Les Crises Les Crises
14.février.202014.2.2020 // Les Crises

Pologne et « même temps » Pologne … Par Guillaume Berlat

Merci 43
J'envoie

Source : Proche & Moyen-Orient, Guillaume Berlat, 10-02-2020

« Le monde que nous avons créé est le résultat de nos pensées. Il ne peut pas être changé sans que l’on change notre manière de penser » (Albert Einstein). En arrivant à l’Élysée en mai 2017, notre fringuant président de la République avait des pensées, des idées très arrêtées sur le nouveau monde qu’il entendait modeler à son image.

Il les a développées durant tout l’acte I de son quinquennat (2017-2019) avec le succès que l’on sait. L’Union européenne devait être intégralement transformée à l’image de son discours de la Sorbonne. Le couple franco-allemand devrait être redynamisé selon sa volonté. Donald Trump, à qui il avait réussi à écraser le poignet dans un bras de fer mémorable, allait lui manger dans la main, gobant à son insu l’accord sur le nucléaire iranien et sur le climat (COP21) en devenant un adepte inconditionnel du multilatéralisme. La Françafrique avait rendu l’âme à Ouagadougou. La Libye allait retrouver les chemins de la paix. L’Iran allait se rabibocher avec les États-Unis. La Chine deviendrait le modèle du libre-échange. En outre, Emmanuel Macron distribuait quelques mauvais points et quelques mandales à la Russie. Le recevant à Versailles, il infligea à Vladimir Poutine une leçon de démocratie, un camouflet diplomatique pour son attitude peur amène durant la campagne électorale (diffusion de « fake news » et intrusion dans le système informatique du parti en marche). C’est au centre de l’Europe (pays du groupe de Visegrad) qu’il voyait les mauvais élèves de la classe européenne : Pologne, Hongrie, République tchèque. Il leur administra quelques sévères réprimandes pour leurs comportements intolérable sur divers registres.

Avec l’entrée dans l’acte II de son quinquennat (depuis la seconde moitié de 2019), le chef de l’État semble avoir pris conscience, outre ses grandes difficultés sur la scène intérieure, de son isolement sur le grand échiquier international et de la nécessité de changer son fusil d’épaule. Nous en avons un nouvel exemple avec la visite officielle qu’il vient d’effectuer en Pologne les 3 et 4 février 2020 censée compléter le tandem franco-allemand. Avec Varsovie, le ton a changé. Après Haro sur la Pologne, symbole d’une diplomatie de l’invective, nous sommes brutalement passés à Bravo à la Pologne1, signe d’une diplomatie de la câlinothérapie. Ce changement de pied interpelle sur la diplomatie de l’inconstance qui doit valoir un bravo à Jupiter.

LA DIPLOMATIE DE L’INVECTIVE : HARO SUR LA POLOGNE

Qui ne se souvient des mots particulièrement durs, au regard des us et coutumes du langage diplomatique traditionnel, adressés par le président de la République à l’encontre des autorités polonaises depuis sa prise de fonctions ! Tout y est passé au fil des mois.

L’un des premiers gestes européens d’Emmanuel Macron porte sur la révision de la directive sur les travailleurs détachés. Louable sur le fond, cette initiative fur maladroite sur le plan du savoir-faire. Elle visait lourdement les travailleurs polonais, les fameux plombiers polonais qui suppléaient le manque de représentant de cette profession dans notre pays.

Ce fut ensuite l’alignement de Varsovie sur la politique américaine de sécurité qui déclencha le courroux de notre auguste monarque. Comment ne pas acheter des avions européens et ne pas épouser les divines idées sur la politique européenne de sécurité et de défense qui n’existent que dans l’esprit d’Emmanuel Macron ?

Nous avons ensuite eu droit aux critiques sur les violations de l’état de droit imposées (les fameuses valeurs de l’Europe) par les dirigeants polonais à leur peuple et les menaces de sanction européennes. De quoi s’agit-il ? Des procédures déclenchées par la Commission et le Parlement européen à l’encontre de la Pologne et de la Hongrie pour « risque clair de violation grave par un État membre des valeurs visées à l’article 2 » (article 7 du traité de l’Union européenne) qui sont des « les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d’égalité, de l’État de droit, ainsi que de respect des droits de l’homme, y compris des droits des personnes appartenant à des minorités. » (article 2 du Traité de l’Union). Le président de la République a eu des mots très durs pour stigmatiser les dérives autoritaires de la Pologne incompatibles avec l’appartenance à la famille des démocraties. Emmanuel Macron évoquait le cas de ces inacceptables démocratures et démocraties illibérales. Il évoquait les « esprits fous » qui en Pologne et en Hongrie « mentent à leur peuple ». Ce n’est pas tout.

La France, gardienne des engagements climatiques souscrits par les États lors de la COP21 du Bourget (décembre 2015), ne pouvait supporter que Varsovie bloque toutes les avancées envisagées pour protéger notre planète du grand chambardement, motif pris qu’elle ne pouvait se passer de ses centrales à charbon particulièrement polluantes. Elle était moins regardante sur les centrales à charbon allemandes. Ce dossier environnemental, chère à Greta Thunberg, s’ajoutait à la liste déjà bien longue des irritants entre les deux pays.

Il est vrai que d’autres reproches autrement plus graves pesaient sur la tête de ces deux mauvais élèves de la classe européennes. Très attachés aux racines chrétiennes de l’Europe et à leur souveraineté durement mise à mal durant l’époque soviétique, ces États entendaient rester maîtres de leur destin. Ce qui signifie concrètement refuser d’accueillir des migrants sur leur sol (contrairement à ce que leur demandaient les autorités européennes au titre du partage du fardeau), d’adopter une politique multiculturaliste (chacun chez soi et les vaches seront bien gardées, reste leur devise) dont il constate les effets particulièrement « bénéfiques » dans notre pays. En un mot, rester ce que la Pologne était et non devenir autre chose sous la pression d’une élite mondialiste et européiste. Mais, par ailleurs, Varsovie ne dédaignait pas recevoir de substantielles subventions de l’Union européenne lui permettant d’avoir de bons résultats économiques. Ce que l’on appelle vouloir le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière.

En un mot comme en cent, la Pologne, comme la Hongrie de Viktor Orban, était devenue la tête de turc de Jupiter qui n’avait de cesse de la clouer au pilori. Emmanuel Macron se plaisait à opposer « populistes » et « progressistes ». On mesure ainsi l’ampleur du fossé qui séparait Paris et Varsovie sur la conception même de la construction européenne, sur la nature de la relation bilatérale. Il ne s’agissait donc pas de problèmes mineurs que les diplomates sont chargés d’aplanir en puisant dans leur boîte à outils. Le différend était donc profond, portant sur des questions fondamentales, dont celle particulièrement importantes aux yeux de la patrie des droits de l’homme qu’est celle des valeurs. Nous nous trouvons au cœur de la fameuse diplomatie moralisatrice de la France qui n’a rien à voir avec la Realpolitik2 et qui est à l’origine de multiples déconvenues au cours des derniers mois.

En dehors d’un revirement inattendu, personne de normalement constitué, n’envisageait à échéance rapprochée que les choses changent et, encore moins, que Jupiter ne fasse le premier pas pour tenter un rapprochement avec la turbulente Pologne. Mais tout arrive à celui qui sait attendre. Le lundi 3 février et le mardi 4 février de l’an de grâce 2020, année du RAT DE FER, dans l’astrologie chinoise (aussi celle du coronavirus), le président de la République effectue une visite officielle remarquée à Varsovie, unique objet de son ressentiment.

LA DIPLOMATIE DE LA CÂLINOTHÉRAPIE : BRAVO À LA POLOGNE

Les miracles arrivent même dans la diplomatie. Ce qui était encore hier impensable, le devient soudainement. Comme nous le rappelle l’adage, vérité d’un jour n’est pas celle de toujours ! Dès son arrivée sur le sol polonais, le président de la République a donné le tempo et le ton de sa visite officielle. Il est accompagné par les ministres des Affaires étrangères, des Armées, de l’Economie et de la transition écologique. Il a salué à Varsovie un « tournant » dans les relations avec la Pologne, en le situant dans le contexte du Brexit. Diantre ! Quel si long chemin parcouru en si peu de temps dans la compréhension mutuelle… Répétons-le, une sorte de miracle diplomatique alors que la scène ne se passait pas à Lourdes dans la grotte des apparitions de Massabielle et que Brigitte Macron n’est pas encore Bernadette Soubirous.

Une avancée déclaratoire. Les propos du chef de l’État semblaient impensables, il y a quelques jours encore. Reprenons les plus importants qui donnent le ton de cette visite de la réconciliation. « Je souhaite que cette visite, nos échanges, marquent un véritable tournant dans le rôle qu’ensemble nous pouvons jouer pour l’Europe de demain », a déclaré très solennellement Emmanuel M. Macron, s’adressant à la presse aux côtés de son homologue polonais Andrzej Duda, à l’issue de leurs entretiens. M. Duda a évoqué une « percée », en se félicitant de la signature d’un programme de coopération polono-française dans le cadre de leur « partenariat stratégique ». Il s’est dit convaincu qu’après le Brexit « l’Union européenne devrait en quelque sorte épouser une nouvelle forme (…) avec une nouvelle distribution de cartes et une nouvelle ouverture. Les différents rôles au sein de l’UE devront être reconfigurés ». Pour Emmanuel Macron, la coopération entre Paris et Varsovie doit servir à « relever le défi climatique et accompagner la Pologne qui a devant elle un défi que je ne sous-estime pas ». Il s’agit, a président le président français, de « rendre le projet européen plus fort, car en effet il y a aujourd’hui (…) après le Brexit, une fragilité et un doute qui se sont installés ». Il a souhaité que la France et la Pologne développent leur coopération dans le domaine de l’énergie et de l’industrie militaire, évoquant le projet du futur char européen. Ce projet a été évoqué également par le président polonais. Le chef de l’État français a souhaité tenir dans les prochains mois un sommet franco-germano-polonais, format dit du « triangle de Weimar ». Point de passage obligé, il a consacré une phrase aux réformes controversées de la justice menées en Pologne par les conservateurs au pouvoir, en indiquant qu’il les avait évoquées avec M. Duda, et qu’il souhaitait que le dialogue entre Varsovie et la Commission européenne à ce sujet « s’intensifie ». La dimension bilatérale économique n’était pas absente de cette visite. Enfin, répondant aux inquiétudes des Polonais à propos de son ouverture à l’égard de Moscou et ses critiques de l’OTAN, il a affirmé son attachement à l’alliance atlantique et l’engagement de la France à défendre son flanc est, citant la participation de quelque quatre mille soldats français à des exercices et des patrouilles dans cette région. « La France n’est ni prorusse ni antirusse, elle est proeuropéenne », a-t-il dit, avant de prôner un « dialogue politique exigeant » avec la Russie3.

Un lourd passif. Un bel exemple de diplomatie pratique et réaliste pratiquée, pour une fois, par Jupiter. Lorsque l’on est brouillé de longue date avec un ami au caractère ombrageux, le mieux consiste à se consacrer sur ses points de convergence et de mettre le plus possible les sujets de divergence sous le tapis. C’est la démarche adoptée par Emmanuel Macron à l’occasion de sa visite en Pologne. La relation bilatérale n’est pas au beau fixe et cela depuis 2016, date à laquelle la confiance de Paris dans son partenaire polonais a été rompue après l’annulation d’un contrat d’achat de 50 hélicoptères d’Airbus. La question se pose à nouveau aujourd’hui à propos de l’acquisition par les Polonais d’avions de combat américains. Depuis, elle ne s’est jamais vraiment rétablie et cela d’autant plus que les deux pays ont une vision antagoniste de la construction européenne. À une Europe plus intégrée que souhaite Emmanuel Macron, les Polonais répondent Europe des nations. À cette antipathie profonde s’ajoutait un sérieux différend sur la question du respect de l’état de droit en Pologne. « Le peuple polonais mérite mieux que ses dirigeants », avait lancé de manière peu élégante Emmanuel Macron.4

Un souci de réalisme. Le président de la République est que la Pologne est devenue incontournable sur de nombreux sujets. Il fallait donc renvoyer la querelle sur l’état de droit à Bruxelles5 et se concentrer sur l’essentiel : négociations budgétaires, Europe de la défense, environnement (adoption de l’objectif de la neutralité carbone). A Varsovie, Emmanuel Macron a de nouveau souhaité que « l’intégration et le travail conjoints européens se renforcent » dans la défense et « que l’Europe se dote d’un budget digne de ce nom en la matière ». Les communicants du château confessent qu’il n’y aura pas d’avancée durable sur tous ces sujets sans la coopération bienveillante de Varsovie. Sur la question du Plan vert adopté par la Commission européenne, Emmanuel Macron entend faire évoluer la position polonaise en promettant quelques espèce sonnantes et trébuchantes. La bonne vieille pratique du donnant-donnant. La France estime que la Pologne a toute sa place dans l’Europe. Elle l’a associée au projet d’Europe des batteries avec l’Allemagne6. Elle souhaiterait lui faire entendre qu’il n’y a pas compétition mais complémentarité entre l’OTAN et l’Europe de la défense. Un long travail de persuasion. Un journal polonais titre « Macron enterre la hache de guerre ». Chacun des deux dirigeants voient dans le « Brexit » l’occasion de redynamiser une Europe mal en point en se donnant le beau rôle. L’idée consiste à démontrer que l’Europe protège ses citoyens. Il est clair que les deux chefs d’État ont insisté sur la nécessité de construire une Europe forte avec une industrie forte et innovante.7 En un mot, de mettre l’accent sur tout ce qui rassemble plutôt que sur tout ce qui divise. Pour sceller le rapprochement franco-polonais, il fallait bien mettre entre parenthèses les sujets qui fâchent. Mais dans le même temps, écouter le temps d’un dîner à la résidence de France, les opposants polonais au régime comme cela se pratiquait au temps de la Guerre froide lors des visites présidentielles. Il s’est évertué à expliquer les raisons de son ouverture vers Moscou depuis la rencontre de Brégançon. Un exercice délicat qui peut froisser ses hôtes et aboutir à l’inverse de l’effet escompté.

Un exercice de rétropédalage. Sentant qu’il a peut-être été un peu trop loin dans une direction le 3 février, il en emprunte une autre le 4 février. Au deuxième jour de sa visite en Pologne, Emmanuel Macron a mis en garde mardi Varsovie contre la « négation des principes européens », avertissant que les subventions de l’UE en vue de la transition énergétique auront pour contrepartie un changement des politiques polonaises. Dans un discours à l’Université Jagellone de Cracovie (sud), le président français a ainsi critiqué à mots couverts les réformes qui menacent l’Etat de droit et l’indépendance des juges en Pologne, cibles d’une procédure d’infraction de la Commission européenne8. Réaffirmant que l’Europe doit aider financièrement ce pays à réduire la place du charbon et ses émissions de CO2, M. Macron a évoqué un lien avec cette procédure. « Ne vous trompez pas ! » a-t-il lancé aux étudiants présents dans le public. « La Pologne ne pourra jamais toute seule faire un tel changement, elle ne le peut que par l’Europe, avec l’Europe ». « Et ne vous trompez pas non plus : ne croyez pas ceux qui vous disent, l’Europe va me donner de l’argent d’une main pour faire ma transition climatique mais elle va me laisser (faire) mes choix politiques de l’autre. Ce n’est pas vrai ! » a-t-il poursuivi. « L’Europe c’est un bloc, un bloc de valeurs, un bloc de textes, un bloc d’ambitions », a-t-il martelé9. Tout en se défendant de lui « donner des leçons », il a mis en garde la Pologne contre « une résurgence nationaliste en négation des principes politiques européens ». Il ne peut y avoir le choix par la Pologne « d’une part d’Europe qui (nous) arrange mais en prenant ses distances avec ses valeurs fondamentales », a-t-il insisté, après avoir célébré les liens franco-polonais. Son discours rempli de références historiques a laissé les étudiants présents sur leur faim. « Le président Macron a manqué d’éléments concrets, il a beaucoup parlé d’idéaux mais n’a pas dit quels intérêts communs la France et la Pologne pourraient défendre », a jugé Michal Klusek, 29 ans. « Son discours a semblé plutôt vague, les gens d’Europe centrale sont plus habitués à un style de discours anglo-saxon », a renchéri Johana Klusek, sa femme tchèque. Emmanuel Macron a en revanche exprimé sa solidarité avec ses hôtes polonais contre les attaques de la Russie, qui a accusé la Pologne de collusion avec Hitler et d’antisémitisme, voire d’avoir contribué au déclenchement du conflit mondial. « Je veux redire la solidarité de la France avec le peuple polonais face à ceux qui veulent nier la réalité » et contre « toute tentative de falsification » de l’Histoire ». « Je vois la démarche russe de réinterpréter la Seconde guerre mondiale, de culpabiliser peuple polonais. C’est un projet éminemment politique », a-t-il relevé. « La Pologne n’est pas responsable du déclenchement de la Seconde guerre mondiale, elle en fut victime. La Pologne n’a pas choisi d’être le lieu de l’horreur », a-t-il lancé. Le président polonais Andrzej Duda a par ailleurs annoncé mardi que son homologue français l’avait invité de manière informelle à un sommet du « triangle de Weimar » (avec l’Allemagne) le 14 juillet à Paris10.

Excellent exemple de diplomatie du en même temps que ne fait que brouiller les cartes ! Comprenne qui pourra.

Reste désormais à savoir comment doit être appréhendée cette évolution diplomatique soudaine aussi bien dans le temps que dans l’espace ?

LA DIPLOMATIE DE L’INCONSTANCE : BRAVO À JUPITER

La volte-face polonaise d’Emmanuel Macron, une sorte de valse de Chopin à deux temps, doit impérativement être replacée dans le contexte plus global de la pratique diplomatique du chef de l’État. La relation qu’en fait le Monde relève de l’analyse d’un faux problème qui fait l’impasse sur un vrai problème.

Un faux problème. Le quotidien Le Monde à la courte vue titre : « Macron revisite la relation avec la Pologne » !11 Bigre. La problématique de la diplomatie jupitérienne n’est-elle pas appréhendée par le petit bout de la lorgnette, grande spécialité de nos folliculaires incultes ? Ne passent-ils pas à côté du sujet ? Là est la vraie question. Détailler tous les sujets bilatéraux et européens abordés durant cette visite officielle est certes nécessaire pour la compréhension première du sujet. Mais, elle est loin d’être suffisante pour son analyse plus fine. L’article de nos deux perroquets à carte de presse se complait dans la description de détails sans la moindre importance de la dimension géopolitique, géostratégique de cette visite. Une fois de plus, les véritables problèmes sont au mieux effleurés, au pire passés sous silence par méconnaissance grave de l’état du monde, de ses grands défis et des réponses qui y sont apportées. Tout ceci ne fait pas partie de la culture générale de nos deux experts es-généralités et es-banalités, la marque de fabrique du grand quotidien du soir. Comme dirait l’autre, ils savent tout mais ils ne comprennent rien. Plus grave encore, ils ne prennent pas la peine de réfléchir, de se poser les mêmes questions à l’occasion de pareille visite. Elles sont d’une simplicité biblique : pourquoi, comment, quand, pour quels objectifs de court et de long terme ? Toute cette salade manque à l’évidence du minimum d’esprit critique que l’on est en droit d’attendre d’un journaliste qui se prétend indépendant. À lire cette prose indigente, on comprend mieux pourquoi les citoyens se détournent de ces torchons qui ont pour nom grands quotidiens nationaux et qui n’ont rien de grand surtout pas la hauteur de vue indispensable pour traiter de questions aussi importantes. Mais, où se situe le cœur du problème de cette visite officielle inattendue en Pologne après le flop du déplacement en Israël de la semaine précédente.

Un vrai problème. N’’hésitons pas à appeler un chat un chat comme nous le faisons régulièrement au fil de nos magazines ! Après la Russie (rencontre de Brégançon) et la Hongrie (réception de Viktor Orban à l’Élysée12), c’est désormais au tour de la Pologne de faire l’objet de toutes les attentions d’Emmanuel Macron. Pourquoi ceux qui étaient vilipendés hier font aujourd’hui l’objet de toutes les préventions jupitériennes ? La réponse est simple et double.

Sur la substance, d’abord, l’acte I du quinquennat a amplement démontré que tous les plans échafaudés par Jupiter et par sa mauvaise troupe de conseillers peu diplomatiques ont fait pschitt. Alliance avec Donald Trump, relance de la relation franco-allemande, de la construction européenne, multiples médiations et autres ingérences dans des problématiques sur lesquelles la France n’apportait pas la moindre valeur ajoutée… Au bout de deux ans, le bilan est catastrophique, la France se retrouve isolée et sa voix n’est plus audible sur la scène internationale et européenne. Le temps des imprécations est désormais révolu. Il est urgent de changer de registre si l’on veut peser sur la solution des grands problèmes de demain et sur la redéfinition de la grammaire des relations internationales au XXIe siècle. Il faut se trouver de nouveaux alliés à la hâte et changer son fusil d’épaule sans une grande préparation préalable.

Sur la procédure, ensuite, l’acte I du quinquennat a amplement démontré les limites de la diplomatie de l’anathème et de l’invective. Comme le souligne justement Talleyrand : « Pour faire un bon diplomate, il ne faut pas seulement être ignorant, il faut aussi être poli ». Le moins que l’on puisse dire est qu’Emmanuel Macron a manqué de la politesse élémentaire à l’endroit de certains de ses homologues, y compris et surtout, ceux que l’on n’apprécie guère. Il a confondu morale et diplomatie. Or, ces deux concepts sont antinomiques si l’on veut pratiquer une diplomatie du réel, du long terme. Le président de la République a le devoir de ne pas être impoli avec les dirigeants des autres peuples, surtout lorsque ces derniers ont été choisis de manière démocratique. Il importe de balayer devant sa porte avant d’administrer des leçons de morale et de rectitude à la planète entière.

Le résultat est là devant nos yeux. Après avoir joué les vulgaires pyromanes – ce que personne ne lui demandait -, il joue désormais les pompiers dans un pas de deux pathétique si l’on veut bien mesurer le chemin parcouru depuis mai 2017. La diplomatie française apparaît au grand jour pour ce qu’elle est : une diplomatie du chaos, du reniement permanent, de l’inconséquence, de l’inconstance, de l’incohérence, du vide… Et l’on pourrait multiplier à l’infini les qualificatifs négatifs qui la caractérisent. C’est que le mal qui la ronge est profond. La diplomatie française n’est plus crédible tant elle manque de cohérence et de constance dans le temps et dans l’espace. Ce ne sont pas quelques actes de contrition, qui ne trompent personne, qui vont rétablir la confiance dans la parole de la France.

« Face à des situations tragiques de ces dernières années, notamment à Gaza, la diplomatie émotionnelle et donc du temps court, l’a emporté sur la diplomatie de l’anticipation et du temps long »13. Comment mieux résumer le drame de la diplomatie française jupitérienne que ne le fait cet ex-ambassadeur, expert des questions du Proche et du Moyen-Orient qui n’a pas la langue dans sa poche ? Il aura fallu plus de deux ans pour qu’Emmanuel Macron ne commence à tirer les leçons de ses bévues, de ses erreurs de débutant inexpérimenté dans la sphère internationale. Avant de se jeter à l’eau, il aurait dû prendre connaissance de La Géopolitique pour les nuls14, s’en imprégner pour éviter de tomber dans les pièges qu’il a lui-même armés et dont il a toutes les peines du monde à se sortir15. C’est tout sauf glorieux d’un homme qui pensait inventer un homme nouveau. Là encore l’échec est cuisant. Il faudrait d’autres idées et d’autres hommes que ceux que nous avons qui ne mettent, à aucun moment, en œuvre une diplomatie à la hauteur des enjeux auxquels ils doivent faire face. La vie se charge souvent d’administrer des leçons aux présomptueux.

Dans la diplomatie, comme dans d’autres disciplines, la condamnation ne suffit pas. Elle est souvent contre-productive. Emmanuel Macron a enclenché la spirale du déclin de la diplomatie française par ses coups de menton, ses phrases inappropriées, ses leçons de morale stupides, son totalitarisme de la pensée… Son ridicule ne fait que croître avec le temps dans un temps où vous juge sur des mots plus que sur des actes. Par ses foucades répétées, la machine diplomatique macronienne est condamnée à l’épuisement (comme ses collaborateurs menacés de « burn-out ») tant l’écart ne fait que grandir entre sa fiction diplomatique et la réalité. Les fantômes n’y connaissent rien en relations internationales. C’est d’ailleurs pour cela qu’ils font du cinéma. Et, c’est en définitive de cela dont il s’agit avec Jupiter. La visite officielle d’Emmanuel Macron pourrait aisément donner lieu au tournage d’un film de science-fiction, où la réalité dépasserait la fiction, que nous pourrions intituler Opération déminage et séduction à Varsovie !

Guillaume Berlat
10 février 2020

1 Sylvie Kauffmann, L’Europe soigne son Brexit à Varsovie, Le Monde, 6 février 2020, p. 32.
2 Catherine Chatignoux, La realpolitik de Macron en Pologne, Les Échos, 5 février 2020, p. 9.
3 Macron salue un « tournant » avec Varsovie, AFP, 3 février 2020.
4 Catherine Chatignoux, Emmanuel Macron en Pologne pour relancer le dialogue, Les Échos, 3 février 2020, p. 11.
5 Jean-Pierre Stroobants, Bruxelles s’alarme de la prise de contrôle de la justice par le PiS, Le Monde, 5 février 2020, p. 2.
6 Laure Mandeville (propos recueillis par), Andrzej Nowak : « Varsovie a autant le droit de définir l’Europe que Paris ou Berlin », Le Figaro, 7 février 2020, p. 17
7 Laure Mandeville, France et Pologne se rapprochent au service de l’Europe. À Varsovie, les présidents Macron et Duda ont voulu oublier les anciens griefs et afficher une ambition commune, Le Figaro, 4 février 2020, p. 7.
8 Laure Mandeville, Devant les jeunes Polonais, le plaidoyer européen de Macron, Le Figaro, 5 février 2020, pp. 6-7.
9 Olivier Faye/Piotr Smolar, À Cracovie, Macron en appelle aux valeurs européennes, Le Monde, 6 février 2020, p. 4.
10 Macron appelle au respect des valeurs européennes, AFP, 4 février 2020.
11 Olivier Faye/Piotr Smolar, Macron revisite la relation avec la Pologne, Le Monde, 5 février 2020, pp. 1-2.
12 Anne Rovan, Le cas Orban met les Vingt-Sept face à leurs contradictions, Le Figaro, 5 février 2020, p. 7.
13 Yves Aubin de la Messuzière, Sur le conflit israélo-palestinien, la voix de la France s’est éteinte, Le Monde, 4 février 2020, p. 28.
14 Philippe Moreau Defarges, La géopolitique pour les nuls. À mettre entre toutes les mains !. First, 2019.
15 François Bonnet, Macron 22, le pouvoir solitaire dans un cul-de-sac, www.mediapart.fr , 6 février 2020.

Pour aider le site Proche & Moyen-Orient c’est ici

Source : Proche & Moyen-Orient, Guillaume Berlat, 10-02-2020

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

yack2 // 14.02.2020 à 08h18

Bon,bon, peut-on y voir une surprise? Tout était écrit depuis longtemps, le site les crises avait levé pas mal de lièvres durant la campagne, l’observation simple des faits aurait du faire le reste. Un gonze qui n’a jamais été élu, même chef de classe, marié à 14 ans, QUATORZE ans avec sa mère…( et ce n’est pas la différence d’âge que je souligne c’est l’âge auquel le non choix a été fait), qui insulte les pauvres toutes les fois qu’il en croise un, qui a navigué dans les arcanes les plus glauques de la finance et de la politique ( le ps)…Qui arrive à la tête de l’état sur sa seule capacité à vendre des voitures d’occasion volées…..Et vous voudriez que le gugus se révèle équilibré, stable et n’avoir de vision que la sienne dans le miroir….La seule question à se poser est: comment cela a été possible et quels ont été les mécanismes qui ont pu permettre cela, comment la formation et la sélection de nos élites peuvent occasionner un tel désastre. C’est comme si Maïté gagnait le concours de miss France et que nous nous apercevions qu’elle fait 120 kg par la suite….foutaises!

40 réactions et commentaires

  • Fabrice // 14.02.2020 à 07h00

    En résumé de ce texte nous pourrions dire « souvent Macron varie bien fol qui s’y fie » beaucoup l’ont appris à l’intérieur du pays désormais à l’international ils le savent aussi.

      +48

    Alerter
  • Santerre // 14.02.2020 à 07h42

    La Pologne ne nous a jamais porté chance, l’option polonaise de Napoléon nous coûta la guerre contre les Russes et surtout la désastreuse campagne de Russie. L’option Russe nous eu permis d’étrangler définitivement l’Angleterre et ses manigances. Caulaincourt se tuait à le répéter.
    L’option Polonaise nous coûta une guerre avec les Allemands qui ne nous demandaient rien. Avec la destruction de l’indépendance de notre pays qui a suivi. Occupation nazie, puis contrôle US, puis ingérence US et domination US depuis 2007.
    Aujourd’hui , les forces(Ha, ha) Françaises sont en Pologne et chez les Baltes pour se défendre des odieux Russes qui ont osé approcher leurs frontières des positions de l’OTAN.
    La Pologne serait elle le révélateur du mal français ?

      +40

    Alerter
    • Fabrice // 14.02.2020 à 08h19

      Ouh là doucement pour l’épisode de la seconde guerre mondiale on aurait dû réagir des l.’annexion de la Tchécoslovaquie, voir avant c’ est notre lâcheté qui a permis aux allemands de mettre main basse sur les ressources qui lui manquait (Tchécoslovaquie) pour nous mettre par la suite la pâté, grâce aux traité de paix soit disant de 1000 ans. Les allemands avaient une revanche à prendre notre tour serait arrivé à un moment où à un autre, avec des généraux compétents (l’usage des chars à été en partie fauché dans un livre d’un général plus connu sous le nom de de Gaulle) pas cet incompetent de Gamelin qui au mieux utilisait des méthodes de la précédente guerre au pire c’etait de la haute trahison.

        +17

      Alerter
      • Fritz // 14.02.2020 à 08h27

        C’est en mars 1936, lors du coup de poker de Hitler (qui a ordonné à sa jeune Wehrmacht d’entrer en Rhénanie), que la France pouvait faire reculer sans trop de casse l’Allemagne nazie. Mais elle aurait dû pour cela se détacher de l’alliance anglaise, car l’Angleterre favorisait le réarmement allemand (Traité naval du 18 juin 1935).

        Lorsqu’en 1939, la France a apporté sa garantie à la Pologne, très imprudemment (car il était impossible de l’aider pratiquement sans le concours soviétique), elle n’a fait que persister dans le suivisme anglophile désastreux de nos élites, à commencer par le Quai d’Orsay. Barthou était bien mort…

          +22

        Alerter
        • Santerre // 14.02.2020 à 09h44

          Surtout que comme le disait Churchill, la Pologne s’était comporté comme une « hyène » lors du dépeçage de la Tchécoslovaquie.
          Les Nazis n’avaient strictement aucun plan d’attaque de la France. Il leur a fallu 9 mois pour en bricoler un vite fait. Qui a bien marché grâce à une étrange complaisance de certains membres de l’état major… Mais c’est une autre histoire.

            +19

          Alerter
        • Myrkur34 // 14.02.2020 à 09h47

          Même Göring en a convenu après la guerre. « Si la France avait réagi militairement pour la réoccupation de la Rhénanie, on était mort »

          C’est sûr que déclarer la guerre le 3 septembre 1939 pour attendre planqué derrière la ligne Maginot que les allemands attaquent en mai 1940, çà a vachement aidé la Pologne.

          Dernièrement vu sur une question mystérieuse « Pourquoi les alliés n’ont ils jamais bombardé Auschwitz ou le réseau ferroviaire pour désorganiser le tout ?  »
          Cela a failli se faire par les Anglais sur ordre de Churchill suite à un énième rapport certifié sûr sur les camps d’extermination, mais toutes les forces aériennes finalement, ont été utilisées pour le débarquement et les opérations ultérieures. Cela étant le résultat des bisbilles internes gouvernement/armée anglaise sur l’emploi des forces.
          Ironiquement le seul bombardement s’est fait sur un camp annexe à Auschwitz sur une usine de caoutchouc ou d’essence synthétique.

            +9

          Alerter
          • clauzip12 // 15.02.2020 à 01h17

            A MYRKUR 34
            J’ai une autre hypothèse vérifiée par certains faits pour ce qui concerne les bombardements américains et britanniques.
            De nombreux camps de concentration étaient établis à proximité d’usines allemandes ,Ige Farben,siemens…
            Ces usines utilisaient les prisonniers des camps gratuitement jusqu’à la mort pour certains,les plus qualifiés étaient souvent protégés.
            Ces industries avaient la particularité de représenter beaucoup de capitaux américains.
            La colonie immigrées allemandes aux USA,un million et demi de personnes avaient investi dans leur pays d’origine très performant par intérêt et par idéologie.
            Quand les USA eurent déclaré la guerre aux nazis,les immigres allemands comme les japonnais virent la nationalisation de leurs intérêts.
            Par conséquent,les structures industrielles dans une certaine mesure furent épargnées mais pas les civils et les villes qui reçurent un nombre incroyables de bombardements.
            Les bombardements des villes avec des millions de victimes civiles n’étaient pas un signe de renoncement pour Hitler qui n’avait aucune considération pour elles.
            L’exemple le plus manifeste fut le bombardement de Dresde ou n’y avait aucune structure industrielle mais ou les structures ferroviaires étaient intactes.
            L’histoire est plus complexe quand les intérêts financiers sont en jeu.
            Il faut également s’interroger de l’orientation unique des troupes américaines après de le débarquement de juin 44.

              +5

            Alerter
        • moshedayan // 14.02.2020 à 15h28

          Tous l Fritz et Fabrice vous avez raison dans vos remarques. Pour un Slovaque, la Pologne est regardée avec méfiance, parce qu’elle est historiquement et démesurément ambitieuse sur ses voisins de l’Est et du Sud. La TchécoSlovaquie a toujours été envahie ou dominée (avec l’UE cela n’a guère changé !), mais de 1945 à 1990, les destinées économiques de la Tchécoslovaquie, tout en étant dans le « carcan communiste » (selon l’Ouest), étaient nationales. L’URSS était une garantie territoriale, comme elle aurat pu l’être en 1938, mais effectivement les Polonais ne le voulurent pas. Ils le payèrent très cher. Le fond reste ce caractère prétentieux ou ambitieux de la classe politique polonaise (qui d’ailleurs se trouvait déjà à la cour des Tsars russes)… Ce fait ne doit jamais être oublié pour pouvoir dire gentiment à la Pologne – reste à ta place tous on s’en portera que mieux, même toi…

            +15

          Alerter
    • Dominique Gagnot // 14.02.2020 à 17h23

      Il est intéressant de remarquer que la langue est asservie aux intérêts des dominants/dirigeants : on dit « nous la France, eux les allemands …» comme si les citoyens de base avaient leur mot à dire… (Tout comme dans les matchs sportifs). On fusionne ainsi les intérêts des peuples à ceux des dominants. Le machiavélisme du système se loge aussi dans ces détails.
      Simple et concis : Comprendre la tragédie capitaliste, Imaginer le système d’Après ! PDF gratuit : http://bit.ly/tragédiecapitaliste (petit livre amélioré et complété au fil du temps)

        +9

      Alerter
    • Nasir // 15.02.2020 à 11h02

      L’option polonaise est une carte rationnelle d’équilibre des forces à l’est, à condition de la jouer sans arrière pensée. « Les Allemands qui ne nous demandaient rien » ? Vous oubliez qu’Hitler VOULAIT une guerre avec la France, et que c’est parce que nos hommes politiques de l’époque n’y voyaient que du bluff que rien n’a été entrepris contre lui à temps, y compris une alliance sérieuse avec la Pologne et l’URSS, qui était encore possible quelques jours avant le pacte germano-soviétique avec le minimum de fermeté.
      Voir une malédiction dans une alliance géopolitique, c’est surtout pratique pour dédouaner à bon compte les responsables de l’époque qui sont restés passifs.

        +2

      Alerter
      • Santerre // 15.02.2020 à 20h47

        Les Allemands n’avaient aucun plan d’attaque de la France et ils ont été aussi surpris que catastrophé par la déclaration de guerre des Anglais que nous avons suivi à reculon. Ce n’est pas eux qui nous ont déclaré la guerre mais nous. Et ils ont eu besoin de neuf mois pour concocter un plan plutôt bancal qui n’a fonctionné que grâce à une étonnante attitude de certains membres de l’état-major français.
        Quant au pacte germano-sovietique, il n’est qu’une réponse au lamentable pacte anglo-franco-germanique de Munich.

          +2

        Alerter
        • Malbrough // 17.02.2020 à 12h07

          Bonjour le révisionnisme ….
          C’est très à la mode chez certains …
          La guerre contre la France , laver « l’affront du traité de Versailles » était écrit en toutes lettres et partagé par la majorité des dirigeants nazis et probablement par la majorité des Allemands eux- mêmes , un peu comme la reprise de l’Alsace Lorraine en 14 .
          C’est qu’ils ont mis du temps pour lâcher leur Führer , jusqu’à ce que le troupes soviétiques , l’Armée rouge , se rapprochent dangereusement de Berlin .
          C’est qu’on n’avait pas trop bonne conscience tout de même dans cette vaillante Allemagne qui par ailleurs a porté le fer sur notre territoire à trois reprises :1870, 1914,
          1940.

            +0

          Alerter
  • jmdest62 // 14.02.2020 à 07h49

    « En même temps » = « tout et son contraire !  »
    @+

      +7

    Alerter
    • V_Parlier // 14.02.2020 à 20h22

      Et en plus dans ses accusations de « falsifications de l’histoire » il oublie de dire d’où vient la première calomnie « validée » officiellement par l’UE: La seconde guerre mondiale aurait été déclenchée par l’entrée de l’armée rouge en Pologne… Parce-que quand l’armée allemande y était déjà rentrée auparavant ça ne comptait pas pardi!

        +18

      Alerter
      • Santerre // 15.02.2020 à 11h25

        D’ailleurs c’est à l’URSS que France et Angleterre ont déclaré la guerre pour avoir envahi la Pologne, pas à l’Allemagne qui elle n’y était entré que pour s’opposer à l’odieuse avancée du communisme qui , comme le dit si bien le Parlement Européen est pire que le nazisme de notre bon monsieur Hitler. Et si nous sommes restés l’arme au pied en septembre 39, c’est seulement parceque notre bon monsieur Hitler était entré nous et les soviets. Et là, la mort dans l’âme nous avons du déclarer la guerre à nos braves teutons indignés, à juste titre, d’être poignardés dans le dos dans leur croisade protectrice contre le bolchevisme. Et là, qqs égarés commirent la Shoah sans l’aide d’aucun Polonais ni balte ni ukrainien, et ce sont les Ukrainiens et les troupes US qui ont libéré les camps de concentration pendant que les sous hommes Russes jouaient aux dés en buvant de la vodka, sauvés des vaillants soldats de l’Europe en Marche, uniquement par la rudesse de l’hiver et les convois de fournitures des alliés. Pendant que les USA détruisaient l’intégralité de l’armée nazi à eux seuls. Du moins avec l’aide de la résistance polonaise non communiste. C’est beau l’histoire vue par l’UE.

          +5

        Alerter
  • Fritz // 14.02.2020 à 07h57

    A Varsovie comme à Chamonix, Macron ne mérite pas d’être écouté. Ignorons ce personnage.
    Il vaut mieux visiter la forteresse de Visegrad en Hongrie. Quel dommage que le ridicule ne tue pas, nous serions débarrassés d’un imposteur.

      +40

    Alerter
    • Santerre // 14.02.2020 à 09h27

      Ben c’est inquiétant quand même, c’est de pire en pire depuis nos 4 derniers chefs d’état, un roi fainéant, un Gollum, un Flamby et maintenant une sorte de monstre polymorphe à la « The Thing ». Mais le prochain ça sera quoi? Un histrion maléfique ? Un Polichinelle inconséquent ? Un bouffeur de charette ferrée ?

        +18

      Alerter
      • Linder // 15.02.2020 à 07h57

        Je ne dis pas ce que je souhaite mais ce qui est dans les tuyaux : le prochain président de la république devrait être Christine Lagarde.

          +2

        Alerter
        • Paul // 15.02.2020 à 14h30

          OUI ! Et pour la noël,la  » dinde  » farce F M I…

            +1

          Alerter
  • yack2 // 14.02.2020 à 08h18

    Bon,bon, peut-on y voir une surprise? Tout était écrit depuis longtemps, le site les crises avait levé pas mal de lièvres durant la campagne, l’observation simple des faits aurait du faire le reste. Un gonze qui n’a jamais été élu, même chef de classe, marié à 14 ans, QUATORZE ans avec sa mère…( et ce n’est pas la différence d’âge que je souligne c’est l’âge auquel le non choix a été fait), qui insulte les pauvres toutes les fois qu’il en croise un, qui a navigué dans les arcanes les plus glauques de la finance et de la politique ( le ps)…Qui arrive à la tête de l’état sur sa seule capacité à vendre des voitures d’occasion volées…..Et vous voudriez que le gugus se révèle équilibré, stable et n’avoir de vision que la sienne dans le miroir….La seule question à se poser est: comment cela a été possible et quels ont été les mécanismes qui ont pu permettre cela, comment la formation et la sélection de nos élites peuvent occasionner un tel désastre. C’est comme si Maïté gagnait le concours de miss France et que nous nous apercevions qu’elle fait 120 kg par la suite….foutaises!

      +56

    Alerter
    • Zeika // 14.02.2020 à 10h42

      « comment cela a été possible et quels ont été les mécanismes qui ont pu permettre cela, comment la formation et la sélection de nos élites peuvent occasionner un tel désastre »

      Une partie de la réponse à ces questions que vous posez se trouve dans le dernier livre de Todd « Les luttes de classes au XXIème siècle ». Si vous ne voulez pas lire le livre, essayez son interview sur RT France, là au moins il peut s’exprimer clairement sans se faire couper toutes les 30 secondes….

      Peu importe que l’on soit d’accord ou non avec son interprétation, cela fournit un bon nombre de données très intéressantes et quelques pistes de réflexion.

        +5

      Alerter
    • Philou // 15.02.2020 à 07h15

      Là-dessus, je vous invite à lire cet article-synthèse de Bruno Bertez, absolument affolant, incroyable mais on ne peut plus convaincant sur l’avenir de l’humanité, cette dystopie qui nous pend au nez…
      https://brunobertez.com/2020/02/14/derriere-la-finance-derriere-macron-il-y-a/

        +1

      Alerter
      • Larousse // 16.02.2020 à 20h06

        Philou, un ami plus diplômé vient de me transmette ceci : il vous approuve et il me semble que Yack2 fait une caricature avec quelques erreurs. Les dessous de la campagne de Macron sont gardés encore secrets, parce qu’à l’Intérieur, notamment au sein de la DGSI et des services de renseignement des Armées on a peur pour sa place. Ceci en dit long sur l’état de la haute Fonction publique en France, le fameux « Deep State », ou l’expression française « les « arcanes et le substrat du pouvoir » qui traduit mieux la réalité.
        Si donc, on entend par cette expression un substrat ou sous-sol au service de la ploutocratie, nous sommes certains que la digue craquera un jour mais pas par le « Canard enchaîné » (trop reconnaissant du cadeau fiscal fait par M. Macron, alors au Budget…), et ce lorsque les mêmes « arcanes » sentiront le sol devenir trop mouvant pour eux. On aura alors la liste des soutiens financiers de la campagne du président Macron quasi-complète et les opérations financières avant, pendant et juste après… On apprendra comment la Commission de vérification des comptes a choisi d’abréger son contrôle… (il sera lâché…)

          +2

        Alerter
  • Kokoba // 14.02.2020 à 08h28

    Emmanuel Macron : le grand Rien.

    Je l’ai déjà dis 150 fois mais je vais le répéter ici : Macron ne comprend rien aux relations internationales et de toute manières, çà ne l’intéresse pas.

    En 2 discours, Macron va dire tout et son contraire.
    Et bien sur, sans que cela amène le moindre changement concret derrière.

    Que doivent penser les Polonais de tout cela ?
    Tout le monde aura bien compris : la visite de Macron et ses discours n’ont aucune importance.
    Il s’agit juste d’apparat.
    Donc on va lui servir la soupe, faire de belles photos et voilà.

      +25

    Alerter
    • Fabrice // 14.02.2020 à 09h36

      Déjà qu’au delà du périphérique ou de sa ville d’origine ce n’est pas sûr qu’il connaisse le reste de la France non plus vu son comportement alors lui demander de connaître les autres pays autre qu’à travers le filtre parisien et plus particulièrement de sa caste d’énarque, il ne faut pas trop en demander.

        +17

      Alerter
    • daniel // 14.02.2020 à 13h50

      @ Kokoba :
      « Macron ne comprend rien aux relations internationales et de toute manières, çà ne l’intéresse pas. »

      Macron ne comprend rien aux relations sociales ( ou politique intérieure) et de toute manière, çà ne l’intéresse pas. Ben ça tombe bien, moi non plus. Il ne m’intéresse pas.

      @yack2 : un festival, non immérité et joyeux. Puis-je suggérer que ses bagnoles sont pourries et en panne. Ou bien que le pont arrière est rempli de sciure pour camoufler son usure (cf « les raisins de la colère »). Mais rien sur Maïté. On a son quant à soi, quand même.

        +1

      Alerter
  • Catalina // 14.02.2020 à 09h39

    Rien d’étonnant, macron poursuit sa servilité à l’en-pire :
    https://www.capital.fr/economie-politique/la-pologne-prete-a-payer-2-milliards-de-dollars-pour-une-base-americaine-1307538
    Aucune diplomatie là-dedans mais une chose à laquelle il nous a habitués, se coucher devant l’impérium us

      +14

    Alerter
  • M Smith // 14.02.2020 à 09h45

    « Valse de l’inconstance » ou valse de l’inconsistance ?
    Certains, dont le représentant de l’UPR en commentant le discours amphibolique de Macron aux armées, n’hésitent plus à parler de cas psychiatrique. D’autres, dont le dealers du tout-Paris, pensent que Macron prends de la poudre de perlimpinpin à haute dose. Les deux ont peut-être raison. Ce n’est pas seulement une girouette politique, un mauvais acteur, ou un communiquant au service de son égo démesuré mais aussi de ses amis ultrariches. Macron est un cas comico-tragique de plus en plus risible et inquiétant, qui ne l’oublions pas détient les codes nucléaires.

      +16

    Alerter
  • jules Vallés // 14.02.2020 à 09h47

    Comme le disait le regretté E.Faure:
    « ce ne sont pas les girouettes qui tournent, c’est le vent! »

      +5

    Alerter
  • Santerre // 14.02.2020 à 09h49

    Le pire, c’est que cette girouette flatte les Russes un jour pour, le lendemain, en contradiction de la plus élémentaire vérité, il s’associe contre les mêmes Russes aux Polonais dans la scandaleuse falsification de l’histoire de la 2e GM que ces derniers promeuvent avec l’assentiment de tous les néoconservateurs du monde. Même néoconservateurs qu’il prétendait bouter hors notre diplomatie il y a peu encore. Ce tournis est migraineux et nauséeux.

      +25

    Alerter
  • Zeika // 14.02.2020 à 10h50

    Vous dénigrez ouvertement notre merveilleux président… C’est une honte !
    Ces paroles sont d’une clarté et d’une véracité que vous avez du mal à accepter, ouvrez les yeux!
    « Et ne vous trompez pas non plus : ne croyez pas ceux qui vous disent, l’Europe va me donner de l’argent d’une main pour faire ma transition climatique mais elle va me laisser (faire) mes choix politiques de l’autre. Ce n’est pas vrai ! »

    On ne peut pas choisir notre politique lorsqu’on fait parti de l’UE… C’est suffisamment rare qu’un président de la république admette aussi ouvertement son impotence et son inutilité ! Il est important de le souligner !
    Je vous trouve très dure envers lui…

      +10

    Alerter
  • Milsabor // 14.02.2020 à 12h06

    Maintenant que ses commanditaires (l’empire capitaliste mondial) détiennent tous les leviers de pouvoir : politique, économique, législatif, judiciaire, médiatique, policier, militaire, comment croyez-vous que nous puissions en sortir ? toute velléité de révolution sera réprimée impitoyablement dans un bain de sang. Nous sommes enfermés dans « l’open society » pour 1000 ans.

      +6

    Alerter
  • petitjean // 14.02.2020 à 12h28

    Naufrage de notre diplomatie, naufrage de Macron, naufrage de la France !
    Mais les français en sont-ils conscients ??
    Emmanuel Macron est un « président » qui apparaît comme une simple courroie de transmission des oligarchies européiste et anglosaxonne. Le « système » évitera sans doute aussi longtemps que possible l’élection d’un vrai politique, apte à penser en terme d’intérêt national et susceptible de traduire ses pensées en actes. M. Macron peut dire ce qu’il veut, au fond cela n’a aucune importance, nul ne le prend plus au sérieux chez ses alter ego. Seuls nos « grands médias » lui servent encore la soupe. La France est financièrement, économiquement, militairement et politiquement face à un désastre sans précédent. Il sera bientôt loisible d’user du terme « effondrement » pour qualifier sa triste situation…….

      +17

    Alerter
  • Vincent P. // 14.02.2020 à 15h24

    Macron va flatter le groupe de Visegràd car le prochain maillon de la chaîne U.E qui sautera façon Brexit pourrait bien venir de là.

    « En même temps », L’OTAN mène tambour battant sa politique de « containment » agressif de la Russie, et boucler tout le flanc Ouest des Russes de la Baltique à la Mer Noire, ça commence par la Pologne, et ça finit par l’Ukraine (tiens tiens).

    Notre girouette nationale pour qui l’honneur n’a sans doute aucune valeur face à sa future situation de rentier, pourrait donc bien être en service commandé façon porte flingue, ou plutôt façon sous-fifre : « voici une valise de fraîche pour que tu restes dans le rang ».

    N’a-t-il pas été question de transférer le QG de l’OTAN de Bruxelles à Varsovie ?… N’est-ce pas là un enjeu plus concret que sa diplomatie foireuse ?

    N’oublions pas l’Oblast de Kaliningrad où les Iskander sont déployés. Là c’est une sorte de Dantzig du 21ème Siècle. Qui n’est pas parti pour être très spirituel d’ailleurs.

    Bref, notre idiot s’est certainement rendu utile à quelqu’un.

      +10

    Alerter
  • serge // 14.02.2020 à 17h41

    La Pologne a déjà choisi son camp depuis longtemps. N’ayant pas trop apprécié le lâchage en rase campagne des alliés au début de la 2ème guerre mondiale elle n’a (plus) aucun atome crochu avec nous. Son seul objectif est d’avoir une relation qui lui permette de blinder sa frontière avec la Russie, vieil atavisme de quelques siècle en arrière, et que seuls les US peuvent leur apporter, que ce soit en troupes redéployées depuis l’Allemagne en passant par les matériels militaires. Et sa place dans l’UE n’est que pour récupérer les subventions européennes lui permettant de banquer pour le GNL US issu du schiste, cher et les F35, archi-chers . On reparlera de tout cela lors des discussions pour abonder le budget européen quand ces glands de Bruxelles vont devoir trouver les euros de remplacement de la contribution britannique, que bien entendu les british n’ont aucune intention de payer en « compensation » de leur départ de l’UE. Mais comme notre diplomatie en est restée aux années 30 et Macron n’ayant pas l’ombre d’une notion de géopolitique, on n’a pas fini d’entendre ce genre de connerie.

      +14

    Alerter
  • Catalina // 14.02.2020 à 22h03

    La Pologne a des petits malaise en ce moment, les USA font de plus en plus de l’oeil à la Biélorussie lu sur le site VK
    « D’une part, Sherepka a peut-être raison. M. Loukachenko n’a vraiment pas peur de flirter avec les Européens et les Américains, en leur vendant la plus simple imitation de la loyauté. D’autre part, les Polonais sont désormais régis par une envie ordinaire. Ils ont peur de perdre le rôle de « l’épouse bien-aimée » de l’Oncle Sam dans la mythique confrontation avec la Russie et paniquent naturellement, en observant les signes d’attention que ce même Pompeo donne à Loukachenko. La Pologne gagne bien sa vie en tant qu’avant-poste de la guerre froide avec la Russie. Si ce « rôle » presse Minsk, les flux financiers, qui « lavent » maintenant Varsovie, s’y déplaceront aussi. Les Polonais sont donc nerveux, ne voulant pas partager avec les autres un rôle aussi profitable de serviteur obéissant des Yankees. »

      +3

    Alerter
  • lon // 15.02.2020 à 14h40

    Ah elle a bonne mine, l’Europe . J’aime pas Macron mais il a raison sur le fond dans son attitude première envers l’Europe centrale et la Pologne . Pour avoir cotoyé dans les années 90 quelques représentants de ces pays lors de  » l’ouverture à l’ouest « , il était clair que les habitudes de mendicité qu’ils avaient développées envers l’URSS n’avaient pas disparues par miracle . Ces pays se goinfrent de subventions européennes depuis leur rattachement souhaité par Washington et Berlin , donc en toute logique si la Pologne souhaite une « Europe des Nations » ( pour ce que cela veut dire ..) , merci de rendre le pognon . Au moins les hongrois offrent des cliniques dentaires à prix cassé aux malheureux occidentaux qui ne veulent pas se faire dépouiller par le lobby dentaire , les polonais eux achètent des avions américains . De 2 choses l’une : soit la diplomatie française ignore la réalité de terrain et effectivement mérite un zéro pointé, soit elle la connait et toute l’agitation Macron n’est qu’une vaste opération de comm à usage intérieur , en campagne de réelection dès son élection , ils ont une expression pour ça dans le jargon managérial , je ne me rappelle plus .

      +1

    Alerter
    • moshedayan // 15.02.2020 à 18h16

      Ion Ne mettez pas tous les pays de l’Est dans le même panier, et leurs populations encore moins. S’il est vrai que les nouveaux patrons, bourgeois ou oligarques de l’Est occidentalisés se goinfrent , c’est justement parce que l’UE pour se rapprocher des frontières de la Russie et satisfaire ses ambitieux agressives leur a largement ouvert les fonds pour les convaincre…
      Les populations , elles, connaissent dans certaines régions un taux de chômage important et ont vu des milliers d’usines spoliées et fermées…au nom des standards de rentabilité… Les Slovaques majoritairement n’ont rien demandé de tous ce que l’UE leur a « offert ». Et rassurez-vous 2020 annonce la fin de la stratégie de l’UE « openbar » , celle-ci ne pourra plus déverser des milliards d’euros à l’Est et c’est franchement tant mieux selon moi. On va voir enfin la réalité en face et les peuples de l’Est pourront réaliser bien mieux ce qu’est au fond l’UE et sans attendre.
      ps = le trust Skoda a été dépecé par des investisseurs hollandais, allemands avec l’UE et un groupe russe (pour la partie métallurgie); les Tchécosovaques n’ont jamais été favorables à une telle opération.

        +2

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications