Un article d’un journal grec (europhile) qui parle des menaces reçues par le gouvernement grec…

Le 19/07/2015

Jean Claude Junker a décrit au premier ministre grec, peu avant l’ouverture de la réunion du sommet,tous les détails du grexit pour lui faire comprendre le contexte juridique et politique d’une telle décision.

De notre correspondant à BRUXELLES. Au 13ème étage de l’immeuble Berlaymont à Bruxelles, à quelques mètres du bureau du président de la Commission Européenne, J. C. Junker, dans une pièce spéciale sécurisée, est gardé à l’intérieur d’un coffre-fort le plan de sortie de la Grèce de la zone euro. Un livre comportant de nombreuses pages a été rédigé il y a un peu moins d’un mois par 15 membres de la commission et répond aux questions de comment faire face à une telle sortie, y compris, aussi choquant que cela puisse paraître, à la possible sortie du pays de l’espace Schengen ; ainsi cela ne conduirait, pas seulement à la sortie de l’euro mais aussi à celle de l’U.E.

La Grèce a pu échapper la semaine passée au danger immédiat de sortie de la zone euro par l’ouverture de négociations pour un 3ème mémorandum, mais, comme a déclaré à « K », le président du Conseil, Donald Tusk, cet accord « ne constitue que le premier pas ».

Jusqu’à la réunion dramatique qui a suivi de 24 h le référendum, beaucoup avaient entendu parler du plan, mais rien n’était confirmé. Aux premières heures de mardi, après la fin de la réunion, depuis le podium du Conseil de l’Europe, le président de la Commission Européenne, visiblement en colère des agissements du premier ministre grec, dévoila à des dizaines de journalistes que le plan existe et qu’il est prêt.

Selon un officiel européen, à cette rencontre au sommet, la Commission Européenne avait déjà un document établi, un écrit de nombreuses pages dont M. Junker en personne a parlé au président grec, avec tous les détails du grexit, pour lui faire comprendre le cadre juridique et politique d’une telle décision.

Dans cet écrit de nombreuses pages, selon un officiel européen qui a pu voir son contenu, il y a les réponses détaillées à 200 questions qui se poseraient en cas de grexit.

Ces questions, explique le même officiel européen , sont interdépendantes, car la sortie de l’euro créerait une chaîne d’événements qui se dérouleraient dans un temps assez bref. Depuis le retour de l’économie à la drachme, au contrôle des changes qui seront faits aux frontière du pays pour arriver finalement à la sortie de la Grèce de l’espace Schengen.

Les auteurs

Ce plan, selon l’officiel européen, a été préparé dans des conditions de secret absolu . Une équipe spéciale de 15 personnes de la Commission, en contact direct avec la Grèce, a commencé à le préparer en étant aussi en contact direct avec une série de hauts responsables et de directeurs généraux de la Commission Européenne spécialisés dans des domaines spécifiques. La rédaction du plan avait commencé quand la date de l’échéance du programme (fin juin) approchait, pour que la Commission soit prête à toute éventualité . Quand a été annoncé le référendum, le vendredi 26 juin, le processus s’est accéléré. Le week-end du référendum, les travaux se sont intensifiés, si bien que deux jours plus tard, le mardi de le réunion, le plan avait sa forme définitive.

Suivant une source bien informée, ceux qui étaient impliqués dans la réalisation du plan « avaient le cœur serré », elle explique à « K » qu’ « ils étaient accablés » parce qu’ils ne pouvaient pas croire que les choses en étaient arrivées à ce stade. La plupart d’entre eux étaient impliqués dans le programme de sauvetage de la Grèce. Dans la Commission Européenne existait, jusqu’au dernier moment, l’espoir que l’on trouverait une solution. Les membres de cette équipe connaissaient mieux que quiconque les conséquences de la sortie de la Grèce de la zone euro et savaient le coût d’une telle décision. Un des membres qui connaissait de près la réalité grecque dans cette phase cruciale déclara au reste de l’équipe : « Si ce plan est appliqué, on entendra le bruit des chenilles des tanks dans les rues d’Athènes ! »

Cela ne tient qu’à un fil

Même si ce plan peut constituer maintenant un scénario éloigné, à peine quelques jours auparavant,le lundi à 7 h du matin après 17 heures consécutives de négociations de la réunion au sommet, un haut responsable européen déclare à « K » que la sortie de la Grèce ne tenait qu’à un fil. Tsipras et Merkel demandent alors l’interruption des négociations. M. Tsipras demandait 24 h pour consulter le parlement grec et Mme Merkel demandait une autre réunion pour le mercredi, deux jours plus tard. « C’était comme s’ils cherchaient des excuses pour interrompre » dit le haut responsable en lien direct avec les événements de la réunion. « C’était un moment très dangereux et très spontané, comme une réaction authentique à la fatigue et à l’irritation qu’ils ressentaient tous les deux », dit il à « K », il dit aussi que tous deux étaient sûrs d’être arrivés à un point où ne les séparaient plus que 2,5 milliards.

Donald Tusk, président du Conseil et médiateur entre les deux parties,dit à « K » que finalement le différend porte sur combien d’argent « virtuel » des privatisations irait aux investissements et combien au remboursement de la dette . La position de Mme Merkel était de consacrer 10 milliards aux investissements, celle de M. Tsipras était de 15 milliards. « Alors là je leur ai dit que s’ils terminent les négociations sans résultat, je suis prêt à dire publiquement que l’Europe est au bord du gouffre à cause de 2,5 milliards…

Source : www.kathimerini.gr, traduit pour Les-crises.fr

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

26 réponses à Que révèle le « livre noir » du Grexit ?

Commentaires recommandés

DUGUESCLIN Le 02 août 2015 à 01h02

A quand l’UExit?
La pauvre Europe aimée de Zeus et désarçonnée de son taureau par des barbares incultes.
C’est une insulte à l’histoire.
Si la Grèce, berceau de l’Europe est libérée (virée) de l’UE, ce sera le début de la libération de toute l’Europe de la mainmise des européistes.

  1. dupontg Le 02 août 2015 à 00h22
    Afficher/Masquer

    et pourtant….
    il y a certainement un moyen pour les politiques grecs de recuperer quelques menue monnaie chez certains…..sans aller taxer les plus pauvres

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_flottes_de_marine_marchande#Classement_mondial_des_principaux_pays_propri.C3.A9taires

    la gouvernement ne doit pas pouvoir s’imposer dans certaines spheres


  2. DUGUESCLIN Le 02 août 2015 à 01h02
    Afficher/Masquer

    A quand l’UExit?
    La pauvre Europe aimée de Zeus et désarçonnée de son taureau par des barbares incultes.
    C’est une insulte à l’histoire.
    Si la Grèce, berceau de l’Europe est libérée (virée) de l’UE, ce sera le début de la libération de toute l’Europe de la mainmise des européistes.


    • Mary Le 02 août 2015 à 17h49
      Afficher/Masquer

      La Grèce désarçonnée par les taux-euro des loubards occultes.


  3. Carabistouille Le 02 août 2015 à 09h15
    Afficher/Masquer

    Titre alléchant.
    Mais j’ai beau lire et relire l’article, je ne vois toujours pas ce que révèle le (tintintin!!!!) “livre noir du grexit”.
    ça ressemble à un article de Marianne: titre choc, tisane inside.
    C”est la première fois que je vois ça ici. Olivier est en vacance?


    • Eleutheria Le 02 août 2015 à 10h53
      Afficher/Masquer

      Il s’agit simplement du titre de l’article de Kathimerini, traduit en français. Le journal grec cherche manifestement à inculquer à la population une peur noire de la sortie de l’euro…


    • Coluche Le 02 août 2015 à 15h12
      Afficher/Masquer

      Et puis alors t’as la télévision. Alors le mec y rentre du boulot. Le soir à 8

      heures c’est les informations. Clac! T’as les mecs qui arrivent là avec des

      tronches de premier de la classe comme c’est pas permis, tu vois? Bonjour

      Brushing. Enchanté, moi c’est Brushing! Bon. alors les mecs ils te disent les

      informations. Parce qu’ils ce disent : “On va leur dire les informations, c’ qui

      s’est passé, un p’ tit peu pour qu’ils soient au courant.” Alors voilà ce qu’ils

      disent… Les gens disent que j’ dis que des conneries, alors là j’ai noté!

      Maintenant je vais dire les leur. Alors voilà… Informations hein… A la

      télé… 8 heures… tronches de premier de la classe, rillettes sous les bras

      hein!

      ” Le Chancelier allemand a été reçu cordialement par le président de la

      République… ” Bon alors ça c’est nous qui paye! On s’en tamponne déjà!

      ”…par le président de la République qui a descendu deux marches pour

      l’accueillir ”. Faut vraiment avoir rien à foutre pour compter les marches hein

      ! Alors, attends! Parce que dans la diplomatie, c’est vachement important. Si

      t’es pas très copain, t’envoies le Premier Ministre. Si t’es un peu copain, tu y

      vas, mais tu restes sur le perron. Si t’es vraiment sympa, tu descends deux

      marches. Bon. Alors c’est ça, hein, en fait ça se compte comme ça. ”

      …Descendu deux marches pour l’accueillir en signe de détente, … ”

      D’ailleurs, c’est écrit! Deux marches c’est détente hein ! ” …La poignée de

      mains a été longue et chaleureuse…”. ça veut pas dire grand chose, mais en

      fait il faut quand même savoir que les poignées de mains c’est au mètre de

      pellicule, hein! Alors, quand c’est long, ça veut dire qu’il voulait bien que

      tout le monde le photographie. Parce que tous les mecs sont là : ”Merde! Je le

      vois pas. Qui c’est? Alors ça va, p’ tit mec? ça y est connards. Allez salut, on

      rentre. ” Parce que des fois, ils bavent. ça les intéresse pas, d’être dehors!

      Alors, attention, voici l’information par elle-même.

      ” Les chefs de gouvernement se sont refusés à tout commentaire… ” Donc là

      déjà c’est clair le mec il ne sait rien! Ils ont pas voulu… non ils ont pas

      voulu! ” Mais on s’autorise a penser dans les milieux autorisés…” Alors ça!

      Le milieu autorisé c’est un truc, vous y êtes pas vous hein! Vous êtes même pas

      au bord. vous y êtes pas du tout. Bon, le milieu autorisé c’est un truc. c’est

      un endroit autorisé où il y a plein de mecs qui viennent pour s’autoriser des

      trucs mais y a que le milieu qui compte. Et là-dedans y a une poignée de

      connards qui tournent en rond en s’autorisant des trucs : ”Euh… Qu’est-ce

      que tu fais là? Ben j’ sais pas, j’ vais peut-être m’autoriser un truc, mais c’est

      vach’ ment gonflé. J’hésite! Euh… ”. ” S’autorise à penser dans les milieux

      autorisés qu’un accord secret… ” Alors, vous avez ce que c’est qu’un accord

      secret? C’est un accord dont… euh… qu’on n’a pas le droit d’en parler, c’est

      interdit donc, pas dans l’information non plus! ” … Qu’un accord secret

      pourrait être signé. ” C’est même pas sûr! Et moi je dis alors que quand un mec

      sur une information il en connaît pas plus que ça, il n’a qu’à fermer sa gueule!


  4. Georges Clounaud Le 02 août 2015 à 09h19
    Afficher/Masquer

    Intéressons-nous à trois passages de cet article :

    « Ce plan, selon l’officiel européen, a été préparé dans des conditions de secret absolu » ;

    « Suivant une source bien informée, ceux qui étaient impliqués dans la réalisation du plan « avaient le cœur serré », elle explique à « K » qu’ « ils étaient accablés » parce qu’ils ne pouvaient pas croire que les choses en étaient arrivées à ce stade » ;

    « Un des membres qui connaissait de près la réalité grecque dans cette phase cruciale déclara au reste de l’équipe : « Si ce plan est appliqué, on entendra le bruit des chenilles des tanks dans les rues d’Athènes ! » » ;

    Que nous apprennent-ils ?

    1 : Ce journal, qui, sauf erreur de ma part est très proche de la droite grecque, est TRES informé puisqu’il a eu accès à un plan qui a été préparé dans des conditions de secret absolu. Ils sont trop forts les journalistes de K, quels journalistes d’investigation ! A moins que K soit également l’initiale de Kollabo et que ces informations soient en réalité distillées par de hauts responsables de l’UERSS…

    2 : Les auteurs du plan ont agi le cœur serré. Ils l’ont élaboré contraints et en œuvrant ils pensaient aux tristes et fâcheuses conséquences qu’il pourrait avoir sur le pauvre peuple grec. On est face à un nouveau scoop ! Les auteurs de ce plan ne sont donc pas les mêmes qui depuis le début de la crise grecque impose des politiques de rigueur mortifères à la fois pour l’économie et le peuple grecs ! Il y a donc dans les hautes sphères de l’UERSS d’importants responsables qui peuvent faire preuve de compassion et qui s’intéressent au triste sort des populations paupérisées et humiliées . Nous voilà rassurés !

    3 : Le coup du bruit des chenilles des tanks dans les rues d’Athènes ! On n’avait pas entendu pareil argument – hormis ces derniers temps en Ukraine avec les chars de l’armée russe envahissant le Donbass. On attend d’ailleurs à ce sujet toujours les preuves de nos amis étatsuniens qui sont capables d’écouter les gouvernements allemands, français ou japonais mais dans l’impossibilité de nous présenter la moindre photo satellite sur ce sujet mais là je digresse… – depuis le programme commun de la gauche et l’entrée des communistes dans le gouvernement français. Ces évènements allaient entrainer obligatoirement l’entrée des chars soviétiques dans l’hexagone. On connait la suite…

    Dans la série, comment manipuler l’opinion grâce à une presse aux ordres et apeurer tous les Charlie européens, on tient avec Kathimerini un réel champion européen hors catégorie.

    Allez, un autre exemple pour la route !

    http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL8N0ZO12A20150708

    Merci qui ? merci K.


    • K Le 02 août 2015 à 11h06
      Afficher/Masquer

      Y a pas de quoi !
      (Excusez ce trollage mais c’était plus fort que moi)


    • Chris Le 02 août 2015 à 11h49
      Afficher/Masquer

      Tout ça me fait l’effet d’une énorme mise en scène. Mes doigts avaient fourché pour un “schène” que je transformerai aussi en “chaines”, soit mise en chaines.
      C’est fou ce que les huis-clos produisent comme monstruosités !
      Et particulièrement quand il s’agit d’idéologies. Que des gens sensés se fassent avoir me parait suspect quant à leur santé mentale et capacités intellectuelles.
      Une Journée des Dupes bis ?
      Mais a-t-elle vraiment réussi ? Donnons-nous rendez-vous en hiver…


    • Maria A. Le 02 août 2015 à 12h08
      Afficher/Masquer

      Vous avez tout compris. Ce journal appartient à la famille d’Alafouzos. Un oligarque grec. Il est armateur et il a aussi une chaine de télevision (SKAI) avec des journalistes qui faisaient de la propagande pour le OUI avant le referendum.
      Kathimerini est un journal de droite et ses journalistes ne sont pas indépendants. La chaine SKAI et Kathimerini terrorisent les gens avec le retour à la drachme.


    • Jacko Le 02 août 2015 à 12h28
      Afficher/Masquer

      Merci pour le commentaire mister Djorge ! je n’aurais pas fait mieux.
      Le coup des pauvres gars “accablés” et “le cœur serré”, craignant le “bruit des chenilles des tanks dans les rues d’Athènes ! “, c’est tellement poignant…
      Ces mêmes pauvres gars sont actuellement, à coup sûr, fortement attristés par le risque de “haute trahison” qui pèse sur Varoufakis.


  5. Charlie Bermude Le 02 août 2015 à 09h26
    Afficher/Masquer

    Il me semble clair que le Grexit est déjà acté , il n’y a que les Grecs qui n’en veulent pas .
    On peut les comprendre , parce que la sortie de l’euro c’est non seulement la sortie de l’europe , mais aussi de l’otan . Donc la guerre , qui ayant échoué comme prévisible en Ukraine , s’étend maintenant partout autour où chauffe de la braise , Turquie , Balkans …
    Puisque méme les colonels ou leurs supplétifs , pravy sector et autres élucubrations faschistes ne marchent pas , reste le chaos . Guerre nucléaire çà hésite un peu semble t il faute d’une supériorité , claire . Le simple fait qu’un scud soit parti du Yémen vers l’Arabie Saoudite , sans prévenir et d’ailleurs sans possibilité d’arrét , en dit long sur les capacités du Pentagone .
    Il existe une morale à cette histoire , on ne peut avoir un complexe militaro-financio-industriel monstrueux sans gabegie monstrueuse aussi et inefficace , leurs dirigeants n’étant donc pas les plus compétents mais les plus corrompus . Deux qualités contradictoires .


    • K Le 02 août 2015 à 11h32
      Afficher/Masquer

      Malheureusement, il me semble que les grecs ne sont pas les seuls à refuser le grexit. Les dirigeants americains également. Car l’UE (et l’Euro qui en est sont projet le plus avancé) est un outil de domination idéal pour les états unis, selon la méthode du federateur extérieur, encore appelée méthode du syndic (les 28 co-propriétaires ne peuvent pas se mettre d’accord à l’unanimité, donc ils délèguent le pouvoir de décision à un syndic extérieur). L’UE est un grand projet de long terme orchestré par les états unis. Ils n’y renonceront pas si facilement.
      De toutes façons, si seul le peuple grec refusait le grexit, on le lui aurait imposé.


    • Andrea Le 02 août 2015 à 16h11
      Afficher/Masquer

      Mes ?? sur un Grexit inévitable portaient uniquement sur le temporel et la méthode: la plus indolore et harmonieuse possible vs. à l’autre pôle un Grexident, accident abrupte et le chaos, plusieurs intermédiares bien sur possibles.

      Il me semble clair que le Grexit est déjà acté — Charlie Bermude.

      Oui. Et ceci pour deux raisons (parmi d’autres …)

      1. La Grèce a été coupée de ELA et Target 2. (Pour intimider les Grecs à voter OUI au référendum de Tsipras.) Ceci est une rupture hyper grave d’une union monétaire (euro) et politique (UE), et d’ailleurs en grande partie contre les statuts, accords, etc. Cela équivaut à dire: Vous n’êtes pas membre. Vous n’avez aucun droit. Vous n’avez aucun moyen de négotiation, de discussion, vous n’êtes pas un égal. La Grèce n’est donc plus membre de l’eurozone, mais est devenu autre chose.

      (Tsipras et Vafourakis, dans les premier mois, ont essayé de maintenir la position ‘d’interlocuteur valable’, de partenaire, etc., en acceptant tout le cadre EU-euro, mais en cherchant des solutions à l’intérieur de ce fatras.)

      2. La moralité. Si en Grèce des patients n’ont plus d’insuline, des enfants ont faim, des retraités se suicident – on pourrait allonger la liste, les dommages sont plus conséquents qu’on pense, voir les entreprises, le tourisme, les migrants ‘illégaux’, etc., cela veut dire qu’il n’y a aucune solidarité, aucune empathie, zero intérêt pour un redressement, une réparation, des efforts pour changer la situation, etc. Ceci n’est pas acceptable dans une ‘Union’, peu importe sa nature législative exacte (UE, Federation type Suisse, USA, même accords bi-latéraux, etc.) Cela implique, dessine, démontre même, une rupture de facto.


  6. Bece Le 02 août 2015 à 09h39
    Afficher/Masquer

    L’euro n’est qu’un outil au service des visées néolibérales de l’Union européenne, celle-ci étant elle-même une carte dans la stratégie hégémonique des Etats Unis, conjointement à l’OTAN. Ce qui complique un peu le jeu, c’est que l’euro est devenu l’arme colonisatrice de l’Allemagne (enfin des forces au pouvoir, pas du peuple allemand!).Enfant gâté des Etats Unis (voir Varoufakis: le Minotaure), celle-ci, avec Merkel, joue d’abord son propre intérêt. Alors faisons un lot , hors de l’euro, hors de l’U.E., hors de l’OTAN, retrouvons la souveraineté nationale, condition d’un minimum de démocratie (Sapir, Lordon), et rêvons de coopérations et de solidarité entre les nations.


    • raloul Le 02 août 2015 à 12h07
      Afficher/Masquer

      Bonjour!

      Mais non, vous n’avez rien compris, le TAFTA et ses réjouissances garantiront la prospérité de l’ “Europe”. C’est Moscovici qui le dit, c’est que ça doit être vrai…
      http://www.marianne.net/moscovici-tafta-est-plus-interet-europe-que-etats-unis-100235617.html

      Et d’ailleurs, les “européens” en profiteront plus que les états-uniens, si si, c’est vrai car c’est Moscovici qui le dit….

      Bon, j’arrête là avec l’ironie, mais franchement, n’ont-ils aucune limite à l’indécence et la misère de leur “pensée” économique étalée dans leurs outils de propagande? La “pravda”, c’était de la gnognotte en comparaison…

      P.s.: il y avait l’AELE, qui n’était pas si mal, finalement…


  7. Charlie Bermude Le 02 août 2015 à 10h05
    Afficher/Masquer

    https://pbs.twimg.com/media/CLVSqbXWoAAjOZ0.png
    Sur ce graphique Manque une droite joignant les sommets du $ . A mon avis çà suffit pour expliquer pourquoi on passe d’un coté à la mise sous presse des peuples occidentaux , spécifiquement Gréce , actuellement , et parallélement , des guerres de cannoniéres , classiques au chaos .
    La droite non dessinée touche le point bas trés bientot -( à l’échelle historique) , c’est le point de retournement ! L’us-exit !


  8. Gredat Le 02 août 2015 à 11h02
    Afficher/Masquer

    Bonjour à toute la compagnie, de la part d’un nouveau venu.
    Première question : le document, qui porte sur une question aussi sérieuse que le Grexit, a été rédigé en un mois. Que pouvons-nous penser d’un travail aussi considérable accompli en si peu de temps et dans une situation d’urgence ?
    Deuxième question : ainsi, les institutions européennes avaient bien préparé un plan de sortie de la Grèce de la zone euro. N’est-ce pas précisément ce pourquoi Yanis Varoufakis, dans son propre pays, est accusé de haute trahison ?


  9. JEAN DOREMIEUX Le 02 août 2015 à 13h43
    Afficher/Masquer

    Je lis : ” Un des membres qui connaissait de près la réalité grecque dans cette phase cruciale déclara au reste de l’équipe : « Si ce plan est appliqué, on entendra le bruit des chenilles des tanks dans les rues d’Athènes ! »”

    J’entends encore l’URSS avec ses menaces et ses tanks sur la DDR, la TCHEQUOSLOVAQUIE, la HONGRIE !

    Est-ce possible ?


    • RosettaPhilae Le 02 août 2015 à 14h54
      Afficher/Masquer

      Ce qui me fait le plus marrer c’est ce genre de phrase: ceux qui étaient impliqués dans la réalisation du plan « avaient le cœur serré », elle explique à « K » qu’ « ils étaient accablés »
      Comment des gens qui ont mis la Grèce à genoux sans aucune pitié et qui viennent d’organiser un coup d’Etat financier qui a mis la Grèce en coma artificiel peuvent-ils avoir le cœur serré?
      Que signifie: « Si ce plan est appliqué, on entendra le bruit des chenilles des tanks dans les rues d’Athènes ! ». Ils préparent un holocauste de tous les gauchistes? ou d’Aube Dorée peut-être?
      Il va y en avoir à le pelle des articles bidons “bien informés” dans les semaines à venir.


  10. Pénélope Le 02 août 2015 à 16h07
    Afficher/Masquer

    « Si ce plan est appliqué, on entendra le bruit des chenilles des tanks dans les rues d’Athènes ! »

    Euh… les tanks de qui?


    • RGT Le 02 août 2015 à 18h20
      Afficher/Masquer

      Des M1 Abrahms bien sûr, éventuellement accompagnés de Leopard et de Leclerc qui sait ?

      Mais surement pas des T90…

      Pas cons les russes, comme d’habitude ils attendent patiemment que leur ennemi accumule les conneries et se casse la gueule tout seul pour ensuite venir donner le coup de grâce.

      Les grecs se rapprocheront tous seuls des russes et les appelleront à l’aide pour foutre les envahisseurs dehors.

      Ensuite ce seront les hongrois puis les tchèques, les slovaques, les serbes… Bref, les peuples qui ont encore de l’honneur et qui souhaitent ne pas baisser leur froc devant les envahisseurs.

      Ce n’est pas demain que les français se lèveront pour dire “merde” à l’oncle Sam…
      La French-American Foundation veille.
      Le dernier français qui se soit dressé ouvertement contre les USA s’est fait littéralement exploser par une “révolution de couleur” en mai 68…

      Ses sucesseurs ont bien été prévenus : Fermes ta gueule, fais ce qu’on te dit de faire et tu n’auras pas d’ennuis.

      Chirac et De Villepin ont bien essayé de sauver l’honneur en 2003… On ne nous a pas précisément dit quel a été le montant de la facture, mais en tout cas elle a dû être sacrément salée car leurs successeurs se sont montrés et se montrent toujours bien serviles.


  11. Charlie Bermude Le 02 août 2015 à 22h00
    Afficher/Masquer

    Une info en passant , le bitcoin , trés sensible aux événements Grecs , repart à la hausse , aprés une semaine de baisse relative . J’y vois un rapport avec la réouverture demain de la bourse d’Athénes , certains prévoient une baisse de 20% !
    D’une maniére générale il y a du rififi sur les marchés financiers qui sont complétement sous silence . Les émergents partout trinquent , sur leurs monnaies , leurs bourses , leurs pnb .
    Au point qu’on peut se demander si émergent ne fut pas un excés d’optimisme . çà reflue sur le roi $ qui en a bien besoin pour ses déficits mais pas pour la hausse . C’est un new deal mais à l’envers . Ce contexte , à mon avis mets les états Européens à cran . Si dans quelques mois on a à la fois baisse de l’euro/$ et hausse du pétrole/gaz , bonjour les dégats dans l’unité Européenne !


  12. Renaud Le 02 août 2015 à 23h10
    Afficher/Masquer

    J’ai eu des velléités de mettre ce message dans les messages du billet qui suit : Pierre Laurent la Grèce et les mensonges, bien compris ici le sens et le bon choix didactique de O. Berruyer laissant apparaître, sur pièce, ce qui hante toujours certaines cervelles… Donc je préfère mettre ce message dans ce présent billet : Que révèle le “livre noir” du Grexit ?

    Car on aura été sursaturé du communisme. Quelques 70 ans de politique communiste dans le monde jalonnée par les années : 1917, 1939, et surtout 1945 jusqu’à 1989. Sans compter les réseaux et les “gouvernements” intellectuels rouges veillant en Europe de l’Ouest durant toute cette période vraiment ambiguë de la prétention du communisme à l’universalisme et de sa dialectique ruinant les intelligences et les créativités. Tout ce fatras débouchant au 20ème siècle sur des tueries jamais atteintes auparavant, puis sur le néant avec, au final, le triomphe des usuriers… Dans l’histoire, un certain nombre de ces derniers ont été les fourriers, sans doute décisifs, du communisme… Certes beaucoup de communistes se sont recyclés et mettent leur qualités au service de causes positives.

    Car pendant que l’ “Europe” cryptolibérale (avant de se lâcher) psalmodiait et anesthésiait les imaginations, elle piégeait les nations “européennes”, surtout à partir de 1989, en les aseptisant davantage et en formant cette “Europe” fantoche de “Bruxelles” truffée de bases et d’installations militaire US, avec l’OTAN, etc, sans toucher le moins du monde à la vassalisation de cette même “Europe” donc par les États-Unis.

    Quand-même !! La “commission européenne”, comme l’ “Euro-groupe”, cette instance non officielle qui ne relève de personne, sinon d’un groupe hors la loi, qui décide du sort des peuples, bafoue les sociétés et travaille pour le pouvoir technocratique anonyme et apatride et surtout : usurier. C’est un crachat sur les souverainetés des nations, et en même temps, cela conforte la domination sans partage de l’Allemagne. L’Allemagne, ce chien de garde qui est le berger-allemand (avec ou sans jeu de mot) chargé de surveiller cette “Europe” bidon et fantoche, vu que le “navire amiral” de cette “Europe” artificielle se trouve outre Atlantique… C’est un français délégué à la “tête” de la France (humm, français ?? Plutôt étiqueté comme tel…) qui met ce pays en servitude – volontaire – vis à vis de l’allemande qui roule pour les États-Unis…

    Ainsi, messieurs Jean-Claude Juncker (gloupe) sorte tecno-autocrate, président de la “commission européenne”, quel est donc cet organisme ?? Jeroen Dijsselboem (gloupe) qui serait ministre des finances des Pays-Bas, Wolfgang Schäuble (encore gloupe) ministre des finances d’Allemagne avec, évidemment, d’autres personnages du même acabit.
    Avec ces noms, inutile de dire qu’on ne se sent aucunement en famille pour quelqu’un comme moi qui vit sur la côte Méditerranéenne. Ce Bassin Méditerranéen qui subit désormais le contre-coup de la domination des barbares venus du Nord ayant des apparences de civilisés… Des civilisés confondant Mammon et la Justice…

    Par qui et comment allons-nous être colonisés ??

    Les dirigeants “français” (enfin ce qui en tient lieu…) “aiment” tellement l’ “Europe”, qu’ils préfèrent de beaucoup passer par pertes et profits la souveraineté française (enfin on se demande ce qu’il en reste…) et laisser le champ libre à la coterie usurière qui se trouve au dessus des lois, plutôt que d’oser s’y opposer.

    Il est vrai qu’on ne peut pas servir deux maîtres à la fois…


    • Charlie Bermude Le 04 août 2015 à 15h08
      Afficher/Masquer

      Il faudrait là distinguer deux sortes de communistes , ceux qui le sont par idées , et méme plus affections , et ceux qui le sont par intéret . A l’Est les mémes , ceux qui étaient au pouvoir sont devenus oligarques ou sous fifres d’oligarques , selon leurs moyens . A l’Ouest on a quelque chose aussi du méme genre , les déjà bien placés comme Laurent , continuent à bien se placer , l’Europe comme option carriériste c’est un bon choix pour un municipal , on le sait peu mais la banlieue bénéficie largement de subventions Européennes , pour la ‘réabilitation’ , de la banlieue , son urbanisme . La paix sociale avec les beurs passe par là , c’est un grand sujet d’inquiétude pour la France , en dehors de la France . St Denis /Laurent est exemplaire sur la question . Il existe une longue tradition depuis le Moyen Age , le grand marché des esclaves ( à l’époque venant de l’Est , les slaves ) était rue du Landy ,grande rue de St Denis , à la foire du Landy , source de richesses , aussi d’où les tombeaux des Rois . Aujourd’hui c’est la grande foire des immigrés , plus Africains maintenant et méme carrément noirs . On continue le commerce …
      Bientot des Grecs ?…


Charte de modérations des commentaires