peut encore inverser la vapeur), alors j’imagine que l’effondrement démographique à venir vous préoccupe plus que la surpopulation actuelle…

          +0

        Alerter
      • Dadone // 22.11.2012 à 14h49

        L’histoire n’est pas écrite mais si on se référence à celle passée être optimiste relève de la profession de foi.
        On est déjà dans un monde Darwinien (plus exactement on l’a de tout temps été), la guerre économique fait des ravages sur les plus faibles. Certes, cette guerre va bientôt va se terminer en raison de l’effondrement d’un acteur majeur (USA ou UE).
        Si en UE, on peut éventuellement espérer bâtir un autre monde sur de nouvelle bases je suis beaucoup moins optimiste pour le reste du monde qui continuera sa lutte Darwinienne.
        Or si certain continue le conflit pour s’accaparer à leur profit les richesses du monde il n’est pas raisonnable de se tenir à l’écart du conflit sauf à renoncer à des matières premières pourtant indispensables.
        Un premier pas ce serait d’arrêter la guerre économique entre les nations européennes, c’est déjà beaucoup ensuite uni (vraiment uni) on voit ce que l’on faire peut à l’échelle monde.
        Vu le diktat Allemand actuel on est en encore fort loin de la première étape !

          +0

        Alerter
        • SPQR // 22.11.2012 à 14h55

          Pour le coup, c’est vous que je trouve optimiste de considérer que l’UE pourrait à elle toute seule faire face aux catastrophes à venir…

            +0

          Alerter
        • bizbee // 22.11.2012 à 15h01

          Quelle profession de foi?
          Je ne croit en rien, je n’ai juste pas envie d’attendre en pleurant que mon monde s’éffondre.

          Et puis soyez objectif… Quelle est cette manie de ne regarder que la face sombre de l’histoire…?
          C’est pas Darwin qui a supprimé la peine de mort, ni Darwin qui a décrété que tous les hommes naissent libres et égaux,… Et puis la guerre économique ne fait pas que des ravages…
          A quoi ça vous sert à vous de vous convaincre de l’arrivée prochaine de l’apocalypse?

          Il s’agit de ne pas se voiler la face, ça d’accord, mais ni dans un sens ni dans l’autre…

          S’il faut passer par la création d’entreprises “vertes” et rentables,… où il y aurait plein de tunes à se faire, et ben allons-y, fonçons…

            +0

          Alerter
          • Patrick Luder // 22.11.2012 à 16h34

            Ah ben vas-y alors fonce … c’est facile … crée une entrerpise verte et fais-toi plein de tunes !!!

              +0

            Alerter
          • bizbee // 23.11.2012 à 10h02

            “Ah ben vas-y alors fonce … c’est facile … crée une entrerpise verte et fais-toi plein de tunes !!!”

            Mais je t’invites à faire de même..
            Si pour toi, comme moi, la sauvegarde de l’environnement est une priorité, fonces aussi…on peut mm s’associer!

              +0

            Alerter
          • Patrick Luder // 23.11.2012 à 11h49

            @ bizbee …OK si ça t’intéresse, j’ai créé une entreprise active à fond dans l’écologie (www.fine-forest.ch), mais je l’arrête (elle est à vendre) pour me tourner vers une agriculture douce “Agrologie&Accueil” => je ne suis pas dans le fictif, nous réagissons et tu es le bienvenu si tu le souhaite !
            (y a pas de suicide en vue ;o)

              +0

            Alerter
          • bizbee // 23.11.2012 à 14h36

            bravo pour ça!
            j’ai pu lire l’historique de ton entreprise, c’est quoi les “tracasseries administratives et des aberrations de politique économique” qui t’ont bloqué (si c’est pas secret-défense bien sur)?
            en tout cas j’espère que la santé va mieux.
            Du coup c’est quoi ce pessimisme dont je n’avais pas été habitué de ta part ces derniers mois?

              +0

            Alerter
          • Patrick Luder // 23.11.2012 à 18h10

            Tu appelles pessimisme,
            ce que je considère juste comme
            prise de conscience des réalités
            de notre mode de vie “moderne”.

            Vivre mieux à petite échelle,
            ne changera rien au reste du monde,
            mais change tout à notre relation au monde.

              +0

            Alerter
  • odeur_de_sapin // 22.11.2012 à 14h59

    Il est bien vrai que la démographie et pas seulement au Japon est à mon sens LE sujet du début du 21 èime siècle.

    Ceci dis, on perçoit toujours selon un mode très égoiste la consommation du milieu ambiant pour le corps humain, une fois à l’âge adulte, pourquoi ne pas concevoir une possibilité de récupération de tout ce que produit directement le corps humain, chaleur, champ magnétique, mouvement, que sais-je pour en faire de l’énergie qui serait absorbé par un système présent dans les vêtements ?

    Par exemple, en se déplacant on crée une pression sur les semelles, existe t il un système qui pourrait receuillir cette énergie et la stocker/transformer ?

    Dans cette ordre d’idées, Il me semble bien qu’Une société française a développé des pavés qui absorbent la pression des passants qui pose leur pied dessus, et la transforme en énergie transmise à l’éclairage publique. Je crois bien qu’elle n’a pas pu se développer en France … et est parti s’installer aux US. Quelqu’un a-t-il entendu parler de cette entreprise ?

      +0

    Alerter
    • odeur_de_sapin // 22.11.2012 à 15h10

      Effectivement, j’ai trouvé qques infos au sujet du trottoir électrique et malheureusement son exil.

      Je cite un article d’un journal du coté de Toulouse

      “Une société californienne va acheter le brevet du trottoir électrique. L’inventeur toulousain dénonce l’inertie française et veut s’expatrier aux Etats-Unis.

      Un trottoir qui produit de l’électricité pour les lampadaires grâce aux pas des piétons, les Toulousains connaissent cette invention. L’an dernier, au printemps, elle a été testée pendant quatre mois au centre ville, sur l’esplanade qui mène du métro Jean-Jaurès à la place Wilson. Deux bandes de dalles montées sur des ressorts et destinées à récupérer l’énergie cinétique avaient été installées là.

      Aujourd’hui, c’est bien loin de Toulouse que cette invention devrait voir le jour. Laurent Villerouge, le chef d’entreprise qui a lancé le prototype, en collaboration avec l’ENSEEIHT, une des prestigieuses écoles d’ingénieurs toulousaines, et d’autres entrepreneurs locaux, vient de signer la vente du brevet avec une entreprise californienne spécialisée dans les énergies renouvelables, Harvest Energy. Une vente qui sera effective dans trois mois.”

      On préfère se focaliser sur les files d’attente à la CAF …

        +0

      Alerter
      • Porteu caroline // 22.11.2012 à 15h34

        odeur de sapin
        Merci de cette histoire insensée .

        Je ne comprends pas que les sociétés d’économie solidaire n’aient pas réagi . Ou que l’inventeur n’ait pas eu l’idée de créer une scop à qui il aurait laissé son brevet pour une durée déterminée .
        Je ne comprends pas que cette invention n’ait pas intéressé une société comme Enercoop ..

        Cette histoire insensée doit faire la une des Medias .. pour faire honte à la fois aux élus , mais aussi aux groupes et aux banques qui passent leur vie à expliquer ce qu’il faudrait faire ..

        Et si au lieu de se battre sur des notions comme la compétitivité qui ne veulent rien dire , ils cherchaient juste à être efficaces et à faire que la principale compétitivité française qui est sa créativité reste en France !!!! …

        Cette histoire doit être diffusée partout !!!! … Peut-etre n’est-il pas trop tard ?

        J’ai trouvé çà
        http://www.latribune.fr/regions/midi-pyrenees/20120507trib000697360/faute-de-subventions-l-inventeur-du-trottoir-electrique-quitte-toulouse-pour-new-york.html#bottom

          +0

        Alerter
        • odeur_de_sapin // 22.11.2012 à 17h29

          Je crois que l’article dont vous avez proposé le lien résume bien la situation de ce pays. Le concepteur et chef d’entreprise exilé à présent le résume en qques mots « C’est une question de mentalité ».

          Son invention est loin d’être une lubbie de techno-rêveur, puisque qu’à Londres d’apres un autre article de presse une invention similaire commence à être implanter dans certains quartiers.

          Plus haut, je moquais les 72 millions d’euros de dépenses annuels dédiés au recrutement de 2000 personnes à Pôle Emploi. Je propose de ré-affecter d’urgence ces sommes à des équipes scientifiques pluri-disciplinaires pour sillonner l’Afrique et déniché les futurs talents de la technologie de demain..

          Regardez ce que fais ce jeune homme de 15 ans, c’est proprement stupéfiant ce qu’il arrive à faire avec des bouts de cables et autres détritus du même acabit déniché dans des poubelles.

          http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2012/11/22/belle-histoire-un-petit-genie-du-sierra-leone-repere-par-le-mit/

          Il a été invité au MIT pour qques semaines qui organise des séjours de jeunes talents aux US. Cela crée une dynamique saine sur place, permet de créer une image positive pour développer les talents, génère un début de gestion des flux migratoires orientés vers « le haut » plutôt que vers l’assistance sociale.

            +0

          Alerter
          • Porteu caroline // 22.11.2012 à 19h02

            Odeur de sapin

            Désolée pour Olivier avec ce petit échange qui n’a pas trop de lien avec le sujet de son article , mais je crois quand même qu’il s’agit de quelque chose d’important.

            Votre histoire de Sierra Léone est intéressante aussi , mais là , c’était à l’occasion d’un concours .

            Pour en revenir au trottoir électrique, je ne suis pas d’accord avec le “c’est une question de mentalité” . Il y a en France des créateurs d’entreprise , des business angels , des monteurs de systèmes d’économie solidaire .

            Ce qui m’étonne dans l’histoire en question c’est que pas un instant, Laurent Villerouge n’ait été orienté vers ces structures qui existent ..
            Le dossier confié à NKM perdu , ne m’étonne pas trop au moment des élections , encore moins dans le contexte du lobbying énergétique actuel .

            Par contre lisez les commentaires , la moitié d’entre repartent sur un débat de clivage politicien qui n’a rien à voir avec le sujet lui même .

            La phrase de l’adjoint au maire est à mon avis plus parlante .. car ce n’est pas la première fois que j’entends parler d’un brevet concernant une forme de “transition énergétique” se faire enterrer ..
            “« Il y a un problème culturel à l’endroit d’une nouvelle source d’énergie qui recycle l’énergie”

            Oui il y a un vrai problème de blocage mental vis à vis de tout ce qui pourrait constituer des avancées vers l’indépendance énergétique à la fois d’un groupe, d’une commune ou d’un pays . Regardez l’invraisemblable décision en train d’être prise en Grèce sur l’interdiction faite aux particuliers d’avoir leurs propres sources d’énergie (photovoltaique sur leurs toits de maison) . Tous les lobby sont d’accord pour bloquer au maximum les développements potentiels . Qu’ils soient financiers (l’interdiction grecque va de pair avec la privatisation des infrastructures énergétiques en train de se négocier) , producteurs d’énergie fossiles .. ils ont tous intérêt à limiter ce genre de découvertes .

            D’ailleurs il n’est pas dit que le rachat du brevet en question ne soit pas tout simplement destiné à enterrer cette découverte . On a déjà vu çà ..

            Le passage de l’Anvar en société anonyme de droit privé du nom d’Oseo et l’éclatement de son capital entre financiers et Etat aurait même tendance à conforter une hypothèse de ce type : les secteurs stratégiques devenant plus faciles à contrôler .

            J’ai vu un brevet se faire enterrer en beauté il y a une quinzaine d’année : un procédé permettant de diminuer la consommation de carburant de 30% grâce à une simple pièce , qui était superposable à n’importe quel carburateur , et qui transformait l’injection en pulvérisation. Ce brevet avait même remporté les essais Royaux en Belgique .

            Dans le même ordre d’idée , je vous signale que le moteur à eau existe et qu’il fonctionne . Pourquoi n’est-il ni développé ni commercialisé ? Et pourtant c’est bien aux USA qu’il a été inventé !!!!
            Le moteur Pantone : http://www.youtube.com/watch?v=-D7d_FkEg0A

            C’est pas la mentalité qu’il faut changer : c’est plutôt le lobbying qu’il faut bloquer . ^^^

              +0

            Alerter
          • odeur_de_sapin // 23.11.2012 à 10h40

            @porteu caroline

            Bien sur qu’en en France, on déteste l’esprit d’entreprise, bien sur que c’est une question de mentalité.
            On déteste les riches, si cela se trouve on (l’inconscient collectif ?) se dit que quelques uns de ces types (hommes ou femmes) pourraient réussir et devenir riches ! Crime suprême aux yeux du social-communisme ambiant.

            Vous voulez des preuves ?

            La taxe professionnelle est remplaçé par une nouvelle taxe (peu importe les noms) ils s’en inventent tous les jours à l’heure actuelle, pour la plupart largement supérieure, et certains signalent des augmentations de fois 5, on passe par exemple d’une somme de 300 à 1500 euros, d’une année à l’autre. S’il y avait que ca à payer …

            Arkema voulait investir 70 millions du coté de Lyon, ben Oui il fallait ré-organiser l’entreprise (pas de suppression de postes, mais des créations), les syndicats ont réussi leur mission et bloqué cette démarche , ces dangeureux esclavagistes devront investir leur 70 millions ailleurs, Ouf Sauvé, on a eu peur que le ronron quotidien soit pêrturbé.

            L’article 15 du Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2013, supprime le principe de cotisations forfaitaires, c’est-à-dire renchérir de 10 à 40% le prix de l’heure travaillée ! cela concerne le domaine des services à la personne et soins à domicile. A la clé, explosion du travail au noir et perte d’emplois par milliers et d’entreprises par centaines.

            Je m’arrête là, la liste se rallonge de jour en jour.

            La démographie des entreprises en France, ce serait un sujet vital qui est finalement pas tellement abordé ………………….. en tout cas analyser les données récentes me semblent crucial en partie pour savoir quand on va se crasher ?

              +0

            Alerter
    • Hijak // 23.11.2012 à 02h51

      Elle est ridicule cette invention. Mieux vaut mettre une éolienne en off shore qui ce rentabilise en 2 ans que cette chose pleine de piston, vérin pour allumer une ampoule pour dix mètre carré d’installation. J’imagine même pas l’énergie ridicule dégagé par cette invention en comparaison des mega éoliennes en mer (je prend cette exemple car les deux marchent par intermittence).

      Sans compter la maintenance, l’eau et la saleté doivent bien s’y promener dedans, à moins qu’il y est des joins donc à changer tout les 5 ans.

      Peut être le seul avantage est d’éclairé seulement quand les gens passent et encore, les gens veulent que ça reste allumé.

        +0

      Alerter
  • Britton // 22.11.2012 à 18h20

    Bonsoir,

    “Le principal problème démographique actuel sur Terre est dû aux pays en voie de développement. Une fois le pays “développé”, la natalité se réduit d’elle même”
    ça c’est valable quand l’accès aux ressources (toutes les ressources, énergie, matières, eau, terres agricoles, etc) est en adéquation avec la population. moins pour l’accès aux besoins de base.
    Si un de ces éléments se dégrade, par exemple si les prix des produits agricoles s’envolent, alors tout va mal.
    Un exemple, le printemps arabe. (sauf Libye). la population a été multipliée par 4 à 6 depuis 1950 mais pas les ressources. Conclusion à un moment il y a rupture.
    Les pays qui ont des choses intéressantes à vendre peuvent s’en sortir (Algérie-pétrole) les autres c’est tout de suite compliqué.
    Autre exemple, l’Egypte. Elle était en autosuffisance alimentaire jusque 2004-2005. depuis elle doit importer à manger et elle n’a pas vraiment de pétrole, d’or ou autre d’intéressant.
    pour info qques taux de variation de population depuis 1950 (source http://www.statistiques-mondiales.com/population.htm)
    Algérie : *4
    Egypte : *4
    Maroc : *3,5
    Syrie : *6
    Tunisie : *4
    Rien que des pays dont la surface cultivable ne permet pas de nourrir sa population.
    Et avec les risques de dégradation climatique à venir ça ne s’améliorera pas.

      +0

    Alerter
  • Porteu caroline // 22.11.2012 à 18h29

    Une tendance démographique visiblement inverse ..

    Bilan demographique de l’année 2011 en Russie
    Les chiffres de la démographie russe pour l’année 2011 sont disponibles et ils sont exceptionnellement bons.

    Il y a eu en Russie en 2011 1.793.828 naissances, contre 1.789.623 en 2010, soit 4.205 naissances de plus.
    Il y a eu en Russie en 2011 1.925.036 décès, contre 2.030.963 décès en 2010 soit 105.927 décès de moins.

    La baisse naturelle de population pour 2011 est de 131.208 habitants. Rappel de l’évolution démographique de 2005 a 2011:

    Année Naissances Décès Solde naturel
    2005 1.457.376 2.303.935 -846.559
    2006 1.479.637 2.166.703 -687.066
    2007 1.610.100 2.080.400 -470.300
    2008 1.717.500 2.081.000 -363.500
    2009 1.764.000 2.010.500 -246.500
    2010 1.789.600 2.031.000 -241.400
    2011 1.793.828 1.925.036 -131.208
    2012 1.795.000 1.875.000 – 80.000 ?

      +0

    Alerter
    • bizbee // 22.11.2012 à 18h53
      • Porteu caroline // 22.11.2012 à 19h13

        bizbee

        L’important dans une tendance c’est son sens .

        Comme le dit l’article , l’espérance de vie en Russie augmente … Contrairement à celle des USA qui baisse . Ou celle des Allemands qui prend le sens de la baisse de manière très violente dans les classes les plus défavorisées de la population allemande , sans doute leur manière de résoudre leur problème futur de retraites !!!!! ….

        C’est peut être pour cela que l’Europe est aussi préoccupée par la compétitivité et la baisse du coût du travail : l’exemple allemand montre sans conteste que c’est le meilleur moyen de résoudre le problème des retraites !!!! .. Vous savez , le fameux modèle allemand sur lequel nous devrions prendre exemple !!!

        BERLIN – L’espérance de vie des Allemands aux revenus les plus faibles a fortement chuté depuis dix ans, selon des chiffres du gouvernement fédéral publiés lundi.

        Alors que l’espérance de vie moyenne continue d’augmenter en Allemagne, celle des personnes aux revenus les plus faibles est passée de 77,5 ans en 2001 à 75,5 ans en 2010, selon ces chiffres officiels, obtenus et publiés par le groupe parlementaire de la gauche radicale Die Linke, après une question écrite au gouvernement.

        Dans les anciens länder d’Allemagne de l’Est, la chute de l’espérance de vie des petits revenus — ceux qui touchent moins des trois quarts du revenu moyen — est encore plus marquée: elle passe de 77,9 ans à 74,1 ans, sur la même période.

        http://www.romandie.com/news/archives/_L_esperance_de_vie_des_pauvres_a_chute_en_Allemagne_depuis_10_ans121220111212.asp

          +0

        Alerter
        • bizbee // 22.11.2012 à 19h30

          ok j’avais fait une (mauvaise) connection entre deux phrases de votre part
          “La baisse naturelle de population pour 2011”
          et
          “Les chiffres de la démographie russe pour l’année 2011 sont disponibles et ils sont exceptionnellement bons.”

          ce qui m’avait un peu choqué en sachant comment cette baisse est “naturelle”…

            +0

          Alerter
  • NiFuNiFa // 23.11.2012 à 13h00

    Je pense qu’une problématique qui n’a pas été soulevée dans les commentaires est celle de l’aménagement du territoire, car le Japon est une île, une grande île qui n’est pas extensible.
    En France, nous sommes 65 millions à partager 675 000 km² contre 127 millions qui se partagent 377 000 km² au Japon.
    Au niveau de la densité de population, cela nous fait donc 97hab/km² en France contre 337 pour le Japon.

    “Les montagnes occupent 71 % du territoire, les piémonts 4 %, les plaines hautes 12 % et les plaines basses 13 %. Seulement un peu plus du cinquième du territoire est habitable (80 500 km2).”

    La rareté des plaines (excepté près des littoraux), très peuplées (plus de 800 habitants par km2 sur la côte est de Honshū), oblige l’exploitation des collines et des montagnes avec le système des cultures en plateaux (les versants sont recouverts de bassins successifs de taille décroissante avec la hauteur, permettant la culture du riz, du soja, etc.).

    Le Japon exprime avant tout par sa géographie le contraste le plus remarquable qui soit au monde entre un milieu éminemment ingrat qui n’offre à ses habitants qu’une superficie cultivable inférieure à 78 000 km2 (moins de 24 % de la superficie totale) et la présence de 127 millions d’habitants (chiffre de 2007).”
    Source Wikipédia.

    Je pense que l’expérience sera intéressante à surveiller pour la gestion des territoires, dont une partie à été perdue à cause de Fukushima et qui ne sera pas ré exploitable avant un certain moment.

      +0

    Alerter
  • yoananda // 24.11.2012 à 13h02

    Non, le taux de fécondité pour assurer la stabilité d’une population dont l’espérance de vie augmente n’est pas de 2.

    C’est une erreur majeure d’affirmer ceci.
    Le Japon ne se suicide pas démographiquement, il se stabilise !
    A partir du moment ou on vit de plus en plus vieux, de mieux en mieux, on ne peut pas avoir la même politique nataliste sans créer une véritable explosion démographique, ingérable, qui conduirait à la misère, a la guerre, et autres atrocités.

    Les vieux, qui va s’en occuper ? et bien eux même, puisqu’ils vivent en meilleure santé plus longtemps.
    Ou est le problème a part votre propre terreur de la mort et de la dépendance !!!

    Vous faites des stats, soit, mais vous concluez comme si vous parliez d’un pays européen au 19ème siècle.

    C’est quand même étrange de projeter une conclusion d’un autre pays et d’une autre époque.
    Ce n’est même pas une conclusion, c’est réflexe de pensée.
    On vous a appris que vieillir c’est mauvais, que la mort c’est mal, alors … vous le répétez sans réfléchir, vous transmettez votre peur et votre angoisse, peu importe ce que disent les graphiques.

    Le Japon au contraire montre la voie de la stabilisation et la fin du ponzi démographique, dont la France devrait s’inspirer au lieu de s’en alarmer.
    Quelle est cette logique qui voudrait que la croissance démographique soit éternelle.
    Et quand devrait-elle s’arrêter ? il a y 30 ans me semble une bonne réponse…

    Les jeunistes qui pensent que vieillir n’a qu’une seule signification “se rapprocher de la mort” devraient reconsidérer les choses et s’ouvrir un peu à d’autres manières de penser, notamment la philosophie asiatique qui ne voit pas la mort comme nous, ni la vieillesse.

    Vieillir ce n’est pas se suicider !!!
    M’enfin !

    Après, il est clair que nous allons devoir apprendre à mettre de coté nos petits égoïsmes du genre “et si moi j’ai envie de faire 6 gosse, pourquoi j’aurais pas le droit” ? Tu n’a pas le droit , parce que si toi tu en fais 6, tu prives 5 autres de pouvoir en faire, car toute la biomasse terrienne ne peut pas être convertie en “humain”, il y a une limite. La limite, aujourd’hui on la touche.

      +0

    Alerter
    • Christophe Vieren // 24.11.2012 à 16h02

      Mais bien sûr que quelle que soit l’espérance de vie, le nombre moyen par couple doit être de deux pour stabiliser une population. L’augmentation de l’espérance de vie n’a qu’un impact mineur (moins d’un trimestre tous les 4 ans en France) et temporaire car elle ne va pas durer (c’est pas toi qui va me contredire !).

        +0

      Alerter
  • Error System // 24.11.2012 à 15h19

    Je sais que je vais me faire saké par les posteurs habituels – mais peut être l’instinct/la conscience commune/la Nation et ses interactions/le bon sens/machin… les prévient de ce qui se prépare, un pétrole cher, des guerres de survie (injustes) et des mouvements de population qui vont faire s’affronter les plus pauvres avec les pauvres, puis avec le reste de la population jean raspail style…

    Type “united nations education women fertility” et voyez par vous même..

    http://prcs-mohfw.nic.in/writereaddata/research/358.htm

    http://www.un.org/esa/population/publications/completingfertility/RevisedCLELANDpaper.PDF

    Voir l’Iran ce grand peuple millénaire et sa natalité “française”… 🙂 Nos vieux frères…

      +0

    Alerter
    • Christophe Vieren // 24.11.2012 à 15h35

      @Error system : ce que tu écris dans ton premier paragraphe ne conforte pas – sans pour autant être en contradiction – de ce que tu écris ensuite avec tes liens proposés. J’ai jeté un coup d’oeil au deuximèe uniquement et j’y vois surtout comme cause de la baisse de la fertitlié le scolarisation et donc l’émancipation des femmes. L’Iran est en effet un très bon exemple de point de vue là : le taux de scolarisation des femmes y a considérablement progressé en 30 ans.

      Concernant les différence de démographie entre la France (croissance naturelle de 3/10.000) et la plupart des autres pays d’Europe (croissance naturelle négative), et en tout cas vis à vis de l’Allemagne (qui réagit), est la relative facilité pour les femmes de concilier enfants et vie professionnelle (structures d’accueil en bas âge) et aux couples de mieux satisfaire les besoins de leurs enfants (prestations familiales diverses, quotient familial).

      —————
      *naturelle = hors migration)

        +0

      Alerter
  • GUS // 25.11.2012 à 19h33

    Bon c’est très intéressant la démographie et cela permet d’aller plus loin que les médiocres commentaires journalistiques. Par exemple, la Chine se prépare un pb démographique énorme.
    Bon après ce sont des projections, on peut imaginer aussi que le taux de natalité se redresse ce qui, dans le cas du Japon, réduirait simplement la baisse car même si les femmes actuelles se mettent à avoir des enfants comme elles sont peu nombreuses (classes creuses) cela ne suffira pas. Les phénomènes d’inerties sont très importants en démographie. A l’inverse, cette inertie permet d’expliquer qu’avec une natalité aussi catastrophique qui se maintiendrait encore, on arrive à une baisse de la population seulement” à 80 M, soit la nombre de japonais dans les années 50, ce qui est encore beaucoup. Par contre, après ce serait la descente aux enfers.
    Bien sûr, à l’inverse, il n”est pas dit que la mortalité et l’espérance de vie se maintiendront. On n’est pas à l’abri d’une dégradation comme le montre les exemples cités dans les commentaires (Russie des 90’s, USA actuels, Allemagne des classes pauvres).
    Enfin, bref, tout ça pour dire que les projection à 2020,2030 OK, au-delà je m’en méfie beaucoup

      +0

    Alerter
  • Geiller // 10.12.2012 à 07h35

    Bonjour,

    Voila 15 ans que je travaille au Japon. Quelques chiffres intéressants souvent ignorés en Europe.

    Au Japon 75% des plus de 65 ans travaillent.
    A sa mort un japonais laisse en moyenne des économies suffisantes pour vivre 3.5 années.

    Donc, je ne crois pas à une désépargne massive dans ce pays.

    Cela ne remet cependant pas en doute le déclin démographique du pays, qui pose plu un problème “militaire” (trop peu de soldats) que de bien être. L’immobilier devrait baisser pour les plus jeunes ce qui est une bonne chose. Le Japon forme des infirmières en Thaillande et aux Philippines pour les faire venir sous contrat au Japon pour quelques années (retour prévu dans leur contrat).

      +0

    Alerter
  • LEBIEF // 31.12.2013 à 18h41

    Salut,
    Un des grands dogme de notre temps est le déclin démographique,la surpopulation m’inquiète d’avantage car l’homme occupe les espaces les plus intéressants de la planète et provoque la disparition accéléré des autres espèces (serions nous devenu une espèce nuisible et envahissante?) les milliards de jeunes d’aujourd’hui seront les milliards de vieux de demain.
    Par le passé il y avait dans bien des endroits aucune possibilité de mélange génétique et pourtant ses sociétés ont traversées les siècles et certaines sont encore présentes aujourd’hui. Contrairement à la plupart d’entre nous ils ne sont pas malade ni idiot ni malheureux..

      +0

    Alerter
  • bga80 // 18.05.2014 à 04h01

    Mouais ! C’est bien beau de regarder la forme de la forme de la pyramide des âges mais rappelons que le Japon a une population totale (en 2012) de 127 368 0882 habitants, rien que ça ! Pour une surface d’un pays pas plus grand que le Royaume Uni alors que les japonais ont beaucoup moins de surfaces cultivables (aucune autonomie alimentaire). Donc si on coupe la pyramide des âges entre les + de 40 ans et les moins de 40 ans, cela donne encore une démographie vigoureuse ! La moitié de la population restant encore très jeune et représentant donc cette moitié de quand même 64 millions d’habitants, ce qui serait largement suffisant pour ce pays. Les habitants de ce pays auraient tout à gagner à diviser à moyen/long terme leur population par deux, la qualité de vie serait d’autant meilleure pour une population qui tournerait à +/- 60/65 millions d’habitants. Donc ce n’est pas vraiment comparable à nos pays européens tel que le notre la France ou alors l’Allemagne ou l’Angleterre.

      +0

    Alerter
  • bga80 // 18.05.2014 à 04h26

    QQQQQ
    OLIVIER BERRUYER, LISEZ CE RAPPORT (à propos de la surpopulation du Japon), RAPPORT qui pourtant ne date pas d’aujourd’hui ! (les Japonais disaient en leur temps qu’ils ne voulaient surtout pas suivre le modèle de la France en réduisant les naissances)

    http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1929_num_38_212_9614

      +0

    Alerter
  • Laure // 03.11.2014 à 12h55

    Bonjour, j’ai une question: savez-vous quand la transition démographique à démarrée au Japon?

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications