Les Crises Les Crises
21.décembre.202221.12.2022 // Les Crises

Condamnation de l’embargo sur Cuba : les États-Unis de plus en plus isolés

Merci 255
J'envoie

Une fois par an, Cuba lève la tête au-dessus de la clôture qui entoure l’arrière-cour de l’Amérique et appelle le monde à condamner son emprisonnement. Et, une fois par an, les États-Unis, malgré tous leurs grands discours sur l’ordre international et la démocratie, ignorent la parole de l’Assemblée générale des Nations Unies et continuent à affamer le peuple cubain.

Source : Anti War, Ted Snider
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Lors de trente votes consécutifs depuis 1992, l’Assemblée générale des Nations Unies a condamné à une écrasante majorité l’embargo américain contre Cuba.

L’année dernière, le vote contre les États-Unis était de 184 contre 2. Les États-Unis et Israël ont voté contre la levée de l’embargo et l’Ukraine, la Colombie et le Brésil se sont abstenus.

Cette année, le 3 novembre, la condamnation des États-Unis a été encore plus forte. Les États-Unis ont perdu l’un de leurs alliés abstentionnistes et ont été condamnés par le monde entier par un vote de 185 contre 2. Seul Israël a voté avec les États-Unis, et seuls l’Ukraine et le Brésil se sont abstenus.

William LeoGrande, professeur de gouvernement à l’American University et spécialiste de la politique étrangère américaine à l’égard de l’Amérique latine, m’a dit que « le récent vote des Nations Unies représente la répudiation la plus complète de l’embargo américain par la communauté mondiale depuis que la résolution annuelle a été introduite pour la première fois il y a 30 ans. »

Dans le monde entier, seul Israël a voté avec les États-Unis. « L’Ukraine, explique LeoGrande, s’est abstenue par déférence pour le soutien qu’elle reçoit de Washington dans sa guerre contre la Russie. »

Les changements dans les habitudes de vote du Brésil et de la Colombie sont des prévisions révélatrices des futures condamnations des États-Unis par l’ONU. En 2021, la Colombie s’est abstenue. Mais l’élection de Gustavo Petro à la présidence cette année a mis fin à une longue lignée de présidents qui ont juré fidélité aux États-Unis. La Colombie a longtemps été la clé de la projection américaine en Amérique latine. Biden a « dit à plusieurs reprises que la Colombie est la clé de voûte de la politique américaine en Amérique latine et dans les Caraïbes ». Il a qualifié la relation entre les deux nations de « partenariat essentiel dont nous avons besoin dans cet hémisphère » et la Colombie de « pivot… de tout l’hémisphère. »

Lors du vote de l’Assemblée générale de cette année, la Colombie de Petro a perdu la tête et a voté contre les États-Unis. Un mois plus tôt, en octobre, Petro a demandé au secrétaire d’État américain Antony Blinken de « retirer Cuba de la liste des États qui parrainent le terrorisme. »

Petro a également renvoyé l’ambassadeur de Colombie au Venezuela, respectant ainsi sa promesse électorale de rétablir pleinement les relations diplomatiques avec le Venezuela. Petro et le président du Venezuela, Maduro, ont récemment discuté du renforcement de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes, dont Cuba est membre.

En 2019, le Brésil, sous la direction de Jair Bolsonaro, est devenu le premier pays d’Amérique latine à voter avec les États-Unis et contre la condamnation de l’embargo. La rupture avec le consensus latino-américain semblait être le produit de la volonté calculée de Bolsonaro d’améliorer les relations avec Donald Trump et les États-Unis. LeoGrande a qualifié l’abstention brésilienne de cette année de « tir idéologique d’adieu de Bolsanaro. » Ce sera le dernier du Brésil.

Avec la récente élection de Lula da Silva à la présidence du Brésil, le Brésil reviendra à une politique visant à s’affranchir de l’hégémonie américaine dans la région et à mettre l’accent sur l’intégration régionale. Celso Amorim, ministre des Affaires étrangères de Lula lors de son premier mandat de président et son actuel conseiller en politique étrangère, affirme que l’intégration latino-américaine reste cruciale pour la politique étrangère de Lula.

Les élections de Gustavo Petro en Colombie et de Lula da Silva au Brésil laissent présager une répudiation et un isolement encore plus forts des États-Unis lors des futurs votes de l’Assemblée générale condamnant l’embargo.

Bien que généralement attribuée à Kennedy, la genèse de l’embargo américain sur Cuba remonte à l’administration Eisenhower. Le 25 janvier 1960, le président Eisenhower suggère que la marine américaine mette Cuba en « quarantaine ». « S’ils ont faim, fulmine le président, ils mettront Castro dehors ». Son ambassadeur à Cuba, Philip W. Bonsal, l’a réprimandé avec un rappel moral : « Nous ne devrions pas punir le peuple cubain tout entier pour les actes d’un seul homme anormal. »

Moins d’un an plus tard, cette retenue morale s’était désintégrée. En octobre, les États-Unis interdisent les exportations vers Cuba, à l’exception de la nourriture et des médicaments, semant ainsi la graine de l’embargo qui frappe Cuba jusqu’à ce jour. En février 1962, Kennedy arrose cette graine et soumet le peuple cubain à un embargo économique total. Avec une cruauté croissante, en janvier 1964, Johnson a décidé d’inclure la nourriture et les médicaments dans l’embargo. En 2018, cet embargo a coûté 130 milliards de dollars à Cuba, selon l’ONU.

Bien que, faisant campagne pour être président en mars 2020, Biden ait promis qu’il « inverserait rapidement les politiques ratées de Trump qui ont infligé des dommages au peuple cubain et n’ont rien fait pour faire progresser la démocratie et les droits humains », il ne l’a pas fait.

Le ministre cubain des Affaires étrangères Bruno Rodriguez a déclaré que les quatorze premiers mois de l’administration Biden ont coûté à Cuba 6,35 milliards de dollars, soit plus de 15 millions de dollars par jour. Cette année, s’exprimant devant l’Assemblée générale, il a qualifié l’embargo « d’acte délibéré de guerre économique dans le but d’empêcher les revenus financiers du pays, de détruire la capacité du gouvernement à répondre aux besoins de la population, de provoquer l’effondrement de l’économie et de créer une situation d’ingouvernabilité ». Il s’est demandé à haute voix : « A quoi ressemblerait Cuba aujourd’hui, s’il avait eu ces ressources ? »

Les États-Unis ont étranglé le peuple cubain pendant soixante ans afin de maintenir leur hégémonie dans leur arrière-cour et d’étouffer les formes alternatives de gouvernement. Mais ils continuent aussi, m’a dit LeoGrande, « à s’opposer à la résolution annuelle en partie par inertie – une politique une fois en place a tendance à rester en place. » Le cynisme électoral joue également un rôle. LeoGrande a déclaré que la politique de Biden est également menée « en partie parce que s’abstenir, comme l’a fait l’administration Obama en 2016, serait dénoncé par les Républicains de Floride, traitant Biden de mou face au communisme à la veille des élections de mi-mandat. »

Les votes de l’Assemblée générale de l’ONU ne sont pas juridiquement contraignants. Mais les États-Unis ont récemment insisté, dans d’autres contextes, sur le fait que les votes reflètent l’opinion mondiale et ont un poids moral et démocratique. Si c’est vrai, alors les États-Unis ont la responsabilité morale et démocratique de suivre l’ordre international qu’ils prétendent défendre et de mettre fin à l’embargo sur Cuba.

Ted Snider est titulaire d’un diplôme supérieur en philosophie et il analyse les tendances de la politique étrangère et l’histoire des États-Unis.

Source : Anti War, Ted Snider, 21-11-2022

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

La main du Kremlin // 21.12.2022 à 08h03

Et maintenant avec les gazoducs c’est notre tour !
On va vivre une merveilleuse année 2023 avec un gaz ( rare ) 5X plus cher que le reste du monde !
Question , nos dirigeants sont ils de lâches nouilles intégrales ou des agents Américains ?
J’hésite toujours sur la réponse .
Pour la France et pour Ursula la seconde hypothèse me semble la bonne

25 réactions et commentaires

  • nulnestpropheteensonpays // 21.12.2022 à 07h20

    Le deep state américain est ignoble , une fois qu’on a dit ça , on fait quoi ? on devrait tous s’unir et leur filer une putain de tôle.Et démembrer cette aberration . Quoique les problèmes viennent principalement des bourgeois et ce dans tous les pays .Vous imaginez un monde égalitaire , juste , et ça c’est possible que si on se débarrasse des bourgeois , partout !

      +29

    Alerter
  • yannos // 21.12.2022 à 07h37

    Cet article montre une fois de plus l’inefficacité de l’ONU et l’aspect clairement anti démocratique de cette institution.
    L’embargo contre Cuba est une atteinte aux droits de l’homme et l’inaction des médias à ce sujet montre à quel point la notion de droits de l’homme est inexistante dans les choix éditoriaux de l’essentiel de la presse française.
    Je garde en mémoire le fait qu’à sa sortie de prison , les deux premiers chefs d’états à qui Nelson Mandela a téléphoné étaient Castro et Kadhafi, eux mêmes vilipendés par la presse occidentale.
    Un grand nombre de pays parlent d’impérialisme américain, je crois que c’est en partie vrai. Je crois qu’il s’agit surtout d’un impérialisme financier, industriel et médiatique au profit des plus forts c’est à dire des plus riches.
    Alors quand j’entend les tenants de ce pouvoir me donner des leçons de morale, je ronge mon frein puis j’essaie de rire.
    Mais ce n’est pas tous les jours facile quand autour de moi, la plupart des gens que je connais prennent au sérieux les informations des télés, radios, et journaux.
    j’insiste sur le fait qu’il faut sanctionner les fausses informations et leurs propagateurs.
    Les montrer du doigt et distribuer des cartons jaunes et rouges.
    Une fois encore je propose d’instituer un permis à point pour les journalistes et les médias car tant qu’ils auront le droit de mentir impunément, ils le feront.
    En tout cas, bravo pour votre travail.

      +30

    Alerter
  • La main du Kremlin // 21.12.2022 à 08h03

    Et maintenant avec les gazoducs c’est notre tour !
    On va vivre une merveilleuse année 2023 avec un gaz ( rare ) 5X plus cher que le reste du monde !
    Question , nos dirigeants sont ils de lâches nouilles intégrales ou des agents Américains ?
    J’hésite toujours sur la réponse .
    Pour la France et pour Ursula la seconde hypothèse me semble la bonne

      +39

    Alerter
    • Avunimes // 21.12.2022 à 10h09

      l’Europe est dans les mains des USA depuis 1918, la France entièrement depuis 1945.
      Nos dirigeants sont donc des pantins depuis lors même si même si De Gaulle à mis son grain de sable, l’appareil politique est resté en place, il est juste devenu atlantiste.
      Cela change évidemment la perception que l’on peut avoir de la seconde guerre mondiale menée principalement contre « le communisme » c’est a dire pour la prise en main de toute l’économie, ici russe, la cubaine, le « communisme » n’étant que le faux nez pour lancer des troupes fanatisés à l’esprit de clochers à l’assaut des richesses non encore en la possession d’un ordre financier puissant

        +8

      Alerter
      • Fpole // 21.12.2022 à 10h50

        Même la France qui est très clairement atlantiste, même la Pologne qui est ouvertement favorable aux USA, même la Grande Bretagne pour laquelle les USA sont une nation sœur, ont voté contre cet embargo.
        Tous ces pays n’ont pas (encore) osé approuver cet embargo. C’est dire que tous savent parfaitement qu’il est ignoble, injuste. Les USA ont la rancoeur tenace.
        Rien ne justifie cet état de fait, ni la géo politique, ni la morale, ni l’économie.

          +7

        Alerter
      • RGT // 24.12.2022 à 12h23

        De Gaulle a inauguré la saison des « révolutions de couleur » ne l’oublions pas après avoir dénoncé l’hégémonie du Dollar (« qu’il ne leur sied que d’imprimer ») et en sortant du commandement intégré de l’OTAN (en foutant dehors l’armée US qui avait des bases en France).

        Ensuite, ses successeurs se sont montrés de plus en plus « coopératifs » jusqu’à la trahison de Sarközy qui a rejoint le commandement intégré de l’OTAN et qui a validé le traité pourtant refusé par la majorité de la population en 2005…

        Ne vous étonnez donc pas si vous vous tiers-mondisez à marche forcée, les intérêts de « nos » dirigeants étant strictement à l’opposé des intérêts de la population.

        Finalement, d’ici peu, vous envierez le sort des cubains qui ont dit « NON » et s’en sont pris plein la gueule mais qui ne connaissent pas les SF qui crèvent dans les rues…

        Je ne suis pas un groupie de Castro mais il n’a pas agi pour son propre intérêt mais dans celui de la population cubaine.
        N’oublions jamais que sa première action après la révolution a été d’aller voir les USA pour leur demander un soutien.
        Les USA l’ont envoyer bouler en EXIGEANT que TOUS LES AVOIRS (bien mal acquis) des entreprises US leur soient restitués avant d’entamer la moindre négociation.

        Ayant compris que les USA ne lâcheraient rien et s’acharneraient contre Cuba, Fidel s’est alors tourné vers le seul pays qui pourrait le protéger des USA : L’URSS qui avait été depuis longtemps déstalinisée.
        Et Cuba n’a jamais été communiste…
        Cuba a depuis été socialiste (au vrai sens du terme, pas façon PS-bobo pété de tunes).

          +3

        Alerter
    • vert-de-taire // 21.12.2022 à 10h21

      très bien mais
      Pourquoi ‘me semble’ ?
      Tous leurs actes vont dans ce sens et jamais pour defendre en priorité les interets des populations ?
      Il me semble que ce semble est timoré voir faux.

      Surtout quand on sait que ces gens sont justiciables …
      Non seulement il ne respectent pas l’esprit des lois mais encore les rares lois applicables contre les bandits.

        +1

      Alerter
    • Samuel // 21.12.2022 à 22h20

      Tout notre système bancaire depuis 2008 est prisonnier de notre dette en dollars…Nos banques ont prêté des $ qu ils b avaient pas .. maintenant les USA nous tordent le bras et on obei, quitte a envoyer toutes notre artillerie, missile sol air a l Ukraine…nous sommes prisonniers du système dollar….

      https://brunobertez.com/2022/04/01/ce-que-vous-ne-devez-surtout-pas-savoir-ils-nous-tiennent-par-les-couilles/

        +2

      Alerter
  • patoche // 21.12.2022 à 08h39

    J’ai récemment lu (je ne sais plus où peut-être investig’Action ou Le grand soir) le témoignage d’une française qui va souvent aux usa pour travailler.
    Elle racontait qu’elle avait été interdite d’y entrer parce qu’elle avait fait du tourisme à Cuba « pays qui soutient le terrorisme ».
    Il s’agit d’une décision de Trump, mais son application a tardé et c’est Biden qui s’en est chargé.

      +12

    Alerter
    • alain maronani // 21.12.2022 à 12h53

      Je vais souvent a Cuba et aux USA. Il n’existe aucune restriction. Biden a annulé les mesures et sanctions supplémentaires mises en place par Trump. Les voyages depuis les USA pour les gens d’origine cubaine et leurs descendants sont de nouveau possible. Les immigrés cubains volontaires ou pas sont aussi ceux qui envoient régulièrement des mensualités à leurs proches restés sur place, depuis les USA ou d,ailleurs.

      Les cartes de crédit sont acceptés sauf celles issues par les banques et sociétés financières américaines.

      Cuba procède comme Isrel sur ce sujet et Il n’y a aucune trace sur votre passeport que vous avez séjourné à Cuba

      Il y a des retraités américains qui vivent a Cuba et dans le passé ils transitaient par le Mexique, certains ont acheté ou fait construire des maisons surtout sur la côte sud de l’île (Santagio de Cuba).

        +5

      Alerter
  • Auguste Vannier // 21.12.2022 à 09h34

    « A quoi ressemblerait Cuba aujourd’hui, s’il avait eu ces ressources ? »
    Toutes choses égales (càd un régime socio-politique de solidarité et de biens communs) ce serait probablement la démonstration concrète qu’il existe des alternatives au modèle US. En effet malgré cet embargo criminel, les agressions directes, les opérations spéciales, les sabotages, les psyops et la propagande massive incessante de son puissant voisin, ce petit pays a réussi remarquablement dans les soins éducatifs, de santé, alimentaires (agriculture quasi totalement bio), de loisirs et de culture (sport, musique,…). Ses aides à l’international lui valent aussi une belle reconnaissance dans de nombreux pays.
    Par comparaison, il suffit de regarder ce que donne le modèle US à la Jamaïque, Haïti, Porto Rico, et les petits pays d’Amérique centrale.

      +29

    Alerter
    • Yom // 21.12.2022 à 10h04

      Je ne me souviens plus où, mais l’une des meilleures réflexions que j’ai lues sur le sujet était une comparaison avec l’Irak de Saddam Hussein, lui aussi sous embargo entre les deux guerres menées contre l’Irak par les USA avec ses affidés habituels (moins la France pour la seconde, dans un bref sursaut d’honneur du duo Chirac / Villepin à l’époque).

      L’embargo imposé à l’Irak, bien que moins long et pas tout à fait aussi total que celui que doit encore aujourd’hui subir Cuba, y a causé la bagatelle d’un million de morts, dont un demi millions d’enfants au sujet desquels Madeleine Albright déclara que ça en valait le coût (ce dont chacun pourra juger au vu de la resplendissante démocratie que cela a permis d’installer dans ce pays, en y incluant le glorieux épisode de l’émergence de Daesh depuis le territoire irakien).

      La thèse de l’article était que c’était là le résultat d’un embargo sans le socialisme et que cela permettait, par contraste, de prouver certains mérites du socialisme cubain.

        +22

      Alerter
    • vert-de-taire // 21.12.2022 à 10h31

      Une petite réserve concernant un propos cité dans l’article :
       » Le ministre cubain des Affaires étrangères Bruno Rodriguez […] a qualifié l’embargo « d’acte délibéré de guerre économique dans le but d’empêcher les revenus financiers du pays  »

      Est-ce communiste de faire du fric avec du fric ?
      Il y a là comme un iatus.
      Abandon de l’esprit communiste concernant la finance de la part du gouv. cubain ou propos mis à la hauteur des occidentaux capitalistes ? ou ?

      éclairage bienveu des connaisseurs.

        +1

      Alerter
      • GG // 21.12.2022 à 12h04

        N’étant connaisseur que de pas grand-chose, je suggérerais simplement que l’auteur pensait « revenus monétaires » – des devises – ou « revenus commerciaux » – en particulier pour ce qui concerne la vente de pétrole -, lesquels revenus constitueraient des ressources bienvenues dans le budget national.

          +2

        Alerter
      • alain maronani // 21.12.2022 à 13h46

        Il y a des investisseurs étrangers a Cuba, surtout d’origine espagnole comme la chaîne touristique Melia, mais pas seulement, en partenariat avec Cuba.

        Ce dont le ministre se plaint c’est de la difficulté d’attirer des investisseurs.

        Vous devriez revenir de votre idée que Cuba est communiste comme vous le supposez. Il y a la doctrine officielle et la réalité.

        Le sport national reste le baseball et le pays qui est élu en majorité par les cubains qui quittent le pays reste les USA.

        Le gouvernement depuis les 5 dernières années encourage l’exode volontaire des plus jeunes après quelques années de travail sur place y compris les médecins. La misère est partout et très visible ou invisible dans les zones touristiques ou sont concentrées les hotels.

        Il faut résider en particulares..location chez l’habitant…pour saisir la réalité quotidienne, construite autour du fait de posséder des dollars us, de la connaissance de X ou de Y, du troc. Ceci s’est accéléré depuis la fin du peso local qui était interdit aux touristes et de la généralisation du PUC qui est l’équivalent du dollar US.

          +1

        Alerter
        • Ellilou // 21.12.2022 à 18h05

          « La misère est partout et très visible ou invisible dans les zones touristiques ou sont concentrées les hotels. »
          J’y ai séjourné en 2018 et si j’ai vu de la pauvreté je n’ai JAMAIS vu de misère, de gens affamés, dormant dehors, etc… comme dans nos belles et grandes démocraties. Et j’ai parcouru cette magnifique île de la Havane à Santiago et séjourné en dehors des hôtels. Ca reste mon vécu et mon ressenti personnels….je peux me tromper: un pays grandiose et un peuple invaincu et fort 🙂

            +9

          Alerter
          • alain maronani // 21.12.2022 à 21h00

            Je suis désolé mais je suis dans ce pays très souvent depuis longtemps et je sais de quoi je parle. Je pourrais vous emmener dans des villages ou les gens dorment dans des huttes…les gens sont souvent habillés de loques et je connais ce pays très bien.

            Si vous n’avez pas accès a des dollar US il est impossible d’acheter des produits indispensables comme les couches pour les bébés…du dentifrice, etc…ce ne sont pas les rations alimentaires avec des tickets pour le gaz, le poulet, le riz etc qui vont vous permettre de vous substanter…J’ai des amis a Santagio de Cuba et a la Havane, autrement je vais chez l’habitant dans des particulares.

            Je reconnais les qualités du gouvernement en place mais cessez donc de penser que ce pays est un petit paradis…l’attitude des USA ne peut tout excuser dans ce pays…je n’en écrirait pas plus.

              +3

            Alerter
            • Auguste Vannier // 26.12.2022 à 22h46

              J’ai séjourné et voyagé à Cuba pendant plus d’un mois au moment de la « période spéciale »… des difficultés bien réelles étaient amorties par des services essentiels gratuits et de qualité, par beaucoup de solidarité, et une sorte de « joie de vivre » très liée à la dignité préservée des personnes.
              Personne ne dit que c’est un « petit paradis » (d’ailleurs qu’est-ce que c’est?), mais simplement que malgré une « guerre économique » et idéologique sans égale, ce petit pays s’en sort beaucoup mieux que les pays comparables de la région qui « bénéficient » du modèle et de l’aide(??) US.
              L’attitude des USA, si elle n’explique pas tout est ignoble et déconsidère ses dirigeants aux yeux du reste du monde, et cela est confirmé par l’Irak, la Libye, la Syrie, et maintenant l’Ukraine .

                +3

              Alerter
    • Dominique65 // 22.12.2022 à 15h39

      Cuba a une espérance de vie supérieure à celle des Etats-Unis. Cet indicateur est très fort et devrait être plus souvent mis en avant.

        +5

      Alerter
  • Yom // 21.12.2022 à 09h35

    En tous cas, merci Les Crises de publier cette information. Car aucun des médias agrégés par Google News (tous neutres, intègres et même, pour certains d’entre eux « de référence ») ne pipe mot de cette histoire.

      +13

    Alerter
  • petitjean // 21.12.2022 à 10h51

    Combien de temps encore va-t-on laissé les USA imposer leur tyrannie sur le monde ?

    une lueur d’espoir :

    https://www.dedefensa.org/article/confirmation-de-la-folie-usa

      +8

    Alerter
  • Savonarole // 21.12.2022 à 13h56

    Il est beau , « l’ordre mondial fondé sur des règles », la règle normale c’est quand on fait une connerie , il y a sanctions. Mais il y a des exeptions. Pleins.
    Par exemple , Cuba est lié au fait qu’on a refilé le droit de vote aux expatriés Cubains et qu’on peut pas gagner la présidence sans les votes de ces opposants au régime en place à Cuba.
    Les Cubains n’ont enfreint aucune règle mais ils sont sanctionnés quand même. Par contre, un pays qui passe son temps à bombarder sa propre population ne sera pas sanctionné mais sera bien sur aidé si ça arrange les finances des entreprises US ou si le lobbying est bien fait ou si la communauté « vote bien » …
    Ces gens sont d’une bassesse à vomir. C’est à vous dégouter de la démocratie.

      +8

    Alerter
    • alain maronani // 21.12.2022 à 14h11

      Les expatriés cubains aux USA sont comme les autres. Ils doivent attendre au minimum 5 années avant de pouvoir voter.

      L’immigration cubaine était surtout concentrée en Floride ou s’agite le sénateur Mario Rubbio d’origine cubaine et les votes systématiquement contre Cuba sont surtout le fait des générations les plus anciennes pas de leurs descendants. Les temps changent mon ami.

      Il n’est pas nécessaire de gagner le vote des grands électeurs en Floride ou ailleurs pour devenir président des USA comme Joe Biden en 2020 qui a obtenu près de 48 % des voix dans cet état, Trump 52 %

        +2

      Alerter
  • ouvrierpcf // 21.12.2022 à 17h52

    cest pour cela que consulter le site les crises est important au moins pour connaitre toutes les situations politiques du monde et surtout du monde dit occidental libre liberal social démocrate merci les crises

      +4

    Alerter
  • lju // 26.12.2022 à 13h38

    le mieux est de proposer un ryrhme de sanctions, tant que le bouledogue étatsunien ne lâche pas prise, commencer par les débrancher du système Swift, proposer à l’Iran, à la Corée du Nord, à Cuba (évidemment) des armes ultramodernes. Ensuite considérer tout état qui ne signe pas les conventions internationales comme un État terroriste, excepté la Chine, juste pour que le deux poids deux mesures soient partagés par tous.
    Faire de Assange le secrétaire général de l’Onu, décerner le prix nobel de la Paix à Poutine en souvenir de celui donné à Obama…

      +3

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications