Article majeur dans un journal on ne peut plus mainstream : Le New York Times…

On aura tout vu…

New York Times : L’Arabie saoudite met en garde contre les retombées économiques en cas d’adoption par le Congrès du projet de loi sur le 11 Septembre

Source : The New York Times, le 16/04/2016

nyt-saudi

WASHINGTON – L’Arabie saoudite a déclaré à l’administration Obama et aux membres du Congrès qu’elle vendrait des centaines de milliards de dollars d’actifs américains qu’elle détient si le Congrès adoptait un projet de loi qui pourrait la rendre responsable devant les tribunaux américains d’un rôle quelconque dans les attaques du 11-Septembre 2001.

L’administration Obama a fait pression sur le Congrès pour empêcher l’adoption du projet de loi, selon les responsables de l’administration et des assistants parlementaires des deux partis. Les menaces saoudiennes ont fait l’objet d’intenses discussions au cours des dernières semaines entre les législateurs, les fonctionnaires du département d’État et le Pentagone. Les fonctionnaires ont alerté les sénateurs sur les retombées diplomatiques et économiques de la loi.

Adel al-Jubeir, le ministre saoudien des Affaires étrangères lui-même, a délivré le message du royaume le mois dernier, lors d’un voyage à Washington. Il a dit aux membres du Congrès que l’Arabie saoudite serait contrainte de vendre jusqu’à 750 milliards de dollars en titres du Trésor et autres actifs aux États-Unis avant qu’ils courent le risque d’être gelés par les tribunaux américains.

Plusieurs économistes indépendants restent sceptiques quant à la poursuite de cette stratégie par les Saoudiens, en disant qu’une telle liquidation serait difficile à exécuter et finirait par paralyser l’économie du royaume. Mais la menace est un signe supplémentaire de l’escalade de la tension entre l’Arabie saoudite et les États-Unis.

L’administration, qui fait valoir que la législation mettrait les Américains en situation de risque juridique à l’étranger, a fait un lobbying tellement intense contre le projet de loi, qu’elle a rendu furieux certains députés et les familles des victimes du 11-Septembre. À leur avis, l’administration Obama a toujours pris parti pour le royaume et a contrecarré leurs efforts pour apprendre ce qu’ils croient être la vérité sur le rôle joué par des responsables saoudiens dans le complot terroriste.

« Il est stupéfiant de penser que notre gouvernement soutiendrait les Saoudiens contre ses propres citoyens » a déclaré Mindy Kleinberg, dont le mari est mort dans le World Trade Center le 11-Septembre, et qui fait partie d’un groupe de familles de victimes faisant pression pour l’adoption de la loi.

Le président Obama arrivera à Riyad mercredi pour des réunions avec le roi Salman et d’autres responsables saoudiens. Il est difficile de savoir si le différend à propos du projet de loi sur le 11-Septembre sera à l’ordre du jour des discussions.

Un porte-parole de l’ambassade saoudienne n’a pas répondu à un message lui demandant des commentaires.

Les responsables saoudiens ont longtemps nié que le royaume ait joué un rôle dans le complot du 11-Septembre et la Commission sur le 11-Septembre n’a trouvé « aucune preuve que le gouvernement saoudien en tant qu’institution, ou de hauts fonctionnaires saoudiens de manière individuelle, aient financé l’organisation. » Mais les critiques ont noté que la formulation restrictive de la commission a laissé ouverte la possibilité que d’autres fonctionnaires ou des membres du gouvernement saoudien auraient pu jouer un rôle. Des soupçons ont persisté, en partie à cause des conclusions d’une enquête du Congrès en 2002 sur les attentats qui a produit des preuves que des responsables saoudiens vivant aux États-Unis, à l’époque, avaient pris part au complot.

Ces conclusions, contenues dans 28 pages du rapport, n’ont toujours pas été rendues publiques.

Le litige arrive au moment où une critique bipartisane s’élève au Congrès à propos de l’alliance de Washington avec l’Arabie saoudite, depuis des décennies un allié indispensable de l’Amérique au Moyen-Orient et le coéquipier d’un partenariat guère examiné par le passé par les membres du Congrès. La semaine dernière, deux sénateurs ont présenté une résolution qui imposerait des restrictions sur les ventes d’armes américaines à l’Arabie saoudite, en augmentation pendant l’administration Obama.

Les familles des victimes du 11-Septembre ont utilisé les tribunaux afin d’essayer de tenir pour responsables les membres de la famille royale saoudienne, les banques saoudiennes et des organismes de bienfaisance que les plaignants ont accusé être un soutien financier saoudien au terrorisme. Ces efforts ont été largement entravés, en partie à cause d’une loi de 1976 qui donne aux nations étrangères une certaine immunité contre les poursuites devant les tribunaux américains.

Le projet de loi du Sénat vise à préciser que l’immunité accordée aux nations étrangères en vertu de la loi ne devrait pas s’appliquer quand ces nations se trouvent coupables d’attentats terroristes tuant des Américains sur le sol américain. Si le projet de loi était adopté par les deux chambres du Congrès et signé par le président, il pourrait ouvrir la voie à l’examen, au cours des procès sur le 11-Septembre, du rôle du gouvernement saoudien.

Des responsables de l’administration Obama rétorquent que l’affaiblissement des dispositions sur l’immunité souveraine mettrait le gouvernement américain, ainsi que ses citoyens et entreprises, en risque juridique à l’étranger parce que d’autres nations pourraient riposter avec leur propre législation. Le secrétaire d’État John Kerry a dit à des membres du Sénat en février que le projet de loi, dans sa forme actuelle, reviendrait à « exposer les États-Unis à des poursuites, à supprimer notre immunité souveraine et à créer un terrible précédent. »

Les partisans du projet de loi ont précisé que la loi est volontairement rédigée de façon très restrictive – en ne concernant que des attaques sur le sol américain – afin de réduire les possibilités de rétorsion de la part d’autres pays.

Pendant une séance d’information à huis clos au Capitole, le 4 mars, Anne W. Patterson, sous-secrétaire d’État en charge du Proche-Orient, et Andrew Exum, haut fonctionnaire spécialiste de la politique au Moyen-Orient au Pentagone, ont dit aux membres de la Commission des forces armées du Sénat que les troupes américaines et les civils pourraient être en danger au niveau juridique, si les autres pays décident de se venger et de dépouiller les Américains de leur immunité à l’étranger. Ils ont aussi particulièrement discuté des menaces économiques saoudiennes, s’étendant sur leurs répercussions si elles étaient réalisées.

John Kirby, un porte-parole du département d’État, a déclaré dans un communiqué que l’administration est aux côtés des victimes du terrorisme, « en particulier de ceux qui ont souffert et ont tant perdu le 11-Septembre. »

Edwin M. Truman, chercheur à l’Institut Peterson de Recherche Economique Internationale, a dit qu’il pensait que les Saoudiens ont très probablement fait une « menace en l’air ». La vente de centaines de milliards de dollars d’actifs américains serait non seulement techniquement difficile à réaliser, dit-il, mais aussi très probablement la cause de turbulences sur les marchés internationaux, qu’on reprocherait aux Saoudiens.

De plus, a-t-il déclaré, cela pourrait déstabiliser le dollar américain – la monnaie sur laquelle le riyal saoudien est indexé.

« La seule façon dont ils pourraient nous punir les punirait eux-mêmes, » a déclaré M. Truman.

Le projet de loi est une anomalie dans un Congrès déchiré par des luttes acharnées entre tendances, en particulier au cours d’une année électorale. Il est parrainé par le sénateur John Cornyn, républicain du Texas, et par le sénateur Chuck Schumer, démocrate de New York. Il a le soutien d’une coalition improbable de sénateurs libéraux et conservateurs, dont Al Franken, démocrate du Minnesota, et Ted Cruz, républicain du Texas. Il a été adopté par la commission judiciaire en janvier sans contestation.

« Puisque notre nation affronte des réseaux terroristes nouveaux et en expansion, qui visent nos citoyens, arrêter la source de financement des terroristes devient d’autant plus important » a déclaré M. Cornyn le mois dernier.

L’alliance avec l’Arabie saoudite s’est fragilisée au cours des dernières années où la Maison-Blanche a essayé de renouer avec l’Iran – ennemi exécré par l’Arabie saoudite – dans le contexte des récriminations entre responsables américains et saoudiens sur le rôle que les deux pays devraient jouer pour la stabilité du Moyen-Orient.

Mais l’administration a soutenu l’Arabie saoudite sur d’autres fronts, notamment en fournissant au pays des renseignements sur les cibles et le soutien logistique pour la guerre au Yémen. L’armée saoudienne utilise des jets et largue des bombes qu’elle a achetés aux États-Unis – une partie des milliards de dollars de transactions d’armes qui ont été négociées avec l’Arabie saoudite et d’autres pays du golfe Persique au cours de l’administration Obama.

La guerre a été un désastre humanitaire et a nourri une résurgence d’al-Qaïda au Yémen, conduisant à la résolution du Congrès d’appliquer de nouvelles restrictions aux ventes d’armes au royaume. Le sénateur Christopher S. Murphy, démocrate du Connecticut, l’un des auteurs de la résolution et membre du Comité des Affaires étrangères du Sénat, a déclaré le Congrès « irresponsable » dans ses fonctions de surveillance des ventes d’armes, en particulier celles destinées à l’Arabie saoudite.

« Mon principal désir est que notre relation avec l’Arabie saoudite en vienne à un plus grand degré de conditionnalité qu’à l’heure actuelle, » a-t-il déclaré.

Jennifer Steinhauer a contribué au reportage.

Source : The New York Times, le 16/04/2016

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

==========================================

Je vous laisse donc comparer la couverture de cet article du New York Times avec son “équivalent” français (enfin, si on peut dire…), Le Monde :

Le projet de loi sur le 11-Septembre qui empoisonne Barack Obama avant sa visite en Arabie saoudite

Source : Le Monde, AFP, 19-04-2016

Interrogé par la chaîne CBS, lundi 18 avril, Barack Obama s’est dit opposé à un projet de loi qui permettrait de traduire les dirigeants saoudiens devant des tribunaux américains pour les attentats du 11 septembre 2001. Des déclarations qui interviennent à l’avant-veille de sa visite dans le royaume wahhabite.

Le texte, soutenu par des démocrates et des républicains, n’a pas encore été soumis à un vote au Congrès, mais il suscite déjà de vives tensions. M. Obama a d’ores et déjà annoncé qu’il y mettrait son veto. Ce sujet épineux risque de compliquer encore un peu plus la venue du président à Riyad.

Selon le New York Times, le ministre des affaires étrangères saoudien, Adel Al-Joubeir, a averti des élus, lors d’une visite à Washington le mois dernier, de possibles conséquences coûteuses si ce projet de loi était adopté. Le quotidien affirme qu’il a notamment menacé de vendre quelque 750 milliards de dollars en bons du Trésor américain et autres biens détenus aux Etats-Unis.

Principe de « l’immunité des États »

Le texte permettrait aux familles des victimes du 11-Septembre de poursuivre, notamment, Riyad pour obtenir des dédommagements. Aucune implication de l’Arabie saoudite n’a jamais été démontrée, mais 15 des 19 pirates de l’air étaient des ressortissants du pays.

« Notre inquiétude par rapport à cette loi n’est pas liée à son impact sur nos relations avec un pays en particulier, elle est liée à un principe important du droit international : l’immunité des Etats », a souligné un peu plus tôt dans la journée Josh Earnest, porte-parole de l’exécutif américain.

Remettre en cause celui-ci pourrait, en cas d’adoption de textes similaires par d’autres Etats, « représente un risque significatif pour les Etats-Unis, nos contribuables, nos militaires et nos diplomates ». Ce principe de l’immunité « permet aux pays de résoudre leurs différends grâce à la diplomatie et non pas à travers les tribunaux ».

Rôle possible de gouvernements étrangers

Barack Obama rencontrera mercredi le roi, Salman Al-Saoud, à Riyad avant de participer le lendemain à un sommet avec les pays du Conseil de coopération du Golfe − dont sont aussi membres Bahreïn, les Emirats arabes unis, le Koweït, le Qatar et Oman.

Zacarias Moussaoui, le Français condamné en lien avec les attentats du 11-Septembre et surnommé le « 20e pirate de l’air », avait assuré à des avocats américains en février que des membres de la famille royale saoudienne avaient versé des millions de dollars à Al-Qaida dans les années 1990.

Une affirmation immédiatement rejetée par l’ambassade d’Arabie saoudite, mais qui avait rouvert le débat à Washington sur la nécessité de publier une partie encore classée du rapport de la commission d’enquête américaine sur le 11-Septembre. Vingt-huit pages qui évoqueraient, selon certains, le rôle possible de gouvernements étrangers.

Source : Le Monde, AFP, 19-04-2016

Et puis c’est un seul article, hein… À comparer au New York Times :

le-monde-nyt

---

33 réponses à Le chantage à 750 milliards de l’Arabie saoudite pour ne pas indemniser les victimes du 11 Septembre

Commentaires recommandés

bluetonga Le 27 avril 2016 à 00h43

On attend impatiemment le traitement de fond que vont nous livrer le Monde, le Nouvel Obs et consort. Je viens de faire une petite recherche google, mais pas grand chose dans les filets, juste des copiés-collés AFP.

Mais où sont donc passées les neiges d’antan? Ou est-elle cette époque innocente où les choses étaient simples, où on nous expliquait qu’un vilain barbu, de sa caverne afghane, avait tout organisé en catimini et à la surprise générale? Et sa bande de malfrats, Al Qaeda, la terreur de notre première décennie, comment sont-ils devenus subrepticement, imperceptiblement, ces gentils rebelles modérés dont nos (anciens) ministres vantaient encore récemment les mérites et que le Secrétaire d’Etat américain, John Kerry, s’efforce de sauver d’une extinction imminente?

J’attends avec impatience les lumières de nos médias sur ces questions brûlantes.

  1. bluetonga Le 27 avril 2016 à 00h43
    Afficher/Masquer

    On attend impatiemment le traitement de fond que vont nous livrer le Monde, le Nouvel Obs et consort. Je viens de faire une petite recherche google, mais pas grand chose dans les filets, juste des copiés-collés AFP.

    Mais où sont donc passées les neiges d’antan? Ou est-elle cette époque innocente où les choses étaient simples, où on nous expliquait qu’un vilain barbu, de sa caverne afghane, avait tout organisé en catimini et à la surprise générale? Et sa bande de malfrats, Al Qaeda, la terreur de notre première décennie, comment sont-ils devenus subrepticement, imperceptiblement, ces gentils rebelles modérés dont nos (anciens) ministres vantaient encore récemment les mérites et que le Secrétaire d’Etat américain, John Kerry, s’efforce de sauver d’une extinction imminente?

    J’attends avec impatience les lumières de nos médias sur ces questions brûlantes.


    • Pliik Le 27 avril 2016 à 23h30
      Afficher/Masquer

      Cela dit, les Saoudiens ont compris la musique qui s’annonce:

      – vote d’une loi en vue de leur implication dans les attentats du 9/11,
      – implication formelle
      – saisie conservatoire de leurs actifs, 75o milliard de dollars et plus,
      – procès
      – verdict, avec 75o milliards et plus de dommages et intérêts…
      (Et si ça se trouve, rêvons, les Us font ami ami avec les russes, son gaz, son pétrole, en appoint).
      … Qu’irait faire les saoudiens ?
      Une guerre ?
      Les Us ont sortie les saoudiens de l’âge de pierre, ils se prépare à les y renvoyer,
      Guerre civile locale à la clé.

      Ps: à cet égard, l’annonce récente de la création d’un fond souverain saoudien de 2 billions de dollars fait sans doute partie du décor et relève d’une manœuvre de protection,


    • Dominique Le 30 avril 2016 à 22h40
      Afficher/Masquer

      « J’attends avec impatience les lumières de nos médias sur ces questions brûlantes. »

      Tu peux attendre longtemps. Il faudrait déjà qu’ils se rappellent que Fabius regrettait en 2012 l’appellation de terroristes d’Al Nosra puisqu’ils « faisaient du bon boulot ».


  2. Guillaume Besset Le 27 avril 2016 à 01h00
    Afficher/Masquer

    Tous les réseaux diplomatiques (et juridiques) vont devoir s’activer pour trouver une solution !

    Avec 56% de vente d’armes dans le monde, les Etats Unis ont sûrement beaucoup à perdre..
    http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20101021trib000564821/les-etats-unis-realisent-avec-l-arabie-saoudite-le-plus-gros-contrat-militaire-a-l-export-de-l-histoire.html

    Question : Cela fera-t-il progresser les Droits de l’Homme en Arabie Saoudite ?
    http://fr.unesco.org/countries/arabie-saoudite/information (drapeau du Hamas!)

    Un bon objectif : L’A.Saoudite devrait suivre l’exemple des EAUs
    http://fr.danielpipes.org/16636/emirats-arabes-fragilite


  3. ThierryC Le 27 avril 2016 à 01h03
    Afficher/Masquer

    Les américains peuvent maintenant se permettre de fâcher les saoudiens car ils sont beaucoup moins dépendant de son pétrole. Ca n’a pas toujours été le cas.

    Ce n’est pas du tous le cas de la France (ou de l’Europe en général), qui n’a ni gaz et pétrole de schistes, si puissance militaire pour assurer son approvisionnement énergétique.

    Ca doit expliquer en partie la différence de traitement.On ne critique pas un pays à qui on est obligé d’acheter un bien indispensable à notre société.


    • Pol Pot Le 27 avril 2016 à 08h28
      Afficher/Masquer

      Avec un prix d’extraction entre 60 et 85 dollars alors que le pétrole se vend 40 dollars ,je pense moi que les américains sont plus dépendants que jamais !
      Mais on peut voir le verre a moitié plein , bien entendu !
      Ou alors on a critiqué trop vite et on rétro pédale , ce qui semble être le cas !


      • Vasco Le 27 avril 2016 à 08h38
        Afficher/Masquer

        Plus que le pétrole c’est le pétrodollars qui est en jeu.


      • Simon Le 27 avril 2016 à 09h35
        Afficher/Masquer

        C’est justement là où on peut se poser la question de l’échéance de toute cette histoire. Nous sommes actuellement dans un contexte de bas prix du baril, et les EU font face au refus des saoudiens de limiter leur production (afin de faire remonter les prix) parce que ces derniers veulent à tout prix empêcher l’Iran de s’accaparer des parts de marchés (et ainsi considérablement agrandir son influence, i.e son potentiel de nuisance). Problème, ce plafonnement des prix nuit à la profitabilité de la production US (notamment pour tout le secteur dépendant des technologies de “fracking”). Il y a donc urgence de faire pression sur ‘Arabie saoudite. Tiens, ça tombe bien, on a tout un dossier sur le 11/9, impliquant vraisembablement méchamment l’Arabie Saoudite.


        • Alae Le 27 avril 2016 à 11h38
          Afficher/Masquer

          “Il y a donc urgence de faire pression sur ‘Arabie saoudite. Tiens, ça tombe bien, on a tout un dossier sur le 11/9, impliquant vraisembablement méchamment l’Arabie Saoudite.”

          Non, parce qu’étant donnés les atermoiements d’Obama, ses concessions inacceptables aux Saoudiens, son refus de déclasser les 28 pages, son argument ridicule de “l’immunité des États” (alors qu’un acte terroriste perpétré par un État équivaut à une déclaration de guerre), cette affaire est un suicide politique pour lui et son administration. Tout ça n’était clairement pas voulu.
          Notre tendance française à considérer les décideurs politiques des USA comme un seul bloc ne correspond pas à leur réalité. Le quotidien de la politique, là-bas, même aux plus hauts niveaux, c’est une suite de rustines collées sur des conflits entre factions opposées. Sauf que cette fois, ça a craqué.

          Pour finir, deux questions : qui, aux USA sous Bush, a pris la décision d’occulter le rôle saoudien en classifiant les 28 pages et surtout, pourquoi ? Qui, sous Obama, a pris la décision de les garder secrètes et pourquoi ?


          • Toto Le 27 avril 2016 à 17h31
            Afficher/Masquer

            C’est vrai que nous les occidentaux nous n’avons pas ce genre de problème. On bombarde et on tue qui nous voulons (en Irak, on a dit qu’il y avait des armes de destruction massive, au Vietnam avant on a dit que ce pays n’avait pas le droit de jouer au domino. ..) , on est dans notre bon droit.
            Non la vérité c’est qu’à ce niveau tous les pays se valent. Les pauvres font les frais d’enjeux qui les dépassent.


      • lakhor Le 27 avril 2016 à 17h00
        Afficher/Masquer

        Le coût d’extraction est descendu. Selon les puits, il va jusqu’à 30 dollars. Rarement au-dessus de 50


  4. Ouas Le 27 avril 2016 à 01h38
    Afficher/Masquer

    « Il est stupéfiant de penser que notre gouvernement soutiendrait les Saoudiens contre ses propres citoyens » a déclaré Mindy Kleinberg, Mindy Kleinberg et les sénateurs qui font semblant d’être choqués ne savent peut-être pas que le 8 juin 1967 l’USS Liberty, le navire de la NSA, a été mitraillé par un Mirage et trois torpilleurs israéliens et c’est tout juste si Lyndon Johnson n’a pas présenté d’excuse à Lévy Echkol et Moshé Dayan.


  5. Feubeuh Le 27 avril 2016 à 03h09
    Afficher/Masquer

    si vous voulez vous amusez en attendant il y a ça qui a été declassifié
    https://28pagesdotorg.files.wordpress.com/2016/04/document-17.pdf


  6. Alain Le 27 avril 2016 à 05h22
    Afficher/Masquer

    Avec tout ce que la FED a déjà racheté, qu’est-ce qui l’empêcherait de faire de même avec ce que l’Arabie Saoudite mettrait sur le marché?


  7. PatrickLuder Le 27 avril 2016 à 06h16
    Afficher/Masquer

    Il faut savoir ce que l’on veut :
    – énergie, commerces et profits mirobolants pour les pays dits “développés” ?
    – équité, justice, respect et paix entre les peuples ?

    Les alliances entre pays consommateurs et pays producteurs se font de gouvernements à gouvernements, évidemment toujours au détriment des peuples … Il faut bien être conscients que le monde entier ne peut soutenir notre train de vie, la seule manière de maintenir un train de vie excédentaire pour une minorité est de maintenir l’autre majorité dans une mode de vie déficitaire.


  8. PatrickLuder Le 27 avril 2016 à 06h43
    Afficher/Masquer

    Un chantage à 750000000000$ n’est rien à comparer à un chantage à la fourniture en énergie et matières premières, ils suffirait que les pays producteurs s’unissent (ou que les peuples se réapproprie leurs patrimoines) pour mettre le reste du monde à genoux …

    => Etes-vous prêts à vous passer de votre voiture, de votre i-phone, de l’électricité et d’autres futilités dites”modernes”? Ou êtes-vous prêts pour maintenir cela encore un peu, à entrer dans une 3e guerre mondiale? Ce sont là les questions importantes dont il faut désormais se poser …


  9. Olposoch Le 27 avril 2016 à 07h18
    Afficher/Masquer

    Sans compter qu’en plus des menaces financières, il se pourrait que les saouds aient aussi leurs 28 pages à révéler…


  10. Philippe30 Le 27 avril 2016 à 07h34
    Afficher/Masquer

    Ne dit on pas que la vérité n’a pas de prix ?

    Les USA sont à ce point en difficulté financière qu’ils vont reculer devant ce type de chantage ?

    Pathétique

    Philippe


  11. Favouille Le 27 avril 2016 à 09h10
    Afficher/Masquer

    Il est amusant de constater que les Etats-Unis, champions de la politique des “sanctions économiques”, sont à leur tour menacés de subir les effets de cette arme humiliante.


  12. pas la peine Le 27 avril 2016 à 10h12
    Afficher/Masquer

    A quand l’indemnisation des victimes des coups d’Etats, meurtres de masse, guerres, révolutions de couleurs, déstabilisations etc… faits par les USA et l’Europe à travers le monde. Il serait temps que les victimes des autres pays fassent de même et poursuivent ces états pour ce qu’ils subissent.
    C’est vrai, j’avais oublié c’est pour les droits de l’homme, ils ne peuvent être poursuivis car ils font çà pour leurs biens. c’est la civilisation, l’apothéose de l’humanité. Mince, c’est dommage.


    • francois marquet Le 27 avril 2016 à 10h31
      Afficher/Masquer

      Comme disait Coluche, c’est la lutte du pot de terre contre le pot de vin, perdu d’avance!


  13. francois marquet Le 27 avril 2016 à 10h30
    Afficher/Masquer

    Oui, je me demande si ce n’est pas une OPA hostile des US sur les fonds souverains Saoudiens.
    On prend les sous ou ils sont
    Mais ça peut faire du bruit, les saoudiens on des infos sur leurs complices ou plutôt commanditaires.
    Et le climat devent insurrectionnel aux US


  14. thmos Le 27 avril 2016 à 10h59
    Afficher/Masquer

    Dans le même temps les usa terrorisent les banques qui détiennent des fonds iraniens provenant des ventes de pétrole pendant l’embargo qui n’est donc pas levé. L’exemple de la Sté Générale punie par 7 Mds $ d”amende” et autres actes de guerre light fait se perpétrer le vol les chantages et autres menaces pour la paix. Au lieu de récupérer qq 30 Mds “gelés” dans les banques étrangères l’Iran n’a pu en rapatrier 6 et se ferait encore taxer de 4 Mds pour dédommager des victimes d’attentats dont les enquêtes n’ont pas déterminé les responsables. “Si ce n’est toi c’est donc le Hezbollah”…et Obama de confirmer ” Le train de vie et l’impunité des Saoudiens n’est pas négociable”… Lire la presse américaine pour se rendre cpte de leur propagande belliqueuse tant chez les “démocrates” que chez les ” républicains “


  15. Furax Le 27 avril 2016 à 12h56
    Afficher/Masquer

    Les réactions citées par les articles sont tellement caricaturalement américano-centrées que c’en serait comique si ce n’était pas aussi grave.

    Cette façon de percevoir la réalité consistant grosso modo à dire “nous pouvonsleur faire tout le mal que nous estimons souhaitable parce qu’ils ne peuvent eux-mêmes pas nous faire de mal sans se nuire à eux-mêmes” est d’une puérilité ou à tout le moins d’une hémiplégie surprenante.

    750 milliards, cela peut paraître marginal par rapport à toute la dette publique émise par les USA, mais cela suffit pour provoquer un gigantesque krach obligataire.

    Les autorités US pratiquent trop souvent une méthode de pirates, rackettant ceux qui ont mis un pied sur leur sol. Nos banques et entreprises exportatrices en ont fait les frais. Il est donc logique, quelques que soient les responsabilités saoudiennes dans le 11/09, qu’ils anticipent et tentent de mettre à l’abri leurs actifs si jamais ils se disent qu’un procureur carriériste va essayer de les faire cracher au bassinet, voire de geler leurs actifs.

    C’est rien moins que la potentielle chute du dollar qui est en jeu.


  16. christian gedeon Le 27 avril 2016 à 13h01
    Afficher/Masquer

    Du pipeau… encore du pipeau,toujours du pipeau…. on ne sait pas trop,mais en gros cinquante mille milliards de dollars (ouf!) circulent en catimini entre les divers paradis fiscaux! Alors sept cet cinquante milliards,c’est juste de la roupie de sansonnet….les chinois achèteront,entre autres…On décline…je vous prends pour des cons,tu nous prends pour pour des cons,il nous prend pour des cons,etc….mais bon,çà amuse la galerie,pendant que cesar imperator Obama vient menacer les européens de le vouer aux gémonies,s’ils ne font pas ci,s’ils ne font pas çà… là,on frise le délire le plus complet…on ferait bien de se rappeler que le propre des châteaux bâtis sur le sable est de s’écrouler un jour sans prévenir.


    • Furax Le 28 avril 2016 à 11h44
      Afficher/Masquer

      Les chinois n’achèteront pas un surcroit de bons du trésor américain. Depuis 2 ans, ils ont commencé à réduire leur exposition à la dette publique US.

      Et je vous assure que si quelqu’un essaie de refourguer quasiment d’un seul coup 3% du total d’un actif long que tout le monde s’accorde à reconnaître comme surévalué mais conservait pour des raisons politiques, ça va provoquer un sacré coup de grisou sur les taux d’intérêts de la dette publique américaine.

      Gros choc obligataire en perspective, en particulier pour des économies occidentales maintenues artificiellement à flot avec des taux zéro.


  17. Lea_ Le 27 avril 2016 à 13h42
    Afficher/Masquer

    Où on constate que les Démocrates et les Républicains c’est du pareil au même. Le fric, rien que le fric a remplacé la Morale en politique. Pourquoi ne suis-je pas étonnée…


  18. DVA Le 27 avril 2016 à 16h09
    Afficher/Masquer

    http://www.lalibre.be/dernieres-depeches/afp/l-arabie-saoudite-va-se-doter-du-plus-grand-fonds-souverain-au-monde-571e4fcd35708ea2d4e29cf5
    Duel à fleurets mouchetés…extraits…L’Arabie saoudite a annoncé lundi son intention de vendre en Bourse une partie du géant pétrolier Aramco et de se doter d’un fonds souverain de 2.000 milliards de dollars, le plus grand du monde, dans le cadre d’un vaste plan visant à réduire sa dépendance du pétrole…”Aucun projet d’investissement ou de développement dans n’importe quelle région du monde ne se fera qu’en passant par le fonds souverain saoudien”, a-t-il prédit.
    Selon lui, le nouveau fonds inclura les quelque 600 milliards de dollars d’actifs dont dispose actuellement le royaume, ainsi que les dividendes de la vente partielle d’Aramco et des compagnies immobilières et industrielles de l’Etat…


  19. ranna Le 27 avril 2016 à 16h29
    Afficher/Masquer

    https://geopoliticsmadesuper.com/2016/04/20/why-saudi-arabia-doesnt-want-those-28-pages-declassified/

    “Why saudi arabia doesnt want those 28 pages declassified.”
    Pour ceux qui lisent l’anglais, excellent article.


  20. Patrice Le 27 avril 2016 à 18h33
    Afficher/Masquer

    Bof bof…. Ces histoires – role des Saoud dans le terrorisme, 28-pages etc – ressortent dans les MSM US à chaque fois que les USA ont besoin de faire pression sur la Saoudie. Ensuite, quand les Saoud ont obéi, c’est discrètement oublié-enterré.

    Cette fois-ci, c’est ressorti au moment de la réunion de Doha, où un accord sur le gel de la production de pétrole était donné comme acquis, malgrè l’absence prévue de l’Iran. Et en meme temps que les papiers sur la ‘9/11 bill’, sont sortis aussi des articles indiquant qu’il n’y aurait pas d’accord à Doha et le prix du pétrole a baissé. Finalement, il n’y a pas eu d’accord à Doha. Etonnant non?

    Autre exemple en septembre 2015 – par exemple: http://www.nytimes.com/2015/09/02/opinion/thomas-friedman-our-radical-islamic-bff-saudi-arabia.html

    Le chantage est donc dans l’autre sens, c’est un chantage des US sur la Saoudie, et l’article se lit comme “regardez comme les saoudiens sont méchants”.


  21. DvD Le 27 avril 2016 à 21h47
    Afficher/Masquer

    Il est navrant que les dirigeants américains et le NY Times (sans parler du Monde bien sûr) soient ignorants des mécanismes élémentaires de la balance des paiements. Ils auraient vu sinon très facilement que les intérêts de l’enquête sur les attentats du 11 septembre 2001 et les intérêts de l’économie américaine sont parfaitement alignés et que la prétendue “menace” saoudienne de vendre ses bons du trésor américain est en réalité exactement ce dont les Etats-Unis ont besoin.

    En effet, qu’un pays parmi les plus riches de la planète comme les Etats-Unis – qui n’a aucune raison en soi d’emprunter du capital à l’étranger – se trouve endetté auprès de l’étranger du seul fait du rôle de monnaie de réserve internationale du US$ ne peut s’entendre que comme la contrepartie d’un déficit commercial subi qui conduit mécaniquement les Etats-Unis à une consommation, un endettement, une inflation des valeurs d’actifs et un sous-emploi excessifs.

    C’est exactement ce déséquilibre, au coeur des dysfonctionnements du système commercial et financier international – ainsi que l’avait pressenti Keynes en 1944 à Bretton Woods et qui fut connu sous le nom de dilemme de Triffin dans les années 1960s – qui doit impérativement être résolu. Le meilleur moyen de le résoudre est précisément que le reste du monde arrête d’acheter des actifs américains libellés en US$.


  22. chb Le 28 avril 2016 à 08h40
    Afficher/Masquer

    Le “chantage” exercé par les saoudiens n’est qu’une réponse à la menace US de piquer les sous. Obama se tire une balle dans le pied – ou plutôt, il donne un coup de pouce à Trump – en soutenant apparemment la Saoudie.


Charte de modérations des commentaires