Les Crises Les Crises
31.janvier.202431.1.2024 // Les Crises

L’assaut d’Israël sur Gaza ne ressemble à aucune guerre de mémoire récente

Merci 201
J'envoie

Qu’il s’agisse du rythme et de l’ampleur des massacres de civils, de l’assassinat de groupes protégés ou du type de munitions, la guerre d’Israël contre Gaza est une campagne exceptionnellement brutale qui ne ressemble à rien de connu.

Source : Jacobin, Branko Marcetic
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Des Palestiniens se rassemblent au milieu des décombres de bâtiments détruits à la suite d’un bombardement israélien à Deir El-Balah, dans la bande de Gaza, le 18 décembre 2023. (Majdi Fathi / NurPhoto via Getty Images)

Il n’a fallu que deux mois au gouvernement israélien pour tuer plus de 17 000 Palestiniens à Gaza – un bilan reconnu comme exact par les principaux groupes humanitaires, le département d’État américain, un haut fonctionnaire de l’administration Biden, la prestigieuse revue médicale Lancet et même les Forces de défense israéliennes (IDF).

C’est une statistique importante, car c’est peut-être l’indicateur principal – mais en aucun cas le seul – que ce que nous voyons se dérouler quotidiennement à Gaza n’est pas « juste une autre terrible guerre », mais quelque chose de tout à fait différent.

Considérons le verdict de ceux qui ont passé leur vie et leur carrière dans les pires zones de guerre du monde. Martin Griffiths, fonctionnaire humanitaire de longue date des Nations unies qui a commencé sa carrière au Cambodge, ravagé par un génocide, et qui a servi partout, du Yémen à la Syrie après le tremblement de terre, a qualifié Gaza de « pire crise humanitaire » qu’il ait jamais vue. D’autres fonctionnaires de l’ONU ont qualifié Gaza de « cauchemar vivant » et « d’absolument sans précédent et stupéfiant », et ont décrit les conditions sur le terrain comme « apocalyptiques. »

« J’ai l’impression d’être à court de mots pour décrire les horreurs qui frappent les enfants ici », a déclaré James Elder, porte-parole de l’UNICEF. Le responsable des Affaires étrangères de l’Union européenne, Josep Borrell, a lui aussi qualifié la situation à Gaza de « catastrophique, apocalyptique », l’ampleur des destructions étant « encore plus grande que celles subies par les villes allemandes pendant la Seconde Guerre mondiale. »

Ces déclarations sont confirmées par les chiffres, qui montrent clairement que la campagne militaire d’Israël a été exceptionnelle par sa brutalité aveugle. Fidèle aux propos de Borrell, une analyse du Financial Times a révélé qu’après seulement six semaines, le nord de la bande de Gaza avait été réduit à l’état de ruines, à une échelle qui n’est comparable qu’au bombardement des villes allemandes pendant la Seconde Guerre mondiale. Avec 68 % des bâtiments endommagés ou détruits dans le nord de Gaza au début de ce mois, la destruction de cette zone est pire que les célèbres bombardements de Dresde et de Cologne, et se rapproche du taux de destruction de 75 % de Hambourg.

En outre, environ 70 % des Palestiniens tués jusqu’à présent étaient des femmes et des enfants. Il s’agit d’une proportion stupéfiante qui distingue Gaza de certaines des pires guerres de ce siècle.

Au plus fort de la guerre civile syrienne en 2015 et 2016, un conflit considéré comme particulièrement meurtrier pour les femmes et les enfants, ces deux groupes représentaient 25 % des civils tués selon un décompte, ou 37 % selon un autre. Lorsque les décès de civils en Afghanistan ont atteint un niveau record au premier semestre 2021, les femmes et les enfants représentaient 46 % de l’ensemble des victimes civiles. Au cours des deux premières années de la guerre d’Irak, ce chiffre était légèrement inférieur à 20 %. Au Yémen – généralement considéré comme l’une des guerres les plus horribles de ce siècle – de 2018 à 2022, les femmes et les enfants représentaient 33 % des victimes civiles, selon les données compilées par le Civilian Impact Monitoring Project, projet de surveillance de l’impact sur les civils de la violence armée. (Si l’on tient compte des causes indirectes de la guerre, comme la famine et les maladies, les chiffres du Yémen sont nettement plus élevés).

« Gaza est en train de devenir un cimetière pour enfants », a déclaré le mois dernier le secrétaire général des Nations unies, António Guterres. En effet, les enfants de Gaza, qui représentaient près de la moitié de la population de l’enclave avant la guerre, ont été tués à une échelle inégalée par les autres conflits récents.

Après seulement trois semaines d’attaques, les forces israéliennes ont tué plus d’enfants à Gaza que le nombre d’enfants tués dans tous les conflits mondiaux au cours d’une année entière, dépassant ce total pour chaque année depuis 2019. En fait, avec un bilan de plus de 7 870 morts parmi les enfants de Gaza, les forces israéliennes ont tué presque le même nombre d’enfants que ceux tués dans toutes les guerres du monde au cours de ces trois années combinées (8 174).

Selon Al Jazeera, en deux mois seulement, les forces de défense israéliennes ont tué presque le même nombre d’enfants que ceux tués au cours des onze années de la guerre d’Afghanistan (8 099) et presque le double du nombre officiel d’enfants tués au cours des sept années et demie de la guerre du Yémen (3 774). Même si l’on prend en compte le nombre effroyablement plus élevé d’enfants tués au cours des douze années de guerre civile en Syrie (30 127), la moyenne de sept enfants tués par jour reste largement supérieure au taux de 160 enfants par jour atteint par Israël – un taux qui, s’il reste constant, dépasserait le nombre d’enfants tués au cours de la guerre syrienne en moins d’un an.

Le nombre de victimes de cette guerre dépasse celui des conflits similaires

Ces chiffres sont déjà très mauvais. Mais même si nous regardons au-delà du nombre d’enfants tués et que nous comparons la campagne israélienne à des zones de guerre où les enfants ne représentent pas une proportion aussi élevée de la population qu’à Gaza, cette guerre reste exceptionnellement brutale.

Les massacres aveugles et disproportionnés n’ont rien d’inhabituel dans les différentes guerres qu’Israël a menées à Gaza au fil des ans. Mais celle-ci se démarque encore de toutes les autres. Selon une analyse réalisée par Yagil Levy, professeur de sociologie à l’université ouverte d’Israël, même une estimation très prudente du nombre de civils tués dans la guerre actuelle d’Israël – 61 % – le situerait à un niveau bien supérieur à celui des précédentes campagnes militaires d’Israël dans le territoire, plus élevé même que le nombre moyen de civils tués dans toutes les guerres menées depuis la Seconde Guerre mondiale jusqu’aux années 1990.

Selon les Nations unies, à l’heure où nous écrivons ces lignes, 19 453 Palestiniens ont été tués à Gaza, dont plus de 13 000 femmes et enfants, ce qui situe le nombre total de civils palestiniens tués quelque part entre ces deux chiffres (sans compter les disparus ou les personnes ensevelies sous les décombres). Les responsables israéliens affirment avoir tué 5 000 combattants du Hamas, un chiffre douteux qui signifierait en fait que presque tous les Palestiniens tués pendant la guerre n’étaient pas des civils. Ce chiffre est encore plus douteux si l’on considère que les 30 000 combattants du Hamas ne représentaient que 1,4 % de la population de Gaza avant la guerre.

Quoi qu’il en soit, il convient de comparer ce chiffre aux 15 000 civils tués par des actions militaires directes entre 2015 et 2019 au Yémen, généralement considéré comme l’une des pires guerres de ce siècle. Le nombre de Palestiniens tués jusqu’à présent, après un peu plus de deux mois de bombardements israéliens et d’invasion terrestre, est supérieur au nombre annuel de morts pendant la plupart des années du conflit au Yémen, selon une estimation prudente.

La campagne israélienne a également dépassé la brutalité de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, qui a suscité l’indignation d’une grande partie du monde au cours des deux dernières années. Il a fallu 21 mois pour que le nombre de civils tués dépasse les 10 000 en Ukraine, dont plus de 560 enfants. En revanche, il n’a fallu que quarante-cinq jours à Israël pour franchir le seuil des 10 000 femmes et enfants tués, et il a tué au moins 583 enfants palestiniens après seulement six jours.

Ou encore la ville syrienne d’Alep, pratiquement synonyme de carnage humain insensé tout au long des années 2010. Environ 31 000 personnes sont mortes à la suite de la campagne notoirement cruelle et aveugle menée pendant quatre ans par le gouvernement syrien pour reprendre la ville, ce qui signifie qu’Israël est déjà plus qu’à mi-chemin d’atteindre ce total en une fraction du temps. En fait, la moyenne mensuelle de 8 589 Palestiniens tués au 7 décembre dépasse de loin les mois les plus meurtriers et même certaines années de la guerre syrienne dans son ensemble, une guerre considérée comme si brutale qu’elle a inspiré des appels constants à l’intervention militaire, des tentatives de changement de régime et des années de sanctions et de bombardements paralysants des États-Unis contre le pays.

La guerre civile de 2011 en Libye et les menaces de représailles du dictateur Mouammar Kadhafi contre les forces rebelles ont également suscité des appels passionnés à une intervention militaire occidentale pour protéger les civils. Ces appels ont rapidement été suivis d’effet et se sont transformés en une opération désastreuse de changement de régime. Selon Airwars, les estimations les plus élevées font état de 3 400 civils tués au cours des huit mois qui se sont écoulés entre le début de la guerre et l’assassinat de Kadhafi, le dictateur étant responsable de 2 300 de ces décès, soit environ un cinquième du nombre de femmes et d’enfants tués par les forces israéliennes en un quart de temps.

La campagne d’Israël ne s’en sort pas mieux à côté de certaines des pires guerres américaines. La bataille de 2016-2017 contre l’Etat islamique dans la ville irakienne de Mossoul a été largement présentée comme une démonstration choquante du mépris scandaleux de Donald Trump pour les vies innocentes, faisant jusqu’à 11 000 victimes civiles en neuf mois – un total et un taux de tuerie qui sont tous deux en deçà de ce qu’Israël a réussi à faire jusqu’à présent.

En fait, Israël a déjà tué plus de femmes et d’enfants que tous les civils tués par les forces américaines au cours des deux premières années de la guerre d’Irak, et au moins neuf autres années de cette invasion. Ils ont tué plus de civils que l’armée américaine n’en a tué pendant près de vingt ans en Afghanistan. Le nombre de Palestiniens tués approche déjà les 21 000 civils tués au cours des deux premières années des bombardements américains au Viêtnam, aujourd’hui considérés comme l’un des épisodes les plus honteux de l’histoire des États-Unis et un événement qui a détruit la présidence de Lyndon B. Johnson.

Les journalistes, les médecins et les travailleurs de l’ONU sont massacrés

Mais ce n’est pas seulement le nombre de civils tués qui met en évidence la violence exceptionnelle de cette guerre, qui a été particulièrement meurtrière pour des groupes généralement considérés comme hors d’atteinte dans les guerres modernes.

Prenons l’exemple des journalistes. Quel que soit le décompte que l’on utilise – les estimations vont de cinquante-six tués, au bas mot, à soixante-huit – les groupes de défense des droits des journalistes s’accordent à dire que cette guerre a été extraordinairement meurtrière pour les reporters, sans aucun doute la pire de ce siècle, si ce n’est la pire depuis que l’on a commencé à recenser les décès de journalistes au début des années 1990, selon deux organisations distinctes. La Fédération internationale des journalistes a récemment déclaré que « l’ampleur et le rythme des pertes de vie des professionnels des médias sont sans précédent. » Et certains de ces décès sont des assassinats délibérés.

Après seulement un mois de combats, les Nations unies (ONU) a vu 101 de ses employés tués à Gaza, ce qui représente la plus grande perte de vies humaines parmi ses employés dans un seul conflit dans toute l’histoire de l’organisation. Ce bilan s’élève désormais à 130 morts. Cette nouvelle intervient alors que des responsables israéliens ont attaqué verbalement de hauts fonctionnaires de l’ONU, accusé l’organisation d’être « contaminée par l’antisémitisme », menacé de l’expulser des territoires palestiniens (ce qu’elle a fait) et accusé des employés de l’ONU de faire partie du Hamas. Les bombardements israéliens ont également tué un contractuel de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) et sa famille, ainsi qu’un diplomate français.

La guerre a également été une véritable hécatombe pour les médecins. Au début du mois, le ministre palestinien de la Santé a chiffré à 250 le nombre de travailleurs de la santé tués à Gaza, tandis que l’Union des organisations de soins et de secours médicaux l’a récemment chiffré à 283. Ces deux chiffres sont supérieurs au nombre de professionnels de la santé tués dans tous les conflits du monde au cours de l’année 2022, déclarée l’année la plus violente de la dernière décennie pour les professionnels de la santé par la Safeguarding Health in Conflict Coalition (Coalition pour la sauvegarde de la santé dans les conflits). Ce chiffre est supérieur au nombre total de personnes tuées au cours de chaque année documentée par l’organisation depuis au moins 2017. Par rapport à la première année de la guerre en Ukraine, les forces russes ont mené beaucoup plus d’attaques contre le secteur de la santé ukrainien, mais elles ont tué soixante-deux travailleurs de la santé – un chiffre choquant qui n’a toutefois rien à envier à celui de Gaza

Ce niveau de létalité s’explique en grande partie par la férocité unique de la campagne de bombardement israélienne, associée à un mépris sans précédent pour les victimes civiles. Après seulement cinq jours, Israël a largué six mille bombes sur Gaza. Ce chiffre est proche du nombre le plus élevé de bombes et autres munitions larguées sur l’Afghanistan en une seule année depuis 2006 (7 423), et du nombre total de bombes et de missiles largués par l’OTAN pendant toute la durée de l’intervention en Libye (7 600). C’est également bien plus que le nombre moyen de bombes larguées par mois sur l’Irak et la Syrie (2 500) dans le cadre de la lutte contre l’Etat islamique.

Depuis lors, Israël aurait largué un total de 29 000 munitions sur Gaza, soit une moyenne de près de 500 bombes par jour. C’est à peu près la même quantité que les États-Unis et le Royaume-Uni ont larguée sur l’Irak au cours du premier mois de l’invasion – un pays 1 200 fois plus grand et environ un centième de la densité de population de Gaza en 2003 – et plus que le nombre total de bombes larguées par les États-Unis dans tous les pays sur l’ensemble de l’année 2016.

C’est également plus que les 20 650 bombes larguées par Trump au cours des six premiers mois de son mandat, considérées comme choquantes et sans précédent à l’époque. Pour mettre les choses en perspective, le nombre moyen de bombes larguées par jour par Israël est de plusieurs ordres de grandeur supérieur à la moyenne quotidienne des États-Unis dans toutes les zones de guerre au cours des vingt dernières années (quarante-six) et supérieur à la moyenne quotidienne des bombes planantes que Vladimir Poutine larguait sur l’Ukraine au début de l’année (vingt). Le mois dernier, le dirigeant russe a fait la une des journaux pour une série de frappes d’une férocité sans précédent en Ukraine, larguant quatre-vingt-sept bombes sur la région de Kherson.

Il ne s’agit pas seulement de l’ampleur des bombardements, mais aussi du type de bombes utilisées. Selon le New York Times, 90 % des munitions israéliennes larguées au cours des deux premières semaines étaient des bombes de 1 000 à 2 000 livres, alors que les responsables militaires américains estiment que même les bombes de 500 livres sont trop grosses pour être utilisées dans les zones urbaines du Moyen-Orient. En outre, 40 à 45 % des bombes larguées jusqu’à présent auraient été des munitions non guidées, « gravitaires », susceptibles de faire davantage de victimes civiles. Cette proportion est plus importante que celle utilisée dans les guerres américaines comme l’Irak (35 %), la Bosnie (31 %) et la Libye (0 %).

Le mois dernier, la publication numérique israélienne +972 Magazine a publié une enquête qui a fait l’effet d’une bombe. De multiples sources de renseignements ont déclaré au magazine qu’Israël avait considérablement assoupli ses restrictions, déjà peu contraignantes, en matière de bombardements de cibles civiles. L’armée israélienne savait exactement combien de civils étaient susceptibles de mourir lors de chaque frappe, ont-elles déclaré, et tolérait davantage de morts civils si cela permettait de gagner du temps ou de tuer un commandant du Hamas, et donnait même son feu vert à des attaques délibérées contre des cibles civiles dans l’espoir que les destructions qui en résulteraient pousseraient les habitants de Gaza à faire « pression » sur le Hamas. Ces aveux donnent du crédit à la déclaration récente d’un haut responsable des services de renseignement américains selon laquelle « il est difficile d’arriver à une autre conclusion » que celle selon laquelle l’armée israélienne punit délibérément l’ensemble de la population de Gaza.

Au-delà des chiffres

Un simple coup d’œil aux faits et aux chiffres ci-dessus suffit pour comprendre que ce que fait l’armée israélienne à Gaza n’est pas simplement une autre terrible guerre moderne, mais quelque chose de bien pire et de bien plus hideux.

Ces statistiques sont accablantes en elles-mêmes. Mais elles doivent également être replacées dans le contexte des semaines et des mois de déclarations de hauts fonctionnaires et d’hommes politiques israéliens s’appuyant sur une rhétorique choquante, raciste et déshumanisante à l’égard des Palestiniens, exprimant l’idée que les civils ordinaires sont coupables des crimes du Hamas et constituent des cibles militaires légitimes, et exprimant le désir de tuer et de détruire autant que possible dans la bande de Gaza et de la rendre inhabitable. Elles doivent également être mises en parallèle avec les nombreux rapports publiés depuis le début du conflit sur les propositions israéliennes visant à transférer les Palestiniens hors de Gaza, à « réduire » sa population, à occuper et éventuellement à annexer le territoire, y compris un récent plan en cinq points présenté par un membre du parlement du Likoud.

Ce qu’il faut pour arrêter cela, ce n’est pas une nouvelle guerre désastreuse ou un changement de régime – auxquels les États-Unis et leurs partenaires ont eu recours par le passé pour un résultat bien moindre lorsqu’un État inamical était à l’origine des atrocités – mais simplement priver l’armée israélienne des armes dont elle a besoin pour mener à bien ce massacre de masse. Malheureusement, l’administration Biden refuse de le faire. Au rythme où les forces israéliennes tuent les gens, et alors que la maladie et la faim vont commencer à faucher de nombreuses vies à Gaza, laisser ce carnage se poursuivre ne fera que transformer ce qui est déjà une campagne militaire exceptionnellement sauvage en quelque chose d’encore plus innommable.

Contributeur

Branko Marcetic est un des rédacteurs de Jacobin, il est aussi l’auteur de Yesterday’s Man : The Case Against Joe Biden (L’homme du passé, le dossier contre Joe Biden, NdT). Il vit à Chicago, dans l’Illinois.

Source : Jacobin, Branko Marcetic, 19-12-2023
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises


Migration forcée des Palestiniens : les menaces des ministres israéliens inquiètent l’ONU

Ces remarques font suite aux propos de Netanyahou, qui aurait déclaré vouloir une « migration volontaire » des Palestiniens de Gaza.

Source : Truthout, Jake Johnson
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Le ministre israélien de la Sécurité nationale, Itamar Ben-Gvir, assiste à la cérémonie d’inauguration de la nouvelle unité de garde civile et à la remise de fusils d’assaut automatiques M5. ILIA YEFIMOVICH / PICTURE ALLIANCE VIA GETTY IMAGES

Le ministre israélien de la Sécurité nationale, Itamar Ben-Gvir, a déclaré lundi que le gouvernement Netanyahou devrait « encourager la migration » des Gazaouis hors de l’enclave palestinienne assiégée, qui a été dévastée par une campagne de bombardements de trois mois qui a déplacé en interne environ 90 % de la population du territoire.

« Il s’agit d’une bonne solution, juste, morale et humaine », a déclaré Ben-Gvir lors d’une réunion à Jérusalem de son parti, le Pouvoir juif.

Ben-Gvir, qui a précédemment été condamné pour soutien au terrorisme et incitation au racisme, a qualifié la guerre actuelle d’Israël contre Gaza « l’occasion » de chasser les Palestiniens de Gaza et d’assurer le retour des colons qui ont été expulsés de la bande en 2005.

« Encourager l’émigration des habitants de Gaza nous permettra de rapatrier les habitants de l’Outaf et du Gush Katif », a déclaré le ministre d’extrême droite.

Les remarques de Ben-Gvir font suite à des commentaires similaires du ministre d’extrême-droite israélien des Finances, Bezalel Smotrich, qui a déclaré lors d’une intervention à la radio dimanche que « ce qu’il faut faire dans la bande de Gaza, c’est encourager l’émigration. »

« S’il y avait 100 000 ou 200 000 Arabes à Gaza et non 2 millions d’Arabes, la discussion du jour d’après serait totalement différente », a déclaré Smotrich.

L’AFP a constaté que Smotrich et Ben-Gvir vivaient tous les deux dans des colonies israéliennes illégales en Cisjordanie occupée.

Les commentaires des hauts fonctionnaires israéliens interviennent après que le Premier ministre Benjamin Netanyahou ait déclaré en privé qu’il souhaitait la « migration volontaire » des Palestiniens en-desors de la bande de Gaza, mais qu’il avait du mal à trouver des « pays prêts à absorber » les personnes déplacées par l’assaut israélien.

Un document du ministère israélien du Renseignement, qui a fuité au début de la dernière attaque israélienne contre Gaza, propose le transfert forcé et permanent de tous les 2,2 millions de résidents palestiniens de Gaza vers la péninsule égyptienne du Sinaï. Le gouvernement égyptien s’est publiquement opposé au transfert forcé des Palestiniens, ce qui constituerait un crime de guerre.

Ces jours derniers, les fonctionnaires des Nations unies et les groupes humanitaires ont multiplié les mises en garde contre la volonté apparente du gouvernement israélien de forcer les Palestiniens à quitter Gaza, où environ 70 % des logements ont été endommagés ou détruits par les bombardements israéliens depuis le 7 octobre.

À la fin du mois dernier, le rapporteur spécial des Nations unies des droits humains des personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays a déclaré que « étant donné que les ordres d’évacuation et les opérations militaires continuent à s’étendre et les civils sont soumis quotidiennement à des attaques incessantes quotidiennes, la seule conclusion logique est que l’opération militaire d’Israël à Gaza a pour but de déporter en masse la majorité de la population civile. »

Les remarques de Smotrich et Ben-Gvir ont renforcé ces alertes.

« Quiconque défend ou nie les motivations évidentes des leaders politiques israéliens favorise activement le nettoyage ethnique et le meurtre de masse des Palestiniens à Gaza », a écrit Em Hilton, une militante juive contre l’occupation, sur les médias sociaux. « Nous avons le devoir de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour mettre fin à cette horreur et s’assurer que la communauté [internationale] demande des comptes à Israël. »

Le chercheur pour le groupe israélien Breaking the Silence, Ariel Bernstein, s’est fait l’écho de ce message en écrivant : « Ce gouvernement doit être arrêté maintenant, son objectif est simple : éliminer la population de Gaza. »

Le journaliste Mehdi Hasan, dont l’émission sur MSNBC a été récemment supprimée, a demandé si les responsables américains avaient « un quelconque commentaire » à faire sur les déclarations des ministres israéliens suggérant un nettoyage ethnique de la bande de Gaza.

« Ils le disent à haute voix ! » écrit Hasan.

Le président américain Joe Biden a exprimé son opposition à toute « relocalisation forcée » des Palestiniens de Gaza, mais il a continué à armer l’armée israélienne, outrepassant le Congrès, afin de transférer des armes à l’armée qui commet des atrocités de masse dans la bande de Gaza.

Fin novembre, le général de division israélien à la retraite Yitzhak Brick a déclaré au Jewish News Syndicate, que « tous nos missiles, nos munitions, nos bombes guidées de précision, nos avions et nos bombes, tout cela provient des États-Unis. »

« A la minute où ils ferment le robinet, vous ne pouvez plus vous battre. Vous n’en avez pas la capacité, a déclaré Brick. Tout le monde comprend que nous ne pouvons pas mener cette guerre sans les États-Unis. Un point c’est tout. »

Cet article a été reproduit par Truthout avec autorisation ou licence. Il ne peut être reproduit sous quelque forme que ce soit sans l’autorisation ou la licence de la source.

Jake Johnson

Jake Johnson est rédacteur pour Common Dreams. Suivez-le sur Twitter : @johnsonjakep.

Source : Truthout, Jake Johnson, 02-01-2024

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

villard // 31.01.2024 à 18h25

Certaines comparaison chiffrés sont douteuses, par exemples comparer le nombre de bombes russes d’une tonne à celui des israéliens est trompeurs, ces bombes sont faites pour détruire des fortifications et c’est comme ça que les russes les utilisent, pas sur des villes comme les israéliens.

12 réactions et commentaires

  • jp // 31.01.2024 à 08h08

    c’est une guerre de (re) colonisation, comme celles menées au XIXè siècle, sur fond de haine raciale bien réelle.
    Inonder les tunnels de Gaza rappelle les enfumades
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Enfumades_d%27Alg%C3%A9rie

    J’ai été très surprise lors de mes séjours en Israël de la haine anti arabes, profondément ancrée chez presque tous.mes interlocuteurs juifs, surtout ceux originaires d’Afrique du nord.

      +18

    Alerter
  • calal // 31.01.2024 à 08h37

    Israel est en train de perdre tous les avantages moraux et ethiques qu’il pouvait avoir. Cette situation a gaza demontre qu’israel est une nation comme les autres,ni meilleure ni pire. Certains diraient meme qu’israel est en train de prouver que ce sont des « blancs » comme les autres…

    Et c’est la qu’on voit egalement la difficulte a appliquer dans la realite ses principes ethiques.Ceci en tete, on peut voir le benefice qu’il y a a essayer d’appliquer le principe chretien « ne fait pas aux autres ce que tu ne veux pas que l’on te fasse » plutot que celui de « refais aux autres ce que tu as subi dans le passe ».

    Nous sommes en 2024, pres de 25 ans apres l’an 2000 et certains se conduisent toujours comme des animaux avec juste de la tech en plus…CIVIS PACEM PARA BELLUM…

      +14

    Alerter
    • Cévéyanh // 01.02.2024 à 21h47

      Nous SOMMES DES ANIMAUX : les recherches scientifiques nous l’ont prouvé. Par contre, notre langage apprise et notre manière de penser est encore du temps passé. Le mot « animaux » concernant les humainos ne devrait-il plus être péjoratif ?
      « Pour saisir le monde aujourd’hui, nous usons d’un langage qui fut établi pour le monde d’hier. Et la vie du passé nous semble mieux répondre à notre nature, pour la seule raison qu’elle répond mieux à notre langage. » (Antoine de Saint-Exupéry/ Terre des hommes 1939)

      Les autres animaux se conduisent-ils réellement comme les humainos ? Détruisent-ils les autres TOTALEMENT car ils les haïssent ou les considèrent comme moins que rien (ont-ils même ce sentiment ?) ou car ils sont attaqués ? Les autres animaux ne chassent-ils pas des animaux de leur territoire ? Quel autre animal sacrifie ses jeunes pour combattre s’ils ne sont pas en danger sur leur territoire ? c’est ce que l’animal appelé Humain a développé et choisit de faire, non ?
      Alors se considérer être un animal, en tant qu’être ignoble, ce n’est-il pas un récit que se racontent les humainos pour ne pas se sentir coupable ? Denis Monod Broca, dans son commentaire en-dessous, a écrit les propos de Golda Meir. La phrase « Nous n’aurons la paix avec les Arabes que lorsqu’ils aimeront leurs enfants plus qu’ils ne nous détestent », c’est-à-dire que leur amour de voir vivre leurs enfants en paix est plus important que de les sacrifier en les poussant à mourir pour quel que soit la cause.

        +0

      Alerter
      • calal // 02.02.2024 à 08h05

        Il paraitrait que les chimpanzes d’un groupe attaquent automatiquement les autres singes s’ils sont a 5 contre un: 4 immobilisent chacun des membres de la victime et le dernier le massacre.
        La psychologie evolutionniste confirmerait ce que la religion chretienne et d’autres proclament depuis longtemps: le peche originel serait en fait la partie animale de nos cerveaux issue de notre evolution (cerveau « reptilien » et  » mammifere » ) tandis que le neo cortex en serait la partie « culturelle »,plus humaine.

        Se laisser aller serait laisser libre cours a ces instincts animaux, a notre biologie ( le neocortex n’inhibant plus ces parties soit « volontairement » soit involontairement sous l’effet d’un stress,de drogues ou « d’antidepresseurs ») tandis que maintenir le controle du neocortex sur le reste demande un effort…

        ps: la psychologie evolutionniste nous explique aussi que le desir d’obeir au groupe vient egalement de notre evolution et de nos cerveaux primitifs: dans les temps ancien,s’eloigner du groupe et de ses sentinelles revenait a augementer les chances de se faire surprendre par un predateur. De la l’angoisse ressentie lorsque nous n’entendons pas les cris amicaux de nos congerenes pendant un long moment. Et la peur d’etre exclu du groupe si on ne prouve pas sa loyaute par son obeissance.

          +0

        Alerter
        • Cévéyanh // 04.02.2024 à 09h12

          Sur les singes, vous écrivez qu’ils « massacrent » lorsqu’ils sont en nombre supérieur. C’est un fait commun ou rare ? Qui sont les autres singes ? Et dans quelles conditions, dans quel lieu, hors de leur territoire etc ? Le « massacre » a lieu car cela leur donne plus accès à la nourriture dans un même territoire ? Ce singe ne sort pas de leur territoire alors qu’ils l’ont chassé ? Ce singe se nourrit beaucoup plus et ne partage pas la nourriture ?

          C’est intéressant la possible confirmation de la psychologie évolutionniste concernant « le peche originel serait en fait la partie animale de nos cerveaux ». Pour autant, cela ne doit pas nous cacher, nous désillusionner sur ce que nous sommes : des animaux (sens neutre et de perdre ce sens péjoratif donc, non ?). Pourquoi les religions chrétiennes considérent cela comme un péché, une faute ? Ce n’est-il pas nier la part de notre être ? Puis « Se laisser aller serait laisser libre cours a ces instincts animaux », cela veut-il dire « se laisser aller » à ressentir les émotions ?
          Les émotions sont des réactions à notre environnement extérieur et à nos pensées. Cela est-il donc TOUJOURS et/ou VOLONTAIREMENT de se « laisser aller », de ressentir la colère, la tristesse, la violence, le plaisir etc ? Ensuite, inhiber les émotions, ce n’est-il pas devenir des ROBOTS, des êtres de pure raison ? Est-ce être Humain réellement ? Ou l’Humain, c’est un certain équilibre entre raison (robot) et émotions (animal) ?

          J’ai l’impression que les humainos OUBLIENT (ne savent pas ?) que c’est elleux la première victime de ce « laisser aller » de plus en plus profond et trop fréquent (devenant alors un sentiment) ; car c’est s’imprégner de pensées qui détruisent leur être, de faire couler de trop quantités et très souvent de substances ou effets produits (quantité d’adrénaline par exemple etc) dans leur propre corps. Le faire « volontairement » au début; c’est se détruire à petit feu/se laisser se modifier lentement (se fermer à l’autre), AUTANT LEUR ÊTRE QUE LEUR SANTE . Par exemple, pour la colère : « Un message est envoyé à l’hypothalamus médian qui va donner l’ordre de déverser dans l’organisme adrénaline, cortisol et testostérone. » https://www.futura-sciences.com/sante/questions-reponses/sentiments-cerveau-chimie-guide-t-elle-nos-emotions-7505/ (1/2)

            +0

          Alerter
        • Cévéyanh // 04.02.2024 à 09h23

          Chacuno est différento et réagit différento. Pour certainos, cela semble facile de surmonter/dépasser certaines émotions et/ou ne comprennent pas qu’iels restent dans cet état ; alors qu’iels n’ont pas la même perception, le même chemin de vie que la personne qui le vit. Ne devraient-iels pas être plus compréhensifos (compréhensifs/compréhensives) et essayer de les aider à les surmonter ? Pour autant, il me semble, que chacuno, au tout début de sa vie, ne veut vivre dans la colère, la violence, la tristesse etc ; et faire cette effort ou plutôt de prendre conscience afin de le surmonter, c’est d’abord pour elleux ; pour rester un être ouvert vers les autres comme tout humainos lorsqu’iel arrive sur terre. Les humainos sont, à la base fait, il me semble, pour S’AIMER afin de vivre une vie toustes ensemble la plus agréable possible.
          Cette particularité si ETONNANTE, ENCHANTERESSE qu’est L’AMOUR pour les autres, qu’ils soient différents ou non, qu’ils soient d’autres animaux, insectes, plantes etc ; qui nous entoure d’un « aura »/ d’une vibration de VIE ; cette particularité venant de nos ancêtres par la génétique et leur environnement extérieur.

          « J’imagine que l’une des raisons pour lesquelles les gens s’accrochent si obstinément à leur haine, c’est parce qu’ils sentent qu’une fois que la haine aura disparue, ils seront obligés de faire face à la douleur. » (James Baldwin)

          Sur votre « PS », cela me fait penser à notre « morale d’hooligans » venant de nos ancêtres expliqué par Science4all : « Quelle est notre morale « naturelle » ? En considérant qu’Homo Sapiens a avant tout subi une sélection de groupe, le psychologue évolutionnaire Jonathan Haidt en déduit que nous avons tous en nous un altruisme envers nos semblables. Mais en poussant le raisonnement un peu plus loin, on conclut aussi que notre morale instinctive inclut aussi un rejet de ceux qui ne sont pas nos semblables. Nous avons une morale d’hooligans » https://www.youtube.com/watch?v=ki26tUbxpnU
          Dans ce cas, notre raison ou néo cortex devrait faire un « effort »/prendre conscience pour surmonter cette morale ancestrale afin de pouvoir vivre ensemble en paix ainsi que pour les générations suivantes. (2/2)

            +0

          Alerter
  • Denis Monod-Broca // 31.01.2024 à 08h43

    Je n’ai jamais admis ces propos de Golda Meir : « Nous pouvons pardonner aux Arabes d’avoir tué nos enfants. Nous ne pouvons pas leur pardonner de nous avoir obligés à tuer les leurs. Nous n’aurons la paix avec les Arabes que lorsqu’ils aimeront leurs enfants plus qu’ils ne nous détestent.”

    Ils nient la responsabilité, c’est-à-dire la liberté, de chacun de tuer ou de ne pas tuer, d’aimer ou de ne pas aimer.

      +15

    Alerter
  • RGT // 31.01.2024 à 11h30

    « On » nous rabâche sans relâche de la cruauté des « dictateurs » ennemis de la « liberté » qui massacrent sans vergogne les « civils innocents » et quand il est possible de les traduire devant la CPI le « camp du bien » les traîne dans des geôles sordides dans lesquelles ils crèveront par manque de soins en attendant leur procès « équitable » (avec des accusations bien souvent falsifiées)…

    Par contre, si les massacres ont pour origine un membre de la « communauté internationale » autoproclamée on détourne le regard et on invoque le « droit de se protéger » et de permettre aux populations inférieures d’accéder à la « civilisation »…

    Quitte à s’asseoir sur les résolutions de l’ONU votées par l’immense majorité des nations de cette planète dont la population est scandalisée par les massacres commis par le « camp du bien »..

    Certes, les juifs ont subi de la part d’états des massacres ignobles, mais je suis certain que les victimes de ces massacres seraient honteux de ce qui est fait en leur nom aujourd’hui derrière l’excuse des crimes passés qui nous sont rabâchés à longueur de temps.

    En fait, je ne vois pas la moindre différence entre les actes passés des einsatzgruppen et les actes présents de l’armée israélienne qui suit l’exemple donné depuis bien trop longtemps par le « grand-frère » de l’autre côté de l’atlantique.

    Tant que les soutiens aux états les plus criminels de cette planète ne seront pas eux aussi jugés (pas les populations qui n’ont pas leur mot à dire bien sûr, nous vivons en démocrassie ne l’oublions pas) les massacres continueront en toute quiétude.

    Les humains sont ignobles.

      +24

    Alerter
    • azuki // 31.01.2024 à 16h19

      C’est là ou on voit ce que vaut réellement ce discours «interventioniste» au nom de nos «valeurs morales». Cette hypocrisie est a vomir. Cette horreur a au moins un mérite, celui de jeter une lumière crue sur le fait que aucune des interventions pseudo-humanitaires de l’Otan n’est légitime, toutes ont été faites sur des considérations purement géopolitiques pour servir les intérêts économiques de notre empire «libéral» et la convoitise sans fin ce certains au détriment des populations.
      Dans la lignée, il serait peut-être temps que l’UE cesse de contribuer à sacrifier jusqu’au dernier Ukrainien et dénoncer les grandes manœuvres qui vont être dirigées depuis l’Italie dans l’objectif de nous faire entrer dans une «guerre chaude» contre les Russes. Sinon Gaza va être une pâle image de ce qui va nous arriver chez nous.
      Il faut cesser les guerres quelles qu’elles soient, n’est-ce pas ce qu’on nous a promis en créant l’UE ?
      Aucune guerre n’est légitime et toutes sacrifient l’Humanité.

        +21

      Alerter
  • Avunimes // 31.01.2024 à 16h39

    Comparaison n’est pas raison. Un crime reste un crime, que ce soit la mort d’une personne ou de millions. Et les criminels, dans toues société doivent être jugé. Cette notion fondamentale semble avoir échappé à nos sociétés « de droit ».

      +4

    Alerter
    • Bouddha Vert // 31.01.2024 à 18h46

      Bonjour, il me semble que le droit stipule que le nombre de crimes, sous les conditions extrêmes de génocide…, est un facteur aggravant.
      Il existe donc une gradation dans l’horreur, du crime « passion » à l' »industriel ».
      Excusez moi pour les expressions mais elles permettent une projection sur ce que l’on peut attendre dans les finesses du droit!

        +11

      Alerter
  • villard // 31.01.2024 à 18h25

    Certaines comparaison chiffrés sont douteuses, par exemples comparer le nombre de bombes russes d’une tonne à celui des israéliens est trompeurs, ces bombes sont faites pour détruire des fortifications et c’est comme ça que les russes les utilisent, pas sur des villes comme les israéliens.

      +27

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications