Les Crises Les Crises
22.mai.201422.5.2014 // Les Crises

Conférences de François Asselineau sur l’Europe

Merci 18
J'envoie

Allez, pour finir d’enrichir le débat sur l’Europe, je vous propose quelques (longues) conférence de François Asselineau sur ce sujet… Cet HEC / énarque / Inspecteur Général des Finances a mené une longue carrière dans les cabinets ministériels, avant de fonder le parti UPR. Il réalise de longues et fouillées conférences pour informer les gens – exercice dont il est même un stakhanoviste…. Vous avez le choix entre celles-ci … 🙂 Indiquez en commentaire votre préférée…

Il propose – à raison, et je me demande pourquoi il est quasiment le seul – de sortir de l’Union européenne (et de l’OTAN). Déjà que ce bidule nous conduisait à l’austérité généralisée, à la soumission aux USA, puis au recul démocratique, depuis que je les ai vu faire avec l’Ukraine, je suis persuadé qu’ils nous conduiront à des conflits, internes ou externes…

Comme l’a très bien dit le général :

Alain Peyrefitte– – Le traité de Rome n’a rien prévu pour qu’un de ses membres le quitte.

Général de Gaulle. – C’est de la rigolade ! Vous avez déjà vu un grand pays s’engager à rester couillonné, sous prétexte qu’un traité n’a rien prévu pour le cas où il serait couillonné ? Non. Quand on est couillonné, on dit : “Je suis couillonné. Eh bien, voilà, je fous le camp ! “ Ce sont des histoires de juristes et de diplomates, tout ça.

AP. – Nous pouvons dire que ce n’est pas nous qui abandonnons le Marché commun, c’est lui qui nous abandonne.

GdG. – Mais non ! Ce n’est pas la peine de raconter des histoires ! D’ailleurs, tout ce qui a été fait pour l’Europe, par ceux qu’on appelle les “européens “, a très bien marché tant que c’était la France qui payait tout. On a commencé par la Communauté européenne du charbon et de l’acier. Ça a consisté en quoi ? En ce qu’on a rendu à l’Allemagne son charbon et son acier, qu’elle n’avait plus car on les lui avait retirés. On les lui a rendus pour rien. Et ça a consisté à donner aux Italiens ce qu’ils n’avaient pas : du charbon et du fer. Alors, ils ont pu faire une industrie métallurgique. Mais nous, nous n’avons pas retiré un rotin de la CECA, pas un rotin !

Nous avions un problème qui était la modernisation de nos mines, mais nous les avons modernisées sans que la CECA nous donne un sou. Voilà ce qu’a été la CECA ! C’était une escroquerie, au profit des Allemands et des Italiens !

« Après quoi, on a fait l’EURATOM. Et c’est la même chose. Dans l’EURATOM, nous apportons 95% . Il n’y a que nous qui ayons une réelle capacité atomique. Les autres n’en ont absolument aucune, ni installations, ni spécialistes pour les faire tourner. Alors, nous mettons en commun nos 95% de capacité atomique et les autres mettent leurs 5% et on partage les résultats, chacun au même titre ! C’est une escroquerie !

« La Communauté européenne de défense, c’était la même chose. Pourquoi l’a-t-on inventée ? Parce que les Allemands n’avaient pas d’armée. Alors, comme on avait peur des Russes, il fallait qu’ils en fassent une, mais comme on ne voulait pas qu’elle soit sous commandement allemand, on la plaçait sous le commandement du général Norstadt. Mais du coup, on voulait en faire autant pour l’armée française ! C’est l’Europe à leur façon. Mais si l’on veut faire une Europe qui ne soit pas à notre détriment, alors, il n’y a plus personne !

« Évidemment, aujourd’hui, les Allemands commencent à se dire : « Si nous ne faisons pas le Marché commun avec les Français, les Français vont s’arranger avec les Russes. Et ensuite, qu’est-ce qui va nous arriver ? Nous serons en danger. » Et c’est parfaitement exact. Si la politique du traité franco-allemand, c’est-à-dire le noyau de l’Europe, ne réussit pas, eh bien, nous irons vers d’autres.

AP. – D’autres, c’est-à-dire les Russes ?

GdG. – Naturellement ! Ils voient que le moment est venu. Ils nous font des mamours, en se disant : “On va pouvoir s’arranger avec les Français, comme autrefois.” Et dans ce cas, nous cesserons d’être couillonnés, ce sont les Allemands qui le seront. »

“C’était de Gaulle” d’Alain Peyrefitte – Tome 2 – Page 267

Bref, voici quelques conférences :

Et une fois qu’on a foutu le camp, on repart sur d’autres bases, de coopérations intergouvernementales à quelques pays – et surtout sans Parlement supranational…

Enfin bon, en théorie… Parce qu’en pratique, comme on n’est pas en Démocratie, cela ne se passera pas ainsi. Il faudra atteindre que le bidule explose en raison de ses monstrueuses erreurs… Ce qui prendra probablement bien moins de temps que la solution démocratique notez…

L’EUROPE, C’EST LA GUERRE !

Cette conférence de François Asselineau a eu lieu à Bourg-lès-Valence le 23 novembre 2013.

Tirant parti de ce qu’il n’y a pas eu de conflit armé, en effet, entre la France et l’Allemagne depuis 1945, la propagande européiste nous assure que cette situation heureuse découle indubitablement de la construction européenne et que celle-ci ne saurait donc être remise en question, sauf par de dangereux va-t-en guerre. Pour beaucoup de Français, cet argument selon lequel « l’Europe, c’est la Paix » est d’autant plus intimidant qu’il semble incontestable.

Pourtant, cet argument selon lequel « l’Europe, c’est la Paix » est à la fois faux et très dangereux. Car, comme bien souvent dans l’histoire des hommes, une construction politique prétendument porteuse de paix est en train de nous conduire à la guerre.

Cette conférence, sans équivalent sur toute la scène politique française, démontre que le faisceau de causes qui a entraîné le monde dans la catastrophe de la Première Guerre mondiale se retrouve hélas quasiment à l’identique sur une autre échelle géographique. Paradoxe cruel, c’est ainsi la prétendue « construction européenne » qui risque de nous entraîner dans une Troisième Guerre mondiale !

Les 10 raisons qui nous imposent de sortir de l’Europe

Conférence de François ASSELINEAU donnée le 6 Avril 2013 à Pontarlier.

La construction européenne est-elle encore démocratique ?

Après Namur le 15 mai 2013, le président de l’UPR était invité, le jeudi 16 mai 2013, à prononcer sa conférence “LA CONSTRUCTION EUROPÉENNE EST-ELLE ENCORE DÉMOCRATIQUE ?” dans l’une des plus prestigieuses universités de Belgique et d’Europe : l’Université Libre de Bruxelles (ULB).

Les 12 impasses de la construction européenne

Depuis 60 ans, on explique aux français que la construction européenne est l’avenir de la France. Que l’Europe serait inéluctable et qu’elle nous apporterait paix, bonheur, démocratie et prospérité. (2010)

Les 12 impasses de la construction européenne

L’Europe, la mise en place d’une dictature

Conférence de François Asselineau du 22 septembre 2012 près du lac d’Annecy. Pour des raisons techniques les 10 premières minutes n’ont pas été filmé, elles ont donc été remplacé par le son et le powerpoint de la conférence.

Pourquoi l’Europe est-elle comme elle est ?

François Asselineau explique pourquoi l’Europe ne peut être autrement que ce qu’elle est et pourquoi une autre Europe est impossible. (2011)

L’Europe, c’est la paie

Une conférence de François ASSELINEAU sur l’Europe et ses dépenses somptuaires. (SENS, décembre 2011)

Témoignage de Vincent Brousseau

Diplômé de l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud et titulaire de deux doctorats, l’un en mathématiques et l’autre en économie, Vincent Brousseau a travaillé pendant 15 ans à la Banque centrale européenne (BCE) à Francfort et était, jusqu’au 1er janvier 2014, l’un des deux économistes français du département de la politique monétaire.

Écœuré, il a démissionné et a rejoint l’UPR. Il donne une vision très intéressante d’un insider de la BCE :

Actualité

François Asselineau, président de l’Union Populaire Républicaine (UPR), était l’invité de La Place des Idées où il a répondu aux questions des étudiants de l’École Supérieure de Journalisme(ESJ) (réalisé le 20 février 2014)

Et je ne saurais terminer sans sa vision de l’Ukraine ! 🙂

François Asselineau sur l’Ukraine : “C’est bien le moment pour parler de complot !”

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

130 réactions et commentaires

  • jonathan fayard // 22.05.2014 à 04h41

    Toujours très pédagogique Asselineau.

    Ses références au C.N.R sont séduisantes également, mais cela nous ramène il y a 60/70 ans.
    Le monde a changé, les enjeux écologiques, technologiques, les possibles nouvelles formes de répartition des richesses et d’exercice de la démocratie ne font pas partie des thèmes qu’il aborde.

    Sans doute désir t’il se focus sur la sortie de l’UE. C’est légitime mais est-ce suffisant pour inspirer un élan populaire?

    En tout cas, excellent l’échange Peyrefitte/de Gaulle en préambule.
    Ah sacré général, même si on n’est pas à 100% sur sa ligne on peut que le pleurer quand on voit notre quotidien politique.

      +0

    Alerter
    • Jocelyn // 22.05.2014 à 11h38

      Le programme inspiré de celui du CNR est au contraire pleinement d’actualité. J’en veux pour preuve le témoignage de Denis Kessler du 4 octobre 2007, dans lequel il explique que les réformes prises par nos gouvernements successifs visent à défaire méthodiquement tout ce qui a été mis en place par le CNR entre 1945 et 1952, faisant régresser d’autant notre pays. Il s’agit pour l’UPR de tout remettre en place, et donc de faire un grand bond en avant.

        +0

      Alerter
    • jacqueline73 // 22.05.2014 à 12h02

      Oui mais ça fait 50 ans ( depuis Pompidou, un banquier ) qu’on a quitté la bonne trajectoire.

      Si on a l’occasion de rejouer la partie, il faut revenir au départ sinon ce sera à nouveau “game over”.

      Bien sûr le monde a changé, mais parce que certains y ont vu une opportunité à court terme, nous racontant que c’était inéluctable et que c’était l’avenir. Résultat on fonce dans le mur.

      On nous fait peur en disant qu’on ne peut pas s’isoler du monde, on est un si petit pays ! Alors les Suisses, devraient être morts de peur !

        +0

      Alerter
      • Laurent // 22.05.2014 à 17h34

        Absolument. La Suisse n’est ni membre de l’UE, ni membre de l’Euroland, ni membre de l’OTAN et s’en porte pas plus mal. Par contre, il faudrait que la France fasse sa révolution culturelle et arrête de penser que l’Etat peut et doit régler tous les problèmes. Un peu de bonne gestion des fonds publics pourrait certainement aider. Encourager au lieu de décourager l’implantation d’entreprises et/ou de privés. Favoriser l’initiative privée au lieu de la décourager. Il y a tant d’atouts en France. Ah oui que son auto-déclarée élite soit patriote au lieu de traiter les Français de fainéants et de nuls. Quelle honte de la part de dirigeants qui sont largement coupables de cette situation !!!

          +0

        Alerter
    • AristippeO // 22.05.2014 à 16h55

      Quittez l’union Européen serait un retour en arrière? ça ressemble à un élément de langage…
      Demandez à un prisonnier politique s’il veut retourner en arrière et recouver sa liberté; Il répondra évidemment “Oui”, alors si vous lui dite que le monde à changer depuis qu’il est prison et que de recouvrer sa liberté est inutile, vous êtes cher Jonathan Fayard en plein cynisme ou bien êtes-vous, en faite, le gardien de cette geôle..?

        +0

      Alerter
    • Carlos // 22.05.2014 à 19h12

      Il est faux de dire que le CNR nous ramène 70 ans en arrière. C’est un peu comme dire suivre la déclaration des droits de l’homme et du citoyen nous ramène 200 ans en arrière.
      La plupart des propositions du CNR sont générales et de principes. Dans la remise au gout du jour il est question de transformer le CSA, d’Internet, du vote Blanc, de démocratie directe, de l’ONU, de l’UNESCO, de l’OMC…
      Il est bien ancré dans les réalités d’aujourd’hui avec des propositions novatrices.
      Et OUI je suis d’accord avec vous, ce programme fait RÊVER

      C’est pourquoi à 40 ans c’est la première fois que j’adhère à un parti politique.

        +0

      Alerter
    • furax // 23.05.2014 à 21h00

      Vous êtes d’une sévérité excessive!
      Cette fois l’Europe va prendre son tournant social. Si,si, c’est promis!
      Voyez vous-mêmes:
      http://www.agoravox.tv/actualites/europe/article/35-ans-de-promesses-d-europe-45322
      A diffuser sans modération!
      :-))

        +0

      Alerter
  • Amy // 22.05.2014 à 05h24

    Enfin!
    Merci

      +0

    Alerter
  • Charles Michael // 22.05.2014 à 05h35

    je suis plutot d’accord avec l’UPR et les positions de Asselineau sur l’Europe
    plusieurs fois en réponse à des commentaires (libé, blog de Sapir) des militants UPR m’ont signalé ce parti.
    l’Europe c’est la guerre, oui surement et depuis 1991 l’Otan nous y a entrainné à plusieurs reprises; mais avant c’était aussi pas la paix, la “guerre froide” sous l’équilibre de la terreur.
    donc rien à voir avec les craintes de guerres Franco- Allemandes (3 en 70 ans dont 2 mondiales).

    si j’habitai en france j’aurai peut-être été les voir, en même temps sur le plan économique je suis pour organiser la décroissance et préparer, autant que possible, le déclin et la fin de l’ère industrielle.
    de par ses structures géographiques (climat, étendues, ressources) la france a de meilleures chances de survie.

    mais tout simplement, je refuse l’UE telle qu’elle s’est construite, j’ai fait cessession et je ne voterai pas.

      +0

    Alerter
    • Paul // 22.05.2014 à 11h43

      En ne votant pas UPR vous vous inscrivez dans le jeu des europeistes qui nous conduisent à la guerre.

        +0

      Alerter
    • Chris // 22.05.2014 à 13h28

      Moi aussi, je n’habite pas dans l’UE. J’ai adhéré à UPR en 2010, tellement j’en avais ma claque des gesticulations de Sarkosy, de la ratification du traité de Lisbonne en 2008 par le Parlement alors que le référendum de 2005 l’avait refusé puis notre retour dans l’OTAN ! Avec Hollande, la politique étrangère de la France fait dans le grandiose : une nullité qui ne noue l’estomac.
      J’ai pensé de pas aller voter, puis je me suis ravisée. Je ne veux pas faire la part belle à des UMP-PS-FN-UDI-DLR et j’en oublie. Il faut absolument booster ce parti (de plus ostracisé par les médias dominants) pour démontrer qu’il y a une sortie de ce grand foutoir.
      Sortir de l’UE ne signifie pas sortir de l’Europe. Nous avions des accords avant, nous en aurons après !
      DLR ne propose pas de sortir de l’UE. DLR semble oublier qu’on ne change pas l’UE de l’intérieur, car pour ce faire il faut l’unanimité des 28 Etats-membres. Or les derniers arrivés chouchoutés par les aides sont très satisfaits de l’UE !
      UPR est le seul parti qui annonce clairement la couleur : sortir de l’Union Européenne, sortir de l’Euro et sortir d’un OTAN qui nous rend complices des guerres et manoeuvres hégémonistes des Etats-Unis.
      C’est bien pourquoi les médias français ne relaient absolument pas UPR !

        +1

      Alerter
    • Torsade de Pointes // 22.05.2014 à 21h21

      Qui peut croire encore que l’Europe c’est la paix, quand on voit que les pays européens se sont impliqués, sous la houlette de l’OTAN, qui constitue le système de défense de l’UE selon les traités, dans un grand nombre de guerre partout dans le monde ? En fait, ce à quoi nous assistons, c’est une guerre après l’autre — oh ! pas de bonnes petites guerres internationales comme dans le temps jadis, mais d’impitoyables guerres d’annéantissement, et l’on ne voit pas que l’UE ait fait quoi que ce soit pour empêcher leur survenue.

      Quant à l’idée fort répandue selon laquelle ce sont toujours les nations, et seulement elles, qui sont à l’origine des guerres, il n’est pas difficile de démontrer que cela est faux. Parcourons p.ex. la liste des belligérants de la Première Guerre mondiale : il y a des États-nations, bien sûr, la France, le RU, l’Allemagne (quoique… d’autres nationalités vivaient alors au sein de l’Empire allemand), l’Italie etc., mais on trouve dans cette grosse empoignade autant d’empires et d’États plurinationaux, à commencer par l’Autriche-Hongrie, État multinational par excellence, dont l’expansionnisme fut sinon la cause, du moins a fourni l’élément déclencheur de la conflagration, mais aussi l’Empire ottoman, et l’Empire russe, qui était loin de n’héberger que des populations russes sur son territoire. L’assertion voulant que les nations laissées à elles-mêmes finissent toujours par se taper dessus est proprement insultante. Du reste, par quel miracle un État plurinational, comme l’UE, serait-il à l’abri de toute tentation de partir à la guerre ? En vérité, c’est le contraire qui est vrai : ce type d’États finit immanquablement par déclencher la guerre, pour un certain nombre de raisons : 1) un tel État ne peut pas être démocratique ; 2) un tel État n’a pas de limites fixes, définies par une longue histoire, par le sentiment d’appartenance de ses habitants, par un territoire homogène linguistiquement, ethniquement etc., d’où l’expansionnisme propre à ces structures, les portant à s’emparer sans cesse de territoires limitrophes ; 3) le manque d’unité interne et l’incessante menace de désagrégation qui poussent ces États à se chercher un semblant de cohésion par la désignation d’un ennemi extérieur, donc par la guerre, comme garantie de leur pérennité.

      L’Autriche-Hongrie, cette préfiguration de l’UE, est un cas d’école. Menaçant de partir en capilotade, se fissurant de toutes parts, elle crut pouvoir faire face à cette situation intérieure par une fuite en avant, en l’espèce : par une gourmandise territoriale en direction des Balkans. L’affaire ukrainienne n’est pas sans rappeler cet appétit d’extension manifesté autrefois par l’Empire autrichien. Car qu’est-ce que cette affaire ukrainienne, sinon l’annexion brutale, par l’Empire européen, d’un territoire limitrophe qui ne lui appartient pas ? Cet annexionnisme de Brussels n’est pas motivé, et surtout pas limité, par le désir de former une unité ethniquement homogène, puisqu’une telle homogénéité est contraire à l’essence d’un empire plurinational. Au contraire, ce même principe du moins pose des limites aux aspirations territoriales d’un État qui se voit comme organisation étatique d’un seul peuple. Évidemment, il se peut néanmoins qu’un État-nation veuille la guerre pour d’autres raisons — je ne suis pas naïf.

      Les empires plurinationaux ont besoin de la guerre, d’abord pour se constituer, c’est-à-dire englober des peuples disparates, lesquels bien sûr s’y refusent, ensuite pour se maintenir en vie, envers et contre tout, en se créant un ennemi extérieur, chaque fois renouvelé au fur et à mesure des nouvelles conquêtes. Un État-nation peut certes être tenté de se lancer dans une guerre, mais il peut aussi décider de n’en rien faire ; un État plurinational en revanche ne peut pas décider de renoncer à la guerre, car la guerre lui est consubstantielle, elle lui est une condition de survie.

      Merci de votre attention.

        +0

      Alerter
  • LA ROQUE // 22.05.2014 à 06h41

    Asselineau est comme vous, il dit des choses extrêmement intéressante mais on le voit pratiquement jamais sur les médias.
    Olivier vous devriez écouter l’intervention de Bernard Kouchner hier sur canal plus.
    http://www.canalplus.fr/c-divertissement/c-le-grand-journal/pid5411-le-grand-journal-l-emission.html

      +0

    Alerter
    • Paul // 22.05.2014 à 11h48

      Si FA n’est pas dans les médias c’est que l’on ne l’y invite pas… pardi!

      C’est le seul de tous les partis qui indique que le France doit sortir de l’ue de l’€ et de l’otan!!!

      Si vous êtes curieux:
      https://www.facebook.com/notes/fran%C3%A7ois-asselineau-union-populaire-r%C3%A9publicaine/communiqu%C3%A9-de-presse-du-25-avril-2014-lupr-saisit-en-urgence-le-csa/10151993362657038

        +0

      Alerter
      • V_Parlier // 22.05.2014 à 15h16

        Ce n’est pas le seul parti. Il est peut-être le meilleur, je ne discute pas, mais il arrive beaucoup trop tard. Si on se retrouve avec 3-4 partis eurosceptiques différents et qu’ils ne veulent pas s’associer, les partis dominants s’en frotteront les mains.

          +0

        Alerter
    • C Balogh // 22.05.2014 à 13h46

      ne pas le voir sur les médias est plutôt ama, la preuve que ce qu’il dit est réaliste et ne dois en aucun cas transpirer vers le peuple.
      Être partout dans les médias est la preuve que vous lêchez les bottes de ce gouvernement fantoche.et que vous véhiculez la pensée unique, ça pour ça, vous aurez TOUTES les audiences.

        +0

      Alerter
      • Hellebora // 22.05.2014 à 14h48

        Ya pas longtemps, il a eu 1 minute (‘”la minute nécessaire ?”) sur F Inter, un matin, au micro de Stéphane Leneuf. Et récemment, Bourdin a daigné le recevoir. Pour le reste, il est blacklisté par les médias. Il leur fait peur peut-etre…?

          +0

        Alerter
        • A-J Holbecq // 22.05.2014 à 14h52

          Je pense que c’est tout simplement parce qu’il n’a aucun élu dans son parti et qu’en fait il ne représente “rien” politiquement (combien a t-il fait à l’élection législative partielle dans le Lot ? 0,21% si je me souviens bien?) .
          Selon les résultats de l’UPR dimanche, il est possible que ça change.

            +0

          Alerter
      • FL // 22.05.2014 à 18h48

        En effet, si l’on ne l’entend jamais c’est pour la raison que vous dites.
        François Asselineau propose une manière d’être Français en toute indépendance et je crois dans cadre parfaitement républicain, ce qui est notre manière de pratiquer la démocratie.
        Cela me semble tout à fait moderne.
        Contrairement à lui, je crois que notre principal “ennemi” est dans notre bourgeoisie, ennemi à la façon dont Mitterrand parlait des Etats-Uniens en répondant a son intervieweur à la fin de sa vie,
        Il s’agit de notre “élite” précisément, dont une partie est dépitée de n’être que Française sans doute, et qui a pour unique rêve que de devenir élite des Etats-Unis d’Europe et par conséquent aussi importants que leur modèle d’outre atlantique.

          +0

        Alerter
  • Guillaume // 22.05.2014 à 06h51

    Bonjour,

    Tout d’abord en tant que simple membre UPR, laissez moi vous remercier d’avoir relayé nos analyses, je regrette malheureusement que ce soit si tard, si vous avez vu nos conférences et analyses, vous savez alors qu’il faut énormément de temps pour de-tricoter et mettre à bas les décennies de propagandes mensongères, c’est pour cela que ces vidéos sont extrêmement longues, et comme si cela ne suffisait pas, ça prend énormément de temps au gens d’accepter de s’être fait “arnaquer” pas les Europeistes, et pour la majorité des victimes d’une arnaque, il faut parfois des semaines, voir des mois pour accepter l’évidence. C’est pour ca que je trouve votre poste malheureusement un peu tardif pour les élections Européennes à venir.

      +0

    Alerter
    • Richard // 22.05.2014 à 21h38

      Bonjour Guillaume,

      Ce n’est jamais trop tard.

      je pense qu’il faut laisser le temps aux idées de se répandre, car nous passons souvent, et même sans nous en rendre compte, par différentes phases avant d’assimiler ces nouvelles informations (vous connaissez l’adage: “Au début ils vous s’ignorent, ensuite ils vous raillent, puis ils s’opposent, et enfin ils acceptent…”)

      Donc c’est un processus par définition long, et qui doit l’être, afin d’aboutir a son but dans les conditions les plus sereines.

      Certes, il ne faut pas non plus s’endormir 🙂

      Merci à Mr Berruyer.

        +0

      Alerter
  • A-J Holbecq // 22.05.2014 à 07h58

    “Et une fois qu’on a foutu le camp, on repart sur d’autres bases, de coopérations intergouvernementales à quelques pays – et surtout sans Parlement supranational…”

    Je signale que c’est exactement ce que propose DLR et Nicolas Dupont Aignan …
    Lire par exemple : http://www.debout-la-republique.fr/une-france-libre-au-service-de-l-interet-general
    //” La construction européenne actuelle pose un double problème :

    Dans son organisation, elle impose un modèle fédéral autoritaire, opposé aux nations, anti-démocratique, et composé d’organisations technocratiques non responsables devant le peuple (BCE, Commission Européenne)
    Dans son contenu, l’Europe cherche trop souvent à graver dans le marbre des traités des politiques précises, le plus souvent d’inspiration néolibérale, qui devraient pourtant être à la discrétion des gouvernants du moment. Les traités ne devraient concerner que l’organisation des pouvoirs et en aucun cas le contenu des politiques.

    Partant de cette analyse, et plutôt que de chercher à transformer des traités qui ne sont pas réformables, nous proposons donc de dénoncer l’ensemble des traités européens. Ils sont illégitimes depuis le non des peuples au référendum de 2005, trahi par la ratification du traité de Lisbonne en 2008 par le PS et l’UMP. L’objectif est de bâtir une nouvelle Europe des Etats et des coopérations, dans le cadre d’un traité simplifié et limité aux questions de l’organisation des pouvoirs, comme nous l’avions proposé lors des élections européennes de 2009.

    1/ Dénoncer les traités et bâtir une Europe des Etats et des coopérations.

    Négocier un nouveau traité confédéral qui rende aux États-nations leur liberté d’action en délimitant strictement les compétences de la Coopération des Etats Européens (CEE)//
    etc…

      +0

    Alerter
    • Caroline Porteu // 22.05.2014 à 10h58

      Bonjour André Jacques
      Contente de vous revoir ici .
      NDA est un peu mieux relayé que Asselineau , mais pas beaucoup .

      Les partis Gaullistes sont le pire danger pour les technocrates de l’UE comme pour Washington . Donc ils ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour les minimiser et faire en sorte que surtout on ne parle pas d’eux .

        +0

      Alerter
      • Norton // 22.05.2014 à 12h00

        @Caroline Porteu,

        L’UPR de François Asselineau cite souvent de Gaulle mais analyse froidement le gaullisme dans son ensemble et peut également le critiquer sur certains aspects…L’UPR ne se réclame absolument pas comme un mouvement gaulliste.
        Cependant,à travers une vision historique de la France et des choix populaires qui l’ont faite évoluer,l’UPR partage avec de Gaulle l’idée d’un peuple souverain dans un pays libéré de toute influence étrangère mais ouvert au monde,notamment francophone…

          +0

        Alerter
        • LA ROQUE // 22.05.2014 à 14h25

          L’ UPR et DLR devrait s ‘associer plutôt que de faire cavalier seul.
          Cela leur porte préjudice car comme on peut le voir la comparaison arrive rapidement,untel et mieux que untel alors que sur le fond il disent la même chose.
          Et personnellement cela me faciliterai la tache pour le vote !

            +0

          Alerter
          • FifiBrind_acier // 22.05.2014 à 19h51

            Bonjour,
            Hélas DLR ne veut pas du tout sortir de la construction européenne.
            Il en veut une autre, une Europe des Nations.

            L’UPR ne veut plus du tout de la construction européenne, pour retrouver la souveraineté, remettre en place tout ce qui a été concédé à l’ UE dans le dos des peuples.

            L’idée gaulliste était qu’une Europe des Nations avec la France comme leader était possible. Il a donc signé avec Adenauer le Traité de l’ Elysée, qui a déchaîné la colère de Kennedy!

            De Gaulle s’est fait rouler dans la farine par Kennedy et Adenauer, qui a ajouté un préambule au Traité, qui remettait tout ce que De Gaulle ne voulait p

              +0

            Alerter
          • arnaud // 22.05.2014 à 20h08

            c’est faux ils ne disent pas du tout la même chose, car l’UPR c’est 3 points et 3 points seulement :

            1. Sortir de l’union européenne
            2. Sortie de l’OTAN
            3. Sortir de l’euro

            Seul l’UPR propose cela, et quiconque est d’accord avec ces 3 points peut adhérer à l’UPR.

              +0

            Alerter
      • Charles Michael // 23.05.2014 à 06h11

        J’ai additionné ( en laissant les deux dernières vidéos de coté), sommairement les temps de ces 7 conférences: 14 heures,

        C’est pas forcément malheureusement un format très adapté au système de communication actuel, même si plus connues ses positions pourraient rencontrer le large champs porteur de la contestation à l’UE.
        Il s’inscrit dans un travail de remise en question des clichés et dogmes et forcément dans une longue marche de révolution culturelle. C’est pas gagné.

        Je pense que, si l’UPR en a les capacités, une séries de livres courts (160 pages) traitant chaque fois d’un sujet précis basés sur des faits, rédigés par un collectif, aiderait à battir ces fondations.

        Il reste 3 ans à ce jeune parti avant La campagne présidentielle, il devra garder un positionnement “au-dessus” des partis sans tomber dans le centrisme, ce qui n’est pas simple. Je me souviens de Jobert et de son “ailleurs”.
        mais si, comme je le pense, ses analyses son correctes et que l’UPR arrivent à proposer à la fois un changement de paradigmme économique et une pesnée internationale pragmatique, il pourrait devenir un objet d’attention.
        donc d’attraction.

          +0

        Alerter
    • Geroges // 22.05.2014 à 11h10

      Ca veut dire quoi “dénoncer les traités” ?

      Concrètement, NDA est élu président, il fait quoi ? Il appelle quels dirigeants de quels pays ? Il leur dit quoi ? Il appelle Baroso (ou Schulz) et il leur dit quoi ? Il appelle Obama et il lui dit quoi ?

      J’étais pour NDA à un moment, et puis, pour l’avoir personnellement interrogé sur ses incohérences, j’en ai conclus qu’il tentait d’enfumer son monde, comme les autres. Après j’ai découvert Asselineau. Au moins, lui est clair et net. Pas de place pour l’interprétation.

        +0

      Alerter
      • V_Parlier // 22.05.2014 à 15h22

        Il est vrai que NDA est membre de la French-American-Foundation. Çà la fout mal pour un eurosceptique gaulliste…

          +0

        Alerter
        • A-J Holbecq // 22.05.2014 à 15h29

          Ah, il y avait longtemps qu’on avait pas sorti ce genre de calomnie UPRiste … 🙂

            +0

          Alerter
          • georges // 22.05.2014 à 20h09

            AJH, ça ne répond pas à ma question sur le fond 😉

            Quid du principe de réalité ?

              +0

            Alerter
      • Tikehau // 22.05.2014 à 20h38

        Tout à fait sur la même ligne de pensée Geroges !

        Ceux qui suivent F.A. dans ses conférences n’ont aucune difficulté à comprendre que l’europe (avec un “e” minuscule) qui se construit sous nos yeux est celle qui nous enchainera demain dans la plus grande misère sociale.

        La porte sera alors entre-ouverte aux pires extrémismes car le peuple réclamera de l’ordre que nos dirigeants (les mêmes) s’empresseront de mettre en oeuvre pour notre plus grand bonheur …

          +0

        Alerter
    • jacqueline73 // 22.05.2014 à 11h17

      @ A-J Holbecq

      Mais NDA s’accroche toujours à cette idée de monnaie commune, dont vous êtes, il me semble me souvenir, son inspirateur.

      Encore une usine à gaz qui sera tout aussi ingérable que l’ Euro, avec les mêmes conflits d’intérêts.

      Qui déciderait chaque année de la valeur de l’ euro franc ? Si ce n’est pas la France seule, alors ce sera le même b***el qu’actuellement avec la perte de notre souveraineté.

      Vous remplacez la chaîne par le bracelet électonique

        +0

      Alerter
      • A-J Holbecq // 22.05.2014 à 11h44

        Je ne suis en rien l’inspirateur de la proposition de monnaie commune, même si je soutiens fortement cette idée.
        Je préfère que la valeur du franc soit stabilisée sur le marché européen que d’être soumis au marché spéculatif du Forex.
        Nous nous retrouverions dans une position proche (je n’ai pas dit identique) à celle de l’ECU; rien d’ingérable…
        De plus dans ce contexte aucun participant à une “monnaie commune” (qui en fait ne serait pas une monnaie au sens habituel mais une unité de compte commune) ne serait tenu d’y rester s’il ne le souhaitait pas, puisque détenteur de sa propre monnaie nationale.

          +0

        Alerter
      • Alexandre B // 22.05.2014 à 11h46

        Si elle était réévaluée en fonction des balances commerciales, ce serait déjà un grand progrès, non? Cela permettrait à cette monnaie commune d’atténuer les déséquilibres au lieu de les aggraver. L’inconvénient serait que les réévaluations/dévaluations pourraient survenir trop tard.

          +0

        Alerter
        • LA ROQUE // 22.05.2014 à 14h13

          C’est le principe du Bancor, système monétaire vers lequel il faudrait se diriger.

            +0

          Alerter
          • A-J Holbecq // 22.05.2014 à 14h20

            C’était surtout la proposition contenue dans la Charte de la Havane
            Mais commençons par une “monnaie commune” ( Unité de Compte Commune), avec les pays européens qui le souhaitent: il sera toujours temps de l’élargir.

              +0

            Alerter
            • LA ROQUE // 22.05.2014 à 14h34

              @ AJH

              Si la décision était prise de sortir de l’Euro, le temps que le nouveaux gouvernement s’installe et que soit mis en place un contrôle des capitaux les détracteurs disent qu il y aurait une fuite des capitaux, une attaque sur notre nouvelle monnaie et une attaque sur notre dette.
              Qu’en pensez vous ?

                +0

              Alerter
            • A-J Holbecq // 22.05.2014 à 14h48

              Une fuite de capitaux n’est pas en soi un drame lorsqu’on dispose du droit de création monétaire par la Banque Centrale (et c’est pour moi de toute façon indispensable): un État souverain – ce que nous ne sommes plus – ne peut techniquement pas manquer d’argent . Ne pas oublier que la dette publique est à plus de 95% sous contrat de droit français: le basculement des titres de dette se ferait à 1 pour 1 avec l’euro, nous n’aurions pas à rembourser en euros les intérêts et les titres à échéance.
              Nous payerions bien sur un peu plus cher les devises extérieures dont nous pourrions avoir besoin (euros, dollars) , ce qui nous poussera à relocaliser certaines productions importées.

              Un contrôle des changes peut être mis en place dès que la décision est prise rendant illégale et punissable toute sortie de capitaux. De plus le “basculement” (très simple en fait) doit s’opérer sur 2 ou 3 jours pendant lesquels les banques seront fermées. Un euro devient 1 franc à l’ouverture des banques.

              Jacques Sapir et Philippe Murer ont très bien analysé les conséquences d’une sortie de l’euro dans une étude pour Respublica.

                +0

              Alerter
    • Paul // 22.05.2014 à 11h59

      Mais monsieur Holbecq (que je salue au passage) dénoncer les traités est impossible à 28 (article 48 du TFUE) FA l’indique par ailleurs dans un calcul de probabilité dans une de ses conférences devant des étudiants de Polytechnique (à Aix je crois).

      C’est pourquoi seule l’application de l’article 50 du TUE est faisable par un pays seul. Le reste (changer les traités) est de l’utopie notoire.

        +0

      Alerter
    • Caroline Porteu // 22.05.2014 à 12h03

      AJH
      J’ai essayé d”indiquer votre site sur un commentaire en réponse ,
      Curieusement cela ne passe pas .
      Pourtant , pour comprendre , sa lecture est impérative à mon sens .

      Dernier essai
      http://bit.ly/RcmSvA

        +0

      Alerter
    • P.Lacroix // 22.05.2014 à 12h15

      Ce qui est dommage, M. Holbecq, c’ est que M. Dupont- Aignan n’ ait pas porté le discours de vérité sur les évènement ukrainiens depuis mars, alors qu’ il a beaucoup plus de lisibilité médiatique que M. Asselineau.
      De même que tous les politiques se disant démocrate et ayant défendu du bout des lèvres le référendum de 2005, lors de son enterrement en 2008!

        +0

      Alerter
      • P.Lacroix // 22.05.2014 à 14h51

        Content de vous voir ici.
        Oui, google, mais il est passé récemment sur france inter au 13 h, je crois, et il n’ a rien dit! A part, voter pour nos listes, bien sûr.
        Sinon, je ne le mettais pas en cause pour le référendum, c’ est là que j’ ai commencé à suivre son blog.
        Et c’ est pour ça que je dis qu’ il y a un coup à jouer d’ ici dimanche!
        Le p’tit ne s’y est pas trompé!!!!!!!!!!!!!!!

          +0

        Alerter
  • captain flemme // 22.05.2014 à 08h00

    Exact Carlos, on devrait faire comme le Quatar avec son droit du travail paradisiaque pour remonter au classement.
    Mais SVP ne confond pas la télé Française avec les Français. On se fait déjà insulter intellectuellement par nos médias, pas la peine d’en rajouter. Merci.

      +0

    Alerter
  • bul // 22.05.2014 à 08h05

    en France on ne massacre pas encore les personnes à l’initiative de référendum populaire, mais effectivement il y a des fascistes et il se trouve qu’ils sont subventionnés par les mêmes qui subventionnent les fascistes ukrainiens ou grecs, tout se recoupe, nous savons que les us s’appuie sur les fascistes, en France, en Grèce et en Ukraine pour étendre leur empire meurtrier, vous tenez une partie de la vérité il vous manque de la hauteur de vue, votre analyse en est faussée…

      +0

    Alerter
    • N’importe quoi // 24.05.2014 à 01h10

      Nous avons un bel extrait de la communication de la diplomatie US avec wikileaks et à ma connaissance les us ne financent absolument pas le fachisme en france. Les minorités oui, particulièrement musulmanes mais pas pour déstabiliser l’état, bien au contraire.
      Si la situation actuelle ne vous a pas encore convaincu que nous sommes de loyaux alliés, je ne peux rien pour vous.

        +0

      Alerter
  • BA // 22.05.2014 à 08h17

    La France doit sortir de l’Union Européenne.

    Le plus tôt sera le mieux.

    Ce n’est certes pas une condition suffisante, mais c’est une condition nécessaire.

      +0

    Alerter
    • VladP // 22.05.2014 à 09h25

      Bonjour tout le monde,
      J’espère VRAIMENT que ce site de réinformation et les autres n’ont pas qu’une audition confidentielle auprès des français parceque ce matin, sur BFMTV, c’est à propose de Sarkosy et du journal “Le Point” qui parle de … Sarkosy; sur Itélé c’est le retour de Sarkosy et du journal “le Figaro” qui reprend la tribune de …Sarkosy”; sur TF1 on parle de qui? de Srkosy qui parle d’un marché Allemagne-France; et sur France 2, et France 3 Sarkosy qui pense qu’il ne faut surtout pas….etc., sans parler de Canal+ qui pense que Sarkosy… sur le manque de leadership en Europe, etc., etc.
      Entre les canailles de l’UMPS et les prestations de Mme Le Pen, je crains fort que M. Asselineau n’ait pas beaucoup de place pour s’exprimer… Sans compter un manque de charisme…
      M. Asselinau peut avoir raison, mais encore faut-il que la France le sache! Et n’ait pas envie d’aller se faire un petit pastis avant la fin du discours…

        +0

      Alerter
      • FifiBrind_acier // 22.05.2014 à 20h01

        Pour un Mouvement totalement censuré depuis 2007, l’ UPR ne se débrouille pas trop mal, le site de l’ UPR est le 2e site politique le plus visité de France et les adhésions montent certains jours à plus de 40. Alors que bien des Partis europathes voient leurs effectifs fondre…

          +0

        Alerter
    • C Balogh // 22.05.2014 à 12h47

      Bonjour,
      Je suis persuadée comme vous qu’il faille sortir de l’ue.IL serait donc bon de voter massivement pour les partis(le) qui prônent cette direction.
      Pour moi, le choix est fait.
      Je pense en effet que c’est LA PRIORITE.
      Il y a des partis qui ont des propositions très intéressantes, dommage qu’ils ne se positionnent pas sur cette sortie de l’UE
      Dans un certain sens, ces partis ne témoignent pas de la volonté des peuples, et l’ignorent malgré leur recherche authentique d’une amélioration.

        +0

      Alerter
  • perceval78 // 22.05.2014 à 08h26

    Merci Ollivier , ces petits mots du Général vont m’accompagner toute la journée , fier d’ être Francais , petite larme de joie …

      +0

    Alerter
    • LA ROQUE // 22.05.2014 à 15h13

      J aimerais bien savoir de quels qualificatifs seraient affublé le général si il était parmi nous.
      Eurosceptique, néocon (le point) , d’ extrême…

        +0

      Alerter
  • Fred // 22.05.2014 à 08h27

    pour ou contre l’europe, les avis sont souvent trés tranchés. Toutefois tout n’est pas aussi facile que certain nous le disent, alors voici une petite serie d’articles, courts et avec des points de vue differents et instructifs, pour ceux que le debat interressent…

    voir : http://2ccr.wordpress.com/category/europe/

      +0

    Alerter
  • Caroline Porteu // 22.05.2014 à 08h47

    Une Europe fascisante , qui refuse les résultats issus des Urnes et qui vent l’intérêt des peuples qui la composent aux multinationales , couverts par les mensonges des médias mainstream .
    Radio Paris Ment !

    Un exemple supplémentaire très parlant : ce qui vient de se passer en Grèce à Salonique , sur la privatisation de l’eau .

    Salonique : une avalanche de ‘non’ à la privatisation de l’eau et à la Troïka

    mardi, 20 mai 2014

    Marco Santopadre – Contropiano.org

    Dimanche dernier on a pas voté en Grèce seulement pour le premier tour des élections municipales. A Salonique en effet, deuxième ville du pays par sa population et par importance, les citoyens ont pu exprimer aussi leur avis sur la décision prise par le gouvernement de privatiser la Société hydrique et de solder ainsi l’eau à quelque entreprise privée, éventuellement quelque multi-nationale étrangère, de celles qui se sont enrichies ces dernières années en mettant les mains, à des prix au rabais, sur un bien commun d’importance fondamentale.

    La décision a été adoptée par l’exécutif d’Athènes en 2011, dans le cadre de la promulgation des mesures imposées par la Commission européenne, par la Banque Centrale et par le Fond Monétaire en échange du prêt à la Grèce de dizaine de milliards d’euros, coûté au travailleurs et aux retraités, et en général à toute la société, des années de coupes budgétaires, des sacrifices et d’appauvrissement. L’exécutif hellénique avait à l’époque décidé la privatisation de l’EYATH, l’agence d’état qui distribue l’eau et gère le ramassage des ordures pour 1.5 millions d’habitants dans le chef-lieu macédonien.

    Nonobstant les menaces du gouvernement et du Ministère de l’Intérieur qui à la veille du scrutin, samedi, a déclaré illégitime la consultation tout en menaçant de rétorsions ceux qui y auraient participé en qualité d’organisateurs, à partir des maires, des centaines de milliers de citoyens de Salonique et de l’aire environnante ont répondu à l’appel en déposant leur propre bulletin dans l’urne.

    Le résultat du referendum a été impressionnant, avec 98% de ‘non’ à la décision de vendre aux privés l’eau publique. Un plébiscite fruit d’une contrariété transversale des citoyens, au-delà de leur propre foi politique, à l’égard des recettes de la Troïka et des escamotages du gouvernement hellénique qui, tout en exploitant la nécessité de faire recette, veut faire cadeau à quelque grande entreprise des ressources des citoyens déjà spoliés par les impôts, la revente du patrimoine public et quantité d’autres choses.

    Le résultat de Salonique est important pour différentes raisons : parce qu’il est le résultat d’un acte de désobéissance de masse au gouvernement hellénique et aux impositions de l’Union européenne et parce que, à l’achat de l’agence hydrique, ne s’est pas démontrée intéressée seulement la multinationale française Suez, mais aussi l’agence israélienne Mekorot, sous boycott dans toute la planète parce que à l’origine du vol de l’eau à l’égard des Palestiniens et de leur condition d’apartheid.

    Forts des processus semblables qui ont lieu dans le reste de l’Europe – par exemple dans certaines villes italiennes – les promoteurs de l’initiative ont dénoncé, à travers une campagne capillaire et de masse, que la privatisation portera à une détérioration du service, à une augmentation des tarifs, à une diminution du personnel dans l’agence et à une dégradation des conditions de travail. Des arguments qui ont fait mouche, à la lumière des résultats.

    Même si le gouvernement Samaras a fait savoir que le résultat de la consultation d’hier n’a aucune valeur légale (même parce que la loi prévoit que les referendum sur les politiques du gouvernement sont valables seulement si accompagnés d’un décret présidentiel ou par une consistante majorité parlementaire), le message envoyé par les citoyens est fort et clair. Ainsi comme est claire l’orientation contraire de la très grande majorité de la population hellénique par rapport au diktat de la privatisation de l’eau et des services publiques plus en général.

    Maintenant il faut attendre l’avis du Conseil d’Etat qui doit s’exprimer sur la constitutionnalité de la privatisation de EYATH, même si le gouvernement, même en vertu du résultat du referendum de dimanche pourrait accélérer la procédure de revente de l’agence pour mettre les organes judiciaires et un gouvernement futur éventuel devant le ‘fait accompli’.

    http://contropiano.org/internazionale/item/24105-salonicco-valanga-di-no-alla-privatizzazione-dell-acqua-e-alla-troika

      +0

    Alerter
    • Chris // 22.05.2014 à 13h40

      D’autant plus que récemment, il y a eu un ICE (initiative citoyenne européenne), réunissant 1.884.790 signatures à travers l’Union, contre la privatisation de l’eau (Right2water).
      Le problème : c’est la commission Européenne. Elle seule détient le droit d’entrer en matière ou pas ! Quand on sait qui sont les acteurs actuels de l’eau…

        +0

      Alerter
      • Caroline Porteu // 22.05.2014 à 14h20

        Chris
        Je crois que les Pays Bas, L’allemagne et l’italie ont réussi à mettre en place des législations nationales , contraires aux Directives Européennes et qui justement vont à l’encontre des privatisations , les expériences passées ayant été riches d’enseignement sur les catastrophes auxquelles les gestions privatisées ont abouti .

          +0

        Alerter
  • Norton // 22.05.2014 à 09h01

    Bonjour à tous et merci à Olivier d’ouvrir le débat,comme promis,sur l’Union Européenne…

    L’UPR propose de sortir de l’Union Européenne en utilisant l’article 50 du TUE.C’est en réalité la seule voie légale qui permettrait au peuple Français de récupérer,sans opposition des 27 autres états-membres,la jouissance souveraine des outils nécessaires à la défense de ses intérêts démocratiques,diplomatiques,monétaires et économiques.

    Voici la réponse faite par le bureau national de l’UPR à une demande de précision concernant l’application de l’article 50…

    «1) Utilisation de l’article 50

    La critique de l’article 50 est bien souvent utilisée par les adversaires de l’UPR qui ont peur de sa croissance fulgurante.

    Certains tentent de prouver que l’article 50 serait une fausse voie de sortie et donc que l’UPR aurait tort.

    Cette rage contre la montée de l’UPR est un aveuglément. Car, si l’article 50 du TUE n’est certes pas la panacée parfaite, il a un double et immense mérite :

    a)- d’une part, cet article 50 existe et figure noir sur blanc dans le traité T.U.E..
    Du point de vue politique et pédagogique, c’est un atout inappréciable puisqu’il permet de convaincre tout le monde que la sortie de l’UE est possible puisqu’elle a été prévue !
    En revanche, invoquer la clause “rebus sic stantibus” – qui n’est mentionnée nulle part dans les traités – est une affaire de spécialistes à laquelle 99,9999999% des Français ne comprennent rien. La vertu politique et pédagogique est nulle, cela ne convainc personne, bien au contraire cela inquiète.

    b)- d’autre part, cet article 50 est accepté par TOUS les Etats membres de l’UE et est donc non conflictuel.
    Puisqu’il figure dans le traité ratifié par tous les Etats-membres de l’UE, aucun de ces Etats ne peut s’opposer ni entrer en conflit avec l’un d’entre eux qui souhaite l’appliquer. Tout bonnement parce que sa présence dans le traité signifie que les 28 Etats-membres sont tombés d’accord préalablement sur la procédure qu’il faudrait suivre pour sortir de l’UE.

    En revanche, invoquer la clause “rebus sic stantibus” pour dénoncer l’ensemble du traité et sortir de l’UE serait :
    – sans précédent juridique (la clause n’a été utilisée que pour des questions de dette),
    – et la source certaine d’un conflit majeur avec les 27 autres Etats membres, qui s’indigneraient que la France ne respecte pas la procédure normale, approuvée par tous, de l’article 50.

    2) « Timing »

    Quand le Royaume-Uni émet l’hypothèse d’une sortie de l’UE, les européistes sont unanimes : qu’il s’en aille !

    C’est une réaction normale et logique. Qui, en France, en Italie, en Allemagne, etc. aurait envie d’empêcher le Royaume-Uni de quitter l’UE si le peuple britannique a décidé d’en sortir ?

    Cela poserait un problème aux Américains, mais pas à l’écrasante majorité des gouvernements de l’UE, qui n’auraient aucun intérêt à empêcher cela, d’autant plus que toute possibilité de blocage disparaît au bout de 2 ans.

    De la même façon, si le peuple français décide de sortir de l’UE selon les voies prévues par les traités, qui aurait envie de l’en empêcher ?

    Aucun gouvernement étranger ne se hasarderait à le faire car cela n’aurait pour effet que de crisper la situation et de renforcer encore la détermination du peuple français à en sortir.

    Dans la vie internationale, les gouvernements sont très généralement des adeptes de la “Realpolitik”. Ils ne voudront certainement pas injurier l’avenir en tentant de s’opposer au souhait des Français de quitter l’UE. Pas plus qu’ils n’ont tenté de s’opposer au souhait massif des Allemands de se réunifier après la Chute du mur de Berlin.

    En outre, l’état d’esprit des peuples d’Europe étant devenu ce qu’il est à l’encontre de la prétendue “construction européenne”, il y a fort à parier que les peuples s’insurgeraient contre une hypothétique volonté de leur gouvernement de s’opposer à la volonté des Français de sortir de l’UE.

    Imagine-t-on, par exemple, le gouvernement britannique vouloir empêcher les Français de sortir de l’UE alors qu’une majorité de Britanniques semblent eux-mêmes vouloir en sortir, y compris des ministres mêmes du gouvernement Cameron, qui l’on proclamé en public ?»

      +0

    Alerter
  • xelinor // 22.05.2014 à 09h07

    bravo olivier ! il fallait un courage certain pour dénoncer ce qui se passe en ukraine, et vous l’avez fait avec votre admirable série. De même, vous basant notamment sur des conférences de mr Asselineau, vous rejetez avec lucidité mais aussi avec courage le dogme de cette union européenne à la structure très libérale (termes des traités) en proposant d’en sortir. En effet, changer la moindre ligne d’un traité nécessite l’accord de tous les membres, ce qui est impossible à mon avis vu les multiples différences existant entre les états. Rêver à une autre europe, comme l’affirment avec force tant de partis politiques relève donc de la plaisanterie…

      +0

    Alerter
  • Onizuka_UPR // 22.05.2014 à 09h20

    Merci Monsieur Berruyer d’avoir “tenu parole” aussi rapidement 😉

    D’ailleurs si des Montreuillais qui étaient là mardi lisent ce blog… François Asselineau fait une conférence ce soir à Montreuil !
    http://www.upr.fr/evenement/conference-francois-asselineau-montreuil-93-faut-il-voter-upr-aux-elections-europeennes

      +0

    Alerter
  • Tycer // 22.05.2014 à 09h33

    L’Union Européenne est une bonne idée mais mal très faite.
    Aujourd’hui il y a trois choix:
    _ On poursuit sur la même voix : on va vers l’explosion violente, la guerre ou un systeme très inégalitaire.
    _ On fédéralise : l’allemagne doit alors accepter de donner de l’argent aux pays du sud ce qui est impossible
    _ On sort de l’union européenne et de l’Euro.

    Ce 3ème est le meilleur.
    Les Européens seront déçus mais ils doivent réaliser ce que signifie l’union Européenne actuelle.

      +0

    Alerter
  • P.Lacroix // 22.05.2014 à 10h03

    Je connaissais F. Asselineau.
    L’ interview de Vincent Brousseau est très intéressante. il prend le temps de peser ses mots!

    Merci pour le texte du début.

      +0

    Alerter
  • Geroges // 22.05.2014 à 10h16

    Ca redonne du baume au coeur tout ça !

    Comme quoi, en écoutant cela, on se rend compte que le FN ne fait que “taper sur l’Europe” de manière stérile. Voilà enfin quelqu’un qui ne prend pas les gens pour des truffes et explique en détail comme faire pour s’en sortir sereinement, avec en prime une vision de la France dans le monde qui n’est pas pour me déplaire !

    Merci Olivier !

      +0

    Alerter
  • moderato si cantabile // 22.05.2014 à 10h18

    Plus le temps passe et plus de Gaulle est moderne et d’actualité. Malheureusement, se sont les Allemands qui se sont rapprochés des Russes et qui font des affaires avec eux, plus que les Français.

      +0

    Alerter
  • P.Lacroix // 22.05.2014 à 10h37

    Ah, là, F. Asselineau sur l’ Ukraine, je ne l’ avais pas encore écouté. C’ est du lourd! A diffuser largement.

      +0

    Alerter
    • Caroline Porteu // 22.05.2014 à 11h00

      Et encore , Sannat omet de parler de la nouvelle Route de la Soie , qui risque de forcer l’Allemagne entre politique d’alliance et économie ..
      Très bon article néammoins , comme souvent les articles du Contrarien

        +0

      Alerter
      • P.Lacroix // 22.05.2014 à 12h26

        Je vois que l’ on se retrouve, sur se site, avec de plus en plus de personnes de connaissances et de curiosité intelligente commune. Ça fait plaisir de sentir cet élan, car parfois, on se sent bien seul, même dans les partis dits démocrates.

        Petit conseil de lecture assez éclairant sur ce qui se passe ” démocratie, histoire politique d’ un mot”.

        http://www.dailymotion.com/video/x18r0ho_f-dupuis-deri-democratie-histoire-politique-d-un-mot_news

          +0

        Alerter
        • FifiBrind_acier // 22.05.2014 à 20h07

          Le début de la fin pour l’Empire…
          La Russie vient de signer l’accord gazier du siècle avec la Chine, et sans doute pas avec des paiements en dollars…

          Poutine menace de couper le robinet du gaz à l’ UE, le gaz de schiste américain nécessite de le liquéfier puis de le transporter dans des bateaux…, il va coûter un bras aux européens à l’arrivée!

          Il devient clair que les intérêts de l’ OTAN sont de sauver l’économie américaine et le dollar. Ce qui ne fait pas forcément les affaires des européens…

            +0

          Alerter
  • Macarel // 22.05.2014 à 10h59

    Pour ce qui est de la géographie, l’Ukraine est en Europe, surtout lorsque l’on parle de nucléaire.

    Voici, une information qui pourrait fournir un sujet d’inquiétude supplémentaire au sujet de ce pays.

    Les Ukrainiens envisageraient de ne plus alimenter leur centrales nucléaires en combustible russe. D’après les russes, il y aurait alors de sérieux risques d’accident grave.

    http://www.sortirdunucleaire.org/Nucleaire-l-americain-Westinghouse-va-fournir-du

    Mais il est vrai, que nous gaulois, sommes heureusement, protégés par nos frontières en cas de catastrophe nucléaire (ailleurs que chez nous bien sûr)…

      +0

    Alerter
  • samuel // 22.05.2014 à 11h07

    Le pays manque cruellement de gens comme Asselineau, car je trouve qu’il y a du bon sens dans ses propos, à vrai dire quelqu’un que je connaissais pas hier, bien qu’à force je ne suis plus guère Démocrate, au sujet de la perte graduelle de nos souverainetés, de l’histoire des marchés, etc.

    Tout à l’heure j’entendais même sur BFM une accélération de l’économie US, mais voilà comme je ne suis pas trop un économiste, je me demande si tout ce qui se passe de nos jours est vraiment de l’économie mais pas seulement sur l’Europe. C’est sur que si je travaillais pour un grand groupe du CAC 40, un meilleur salaire de fonction me donnerait de meilleurs propos de vérité ou de pragmatisme dans la bouche. Alors en attendant je préfère faire confiance aux médias c’est je pense ce qui est le mieux à faire, car sans le leadership Américain où irait principalement leur monde ?

    Si ça se trouve au fur et à mesure la terre de nos ancètres n’est plus du tout sacrée, et cela aussi bien à Jérusalem malheureusement, vu que le tout technologique ne révèle strictement en rien la première nature des hommes. Encore l’autre jour, j’entendais quelqu’un me parlait en bien d’Asselineau, je pense alors que je devrais mieux prendre le temps de l’écouter, mais voilà tout semble si verrouiller dans la plupart des Démocraties à leurs bottes…

    Et puis des fois on éprouve de la peine envers tous ces médias, qui semblent bien plus éprouver de la gène dans le fait de se sentir continuellement obligés de nous relire les mêmes dépèches, comme pour la plupart des PDG qui ne changent pas plus leur monde. Vous savez tous ces gens de radio et télévision qui doivent certainement éprouver de temps en temps autre sentiment de malaise physique, de trouble, certains des fois éprouvent plus grande gêne à respirer.

      +0

    Alerter
  • Caroline Porteu // 22.05.2014 à 11h19

    Aujourd’hui , voter pour l’UE en s’imaginant qu’il est possible de la réformer , c’est faire en sorte que l’Ukraine devienne notre futur .
    Les mêmes causes provoquent les mêmes effets

    http://blogs.mediapart.fr/blog/vivre-est-un-village/180514/lukraine-est-elle-notre-futur

      +0

    Alerter
  • BOURDEAUX // 22.05.2014 à 11h26

    Au sujet du fameux “l’Europe c’est la paix,” Julien Benda écrivait :
    “Certains qui prétendent exhorter les hommes à la paix leur disent, peut être de bonne foi, des choses fausses, qui tournent contre la paix.
    D’abord, ils les invitent à attendre beaucoup trop des institutions officielles en faveur de la paix, de la Société des Nations, de la bonne volonté de leurs gouvernants. Ils ne disent pas assez aux peuples que ces institutions n’auront d’efficace que dans la mesure où elles seront soutenues par eux ; que ce qui créera la paix, c’est le désir qu’ils en auront, par l’effet du changement de leur moralité ; que la paix est un don qu’ils se feront à eux mêmes, non que leur dispensera quelque aréopage ; que leurs gouvernants ne sauraient être ici que leurs exécuteurs intelligents, non leurs bienfaiteurs transcendants.
    Si j’observe alors à quel point la moralité des peuples, même les meilleurs, est loin de ce qu’elle devrait être pour un réel établissement de la paix, beaucoup me répondent — et ils l’enseignent — que l’amélioration viendra avec le temps, ou encore avec l’« évolution », ou encore avec les nouvelles « conditions économiques », qui contraindront les hommes à la paix, comme les anciennes les forçaient à la guerre ; bref, que la paix sera donnée à l’humanité par le développement fatal de l’histoire, par le déroulement automatique du monde, c’est à dire d’une manière mécanique, sans qu’elle ait rien à faire pour l’obtenir. Cet enseignement invite tout simplement les hommes à négliger le seul facteur qui pourrait leur donner la paix — et qu’ils ne demandent qu’à négliger : l’effort de leur volonté.”

      +0

    Alerter
  • polo // 22.05.2014 à 11h41

    Attention, ce post va vous faire passer pour un fasciste. Vous allez devenir une cible pour les antifas.

      +0

    Alerter
  • franckmilan // 22.05.2014 à 11h56

    comme vous y allez avec Asselineau…n’oubliez pas : il s’appelle François !!! lol…

      +0

    Alerter
  • Mianne // 22.05.2014 à 12h06

    Sortons de l’Europe et une fois de plus de l’OTAN par la méthode expéditive de De Gaulle puisque nous avons toujours été “couillonnés” par les traités européens et que les prétextes des guerres OTANesques des USA pour le pétrole n’arrivent plus à nous convaincre.

    S’il nous faut des alliés, un rapprochement de la France avec les BRICS et des échanges commerciaux, comme les leurs, dans nos monnaies nationales sans passer par ce dollar-monnaie de singe semble préférable.

      +0

    Alerter
    • FifiBrind_acier // 22.05.2014 à 20h13

      Mianne
      A l’époque de De Gaulle, les Traités n’avaient pas de clause de sortie. Maastritch aurait dû en avoir une, ses rédacteurs dont Attali, ont oublié…

      Celui de Lisbonne, qui reprend tous les Traités précédents, a une clause de sortie, l’article 50.

      Si on ne l’utilise pas, la Commission européenne porte plainte à la Cour de Justice européenne, les autres pays portent plainte auprès de la Cour de Justice internationale.
      La France , en tort, sera condamnée … à appliquer l’article 50. Des conflits et du temps perdu.

      De plus, par la suite, quel pays voudra signer des accords de coopération avec un pays qui viole ses engagements?

        +0

      Alerter
  • Geronimo // 22.05.2014 à 12h33

    Bravo Monsieur Berruyer pour vos articles de qualités.

      +0

    Alerter
  • A-J Holbecq // 22.05.2014 à 13h19

    En réponse à Geroges message de 11 h 10 puisque mon commentaire de 11 h 54 est toujours en attente de modération, sans doute oublié dans la file.
    _____________

    NDA n’a jamais dit que s’il était Président il n’utiliserait pas l’article 50 cher à Asselineau. Il considère plus simplement que si la France dit “je me retire de l’UE et pour celà je dénonce les traités actuels qui nous enlèvent notre souveraineté nationale” , il n’y aura pas besoin d’article 50 .
    C’est un peu en fait la même position que Mélenchon.

    Mais avant de faire des plans sur la comète il faut être en position de gagner les présidentielles et les législatives ce qui n’est gagné ni pour FA ni pour NDA… rendez-vous fin 2016.

      +0

    Alerter
    • Caroline Porteu // 22.05.2014 à 14h25

      @AJH
      à condition que ces élections puissent se dérouler .
      L’article 35 de la résolution Européenne du 25 avril 2007 sur le traité transatlantique est à considérer avec beaucoup d’attention .

      http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=TA&reference=P6-TA-2007-0155&language=FR

      Cadre institutionnel et rôle du Parlement

      35. souligne que seule la participation plus large à tous les niveaux du Congrès des États-Unis, du Parlement européen permettra réellement de renforcer l’ensemble du processus et que les échanges interparlementaires existants devraient être graduellement transformés en une “assemblée transatlantique” de fait;

        +0

      Alerter
      • Chris // 22.05.2014 à 15h39

        Merci de souligner cet article 35, qui prépare en catimini, après acceptation du TTIP, “une assemblée transatlantique” !

          +0

        Alerter
    • Norton // 22.05.2014 à 16h50

      @AJH

      L’UPR ne fera jamais d’alliance avec un parti qui veut promouvoir des solutions illégales quand des solutions légales et donc acceptables par les 28 existent dans nos traités.
      Dénoncer l’ensemble des traités pour sortir de l’UE,c’est à dire,invoquer la clause “rebus sic stantibus” pour dénoncer l’ensemble du traité et sortir de l’UE serait comme je le signale dans mon précédant message:
      – sans précédent juridique (la clause n’a été utilisée que pour des questions de dette),
      – et la source certaine d’un conflit majeur avec les 27 autres Etats membres, qui s’indigneraient que la France ne respecte pas la procédure normale, approuvée par tous, de l’article 50.

      Je n’imagine pas confier les rênes de mon pays à des personnes ne respectant pas la légalité et ne cherchant pas les meilleures solutions possible vis-à-vis de nos voisins avec qui nous avons à reconstruire des rapports équilibrés.Il en va de notre future crédibilité diplomatique,ce qui ne semble pas effleurer NDA ni le front national ni Mélanchon…

      L’UPR ne veut reconstruire aucune autre union européenne ni modifier celle qui existe.Il s’agit de sortir légalement de l’absurdité des traités européens et de reconstruire la France sur la base de l’ensemble de ses souverainetés.A l’UPR,être européen n’est déjà plus qu’un détail géographique et c’est ce décalage qui nous sépare de l’ensemble des partis qui se prétendent souverainistes mais qui ne peuvent s’empêcher de promouvoir “l’autre Europe” que la nécessaire unanimité des 28 rendra impossible,comme elle le fait depuis 30 ans…
      À ce titre,NDA et les autres ne sont plus crédibles…
      L’UPR à déjà fait son deuil de l’UE…Aucun accord ne sera possible avec ceux qui ne l’auront pas encore fait et qui ne désireront pas sortir de l’UE de manière sereine et légale ou plutôt sereine,parce que légale.

        +0

      Alerter
    • georges // 22.05.2014 à 20h18

      AJH, oui je comprends bien. Mais le problème c’est que ca ressemble furieusement à une entourloupe.

      Lorsque j’avais demandé à NDA pourquoi parler de “renverser la table” ou “dénoncer les traités” alors qu’il suffit de dire, on sort, il m’avait répondu : “mais je ne veux pas sortir la France de l’Europe, on ne peut pas changer de continent quand même !”

      La même réponse qu’il fait d’ailleurs ici : https://www.youtube.com/watch?v=6_d6alzryMs

      C’est absurde et en dit long sur son honnêteté. Et c’est un ex-militant qui le dit. La pilule est amer tant j’y ai cru.

        +0

      Alerter
    • FifiBrind_acier // 22.05.2014 à 20h20

      Vous pensez qu’il existe dans le monde des pays qui seront d’accord pour signer avec un pays qui viole les Traités?

      Pour Mélenchon , le FN, ou Dupont Aignan, ce n’est pas un problème: ils ne veulent pas quitter l’ UE.
      C’est d’ailleurs une constante, ceux qui critiquent l’article 50 soutenu par l’ UPR ne veulent jamais sortir de l’ UE.
      En quoi cela les concerne, sinon pour essayer de déconsidérer l’ UPR?

      Qu’ils s’occupent donc d’enfumer les citoyens en leur faisant croire qu’il est possible de changer fondamentalement les Traités…

      Pour l’UPR, qui souhaite par la suite que la France puisse signer des accords de coopération avec le Vietnam, ou le Sénégal , ou la Russie, ou le Venezuela, le Brésil ou la Chine, la confiance dans la signature de la France est essentielle.

        +1

      Alerter
  • Crapaud Rouge // 22.05.2014 à 13h33

    L’interview de Mon Général, (comme dit le Canard Enchaîné), m’a laissé sur le cul : “D’ailleurs, tout ce qui a été fait pour l’Europe, par ceux qu’on appelle les “européens “, a très bien marché tant que c’était la France qui payait tout. On a commencé par la Communauté européenne du charbon et de l’acier. Ça a consisté en quoi ? En ce qu’on a rendu à l’Allemagne son charbon et son acier, qu’elle n’avait plus car on les lui avait retirés. On les lui a rendus pour rien.” : maintenant, les hauts-fourneaux de la Ruhr sont en Chine… Si donc l’on appliquait vraiment le principe de “solidarité” censé être la base de la “construction” européenne, l’on devrait considérer que cette perte industrielle est aussi une perte pour l’Europe.

      +0

    Alerter
  • theuric // 22.05.2014 à 14h12

    Messieurs Norton et Berruyer:
    Au vu des immenses déséquilibres financiers et économiques sévissant dans l’ensemble du monde, combien de temps pensez-vous que l’économie mondiale tiendra sans qu’il ne se produise une nouvelle crise précédée d’un nouveau crash, égal voire supérieur, tant en violence, en vitesse de propagation qu’en effets dévastateurs, au regard du crash et de la crise qui en suivit en 2008?
    En un mot comme en cent, pour quand le prochain crash, la prochaine crise?
    Les U.S.A., l’U.E. et l’O.T.A.N. y survivront-ils?
    Quels en seraient les premiers effets pour la France, pour l’Europe de l’union et pour le reste du monde?
    Quels en serait les effets sur la bureaucratie bruxelloise?
    Quels en seront les effets sur le personnel politique de France et d’Europe?
    Quels en seront les effets sur l’économie de la zone euro et sur l’ensemble de l’U.E.?
    Quels en seront les effets sur le commerce international?
    Quels en serait les effets sur l’euro, le dollar ainsi que sur l’ensemble des monnaies internationales?
    Les questions que pose l’inéluctable effondrement de l’économie internationale sont nombreuses et nous pouvons considérer que cet effondrement peut se produire sur une échelle de temps très courte.
    Dès lors, je ne peux pas ne pas poser cette dernière question: pourquoi personne, ou presque, n’en vient à envisager cette très forte probabilité, cette assurance?
    Que cet effondrement survienne demain ou dans dix ans!

      +0

    Alerter
    • Caroline Porteu // 22.05.2014 à 15h03

      et theuric :
      Honnêtement , si l’Otan n’y survit pas , cela ne sera pas gravissime au contraire même . Il parait que l’heure est aux économies , sa disparition sera source de nombreuses économies pour beaucoup et sans doute de moins de guerres civiles et de déstabilisation multiples et diverses , bien orchestrées par cette Institution théoriquement créée pour défendre la paix , et qui a curieusement totalement outrepassé ses fonctions et les premières définitions ayant précédé à sa constitution .

      Encore une fois , relisez l’histoire . La décadence de Rome et la disparition de l’empire Romain n’ont pas provoqué un “effondrement” partout sur la planète . Au contraire , ce fut même le début des fastes d’autres empires dont la décadence ne commenceront vraiment que 5 siècles plus tard. L’empire d’Orient notamment , avec d’ailleurs les mêmes cause provoquant les mêmes effets, corruption , dictature, perte de vue de l’intéret général de la part des dirigeants de l’empire .. idéologies sanglantes et destructrices . L’histoire de Constantinople pour ne pas la citer est édifiante sur ces sujets .

      Aux décadences et effondrements d’empires et les USA hégémoniques ne sont rien d’autre, correspondent des renaissances ailleurs , dans toute l’histoire des civilisations . La mondialisation dans sa forme actuelle n’est pas une panacée , sauf pour les actionnaires des multinationales qui en profitent , mais ce ne sont pas non plus uniquement ces actionnaires là qui font tourner les entreprises. Ces entreprises là pourraient même continuer à tourner sans leurs actionnaires, l’inverse n’étant pas vrai , je vous le rappelle .

      Ce “capitalisme criminel” (titre du dernier livre du Commissaire divisionnaire Jean François Gayraud ) est en train de créer lui même ses propres limites et c’est qui va provoquer sa propre destruction comme dans l’apprenti sorcier si vous connaissez ce conte et le musicien qui l’a illustré par un véritable chef d’oeuvre .

      Les esxcès de ce capitalisme mafieux étant en train de générer eux mêmes leurs propres contradictions et leur propre spirale destructrice . Et là , je reviens à mon commentaire précédent sur les méfaits de la financiarisation de l’économie , longuement exposés dans un blog souvent cité par Olivier , celui d’Onubre Einz .

      Un changement de monnaie n’empêche pas les patates de pousser .. Un bombardement si …

      Ce commentaire là vient théoriquement à la suite de celui de dessous

        +0

      Alerter
    • Norton // 22.05.2014 à 17h24

      @ theuric,
      On négociera d’autant mieux la prochaine crise que notre pays aura pris le large de l’UE et pourra défendre l’ensemble de ses intérêts souverainement.
      On évitera d’autant mieux la prochaine crise que les voix des pays comme la France pourront se faire entendre et pourront éviter d’avoir une fois de plus à renflouer les banques…

        +0

      Alerter
    • Fabolo // 23.05.2014 à 16h55

      Ce sera probablement une catastrophe.

      Lorsque j’ai vu se profiler la crise des subprimes en 2007, je me suis réjoui en me disant que l’on allait enfin mettre les problèmes sur la table et épurer ce système qui devenait croquignolesque.
      J’étais très optimiste sur l’issue de la crise en me disant : ça y est, les gens vont ouvrir les yeux, le monde va enfin évoluer.

      C’est exactement le contraire qui s’est passé…

        +0

      Alerter
  • Caroline Porteu // 22.05.2014 à 14h40

    Quels en serait les effets sur la bureaucratie bruxelloise?
    Quels en seront les effets sur le personnel politique de France et d’Europe?

    On s’en fiche un peu non ?

    Par contre , là je crois que vous faites une énorme erreur de raisonnement :
    L’inéluctable effondrement de l’économie internationale .
    Vous faites une confusion totale entre l’économie financière , économie de vampire , destructrice de biens et services , et la production de richesses réelles .

    La financiarisation de l’économie est en train d’atteindre ses propres limites , par la destruction visible qu’elle entraîne . Mais cet effondrement de l’économie financière peut avoir au contraire des impacts positifs sur la production de biens et services réels en dissociant les deux .

    Lorsque les Chinois se battent contre le shadow banking , lors qu’ils crèent un système financier distinct du nôtre et quelque part , relativement étanche . Que font-ils ?
    Ils protègent leur propre économie réelle des effets destructeurs de cette financiarisation .

    Non l’effondrement de l’économie financiarisée , uniquement dans les mains d’une toute petite caste , ne provoquera pas un effondrement total partout . Ce ne sera qu’un éclatement de bulle et par contre ce qui est à craindre , c’est que ceux qui ont créé cette bulle ne tentent de faire une guerre pour justement se sauver des effets calamiteux de l’explosion de cette bulle créée de toutes pièces et sans aucun fondement économique réel .

      +0

    Alerter
    • Caroline Porteu // 22.05.2014 à 15h05

      et theuric :
      Honnêtement , si l’Otan n’y survit pas , cela ne sera pas gravissime au contraire même . Il parait que l’heure est aux économies , sa disparition sera source de nombreuses économies pour beaucoup et sans doute de moins de guerres civiles et de déstabilisation multiples et diverses , bien orchestrées par cette Institution théoriquement créée pour défendre la paix , et qui a curieusement totalement outrepassé ses fonctions et les premières définitions ayant précédé à sa constitution .

      Encore une fois , relisez l’histoire . La décadence de Rome et la disparition de l’empire Romain n’ont pas provoqué un “effondrement” partout sur la planète . Au contraire , ce fut même le début des fastes d’autres empires dont la décadence ne commenceront vraiment que 5 siècles plus tard. L’empire d’Orient notamment , avec d’ailleurs les mêmes cause provoquant les mêmes effets, corruption , dictature, perte de vue de l’intéret général de la part des dirigeants de l’empire .. idéologies sanglantes et destructrices . L’histoire de Constantinople pour ne pas la citer est édifiante sur ces sujets .

      Aux décadences et effondrements d’empires et les USA hégémoniques ne sont rien d’autre, correspondent des renaissances ailleurs , dans toute l’histoire des civilisations . La mondialisation dans sa forme actuelle n’est pas une panacée , sauf pour les actionnaires des multinationales qui en profitent , mais ce ne sont pas non plus uniquement ces actionnaires là qui font tourner les entreprises. Ces entreprises là pourraient même continuer à tourner sans leurs actionnaires, l’inverse n’étant pas vrai , je vous le rappelle .

      Ce “capitalisme criminel” (titre du dernier livre du Commissaire divisionnaire Jean François Gayraud ) est en train de créer lui même ses propres limites et c’est qui va provoquer sa propre destruction comme dans l’apprenti sorcier si vous connaissez ce conte et le musicien qui l’a illustré par un véritable chef d’oeuvre .

      Les excès de ce capitalisme mafieux étant en train de générer eux mêmes leurs propres contradictions et leur propre spirale destructrice . Et là , je reviens à mon commentaire précédent sur les méfaits de la financiarisation de l’économie , longuement exposés dans un blog souvent cité par Olivier , celui d’Onubre Einz .

      Un changement de monnaie n’empêche pas les patates de pousser .. Un bombardement si …

        +0

      Alerter
      • Ardéchoix // 22.05.2014 à 16h08

        @ Caroline
        +1 c’est un peu l’image que j’ai de la tempête de janvier 2009 , les grands arbres n’ont pas survécus . Mais il y a eu , renaissance de la forêt .
        La tempête était du type cyclogenèse (intensification d’une circulation cyclonique dans l’atmosphère qui mène à la formation d’une dépression) . Jeu de mots

          +0

        Alerter
        • Caroline Porteu // 22.05.2014 à 17h19

          Ardéchoix
          On est d’accord .
          Prédire l’apocalypse en cas de sortie de l’euro … ou de l’UE décrédibilise tous ceux qui se livrent à ce genre de prédictions .
          La Monnaie ne fait pas l’économie réelle , et l’économie réelle ne se fait pas à la Corbeille .. C’est au politique de décider , pas à des élites non élues qui ne défendent que des intérêts de caste alliés à une cupidité^ sans limites pour ne pas parler de corruption . Les 30 000 lobbyiste à Bruxelles sont là bas pour quelque chose et pour qu’il y en ait autant , c’est que çà doit marcher . Si cela ne marchait pas , il y en aurait moins.

          Il est extraordinaire de voir que dans un pays qui est CELUI qui a sû abolir les privilèges , on ait réussi à les remettre en vigueur sans que personne ne s’en soit rendu compte . Et encore , les aristocrates de l’époque avaient des devoirs en face des privilèges qui leur étaient consentis .
          Les politiciens et les responsables des sociétés du Cac 40 , pour ne pas parler des technocrates de Bruxelles n’ont aucun devoir en face des privilèges qui leur sont consentis . Ils sont même arrivés à s’exonérer totalement du respect des lois qui nous gouvernent . Mais cela ne s’est jamais appelé une démocratie , mais une république bananière .

          Donc une tempête qui balaierait ces élites inutiles , coûteuses et voraces , qui n’agissent JAMAIS dans le sens de l’intérêt général , présenterait sans doute le gros avantage de laisser les vrais producteurs de biens et services , ceux qui contribuent à la richesse économique par leur travail , reprendre un peu de contrôle .

          Un peu comme la nécessité de désherber et d’enlever le chiendent pour laisser les plantes saines pousser . Je crois que nous avons besoin d’enlever le chiendent et le chiendent se trouve incontestablement à Bruxelles … ^^^^

            +0

          Alerter
  • C Balogh // 22.05.2014 à 15h00

    Pièce à trois personnages.

    Le père sera joué par le FMI,
    Le fils par la BCE,
    Et le St Esprit par l’UE.
    Les apôtres ne font pas partie du tableau.

    Le fils:Mon père, quand allez vous cesser de multiplier les poissons?

    Le père:Mon fils, sois sérieux et calme toi, j’ai un but supérieur….tu sais bien.

    Le fils:encore tes histoires de manque de place?de rénovations, de réformes?

    -oui, j’ai trouvé la solution, vu qu’y a plus de place au paradis, faut faire une dérivation sur l’enfer.

    -J‘ai constaté qu’ils étaient de moins en moins à chanter la messe?qu’allons-nous faire?
    intervient le St Esprit,
    -et s’ils se rendaient compte?

    le père:tu me fais marrer, mais non, ça risque rien, ils croient en nous!

    Le St Esprit: oui, bon, je veux bien, mais la dernière fois c’était un peu gros non?

    Le fils:ne t’inquiète pas, on leur a offert le diable sur un plateau, ils vont vite revenir vers nous.

    Le père:tu sais, on n’a pas 36 solutions, on ne peut plus accueillir les morts, on n’a plus de place!

    Le St Esprit:y a pu qu’à négocier avec notre conccurent direct, mais tu crois qu’il les laissera partir quand on aura dégorgé »?

    Le père:écoute, à ce train là, y sera obligé, ça s’engorgera aussi, chez lui.

    Le fils:et ensuite?

    le père:ensuite?il faudra vite fait les réincarner, y vont avoir besoin de soldats…..et je multiplierai les poissons, tu comprends maintenant?

    Je te formerai et tu m’aideras à en créer de plus en plus gros, d’accord?

    Le fils:pas de problème, mon père.

    Le St Esprit:je crois en vous!

    Au nom de la trinité:
    AAA+

    Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaamen
    Alléluuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuiiaaaaia
    Alléluuuuuuuuuuuuuuuuuuiiiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

      +0

    Alerter
  • A-J Holbecq // 22.05.2014 à 15h15

    Pas de chance avec mes commentaires de 3 ième niveau; ils restent en “modération”

    Je voulais répondre à Hellebora (14h48 ) qui écrit “Ya pas longtemps, il a eu 1 minute (‘”la minute nécessaire ?”) sur F Inter, un matin, au micro de Stéphane Leneuf. Et récemment, Bourdin a daigné le recevoir. Pour le reste, il est blacklisté par les médias. Il leur fait peur peut-etre…?”

    Je pense que ce n’est pas “la peur”, mais tout simplement parce qu’il n’a aucun élu dans son parti et qu’en fait il ne représente “rien” politiquement (combien a t-il fait à l’élection législative partielle dans le Lot ? 0,21% si je me souviens bien?) .
    Selon les résultats de dimanche il est possible que ça change.

      +0

    Alerter
    • Korama // 22.05.2014 à 15h37

      Serpent qui se mord la queue. Les “petits partis” ne sont pas représentés dans les média car ils ne font pas de gros scores aux élections, mais il a été démontré que les résultats aux élections étaient étroitement corrélés au temps de présence dans les média. Donc pas de résultat sans visibilité, et pas de visibilité sans résultat. Ubu roi.

      Le CSA fait mollement semblant de s’en inquiéter… deux jours avant le vote. Tartuferie totale.

        +0

      Alerter
      • ploi // 22.05.2014 à 16h38

        Et oui, c’est pas pour rien qu’on alterne PS-UMP-PS-UMP-etc…

        D’un autre côté, il y a quand même des raisons objectives. Jusqu’à maintenant la classe moyenne française a plutôt eu intérêt à voter UMPS.
        Si vous avez un emploi, un peu d’épargne et que vous pensez principalement à votre intérêt personnel plutôt qu’à celui de la France, l’euro et le libre-échange absolu sont plutôt une bonne chose pour vous.

        Là où il y a de vraies chances de changements, c’est qu’une partie de la classe moyenne commence à se rapprocher des classes populaires et à voir son niveau de vie menacé. Par exemple les fonctionnaires avec le gel des salaires (avant la baisse hors inflation?), certains par l’augmentation de l’IR (retraités), certains par le chômage, etc

        Est-ce que ce sera suffisant? Espérons-le…
        Sinon amis grecs, nous voilà!!

          +0

        Alerter
    • ploi // 22.05.2014 à 16h08

      Il a été aux Experts de BFM Business, à Ce Soir Ou Jamais, chez Bourdin, etc du haut de ses 189 voix à une législative partielle : http://www.upr.fr/actualite/france/lot-et-garonne-resultat-decevant-mais-riche-denseignements-dans-lelection-legislative-partielle

      Franchement il s’attend à quoi, à débarquer au 20h de TF1? A une émission spéciale sur FR2?

      Alors on est d’accord que pour faire un bon score, il faut être médiatisé. Mais faut être un sacré naïf pour croire que le système médiatique actuel va assurer une promotion énorme à un politique qui n’est pas sur la ligne UE-euro et membre d’un grand parti sans qu’il ait obtenu un minimum de légitimité par ses résultats électoraux.

      Mais j’ai comme un doute sur la conscience de l’UPR à ce sujet : https://fr-fr.facebook.com/notes/fran%C3%A7ois-asselineau-union-populaire-r%C3%A9publicaine/communiqu%C3%A9-de-presse-du-25-avril-2014-lupr-saisit-en-urgence-le-csa/10151993362657038

      “L’UPR saisit en urgence le CSA en raison du non-respect, par les grands médias audiovisuels, des principes démocratiques posés par l’article 4 de la Constitution”

      “5) le poids des voix obtenues par l’UPR à l’élection législative partielle du 16 juin 2013 par rapport à des formations très médiatisées ne se retrouve pas dans la représentation de l’UPR au sein des médias audiovisuels de grande diffusion ;”

      189 voix… A comparer avec le “Parti d’en rire” qui a fait plus de 1000 voix…

        +0

      Alerter
    • Caroline Porteu // 22.05.2014 à 16h19

      Asselineau est tellement barré par les médias , tous médias confondus , que c’est le seul politique fançais à ne pas avoir droit à une page wikipedia .
      Il en a une en Anglais , mais pas en Français !!!!

      Il fait peur . et il fait particulièrement peur à ceux qui essaient de masquer ce qu’est vraiment le bloc BAO pour reprendre l’expression de Grasset .

        +0

      Alerter
  • erde // 22.05.2014 à 16h13

    “Il propose – à raison, et je me demande pourquoi il est quasiment le seul – de sortir de l’Union européenne (et de l’OTAN).”

    Permettez-moi de jouer les “candides”.

    Pourquoi ce parti et son chef de file Mr Asselineau prônant la sortie de l’UE, présente t’il des listes pour les élections européennes ?
    Paradoxe majeur à mon humble avis !

      +0

    Alerter
    • JC // 22.05.2014 à 17h04

      Étant donné que c’est la question la plus évidente qu’on lui pose à chaque fois, vous n’aurez aucun mal à trouver une réponse dans les interventions récentes. En résumé :
      – C’est le seul moment où on parle d’Europe, donc où l’UPR peut se faire connaitre, ce qui lui fait cruellement défaut (parce qu’une fois qu’on connait, en général on est reconnaissant d’avoir autant appris)
      – Les partis style EELV, UMPS… se présentent aux présidentielles ou participent au gouvernement alors même que leur objectif affiché est la disparition des États-nations, en particulier de la République Française. Donc y’a pas de raison à ce que l’UPR ne joue pas le même jeu à Bruxelles.

        +0

      Alerter
      • erde // 22.05.2014 à 19h47

        Désolé, mais je constate que je n’ai pas de réponse à ma question.
        Il y a d’autres partis politiques que ceux que vous citez.
        La moindre des choses c’est de faire le “tour” de tous les autres partis qui rejettent eux aussi l’Europe tel quelle a été construite.

        http://www.jean-luc-melenchon.fr/2014/05/19/hollande-le-muet-de-leurope/

          +0

        Alerter
        • georges // 22.05.2014 à 20h35

          Hollande n’a jamais proposé de sortir de l’euro (il traite de maréchalistes ceux qui le proposent !) et donc encore moins de l’UE !

          C’est toujours les mêmes salades “d’autre europe”, d'”Europe du peuple” etc.
          Il fera quoi Mélenchon avec ses petits bras ? Renégocier les traités ? Il a déjà réussi à convaincre les 27 autres états ? Ou alors il préfère se les mettre à dos en leur tordant le bras (comment d’ailleurs il ne le dit jamais) alors qu’il y a une solution pacifique, claire et légale qui permet d’en sortir tranquillement ? Ne pas la proposer relève de l’inconséquence ou de l’enfumage.

          Connaissant le bagou en politique de Mélenchon, je penche pour l’enfumage.

            +0

          Alerter
        • step by step // 22.05.2014 à 20h58

          Bonjour ERDE il y a plusieurs raisons pour que l’UPR se présente aux élections européennes :
          – Si il y au moins un député européen, ce sera une formidable caisse de résonance pour les idées de l’UPr (cf Nige Farrage en Angleterre). L’UPR dénonce l’impuissance du parlement européen, l’opacité et le caractère non démocratique des institutions européennes. Quel meilleur endroit pour le faire?
          https://www.youtube.com/watch?v=TR2EiJaIXCE

          -Le CSA a objecté à l’UPR durant la présidentielle de 2012 qu’il ne s’était présenté à aucune élection et qu’il ne pouvait assurer la représentation de ce parti que si il se présentait à des élections. Wikipédia oppose le même arguent pour expliquer qu’ils refusent de mettre un article UPR à ce parti, alors que certains partis fantaisistes ont leur page (Le parti du plaisir, ou le parti de la beaugossitude…)

          – Tous les autres partis eurosceptiques proposent une autre Europe, FN (qui reprend des dossiers de l’UPR sans retirer le titre à la télévision, dénonce les partis qui proposent une autre Europe et logiquement propose une autre Europe…), DLR, front de gauche…
          Proposer une autre Europe est impossible tant qu’il faudra la triple unanimité : commission européenne, gouvernements et présidents des 28 états, acceptation par les parlements ou par référendum des 28 états.

          -De plus c’est le seul parti présent à ces élections qui propose la sortie de l’union européenne, de l’euro et de l’Otan. Ce qu’il faut comprendre c’est que l’euro est un moyen politique de forcer les pays à rester dans l’union, je ne vais pas faire le tour de tous les inconvénients de l’euro sur ce site. L’Otan est la face militaire de l’union européenne, sinon il n’y aurait pas l’article 42 du TUE qui inscrit la défense nationale dans le cadre de l’Otan. Je ne vais pas expliquer ici pourquoi l’Otan nous mène à la guerre.

          Pour avoir plus d’explication voir le site de l’UPR et cette réponse à la question que vous vous posez:
          http://www.upr.fr/vos-questions-nos-reponses/le_positionnement_politique_de_l_upr/pourquoi-lupr-va-t-elle-presenter-des-listes-aux-elections-europeennes-de-mai-2014-2

            +0

          Alerter
  • PF // 22.05.2014 à 16h41

    Très beau titre de Jacques Sapir sur Sarkozy et l’Europe

    http://russeurope.hypotheses.org/2302

      +0

    Alerter
  • A-J Holbecq // 22.05.2014 à 17h17

    Nicolas Dupont-Aignan cette après midi à l’Assemblée Nationale contre le TAFTA

    http://www.debout-la-republique.fr/video/traite-transatlantique-intervention-de-n-dupont-aignan-l-assemblee-nationale

      +0

    Alerter
  • JMS… // 22.05.2014 à 17h32

    ” Cette conférence, sans équivalent sur toute la scène politique française, démontre que le faisceau de causes qui a entraîné le monde dans la catastrophe de la Première Guerre mondiale se retrouve hélas quasiment à l’identique sur une autre échelle géographique. Paradoxe cruel, c’est ainsi la prétendue « construction européenne » qui risque de nous entraîner dans une Troisième Guerre mondiale ! ”

    C.Q.F.D. ???…
    L’Europe d’après-guerre a été construite par les “vainqeurs” de 1945…
    Nous risquons effectivement d’en payer le prix fort aujourd’hui avec la suite et la fin de la DEUXIEME Guerre Mondiale…
    L’Histoire n’était pas finie…
    Au fait, ON ne vous l’avait pas dit ???…

    P.S. : je ne voterai pas ce dimanche…

      +0

    Alerter
  • Loulou // 22.05.2014 à 18h10

    Je poste la video, place des idees hier (ESJ) ou avant hier, en commentaire, et hop la liste complete ici aujourd’hui 🙂
    Alors si on veut ecoute des choses qu’on n’entend pas partout et pourtant fort interessante je vous conseille:
    Jean-Michel Quatrepoint: Mourir pour le yuan – comment éviter la 3eme guerre mondiale
    une presentation a IHEDN (Institut des hautes études de défense nationale), a prioris pas un groupuscule de complotistes

    http://youtu.be/Xr-Fe4sD5q0

    Et puis ensuite, quelqu’un de tres interessant aussi Annie Lacroix Riz, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université Paris VII (Diderot/Jussieu)
    Plusieurs videos dispos ainsi que des tres bons livres.
    Teaser: Economie au service de la guerre, ou comment les USA ont bien profites financierement d’Adolf.
    Pour les moins de 30 ans: vous retrouverez des noms connus comme Ernest-Antoine Seillière (ancien president du cnpf puis medef) et est un fils Wendel.

    le choix de la défaite: http://youtu.be/IU3FZlKmTQA
    et
    De Munich à vichy
    http://www.dailymotion.com/playlist/x17sjc_pierredebourbon_annie-lacroix-riz/1#video=x7k88w

    Ou a l’assemblee nationale a propos de la famille renault
    http://vimeo.com/24454049

    En resumer il faut commencer l’histoire en 1870 pour arriver a aujourd’hui. Ce n’est qu’une grande repetition continue….

    C’est long mais c’est bon 🙂

      +0

    Alerter
  • CORGAN // 22.05.2014 à 18h40

    Voici le résultat d’un débat à l’assemblée nationale sur le TAFTA…..(lu sur “le monde” la partie la plus intéressante)

    J’en suis resté bouche bée , c’est incroyable ce suivisme ..Et cette mascarade de débats…..Je propose de supprimer en plus du sénat , l’assemblée nationale ….puisqu’ils cherchent des économies…

    Le texte proposé à l’Assemblée a été vidé de plusieurs parties :

    Il ne comporte plus la demande de suspension immédiate des négociations et ne prévoit plus de demander aux peuples de l’Union européenne de se prononcer sur leur poursuite ;
    Il ne comporte plus le retrait du mécanisme d’arbitrage international privé en cas de litige en remplacement de recours devant les tribunaux des Etats membres ;
    Il ne comporte plus la cessation des activités d’espionnage de l’Union européenne par les Etats-Unis, au motif qu’elle serait hors sujet. Le texte appelle néanmoins au respect de « lignes rouges », notamment sur « le plein respect du droit à la vie privée et à la protection des données personnelles ».
    Les députés du Front de gauche ont dénoncé un texte « dénaturé », de même que l’UMP, tandis que les écologistes ont refusé de prendre part au vote. Les socialistes ont voté pour la résolution, adoptée par vingt-huit voix contre huit.

    Le texte acte également que les députés français refusent que le futur traité aboutisse à « un ajustement par le bas » des normes européennes « en matière d’environnement, de santé ou de sécurité au travail ». Les députés demandent à la Commission « d’exercer sa plus grande vigilance à chacune des étapes de la négociation » sur le respect de ces lignes rouges.

      +0

    Alerter
  • Nardeus // 22.05.2014 à 20h21

    Voici ce que j’ai à dire sur l’Europe. Ce n’est pas long :

    L’Europe ce n’est pas la paix c’est la guerre !
    https://www.youtube.com/watch?v=zxH8t8a4TFU

    Qui sont les pères fondateurs européens
    https://www.youtube.com/watch?v=1v5xVRQsAjQ

    Traité transatlantique les multinationales à la manoeuvre
    https://www.youtube.com/watch?v=wwss_udIseo

    Comprendre les dangers de l’Union Européenne
    https://www.youtube.com/watch?v=yRRZg0TuZUM&feature=youtu.be

    Union européenne la nouvelle union soviétique
    https://www.youtube.com/watch?v=qvutgl7Dcdc

    Clip Union Européenne LOL
    https://www.youtube.com/watch?v=D46nRNIRPbw

    Daniel Hannan Le Titanic de l euro
    https://www.youtube.com/watch?v=7I6XaRDaOik

    Changer d Europe un mythe
    https://www.youtube.com/watch?v=5QluNyRdBOM

    Union Europe´enne, une escroquerie
    https://www.youtube.com/watch?v=ZV55oK0h3eg

    10 raisons de sortir de l Union Européenne
    https://www.youtube.com/watch?v=2i8TNLSvUYw

    Démocratie Europe Finance Manipulations Mensonges Oligarchie
    https://www.youtube.com/watch?v=3Um43jptfr4

      +0

    Alerter
  • komodor // 22.05.2014 à 20h24

    Un grand merci à Olivier d’avoir donné la parole à FA.Il y a un grand nombre d’uperien qui vous aiment et qui suivent votre blog.

      +0

    Alerter
  • BA // 22.05.2014 à 21h09

    Jeudi 22 mai 2014 :

    Coup de tonnerre dans le secteur automobile : la Citroën C3 ne sera plus fabriquée en France, à Poissy. La Citroën C3 sera fabriquée à Trvarna, en Slovaquie.

    Pourquoi cette délocalisation ?

    Parce qu’en France, le coût horaire du travail est de 35 euros, tandis qu’en Slovaquie le coût horaire du travail n’est que de 8,80 euros.

    L’Union Européenne, c’est 28 nations qui sont en compétition les unes contre les autres.

    L’Union Européenne, c’est 28 nations qui sont condamnées à baisser toujours plus les salaires de leurs ouvriers pour attirer les entreprises sur leur territoire.

    L’Union Européenne, c’est 28 nations qui font une course sans fin vers les salaires bas, vers les salaires les plus bas, vers les salaires toujours plus bas.

    L’Union Européenne, c’est un suicide collectif.

    Dimanche, votons pour que la France sorte de l’Union Européenne :

    http://www.upr.fr/wp-content/uploads/2014/05/Profession-de-foi-UPR-EP2014-France-metro.pdf

      +0

    Alerter
  • Jérôme // 22.05.2014 à 21h19

    Merci beaucoup Olivier.
    Les conférences de François Asselineau sont pour le moment, sans pareil. Les positions de l’UPR sont plus que lucides sur l’UE/EURO/OTAN.
    Perso, j’ai préféré “Pourquoi l’Europe est-elle comme elle est ?” — les fondamentaux en quelque sorte.

      +0

    Alerter
  • Fool Prophet // 22.05.2014 à 22h14

    Toujours excellent Asselineau. Documenté, précis, orateur presue sans notes.

    Très belle conférence aussi de Asselineau sur la naissance de la puisssance américaine et ses méthodes.

    Qu’avait découvert François Miterrand sur la puissance américaine ?

    https://www.youtube.com/watch?v=3e88OtO6598

    ça parle aussi d’Europe puisque de 1957 à aujourd’hui, nous sommes l’étape en cours avec le TAFTA à venir…

      +0

    Alerter
  • theuric // 22.05.2014 à 22h18

    Je ne dis pas que ce serait une mauvaise chose que le système économique mondial s’effondre, tout au contraire.
    En revanche, deux observations seraient à en faire:
    1) Quoi qu’il en soit, toutes les monnaies sont liées, d’une façon ou d’une autre, directement ou indirectement, à la financiarisation internationale et, quand bien même dans tel ou tel pays un découplage d’avec cette financiarisation est en cours, il ne peut y avoir d’échange sans commerce, ni monnaie ainsi que les références ad oc entre les divers monnaies permettant ce commerce.
    La disparition du dollar ne générera-t-il pas une indétermination plus ou moins prolongée entre toutes les monnaies et un ralentissement, voire un arrêt momentané du commerce?
    2) L’effondrement probable d’un empire tel que celui de l’Amérique, les liens puissant que ce pays a tissé avec les élites élues et non élues de l’Europe, la faiblesse politique d’une large majorité de ces élites (quelle qu’en soit la cause), le manque de structuration des différentes oppositions qui ne se sont composées que depuis très peu de temps, l’impossibilité d’une représentation en France et en Europe de la disparition ne serait-ce que plausible des U.S.A. et, ce, autant des peuples que de leurs décideurs…
    Combien de temps nous faudra-t-il vraiment pour commencer à réagir sainement lorsque cette forte éventualité adviendra?
    Quels seront les mécanismes de désintégration de l’U.E. et de l’O.T.A.N.?

    Demain on ne rase jamais gratis, ce qui ne sera pas pensé en amont se vivra au centuple en aval!

    Nous vivrons un 2008 bis bien plus puissant que le précédent, hormis la B.C.E., et encore, les trois autres banques d’état, étasunienne, anglaise et japonaise ont créé tant de monnaies ne reposant sur si peu d’économie que je vois pas comment ces banques d’état pourront encore une fois renflouer les banques privées.
    De plus, les bourses mondiales ont tant enflé, le commerce international est tant interconnecté, le nombre et l’ampleur des bulles spéculatives ont tant prospéré, les crédits de toutes sortes se sont tant développés que je ne comprends pas, je ne comprends absolument pas pourquoi l’idée même qu’il puisse être possible que cet effondrement ait lieu ne soit que si peu envisagé.
    Pire même, en exprimer la simple plausibilité génère des réactions de rejet plus ou moins directes, plus ou moins violentes.

      +0

    Alerter
  • Fabrice // 22.05.2014 à 22h44

    J’ai juste un doute sur la capacité de nos politiciens à prendre le relai si l’Europe disparaissait, franchement quand je vois l’amateurisme ou la compromission depuis les dernières candidatures, j’imagine le résultat…

    On ne peut continuer avec une Europe fédéraliste ça c’est acté mais avec nos politiciens je doute d’une France capable en l’état actuel de faire face aux défis qui arrivent…

      +0

    Alerter
  • Loulou // 22.05.2014 à 23h29

    Presente d’une autre facon cela donne cela
    Jacques Pauwels – Le mythe de la bonne guerre
    http://www.dailymotion.com/video/xxkk36_jacques-pauwels-le-mythe-de-la-bonne-guerre_webcam

    Son site http://www.jacquespauwels.net/838/

    1995 PhD, Political Science, University of Toronto (Thesis on Canadian Foreign Investment Policy supervisor: C. Tuohy.)
    1984 MA, Political Science, University of Toronto
    1976 PhD, History, York University, Toronto (Dissertation on Women University Students in Nazi Germany; supervisor: M. Kater)
    1969 Licenciaat Letteren en Wijsbegeerte, afdeling Geschiedenis, Rijksuniversiteit Gent (Thesis over Werkstakingen in België, 1830-1880; supervisor: J. Dhondt.)

    La presentation doit date du milieu des annees 90. Les archives utilisees ont ete disponibles depuis 1990.

    Tu peux trouver d’autres sur le meme theme. Je me souviens d’un reportage sur France TV d’un historien americain, qui s’ait fait refuser l’acces des archives lors de la preparation de sa these dans les annees 60 (sur les theme developpes ci dessus). Il a du se debrouiller avec ce qu’il a trouve au US a l’epoque. Debut 2000 on lui a donne la legion d’honneur pour ses recheches….(mais je ne retrouve plus le nom)

    Tu ne trouves aucun historien serieux, qui archives en mains, demonte ces recherches.
    Si tu prends la suite des evenements de 1870 a aujourd’hui….la logique est la.
    Tu peux aussi regarder un tres bon documentaire (TV5 ou Arte) sur l’histoire cachee du petrole. En soi rien de bien nouveau, mais quand tu revois l’enchainement de presque 100 ans en 1h30 tu realises un peu mieux.

    Meme aujourd’hui au US, tu a des histoires qui ressortent, par exemple les archives de GM, ou une petite actionnaire ecrit pour expliquer qu’elle ne trouve pas tres sain que GM continue de fabriquer du materiel pour Hitler et demande une reponse.

    Cela explique par exemple aussi la decoration nazie recue par H. Ford, pour grand services rendu au reich.
    http://en.wikipedia.org/wiki/Henry_Ford
    In 1938, Ford was awarded Nazi Germany’s Grand Cross of the German Eagle, a medal given to foreigners sympathetic to Nazism.[99]
    (Desole, pas sur la page francaise de Wiki). Pour la photo un coup de google pour la trouver)

      +0

    Alerter
  • HELLEBORA // 23.05.2014 à 00h01

    Ecoutez Là-bas si j’y suis, hier : “Europe, le mépris des peuples”
    http://www.franceinter.fr/player/export-reecouter?content=904050
    2 chercheurs invités : Coralie Delaume & Aurélien Bernier.

    Propos glanés :
    A B : Actuellement le droit européen surplombe le droit national – les citoyens n’ont pas leur mot à dire – il faut casser ce système par 1 geste unilatéral, ce qui ne signifie pas que l’on abandonne toute idée de cooperation basée sur les souverainetés nationales et populaires… Travail absolument sensationnel de réécriture de l’histoire et des personnages de Monet et Schumann pour les présenter comme des faiseurs de paix, promoteurs de l’amitié entre les peuples… En fait, Jean Monet était un banquier aux USA, au coeur de la finance; Schuman était un type de droite viscéralement anti-communiste et très lié aux milieux industriels … On a là une véritable imposture. Monet et Schuman n’étaient absolument pas des bienfaiteurs de l’humanité !

    CD : Si la France quitte l’euro, ya plus d’euro… On est passé de “L’europe, c la paix à l’Europe, c’est le chomage, c la pauvreté” – Il y a un mythe Jean Monet, “mythe élitaire” des européistes (cf. Marc Joly)…

    Et lire l’entretien de Coralie Delaume autour de son bouquin “Europe. Les Etats désunis” (éd. Michallon) : http://www.lesinrocks.com/2014/05/20/actualite/zone-euro-sest-pas-autodetruite-les-ecarts-se-creusent-11505399/#.U3u9WJWPTYB.twitter

    “Il est difficile pour l’Europe d’être entendue au niveau international dans la mesure où elle n’est pas une véritable entité politique. Elle est une sorte d’objet mou, postpolitique et posthistorique, qui s’est constitué avant tout sur la base de l’économie et du droit. C’est une Europe de techniciens. Elle n’a pas de volonté, pas de projet. Elle a remplacé cela par des procédures et par des normes. Elle est donc logiquement inaudible.
    Mais elle l’est d’autant plus que là­-dessous, sous le fatras des règles de droit et des agrégats comptables, les États­-nations continuent à exister avec leurs habitudes, leur histoire et leur géographie. Ne serait­-ce qu’en raison de cette histoire et de cette géographie, les pays Baltes et la Pologne, par exemple, ne conçoivent pas tout à fait les relations avec la Russie de la même manière que l’Espagne ou le Portugal. Il n’y a pas, d’ailleurs, de véritable diplomatie européenne. Il y a des politiques étrangères nationales… Que Poutine en tire parti, c’est sûr. Mais il faut tout de même rappeler qu’il a réagi, au départ, à une faute des Européens. A l’origine du problème ukrainien, il y a tout de même eu cet accord d’association proposé à l’Ukraine avec, en filigrane, l’idée d’en faire un jour un membre de l’UE. Le tout sans jamais en discuter avec la Russie. L’Union européenne s’aventure sur le terrain des rapports de force alors qu’elle n’en a plus guère, de la force. Elle ne peut que perdre à ce jeu ­là. C’est attristant et un peu ridicule.”

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications