Source : La Montagne, Georges Malbrunot, 14-02-2016

Georges Malbrunot – Richard BRUNEL

C’est l’histoire d’une frontière. Une longue frontière de plus de 900 kilomètres qui court à travers la campagne du Levant entre deux pays longtemps amis, devenus les pires ennemis. Depuis 2011, la Turquie, qui milite pour la chute de Bachar el-Assad, est la base arrière de l’insurrection syrienne.

Par cette démarcation transitent armes et combattants arrivés de plus de 80 pays à travers le monde. Bienveillante, la Turquie y a laissé s’infiltrer des milliers de djihadistes, qui ont longtemps repassé en toute impunité cette frontière pour se faire soigner dans des hôpitaux, tandis que des aigrefins écoulaient sur le marché noir pétrole et antiquités volées par Daech en Irak et en Syrie.

Il paraît loin le temps où les industriels turcs commerçaient avec leurs voisins d’Alep, la seconde ville de Syrie située à 40 km seulement de cette frontière. D’abord réfractaire à la révolte, la cité qui abritait l’un des plus beaux souks du Moyen-Orient avant que la guerre ne le défigure, se lança corps et âme dans la révolte anti-Assad. À l’été 2012, Alep faillit même tomber.

Depuis, la ville est partagée entre les quartiers loyalistes de l’ouest – où vit notamment la minorité chrétienne – et des secteurs à l’est, tenus par les insurgés, mélange hétéroclite de modérés et d’islamistes que la violence des bombardements de l’armée syrienne, souvent aux barils remplis d’explosifs, a radicalisés. Bâtiments éventrés, anciens hôtels en ruines, Alep est une ville meurtrie par la guerre. Et pourtant, comme me le rappelait l’autre jour l’évêque Mgr Jeambart dans une lettre qui mit deux longs mois pour parvenir jusqu’en France, un semblant de vie continue.

Jusqu’à l’offensive militaire russe lancée il y a quinze jours, qui a tué plus de 500 personnes et jeté sur les routes de l’exil des dizaines de milliers d’autres, les rebelles anti-Assad pouvaient s’extraire de leurs quartiers pour aller en Turquie s’approvisionner en armes, fioul et nourriture. Mais avec le déluge de feu qui s’abat sur eux, cette voie de sortie est maintenant coupée. Le piège se referme sur les insurgés d’Alep, menacés d’encerclement. Mais l’armée syrienne et ses alliés, russes dans les airs et iraniens au sol, n’envahiront pas le réduit rebelle. Trop dangereux?! La stratégie vise plutôt à étouffer lentement les anti-Assad d’Alep. Comme à Homs, la « capitale de la révolution », il y a trois ans. En attendant, les civils vont continuer de fuir les bombardements des Sukhoï russes. Direction, le poste-frontière de Bab al-Salamah – la porte de la paix en arabe qui porte bien mal son nom – que la Turquie ne se décide toujours pas à ouvrir, malgré les dizaines de milliers de réfugiés qui s’entassent dans des camps de fortune. Exténués, certains combattants se rendent, malgré l’humiliation que le régime leur impose. « Il nous demande d’abandonner nos armes, comme des lâches, quel cynisme?! », s’emporte un de ces rebelles, joint au téléphone. D’autres se résignent à passer dans les quartiers loyalistes d’Alep. D’autres, enfin, se réfugient chez les Kurdes auxquels les rebelles reprochent pourtant un double jeu à l’égard d’Assad.

Mais au-delà du drame humanitaire qui se joue à Alep, l’enjeu est bien le contrôle sécuritaire de cette frontière avec la Turquie. Ou plutôt sa fermeture, du nord d’Alep jusqu’à Lattaquié, le fief des Assad plus au sud.

On ne le dira jamais assez : la révolte pacifique s’est muée en une guerre par procuration menée par de nombreuses puissances étrangères, avides de régler leurs comptes sur le sol syrien. Si les frontières sont fermées, le feu s’éteindra en quelques mois. Faute d’armes et de combattants pour tuer ou se défendre. Facile à dire, mais impossible à appliquer, moralement du moins.

Pourtant, c’est déjà ce qui est en train de se passer dans le sud de la Syrie. La Jordanie, qui a tout à craindre d’un futur pouvoir islamiste à Damas, a, sans le dire et sur demande de Moscou, fermé le robinet aux insurgés. Avec le Liban, le verrouillage de la frontière incombe au Hezbollah, allié de Damas. Il ne reste donc plus, aux yeux des soutiens d’Assad, que la base arrière turque à neutraliser. Depuis la destruction d’un de leurs avions de combat par des insurgés pro turcs, les Russes sont ivres de vengeance contre Ankara. Mais les parrains occidentaux et arabes des rebelles peuvent-ils laisser leurs partisans se faire bombarder, sans réagir??

Par cette frontière, les monarchies du Golfe pourraient fournir les missiles sol-air que les anti-Assad réclament depuis longtemps pour abattre les avions russes. Mais Moscou et Washington ont mis leur veto. Les États-Unis se souviennent du traumatisme de l’Afghanistan où leurs missiles Stinger livrés aux « moujdahidines » antisoviétiques finirent entre les mains des partisans d’Oussama Ben Laden. L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis viennent de proposer d’envoyer des forces spéciales en Syrie. Le pari, là encore, sera difficile à tenir. Les commandos devraient passer par la frontière turco-syrienne.

Et il y a urgence : les Russes veulent la « boucler » d’ici fin mars.

Georges Malbrunot est un grand connaisseur du Moyen Orient dont il suit l’actualité depuis plus de 25 ans, d’abord en free-lance, correspondant de nombreux médias français, puis comme Grand reporter au Figaro. Parallèlement à son travail journalistique, il a écrit plusieurs ouvrages sur cette région, soit seul (Des pierres aux fusils, les secrets de l’Intifada/Flammarion?; Dans l’ombre de Ben Laden/Michel Lafon, etc.), soit en collaboration avec Christian Chesnot : Mémoires d’otages (Calmann-Levy), L’Irak de Saddam Hussein, Portrait total (Éditions 1), Qatar, les secrets du coffre-fort (J’ai Lu) et Sur les chemins de Damas (Robert Laffont), un livre indispensable pour comprendre et décrypter les relations Franco-Syriennes au cours de dernières décennies. @Malbrunot

Les Chroniques du temps présent s’inscrivent dans la tradition initiée par Alexandre Vialatte. François Taillandier et Georges Malbrunot en sont les collaborateurs permanents cette année. Des invités renommés les rejoignent chaque mois.

Source : La Montagne, Georges Malbrunot, 14-02-2016

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

38 réponses à Georges Malbrunot : la longue frontière du Levant

Commentaires recommandés

LBSSO Le 17 février 2016 à 07h23

Nous n’avons lu la même lettre (de Mgr Jeambart) M.Malbrunot:

Vous:”l’évêque [rappelle ] dans une lettre qui mit deux longs mois [écrite le 16/9/15] pour parvenir jusqu’en France, [qu’] un semblant de vie continue.” Et “pourtant” la vie continue .

L’évêque:”j’ai dû ces trois dernières années (…)courir partout pour trouver des (…): subventions financières pour ceux qui n’ont plus aucune ressource, bourses scolaires, paniers alimentaires, soins médicaux, mazout pour se réchauffer l’hiver, gîtes pour les déplacés, restauration des habitations endommagées et tout dernièrement fourniture d’eau aux familles et installation de petites citernes de réserve dans les maisons des plus pauvres”.
Ce sont les russes qui bombardent depuis 3 ans M.Malbrunot?

L’évêque(résumé): “Les assaillants ont tout fait pour cela [Exode]. Ils ont terrorisé les citoyens. détruits les usines, le commerce, les institutions et les maisons. Ils ont enfin rendu possible le transfuge en laissant des passeurs organiser des convois massifs vers l’Occident.”
Encore ,un coup des russes “ivres de vengeance “?

“Le deux bombes et un coupable”,complète bien “le deux poids et deux mesures”.
lettre: http://www.aed-france.org/syrie-emouvant-temoignage-de-mgr-jeanbart-eveque-dalep-depuis-20-ans/
Alep 04/15: http://la-nouvelle-gazette.fr/syrie-la-situation-critique-des-chretiens-a-alep/13598

  1. Alexandre Karal Le 17 février 2016 à 03h26
    Afficher/Masquer

    « Depuis la destruction d’un de leurs avions de combat par des insurgés pro turcs, les Russes sont ivres de vengeance contre Ankara. »

    ?!?!

    L’avion a été détruit par un F-16 turc, de l’aveu même du gouvernement turc ! Malbrunot avait bu, ou quoi ?


    • amer Le 17 février 2016 à 13h11
      Afficher/Masquer

      Non il est bel et bien conscient, et il ne fait que repeter ce que les renseignements l’autorisent à dire…


    • Tig Le 17 février 2016 à 13h53
      Afficher/Masquer

      Quatrième paragraphe et dejà les fameux ‘barils remplis d’explosifs’ balancés sur la population…

      Des barriques remplies d’explosifs en somme…

      En anglais, ‘thermobaric explosives’, soit les bombes utilisées par toutes les armées du monde, usa et France en tête…

      https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Arme_thermobarique

      Ça me rappelle les fameux ‘russian tanks’ pénétrant en Ukraine où tank en anglais signifie camion-citerne en français.

      Mais quand on déforme une traduction, ce n’est jamais anodin. Et ça révèle un certain biai de celui qui le fait.


      • Tig Le 17 février 2016 à 14h08
        Afficher/Masquer

        Toujours dans l’analyse du texte et donc du sens :

        Malbrunot:
        “En attendant, les civils vont continuer de fuir les bombardements des Sukhoï russes.”

        Avez vous déjà entendu pareille formule en remplaçant ‘Sukhoï russes’ par ‘F117 américains’?????? A se demander si les États-Unis ont jamais effectué une action militaire au delà de leurs frontières!!

        Malbrunot:
        “Exténués, certains combattants se rendent, malgré l’humiliation que le régime leur impose. « Il nous demande d’abandonner nos armes, comme des lâches, quel cynisme?! »,”

        Quand le gouvernement légitime exige que les opposants ‘modérés’ rendent leurs armes modérées qui menacent et tuent modérément avec usage de la force modéré, c’est une humiliation pour Georges…

        Malbrunot:
        ” On ne le dira jamais assez : la révolte pacifique s’est muée en une guerre par procuration menée par de nombreuses puissances étrangère…”

        La fameuse révolte pacifique des opposants modérés armés modérément pour renverser modérément le gouvernement légitime.


        • Ailleret Le 17 février 2016 à 22h17
          Afficher/Masquer

          Sans oublier les attentats modérés, qui ont tué modérément des civils à Damas et ailleurs.


        • luc Le 18 février 2016 à 08h55
          Afficher/Masquer

          Malbrunot:

          ” D’abord réfractaire à la révolte -Alep- se lança corps et âme dans la révolte anti-Assad.”

          “On ne le dira jamais assez : la révolte pacifique s’est muée en une guerre par procuration menée par de nombreuses puissances étrangères…”

          va au bout de ton raisonnement georges!

          => Alep a abandonné la posture pacifique sous l’influence de puissances étrangères

          => tout comme le reste de la syrie en proie à un printemps arabe décidé à washington

          encre un manipulateur celui-là…


      • wesson Le 17 février 2016 à 14h29
        Afficher/Masquer

        Les bombes thermobariques n’ont en fait aucun rapport avec les “barils d’explosifs d’Assad” qui sont en réalité une opération de com’ mise en oeuvre par le fameux Elliot Higgins (Brown Moses blog puis Bellingcat).

        Voici un lien vers l’infographie sur les “barils explosifs d’Assad” qui s’est retrouvée un peu partout dans les médias :

        http://static2.businessinsider.com/image/5509e67aeab8ea8b2e072930-1200-1200/barrel%20bombs.jpg

        Le but recherché était d’accréditer la thèse selon quoi ces bombes seraient plus horribles que les autres.

        C’est grotesque, au même titre que l’infographie ou il faudra quand même que l’on m’explique comment on fait rentrer 900 Kg de TNT mélangé à tout un fatras de ferraille dans un tonneau d’environ 300 L de capacité, et aussi comment on balance une bombe censé dépasser la tonne depuis un hélicoptère.

        Est-ce Assad qui en personne poussaient les bombes hors de l’appareil ?

        Plus c’est gros, plus ça passe.


        • Tig Le 17 février 2016 à 23h14
          Afficher/Masquer

          Merci de creuser ce fameux point des barils d’explosifs.

          Ça me rappelle les belles infographies de ces labos mobiles irakiens dans lesquels Saddam Hussein fabriquait supposemment des bombes bacteriologiques et dont Colin Powell a abreuvé les organisations internationales et lémédias… Qui n’étaient que des infographies créées pour justifier l’intervention en Irak.

          Une infographie pour le prouver? Cadeau!
          https://en.m.wikipedia.org/wiki/Mobile_weapons_laboratory

          Je ne dis pas que c’est faux, mais ce n’est pas l’infographie qui le prouvera.


  2. patrickluder Le 17 février 2016 à 06h14
    Afficher/Masquer

    La Russie risque d’aider à ramener la paix dans cette région en coupant les robinets à l’EI … insupportable et inacceptable n’est-ce pas? Une nouvelle alliance pacifique de l’Eurasie pourrait même pointer le bout de son nez. Mais ayez confiance, les maîtres du monde ne laisseront jamais voir le jour d’une telle ineptie.


  3. Nerouev Le 17 février 2016 à 06h34
    Afficher/Masquer

    On est tous un jour ou l’autre au cours des siècles, complice d’un criminel de guerre dans notre pays malgré la démocratie au service du peuple, les votes, les journaux et autres moyens d’expression. Mais généralement ça ne dure pas. Le cas de Washington est une exception tenace, on pourrait croire à une pathologie. On a réellement besoin d’un bon médecin, heureusement il y en a un à l’Est, ouf !


  4. Ovuef2r Le 17 février 2016 à 06h54
    Afficher/Masquer

    Il a aussi été enlevé pendant 4 mois en Irak en 2003 avec Christian Chesnot et depuis toujours semble avoir une dent contre l’Iran et ses amis dans la région. Peut être a t’il été victime du syndrome de Stockholm, en tous cas, si ses articles contiennent souvent plus de faits et de vérités que ses confrères, ils portent le même regard qu’eux sur qui est notre ami (le royaume d’AS) ou notre ennemi ( la République Islamique d’Iran ).
    Par exemple ici il ne mentionne pas comment, dès que la route vers Alep a été dans les mains des rebelles toute les usines, minoteries, boulangeries… d’Alep ont été démontées et transportées la bas. Pillage de guerre passe largement sous silence à l’epoque comme maintenant.


    • Prométhée Enchaîné Le 17 février 2016 à 10h29
      Afficher/Masquer

      Il ne s’illusionne pas sur l’Arabie Saoudite. Il défend plus volontiers le Qatar, dont il dit qu’après avoir joué dans la cour des grands en finançant le terrorisme, il s’est ravisé, effrayé par ses propres insuffisances religieuses d’une certaine façon. Et il n’est pas inquiet des investissements qatari en France, qui sont à surveiller, certes, mais très limités à ses yeux.

      Sur l’Iran, il est plus nuancé que ce que vous dites, pour ne pas dire que votre portrait est faux sur toute la ligne :
      http://www.voyages-a-la-une.com/portfolio/liran-daujourdhui-avec-georges-malbrunot-2/

      Grosso modo, l’Iran est un pays qu’il adore et dont il dit qu’il est surprenant à bien des égards : flexible, plus ouvert que l’on croit, évoluant et s’améliorant sans cesse et l’avenir est prometteur à ses yeux. Il rappelle en passant certaines réalités mais il n’en parle pas, en tout cas actuellement, comme d’un pays ennemi.


      • Ovuef2R Le 17 février 2016 à 13h01
        Afficher/Masquer

        Il est possible que je l’ai confondu avec Christian Chesnot, sur France Inter. Mais j’ai le souvenir de quelqu’un qui n’aimait pas, du tout, le Hezbollah ni “les mollahs” ..


  5. LBSSO Le 17 février 2016 à 07h23
    Afficher/Masquer

    Nous n’avons lu la même lettre (de Mgr Jeambart) M.Malbrunot:

    Vous:”l’évêque [rappelle ] dans une lettre qui mit deux longs mois [écrite le 16/9/15] pour parvenir jusqu’en France, [qu’] un semblant de vie continue.” Et “pourtant” la vie continue .

    L’évêque:”j’ai dû ces trois dernières années (…)courir partout pour trouver des (…): subventions financières pour ceux qui n’ont plus aucune ressource, bourses scolaires, paniers alimentaires, soins médicaux, mazout pour se réchauffer l’hiver, gîtes pour les déplacés, restauration des habitations endommagées et tout dernièrement fourniture d’eau aux familles et installation de petites citernes de réserve dans les maisons des plus pauvres”.
    Ce sont les russes qui bombardent depuis 3 ans M.Malbrunot?

    L’évêque(résumé): “Les assaillants ont tout fait pour cela [Exode]. Ils ont terrorisé les citoyens. détruits les usines, le commerce, les institutions et les maisons. Ils ont enfin rendu possible le transfuge en laissant des passeurs organiser des convois massifs vers l’Occident.”
    Encore ,un coup des russes “ivres de vengeance “?

    “Le deux bombes et un coupable”,complète bien “le deux poids et deux mesures”.
    lettre: http://www.aed-france.org/syrie-emouvant-temoignage-de-mgr-jeanbart-eveque-dalep-depuis-20-ans/
    Alep 04/15: http://la-nouvelle-gazette.fr/syrie-la-situation-critique-des-chretiens-a-alep/13598


  6. Bruno Le 17 février 2016 à 07h27
    Afficher/Masquer

    J’ai du mal lire :

    “Exténués, certains combattants se rendent, malgré l’humiliation que le régime leur impose. « Il nous demande d’abandonner nos armes, comme des lâches, quel cynisme?! », s’emporte un de ces rebelles, joint au téléphone.”

    Totalement humiliant et inadmissible : le “régime” syrien impose aux opposants qui se rendent, tenez-vous bien, de… rendre les armes !!!
    C’est en effet complètement incroyable ! Non mais comment un “régime” peut-il imposer une opposition non armée dans son pays ? Alors que c’est bien connu, chez nous, en France, toute l’opposition est armée jusqu’aux dents : les Républicains mitraillent régulièrement les façades des bâtiments publiques à l’arme lourde, tandis que toute manifestation se termine à coup de lances roquettes dans les rues de Lyon ou de Marseille.

    Est-ce que ce mystérieux opposant a perdu tout sens commun ?
    Est-ce que le rédacteur de l’article a lui aussi perdu les pédales en ne relevant pas une énormité pareille ?


  7. J Le 17 février 2016 à 08h08
    Afficher/Masquer

    La guerre actuelle s’est internationalisée à partir de 2011, mais elle avait commencé bien avant, pratiquement dès la prise de pouvoir d’Assad père, donc la dominance alaouite inacceptable pour la majorité sunnite, en 1970. Avec un sommet en 1983 avec la prise de contrôle de Hama par les Frères Musulmans, leurs massacres, et la reprise par l’armée avec bombardements massifs, près de 25000 morts en tout.

    Un des (nombreux) aspects est que Bachar al Assad n’était pas destiné donc pas préparé à diriger, mais son frère ainé est mort. L’expérience historique montre que dans ce cas le souverain (puisque pratiquement dynastie il y a) sait mal gérer les conflits, voir en France les derniers Valois, Henri II, Charles IX et Henri III…


  8. francois marquet Le 17 février 2016 à 09h07
    Afficher/Masquer

    C’est vrai qu’exercer comme ophtalmologiste à Londres prépare mal à être chef de guerre en Syrie…


  9. lon Le 17 février 2016 à 09h23
    Afficher/Masquer

    Les russes sont ” ivres de vengeance” après la destruction d’un de leurs avions par ” des insurgés pro turcs “…..no comment

    Quant aux pauvres rebelles ” humiliés” de devoir “rendre leurs armes comme des lâches “, j’aimerais que Malbrunot me cite un seul gouvernement, un seul, dans l’histoire qui aurait accepté la reddition d’opposants en leur laissant leurs armes .


    • Vincent Le 17 février 2016 à 15h16
      Afficher/Masquer

      Bataille de Camerone… Les derniers combattants ont pu conserver leurs armes…


      • Ultima Le 17 février 2016 à 18h38
        Afficher/Masquer

        Ils ne restaient plus que 3 face à une armée mexicaine encore forte de 1700 hommes et c’est leur bravoure dans un combat inégal qui décida l’officier mexicain à accéder à leur demande : « Nous nous rendrons si vous nous promettez de relever et de soigner nos blessés et si vous nous laissez nos armes » . Rien à voir donc avec les égorgeurs “modérés” dont il est question ici et qui ne méritent qu’un peleton d’éxécution .


      • lon Le 17 février 2016 à 20h25
        Afficher/Masquer

        Oui c’est vrai , mais ce n’est pas du tout comparable , il s’agissait d’une bataille entre troupes ” régulières” et ce n’était pas une guerre civile .
        Beaucoup de combattants des milices républicaines qui se sont rendus dans les derniers combats de la guerre d’Espagne ont été fusillés par les troupes de Franco .


      • Alfred Le 17 février 2016 à 23h52
        Afficher/Masquer

        Ils se comptaient sur les doigts d’une seule main (en bois ouarf ouarf) si ma mémoire est bonne… Il faut espérer pour les protégés de malbrunot qu’ils n’ont pas subi ce taux de perte héroïque…


  10. Iskander Zakhar Le 17 février 2016 à 09h37
    Afficher/Masquer

    […] Depuis la destruction d’un de leurs avions de combat par des insurgés pro turcs, les Russes sont ivres de vengeance contre Ankara. [… ]

    L’avion de combat a été détruit par un F16 de l’armée régulière turque. Ce qui a été détruit par des insurgés pro turc (c’est encore à prouver ?) c’est un hélicoptère de combat.

    Il faudrait être plus précis dans la restitution des faits…


    • Jon Le 17 février 2016 à 12h15
      Afficher/Masquer

      J’ai en tout cas vu une vidéo, publiée quelques heures après la destruction du bombardier russe, qui tend à le prouver. Toutefois, l’hélicoptère semblait avoir été abandonné par son équipage et était posé au sol d’où la facilité de le détruire avec un missile anti-char TOW à guidage laser (impossible de toucher un hélicoptère ou un avion en l’air avec ce machin, il faut un trépied et garder le laser en permanence sur la cible). Malheureusement, la vidéo a été supprimée de youtube mais il y a encore 2 captures d’écran (hélicoptère avant et après) dans ce tweet: https://twitter.com/arabthomness/status/669162494498177024


  11. Nicolas Anton Le 17 février 2016 à 09h49
    Afficher/Masquer

    “traumatisme de l’Afghanistan où leurs missiles Stinger livrés aux « moudjahidines » anti-soviétiques finirent entre les mains des partisans d’Oussama Ben Laden” ??

    C’est quoi cette ânerie ? La petite phrase de fin de texte pour faire croire de manière insidieuse que les faucons U.S auraient vomis pendant 3 jours et 3 nuits en apprenant qu’à l’issu de leur plein gré ils armaient Al qaida ?
    Mr Malbrunot veut peut-être nous faire gober que dans leur quête incessante des défenseurs de la liberté pour tous les U.S auraient fait de même en Syrie. Le “grand connaisseur du moyen-orient” et surtout activiste Otanien dans son utilisation assez naïve de la novlangue nous prend vraiment pour des benêts.

    Le wahhabite Ben Laden Al et ses copains Al qaidés étaient entrainés et armés par la CIA. Exactement la même chose est faite avec l’état islamique d’Irak (E.I.I).


    • JCH Le 17 février 2016 à 10h51
      Afficher/Masquer

      Il est pourtant bien connu que la CIA avait ouvert grand son porte-monnaie pour tenter de racheter, avec un succès limité, les missiles Stinger distribués “comme des bonbons” aux moudjahidines pendant la guerre contre les Soviétiques, et qui échappaient à tout contrôle. Que ces missiles aient été récupérés, détruits, ou donnés à certains groupes étiquetés “amis” à l’époque (et au milieu des années 90, cela incluait Oussama et sa bande), l’histoire ne le dit pas…:
      https://www.washingtonpost.com/archive/politics/1994/03/07/cia-falters-in-recovery-of-missiles/73a9a4d7-2952-4077-9746-46bd2e5b81ca/


    • Furax Le 17 février 2016 à 10h59
      Afficher/Masquer

      Dans le genre novlangue, les chaînes d’info continue françaises font très fort.

      Hier soir, BFM télé n’employait que les termes “rebelles” ou “armée syrienne libre” pour qualifier les différentes antennes d’Al Qaïda dans la péninsule arabique : Front al Nosra, Ahrar al sham, et compagnie.

      Un peu comme si, à la fin de la seconde guerre mondiale, lors de l’effondrement du 3ème Reich, on avait obstinément refusé de qualifier l’ennemi de “nazi”, voire même d'”allemand”, pour le qualifier tout au plus d'”adversaire”.

      Ce refus de nommer les faits et les acteurs est un si grave manquement à l’éthique journalistique qu’il justifierait le retrait de la licence de diffusion de ces chaînes. Et en outre, il constitue même un délit de diffusion de fausse nouvelle aux termes de l’article 27 de la loi du 29 juillet 1881 puisque ces fausses nouvelles troublent gravement l’ordre et la sécurité publique en légitimant, aux yeux de nos islamistes nationaux, le fait d’aller faire le djihad en Syrie.


  12. christian gedeon Le 17 février 2016 à 11h07
    Afficher/Masquer

    Il est vrai que M. Malbrunot passe discrètement sur les horreurs commises par les “insurgés “… mais quand même,je décèle dans son article une légère inflexion de ses positions,prometteuse. En même temps,il ne pouvait pas retourner sa veste d’un seul coup,n’est ce pas? le “ivres de vengeance ” m’a bien fait rigoler…s’ils avaient été si ivres de vengeance que çà,les Russes,ils auraient détruit la base d’Incirlik,et rien ne se serait passé.le coup des missiles n’est pas pal non plus…comme si la CIA ne savait pas à qui elle livrait des missiles en Afghanistan! Combat d’arrière garde … mais quand même y a du mieux..Après tout,M.Malbrunot reconnaît enfin que . des dizaines de milliers de “jihadistes ” en provenance de plus de quatre vingt pays ont fait régner la terreur,après être passés par la Turquie qui leur sert de base arrière… il ne l’avait jamais dit aussi clairement…


  13. Krystyna Hawrot Le 17 février 2016 à 11h27
    Afficher/Masquer

    Je suis également assez écoeurée par cet article – je n’ai jamais cru que l’Etat syrien bombardait ses propres infrastructures, des propres mosquées, centres historiques comme à Alep. Ca rappelle trop les accusations contre les Donbassiens qu’ils se “bombardent” tous seul! Par contre, les fameux rebelles n’ont aucune pitié pour les villages qu’ils assiègent et occupent – tout, absolument tout est détruit, à commencer par les mosquées historiques et le patrimoine historique millénaire de la Syrie! Et ces pratiques barbares, ça rappellent bien Al Quaida!
    Même la guerre n’est pas une excuse – rappelez vous Strelkov qui a choisi d’évacuer Slaviansk, de l’abandonner à l’ennemi car défendre la ville à tout prix l’aurait détruite jusqu’au fondations et causé la mort non pas de milliers mais de centaines de milliers de gens… Les Donbassiens et les Russes ne font pas n’importe quoi, ils essayent de préserver et les civils et les villes. On voit bien la différence avec ces “rebelles” qui ne sont que des bandits.


  14. Krystyna Hawrot Le 17 février 2016 à 11h28
    Afficher/Masquer

    Je suis également assez écoeurée par cet article – je n’ai jamais cru que l’Etat syrien bombardait ses propres infrastructures, des propres mosquées, centres historiques comme à Alep. Ca rappelle trop les accusations contre les Donbassiens qu’ils se “bombardent” tous seul! Par contre, les fameux rebelles n’ont aucune pitié pour les villages qu’ils assiègent et occupent – tout, absolument tout est détruit, à commencer par les mosquées historiques et le patrimoine historique millénaire de la Syrie! Et ces pratiques barbares, ça rappellent bien Al Quaida!
    Rappelez vous Strelkov qui a choisi d’évacuer Slaviansk, de l’abandonner à l’ennemi car défendre la ville à tout prix l’aurait détruite jusqu’au fondations et causé la mort non pas de milliers mais de centaines de milliers de gens… Les Donbassiens et les Russes ne font pas n’importe quoi, ils essayent de préserver et les civils et les villes. On voit bien la différence avec ces “rebelles” qui ne sont que des bandits.


  15. Jon Le 17 février 2016 à 11h46
    Afficher/Masquer

    C’est peut-être un expert, socialement ou autoproclamé, mais ca reste un journaliste qui comme d’habitude affirme sans prouver et sourcer ses dires ce qui permet de désinformer sur un certain nombre de point ou en tout cas d’affirmer des demi-vérités. Il me semble, en effet, que ce n’est pas des insurgés pro-turcs qui ont abattu un avion de chasse russe mais bien l’armée turque et ses F16 made in USA non? D’après ce que j’en sais les insurgés pro-turcs ont abattu un hélicoptère russe qui était venu secourir les pilotes abattus par les turcs, avec un missile anti-char TOW made in USA (vidéo vue sur Twitter, @arabthomness, avec comme fond sonore l’éternel Allah Ackbar)!


  16. Henri Tanson Le 17 février 2016 à 12h06
    Afficher/Masquer

    J’aime bien ces articles qui n’ont l’air de rien et qui provoquent les réactions.
    Un peu ce que joue un avocat du diable. La seule chose qui me dérange, c’est que M. G.M. semble croire à ce qu’il dit…
    D’où l’intérêt des commentaires, nombreux et variés.
    C’est D’ailleurs ce qui manque dans les émissions d’info en continu : pas la place pour les commentaires.
    Une nouvelle forme de télé à inventer…
    Ça ne me gêne pas d’entendre des âneries, ce qui est problématique c’est de ne pas pouvoir les contredire.


  17. Netêbs Le 17 février 2016 à 12h45
    Afficher/Masquer

    Les français n’ont qu’à continuer à se laisser faire et ils verront à quoi cela mène. La France( à la conférence de Munich ), par les voix de son ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian et de son Premier ministre Manuel Valls, ont répété leurs accusations contre la République arabe syrienne et la Russie : usage de bombes-barils, organisation de la famine, bombardements de civils. Assertions complètement fausses et les français acceptent encore. À la lecture de ce qui suit je pense qu’il serait mieux que l’on reprenne les commandes en main maintenant:

    «La cocotte va exploser, doit exploser pour que les hommes se décident au changement. L’ONU de Genève. Le réseau mondial de L’ONU est le canal de diffusion pour accéder à la Paix. La politique est le premier pas vers le dialogue à l’unité. » 13.02.2016

    « Rien n’est réglé. Tout avance dans l’esprit de la destruction finale voulue par les forces
    matérialistes. Celui qui ne s’engage pas fait le jeu de la destruction du monde. « Il aura ce qu’il mérite » est la juste réponse. Il ne faudra pas s’étonner des souffrances innommables que vous allez vivre si rien n’est fait à temps, si vous attendez que « le Ciel » vous aide.
    Les réseaux de résistance devraient tous être constitués et fonctionnels. Il y a urgence. Le piège est partout. Sans unité, vous ne pouvez rien. Il faut des actes.
    Il n’y aura pas de répit, vous allez affronter le pire des calamités d’avoir trop attendu, d’avoir fait des concessions à la vie matérielle inutile. Vous devrez le vivre dans votre corps, votre vie. » 14.02.2016
    http://www.clefsdufutur-france-afrique.fr/news/le-travail-de-lame-livre-2-mm/

    « La guerre est déclarée et personne ne veut le reconnaître.
    La guerre est à l’extérieur, elle vient à l’intérieur : la France et l’Europe. Les graines de la
    discorde sont semées depuis longtemps. Tout s’enflamme. C’est l’heure de la Vérité.
    Ce qui choque c’est l’indifférence (du) Peuple, de l’Europe, à la guerre et la souffrance
    engendrée par les gouvernements sans qu’il y ait l’acte d’unité pour exprimer son refus et le
    traduire en acte. C’est l’égoïsme et la vie trépidante des hommes qui les retient en esclavage.
    Ce qui n’a pas été accompli : l’aide aux Peuples en détresse – victimes du gouvernement
    français et dans l’ensemble, de l’Europe – devra être Réparé.
    La Réparation est obligation de rééquilibre, effacement de la dette. Mais au-delà,
    c’est la sanction dans l’histoire des hommes de leur attitude égoïste. Ils se trouvent confrontés à la vivre : dans les faits, poussés par les évènements qui « se retournent » contre eux jusqu’à ce qu’ils luttent lucidement « avec le Cœur ». La France doit montrer l’exemple. Réparer leur dette envers les Peuples martyrisés avec la complicité de leurs gouvernements. » 16.02.2016


  18. Tonton Poupou Le 17 février 2016 à 13h18
    Afficher/Masquer

    Cocasse. Inconscient quand tu parles ! Tu parles fort !!!!!!!!!
    Je cite :
    “Mais les parrains occidentaux et arabes des rebelles peuvent-ils laisser leurs partisans…..”
    J’aime beaucoup le terme “parrains”……… signifiant ! N’est ce pas ? Don …….. euh ! J’veux dire …..Parrain.
    Parle plus bas car on pourrait bien nous entendre !


  19. philbrasov Le 17 février 2016 à 16h28
    Afficher/Masquer

    Tout est dit dans les posts de ce site et Malbruno (parfois inspire…) a faux sur toute la ligne…
    je voudrais rajouter a ce qu’il dit de façon sournoise…..
    “Depuis, la ville est partagée entre les quartiers loyalistes de l’ouest – où vit notamment la minorité chrétienne – ”

    Il ne dit pas que la partie ouest est chrétienne.. NON il dit que la minorité chrétienne y vit ce qui est différent… Mais le lecteur non averti en conclura que SEULS les chrétiens habitent dans la partie Ouest…. Ce qui est faux bien évidement….
    Alep comptait avant la guerre environ 1.7 millions d’habitants…..
    désormais dans cette partie ouest vivent non seulement les chrétiens , mais TOUS les alépins qui ont fuit les fameux rebelles….ceux qui faisaient du bon boulot…
    Un alépin questionné par sputnik estime a 2 millions dans cette partie…
    ( a prendre au conditionnel)


  20. Dominique Le 18 février 2016 à 10h02
    Afficher/Masquer

    « des secteurs à l’est, tenus par les insurgés, mélange hétéroclite de modérés et d’islamistes que la violence des bombardements de l’armée syrienne[…] a radicalisés. »

    Tout le monde sait que les islamistes, s’ils ne reçoivent pas de bombes sur la figures sont de très gentils garçons violent les femmes et qui coupent les têtes avec une exquise délicatesse.


  21. hellebora Le 18 février 2016 à 19h49
    Afficher/Masquer

    Autre son de cloche dans Le Figaro (signé Edouard de Mareschal) qui donne la parole à Monseigneur Georges Abu Khazen, évêque et vicaire apostolique d’Alep (Syrie) : ” Le vicaire apostolique dénonce les attaques des rebelles basés à l’est de la ville, dont les tirs de mortiers s’écrasent régulièrement dans des zones où se trouvent des civils. «Ils nous ont coupé l’électricité depuis cinq mois. Nous n’avons plus d’eau non plus. Personne ne parle de cela en Occident… (…) (Il) place beaucoup d’espoir dans l’intervention russe, qu’il juge «providentielle». Depuis février, Moscou pilonne l’est de la ville, tenu par les rebelles. «Ils poussent pour négocier un cessez-le-feu, et nous prions pour que cela aboutisse.»


    • christian gedeon Le 18 février 2016 à 20h09
      Afficher/Masquer

      Comme dirait Dutronc,mais qui se soucie de nous? mais qui se soucie des chrétiens d’Orient? La vérité est que pas grand monde. Il y a à leur propos comme une chape de silence,comme une mauvaise conscience,et pour tout dire comme une impardonnable lâcheté…comme une volonté de les effacer du paysage…comme si tu n’existais pas,pauvre chrétien d’Orient. Comme une peur de les aider et de mécontenter “la rue musulmane ” et les donneurs d’ordre sabliotes…et américains évangélistes. Tout concourt à les effacer…combien savent qu’il y a en Egypte ,on ne sait pas trop,mais entre dix et douze millions de chrétiens au bas mot? Combien savent qu’en Irak,et en trente ans les chrétiens sont passés de trois millions au moins à moins d’un million? Etc…le génocide silencieux,et dont l’occident est le témoin associé se poursuit en silence. Chut,on massacre…on force à l’exil…on réduit à une nouvelle dhimmitude…chut,il ne faut pas le dire! Quelle honte!


Charte de modérations des commentaires