Les Crises Les Crises
9.septembre.20199.9.2019 // Les Crises

Amazon Alexa conserve vos données sans aucune date limite, et en plus les partage

Merci 387
J'envoie

Source : Cnet, Alfred NG, 02-07-2019

Un sénateur américain a posé les questions et Amazon a fourni les réponses et vous n’avez peut être pas envie de les entendre.

Dans une lettre au sénateur Chris Coons, Amazon explique qui peut conserver les enregistrements de vos conversations avec Alexa.
Chris Monroe/CNET

Si vous avez la gueule de bois au sujet de votre votre vie privée en ce qui concerne Amazon et son assistant intelligent, Alexa, vous n’êtes pas le seul. Même après qu’Amazon a envoyé des réponses à un sénateur américain qui avait des questions sur la façon dont le géant de la technologie conserve les données vocales et les transcriptions, le législateur demeure préoccupé par les pratiques d’Alexa en matière de confidentialité.

Chris Coons, sénateur démocrate du Delaware, a envoyé une lettre au PDG d’Amazon, Jeff Bezos, en mai, demandant des réponses concernant Alexa et la durée de conservation des enregistrements vocaux et des transcriptions, ainsi que l’utilisation des données. Cette lettre fait suite au rapport du CNET [site Web d’information traitant de micro-informatique, d’Internet et de nouvelles technologies, NdT] dévoilant qu’Amazon conservait les transcriptions des interactions avec Alexa, même après que les gens aient effacé les enregistrements vocaux.

La date limite pour les réponses était le 30 juin, et le vice-président des politiques publiques d’Amazon, Brian Huseman, a envoyé une réponse le 28 juin. Dans sa lettre, Huseman dit à Coons qu’Amazon conserve les transcriptions et les enregistrements vocaux indéfiniment, et ne les supprime que s’ils sont supprimés manuellement par les utilisateurs.

Huseman a également fait remarquer qu’Amazon déployait des « efforts continus pour s’assurer que ces transcriptions ne restent dans aucun des autres systèmes de stockage d’Alexa ». Mais la lettre a révélé qu’il y a tout de même des enregistrements de certaines conversations avec Alexa qu’Amazon ne supprimera pas, même si les gens suppriment le fichier audio.

Les préoccupations en matière de protection de la vie privée ne se limitent pas aux assistants vocaux, sachant que la technologie intelligente se faufile dans un nombre croissant d’articles ménagers comme les sonnettes et verrous de porte d’entrée. Et les entreprises de technologie ne sont pas toujours très honnêtes quant au type de données qu’elles recueillent ou du degré de contrôle que vous pouvez exercer.

« Les citoyens américains méritent de comprendre comment leurs données personnelles sont utilisées par les entreprises de technologie, et je continuerai à travailler tant avec les consommateurs qu’avec les entreprises pour identifier la meilleure façon de protéger les informations personnelles des Américains », a déclaré Coons dans un communiqué.

Amazon, contacté pour commentaire, a renvoyé à sa lettre pour plus de précisions.

Dans sa lettre à Coons, Amazon a précisé que pour les demandes d’Alexa qui impliquent une transaction financière, comme la commande d’une pizza ou l’appel pour un covoiturage, Amazon et les développeurs des compétences peuvent garder une trace de cette transaction. Ce qui veut dire qu’il existe un registre de presque tous les achats que vous faites sur Alexa d’Amazon, ce qui peut être considéré comme des renseignements personnels.

D’autres demandes, y compris le paramétrage de rappels et d’alarmes, seraient également sauvegardées, a fait remarquer Huseman, affirmant que c’était là quelque chose que les clients souhaitaient.

« Les clients ne le souhaiteraient pas, et d’ailleurs ne s’attendraient pas non plus à ce que la suppression de l’enregistrement vocal supprime les données sous-jacentes ou empêche Alexa d’exécuter tâche demandée », a déclaré Huseman dans sa lettre.

Cette fonctionnalité a soulevé des inquiétudes au sein des groupes de protection de la vie privée, qui ont découvert que la fonction « Mémoire » [Remember this NdT] d’Alexa ne supprimait pas l’information stockée à moins que les gens n’appellent le service client d’Amazon pour supprimer complètement leur profil. Amazon précise que ce problème, qualifié de bug, a depuis été corrigé.

Selon Coons, ces réponses d’Amazon n’incitent pas vraiment à la confiance.

« La réponse d’Amazon indique bien que les transcriptions des interactions vocales des utilisateurs avec Alexa peuvent ne pas être supprimées de tous les serveurs d’Amazon, même après qu’un utilisateur ait supprimé un enregistrement de sa voix, c’est une éventualité qui demeure ouverte », a déclaré le législateur dans un communiqué. « De plus, ce qui n’est toujours pas clair, c’est dans quelle mesure ces données sont partagées et comment ces informations sont utilisées et gérées par des tiers. »

Amazon précise que les transcriptions sont utilisées pour perfectionner son assistant vocal, et aussi pour que les clients puissent savoir ce qu’Alexa estimait avoir entendu en cas de commandes vocales. Ces transcriptions ne sont pas faites sous couvert d’anonymat – Amazon a expliqué qu’elles sont associées au compte de chaque utilisateur.

Vous pouvez lire la lettre ici :

Publié à l’origine à 12 h 54 pm Pacific Time

Mise à jour à 14 h 20 pm Pacific Time : est ajoutée la précision qu’Amazon a corrigé un problème de rétention de données sur l’édition Echo Dot Kids.

Source : Cnet, Alfred NG, 02-07-2019

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

emmanueL // 09.09.2019 à 07h46

Evidemment. À quoi les utilisateurs s’attendaient-ils ? Il y a un moment où il faut savoir (un peu) réfléchir, sous peine de ne pouvoir s’en prendee qu’à soi-même…

20 réactions et commentaires

  • Le Belge // 09.09.2019 à 07h39

    Déjà acheter chez Amazon c’est limite. Mais acheter des produits 100 % Amazon c’est complètement idiot car ils ne sont conçus que dans l’intérêt d’Amazon (connaître ses clients jusque dans les moindres recoins de leur intimité). Est-ce que les lois sur le voyeurisme ne pourraient-elles pas être appliquées dans ce cas ?

      +12

    Alerter
  • emmanueL // 09.09.2019 à 07h46

    Evidemment. À quoi les utilisateurs s’attendaient-ils ? Il y a un moment où il faut savoir (un peu) réfléchir, sous peine de ne pouvoir s’en prendee qu’à soi-même…

      +33

    Alerter
    • Matt // 09.09.2019 à 12h39

      Bonjour emmanueL

      A titre tout à fait personnel, je n’avais jamais vraiment réfléchi aux méfaits d’Alexa. Ce que j’en connaissais jusqu’à présent c’était son utilité pour classer l’audience des sites internets (un équivalent pro de Google Analytics, https://www.alexa.com/siteinfo/les-crises.fr), sans même savoir qu’il s’agissait d’une filiale d’un Gafa (Amazon).

      Si je ne m’abuse, l’Alexa dont il est question ici concerne des produits connectés (exemple : https://www.amazon.com/Amazon-Echo-And-Alexa-Devices/b?ie=UTF8&node=9818047011) et non pas de l’outil d’analyse statistique.

      Je le précise car il y a peut-être d’autres lecteurs qui découvrent le lien entre le très populaire et très puissant outil web Alexa Ranking et ces bidules connectés totalement inutiles et énergivores (on fait fonctionner des serveurs pour des besoins totalement superficiels).

      Incidente sans rapport : un sénateur du Delaware (https://en.wikipedia.org/wiki/Chris_Coons) qui se plaint d’un usage illégal des données personnelles quand on sait que cet Etat prospère sur le camouflage des comptes / résultats financiers des firmes multinationales … c’est un peut la gale qui se moque de la peste.

        +2

      Alerter
    • Pousse-fumier // 10.09.2019 à 11h38

      Parfaitement.
      Mais j’ai été surpris de constater, en discutant avec des proches, à quel point ils sont convaincus qu’une machine programmée pour nous entendre ne pourrait pas aussi nous écouter…en silence.
      L’absence de réflexion sur ces questions est tout bonnement affligeante.

        +6

      Alerter
    • jack_sosey // 12.09.2019 à 01h48

      Merci tu m’évites de dire l’évidence.
      C’est ce que j’ai fait remarqué la 1ère fois qu’on m’en a parler :
      ‘T’achètes un micro connecté et tu te plaint d’être surveillé ?’

        +1

      Alerter
  • M.Smith // 09.09.2019 à 08h36

    Merci Alexa ! Donc le seul moyen de supprimer ses données c’est manuellement à la force du poignet en renversant les serveurs et en bousillant les disques durs ou autres supports.

      +8

    Alerter
  • Patrick // 09.09.2019 à 08h52

    Il y a deux moyens de protéger nos données personnelles :

    – ne jamais faire confiance à la technologie et ne jamais lui confier nos données ( mais ce n’est pas toujours possible , il y a des choses que l’on ne maîtrise pas , sauf à exclure toute techno numérique de notre vie )

    – fournir au contraire un maximum de données fausses pour créer du bruit et rendre inefficace les algos.

    On peut aussi mixer les deux techniques , mais il ne faut pas rêver … il y aura toujours des données qui resteront utilisables à notre insu.

      +13

    Alerter
    • V23Bis // 09.09.2019 à 14h07

      C’est pas un problème de technologie , c’est avant tout un problème de droit. Interdisez les collectes et mettez ceux qui les organisent sur la ligne verte sans prescription possible et on aura la paix.

        +4

      Alerter
      • Patrick // 09.09.2019 à 20h55

        interdire .. interdire ..
        ah la la .. le nombre de trucs interdits que nous faisons quand même.
        Si un truc est techniquement possible , alors quelqu’un le fera , quelque soit la réglementation.
        Et si ce n’est pas une boite privée , ce sera l’état qui le fera au nom de la sécurité et de l’intérêt général.

          +4

        Alerter
      • Matt // 09.09.2019 à 22h22

        @Patrick

        Il y a tout un tas de limites qui font que ce que vous semblez présenter comme une règle automatique n’est en fait qu’un arbitrage.

        Parmi les limites les plus évidentes :
        • le coût d’une innovation, si elle n’est pas rentable elle ne se fait pas
        • les nuisances potentielles, si l’innovation entraîne des “externalités” elle ne se fait pas

        C’est toute la différence entre une invention (= création du “savant” dans son labo) et l’innovation (= exploitation industrielle de l’innovation). Aucune automaticité entre les deux, et heureusement.

        Et il n’est pas difficile d’anticiper : il y aura de plus en plus de limites volontairement mises en place entre invention et innovation, au moins pour deux raisons :
        • raréfaction des matières premières
        • estimation des pollutions / des émissions carbones

        En savoir plus, notamment à propos de l’impérieuse nécessité des “low-tech” : https://www.youtube.com/watch?v=Bx9S8gvNKkA

          +0

        Alerter
      • jack_sosey // 12.09.2019 à 01h57

        C’est bien gentil mais si t’interdit la collecte d’information faudra que tout les sites que tu consultes devienne payant.
        Google, Facebook et Youtube ce font de l’argent grâce à nos données, soit en les revendant soit en s’en servant pour des pubs ciblées. C’est leur gagne pain.
        ‘Quand on te dit que c’est gratuit c’est Toi le produit.’
        Si demain il faut payer pour regarder Youtube (je parles pas de ta facture internet) ça va mal tourner.
        Sur le principe je te comprends mais dans la pratique les gens vont déchanter très vite.

          +0

        Alerter
  • Jeremia // 09.09.2019 à 13h27

    Superficiel, superflu, polluant, nuisible… une seule place pour ce genre de gadget : la poubelle. Malheureusement il faut s’attendre à ce que ça se vende malgré tout, les consommateurs adorent être maltraités !

      +5

    Alerter
  • grumly // 09.09.2019 à 14h10

    Ce n’est pas qu’Amazon, Google, Apple, Microsoft ont avoué écouter les recherches, sûrement que d’autres le font. D’ailleurs on n’a pas besoin d’un micro pour écouter, avec un haut parleur ça marche aussi, c’est le même principe. Ça me rappelle que ma box internet a un petit haut parleur intégré qui ne sert jamais.

    Dans un autre genre, si vous avez un compte gmail, vous pouvez voir l’historique de vos achats. Google lit vos emails, cherche les factures, et les regroupe dans un menu rien que pour vous. Enfin j’imagine que ça peut leur servir à savoir si vous avez acheté quelque chose suite à l’affichage d’une pub. Pour supprimer l’historique il faut rechercher les factures et les supprimer dans vos emails, pas dans ce menu. https://myaccount.google.com/purchases?pli=1

      +0

    Alerter
  • Inox // 09.09.2019 à 21h14

    Le problème de ces services, que ce soit amazon, google ou autres, est que le moteur de reconnaissance vocal est en ligne. L’appareil envoie ce que vous dites sur des serveurs, et c’est chez eux que l’audio est analysé par une IA pour vous renvoyer un resultat.

    A partir de là, ils ont les moyens techniques de faire absolument ce qu’ils veulent, de tout sauvegarder à votre insu, jusqu’à ecouter ce qui se passe chez vous à tout moment.

    Tout fonctionne sur la confiance.. Perso j’en ai absolument aucune.

      +4

    Alerter
  • RGT // 09.09.2019 à 21h49

    Si Amazon ne se contentait pas SEULEMENT de faire des conneries avec Alexa…

    En ce moment ça commence à barder en Californie (état qui héberge pas mal de GAFA) avec le système de reconnaissance facile d’Amazon utilisé par la police qui fait souvent des “petites” confusions.

    Au point qu’un un législateur californien sur cinq est reconnu comme étant un criminel.

    Ouups !!!

    Du coup, en février, une proposition de loi a été émise visant à interdire les systèmes de reconnaissance faciale et biométrique des caméras de surveillance de la police…
    Avec la loi (contraire à la loi fédérale) imposant la neutralité d’Internet cet état (qui héberge la majorité des sociétés qui conçoivent ces systèmes et dont les propriétaires ne VEULENT pas se retrouver emmerdés par leurs propres produits qu’ils connaissent parfaitement) la Californie nous montre la voie à suivre pour ne plus devoir subir ces “miracles technologiques”.

    Et dire qu’en Grande Bretagne ces caméras sont déployées partout et qu’on veut aussi nous les imposer en France.

    Kate Rose, une hacker américaine a eu l’idée (avec Dave Maass de l’Electronic Frontier Foundation) de créer une ligne de vêtements qui permet aux personnes qui les portent d’être considérées comme des automobiles et ainsi de passer sous les radars de la vidéosurveillance : https://www.theguardian.com/world/2019/aug/13/the-fashion-line-designed-to-trick-surveillance-cameras.

    Comme ces systèmes sont plus que cons je pense que des hackathons vont bientôt être organisés par des citoyens à travers le monde pour les mettre en vrac.

    Imaginez seulement un “radar de tronçon”, avec deux compères à pied qui se synchronisent pour que le radar détecte un piéton portant une plaque d’immatriculation “circulant” à 300 km/h…

    Et surtout la tête du propriétaire légitime du véhicule qui recevra une photo de l’infraction avec un piéton de dos portant SA plaque.

    Comme il faut faire du chiffre, le centre de traitement des PV ne vérifie même pas la cohérence des “flashs” le PV sera expédié directement au propriétaire du “véhicule” en étant signé par un officier de police assermenté !!!

      +2

    Alerter
  • Galvan // 09.09.2019 à 22h41

    Conserver des données personnelles sans rapport proportionnel avec leur usage est tout simplement complètement en contradiction avec la législation GDPR.
    Celle-ci s’appliquant pour tout citoyen membre de l’UE quelque soit la localisation du ou des serveurs.
    Il va falloir que l’UE fasse respecter cette loi et ne se couche pas, comme d’habitude, devant les intérêts économiques US.
    La punition pour cette loi c’est entre 2 et 4% du chiffre d’affaire. Ca fait un beau pactole …

      +1

    Alerter
  • Irae // 10.09.2019 à 22h21

    Dans idiocracy la société est tellement devenue conne que le héros, sombre crétin projeté dans le futur passe pour un génie.
    Idiocracy nous y sommes. Si dans 1984 les humains ont un mouchard indésirable à domicile, si en Roumanie du temps des Causcescou les citoyens planquaient le téléphone sous des coussins, il y a d’ores et déjà au XXIè siècle des couillons assez bêtes pour payer pour se faire espionner volontairement et tout ça pour un truc au moins aussi vital que “alexa joue ma chanson” magie qui rabiboche une mère et son fils. Plus la ficelle est grosse plus ça marche.

      +2

    Alerter
  • L’Effaré // 13.09.2019 à 18h17

    Bonjour. La naïveté de certains lecteurs m’étonnera toujours. A quoi s’attendre dans un système où le dernier pillage où la dernière extraction de richesse rendue possible par les progrès de la technologie est celle de la vie privée des gens en échange de “services” plus ludiques qu’utiles à long terme. Acheter sur Internet sur des sites comme Amazon ou Ebay consiste en fait à vendre DÉFINITIVEMENT sa vie privée contre des babioles éphémères, polluantes et de mauvaise qualité. Amazon garde par exemple les numéro de carte bleue de ses clients avec tous leurs paramètre indéfiniment. LE MOT “EFFACER” N’EST JAMAIS UTILISÉ par Amazon qui emploie le terme ” APPARAÎTRE” dont chacun appréciera la nuance orwellienne.. Accor , Ebay font de même mais sans le déclarer ouvertment ce qui est encore plus choquant. Ah la bonne surprise de débarquer dans un Etap Hotel pour la première fois parfois dans un pays étranger et de découvrir à l’enregistrement de son nom apparaître à l’écran son numéro de carte bleue tout prêt et cela dans un établissement où l’on a jamais mis les pieds. Bonne soirée avec Amazon, google, fesse bouc, twitter snapchat, Windows, Apple, Iphone, Android, GPS embarqués jamais déconnectables , et autre gentils animaux de compagnie … Tout ça est quasi gratuit profitons-en même si en fait c’est EXORBITANT. car si cela ne coûte pas cher cela finit par nous coûter très “chair”.

      +0

    Alerter
  • Dominique65 // 15.09.2019 à 14h10

    « Les citoyens américains méritent de comprendre comment leurs données personnelles sont utilisées par les entreprises de technologie »
    Seuls les citoyens « américains », c’est à dire étasuniens ? Les autres n’ayant aucun droit ?

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications