Un deuxième volet de l'affaire de manipulation des changes est-il sur le point de s'ouvrir?
Un deuxième volet de l’affaire de manipulation des changes est-il sur le point de s’ouvrir?

Les banques françaises BNP Paribas et Société Générale ont été assignées par le régulateur financier de New-York pour avoir manipulé les taux de devises, selon l’AFP.

Des banques françaises sont dans le viseur du régulateur des services financiers de New York (DSF), Benjamin Lawsky. Il a adressé une assignation aux banques françaises BNP Paribas et Société Générale qu’il soupçonne d’avoir manipulé les taux de devises, ont indiqué vendredi à l’AFP des sources proches du dossier.

Par ailleurs, une investigation en cours de Benjamin Lawsky contre Barclays dans cette même affaire retarde actuellement un accord de l’établissement britannique avec d’autres régulateurs américains et britannique, selon les mêmes sources ayant requis l’anonymat.

Assignation adressée en décembre

L’assignation adressée, en décembre, à BNP Paribas, Société Générale, Goldman Sachs et Credit Suisse leur demande de fournir des documents liés aux opérations sur les devises, a précisé une des sources, ajoutant que M. Lawsky s’intéresse particulièrement à des “technologies spécifiques” utilisées par ces banques.
Les quatre établissements coopèrent, selon elle. Contactée par l’AFP, SocGen n’a pas réagi dans l’immédiat. Ni les services de Benjamin Lawsky, ni BNP Paribas, ni Credit Suisse n’ont souhaité faire de commentaire.

Les autorités américaines reprochent aux cambistes – des opérateurs de marché spécialistes des devises – de grandes banques d’avoir utilisé des forums de discussion sur internet et des messageries instantanées pour se concerter de façon indue afin d’infléchir les cours des monnaies.

Barclays aussi dans le viseur…

En ce qui concerne Barclays, Ben Lawsky soupçonne la banque d’avoir eu recours à de la manipulation algorithmique, ont indiqué les sources à l’AFP. Le régulateur a ainsi décidé de ne pas s’associer à un accord en négociation entre la banque et le département de la Justice américain, le régulateur américain des marchés dérivés (CFTC) et l’autorité de conduite financière du Royaume-Uni (FCA).

Cette intransigeance du régulateur new-yorkais, qui a le droit d’octroyer ou de révoquer la licence bancaire d’une banque opérant à New York, contrecarre les projets de Barclays qui souhaite conclure un accord global, selon la source.

Benjamin Lawsky est en train de faire examiner les ordinateurs de la plateforme électronique de courtage Barx, propriété de Barclays, selon les sources. Ces “super” ordinateurs sont dotés d’algorithmes capables d’effectuer de façon automatisée des opérations très sophistiquées dans des temps extrêmement courts.

… tout comme Deutsche Bank

Les mêmes soupçons pèsent sur l’allemande Deutsche Bank, dont les ordinateurs de la plateforme d’échanges électronique Autobahn sont également scrutés, selon une des sources.
Barclays s’est toujours refusée à commenter ces informations, tandis que Deutsche Bank a déjà dit à l’AFP qu’elle coopère avec toutes les enquêtes la concernant et prendrait des mesures disciplinaires contre des individus si nécessaire.

Ben Lawsky a installé un surveillant chez Barclays et un autre chez Deutsche Bank pour contrôler leurs opérations de courtage de changes, selon les sources.
En novembre, un premier volet de l’affaire avait été refermé avec l’imposition d’une pénalité de 4,25 milliards de dollars à un groupe de banques actives sur le marché des changes comprenant JPMorgan Chase, Citigroup, Royal Bank of Scotland, UBS et HSBC.

Source : La Tribune, le 28 février 2015.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

41 réponses à [Capitalisme fou] Manipulation des changes : BNP Paribas et Société Générale dans la tourmente

Commentaires recommandés

casper Le 14 mars 2015 à 05h37

La seule chose inacceptable, c’est de se faire chopper ^^

  1. Ataraxi Le 14 mars 2015 à 03h25
    Afficher/Masquer

    Dans la finance, j’ai toujours du mal à saisir la nuance entre ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas.


    • casper Le 14 mars 2015 à 05h37
      Afficher/Masquer

      La seule chose inacceptable, c’est de se faire chopper ^^


      • reneegate Le 14 mars 2015 à 06h31
        Afficher/Masquer

        jamais donc


      • Ataraxi Le 14 mars 2015 à 10h46
        Afficher/Masquer

        C’est un peu comme si on observait une termitière en coupe en émettant des jugements moraux sur des comportements individiels.


        • Ataraxi Le 14 mars 2015 à 12h42
          Afficher/Masquer

          D’ailleurs, si toute l’organisation des insectes sociaux est basée sur les phéromones, c’est parce qu’ils n’ont pas encore inventé le pognon.


      • brigitte Le 16 mars 2015 à 09h51
        Afficher/Masquer

        Une fois j’échangeais avec un gangster (2×10 ans de taule … pour casse de banque je crois…). (désormais il tourne dans des films, il m’arrive de le voir à l’écran dans des rôles qui collent parfaitement au personnage …)
        Bref :
        Il expliqua que dans son milieu, comme dans toute mafia, la seule chose qui ne faut pas toucher ce sont les livres de comptes. Là, ils deviennent très très dangereux (j’étais morte de rire …).
        Ils acceptent avec la police et la justice la règle du jeu de la prison (10, 20 ans) MAIS il ne faut pas toucher aux livres de comptes.

        J’y vois un lien avec les banquiers … et vous ?

        Souvenons-nous des ennuis et discrédits médiatiques subis par Denis Robert quand il a parlé de clearstream … des livres de comptes. Ils se sont déchaînés.


    • Tatsuya Le 14 mars 2015 à 11h44
      Afficher/Masquer

      Ceux qui tiennent les juges sont innocents.


    • jacques beaudry Le 14 mars 2015 à 14h33
      Afficher/Masquer

      Ce qui est acceptable n’est pas possible et ce qui n’est pas acceptable est possible.


  2. sergeat Le 14 mars 2015 à 07h39
    Afficher/Masquer

    “capitalisme fou”,pour moi nous sommes dans une restructuration du capitalisme mondiale par des lois nord américaines,(procès, de BNP,SG,Alstom,SNCF,…..pour la France,sans parler de l Argentine….).La judiciarisation du système monopolistique mondial se fait par une armée d avocats du droit anglo-saxon,un peu comme les indiens d Amérique qui ont été spolies par des actes de propriétés des gentils pasteurs.Le droit non américain risque de disparaître dans les pays soumis au Dieu dollar .Au niveau politique judiciaire nous sommes dans le même schéma ,un Obama peut signer tous les jours des assassinats par drones,on ne condamnera qu un meurtre celui de Nemtsov dénoncé par les journaux appartenant à des banquiers(liberation,le monde,l express….et les tv libres:tf1,a2,i24,…..)


  3. coinfinger Le 14 mars 2015 à 07h53
    Afficher/Masquer

    Ce qui est innacceptable est d’aller contre la Fed , ce dont il sont probablement coupables . Pour la BNP ce n’est pas la premiére fois . C’est elle qui a annoncé la premiére que les paquets d’obligations en rapport avec les suprimes ( je ne souviens plus du terme exact ) , ne valaient rien , ou plutot qu’on ne pouvait faire un calcul les estimant . La deuxiéme fois ( là c’est fatal) , c’est l’instauration d’une filiére matiéres premiéres à Genéve au moment où le leader habituel se montrait plus conciliant/us . Ce qui a amené je pense à un changement de bras aux USA , la JpMorgan passant la main à GS pour la manipulation des mp .
    ans le méme sens la SG a aussi un pédigré . Le plus manifeste est celui de n’avoir pas appliqué en Europe le changement d’évaluation comptable du capital .
    Dans les deux cas à mon avis ce qui est nouveau , c’est que le systéme financier US perd la main de plus en plus . La FED , ne veut pas d’un $ ‘fort’ , croissant sans cesse . Hors c’est ce qui a lieu . Il faut donc serrer les boulons , les alliés ne sont méme plus autorisés à défendre leur bout de gras . La proie est entierement pour le chef de meute . Les autres doivent se contenter des restes s’il y en a .
    Donc nous advient un choix : changer de meute , ou de régime .


  4. Alexandra Le 14 mars 2015 à 08h10
    Afficher/Masquer

    Tout à fait d’accord, les US obligent même les autres Etats à prélever des impôts sur les particuliers et à envoyer ces impôts aux Etats-Unis; c’est le système FATCA.
    Wikipedia:
    “Sur le plan international, FATCA consacre l’extraterritorialité du droit fiscal américain (au sens qu’il a dans ce pays), c’est-à-dire sa primauté de facto sur le droit des autres pays du monde, y-compris dans l’Union européenne. Les intermédiaires financiers (notamment banques) dans le monde traiteront directement avec l’Internal Revenue Service sur les sujets de sa pertinence et seront traitées exclusivement selon le droit fiscal ou pénal américain.”
    Si principe de réciprocité il y a, pour les Français ce sera la même chose vu que la France a signé un protocole d’accord en 2012. Il semblerait, qu’à terme, l’impôt soit dû en fonction de la nationalité et non plus du lieu de résidence, mais c’est bel et bien une réorganisation qui est voulue par les Etats-Unis.


    • Téji Le 14 mars 2015 à 08h40
      Afficher/Masquer

      et il suffira donc d’avoir un pied-à-terre aux Caïmans pour régler ce qu’il restera de ses impôts 😀


      • Alexandra Le 14 mars 2015 à 10h38
        Afficher/Masquer

        En fait il faudrait dire en fonction de la nationalité et en plus du lieu de résidence:-)


      • Anne Le 14 mars 2015 à 19h03
        Afficher/Masquer

        Le paradis fiscal le plus efficace, pour les milliardaires des pays pauvres, est l’Etat du Delaware aux USA.

        Et cette évasion fiscale contribue à maintenir les pays du Sud dans un état de pauvreté.

        Ces dollars planqués au Delaware, sont en partie volés aux populations, ces sommes évadées ne peuvent pas servir à l’enseignement, la santé, dans les pays pauvres.

        Là, au Delaware aux USA, personne ne demande d’impôt à ces gens, et si leur pays, dont ils ont évadé le fisc, demande des comptes aux USA ils se heurtent au mur du silence.

        On voit le niveau de réciprocité…

        Et les “valeurs” des USA ! Arrghhhh je déteste ce mot “valeur” c’est de la novlangue.

        Le système juridique et fiscal zunien est de plus en plus une forme d’engin de guerre économique, où les banques ou entreprises négocient leurs “amendes” avec les autorités zuniennes.

        En fait c’est du pur racket.


      • Surya Le 14 mars 2015 à 21h09
        Afficher/Masquer

        Dans les “paradis fiscaux” les résidents payent beaucoup d’impôts, ce ne sont des “tax haven” que pour les sociétés off shore.


    • Crapaud Rouge Le 14 mars 2015 à 10h11
      Afficher/Masquer

      l’impôt soit dû en fonction de la nationalité et non plus du lieu de résidence” : Google n’aurait donc plus rien à payer hors US ? Charmant !…


    • LS Le 14 mars 2015 à 13h44
      Afficher/Masquer

      Je ne voie pas ce qu’il de mal là dedans, du moins si j’ai bien tout compris.

      Si vous êtes (personne physique ou morale) de nationalité américaine, vos revenus et votre patrimoine donne obligation à payer l’impôt défini par le droit américain même si vous êtes (ou votre patrimoine) résidant dans un pays étranger. Les impôts payés au pays de résidence sont déductibles. D’après ce que j’ai compris, s’il n’y a pas d’accord avec le pays résident, toute sortie monétaire du territoire US est taxé à 30%.
      En contre partie, il y a eu un ajout au droit américain pour donner la possibilité de renoncer à la nationalité américaine.

      De même, si vous êtes non américain fortement investit ou résident aux US. Si cela ne vous plaît pas n’investissez pas et ne résidez pas aux US.

      Si j’ai bien compris, 2 personnes non américain, non investit et non résident aux US faisant une transaction en dollar ne sont pas concernés.


      • Anne Le 14 mars 2015 à 19h06
        Afficher/Masquer

        Plus difficile que vous croyez de renoncer à la nationalité américaine.


      • Papagateau Le 14 mars 2015 à 21h05
        Afficher/Masquer

        Non, si vous faites une transaction en dollars avec un pays sous embargo américains vous payez une amende énorme (comme la BNP) parce que la chambre de compensation finale est la FED qui est domiciliée aux USA. Si, si. Donc sur le territoire américain, donc comme si le “crime” avait lieu aux USA.

        Donc il ne faut avoir aucun lien avec les USA, même pas le dollar.


        • Anne Le 15 mars 2015 à 19h57
          Afficher/Masquer

          @papagateau

          Oui, tout à fait, c’est ça, exactement, et c’est fou, en effet il suffit d’utiliser le~~~~~dollar~~~~pour être soumis~~~~~ aux lois des USA ,~~~~~ nous devons obéir à leur boycotts en politique étrangère (ce qui signe notre inféodation à leur politique étrangère) , et tout ça pour le bénéfice des USA et sinon punition…

          On voit donc nos entreprises rackettées, au nom des lois des USA, (et obligées d’obéir aux lois made in USA, et non plus à nos propres lois), nous devons respecter leur boycotts sinon : procès amendes…

          et nos gouvernements élus se soumettent…c’est dingue !
          ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
          Cette dérive et cette dictature des USA à travers le dollar est quand même hallucinante.
          ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
          Et si, comme ça en prend le chemin, nous sommes vendus, en plus, ~~~~~~par l’UE~~~~~~aux intérêts des USA~~~~~à travers le TAFTA…

          – TAFTA négocié à l’insu total des populations européennes concernées, et ~~~~~en secret~~~~~, par nos “zélites” politiques, (bien travaillées au corps par les lobbies US : corruption, intimidation etc…), nous pouvons dire que nos personnels politiques nous vendent, en secret, à des intérêts qui ne sont pas les nôtres, et qu’il en résultera une soumission et une inféodation totale aux intérêts US…

          Exactement comme si nous avions perdu une guerre contre les USA, et que nous étions vaincus et soumis à eux, à leurs lois, ( et non plus dorénavant aux nôtres) …en fait, colonisés…oui COLONISÉS !!!!

          {On pourra se passer d’Assemblée Nationale et de Sénat car ce seront des institutions vidées de sens et de pouvoir, puisque nous devrons obéir aux lois dictées des USA.}

          Il ne restera plus aux dirigeants des USA, qu’à nommer à la tête de l’UE un administrateur US (ou un estonien vendu aux USA, car il y en a beaucoup par là bas), et nous n’aurons plus notre mot à dire…dans notre propre pays, c’est quand même fort !

          L’UE comme l’OTAN, sera de fait, sous commandement US….

          Nos zélites politiques espèrent peut être faire partie des gouvernements fantoches futurs… cela expliquerait leur soumission,
          ( ou bien croient ils encore qu’on leur laissera leur privilège de figuration, (et non plus de représentation, car ils ne nous représenteront plus)
          et surtout leurs nombreux avantages en nature (espèces sonnantes et trébuchantes ????), avec comme comparses la majorité de la classe médiatique…

          Nous, le peuple, aurons été vaincus sans combat ! (asservis sans pratiquement de résistance car la grande majorité de la population est désinformée, ou pas informée, par le monde politico médiatique).

          Nous nous serons nous mêmes mis la tête sur le billot, c’est fort…et sans nous en rendre compte… (En plus par nos choix politiques passés, et nos bulletins de vote, dans notre pays démocratique ! c’est fort…).

          C’est quand même très, très, grave et plutôt effarant…terrifiant !


          • LS Le 15 mars 2015 à 21h15
            Afficher/Masquer

            Oui, nous sommes vendus aux oligarchies, à l’OTAN, à l’UE pour reprendre vos termes et c’est insupportable, MAIS
            vous faites porter trop de chose à TAFTA. Il s’agit d’une Loi souveraine (US) qui s’applique sur des objets légitimement sous souveraineté américaine (la nationalité des individus et le territoire US), ce qui est le cas de l’affaire BNP qui a fait transiter les dollar par la chambre des compensations (de droit US) en mentant sur la destination.


        • LS Le 15 mars 2015 à 20h52
          Afficher/Masquer

          Désolé de répondre si tard

          Ni l’acheteur, ni le vendeur (en dollar) n’ont été poursuivi. La BNP a été condamné car, pour effectuer la transaction en dollar, elle a dû passer par un organisme US.
          http://www.europe1.fr/economie/vous-n-avez-rien-compris-a-l-affaire-bnp-paribas-2145015


    • sergeat Le 14 mars 2015 à 16h15
      Afficher/Masquer

      Alexendra:”que les us obligent…….”d accord,mais que font nos politiques fonctionnarises et carriéristes pour défendre la France,je ne vois qu un asservissement béat à l ue passeport au cauchemar nord américain.De plus l abaissement intellectuel de nos présidents pousse à ne proposer que des projets dits sociétales :homophilie,euthanasie,antiracisme,repentance……..ou sont les projets pour demain pour nos gosses, pour nous,pour nos anciens,pour la France………??????


    • Chris Le 14 mars 2015 à 17h11
      Afficher/Masquer

      Moscoci et Sapin tentent d’introduire le même système d’extraterritorialité avec la Suisse qui se rebiffe.
      En 2014, plus de 3414 nationaux US ont renoncé à leur nationalité au motif de contraintes fiscales inextricables, (dont une de mes copines, vietnamienne d’origine).
      Soit trois fois plus qu’en 2010. Et le phénomène s’accélère.
      http://www.bilan.ch/argent-finances-plus-de-redaction/plus-de-3000-americains-ont-renonce-passeport-2014-un-record


    • Renaud 2 Le 14 mars 2015 à 23h08
      Afficher/Masquer

      Je crois qu’Aaron Russo avait pointé le fait que la Federal income tax est illégale, il n’y a aucun texte de loi en bonne et due forme pour l’exiger. L’IRS fait partie de ce système bancaire international qui n’est rien d’autre que du racket. Comme le dit le slogan : End the Fed !


    • le Prolo du Biolo Le 15 mars 2015 à 23h49
      Afficher/Masquer

      “Les Etats-Unis obligent les autres états à récupérer pour eux les impôts dûs par des particuliers éxilés.”

      Ca c’est plutôt bien.
      Ca permet de récupérer les sommes que les évadés fiscaux tentent de soustraire au fisc.

      Il n’y a pas de raison que les contribuables malhonnêtes profitent des biens et services de leur pays (éducation, santé, etc ..) tout en laissant financer ces biens et services par d’autres qu’eux, plus honnêtes.


  5. LBSSO Le 14 mars 2015 à 08h28
    Afficher/Masquer

    Bonjour ,

    Plusieurs façons d’appréhender cette information:

    -on prend les faits, manipulation des courts ,et comme citoyen on se tient informer de l’évolution des enquêtes.
    -on regarde aussi les enjeux géo économiques .
    Sur ce dernier point je vous livre trois pistes:

    1)”Les points à retenir” selon Les Echos concernant l’autre affaire de contournement d’embargo par les banques:
    “Les déboires de BNP Paribas servent de révélateur, mais cela fait des années que les Etats-Unis déploient une stratégie judiciaire mondialisée.
    Elle expose les groupes européens à de coûteuses procédures, que ce soit au nom de la lutte contre la corruption, des sanctions économiques ou de la législation boursière.
    Plus de 7 milliards de dollars de sanctions ont été infligées depuis cinq ans à des entreprises NON américaines.” (NON souligné par moi)

    En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/17/06/2014/LesEchos/21709-034-ECH_affaire-bnp-paribas—le-droit-a-l-heure-de-la-mondialisation.htm#RSlTvJp4I7MkAFOb.99

    2)Monde Diplomatique par Ibrahim Warde, juillet 2014

    ” Dès la fin des années 1980, alors que le débat sur le déclin américain — face à la montée du Japon, en particulier — faisait rage, la politologue britannique Susan Strange insistait sur le « pouvoir structurel » des Etats-Unis, « ce pouvoir de déterminer les cadres de l’économie mondiale qui a permis de choisir et de modeler les structures au sein desquelles les autres pays, leurs institutions politiques, leurs entreprises et leurs professionnels doivent opérer ».
    Au cours des années 1990, l’arsenal de sanctions mis en place durant la guerre froide à l’encontre de pays et d’individus « ennemis des Etats-Unis » s’est considérablement développé. L’extraterritorialité a franchi un pas, en 1996, avec l’Iran-Libya Sanctions Act (ILSA), qui permettait à Washington d’imposer des sanctions
    http://www.monde-diplomatique.fr/2014/07/WARDE/50639

    3)Le livre ci-dessous est particulièrement intéressant car écrit par un avocat travaillant à NY et qui connaît l’affaire Siemens de près.

    « Deals de justice. Le marché américain de l’obéissance mondialisée », sous la direction d’Antoine Garapon et de Pierre Servan-Schreiber, PUF, 2013.

    ou en 48 mn cette émission très pédagogique avec Pierre Servan-Schreiber
    http://www.franceculture.fr/emission-culturesmonde-justice-internationale-vers-un-etat-de-droit-mondial-44-justice-et-arbitrage-

    Conclusion:
    Olivier a raison de prendre cet exemple des monnaies pour illustré “le Capitalisme fou: Manipulation des changes : BNP Paribas et Société Générale dans la tourmente “.ET (comme dirait Tarik Ramadan,clin d’œil à la vidéo mis en ligne par Olivier) je ne perds pas de vue que “le droit international devient fou” quand il devient un système de domination international.

    Une solution? Une idée ? « Pourquoi ne pas imposer de vraies sanctions dissuasives aux géants américains d’Internet et des “big data” lorsqu’ils franchissent la ligne jaune ? Ce serait aussi l’occasion de contribuer à la construction d’une véritable règle de droit globale, sur les grands enjeux internationaux : les libertés individuelles, mais aussi l’environnement ou encore le droit social… » Antoine Garapon


  6. Michel Ickx Le 14 mars 2015 à 09h10
    Afficher/Masquer

    Et pendant ce temps nos élites européennes négocient très discrètement cet accord TTIP qui devrait permettre à la législation “made in uSA” de s’imposer aux pays de l’Europe atlantiste.

    Avec, entre autres, le droit pour les entreprises supranationales d’attaquer en justice les pays qui entraveraient leurs abus et autres crimes au nom du marché libre.


  7. BA Le 14 mars 2015 à 11h04
    Afficher/Masquer

    Un article fondamental :

    Quelles conséquences à l’hypertrophie monétaire ?

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/03/13/quelles-consequences-a-l-hypertrophie-monetaire_4593348_3232.html


    • LBSSO Le 14 mars 2015 à 11h59
      Afficher/Masquer

      @BA

      Article très pédagogique. On est pas obligé de tout partager mais il est effectivement à lire. Je like.

      Merci


  8. Carabistouille Le 14 mars 2015 à 11h11
    Afficher/Masquer

    C’est quand même marrant. A chaque fois que la France fait quelque chose qui déplait à l’Uncle Sam, paf, les banques françaises sont attaquées par les régulateurs américains.
    Y a de ces coïncidences quand même.


    • theuric Le 14 mars 2015 à 16h04
      Afficher/Masquer

      Pourquoi écrivez-vous uncle à la place de oncle?
      Ne savez-vous donc plus que le la voyelle nasale “on” s’écrit avec un “o” et un “n” et non pas “un” qui, en langue française donne le “un” de lundi?
      Ou n’est-ce qu’une faute de frappe?
      Personnellement j’y préfère Tonton Sam et son petit aspect ironique, non pas pour les étasuniens mais pour tous les américanolâtres, les petits comme les grands, et surtout tous ceux qui s’affirment vouloir lutter contre la domination de l’empire U.S. mais qui n’hésitent jamais à prouver leurs indéfectibles liens avec lui.
      En usant et abusant de son langage sans qu’il y en ait nécessité, par exemple.
      Une colonisation s’appuie toujours, entre autre, sur le langage et les institutions.
      Si vous voulez commencer à lutter contre lui, il faut commencer par le commencement, la radicalité!


  9. Zarathousthra Le 14 mars 2015 à 13h29
    Afficher/Masquer

    On va encore se faire racketter par les américains point barre…


    • Alain C Le 14 mars 2015 à 15h32
      Afficher/Masquer

      Tant qu’on acceptera…..


  10. RGT Le 14 mars 2015 à 14h32
    Afficher/Masquer

    Un peu hors-sujet, mais pas tant :

    Quand le régulateur américain ouvrira-t-il une enquête sur la manipulation des cours du Rouble ???

    Deux poids, deux mesures, comme d’habitude.

    Dans ce cas, c’est pas grave,les victime sont des russes, donc des “méchants”…


  11. Patrick Luder Le 14 mars 2015 à 16h25
    Afficher/Masquer

    Les taux de changes sont de toute manière complètement artificiels,
    De quel droit ? un ouvrier d’un pays développé à 50 ou 100 x plus de pouvoir d’achat que celui d’un pays en voie de développement ???
    Tout est fait pour que les pays riches puissent capter les richesses (matières premières) des pays pauvres (à bas prix), avec des taux de change (pouvoirs d’achat horaire) complètement déséquilibrés.

    Alors dans ce contexte, les petites manipulations de BNP Paribas ou de la société générale ne sont rien en comparaison de cette grande escroquerie que sont les taux de change internationaux !!!

    Je le dis depuis des années, un vrai taux de change équilibré devrait permettre à des personnes “employés courants” de pays différents, d’avoir les mêmes pouvoirs d’achat internationaux.


    • coinfinger Le 14 mars 2015 à 16h58
      Afficher/Masquer

      D’accord pour les différences de changes avec les pays sous-développés . A nuancer quand méme certains ( la Chine c’est flagrant ) se prétant au jeu en faisabnt du dumping , social et écologique . Mais ne pas oublier un phénomene inverse , du $ , par rapport à l’Euro , Yen , franc Suisse et autres qui consiste pour les US à les surestimer , faute de vouloir ajuster la leur de monnaie .
      La ‘régulation’ financiére US , c’est celà . Compte tenu qu’ici et maintenant la forte baisse du pétrole incite franc Suisse , Euro et Yuan , et autres ,à jouer la baisse .


    • Médiacrate Le 14 mars 2015 à 17h43
      Afficher/Masquer

      L’impérialisme est aussi économique, politique et militaire ne cherchez pas vainement une société de justice plus ou moins acceptable en ce monde.elui qui tient le gros bâton dirige les autres comme au temps des primates rien de ce point de vue là n’a vraiment changé.
      L’humanité a encore vraiment un très long parcourt pour changer et devenir tout simplement plus
      humaine dans le sens de justice et de solidarité, et ce n’est pas demain la veille.


Charte de modérations des commentaires