Les Crises Les Crises
25.avril.202225.4.2022 // Les Crises

La guerre en Ukraine ne doit pas faire des Russes un « peuple ennemi »

Merci 392
J'envoie

L’invasion de l’Ukraine par Vladimir Poutine a ouvert les vannes d’un déferlement d’hystérie nationaliste et de haine contre un supposé peuple russe ennemi. Même dans les pays éloignés de la ligne de front, la guerre pousse à une abominable déshumanisation.

Source : Jacobin Mag, Laboratoire du Futur
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Des policiers russes immobilisent un homme lors d’une manifestation non autorisée contre l’invasion militaire en Ukraine, le 6 mars 2022, à Moscou, en Russie. (Vladimir Pesnya / Epsilon / Getty Images)

Une épidémie a à peine eu le temps de s’achever qu’une autre est arrivée à sa place – une épidémie de déshumanisation. Des milliers de personnes apparemment pacifiques et civilisées ont montré leur capacité à atteindre des niveaux bestiaux de haine envers leur propre espèce.

La vague de russophobie qui se lève actuellement en Europe a déjà balayé l’apport bien reconnu de la science et de la culture russes et le patrimoine de l’humanité. Même l’habituellement acceptable Fyodor Dostoïevski, que les élites occidentales ont adoré pour son esprit sincèrement réactionnaire, n’a pas été épargné.

Mais où se situe la responsabilité des compositeurs russes décédés depuis longtemps, tels que Dmitri Chostakovitch ? Ceux qui refusent aujourd’hui de jouer sa musique, en invoquant des motifs politiques, auraient tort de ne pas savoir qu’il n’a jamais été un flagorneur de la cour et qu’il avait des relations tendues avec le pouvoir. Heureusement, il y a quelques exceptions.

Sans parler de nos propres scientifiques russes, torturés par les sanctions de leur propre gouvernement pendant des années. La réforme de l’Académie des Sciences en 2013 en est l’exemple le plus notable. Certains bienfaiteurs ont même commencé à insister pour qu’Alexandra Elbakyan – la créatrice de l’agrégateur de bourses gratuites SciHub – ferme boutique. Tout le monde comprend que cela reviendrait à jeter une pierre tombale sur nos jeunes étudiants frappés par la pauvreté.

Les ONG internationales, sous diverses formes pacifiques, semblent se livrer à une compétition pour savoir qui sera le premier à exclure la Russie et les Russes de leurs rangs. Même le serment d’Hippocrate n’est pas un obstacle à l’hystérie chauvine. Les actions d’OncoAlert, le réseau international d’oncologues qui s’est retiré de toutes les collaborations et de tous les congrès en Russie, nous donnent envie de leur dire : « Médecin, guéris-toi toi-même. »

La propagande officielle russe répond par l’affirmative. L’Allemagne n’aurait pas été assez dénazifiée, disent-ils en réponse à toute accusation venant du côté allemand. En conséquence, la banale bravade « Nous pourrions refaire la Seconde Guerre mondiale » a pris des allures menaçantes. Cependant, le mérite revient à notre peuple : nous ne voyons pas de menaces massives contre des expatriés pacifiques, et nous ne pouvons pas non plus observer de sanctions « ciblées » contre les étrangers.

Tout cela ne concerne que des pays qui ne sont pas actuellement en guerre ; les mensonges et la haine échangés par la propagande de guerre russe et ukrainienne sont bien pâles en comparaison. Néanmoins, c’est consternant. L’auteur a pu communiquer avec un homme dans la ville assiégée de Kherson. Sa haine envers les troupes russes est facile à comprendre. Mais une autre chose est plus effrayante : la perception de la réalité comme s’il s’agissait d’un jeu vidéo. D’un côté, un héros armé d’une mitraillette et d’un cocktail Molotov, de l’autre, des hordes d’orcs de l’horrible Mordor oriental.

Il est également facile de comprendre la haine de l’adversaire venant de quelqu’un qui a été presque brûlé à mort par des nationalistes ukrainiens dans la maison des syndicats d’Odessa en 2014. Mais quand il continue à justifier la cruauté asymétrique par cette tragédie, cela le déshonore non seulement en tant que communiste mais aussi en tant qu’humain.

Après tout, l’un des principaux objectifs de la propagande spécifique est de déshumaniser l’adversaire. C’est simplement parce qu’une personne ordinaire a très peu de chances d’être capable de tuer quelqu’un comme elle sans un conditionnement psychologique spécial. Cependant, étant donné la grossièreté et la faible qualité de la propagande dans le conflit actuel, il est peu probable qu’elle ait pu provoquer à elle seule l’épidémie actuelle de déshumanisation.

Le manque d’humanité au quotidien

Nous en arrivons ici à l’aspect le plus amer de tout : le fait que l’étincelle actuelle de cruauté internationale était en préparation depuis longtemps. Et pas par une sorte de cabinet fantôme mondial, mais par le fonctionnement quotidien du capitalisme néolibéral. Le plus facile à observer est l’exemple de l’Europe occidentale, qui n’avait pas pris les armes depuis longtemps. On pourrait penser qu’un homme ordinaire, dont les besoins sont satisfaits et qui ne risque pas d’être enrôlé, serait docile et bon vivant. Mais au lieu de cela, nous voyons une créature rancunière, cruelle et réceptive aux mensonges les plus agressifs.

Nous avions assisté à une occurrence à la micro-échelle du même paradoxe dans la Scandinavie des années 1990. Nous pouvons admirer autant que nous le voulons les États-providence qui disparaissent progressivement en Suède et en Norvège. Mais peut-on vraiment qualifier de béate la terre qui a donné naissance au black metal vénérant les Nazis, pleine de haine sincère, la terre où Varg Vikernes et Anders Breivik ont commis leurs atrocités ?

Mais si nous sommes opposés à l’idée de faire porter la responsabilité collective à l’ensemble du peuple russe, nous devons également résister à l’idée de faire porter le chapeau à tous les Européens. D’autant que la profonde hétérogénéité et les contrastes marqués inhérents à l’Europe sont l’une des raisons de l’événement qui nous intéresse.

Il n’existe pas de fraternité démocratique des nations. L’Union européenne et les autres structures adjacentes sont des organisations profondément hiérarchisées. Dès l’avènement de la crise économique mondiale, cela a été tout à fait évident, même de là où nous sommes installés. Personne n’a poussé les bureaucrates de l’euro à réunir le Portugal, l’Irlande, la Grèce et l’Espagne sous l’appellation péjorative de « PIGS. » [cochons, NdT]

Et puis, il y a ceux qui se situent en dehors de la hiérarchie européenne – les migrants et les réfugiés. Nombre de nos compatriotes deviendront probablement eux aussi tels des hilotes sans droits, suivant en cela les traces des malheureux Ukrainiens. Le politiquement correct permet une forme sophistiquée de ségrégation sociale. Mais on apprend à l’Européen ordinaire à mépriser ceux qui ne font pas partie du « milliard d’or » nominal – comme les Russes appellent les habitants des pays riches – et à estimer que leur vie vaut bien moins cher que la sienne. L’Europe n’a pas de paix sociale. De plus, il n’y a même pas une fragile illusion de collaboration entre les classes, comme le permettaient les États-providence de l’Europe d’après-guerre. Au lieu de cela, il y a le chômage, l’impuissance des restes d’États-providence et la dégradation de la culture.

Toutes les formes d’inégalité et de ségrégation décrites ci-dessus ne sont qu’un élément de l’oppression de classe. Et cela devient de plus en plus flagrant à mesure que les vieilles nations européennes poursuivent leur décadence.

Avec des armes, les gens tuent les gens

Les libéraux russes et occidentaux s’aventurent souvent à dire que puisque le peuple russe ne se soulève pas contre le gouvernement, il partage avec lui la responsabilité des événements actuels. Mais certaines objections s’imposent : premièrement, notre peuple se bat, bien qu’avec une énergie épuisée. La faiblesse du mouvement n’est pas due à un manque d’enthousiasme, mais à la peur, à l’inexpérience et au manque d’organisation.

Deuxièmement, une telle logique de responsabilité collective peut aller très loin – et alors, nos frères et sœurs de l’Ouest devraient partager la responsabilité de tout l’impérialisme américain – même ceux qui ont protesté contre les guerres au Vietnam et en Irak. Après tout, ils n’ont pas été capables de les arrêter.

Enfin, le tribunal de Nuremberg ne jugeait pas le peuple allemand, mais les organisations criminelles qui ont déclenché et mené la guerre de destruction.

Les défenseurs de « l’opération militaire spéciale » exonèrent le gouvernement russe de toute responsabilité en affirmant que la Russie est un impérialiste faible, acculé dans un coin par la grande bête et obligé de se protéger. Cependant, tout peut être excusé de cette façon. Certaines analogies me viennent à l’esprit. En particulier, le site web russe qui dresse la liste des « traîtres au pays » semble être une copie des sites web similaires créés en Ukraine après l’Euromaidan ou par Sviatlana Tsikhanouskaya et ses camarades pendant la crise politique en Biélorussie.

On en a assez dit sur les motivations économiques de chacune des parties. Nous laisserons cela aux économistes. Les élites de Russie, d’Ukraine et de l’Occident en général ne manquent pas de basses raisons – contrairement aux considérations idéalistes annoncées – non seulement pour déclencher le conflit mais aussi pour le prolonger. De plus, certaines d’entre elles sont partagées par tous les participants en toute solidarité. « L’opération spéciale » va tout effacer, pensent les capitalistes du monde entier : la politique intérieure bâclée, l’incapacité à sortir de la crise économique mondiale, l’impuissance à combattre le coronavirus.

Entre-temps, le coronavirus n’a pas disparu. Les dirigeants corrompus, étrangers aux intérêts des peuples, n’ont pas été en mesure de vaincre la pandémie – ils l’ont simplement écartée. Ces dernières années, les citoyens russes ont pu constater que, même en période de difficultés, le gouvernement ne met pas de frein aux affaires et ne freine pas la spéculation sur les produits essentiels. Nous avons vu de nombreux exemples de charlatans ayant des relations haut placées et profitant cyniquement de notre peur du virus. L’exemple le plus révélateur est celui du gadget miracle « Tor », annoncé pour tuer les virus et fabriqué par le « Granit Concern ». Il s’est avéré que sa production était liée à des personnes profondément impliquées dans l’oligarchie du pays, les services secrets (FSB) et l’entourage de Vladimir Poutine lui-même.

Oui, les gros bonnets se battent entre eux, mais ils sont tous complices pour nous voler. Non, il n’est pas nécessaire de commencer à chercher une conspiration mondiale ou un jeu truqué ici ; la question est celle des intérêts communs. Quoi qu’il arrive – le profit doit continuer à se développer. Et les opprimés, en tant que principale source de profit, doivent rester obéissants à leurs maîtres : au front ou à l’arrière, dans les provinces russes en feu ou à l’agonie, dans la Roumanie pauvre ou la Belgique bien nourrie.

Mais ce que l’on fait de plus horrible aux citoyens ordinaires du monde entier, c’est que l’on nous apprend à considérer nos frères et sœurs d’infortune, non pas même comme des adversaires, mais comme les représentants d’une espèce biologique différente. Quant aux organisateurs et aux bénéficiaires des conflits, ils conservent intact leur niveau de relations antérieur. Les sanctions sont introduites de manière sporadique, et de nombreux oligarques s’y soustraient par des moyens triviaux, comme le transfert de leurs avoirs à leurs proches et à leur entourage. C’est par exemple ce qu’a fait Alexei Mordashov, patron de l’entreprise sidérurgique et minière Severstal. S’il y a quelques excès – comme un sénateur américain cinglé qui propose de faire assassiner le président russe – ce ne sont pas ceux-là qui comptent.

Alors, comment pouvons-nous dire que les opprimés sont des frères et sœurs ? Le mécanisme le plus crucial de déshumanisation mutuelle est l’imposition d’une solidarité nationale artificielle, la fausse unité des oppresseurs et des opprimés, des chasseurs et des proies. Cela s’est produit à de nombreuses reprises dans l’histoire. Au fil des années de propagande massive, beaucoup ont été amenés à penser que les classes étaient une invention des marxistes. Mais aujourd’hui, nous n’avons que deux options : la solidarité de classe – et à travers elle, la solidarité humaine – ou la déshumanisation complète.

Dans une atmosphère d’hystérie et d’intimidation généralisées, il est impératif de rappeler que la vie continue et que rester humain est la première nécessité. Tout représentant de l’Homo Sapiens appartient d’abord à l’humanité, ensuite à sa classe sociale – et à une entité nationale ou ethnique, tout en bas de la liste.

Combattre la déshumanisation des deux côtés du front est d’une importance cruciale. C’est quelque chose qui est en notre pouvoir. C’est quelque chose que nous pouvons contrôler. Nous avons du pain sur la planche. Nous devons nous arracher mutuellement à l’hypnose de la propagande de guerre, aider à construire des liens en ruine, calmer ceux qui sont paralysés par la panique. La liste des tâches à accomplir est sans fin.

Il est peu probable que nous puissions arrêter les chars, mais nous pouvons facilement soutenir ceux qui se battent pour sauver des vies et préserver la décence humaine des deux côtés de la ligne de front. Nous tenons à accorder une attention particulière au Front des travailleurs d’Ukraine, qui a refusé de se joindre à l’hystérie nationaliste et se consacre à l’action humanitaire au profit de la population civile des territoires ravagés par la guerre. Il s’agit d’un contraste frappant avec les ONG internationales et les pays anciennement neutres qui fournissent une aide militaire sous couvert de fournitures humanitaires.

« L’opération spéciale » prendra fin, et nous devrons vivre dans ses suites. Mais si nous laissons la xénophobie et la ferveur nationaliste s’installer, les gens ordinaires continueront à souffrir, et différentes sortes de prédateurs et de parasites continueront à s’en nourrir. Ce n’est qu’en préservant l’humanité et en nous débarrassant des stéréotypes qui nous sont imposés que nous pourrons nous unir, survivre dans les moments difficiles et reconstruire les pays pillés et détruits. Et ensuite présenter notre facture à ceux qui ont enclenché ce cauchemar.

A propos de l’auteur :

Laboratoire du Futur est un blog collectif sur la modernisation de la Russie, au service des travailleurs.

Source : Jacobin Mag, Laboratoire du Futur, 01-04-2022

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Vercoquin // 25.04.2022 à 09h33

« La vague de russophobie qui se lève actuellement en Europe »
N’est pas apparue, comme ça, ex nihilo, le 24 février 2022.
Elle a été savamment ensemencée, entretenue, nourrie, par nos « amis » étazuniens depuis des lustres.
Depuis la fin de l’URSS, les USA se sont décrétés seuls vainqueurs de la guerre froide. Donc autorisés à détruire la Russie, par tous les moyens.
« Ceux qui ne sont pas avec nous sont contre nous », on sait ce que ça veut dire depuis 2003 et le discours de Villepin à l’ONU.
Suivisme de la France depuis la réintégration à l’OTAN de Sarko.
Propagande anti russe permanente.
Censure des médias tous inféodés aux trusts néo-libéraux.
Maccarthisme effréné contre toute la culture russe.
J’attends que Jean-Michel Aphatique nous dise que Jules Verne n’a pas le droit d’avoir écrit « Michel strogoff ».
De quel droit, nous français, participons-nous à la guerre contre la Russie ?
Que nous ont fait les citoyens russes ?
Que nous ont fait les citoyens ukrainiens pour les envoyer au casse-pipe ? poussés par les nazis, poussés par l’UE, poussés par l’OTAN, poussés par les USA.
???????

42 réactions et commentaires

  • louis // 25.04.2022 à 08h44

    En cette triste période il serait intéressant de relire la lettre de Victor Hugo au capitaine Butler relative au sac du palais d’été. Extrait: »… les gouvernements sont parfois des bandits, les peuples jamais… »
    https://www.monde-diplomatique.fr/2004/10/HUGO/11563

      +16

    Alerter
  • Fritz // 25.04.2022 à 08h55

    Merci pour cette analyse, elle est utile bien qu’elle soit bridée par une certaine idéologie (perceptible dès le qualificatif du « réactionnaire » Dostoievski). L’exclusion des Russes est générale dans le monde occidental. J’ai déjà dit comment j’avais été repris par une élève choquée parce qu’en classe, j’avais prononcé le nom de Kiev à la russe et non à l’ukrainienne (Kyiv).

    L’inhumanité ordinaire qui a préparé la déferlante russophobe remonte à plusieurs années : on se souvient de l’extrême indifférence de l’Occident aux victimes de Beslan (2004) et d’Odessa (2014).

    Et lorsqu’on constate l’avancement du plan américain de transformation de l’Ukraine en base antirusse, on se dit que l’attaque russe était inévitable sinon justifiée.

      +33

    Alerter
    • antoniob // 25.04.2022 à 12h48

      >j’avais prononcé le nom de Kiev à la russe et non à l’ukrainienne (Kyiv).
      —–

      Faut lui montrer que les ukrainiens disent le nom de Paris à la polonaise/russe: Parije…
      Et que c’est du double standart car Munich/München, Anvers/Antwerpen, Londres/London, Cologne/Köln
      Et ensuite lui montrer copies de cartes et documents d’époque comment aprés les guerres tatares les polonais créent la ville de Stanilasow devenue Stanislav sous Staline puis renommée par les soviétiques en 1963 en honneur d’un écrivain ukrainien Ivano-Frankovsk, renommée par les néo-ukrainiens galiciens Ivano-Frankivsk poil-au-ivsk…
      Comment Odessa est nommée d’aprés l’Odyssée et comment il y a 4/5 ans c’est renommé Odesa…

        +9

      Alerter
    • patoche // 25.04.2022 à 16h03

      Le chef du Pentagone a expliqué sa volonté de «voir la Russie affaiblie» à son retour de Kiev, où il a annoncé une aide militaire supplémentaire à l’Ukraine. (Source RT France 25/04)
      L’Allemagne qui retrouve ses fondamentaux veut débloquer plus d’un milliard d’euros d’aide militaire à Kiev (16/04)
      Etc.
      Si le scénario finalisé en 2014 se vérifie l’UE en sortira très mal en point au minimum économiquement.

      Il y a une saison 2 dans le viseur du pentagone: en Chine évidemment.
      Le China bashing n’a rien à envier à la propagande de guerre anti russe. C’est du copier:coller.

        +7

      Alerter
  • Vercoquin // 25.04.2022 à 09h33

    « La vague de russophobie qui se lève actuellement en Europe »
    N’est pas apparue, comme ça, ex nihilo, le 24 février 2022.
    Elle a été savamment ensemencée, entretenue, nourrie, par nos « amis » étazuniens depuis des lustres.
    Depuis la fin de l’URSS, les USA se sont décrétés seuls vainqueurs de la guerre froide. Donc autorisés à détruire la Russie, par tous les moyens.
    « Ceux qui ne sont pas avec nous sont contre nous », on sait ce que ça veut dire depuis 2003 et le discours de Villepin à l’ONU.
    Suivisme de la France depuis la réintégration à l’OTAN de Sarko.
    Propagande anti russe permanente.
    Censure des médias tous inféodés aux trusts néo-libéraux.
    Maccarthisme effréné contre toute la culture russe.
    J’attends que Jean-Michel Aphatique nous dise que Jules Verne n’a pas le droit d’avoir écrit « Michel strogoff ».
    De quel droit, nous français, participons-nous à la guerre contre la Russie ?
    Que nous ont fait les citoyens russes ?
    Que nous ont fait les citoyens ukrainiens pour les envoyer au casse-pipe ? poussés par les nazis, poussés par l’UE, poussés par l’OTAN, poussés par les USA.
    ???????

      +66

    Alerter
    • moshedayan // 25.04.2022 à 13h17

      Vercoquin, vous avez raison…
      mais je vais pratiquer l’auto-censure, éviter d’en dire trop… simplement « ce genre d’articles… en ce moment, c’est autant « pisser dans un violon… » quand les événements ont commencé à l’Est de l’Ukraine en 2014 à cause de Poroshenko…avec l’ATO…au Donbass… j’étais en colère… et vous à l’Ouest qu’avez-vous fait…. Rien, rien de rien.. Au contraire vous avez mis un voile… et puis avec les fameux Accords de Minsk (au fond de m…) vous avez permis à l’Ukraine de s’armer davantage…. et vous admirez Zelensky …et votre pays a décidé de participer à la guerre en envoyant de l’armement lourd maintenant… Quand les Russes ont réussi à détruire l’unité S 300 donnée par la Slovaquie… nous étions quelques uns à s’en réjouir ici en Slovaquie…et quelques uns ont exigé la démission du gouvernement… En France… Rien… ce n’est pas en envoyant des armes que vous obtiendrez la paix… Il faut attendre une défaite totale des dirigeants ukrainiens actuels pour espérer la paix maintenant.. tout le reste c’est du flanc ! ps. nombre de vos journalistes osent dire maintenant – l’Ukrainie c’est notre guerre ! Eh bien vous en aurez les conséquences….

        +27

      Alerter
      • Fritz // 25.04.2022 à 19h34

        Bonsoir, @moshedayan. L’Occident veut la guerre, il l’aura. Mais il est désolant d’en arriver là : notre bêtise et notre lâcheté, à l’ouest, sont abyssales et criminelles. Tout a commencé dans les années 1990, quand on a copié le discours américain (les USA, « vainqueurs de la guerre froide » : tu parles !), quand la France est rentrée dans l’OTAN (merci Chirac) avant d’oublier qu’elle en était sortie sous de Gaulle, et quand l’OTAN a bombardé la Serbie, avec l’appui empressé du même Chirac qui multipliait les discours de guerre.

        Quos Iupiter perdere vult, dementat : ceux que Jupiter veut perdre, il les rend fous. Mais en attendant, il est dommage que ce délire occidental aboutisse à une guerre fratricide. Car Kiev est l’un des berceaux de la Russie, et c’est la domination lituanienne et surtout polonaise qui a éloigné l’Ukraine du reste de la Russie.

        J’espère que la Russie tiendra bon, et que l’Ukraine se relèvera en union avec la Russie.

          +19

        Alerter
        • Lohr64 // 27.04.2022 à 20h07

          Fritz, Chirac President c’est 1995-2007. Le retour dans l’OTAN c’est 2009 (Sarkozy)

            +2

          Alerter
          • Incognitototo // 27.04.2022 à 21h35

            Il faut surtout se rappeler que la France n’a en réalité jamais quitté l’OTAN seulement le « commandement intégré »… mais également que c’est un traité d’assistance mutuelle de défense en cas d’agression extérieure, pas un dispositif permettant de faire la guerre aux autres, et qu’en tout état de cause chaque pays signataire reste totalement libre de participer ou pas aux actions menées par cette alliance.

            https://fr.wikipedia.org/wiki/Relations_entre_la_France_et_l%27OTAN

              +4

            Alerter
        • Justiz // 29.04.2022 à 14h45

          « J’espère que la Russie tiendra bon, et que l’Ukraine se relèvera en union avec la Russie. »
          Vous êtes complètement a coté de la plaque! Jamais l’Ukraine ne pardonnera ces atrocités et ne reviendra dans le giron de la Putin de Moscou. Jamais! Quand au délire occidental, permettez moi de vous dire qu’il vaut mille fois plus que la misère kleptocratique de la Russie actuelle, qui ne produit que des armes et des hydrocarbures, voit ses jeunes partir et sa population décliner.
          Slava Ukraina! Gloire aux Héros!

            +4

          Alerter
        • Havoc // 01.05.2022 à 20h39

          J’espère que les Russes vont tous se transformer en Bisounours et élire un gros Bisounours à leur tête.

          Et alors, les Russes vivront le rêve communiste et la corruption aura disparu. Tout le monde voudra aller vivre en Russie.

            +0

          Alerter
    • Basile // 25.04.2022 à 13h25

      Cette russo phobie est à rapprocher de nos événements politiques en France ces derniers années. Rappelez vous, il y a peu encore, il était impossible sur un plateau télé de dire qu’on vote Le Pen. Aussitôt c’était l’accusation de raciste etc …

      Des voix venant de divers réseaux sociaux se sont libérées, notamment sur le plateau d’une chaînes accusée d’avoir créé Z.

      Ces mêmes voix, que je ne citerais pas pour ne pas leur faire de la peine, se sentent obligées aujourd’hui de rejoindre le troupeau de la bien pensance anti russe. A la rigueur, ça se borne à dire pour obtenir le droit de revenir : la Russie est l’agresseur. Sans vision historique .

      Ces gens très pointus et clairvoyants en politiques intérieure, n’ont aucune connaissance géopolitique. Et bien sûr, lors du débat du second tour, MLP s’est bien gardée de risquer sa tête en prenant position.

      Le simple fait d’avoir dit il faudra se rapprocher de la Russie a suffit à la stigmatiser

        +11

      Alerter
    • Louis // 27.04.2022 à 08h59

      Yes sir, les empires utilisent la haine et la division comme moyen d’assurer leur extension. Lorsque j’écoute les arguments de l’excellente historienne Annie Lacroix-Riz j’ai l’impression qu’il existe une certaine continuité entre les évènements graves des années d’après guerre et la situation actuelle. La France devrait se limiter à l’humanitaire et c’est déjà beaucoup..

      https://www.youtube.com/watch?v=nsh7RuhyAhg

        +2

      Alerter
    • Azuki // 28.04.2022 à 15h28

      Les USA ne veulent pas d’amis. Il veulent des «alliés» soumis (UE) ou des ennemis (RU). Ils avaient l’opportunité de se faire des amis avec les Russes à la chute du mur, leur choix a été l’inverse. ILS ONT BESOIN EN PERMANENCE D’ENNEMIS et s’en crée de nouveaux ou réutilisent les anciens quand il n’en ont plus assez.

      C’est finalement le fonctionnement de cette nation hyper-compétitive et hyper-violente qui ne voit le monde que par la loi du plus fort, qui socialement met au pinacle ceux qui écrasent les autres, et qui n’est satisfaite qu’en écrasant les autres.

      On ne dira jamais assez la toxicité des US, il sont nés sur un des plus grand génocide de l’Humanité et ils n’ont quasiment jamais cessé d’être en guerre. Ils n’ont cessé d’être violents et hyper-compétitif dans tous les aspects de leur société, avec un fort relent d’appropriation culturelle et religieuse où ils serait «le peuple élu» pour dominer la Terre.

      Bien entendu toute réalité est toujours complexe et non-homogène, mais au niveau de l’entité «US», au niveau social comme en géopolitique, c’est bien ce qui en découle.

        +5

      Alerter
    • HR // 28.04.2022 à 16h49

      D’où croyez vous qu’elle vienne l’islamophobie ? Qui fait monter et utilisent les ultra nationalistes et extrémistes en tout genre en europe et ailleurs pour propager le pire de l’homme ? Qui utilise, finance, fourni des armes aux terrorismes ? Qui politise tout en faisant de la propagande de la peur, de la haine, du rejet d’un bouc émissaire tout désigné ? C’est le simple individu qui n’a que comme préoccupation travailler, pouvoir nourrir sa famille, vivre en paix avec sa spiritualité comme guide ou pas dans la préservation des valeurs morales et humaines universelles ? C’est toutes ces hyènes immorales qui dirigent le monde, ne manipulant et ne divisant que simples peuples, car des peuples unis, déterminés et éveillés à défendre leurs droits et libertés, ne sont que la pire menace sur leur emprise et domination.

        +0

      Alerter
    • METZGER // 30.04.2022 à 12h21

      C’est bien dommage que vous ne suiviez pas RIA Novosti et les merveilleuses émissions de propagande anti-occidentales et dont les animateurs et intervenants sont payés pour attiser la haine. Un très fameux cinéaste y a une émission, relayée sur internet, que n’aurait pas renié Goebbels.
      Mais bon, il faut être Russophone.
      Le dialogue est devenu impossible avec les membres de ma famille en Russie : ils sont complètement abrutis par cette propagande mensongère qui n’a aucun contre-pouvoir. Il prétendent que la vérité n’est qu’un montage truqué occidental, des fakes. Même moi, ils ne me croient plus et ne me font pas l’aumône de ma bonne foi. Ils n’écoutent plus rien, et sont fanatisés.
      Maintenant Poutine prépare l’opinion publique à la mobilisation générale et à la guerre nucléaire. Faut cesser de voir la faute de notre côté et les USA ont bon dos !

        +2

      Alerter
      • Havoc // 01.05.2022 à 21h12

        En même temps, vous seriez président d’un pays pas très riche de 200 millions d’habitants et vous auriez fait en deux mois, près de 20 000 morts dans l’armée, détruit 500 chars, perdu une poignée d’hélicoptères, une vingtaine d’avions de chasse, laissé couler l’un de vos trois plus gros croiseurs et perdu une dizaine de militaires de haut-rang sur le front, vous chercheriez certainement une manière ou une autre pour que vos concitoyens ne puissent ni évaluer votre action, ni la commenter. En tout cas moi, je ferais comme lui !

          +0

        Alerter
  • Carlos // 25.04.2022 à 09h58

    La haine anti russe bat son plein…parait qu’ils y en a même qui boycottent les entremets Francorusse !! C’est dire…perso on m’a demandé de déplanter le Rhus qui est dans mon jardin, mais je m’y oppose au nom de la liberté des arbres et de l’expression.

      +14

    Alerter
  • Hiro Masamune // 25.04.2022 à 11h01

    Juste une petite question : A qui profite le crime ? Les actions des marchands d’armes et des pétroliers ont crevé le plafond.
    Je sais plus qui disait un truc du genre : « La guerre c’est des gens qui ne se connaissent pas et qui se massacrent sans vraiment savoir pourquoi pour les bénéfices biens compris de gens qui se connaissent très bien. » Après le reste n’est que construction d’un récit ; « gentils/méchants » « ma guerre est juste » etc … c’est du marketing pour vendre de la guerre.
    Alors oui, le discours marketing omniprésent nous vends sans doute trop bien la guerre, mais le plus gros problème à mon sens n’est pas la merde qu’on dit, mais bien le fait d’avoir des populations prêtes à les croire.

      +22

    Alerter
    • Jean // 26.04.2022 à 00h25

      @Hiro Masamune,

      « La guerre, c’est le massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent et ne se massacrent pas. » Paul Valéry

        +8

      Alerter
  • Fabrice // 25.04.2022 à 11h39

    Il est clair que l’on a toujours pas compris que l’on ne favorise pas la paix quand on voit les réactions aberrantes comme celles-ci :

    https://www.lefigaro.fr/musique/le-royal-opera-house-ecarte-le-chef-d-orchestre-russe-pavel-sorokin-20220307

    https://www.lindependant.fr/2022/03/18/aude-le-chateau-saint-louis-propriete-dun-viticulteur-russe-au-bord-de-la-faillite-10178971.php

    https://www.sudouest.fr/lot-et-garonne/agen/guerre-en-ukraine-agen-met-un-terme-au-jumelage-avec-la-ville-russe-de-tuapse-10006394.php

    pouvez-vous me dire pourquoi l’on arrive à ce point de bêtise ? mais aussi quand on voit que l’on réquisitionne des biens de russes ou que l’on ferme des radios je peux le comprendre et encore si on était en guerre avec la Russie or je n’ai constaté aucune déclaration dans ce sens dans ce cas sur quel point de droit l’on se réfère à une telle action ? Charles Gave résume les conséquences à termes qui voudra investir dans un pays ou une région du monde si à la moindre opposition avec son pays l’on réquisitionne les biens personnels ? qu’on coupe les Russes résidant chez nous de leur accès à leur compte bancaire ?

    Le point qui se pose sommes nous encore dans un état de droit ? à terme si on vous considère opposé (gilet jaune ou autre) au gouvernement on peut vous priver de vos fonds (le canada ne s’est pas gêné : https://www.20minutes.fr/monde/3236175-20220215-convoi-liberte-manifestants-canadiens-risquent-gel-comptes-bancaires-oui) désormais qu’est-ce qui nous différencie des régimes que l’on considère comme non démocratique si l’on passe outre l’état de droit ?

      +25

    Alerter
  • RGT // 25.04.2022 à 11h47

    D’après ce que je vois sur les manifestants anti-guerre et les tortures qui leurs sont infligées la « Russie de Poutine » et vraiment pire que la Corée du Nord.

    Regardez la photo « Des policiers russes immobilisent un homme lors d’une manifestation non autorisée contre l’invasion militaire en Ukraine, le 6 mars 2022, à Moscou, en Russie ».

    On constate avec effarement que les forces de l’ordre russes utilisent des techniques de tortures avancées provenant du KGB qui permettent de tuer un manifestant sans qu’il ne porte la moindre trace de violence : Pas d’œil crevé ni de main arrachée, aucune blessure apparente mais on voit bien qu’il est mort dans d’atroces souffrances mais sans aucune trace de violence apparente.

    Poutine est encore plus sournois que je pouvais le penser.

    Alors qu’en France on se contente d’interdire de photographier ou de filmer les actions bienfaisantes des « forces de l’ordre » pour que les archers du Roy ne passent pas pour des lopettes auprès des autorités russes bien sûr.

    Concernant le FOND du problème de cette guerre (que je réprouve fortement, comme toutes les guerres quelles qu’elles soient), « nos » élites semblent ignorer l’histoire, les humiliations subies par l’ensemble du peuple russe et ignorent aussi les nombreux avertissement que ce pays a envoyé à la « communauté internationale bienfaisante » autoproclamée en lui demandant d’arrêter de foutre le bordel.

    La SEULE solution consiste à installer des bases de missiles nucléaires au Canada et au Mexique pour tenter de faire une reprise de la crise des missiles de Cuba s’étant résolue par le retrait des missiles en Turquie et en Grèce en échange de ceux de Cuba.

    Par contre les nouveaux dirigeants n’ont plus l’intelligence de ceux du début des années 60 et préféreront se lancer dans une guerre nucléaire TOTALE plutôt que de reconnaître leurs responsabilités.

    Ça résoudrait le problème du changement climatique, la planète serait entièrement stérilisée…

      +15

    Alerter
    • Havoc // 01.05.2022 à 21h01

      Vous avez raison, en observant finement la photographie de l’arrestation d’un manifestant, quel que soit l’endroit au monde où cela se produit, on dispose déjà largement de suffisamment d’indices pour savoir ce que cette arrestation implique pour la personne emmenée par les forces de l’ordre. C’est clair et évident, je me demande comment les gens ne comprennent pas cela.

        +0

      Alerter
  • Remi // 25.04.2022 à 14h09

    https://twitter.com/ACheinine/status/1509128502091649024?t=w9jZs1Mobf86Dgy6ly4CDQ
    Affiche dans les rues de #Moscou : “les pièces de Tchekhov ne sont plus jouées en Europe, mais nous n’en aimons pas moins Shakespeare… On ne touche pas à la culture » https://t.co/vcb1NZfz3T

      +8

    Alerter
    • Havoc // 01.05.2022 à 21h05

      C’est Mikhail Boulgakov, qu’il faut jouer, c’est même urgent ! Et d’abord à Moscou, si possible.

        +0

      Alerter
  • Leterrible // 25.04.2022 à 14h57

    Quelle est la différence entre un meurtrier et un assassin ?

    Parmi les homicides volontaires, la loi distingue deux cas :
    L’homicide volontaire n’a pas été prémédité : il s’agit d’un meurtre.
    L’homicide volontaire a été prémédité : il s’agit d’un assassinat. « Prémédité » signifie que l’action de tuer a été planifiée à l’avance et mûrement réfléchie par son auteur.
    …………………
    C’est seulement après avoir décidé de la culpabilité qu’on s’intéresse aux éventuelles circonstances atténuantes..pour atténuer la peine minimum encourue.
    …………………
    Pour éviter de causer dans le vide des « groupies » mieux vaudrait éviter d’inverser la procédure..Non?

      +1

    Alerter
    • Lazslo // 25.04.2022 à 22h04

      Merci Leterrible. Je crois avoir compris …
      Mais, .. heu, alors les gouvernements ukrainiens qui se livrent à une épuration ethnique au Donbass depuis 2014, … on les appelle comment ?
      https://www.youtube.com/watch?v=VLXtWfTcLC4&t=7s
      https://www.youtube.com/watch?v=6Oh-IE2zmJc&t=216s

        +3

      Alerter
      • Leterrible // 25.04.2022 à 23h40
        • Anicroche // 26.04.2022 à 09h11

          Vous avez omis de nous parler du cas de légitime défense.

            +1

          Alerter
          • Leterrible // 26.04.2022 à 14h51

             »  »  » Le concept de légitime défense a été introduit en droit international parallèlement à l’interdiction du recours à la force armée, dont il est la contrepartie. Comme en droit civil, le droit de légitime défense est défini comme une exception au principe de non-recours à la force ; son exercice doit être proportionné à l’agression subie et la riposte doit être immédiate. Dans l’art. 1 de la résolution 3314 du 14 décembre 1974, les Nations unies précisent les circonstances nécessaires : « L’agression est l’emploi de la force armée par un État contre la souveraineté, l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique d’un autre État, ou de toute autre manière incompatible avec la Charte des Nations unies, ainsi qu’il ressort de la présente définition. »

            Ainsi, est une agression une invasion, mais aussi un blocus ou un bombardement. L’arrêt Activités militaires et paramilitaires au Nicaragua de la Cour internationale de justice (27 juin 1986) y ajoute « l’envoi par un État ou en son nom de bandes et de groupes armés (…) contre un autre État d’une gravité telle qu’il équivaut à une véritable agression accomplie par des forces régulières »  »  » « .
            https://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9gitime_d%C3%A9fense

              +0

            Alerter
  • Rilko // 25.04.2022 à 17h30

    On ne peut que saluer une telle profession de foi. Mais à ce niveau de généralité elle n’est guère convaincante. Déclarer « Combattre la déshumanisation des deux côtés du front est d’une importance cruciale. C’est quelque chose qui est en notre pouvoir. C’est quelque chose que nous pouvons contrôler. Nous avons du pain sur la planche. » reste bien abstrait. On aurait aimé qu’à propos de déshumanisation l’auteur fît état, par exemple et entre autres, des monstruosités barbares que les milices et autres bataillons ukronazis enrôlés dans l’armée ukrainienne commettent sur les civils du Donbass et soldats russes capturés. Parler « de quelqu’un presque brûlé vif » dans la maison des syndicats d’Odessa en 2014 incendiée par les mêmes néo-nazis alors qu’il s’agissait de 42 personnes brûlées vives n’est plus un euphémisme mais semble relever soit de l’autocensure soit de la mésinformation.

      +10

    Alerter
    • Castor // 26.04.2022 à 20h46

      Ce « quelqu’un presque brûlé vif » est un témoin auquel l’auteur a pu parler. Il ne s’agit en aucune façon du nombre de victimes dans l’incendie criminelle de la maison des syndicats.

      Par contre j’ai du mal à comprendre l’auteur lorsqu’il parle de « la cruauté asymétrique dans cette tragédie ». Où sont les actes de cruauté de l’armée Russe ou en quoi surpassent-ils ce qui se fait du côté Ukrainien ?

      Cela semble faire écho aux très probables mises en scène destinées à discrédité l’armée d’invasion dont celle de Bucha (pourquoi les Russes auraient-ils laissé sur place la preuve de leur forfait ? D’autant qu’il s’agit d’un retrait volontaire). Connaissant l’historique des mises en scène depuis Timissoara, à la place de l’auteur je resterais prudent. Il est probable que l’on en saura davantage une fois la guerre terminée sur les crimes de sang gratuits commis de part et d’autre. D’une façon générale, plus une armée est sous pression, plus le spectre de la défaite étend son ombre, moins elle a de scrupules. Or jusqu’à présent c’est quand même l’armée Ukrainienne qui est sur la défensive.

        +5

      Alerter
      • Azuki // 28.04.2022 à 15h58

        Des crimes de guerre «ponctuels» sur le terrain il y en a toujours, même quand il s’agit de soldat Français! Mais n’est-ce pas la guerre elle même qui est un crime ?

        Sur ce que j’ai vu dans les informations sporadiques que l’on peut trouver, c’est que les Russe, contrairement à l’Otan qui bombarde massivement, détruis les pays et les entraînent dans le chaos, le Russe font une guerre au sol pour épargner tant que possible les civils en ayant a l’esprit qu’une fois fini, il va falloir reconstruire avec le meilleur niveau de légitimité et d’acceptation de la population possible. Ça n’a rien, mais rien a voir avec les guerres US en Afghanistan, Irak, Syrie, Mali etc. ou les US se contrefoutent des populations civiles.

        Après comme je disais, la guerre c’est la guerre, donc une horreur par nature. Mais qui l’a voulue ? Les Russe en pleine reconstruction depuis la fin de la terrible période Eltsine et éprise de stabilité ? Les chinois qui, avec une population extrême en nombre, sont obsédés par la stabilité ?
        Si on a un devoir, c’est de mettre en lumière les comportements coupables et mettre en lumière leur actions, c’est tellement indispensable que Julien Assange en subit les terribles conséquences par une guerre totale d’un empire contre un seul individu !

          +2

        Alerter
        • Havoc // 01.05.2022 à 20h54

          On voit bien sur les photos que les Russes s’efforcent de détruire le moins de choses possible pour n’avoir pas à débourser après. C’est encore plus nickel que lorsque les USA opèrent des frappes chirurgicales. A peine si on remarque les coutures. Les Syriens opposants à Assad conservent un souvenir ému de cet artisanat de la guerre comme seuls les soldats de l’Armée Rouge ont su le préserver.

          Comme je l’ai lu dans un journal moscovite, ça n’a rien à voir avec la boucherie opérée par les G.I.s à Bamako, je ne me rappelle plus quand.

            +0

          Alerter
  • Guise // 25.04.2022 à 17h50

    C’est juste une augmentation de la propagande anti russe à la « Top gun », un temps concurrencée par la propagande anti-arabe qui justifiait les invasions américaines des années 2000…

    Les Russes nous ont quand même libérés d’Hitler, même si la propagande médiatique constante fait tout pour nous le faire oublier.

    Faudrait pas que ces Européens pensent à s’allier aux Russes, plutôt qu’aux libéraux américains. L’Europe est une base US, non ?

      +12

    Alerter
    • Havoc // 01.05.2022 à 20h50

      Les Russes ne nous ont pas libérés de Hitler, ils ont essayé de nous envahir avant que les Américains le fassent.

      Ce sont les Américains qui ont gagné.

      A Berlin, match nul.

      Souvenir de Cavanna, abasourdi de constater que Maria (qui était ukrainienne) tremblait de terreur en apprenant qu’elle allait être « libérée » par les Soviétiques.

        +1

      Alerter
  • DVA // 25.04.2022 à 18h47

    J’aime tout les peuples du monde…bcp moins et souvent les politiciens corrompus qui les dirigent…Sinon, après l’antirussisme…y a déjà les antichinois depuis un bon moment..et après la Russie (si elle tombe) c’est la Chine déjà dans le viseur !http://www.china-embassy.org/eng/fyrth/202204/t20220425_10673526.htm

      +3

    Alerter
    • Anicroche // 26.04.2022 à 09h14

      « et après la Russie (si elle tombe)  »

      Un peuple uni jamais ne sera vaincu.

        +4

      Alerter
    • Havoc // 01.05.2022 à 20h47

      La France peut en finir avec la Chine en moins de dix ans sans utiliser aucun armement.

      La Révolution de Mao a été une révolution paysanne.

      Il suffit qu’on leur envoie une armée de conseillers financiers du Crédit Agricole: dans dix ans, ils se sont tous suicidés.

        +0

      Alerter
  • Incognitototo // 27.04.2022 à 02h25

    Quelle « russophobie » ??? À part pour les habituels bas du front qui ne ratent jamais une occasion de déverser leur haine sur tout et n’importe quoi, on est vraiment à côté du sujet. Cela fait vraiment penser à ces stratégies de diversion et d’amalgame où on ne peut plus parler d’un sujet sans être taxé des différents anathèmes pour couper court à toute interrogation et à tout débat. Si on est contre la politique de l’État d’Israël, on est forcément antisémite ; et si on est contre la politique de Poutine on est forcément russophobe ET hystérique ; et si on s’interroge sur la constante du peuple russe à supporter (vouloir ?) des tyrans, idem.

    C’est pourtant « simple », tout ce qui justifie, excuse, approuve ou pire se réjouit de la guerre déclenchée par Poutine est inentendable :
    – il ne s’agit pas de racisme antirusse, mais du rejet des méthodes brutales et criminelles de Poutine qui se prend pour un tsar tout puissant,
    – absolument rien ne peut justifier et encore moins excuser cette guerre territoriale et hégémonique,
    – si on est pour bannir des rapports internationaux la loi du plus fort, alors rien ne peut justifier cette guerre,
    – si on est pour le respect des intégrités territoriales, alors rien ne peut justifier cette guerre…

    Et à tous les commentateurs qui ne vont pas manquer de me tomber dessus en me ressortant les vieilles rengaines sur l’OTAN et autres, abstenez-vous ; ce n’est pas un match de foot qui est en train de se passer en Ukraine ; et si vraiment vous êtes pro-Poutine, allez donc vivre en Russie ; vous y serez bien accueilli et leur armée a besoin de criminels supplétifs.

    Bref, faudrait peut-être revenir un peu sur terre. Des gens meurent à cause des délires de toute puissance de Poutine et il est indéfendable ; et ce peuple de kholops que j’ai tant aimé, notamment pour ses combats pour s’affranchir de leurs maîtres (au point d’avoir fait russe en première langue au lycée), tout autant de le vénérer.

      +10

    Alerter
  • Christian Gedeon // 27.04.2022 à 10h57

    De belles paroles…cf Dalila. La vérité est que les us et l’OTAN et l’UE sont entrés en guerre non dite contre la Russie. Et que ça fait des russes des ennemis pour une bonne partie de l’opinion publique matraquée par les médias. Quand on y regarde de plus près tout ça a commencé à Timisoara, et à continué avec les méchants serbes et les horribles irakiens, s’est poursuivi avec la Syrie et la Lybie…on a beau savoir qu’un incroyable tissu de mensonges est le point commun de tout ça, ça se poursuit. Il me semble que V Poutine a largement sous estimé le principe de plus c’est gros plus ça passe… sans compter que clairement l’armée russe, en dehors des troupes d’elite, ne vaut pas tripette manifestement.

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications