Les Crises Les Crises
23.avril.202223.4.2022 // Les Crises

Noam Chomsky : « La guerre en Ukraine accélère l’horloge de l’apocalypse. »

Merci 674
J'envoie

Depuis le début de la guerre en Ukraine, la stratégie militaire de la Russie et les objectifs géostratégiques du président Vladimir Poutine ont fait l’objet de nombreuses spéculations. En effet, on ne sait toujours pas ce que veut Poutine, et les invitations répétées du président ukrainien Volodymyr Zelenskyy à une rencontre en tête-à-tête ont été rejetées par Moscou, même s’il semble que cela pourrait bientôt changer. Pendant ce temps, la destruction de l’Ukraine se poursuit sans relâche, tandis que les pays européens et les États-Unis augmentent leurs dépenses militaires, ce qui est sans doute l’indication la plus claire à ce jour qu’une nouvelle guerre froide pourrait être en cours.

L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) renforce son front oriental et aucun signe en provenance de Washington n’indique que l’administration Biden souhaite s’engager dans une diplomatie constructive pour mettre fin à la guerre en Ukraine. En fait, le président Joe Biden jette de l’huile sur le feu en utilisant un langage particulièrement provocateur à l’encontre du président russe.

Source : Truthout, C.J. Polychroniou, Noam Chomsky
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Un garçon devant un entrepôt en feu qui a été bombardé à Kiev, en Ukraine, le 17 mars 2022. ARIS MESSINIS / AFP VIA GETTY IMAGES

Dans l’interview ci-dessous, Noam Chomsky, universitaire de renommée mondiale et dissident de premier plan, se penche sur les développements les plus récents (au 30 mars) concernant la guerre en Ukraine, mais nous entraîne également dans un remarquable tour d’horizon de l’extrême sélectivité de l’indignation morale des États-Unis. Il nous fait également part de certaines de ses réflexions en ce qui concerne la culture politique contemporaine aux États-Unis, entre autres la refonte de l’univers idéologique du parti républicain, la ferveur politique et l’interdiction de publication de certains livres.

C.J. Polychroniou : Noam, les derniers compte rendus sur la guerre en Ukraine indiquent que la Russie semble changer de stratégie, montrant l’intention de partitionner le pays « comme la Corée du Nord et du Sud », selon certains responsables ukrainiens. Dans le même temps, l’OTAN a décidé de renforcer son front oriental, comme si la Russie avait l’intention d’envahir la Bulgarie, la Roumanie et la Slovénie, tandis que Washington continue non seulement de faire la sourde oreille à propos de la paix en Ukraine, mais nous avons entendu Biden tenir un discours de virilité toxique à l’encontre de Poutine lors de sa récente visite en Pologne, ce qui a incité, à son tour, le président français Emmanuel Macron à mettre en garde contre l’utilisation d’un langage provocateur alors qu’il tente actuellement d’obtenir un cessez-le-feu. En fait, même le diplomate américain chevronné Richard Haass a déclaré que les paroles de Biden ont transformé une situation qui était déjà dangereuse en une situation encore plus dangereuse. Je vous pose ici cette question en toute sincérité, est-il déjà arrivé que les États-Unis envisagent que la résolution des conflits puisse se faire par d’autres moyens que l’intimidation et l’utilisation systématique de la force ?

Noam Chomsky : Il y a plusieurs questions ici, toutes importantes, toutes méritant plus de considération que ce que je peux tenter de faire ici. Je vais les aborder l’une après l’autre, à peu près dans l’ordre.

En ce qui concerne la situation militaire actuelle, il existe deux versions radicalement différentes. La plus connue est celle du chef des services de renseignements militaires ukrainiens, le général Kyrylo Budanov : la tentative de la Russie de renverser le gouvernement ukrainien a échoué, et la Russie se retire maintenant dans les zones occupées du sud et de l’est du pays, dans la région du Donbass et sur la côte orientale de la mer d’Azov, en préparant un « scénario à la coréenne ».

Le chef de la direction principale des opérations de l’état-major général des forces armées de la Fédération de Russie, le général de corps d’armée Sergey Rudskoy, raconte une histoire bien différente (au 25 mars) : une version du célèbre « Mission accomplie » de George W. Bush en Irak, mais sans les fioritures théâtrales :

L’objectif principal de cette « opération militaire spéciale » était de défendre la République populaire du Donbass contre les assauts génocidaires des nazis ukrainiens de ces huit dernières années. L’Ukraine ayant rejeté la diplomatie, il était nécessaire d’élargir l’opération pour en arriver à la « démilitarisation et à la dénazification » de l’Ukraine, en détruisant les cibles militaires avec grande prudence pour épargner les civils. Les principaux objectifs ont été efficacement atteints, exactement comme prévu. Ce qui reste à faire, c’est de « libérer complètement le Donbass ».

Deux histoires différentes pour une même fin, ce qui, je suppose, est exact.

L’Occident, de manière tout à fait attendue, opte pour la première version. C’est-à-dire qu’il fait sienne l’histoire qui nous raconte que la Russie est incapable de conquérir des villes situées à quelques kilomètres de sa frontière et défendues par des forces militaires qui selon les normes mondiales sont modestes et soutenues par une armée de citoyens.

Ou bien l’Occident opte-t-il pour cette histoire-ci (la seconde) ? Ses réactions indiquent qu’il préfère la version du général Rudskoï : une machine militaire russe incroyablement puissante et efficace, ayant rapidement atteint ses objectifs en Ukraine, est maintenant prête à passer à l’invasion de l’Europe, écrasant peut-être l’OTAN tout aussi efficacement. Si tel est le cas, il est nécessaire de renforcer le front oriental de l’OTAN pour empêcher l’invasion imminente par cette force monstrueuse.

Une autre hypothèse se dessine : Se pourrait-il que Washington souhaite asseoir plus fermement le grand cadeau que Poutine lui a fait en plaçant l’Europe sous son emprise, et qu’il ait donc l’intention de renforcer un front oriental dont il sait qu’il n’est pas menacé d’invasion ?

Jusqu’à présent, Washington ne s’est pas écarté de la position de la déclaration conjointe que nous avons évoquée précédemment. Cette déclaration de politique générale, d’une importance cruciale, a confirmé la volonté de Washington d’accueillir l’Ukraine au sein de l’OTAN et a « finalisé un cadre de défense stratégique qui crée une base pour le renforcement de la coopération entre les États-Unis et l’Ukraine en matière de défense stratégique et de sécurité » en fournissant à l’Ukraine des armes de pointe antichars et d’autres armes, ainsi qu’un « vigoureux programme de formation et d’entraînement, conformément au statut de l’Ukraine en tant que partenaire de l’OTAN aux nouvelles opportunités ».

Il y a beaucoup de débats savants pour sonder les recoins profonds de l’âme tordue de Poutine afin de découvrir pourquoi il a décidé d’envahir l’Ukraine. En recourant à une agression criminelle, il est allé un pas plus loin que les habituelles mobilisations annuelles aux frontières de l’Ukraine dans un effort pour tenter d’attirer l’attention sur ses appels restés sans réponse quand il demande que soient prises en compte les préoccupations de la Russie en matière de sécurité, ces dernières étant reconnues comme essentielles par nombre de diplomates américains de haut niveau, de directeurs de la CIA et de nombreux autres intervenants qui ont prévenu Washington du caractère insensé d’ignorer ces préoccupations.

Peut-être que l’exploration de l’âme de Poutine est la bonne approche pour comprendre sa décision de février 2022. Mais il se peut qu’il existe une autre hypothèse. Peut-être voulait-il plutôt, en agissant ainsi, dire ce que lui et tous les autres dirigeants russes disent depuis l’ancien président Boris Eltsine, il y a 25 ans, au sujet de la neutralisation de l’Ukraine ; et peut-être que, même si la déclaration conjointe hautement provocatrice a été tue aux États-Unis, Poutine y a-t-il prêté attention et a donc décidé d’intensifier les efforts annuels dédaignés jusque là pour en arriver à une agression directe.

Une hypothèse, peut-être.

La presse rapporte que « l’Ukraine est prête à déclarer sa neutralité, à abandonner sa volonté d’adhérer à l’OTAN et à promettre de ne pas développer d’armes nucléaires si la Russie retire ses troupes et si Kiev reçoit une garantie de sécurité… »

Cela soulève une question : Les États-Unis vont-ils céder et accélérer les efforts visant à épargner à l’Ukraine de nouvelles souffrances au lieu d’interférer dans ces efforts en refusant de prendre part aux négociations et en maintenant la position de la déclaration de politique générale de septembre dernier ?

Cette question nous amène à l’appel improvisé de Biden à destituer Poutine, ce qui n’offre aucune échappatoire à ce dernier. La déclaration de Biden, reconnue comme une déclaration de guerre virtuelle qui pourrait avoir des conséquences terribles, a suscité une immense consternation dans le monde entier, notamment au sein de son équipe, qui s’est empressée d’assurer au monde entier que ses mots ne voulaient pas dire ce qu’ils disaient. À en juger par la position de son entourage proche sur les questions de sécurité nationale, il est difficile d’être optimiste.

Trump est maintenant débordé sur sa droite, aussi difficile à imaginer que cela ait pu l’être il y a peu.

Biden a depuis expliqué que son commentaire était une explosion spontanée d’« indignation morale », une répulsion face aux crimes du « boucher » qui dirige la Russie. Essayons de voir si il existe actuellement d’autres situations qui pourraient susciter le même type d’indignation morale ?

Il n’est pas difficile de penser à des cas précis. L’un des plus terrifiants est celui de l’Afghanistan. Littéralement, des millions de personnes sont confrontées à la famine, une tragédie colossale. Il y a de la nourriture sur les marchés, mais faute d’accès aux banques, les personnes ayant peu d’argent doivent se contenter de regarder leurs enfants mourir de faim..

Pourquoi ? L’une des principales raisons est que Washington refuse de débloquer les fonds de l’Afghanistan, or ceux-ci sont conservés dans des banques new-yorkaises, et ce afin de punir les pauvres Afghans qui osent résister à la guerre menée par Washington depuis 20 ans. Les prétextes institutionnels sont encore plus infâmes : Les États-Unis doivent bloquer et conserver les fonds des Afghans affamés au cas où les Américains voudraient obtenir des réparations pour les crimes du 11 septembre 2001, crimes pour lesquels les Afghans n’ont aucune responsabilité. Rappelons que les talibans ont offert une reddition complète, ce qui aurait signifié la présentation des suspects d’Al-Qaïda. (Ils n’étaient que suspects au moment de l’invasion américaine, et en fait c’était aussi le cas bien après, comme l’a confirmé le FBI). Mais les États-Unis ont répondu avec fermeté en décrétant que « les États-Unis ne souhaitent pas négocier de redditions.» Ces propos ont été tenus par le secrétaire à la défense Donald Rumsfeld, repris par George W. Bush.

Si ce crime suscite une quelconque indignation morale, elle est bien difficile à déceler. Et c’est loin d’être le seul cas. Y a-t-il des leçons à en tirer ? Peut-être, mais bien qu’elles semblent relativement simples, elles méritent toutefois quelques mots.

L’indignation morale face aux crimes russes en Ukraine est compréhensible et justifiée. L’extrême sélectivité de l’indignation morale est également compréhensible, mais par contre elle n’est pas justifiée. Elle est compréhensible en raison de sa banalité.

Il est difficile d’imaginer un principe moral plus élémentaire que la Règle d’Or – dans la tradition juive, c’est la règle selon laquelle « ce qui vous est odieux, ne le faites pas à autrui ». [Sous une forme primitive, « Ne fais aux autres que ce qu’ils t’ont fait », la loi du talion, ordonnée dans le pentateuque, est une loi de progrès, dans la mesure où elle s’oppose à la vengeance incontrôlée et disproportionnée. La vengeance n’est pas condamnée, mais doit être « juste », NdT].

Nulle règle n’est plus élémentaire, ni plus systématiquement violée. C’est également vrai pour son corollaire : Il convient de consacrer son énergie et ses efforts là où on peut faire le plus de bien. En ce qui concerne les affaires internationales, cela signifie normalement se focaliser sur les actes de son propre État, en particulier dans les sociétés plus ou moins démocratiques où les citoyens ont un certain rôle à jouer en matière de résultats. Nous pouvons déplorer les crimes commis au Myanmar [également connu sous le nom de Birmanie], mais nous ne pouvons pas faire grand-chose pour atténuer la souffrance et la misère au Myanmar. Nous pourrions faire beaucoup pour aider les malheureuses victimes qui ont fui ou ont été expulsées, les Rohingyas au Bangladesh. Mais nous ne le faisons pas.

Le constat est général. Le principe est assurément élémentaire. Dire que dans les faits, ce principe n’est pas respecté serait un véritable euphémisme.

Ce n’est pas que nous ne comprenions pas et n’honorions pas le principe. Nous le faisons, avec une véritable passion, lorsque le principe est observé dans les sociétés de nos ennemis officiels : Nous admirons beaucoup les Russes qui défient courageusement la dure autocratie russe et protestent contre l’invasion russe. Cela s’inscrit dans une longue tradition. Nous avons toujours énormément admiré les dissidents soviétiques qui condamnaient les crimes de leur propre État, et nous ne nous sommes jamais souciés de ce qu’ils disaient des autres, même lorsqu’ils applaudissaient les principaux crimes des États-Unis. Idem pour les dissidents chinois et iraniens. Ce n’est que lorsque le principe s’applique à nous-mêmes que nous sommes incapables de l’envisager.

Une illustration dramatique parmi tant d’autres est l’invasion américaine de l’Irak. On peut la critiquer, la qualifiant de « bévue stratégique » (selon Barack Obama) mais ce n’est pas là son essence : c’est une agression non provoquée et meurtrière, le « crime international suprême » selon les termes du jugement de Nuremberg.

Par conséquent, la sélectivité dramatique de l’indignation morale est compréhensible, mais elle constitue en fait en elle-même une autre indignation. Dans une sorte de piètre forme de justification, nous pouvons ajouter que ce n’est pas une invention des États-Unis. Nos prédécesseurs, en tant que puissances impériales hégémoniques, n’étaient pas différents, y compris la Grande-Bretagne ; ils étaient sans doute pires, bien qu’après des siècles de comportement infâme, il y ait maintenant un début de prise de conscience.

Pour passer à la question suivante, arrive-t-il aux États-Unis d’imaginer que les conflits pourraient être résolus par des moyens pacifiques ? Sans aucun doute. Il en existe des exemples qui méritent d’être examinés de plus près. Nous pouvons apprendre beaucoup de ceux-ci concernant les affaires internationales, si toutefois c’est ce que nous voulons.

En ce moment même, on nous invite tous à saluer un exemple remarquable d’initiative américaine visant à résoudre un conflit par des moyens pacifiques : le « sommet du Néguev » en cours entre Israël et quatre dictatures arabes, qui « augmentera les chances de paix et de résolution des conflits dans toute la région », selon le secrétaire d’État Antony Blinken, qui représente Washington à cette rencontre historique.

Le sommet réunit les États les plus brutaux et les plus violents de la sphère d’influence américaine, sur la base des accords d’Abraham, qui ont permis pour la première fois de nouer des relations à caractère politique entre Israël, les Émirats arabes unis (EAU) et le Maroc, l’Arabie saoudite étant implicitement présente par l’intermédiaire de son satellite, la dictature de Bahreïn. Ces états ont été rejoints au sommet par l’Égypte, qui subit actuellement la dictature la plus féroce de son histoire peu glorieuse, avec quelque 60 000 prisonniers politiques et une répression brutale. L’Égypte est le deuxième plus grand bénéficiaire de l’aide militaire américaine, après Israël. Il ne devrait pas être nécessaire de se pencher sur le sinistre dossier du principal bénéficiaire, récemment désigné comme un État où règne l’apartheid par Human Rights Watch et Amnesty International.

Les EAU et l’Arabie saoudite partagent la responsabilité majeure de ce que l’ONU décrit comme la pire crise humanitaire au monde : le Yémen. Le bilan officiel de l’année dernière est de 370 000 morts. Quant au bilan réel, personne ne le connaît. Le pays complètement en ruines est confronté à une famine quasi totale. L’Arabie saoudite a renforcé le blocus du seul port utilisé pour les importations de nourriture et de carburant. L’ONU lance des avertissements extrêmement alarmants, parmi lesquels la menace d’une famine imminente pour des centaines de milliers d’enfants. Les avertissements de nature générale sont repris par des spécialistes américains, notamment Bruce Riedel de la Brookings Institution, qui a été analyste principal de la CIA pour le Moyen-Orient sous quatre présidents. Il affirme que l’« action offensive » saoudienne devrait faire l’objet d’une enquête pour crime de guerre.

Les forces aériennes saoudiennes et émiraties ne peuvent pas fonctionner sans une aide américaine constituée d’avions, de formation, de renseignements et de pièces de rechange. La Grande-Bretagne est partie prenante dans le crime, accompagnée d’autres puissances occidentales, mais ce sont les États-Unis qui mènent le bal.

La dictature marocaine a également été saluée par l’initiative de paix de Trump. Dans les derniers jours de son mandat, Donald Trump a même reconnu officiellement l’annexion du Sahara occidental par le Maroc, au mépris du Conseil de sécurité de l’ONU et de la Cour internationale de justice – ce qui, incidemment, renforce le quasi-monopole du Maroc sur le potassium, une ressource vitale et irremplaçable, qui fait désormais partie intégrante des prérogatives des États-Unis.

La reconnaissance de l’annexion criminelle par le Maroc n’aurait pas dû surprendre. Elle venait après la reconnaissance par Trump de l’annexion par Israël de la partie syrienne du plateau du Golan et du Grand Jérusalem considérablement agrandi, dans les deux cas cela s’est fait en violation avec les injonctions du Conseil de sécurité. Le soutien de Trump à ces violations du droit international a été assumé dans les deux cas dans le cadre du merveilleux isolement dont jouissent souvent les États-Unis, comme cela s’est fait dans leur façon de torturer Cuba pendant 60 ans..

Ce ne sont là que de nouvelles illustrations de l’engagement en faveur de l’« État de droit » et du caractère sacré de la souveraineté dont Washington fait preuve depuis 70 ans en Iran, au Guatemala, au Brésil, au Chili, en Irak, et ainsi de suite – engagement qui oblige les États-Unis à dérouler le tapis rouge pour que l’Ukraine rejoigne l’OTAN.

Le sommet que nous célébrons actuellement est une émanation directe des accords d’Abraham. Pour les avoir mis en œuvre, Jared Kushner a été proposé pour le prix Nobel de la paix (par Alan Dershowitz, professeur de droit à Harvard).

Les accords d’Abraham d’alors et le sommet du Néguev d’aujourd’hui ne constituent en rien une première démonstration de l’attachement de Washington à la résolution pacifique des conflits. Après tout, Henry Kissinger a reçu le prix Nobel de la paix pour avoir réussi à ramener la paix au Viêt Nam, peu après avoir lancé l’un des appels au génocide les plus spectaculaires de l’histoire diplomatique : « Une campagne de bombardement massive au Cambodge. Tout ce qui vole sur tout ce qui bouge.» Les conséquences en ont été effroyables, mais peu importe.

Le prix qui a été attribué à Kissinger me fait penser à la proposition formulée par un physicien israélien qui consistait à décerner le prix de physique à Menachem Begin [fondateur du parti israélien Likoud et ancien Premier ministre]. Lorsqu’on lui a demandé pourquoi, il a répondu : « Eh bien, il a reçu le Nobel de la paix, alors pourquoi pas le Nobel de physique ? »

Parfois, il n’est pas juste d’en faire une boutade. Jimmy Carter méritait certainement le Nobel de la paix qui lui a été décerné pour ses efforts après son départ de la présidence, bien que le comité d’attribution ait souligné que, alors qu’il était encore en fonction, la « contribution cruciale du président Carter à la conclusion des accords de Camp David entre Israël et l’Égypte [était] en soi un exploit suffisamment important pour le qualifier pour le prix Nobel de la paix ».

Les efforts de Carter en 1978 ont sans doute été entrepris avec les meilleures intentions du monde. Et pourtant, ce n’est pas tout à fait ce qui s’est passé. Menachem Begin a bien accepté d’abandonner le projet israélien de colonisation du Sinaï égyptien, mais il a insisté pour que les droits des Palestiniens soient exclus des accords, et la colonisation illégale a fortement augmenté pendant le mandat d’Ariel Sharon, toujours avec l’aide essentielle des États-Unis et en violation avec les injonctions du Conseil de sécurité. Et comme les analystes stratégiques israéliens l’ont rapidement souligné, supprimer la dissuasion égyptienne a permis à Israël d’intensifier ses attaques contre le Liban, ce qui a finalement conduit à l’invasion de 1982, soutenue par les États-Unis, celle-ci ayant tué quelque 20 000 Libanais et Palestiniens et détruit une grande partie du Liban, sans aucun prétexte crédible.

Ronald Reagan a finalement ordonné à Israël de mettre fin à l’assaut lorsque le bombardement de la capitale Beyrouth a mis Washington dans une situation embarrassante sur le plan international. Israël a bien sûr obtempéré, mais a maintenu son contrôle sur le Sud-Liban en commettant des atrocités systématiques contre ceux qu’il qualifiait de « villageois terroristes » alors qu’ils résistaient à cette occupation barbare. C’est aussi Israël qui a mis en place une infâme salle de torture à Khiam, gardée en souvenir après qu’Israël ait été contraint de se retirer par la guérilla du Hezbollah. On m’a fait visiter cette pièce avant qu’elle ne soit détruite par les bombardements israéliens qui souhaitait effacer tout souvenir de ce crime.

Donc, oui, il y a des cas où les États-Unis, comme d’autres puissances impériales hégémoniques avant eux, ont cherché à résoudre des conflits par des moyens pacifiques.

Revenons à ce qu’il se passe ici, les Républicains soutiennent des politiques fortes contre la Russie, bien que leur « grand chef » ne cesse de faire varier son discours concernant Poutine afin de rester en phase avec les évolutions en cours. La question qui se pose ici est la suivante : Pourquoi les membres du Parti républicain soutiennent-ils toujours la Russie et Poutine, notamment ceux qui se trouvent à l’extrême droite de l’échiquier politique ? Qu’est-ce qui motive l’extrême droite américaine à être dissidente au sein du Parti républicain au sujet de la Russie alors que l’écrasante majorité de l’opinion publique du pays soutient l’Ukraine ?

Il ne s’agit pas seulement de la Russie et de l’Ukraine. Alors que l’Europe a condamné la « démocratie illibérale » du Premier ministre Viktor Orbán en Hongrie, celui-ci est devenu la coqueluche d’une grande partie de la droite américaine. Fox News et son principal diffuseur Tucker Carlson en tête, mais d’autres « conservateurs » éminents participent aux éloges du régime nationaliste chrétien proto-fasciste qu’Orbán a imposé tout en saccageant les libertés et la démocratie hongroises.

L’horloge de la fin du monde ne parle plus de minutes, pendant le mandat de Trump elle est passée aux secondes, et elle est maintenant réglée à 100 secondes avant minuit – extinction.

Tout cela traduit un conflit au sein du Parti républicain – ou, pour être plus précis, je devrais dire ce qui reste de ce qui était autrefois un parti politique légitime mais qui est désormais classé aux côtés de partis européens aux origines néofascistes. Trump a en effet précipité des tendances qui remontent à la prise de contrôle du parti par Newt Gingrich il y a 30 ans. Et le voilà maintenant débordé sur sa droite, aussi incroyable que cela ait pu paraître il y a peu. Une grande partie de la direction dérive vers le modèle Orbán ou au-delà, entraînant avec elle un électorat de base en adoration. Je pense que le débat qui a lieu au sein du parti concernant la Russie et l’Ukraine doit être replacé dans ce contexte.

Les législateurs républicains intensifient leurs efforts pour faire interdire les livres sur la race, comme si l’esclavage et l’oppression raciale aux États-Unis étaient des créations de l’imagination plutôt que des faits historiques. Les pressions visant à interdire les livres et à supprimer les votes sont-elles liées ? Ces évolutions constituent-elles une nouvelle fois une indication qu’une guerre civile pourrait se préparer aux États-Unis ?

Interdire la publication de livres n’est pas nouveau aux États-Unis et supprimer les votes des gens considérés comme n’étant pas « les bonnes personnes » est aussi typiquement américain que la tarte aux pommes, pour utiliser un cliché. C’est quelque chose qui revient actuellement en force alors que l’organisation républicaine, dont on pense qu’elle pourrait bientôt revenir au pouvoir, s’oriente vers une sorte de proto-fascisme. Certains analystes prudents prédisent une guerre civile. A tout le moins, c’est une grave crise interne qui se dessine. On parle depuis longtemps du déclin américain. Dans la mesure où celui-ci est réel, le facteur principal est interne. Si nous allons plus au fond des choses, la majeure partie de la décomposition sociale interne résulte de l’impact brutal des programmes néolibéraux des 40 dernières années, sujets que nous avons déjà abordés. C’est déjà assez grave lorsque la Hongrie dérive vers un proto-fascisme nationaliste chrétien. Lorsque cela se produit dans l’État le plus puissant de l’histoire mondiale, les implications sont inquiétantes.

Imposer des sanctions sévères aux pays qui refusent de se plier aux ordres de Washington est une tactique utilisée de longue date par les États-Unis. En fait, même les universitaires qui vivent dans des pays soumis à des sanctions sont traités comme des indésirables. Et de façon générale, la culture politique des États-Unis ne favorise pas du tout l’expression de voix dissidentes dans l’arène publique. Souhaitez-vous commenter ces traits fondamentaux de la culture politique aux États-Unis ?

C’est un sujet beaucoup trop vaste pour être abordé ici. Et bien trop important pour être commenté à la légère. Mais il convient de rappeler qu’une fois de plus, ce n’est pas là quelque chose de nouveau. Tout le monde se souvient que l’auguste Sénat avait remplacé le nom des frites (French fries) par celui de « frites de la liberté » dans une réaction furieuse face au refus impudent de la France de prendre part à la campagne criminelle de Washington en Irak. Nous pourrions bientôt assister à une chose similaire si le président français Macron, l’une des rares voix raisonnables dans les hautes sphères occidentales, continue d’appeler à la modération en paroles et en actes et à la recherche d’options diplomatiques. La facilité avec laquelle on se laisse aller à l’alarmisme remonte à bien plus loin, atteignant des sommets comiques lorsque les États-Unis sont entrés dans la Première Guerre mondiale et que tout ce qui était allemand devenait instantanément un objet d’anathème.

Le fléau que vous mentionnez ne se limite pas aux rivages américains. Pour prendre un exemple personnel, un de mes collègues m’a récemment appris qu’un de ses articles lui a été renvoyé, sans avoir été lu, par une revue de philosophie très respectée en Angleterre, accompagné d’une note indiquant que l’article ne pouvait pas être pris en compte parce qu’il est citoyen d’un pays soumis à des sanctions : l’Iran.

L’Europe s’oppose fermement à ces sanctions, mais comme d’habitude, elle se soumet au Maître, jusqu’à interdire un article d’un philosophe iranien. Le grand cadeau de Poutine envers Washington a été de renforcer cette subordination.

Je pourrais ici même ajouter de nombreux exemples, dont certains tirés de mon expérience personnelle, mais on ne doit pas oublier que la toxicité s’étend bien au-delà.

Nous vivons une époque dangereuse. Il nous faut nous souvenir que, pendant le mandat de Trump, les aiguilles de l’horloge de l’apocalypse ont laissé tomber les minutes et n’indiquent que les secondes, elle est maintenant réglée à 100 secondes avant minuit – extinction. Les analystes qui ont réglé l’horloge donnent trois raisons à cela : la guerre nucléaire, la destruction de l’environnement et le délitement tant de la démocratie que d’une sphère publique libre, ce qui sape tout espoir de voir des citoyens informés et sensibilisés contraindre leurs gouvernements à triompher de la double course au désastre.

La guerre en Ukraine a exacerbé ces trois tendances désastreuses. La menace nucléaire a fortement augmenté. La nécessité impérieuse de réduire fortement l’utilisation des combustibles fossiles a été réduite à néant par l’adulation des destructeurs de toute vie sur Terre ayant sauvé la civilisation face aux Russes. Et la démocratie tout comme une sphère publique libre connaissent un déclin inquiétant.

Cela rappelle tellement ce qu’il se passait il y a 90 ans, même si les enjeux sont bien plus importants aujourd’hui. À l’époque, les États-Unis ont répondu à la crise en ouvrant la voie à la social-démocratie, en grande partie sous l’impulsion d’un mouvement ouvrier renaissant. L’Europe a sombré dans les ténèbres fascistes.

Ce qui va se passer maintenant est incertain. La seule certitude que nous ayons est que cela ne dépend que de nous.

Copyright © Truthout. Ne peut être réimprimé sans autorisation.

C. J. Polychroniou est économiste politique/scientifique politique, auteur et journaliste. Il a enseigné et travaillé dans de nombreuses universités et centres de recherche en Europe et aux États-Unis. Actuellement, ses principaux intérêts de recherche portent sur l’intégration économique européenne, la mondialisation, le changement climatique, l’économie politique ainsi que la politique des États-Unis et la déconstruction du projet politico-économique du néolibéralisme. Il contribue régulièrement à Truthout et est membre du Public Intellectual Project de Truthout. Il a publié de nombreux livres et plus de 1000 articles qui sont parus dans une variété de revues, de magazines, de journaux et de sites d’information populaires. Nombre de ses publications ont été traduites en plusieurs langues étrangères, notamment en arabe, chinois, croate, espagnol, français, grec, italien, néerlandais, portugais, russe et turc. Ses derniers livres sont Optimism Over Despair : Noam Chomsky On Capitalism, Empire, and Social Change (2017); une anthologie d’entretiens avec Chomsky publiés à l’origine sur Truthout et rassemblés par Haymarket Books ; Climate Crisis and the Global Green New Deal : The Political Economy of Saving the Planet (avec Noam Chomsky et Robert Pollin comme principaux auteurs) ; The Precipice : Neoliberalism, the Pandemic, and the Urgent Need for Radical Change, une anthologie d’entretiens avec Chomsky publiée à l’origine sur Truthout et rassemblée par Haymarket Books ( 2021); et Economics and the Left: Interviews with Progressive Economist (2021).

Source : Truthout, C.J. Polychroniou, Noam Chomsky, 30-03-2022

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

antoniob // 23.04.2022 à 10h51

> « le président français Macron, l’une des rares voix raisonnables dans les hautes sphères occidentales, »

euh? non Macron est un simple suiveur atlantiste. Il adopte simplement parfois un vernis de vague inspiration gaulliste car cela fait « chic »…
Le ministre de l’économie de Macron (pas des économies de Macron lui-même, qui se ministre très bien tout seul… mais celle du pays) Bruno Le Maire qui crachotait fermement qu’il s’agit de détruire l’économie russe. Rien que ça. Une voix raisonnable….

Le Maire m’a fait penser par rapport à Macron à Juppé par rapport à Sarkozy, l’un comme l’autre ont de manière très candide et fanfaronnante répété sans doute texto ce que les Etats-Unis ont donné comme consignes aux chefs d’états dans les coulisses.
Par exemple, pour la Syrie:
« bon les gars on met en place une coalition avec les turcs et les qataris, qui vont fournir la main d’oeuvre, et virer Assad, y installer des hommes de mains affiliés »
et pour la Russie:
« bon les gars on va mettre en oeuvre un plan de la Rand en poussant la provocation et risque d’invasion du Donbass au paroxysme, faisant agir la Russie, et avec les sanctions on va l’affamer et en finir avec elle. »
Ils ont du raconter dans ce genre lors des réunions pas démocratiques entre eux qui façonnent le monde.
On imagine tous hocher avec approbation: les nord-européens racialistes en premier, les allemands revanchards de Stalingrad, les polonais attrabilaires qui suintent la haine anti-russe par les babines, et les français pour qui la grandeur consiste à coller aux semelles du plus gros caïd du moment.

42 réactions et commentaires

  • Yann // 23.04.2022 à 08h08

    Macron: Joe, évite d’utiliser un langage provocateur avec Poutine.
    Biden : Oui mais je l’ai dit affectueusement…

    A ce niveau, faudrait peut-être envisager un coup de fil à Brigitte Lahaie sur Sud Radio.

      +25

    Alerter
    • Crinck // 23.04.2022 à 17h05

      Et le langage de Poutine, il est mesuré ? Moi, depuis l’invasion de l’Ukraine, c’est fini !

        +0

      Alerter
      • Fritz // 23.04.2022 à 17h33

        Et le langage de Biden, il est mesuré ? Moi, depuis l’invasion de l’Irak, c’est fini !

          +26

        Alerter
      • Logique // 23.04.2022 à 22h43

        Oui, il est très mesuré. Comme ses actions du reste. Mais quand l’autre ne veut pas comprendre, et bien il faut insister un peu. Phase 1, ils n’ont pas compris. Alors phase 2. Si toujours pas compris, alors phase 3. Etc.
        C’est comme ce qui reste de militants coincés dans l’usine métallurgique à Marioupol. Ils veulent pas comprendre, alors Poutine a décidé qu’il fallait attendre.

        « Patience et longueur de temps
        Font plus que force ni que rage. »
        La Fontaine

          +16

        Alerter
  • Olivier77 // 23.04.2022 à 08h15

    Écrire la fabrique du consentement et demander à voter démocrate, c’est tout le paradoxe du personnage. Les gens de gauche sont irrécupérables.

      +50

    Alerter
    • Jonas // 23.04.2022 à 10h28

      Et balancer une bonne grosse généralité telle que « Les gens de gauche sont irrécupérables » c’est fin et intelligent.

        +33

      Alerter
  • El ryu // 23.04.2022 à 08h20

    il me semble qu’il y a confusion entre phosphore et potassium dans cet article

      +4

    Alerter
  • Fritz // 23.04.2022 à 09h34

    M. Chomsky ne parle pas des souffrances endurées depuis huit ans par les habitants du Donbass. Elles ont poussé les dirigeants russes à intervenir en Ukraine, comme aussi le danger mortel, immédiat et permanent que représente pour la Russie une Ukraine transformée en base avancée de l’OTAN.

    Et comme lui et son interlocuteur sont fort diserts sur la droite et l’extrême droite américaines, il est curieux de constater leur mutisme sur la couleur politique des milices ukrainiennes.

    Cela dit, cet entretien est vraiment le bienvenu. Avec bien d’autres fidèles du blog, j’aimerais d’autres papiers sur l’Ukraine, y. compris des enquêtes de terrain (si possible) et des analyses de la désinformation, des mensonges de guerre, et autres biais médiatiques.

      +49

    Alerter
    • marc mennesson // 23.04.2022 à 16h39

      je vous recommande ce site , srée par Christelle Néant , journaliste indépendante , qui fait de très bons reportages dans le Donbass ;
      https://www.donbass-insider.com/fr/accueil/

        +17

      Alerter
      • Crinck // 23.04.2022 à 17h07

        Sauf que son site est un monument de propagande poutinienne, sans une once d’esprit critique. A fuir !

          +1

        Alerter
      • Fritz // 23.04.2022 à 20h59

        Merci, Marc. Je le connaissais déjà mais votre recommandation m’a incité à regarder la vidéo concernant Marioupol après la bataille. Les images sont parfois dures mais très instructives. Honte à tous ces criminels occidentaux qui ont fait des Ukrainiens leur chair à canon.

        Vivement les retrouvailles entre les peuples frères, russe et ukrainien, que l’impérialisme a opposés.

          +20

        Alerter
  • Koui // 23.04.2022 à 09h50

    Chomsky a identifié Macron comme l’une des rares voix raisonnables du cercle dirigeant occidental. J’aurai moins l’impression de soutenir un incapable contre une raciste.

      +2

    Alerter
    • Robert // 23.04.2022 à 11h01

      Oui, Macron est « raisonnable » dans l’affaire Ukrainienne.
      Mais cela ne suffit pas à me faire oublier la brutalité de la répression envers les Gilets jaunes, qu’il aurait condamné sans vergogne si elle avait eu lieu ailleurs qu’en France !
      Quant au racisme, Je considère que Macron pratique une forme de racisme social en faveur des « premiers de cordée » et à l’encontre de « ceux qui ne sont rien ».

        +33

      Alerter
      • Marie Colin // 23.04.2022 à 18h43

        Question : pourquoi alors avoir supprimé la formation de nos diplomates ? Bientôt il n’y aura plus que les Russes pour en avoir d’excellents…

          +14

        Alerter
    • jp // 23.04.2022 à 11h33

      Zineb Redouane, 80 ans (donc très dangereuse n’est ce pas) tuée chez elle par une grenade lancée par un flic, c’est pas du racisme ? Policier pas condamné
      A ça on j’ajoute les mutilations des gilets jaunes, Steve Caniço, etc.

      https://www.les-crises.fr/zineb-redouane-octogenaire-decedee-suite-a-une-blessure-par-une-grenade-lacrymogene/
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Zineb_Redouane
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Steve_Maia_Cani%C3%A7o

        +19

      Alerter
    • Lev // 23.04.2022 à 15h21

      Le rôle de Macron, membre du groupe de Normandie, était de veiller à l’application des accords de Minsk ; c’est-à-dire que Zemlinsky négocie avec les Russes. Ce qu’il (Macron) s’est bien gardé de faire pendant les 5 ans de son quinquennat. Ce n’est pas un incapable, c’est un toutou à Biden. Pour le reste, souvenir de l’affaire de l’Aquarus dont il a interdit l’accostage pour ne pas déplaire à l’extrême droite ; n’oubliez pas non plus les camps en Libye que nous finançons pour contenir la misère d’Afrique.
      Raciste et lâche

        +30

      Alerter
      • Yanka // 01.05.2022 à 20h14

        Les Accords de Minsk sont entre l’Ukraine et les régions séparatistes. Les Russes ne sont en rien impliqués là-dedans, sinon comme observateurs. Les fameux accords ne devaient plus être discutés, mais appliqués, et c’était à la France et à l’Allemagne de veiller à leur application. Cela n’a pas été fait. La conséquence n’en est que plus prévisible, mais comme nos champions considèrent toujours la Russie comme Macron considère les Gaulois, de très haut et de loin, avec mépris, morgue et suffisance.

          +1

        Alerter
    • calal // 23.04.2022 à 19h29

      En bon cynique je pense que macron a ete « raisonnable » parce qu’il avait une campagne electorale et l’epee de damocles marine le pen a gerer…

        +8

      Alerter
    • mikatypa // 24.04.2022 à 08h54

      Peut-être que la cause de cette prudence serait la présence de 53 militaires français retenus en otage par Azov, dans les tunnels de l’usine. Leur exfiltration expliquerait pourquoi Macron ne cesse d’appeler Poutine au téléphone… À vérifier bien sûr..
      https://andresbryant.livejournal.com/148983.html

        +8

      Alerter
    • Francois Marquet // 24.04.2022 à 16h20

      Raisonnable? Qu’a t il fait pour pousser Zelensky à respecter les accords de Minsk?

        +6

      Alerter
  • antoniob // 23.04.2022 à 10h51

    > « le président français Macron, l’une des rares voix raisonnables dans les hautes sphères occidentales, »

    euh? non Macron est un simple suiveur atlantiste. Il adopte simplement parfois un vernis de vague inspiration gaulliste car cela fait « chic »…
    Le ministre de l’économie de Macron (pas des économies de Macron lui-même, qui se ministre très bien tout seul… mais celle du pays) Bruno Le Maire qui crachotait fermement qu’il s’agit de détruire l’économie russe. Rien que ça. Une voix raisonnable….

    Le Maire m’a fait penser par rapport à Macron à Juppé par rapport à Sarkozy, l’un comme l’autre ont de manière très candide et fanfaronnante répété sans doute texto ce que les Etats-Unis ont donné comme consignes aux chefs d’états dans les coulisses.
    Par exemple, pour la Syrie:
    « bon les gars on met en place une coalition avec les turcs et les qataris, qui vont fournir la main d’oeuvre, et virer Assad, y installer des hommes de mains affiliés »
    et pour la Russie:
    « bon les gars on va mettre en oeuvre un plan de la Rand en poussant la provocation et risque d’invasion du Donbass au paroxysme, faisant agir la Russie, et avec les sanctions on va l’affamer et en finir avec elle. »
    Ils ont du raconter dans ce genre lors des réunions pas démocratiques entre eux qui façonnent le monde.
    On imagine tous hocher avec approbation: les nord-européens racialistes en premier, les allemands revanchards de Stalingrad, les polonais attrabilaires qui suintent la haine anti-russe par les babines, et les français pour qui la grandeur consiste à coller aux semelles du plus gros caïd du moment.

      +52

    Alerter
    • Robert // 23.04.2022 à 11h03

      Oui, Poutine poussé à la faute, comme l’avait été Saddam en son temps pour l’invasion du Koweit !

        +10

      Alerter
      • antoniob // 23.04.2022 à 12h48

        dans le genre, mais avec une grosse différence: c’était dans l’air depuis longtemps. On peut considérer que la guerre russe est pré-emptive, à savoir s’ils ne prenaient pas l’initiative, la grosse armée ukrainienne dans le Donbass allait attaquer en premier.
        Mais bien sûr, pour la forme, la Russie est l’attaquant, même si de fait, la guerre a commencé en 2014.

        Ce qui est particulier c’est que d’habitude ce genre de provocations et de guerre par proxy est utilisée dans le Tiers-Monde qui ne compte pas aux yeux des « occidentaux ». Tout le monde se fout du Yémen.
        Mais là c’est l’UE qui décide de sacrifier l’Ukraine.
        Si cela tourne mal les risques que les russes utilisent des armes de destruction massive en Ukraine sont réels. Et sans conséquences pour eux car ils sont déjà « effacés » selon les américains.

          +18

        Alerter
        • Logique // 23.04.2022 à 22h55

          L’offensive des ukrainiens dans le Donbass était prévue pour le 8 mars.

          La devise de Poutine: quand la bagarre est inéluctable, il faut frapper en premier. Il a appris ça dans les rues de Leningrad.

          Pour rappel: la motion pour reconnaître l’indépendance des deux Républiques a été introduite à la Douma par le Parti Communiste. Elle a été rejetée dans un premier temps. Puis le parlement a changé d’avis. Poutine n’avait plus le choix. Enfin un pays où le parlement n’est pas une chambre d’enregistrement. Et Poutine avait la gueule des mauvais jours quand il a annoncé l’opération spéciale. Mais quand il n’y a plus le choix, il n’y a plus le choix. Autrement la population du Donbass aurait subi un massacre et un nettoyage ethnique serait survenu dans le silence complice des médias occidentaux.

            +12

          Alerter
          • Yanka // 01.05.2022 à 20h08

            « … quand la bagarre est inéluctable, il faut frapper en premier. Il a appris ça dans les rues de Leningrad. »

            Et la pratique du judo lui a appris à profiter de l’énergie développée par l’initiative de l’adversaire pour la retourner contre lui. Et la pratique des échecs que défourailler à toute berzingue pour prendre 3 pions à l’adversaire était la meilleure façon de se retrouver à poil sans avoir su comment.

              +0

            Alerter
      • Crinck // 23.04.2022 à 17h09

        Poussé à la faute ? Et il a été assez déraisonnable pour tomber dedans. Maintenant, davantage de pays veulent adhérer à l’OTAN. Il est de ces dirigeants qui bombardent d’abord, et qui réfléchissent après.

          +0

        Alerter
        • Fritz // 23.04.2022 à 17h38

          Ces dirigeants qui bombardent d’abord, et qui réfléchissent après : Lyndon B. Johnson, Nixon, Reagan, Papa Bush, Bill Clinton, Bébé Bush, Tony Blair, Gerhard Schroeder, Jacques Chirac, Sarkozy, Cameron, Obama, Trump, etc.

            +21

          Alerter
        • antoniob // 23.04.2022 à 17h55

          ben le contraire: il a lancé la guerre en réagissant à la provocation donc il est fautif sur la forme, mais dans l’ordre du déroulement des coups sur l’échiquier de cette partie commencée en 2014, il a joué un coup stratégique d’avance.
          Et poussé à la faute l’adversaire qui avec ses sanctions « atomiques » induit une secousse monétaire planétaire.
          Les allemands vont devoir payer le gaz en rouble-or ou fermer des entreprises. La Russie ne peut pas accepter des payments en euros vu que l’UE lui a coupé cette devise….

            +22

          Alerter
        • Logique // 23.04.2022 à 23h05

          De plus le gouvernement russe est très gentil (merci de ne pas mettre tout sur le dos de Poutine, il n’est pas seul à décider, il s’est entouré de gens très compétents, et le peuple en demande maintenant bien plus que lui!), car il pourrait tout simplement couper l’approvisionnement en énergie et en matières premières de l’Union Européenne et là c’est pour cette dernière la catastrophe économique assurée à côté de laquelle les crises précédentes sont des détails de l’histoire (1929, 1972, 2008): arrêt de la production industrielle, problèmes alimentaires, chômage de masse, révoltes, voire guerres et révolution.

            +12

          Alerter
  • David D // 23.04.2022 à 19h28

    Perplexe face au discours de Chomsky.
    En 2014, l’armée UKR était incapable de mater les insurgés et systématiquement elle se laissait enfermer dans des « chaudrons ». Côté UKR, Minsk1 servait à échapper à une défaite imminente grâce au cessez-le-feu provisoire mis à profit pour se réorganiser, et puis reprise aussi sec de l’attaque, re-« chaudrons », Minsk 2, et depuis un front gelé. Quelle que fût l’aide russe, rien à voir avec l’évidence de l’intervention actuelle. Pourtant, les médias ou les gens sur « air défense forum » nous vendent une guerre où la Russie est nulle face à l’armée UKR. En gros, le classement des armées serait 1) la Finlande (40-45) 2) le Donbass 3) l’Ukraine et 4) la Russie. « Air défense forum », je n’y interviens surtout pas, mais pour lire des folies je vais y jeter un œil. Or, à Kiev, il y a des millions d’habitants et Poutine n’a pas envoyé la gomme là-bas. Il me semble plus logique de considérer que les russes ont joué à bloquer des unités là-bas et à déranger le commandement politique et militaire, plutôt que de dire que les russes ont tenté une invasion qui aurait raté. On voit que les UKR sont de nouveau dans des chaudrons (Plaines du Donbass ou Azovstal). On ne sait pas si l’attaque du Donbass est la phase finale, c’est la phase 2. (Kiev attention à tes fesses !) La logistique russe n’est pas parfaite, mais c’est une guerre en ligne sans tapis de bombes aériens. Qui peut juger au doigt mouillé de leur efficacité et apprentissage actuels ?

      +18

    Alerter
    • Logique // 23.04.2022 à 23h13

      « Or, à Kiev, il y a des millions d’habitants et Poutine n’a pas envoyé la gomme là-bas. »

      Bien vu. Un Kiévin a annoncé vouloir détruire le pont de Kertch à la première occasion.
      Réponse russe: si vous le faites, nous ciblons tous les bâtiments administratifs de Kiev.
      Ça calme.
      Mais je me demande du reste pourquoi ce n’est pas déjà fait.

      La guerre est donc tout sauf totale comme vous le relevez très bien. La phase 1 a été très douce, j’imagine espérant une reddition ou une révolution. Mais pas de chance, tous les leviers du pouvoir sont détenus par les extrémistes (c’est comme ça qu’ont dit pour être dans la norme en occident?!) et ce sont des jusqu’au-boutistes qui préfèrent la mort plutôt que de se rendre. Donc phase 2 et c’est très triste.

        +13

      Alerter
      • David D // 24.04.2022 à 11h58

        Dans mon idée, dans une opération militaire, il y a la stratégie. Les objectifs stratégiques déclarés sont la protection des deux régions insurgées (dans leurs frontières d’oblats), la démilitarisation de l’Ukraine et la dénazification (je ne suis pas d’accord avec ceux qui minimisent le nazisme, les symboles sont affichés, les drapeaux rouge et noir sont dans les manifs parisiennes et dire que politiquement c’est un peu différent de l’époque ne change rien au fait que peu importe les nuances on a bien avec ces insignes des gens qui ont les idées les plus sales, un projet à appliquer typiquement horrible et gens qui sont « tempérés » uniquement parce qu’ils ne passent pas au plan international). Kiev n’est pas un objectif stratégique, mais tactique. Or, un choix tactique permet d’envisager plusieurs possibilités : la reddition dans le meilleur des cas ou en tout cas et surtout le fait de couper la tête en pleine action, les élites à Kiev ne contrôlaient plus l’armée et devaient garder des troupes). Une contrepartie, c’est que les occidentaux dénoncent alors une invasion complète du pays. Même le peuple russe ne comprend pas. Et quand les russes se retirent, l’occident parle d’échec selon son interprétation biaisée. Mais je n’exclus pas une phase 3 avec attaque sur Kiev et Boutcha (pour moi, une mise en scène ukr) va inciter les russes à ne jamais relâcher Kherson, vu les représailles que ça entraîne, donc une phase 3 me paraît quand même probable. Mais je n’affirmerai pas savoir.

          +5

        Alerter
        • Anicroche // 25.04.2022 à 10h52

           » à ne jamais relâcher Kherson, »

          Une RP de Kherson est en train d’être constituée sur le modèle des deux RP de Donetsk et Lougansk.

            +6

          Alerter
  • Logique // 23.04.2022 à 23h30

    Il semble qu’il y a une confusion entre une agression criminelle (Vietnam, Algérie, Yougoslavie, Afghanistan, Irak, Libye, Syrie, Yémen, etc.) et une guerre de libération (comme la guerre d’Algérie qualifiée en son temps d’ « événements »).

    Il est temps de mette en application le résultat du référendum du 17 mars 1991.

      +3

    Alerter
  • Grd-mère Michelle // 24.04.2022 à 14h02

    Toujours étonnant de lire des considérations sur la politique des « Grandes Puissances » qui ne tiennent pas compte de la « guerre commerciale » installée dès la fin de la seconde guerre mondiale(alors que les militaires ne POUVAIENT PLUS, en principe, se faire la guerre, étant donné la menace atomique) que se livrent les pontes du Grand Marché et de la Finance (cachés derrière des personnalités politiques qui catalysent l’attention) pour étendre leur domination et perpétuer l’exploitation acharnée des humains et de leur biotope (« l’environnement »).
    Une analyse correcte des événements devrait impérativement, me semble-t-il, en tenir compte…
    Car l’enjeu des conflits actuels est certainement lié à l’appropriation des ressources (eau, sols cultivables, énergies en tout genre et… bonne disposition des humains à se crever à TRAVAILLER, à perdre leur vie à la gagner…).
    « Ce qui va se passer… ne dépend que de nous. », dit N.Chomsky en conclusion.
    Nous= lui, vous et moi… où que nous vivions/quoi que nous subissions…
    Quand les peuples opprimés vont-ils arrêter de se laisser berner, embrigader, de subir, et vont-ils se lever en masse pour construire ensemble le futur de leur progéniture?

      +5

    Alerter
  • Azuki // 24.04.2022 à 17h37

    J’ai arrêté de lire en cours de route. Il y a beaucoup trop d’assertions qui sont des préjugés ou des points de vue erronés ou très partiels qui faussent profondément le raisonnement.

    Ce que Poutine veux n’est absolument pas un mystère 1) si on se donne la peine de l’écouter. 2) Si on prend en compte de ce que l’Otan (= les USA) veut, ce qui est par contre clair comme du jus de boudin.

    Concernant les fameuse rencontre, de toute évidence les Russes n’aiment pas ni la perte de temps ni la fourberie, pour qu’il y ait une rencontre, il faut que la rencontre soit acceptable. Et en plus c’est facile d’accuser l’autre de ne pas répondre a des demandes qu’on ne lui a pas faite, ou que l’on a soi même déclinée.

    Je prendrais comme exemple le déplacement de Macron, qui a eu le droit à une table de 6m pour son impolitesse et avoir refusé le test COVID, et pour laquelle la réaction à chaud de Poutine a commencé par une petite aparté «- Il m’a fait souffrir durant 6h» avant d’arriver a l’essentiel: «- La France n’a aucun pouvoir ni aucune influence sur ce dossier, nous n’avons aucune raison de signer un quelconque accord qui serait totalement dénudé de sens. ».

    Voilà le mystérieux «fonctionnement de Poutine». C’est droit, c’est carré, on ne parle jamais pour ne rien dire. Forcément, avec notre dépendance aux USA, on n’a plus l’habitude; donc on cherche midi à 14h pour comprendre toute la complexité et la perversité de ce qui n’existe pas. Nous sommes corrompu par notre propre machiavélisme.

    Au fait, j’ai beau cocher la case notify, jamais je ne reçois quoique ce soit hors la newsletter, j’ai testé avec une adresse GAFAM, pareil.

      +17

    Alerter
    • Anicroche // 25.04.2022 à 10h47

      « qui a eu le droit à une table de 6m  »

      Taratata, la table faisait 4 m. Facile à vérifier.

        +0

      Alerter
    • Rilko // 26.04.2022 à 10h50

      En effet, l’Occident (pour dire vite) est en train de s’apercevoir que la Russie de Poutine ce n’est ni l’Irak, ni la Libye, ni la Syrie, ni l’Afghanistan etc , champs de manœuvres atlantistes ni non plus un ramassis de moujiks alcoolisés dirigés par une bande d’oligarques tous corrompus avec à leur tête un agent du renseignement du KGB forcément autocratique et paranoïaque (=stalinien). Il y a des mises à jour (douloureuses) à faire.

        +5

      Alerter
    • Grd-mère Michelle // 26.04.2022 à 13h29

      « …on ne sait toujours pas ce que veut Poutine… » : il faudrait surtout s’interroger pour comprendre ce qu’il ne veut pas!
      De toute évidence, une entente cordiale entre la Russie et l’UE leur permettrait à chacune de se passer définitivement des USA et de la Chine, en leur assurant, en premier lieu, une souveraineté alimentaire (échanges de produits sains propices à la santé des populations, ce qui est quand même la principale responsabilité des États dans le cadre, à présent connu, de la dégradation de l’environnement), tout en leur évitant d’aller re-coloniser d’autres régions comme l’Afrique, entre autres. Par ailleurs, elles pourraient ensemble convenir de programmes énergétique et de production raisonnables qui rencontrerait les objectifs précisés par le GIEC…
      Malheureusement, dès le départ, l’UE a été phagocitée par les intérêts du « Grand Marché » qui, lui, a déjà tenté de s’étendre et de s’imposer en Russie, particulièrement lors de l’ère Eltsine, après avoir soudoyé les pays « satellites » de l’URSS (ce qui a conduit à sa défaite, son soi-disant « effondrement »).

        +2

      Alerter
    • Grd-mère Michelle // 26.04.2022 à 13h52

      Suite:
      En constatant les attaques(principalement idéologiques et commerciales) que subissent nos pays depuis plus de 70ans, tout comme l’ambition chinoise avec ses « routes de la soie », ainsi que le délabrement de notre tissu social et de productivité(résultat de notre soumission- pour ne pas dire prostitution- à la logique de « marché », causée par le besoin d’aide « atlantique » au cours de la guerre contre les nazis, et les dettes, notamment morale, que celle-ci a engendrées),
      à la place de Poutine, et au vu de l’encerclement de ses frontières par l’OTAN, j’aurais aussi peur pour mon pays…
      Sans oublier que les eaux territoriales de la Mer Noire sont partagées entre la Russie, l’Ukraine, la Roumanie, la Bulgarie, la Géorgie et… la Turquie!
      Et que, donc, depuis au moins 15ans, des bateaux de guerre US y naviguent …
      Surprenant qu’aucun observateur(à ma connaissance) n’ait évoqué cette situation géographique et politique particulière (depuis des siècles!) de la Mer Noire!?

        +3

      Alerter
  • max // 26.04.2022 à 11h19

    Pour de nombreuses raisons l’opération militaire qui aurait du être bouclé rapidement n’a pas eu lieu.
    En 1er on est plus en 2014 ou Marioupol était tenu par les forces du Donbass, il y avait de fortes manifestations a Odessa et a Kharkov, l’armée ukrainienne dans l’est se faisait décimer.
    A l’époque, l’armée Russe n’a pas défendu Marioupol et les défenseurs du Donbass, qui tenaient la ville, ont été décimé par les Azov, en ce qui concerne Kharkov et Odessa l’armée russe n’a pas réagit et donc la répression de l’armée ukrainienne a été féroce.
    En 2eme la Russie est remplie d’Occidentalistes jusque au plus haut sommet de l’état, nombre d’entre eux ont informé l’OTAN des préparatifs de la Russie. La Russie n’est pas la Chine qui a épuré son appareil d’état des George Soros et compagnie.
    (114) Comment la Chine a ridiculisé l’espionnage américain – YouTube
    3eme La Russie a veillé, jusqu’à récemment, a ce que le courant électrique, l’eau, les transports ferroviaires soient maintenue en l’état pour la plus grande joie de Kiev et même pour le gaz qui continue a être livré a l’Allemagne, Kiev continue a se servir via les pipelines, en son temps la Serbie n’a pas eu cette chance, l’OTAN a tout cassé.
    Pour le navire Moskva, ce navire, malgré sa proximité, n’a pas intercepté les hélicoptères qui tentaient d’aller a Marioupol, le navire a été coulé a 50km d’Odessa c’est-à-dire largement a porté des missiles ukrainiens, sa place aurait du rester en Syrie.
    Dans sa détermination la Russie n’a pas été prise au sérieux, il est fort possible que maintenant elle le soit.

      +3

    Alerter
  • Yanka // 01.05.2022 à 19h54

    « Il y a beaucoup de débats savants pour sonder les recoins profonds de l’âme tordue de Poutine afin de découvrir pourquoi il a décidé d’envahir l’Ukraine. »

    Ce genre de jugement sert la vérité ? Et est-il besoin de tant chercher que ça, ailleurs que dans la tête à Poutine, ce prétendu chaudron de sorcière, pour connaître la motivation non de Poutine, mais des Russes ?
    Chomsky est vieux, mais il est loin d’être sage. Il semble toujours croire en cette fable de l’exceptionnalisme américain, et ignorer ce qu’est spirituellement la Russie.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications