Les Crises Les Crises
24.janvier.202224.1.2022 // Les Crises

Les États-Unis ont dissimulé des milliers de morts civils dans la guerre aérienne au Moyen-Orient

Merci 124
J'envoie

La puissance aérienne des États-Unis a joué un rôle central dans les guerres menées par le pays en Afghanistan, en Syrie, en Irak et ailleurs, les responsables promettant que les drones et autres armes sophistiquées permettent à l’armée américaine de mener des frappes aériennes de précision qui épargnent les civils pris dans les zones de guerre. Mais une enquête inédite du New York Times révèle que les guerres aériennes de l’armée américaine ont été marquées par de mauvais renseignements, un ciblage imprécis et un manque de responsabilité dans la mort de milliers de civils, dont de nombreux enfants.

Cette série en deux parties du reporter Azmat Khan s’appuie sur une multitude de documents internes du Pentagone, ainsi que sur des reportages sur le terrain, sur des dizaines de sites de frappes aériennes et sur des entretiens avec de nombreux survivants. « Le nombre de morts et de blessés parmi les civils est très différent de ce qu’ils prétendent », déclare Khan, qui a consacré cinq ans à cette enquête.

Source : Democracy Now, Azmat Khan
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Transcription

AMY GOODMAN : Nous commençons l’émission d’aujourd’hui en examinant comment le Pentagone a mené une vaste opération de dissimulation des civils tués dans les guerres aériennes américaines au Moyen-Orient. Le New York Times a publié une remarquable série en deux parties, basée sur de nombreux reportages sur le terrain en Irak et en Syrie, ainsi que sur 1 300 rapports confidentiels du Pentagone sur les victimes civiles résultant des drones américains et autres frappes aériennes.

Azmat Khan, journaliste au New York Times, écrit, je cite : « Les documents mettent à nu la façon dont la guerre aérienne a été marquée par des renseignements profondément défectueux, un ciblage précipité et souvent imprécis, et la mort de milliers de civils innocents, dont de nombreux enfants. »

Les rapports contredisent directement les affirmations publiques des présidents et chefs militaires américains successifs. En 2016, le président Obama de l’époque a affirmé que les États-Unis menaient la campagne aérienne la plus précise de l’histoire.

PRÉSIDENT BARACK OBAMA : En contraste frappant avec l’Etat islamique, qui utilise les civils comme boucliers humains, les forces armées américaines continueront de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour éviter les pertes civiles. Grâce à notre technologie extraordinaire, nous menons la campagne aérienne la plus précise de l’histoire. Après tout, ce sont les civils innocents de Syrie et d’Irak qui souffrent le plus et qui doivent être sauvés de la terreur de l’Etat islamique.

AMY GOODMAN : Nous sommes maintenant rejoints par Azmat Khan, une journaliste d’investigation primée, collaboratrice du New York Times Magazine. Elle a passé plus de cinq ans à faire des recherches sur les guerres aériennes américaines. Dans le cadre de son reportage, elle a visité des dizaines de sites bombardés différents en Irak, en Syrie et en Afghanistan. La première partie de son enquête est intitulée « Les dossiers cachés du Pentagone révèlent des schémas d’échec dans les frappes aériennes meurtrières ». Et la deuxième partie est intitulée « Le coût humain des guerres aériennes de l’Amérique. »

Azmat Khan, bienvenue à Democracy Now! Merci beaucoup pour ce rapport complet. Je me demande si vous pouvez commencer par nous raconter l’histoire d’Ali Fathi Zeidan et de sa famille.

AZMAT KHAN : Bien sûr. Donc, Ali Fathi Zeidan et sa famille avaient quitté une ville, un village appelé Wana, qui était juste au sud du barrage de Mossoul. Ils l’ont quitté parce qu’il y avait des combats entre l’Etat islamique et les forces des Peshmerga, et ils cherchaient vraiment un endroit où ils pourraient être en sécurité. Et cela signifiait souvent, pour de nombreuses familles qui fuyaient les déplacements en 2015, en 2016 – cela signifiait souvent déménager dans des endroits où vous aviez déjà de la famille. Et la fille d’Ali Fathi Zeidan était mariée à un jeune homme dont le frère vivait à Mossoul Ouest, et c’est là qu’ils ont fini par vivre.

Ils ont emménagé dans une zone industrielle dans ce quartier de stockage de blé appelé Yabisat. Et, vous savez, c’était une très grande famille élargie. Ali Fathi Zeidan avait de nombreux enfants et petits-enfants. Et ils n’avaient essentiellement pas les moyens de s’offrir un bel appartement, mais ils se sont installés dans cette sorte d’espace de stockage, vous savez, ils en ont fait leur maison, ils ont apporté des choses pour dormir, ils ont apporté un réservoir d’eau – essentiellement, vous savez, ils ont essayé de s’en sortir du mieux qu’ils pouvaient pendant cette guerre.

Et une nuit de mars 2016, ils étaient assis pour dîner, et il y a eu une frappe aérienne. Ce qu’ils ne savaient pas à l’époque, c’est que les États-Unis avaient surveillé cette maison et ce « compound » ou cette zone particulière sur laquelle la maison était située, pensant qu’il s’agissait du site – ou de cette zone – d’une installation de production d’armes chimiques et d’autres types de structures associées à la fabrication et à la diffusion d’armes chimiques.

Et donc, ce qui s’est passé, c’est que l’examen des renseignements avant la frappe a essentiellement fait intervenir différentes personnes sur cette cible. Vous savez, le renseignement réel pour ce site peut provenir de cette source humaine. Et alors que différentes personnes évaluaient ce qu’elles voyaient, il y avait une personne qui regardait ça, qui voyait les renseignements et qui disait : « Écoutez, j’ai une évaluation un peu différente. » Il s’agissait d’une fonctionnaire de l’USAID qui, lorsqu’elle a repéré les 10 enfants que tous ceux qui regardaient ces images ont vu, a dit : « Écoutez, je ne pense pas que ces enfants soient de passage », ce qui signifie qu’ils ne font que passer. « Je pense qu’ils vivent dans ou près de ce complexe cible. » Et les militaires n’étaient pas d’accord. Ils ont continué à classer les enfants comme étant de passage, ce qui signifie qu’ils pensaient qu’ils pouvaient atténuer le potentiel de danger pour ces enfants en effectuant la frappe de nuit, lorsqu’ils ne seraient pas en train de jouer dehors ou là où ils les avaient vus jouer, près d’un ruisseau à proximité de la structure, dans la vidéo de la cible, dans la vidéo de pré-surveillance.

Et donc, vous savez, peu après cette frappe aérienne, une vidéo a été mise en ligne montrant des membres de la famille, que j’ai rencontrés bien des années plus tard – quatre ans plus tard, je crois – qui ramassaient les corps de leurs proches et essayaient de sauver tout ce qu’ils pouvaient. Au moins 21 personnes de cette seule famille sont mortes dans cette frappe aérienne, et il s’agissait de civils. Et lorsque cette vidéo a été mise en ligne – l’Etat islamique réalisait souvent des vidéos de propagande – elle a déclenché une évaluation de la crédibilité, au cours de laquelle la coalition dirigée par les États-Unis a examiné les preuves, a réinterrogé cette fonctionnaire de l’USAID pour tenter de déterminer ce qui avait mal tourné. Et ils ont conclu qu’il y avait – vous savez, que le processus et les procédures, vous savez, ils n’ont pas trouvé de faute ou d’action disciplinaire. En fait, ils ont dit qu’ils avaient même pris plus de mesures que nécessaire pour protéger les civils. Et il n’y a pas vraiment eu le genre de révélation profonde de ce qui s’est passé ici.

Quand j’ai eu ce document sur cet incident, je l’ai montré à quelqu’un, une source dans l’armée. Et, vous savez, il a dit : « Vous savez ce que c’est, non ? C’est un biais de confirmation. » Il l’a expliqué de cette façon. Il a dit que les responsables militaires voient quelque chose qui s’appelle une cible ou une installation de production d’armes chimiques, et pendant qu’il est contrôlé par ces chaînes, ils accordent une très grande valeur à ce genre de contrôle. Et à ce stade, il est très difficile pour eux de ne pas voir autre chose que cette cible particulière. Et donc, vous savez, il a dit que probablement cette fonctionnaire de l’USAID, qui n’avait pas été confrontée à tant de cas de ce type d’analyse militaire qui vous conduirait à croire que ces personnes étaient des cibles ou que ces enfants n’étaient pas de passage, ou quoi que ce soit d’autre, elle avait une vision claire et une compréhension des réalités du terrain pour comprendre ce qui se passait ici.

La question du biais de confirmation est donc apparue à maintes reprises dans les plus de 1 300 dossiers que j’ai obtenus par le biais de la loi sur la liberté de l’information (FOIA) et les propres évaluations de l’armée elle-même. Et la raison principale pour laquelle cela se produisait souvent était qu’il y avait un biais de confirmation en jeu.

JUAN GONZÁLEZ : Azmat, je voulais vous demander de replacer ces faits et ces nombreux décès dans le contexte des guerres américaines passées. Il me semble que les massacres de civils ont marqué toutes les guerres modernes des États-Unis. Au Vietnam, c’était l’utilisation du napalm et de bombes au phosphore blanc contre ce qui est devenu les civils – en grande partie la population civile ; pendant l’invasion du Panama, la première utilisation de ce que le Pentagone a appelé les bombes bunker buster [destructrices de bunkers, NdT]. Mais ce n’est qu’à partir de la guerre du Golfe de 1991 que le Pentagone a commencé à claironner l’utilisation de bombes dites intelligentes, guidées à distance avec précision, qui allaient éliminer les pertes civiles. Et notre gouvernement semble s’appuyer de plus en plus sur cette fausse affirmation selon laquelle une meilleure technologie peut en quelque sorte éliminer les erreurs et sauver à la fois les soldats américains et les civils. Que voyez-vous dans ces documents qui démontrent une fois de plus le mensonge fondamental de cette approche de la guerre ?

AZMAT KHAN : Donc, il est vrai que, vous savez, beaucoup de ces différentes innovations dans la guerre, dans l’armement, ont été mises en œuvre dans des guerres précédentes. Et à l’époque, les États-Unis faisaient de grandes déclarations à ce sujet. Vous avez mentionné la guerre du Golfe. C’est vrai. Au cours de la guerre du Golfe, les responsables américains étaient très enclins à parler de l’utilisation d’armes à guidage de précision, d’armes à guidage laser, de leur efficacité à paralyser l’une des plus grandes armées du monde avec ce qui a été qualifié à l’époque de « nombre étonnamment faible » de victimes civiles.

Un rapport du service de recherche du Congrès, publié ou rendu public des années plus tard, a déclaré qu’un grand nombre de ces affirmations sur l’efficacité des armes de précision pendant la guerre du Golfe étaient largement exagérées. Nous avons vu cela encore et encore. En fait, certaines affirmations concernant l’utilisation d’armes guidées avec précision ne correspondent pas à la réalité de ce qu’elles peuvent réellement offrir.

Il est certain qu’il y a des progrès dans la capacité à suivre une cible en mouvement, mais voici la vérité. Vous pouvez atteindre une cible exactement comme vous le souhaitez avec beaucoup de ces nouvelles armes, mais cela n’a aucun sens, cette précision n’a aucun sens, si vous avez retenu une mauvaise cible en premier lieu, si votre renseignement est mauvais. Et donc, ce que j’ai trouvé dans beaucoup de ces documents, ce sont des modèles écrasants d’échecs au niveau du renseignement, encore et encore, qu’il s’agisse de confondre un civil avec un combattant. La plus grande erreur était probablement de ne pas détecter la présence de civils avant d’effectuer une frappe. Il y a eu tellement de cas où ils ont déterminé ou conclu qu’il n’y avait pas de civils dans cette zone, ou ils n’ont pas détecté leur présence.

Et l’armée n’est vraiment tenue qu’à une norme de, vous savez, « Avec une certitude raisonnable, nous avons conclu cette chose particulière », et leur chaîne de commandement et leur processus. Donc, vous savez, une autre conclusion majeure de l’examen de ces documents était qu’il n’y avait aucune constatation – ou du moins pas dans les dossiers que j’ai – aucune constatation d’acte répréhensible ou de mesure disciplinaire. Et cela surprend beaucoup de gens, mais cela ne devrait probablement pas être le cas, quand on sait ce qui aboutit à des conclusions d’actes répréhensibles ou de mesures disciplinaires dans le type d’appareil ou la manière dont ces enquêtes ou évaluations fonctionnent, c’est-à-dire qu’elles sont basées principalement sur la chaîne de commandement, la certitude raisonnable.

Et malgré le fait que cela soit souvent encadré – vous savez, quand il y a un échec majeur qui devient public, comme la frappe de Kaboul ou le bombardement de MSF à Kunduz – vous savez, le bombardement de la clinique de Médecins sans frontières en 2015 à Kunduz, en Afghanistan, les responsables américains vont intervenir et dire que c’est une anomalie, que c’est unique, que c’est une erreur extrêmement tragique. Mais ce que j’ai trouvé en examinant les documents et en me rendant sur le terrain, oui, 60 sites jugés crédibles, ce qui signifie qu’ils avaient accepté – ils avaient accepté que des victimes soient comptabilisées, et plus de 40 autres qui étaient soit jugés non crédibles, soit pas encore évalués, donc plus d’une centaine au total – ce que j’ai souvent trouvé en examinant les documents, en observant ces frappes sur le terrain, en interrogeant les gens et en allant vraiment en profondeur, j’ai constaté qu’il y avait des schémas d’échec qu’ils ne pouvaient pas vraiment étudier ou comprendre sans être sur le terrain, qu’ils avaient une vue limitée de l’endroit où ils regardaient et du type de données qu’ils utilisaient.

Et au bout d’un moment, une fois que vous voyez cela encore et encore, et encore, vous devez vous demander s’il s’agit vraiment d’un système de responsabilité ou s’il est conçu pour fonctionner comme un système d’impunité, en fait pour fournir, par exemple, comme certaines sources me l’ont dit, une couverture juridique dans les cas où il y aurait des accusations contre des soldats américains. Ou même pour fournir aux militaires, comme l’a dit un analyste, Larry Lewis, qui a étudié beaucoup de documents de ce type dans le passé, une autorité élargie sur le champ de bataille, afin de justifier une plus grande liberté d’action en temps de guerre.

JUAN GONZÁLEZ : Et en parlant de responsabilité, vos reportages sur les victimes – ce sont en fait les propres enquêtes de l’armée. Combien d’entre eux ont été officiellement reconnus par le Pentagone comme des victimes civiles ? Et combien ont été gardées en interne, jusqu’à ce que vous soyez en mesure de découvrir ces dossiers ?

AZMAT KHAN : Oh, OK. Donc, le nombre d’enregistrements qui avaient été rendus publics avant que je ne les obtienne, sur l’énorme quantité, ils ont mené, au moins dans la guerre aérienne contre l’Irak et la Syrie, je pense, environ 2 800 évaluations, les déterminant comme crédibles ou non. Sur ces 2 800, 340 ont été jugées crédibles. Avant que je ne commence à les demander, ou, en fait, avant – en mettant de côté le nombre que j’ai obtenu, le nombre qui avait été rendu public parmi ceux-ci était inférieur à 20. Donc, moins de 20 de ces dossiers avaient été rendus publics. J’ai obtenu, je pense, 216 évaluations crédibles et environ 1 100 évaluations non crédibles, où ils ont conclu qu’il était peu probable qu’ils aient tué ou blessé des civils.

AMY GOODMAN : Pouvez-vous nous donner l’exemple, Azmat Khan, de ce qui s’est passé en Syrie ? Vous avez les forces d’opérations spéciales qui déclarent avoir tué 85 combattants de l’Etat islamique lors d’un raid aérien en juillet 2016 dans le nord de la Syrie. En fait, le raid a touché des maisons loin de la ligne de front, tuant 120 villageois. Et considérez cela comme un exemple de ce qui est caché.

AZMAT KHAN : Oui. Donc, je veux dire, dans ce cas, ce que vous avez, c’est une échelle de la mort des civils qui est très différente – de la mort et des blessures de civils qui est très différente de ce qu’ils prétendent. C’est une région de Syrie appelée Al Tokhar. Et il était largement connu, parmi les journalistes locaux, les documents en ligne, les documents de source ouverte, que jusqu’à – certaines personnes ont affirmé que jusqu’à 200 personnes avaient été tuées. Et dans ce reportage, en substance, ce que j’ai obtenu était un seul – un document disant qu’ils avaient conclu que 85 combattants de l’Etat islamique avaient été tués dans trois zones de transit, dans ces différents véhicules qu’ils avaient attaqués.

Je me suis rendu sur le site en Syrie, à Al Tokhar, et, vous savez, pendant des mois, j’ai vérifié ces chiffres, mais je suis arrivé à la conclusion qu’au moins 120 civils avaient été tués. Et dans sa propre évaluation, le Pentagone a reconnu qu’entre 7 et 24 civils avaient été tués. Donc, dans ce cas, le taux réel de civils tués ou blessés a été multiplié par quatre, au moins.

Donc, vous savez, la ténacité ou ce qui en tient lieu – j’ai beaucoup appris en faisant ce reportage, n’est-ce pas ? Et la capacité de comparer les documents qui sont produits, en ce qui concerne l’évaluation de ces dossiers, à la réalité sur le terrain, même dans les cas où ils ont accepté un incident comme crédible et ont reconnu qu’il y a peut-être eu des victimes, pour trouver ces distinctions, je pense, était vraiment saisissant et inquiétant.

AMY GOODMAN : Et je sais que vous devez partir. Je veux en venir à la question de ce qui se passe aujourd’hui. Vous parlez de la nouvelle façon de faire la guerre des États-Unis qui prend forme après le renforcement des forces américaines en Afghanistan en 2009. À la fin de 2014, Obama a déclaré que la guerre terrestre des États-Unis était pratiquement terminée et que la mission de l’armée consistait principalement à fournir un soutien aérien et des conseils aux forces afghanes luttant contre les talibans, tout en autorisant une campagne de frappes aériennes contre des cibles de l’Etat islamique et en soutien aux forces alliées en Irak et en Syrie. Pouvez-vous nous parler de la façon dont l’administration Obama a préparé le terrain pour que l’ancien président Trump lance des dizaines de milliers de frappes aériennes en Irak, en Syrie et en Afghanistan, puis de ce que fait Biden aujourd’hui ?

AZMAT KHAN : Eh bien, il est 8h30, et j’ai dit que je partirais à 8h30, mais – et c’est une question très compliquée qui mérite une réponse plus longue. Mais, certainement, vous pouvez dire que nous avons vu une augmentation spectaculaire de l’utilisation des frappes aériennes alors que les soldats américains ont été retirés de différentes zones de guerre sous l’administration Obama. Et en conséquence, on a choisi d’augmenter le nombre de frappes aériennes. Donc, certainement, c’est le cas. Et si vous voulez en savoir plus, lisez ce qui est écrit dans cet article. Et, oui, certainement, sous l’administration Trump, vous avez vu l’utilisation élargie de qui pouvait appeler à des frappes aériennes, comme dans cette chaîne de commandement, le changement de ceux qui peuvent autoriser certaines de ces frappes. Mais, vous savez, je ne veux vraiment pas entrer dans…

AMY GOODMAN : Oui. Oui, OK. Nous allons mettre un lien vers les deux parties de ce reportage stupéfiant, qui vous a demandé des années. Azmat Khan, nous vous remercions beaucoup d’être avec nous, journaliste d’investigation primée du New York Times Magazine. Nous vous proposons un lien vers cette nouvelle enquête en deux parties, la première intitulée « Les dossiers cachés du Pentagone révèlent des schémas d’échec dans les frappes aériennes meurtrières » et la deuxième partie, « Le coût humain des guerres aériennes américaines. »

Dans un instant, nous parlerons à un médecin urgentiste du plan du Président Biden pour répondre à l’augmentation des cas de Covid liés au variant Omicron. Restez avec nous.

Pause

AMY GOODMAN : Le légendaire chanteur folk Michael Hurley a interprété sa chanson Wildegeeses dans notre studio Democracy Now! juste avant le début de la pandémie, lorsque nous avions encore des interprètes. Michael Hurley a eu 80 ans cette semaine. Joyeux anniversaire, Michael.

Source : Democracy Now, Azmat Khan, 22-12-2021
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

nulnestpropheteensonpays // 24.01.2022 à 07h54

« Les États-Unis ont dissimulé des milliers de morts civils dans la guerre aérienne au Moyen-Orient »
Non ? Sérieux ? Ah ben ça alors !
Quand la guerre ne tuera que les méchants , Bush , Cheney et consort seront mort ….

12 réactions et commentaires

  • Orhan // 24.01.2022 à 07h46

    Oui, c’est dramatique.
    Et après on verra fleurir des éditos indiquant que s’il y a des attentats en France (car oui, la France ou d’autres vassaux US sont plus proches, il n’y a pas d’océan à traverser), c’est parce que nos femmes sortent en jupe ou que nous mangeons des croissants dehors (rapport à un célèbre article du NYT après le 13/11).
    Tout ça devrait être largement relayé chez nous, mais non on préfère laisser nos citoyens dans l’ignorance.
    Hier encore ce soldat français au Mali est mort suite à une attaque « terroriste » selon les éléments de langage du ministère.

      +8

    Alerter
    • Ouvrier pcf // 25.01.2022 à 09h07

      Un militaire armé.en guerre qui lui pouvait se défendre qui a failli ou que son peleton a laissé tué pendant que 9 salariés sont morts eux au travail en France sans armes sans défense dans casque sans barrière de sécurité dans harnais sans convention sans comité sans visite d’inspection de sécurité dans prévisions de risques 9 morts collatéraux civils

        +3

      Alerter
  • calal // 24.01.2022 à 07h50

    oui la guerre c’est moche. C’est pourquoi on evite d’en faire. C’est pour cela que des pays comme la suisse ou des pays nordiques ont fait le choix d’etre neutres….Nous on continue a ne pas faire ce choix….

      +4

    Alerter
    • Ouvrier pcf // 25.01.2022 à 09h10

      Si l’Arabie saoudite ou le Qatar ou la Russie ferment lees puits de pétrole où les robinets de gaz on verra si la Suisse reste neutre certainement que non

        +1

      Alerter
  • nulnestpropheteensonpays // 24.01.2022 à 07h54

    « Les États-Unis ont dissimulé des milliers de morts civils dans la guerre aérienne au Moyen-Orient »
    Non ? Sérieux ? Ah ben ça alors !
    Quand la guerre ne tuera que les méchants , Bush , Cheney et consort seront mort ….

      +11

    Alerter
  • RGT // 24.01.2022 à 14h02

    « sur des entretiens avec de nombreux survivants »…

    Ah ben ça alors, il y a eu des survivants ?

    Non seulement c’est gênant car ils viennent ensuite se plaindre, mais de plus c’est une preuve irréfutable que les armes utilisées par les troupes US ne sont pas assez efficaces.

    Vous comprenez maintenant pourquoi le budget militaire US est en hausse ?
    C’est pour que l’armée s’équipe de matériel plus efficace et en quantité suffisante pour éviter qu’il n’y ait de survivants bien sûr !!!

    Bon je sors car je sens que certains vont avoir la nausée et ne se gêneront pas pour m’insulter copieusement pour ce désagrément.

      +3

    Alerter
  • Ahmed Miloud // 24.01.2022 à 23h21

    Quand Madeleine Albright disait que la mort de 500000 enfants irakiens pendant la guerre des États-Unis contre Saddam en valait la peine, que peut-on attendre des américains? Voir vidéo :
    https://youtu.be/CYrPvRk0j-8

      +7

    Alerter
  • Marie Colin // 25.01.2022 à 00h22

    Il ne s’agit pas de « frappes » (novlangue) mais bel et bien de « bombardements »

    Détail peut-être, mais d’importance…

      +7

    Alerter
  • Christian Gedeon // 25.01.2022 à 12h59

    Ah bon? Faut croire que non puisqu’ils ont été trouvés. Sérieusement la guerre ça tue! Étonnant, non?

      +0

    Alerter
    • Pierrot // 26.01.2022 à 05h32

      En énonçant cela, vous oubliez un détail essentiel : les États-Unis ne sont pas en guerre contre les pays qu’ils bombardent.

      De la façon dont elles sont présentée à l’opinion publique qui les autorise, ces opérations militaires sont des « frappes chirurgicales » réalisant des assassinats ciblés de « terroristes », en quelque sorte des opérations de police contre des individus menaçant la sécurité des États-Unis ou des régimes des pays concernés.

      Si l’armée américaine menait de telles opérations chez nous, alors vous et votre famille pourriez périr dans une attaque visant un de vos voisins fiché S… Simples dégâts collatéraux !

      Quant au fait que les mensonges sur le bien-fondé et la précision de ces frappes aient fini par être éventés, je ne vois pas de raison de s’en moquer.

      La propagande et l’omertà sur les opérations militaires vis-à-vis de l’opinion publique américaine et de celles des autres pays constituent une part importante du dispositif qui assure la puissance et l’impunité des États-Unis à travers le monde. Leur mise en échec n’avait rien d’évident, et ceux à qui on le doit l’ont même souvent payé très cher (cf. Assange, Manning, Snowden, …).

      À défaut d’avoir mis un coup d’arrêt à ces opérations, dévoiler ces mensonges a porté un coup à l’image positive du « gendarme du monde » et a poussé l’opinion publique américaine et mondiale à revoir son jugement et son soutien à leurs instigateurs.

      Compte tenu de la part importante de la population qui (je le constate) ignore encore ces faits, il ne semble pas inutile de continuer à les rappeler, ici et ailleurs.

        +7

      Alerter
  • Idomar // 27.01.2022 à 12h53

    Mais que n’ont ils pas dissimulé de toute leur histoire ?
    Ce sont les affabulateurs mondiaux les plus performants, ils ne vivent que par le mensonge.
    Ce pays n’a strictement rien de grandiose, il n’impose les choses que par la perversion et la manipulation. Chaque nouveauté soit disant créatrice est bâtie sur un récit virtuel tendant à faire croire en sa suprématie.
    Et de sombres petits imbéciles tels les young leaders comme Macron sont chargés d’alimenter le moulin à mensonges.
    Ces gens n’ont rien d’extraordinaire, ce ne sont que des petites frappes.

      +4

    Alerter
    • Christian Gedeon // 29.01.2022 à 00h12

      Moi je veux bien… donc les millions de gens qui essayent à toute force de s’installer aux us sont soit complètement cons soit masochistes si on suit votre raisonnement. Ça fait beaucoup de cons masochistes vous ne trouvez pas?

        +0

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications