Je vous recommande la vidéo de la 100e émission de Pièces à Convictions : “Banquiers : ils avaient promis de changer

Il y a cinq ans, le monde était secoué par une crise financière sans précédent. Désireux de trouver une sortie de secours au plus vite, responsables politiques et banquiers s’étaient alors mis d’accord pour transformer le système. Leur promesse : une finance plus morale, des banquiers plus transparents et un consommateur mieux protégé. Cette nouvelle investigation dévoile les terrains de jeu actuels d’un monde de la finance plus opaque que jamais, qui va jusqu’à spéculer sur les dates de décès de dizaines de milliers de personnes. Enquête sur les arcanes du puissant lobby bancaire français et ses liens avec le pouvoir.

Excellente participation de Jérôme Cazes dans le débat.

A consulter ici, sur le site de France 3 durant 6 jours ou ici :


44 réponses à [Vidéo] Pièces à conviction

  1. caroline porteu Le 16 mai 2013 à 11h49
    Afficher/Masquer

    A voir absolument …
    Il est dommage qu’ils ne soient pas plus étendus sur ce qui relève totalement du domaine de la fraude : les manipulations de cours et de cotations ..
    Une enquête démarre en Grande Bretagne sur les manipulations des cours du pétrole .. et tout le monde sait combien ces manipulations ont participé à la ruine des pays non producteurs ..

    Il serait temps d’exiger que les coupables soient sanctionnés et que les résultats ne soient pas de simples “amendes” toujours inférieures aux profits retirés des fraudes , ce qui n’est qu’une gigantesque incitation à la récidive .

    Je crois que pour illustrer cette très belle émission ; il faut absolument citer cet extrait de l’intervention de JF GAYRAUD devant la Commission Européenne en Juin dernier :

    2° Deuxième défi, ensuite : l’UE doit faire face à des prédations financières d’ampleur macro économique. A ce titre, trois remarques s’imposent :
    – Première remarque : les marchés financiers dérégulés de manière aveugle sont des proies faciles pour les appétits criminels. On citera pour mémoire un exemple récent : la gigantesque fraude à la taxe carbone dont le préjudice pour le seul budget de l’Etat français s’est élevé à 1,5 milliards d’euros et pour l’Europe à environ 5 à 6 milliards d’euros.
    – Deuxième remarque : la lutte contre le blanchiment de l’argent du crime organisé et de la corruption est un échec complet. Il faut ici souligner le rôle pernicieux joué par les paradis fiscaux et bancaires (très présents en Europe) et par la banalisation des instruments juridico financiers destinés à rendre anonyme l’origine des flux financiers (trusts, fiduciaires, etc.).
    – Troisième remarque, enfin: certains acteurs des marchés financiers et bancaires sont aussi parfois des prédateurs. Les méga escroqueries sur les
    2
    marchés initiés par des « criminels en cols blancs » se multiplient. Par ailleurs, la plupart des grandes crises financières des 30 dernières années sont le fruit de politiques de dérégulation qui furent criminogènes. La bulle immobilière américaine dite des subprimes comportait une dimension majeure de fraudes dont l’essentiel fut initiée là aussi par des banquiers et des financiers, d’ailleurs à ce jour impunis.
    ………
    De manière fondamentale, le crime organisé fausse le fonctionnement des systèmes politiques par le jeu de la corruption systémique et la formation de véritables bourgeoisies criminelles. Il transforme aussi le fonctionnement des marchés économiques et financiers, au profit de ses acteurs les moins honnêtes : la « main invisible » est remplacée par une « main criminelle » qui déforme toutes les règles, avec des dégâts réels sur le budget des Etats, la santé des consommateurs, l’environnement ou encore le développement économique. Le crime organisé tue, mais aussi détruit et paupérise.
    http://bit.ly/14AO1gz


  2. orgent Le 16 mai 2013 à 12h13
    Afficher/Masquer

    Il est tout de même décevant de voir que vos amendements (éliminés par Karine Berger) n’ont pas été évoqués dans le premier sujet sur la séparation bancaire.


    • Marcus Le 16 mai 2013 à 20h06
      Afficher/Masquer

      Faut rien regretter. Ce qui devait être fait par Olivier et vous tous avec l’association Diacrisis a été fait et c’est bien.

      Il n’y a que ceux qui ne font jamais rien qui sont sûrs de ne rien obtenir !!!

      Vous vous êtes heurté au mur des banques et à la surdité des politiques et leur veulerie.

      Tout cela est le signe d’une dégradatiion certaine et continue de notre personnel politico-financier.

      Moi j’en suis à lire “Survivre à l’effondrement économique” de Piero San Giorgio, c’est dire si je ne suis pas optimiste pour la suite des événements politiques et sociaux en France au moins …

      Mais dites-vous bien que la roue tourne … et aura peut-être raison de mon pessimisme …

      Bon courage.
      Marc


  3. Flury Le 16 mai 2013 à 13h27
    Afficher/Masquer

    Beau travail de journalisme, pedagogique, se mettre à la portée des gens, mettre les politiques en face de leurs envolées lyriques, de leurs engagements sacrifiés, de traquer le mensonge, de faire apparaître le mensonge collectif derrière le visage gêné d’une pauvre responsable de la communication, femme sacrifiée qu’on envoie à l’abattoir, la pauvreté des arguments des grands dirigeants de banque comme on dit, leur cynisme, le pitoyable glissement sémantique de M. Bonnafé pour masquer un cynisme et une amoralité sur lesquels nul doute n’est plus permis! Et puis, les perles, deux parmi d’autres:
    – Moscovici qui affirme ne pas reconnaître les chiffres lancés avec son arrogance suffisante habituelle par F. Oudea sur l’impact potentiel de la séparation! Mais qui le paye? Pensée unique, Moscovici au milieu de ses troupes de l’IGF!
    – Olivier Pastré, expert compromis qui visiblement n’a pas compris la question du conflit d’intérêt! Lui suggérer de revoir Inside jobs! Et cet homme continue à être invité sur les plateaux de télé, ce qui me peine, c’est que E. Quin l’invite aussi!!

    Maintenant, que faire: le texte repasse en deuxième lecture le 29 mai à l’AN, il faut faire feu de tout bois, mobiliser les réseaux sociaux, Interpeller les élus, mobiliser les grands médias que sais je, il n’est pas possible qu’une telle non loi passe!


  4. Flury Le 16 mai 2013 à 13h35
    Afficher/Masquer

    Bonne intervention de J.Cazes certes, mais très flou, trop imprécis ni assez percutant face à un de Lauzun, sommet de la mauvaise foi et une journaliste certes tenace mais qui n’a pas assez travaillé le sujet d’où les échappées hors sujet dudit De Lauzun.


  5. TOUILEB Le 16 mai 2013 à 15h04
    Afficher/Masquer

    L’objectif inavoué de cette criminalité dénoncée dans l’intervention de M. GAYRAUD et la complicité silencieuse du personnel politique, est de diminuer la population mondiale de manière “draconienne” à domicile, dirons nous localement et à distance, anonymement. L’impulsion spirituelle inversée (relativement aux valeurs de la Croix) a été délibérement diffusée et poursuit sa tâche …..

    Une guerre psychologique est menée de longue date, atteinte aux corps et aux esprits par une marchandisation outrancière. Les déportations massives de la seconde guerre mondiale programmées en silence préfiguraient la situation actuelle à savoir la mise à mort sociale lente voire volontaire de la population (suicide, alcoolisme, drogue, accidentés de la route, dépression, …). Les trafics en tous genres (drogue, prostitution, pornographie, armes, alimentaires, industries pharmaceutiques…) sont délibérément entretenus.

    Suis désolé pour cette analyse car au bout de toutes ces réflexions et commentaires abondants, il n’y a qu’impasses ! Je préférerai en avoir une autre car aussi concerné, les miens aussi.

    La monnaie dans les mains des corrompus, prêts à tout. Les “sans-états-d’âmes” (les prédateurs) cohabitent avec les autres !

    <>. <>(A. Gide, Prix Nobel de Littérature non acheté à un jury anglo-saxon).

    <> (Jésus, inébranlable et ennemi juré de la City et autres établissements …) et <> (en clair, celle qui sépare les corrompus et les hommes de bonne volonté conscient du monde-en-devenir pour accueillir les immortels)…


  6. TOUILEB Le 16 mai 2013 à 15h11
    Afficher/Masquer

    L’objectif inavoué de cette criminalité dénoncée dans l’intervention de M. GAYRAUD et la complicité silencieuse du personnel politique, est de diminuer la population mondiale de manière “draconienne” à domicile, dirons nous localement et à distance, anonymement. L’impulsion spirituelle inversée (relativement aux valeurs de la Croix) a été délibérement diffusée et poursuit sa tâche …..

    Une guerre psychologique est menée de longue date, atteinte aux corps et aux esprits par une marchandisation outrancière. Les déportations massives de la seconde guerre mondiale programmées en silence préfiguraient la situation actuelle à savoir la mise à mort sociale lente voire volontaire de la population (suicide, alcoolisme, drogue, accidentés de la route, dépression, …). Les trafics en tous genres (drogue, prostitution, pornographie, armes, alimentaires, industries pharmaceutiques…) sont délibérément entretenus.

    Suis désolé pour cette analyse car au bout de toutes ces réflexions et commentaires abondants, il n’y a qu’impasses ! Je préférerai en avoir une autre car aussi concerné, les miens aussi.

    La monnaie est dans les mains des corrompus, prêts à tout. Les “sans-états-d’âmes” (les prédateurs) cohabitent avec les autres !

    Le monde sera sauvé – s’il peut l’être par des insoumis (A. Gide, Prix Nobel de Littérature non acheté à un jury anglo-saxon).

    Aux moments de la moisson, chacun reconnaîtra son frère, sa soeur (Jésus, inébranlable et ennemi juré de la City et autres établissements …) et, je ne suis pas venu vous apporter la paix mais une épée (en clair, celle qui sépare les corrompu(e)s des hommes et femmes de bonne volonté conscients du monde-en-devenir pour accueillir les immortels)…


  7. ben Le 16 mai 2013 à 17h59
    Afficher/Masquer

    l’emprunt immobilier indexé sur le franc suisse à 50 minutes hummm…

    j’adore

    La banque là ne fait clairement plus de financement aux particuliers, c’est un hold up

    les slogans (source wikipédia):

    1974-1980 : « Pour parler franchement, votre argent m’intéresse »
    1980-1988 : « La banque est notre métier »
    1988-1993 : « BNP c’est gagner »
    1993-1995 : « Grandissons ensemble »
    1995-1998 : « À chaque instant on doit pouvoir compter sur sa banque »
    1998 : « Parlons d’avenir »
    Jusqu’en 2011 : « La banque d’un monde qui change », ainsi que « La banque et l’assurance d’un monde qui change »

    Aujourd’hui, la stratégie de communication de la banque vise globalement à lancer des campagnes sur le mode d’une histoire à raconter pour le grand public autour d’un slogan fédérateur, un “monde qui change”.

    POUR PARLER FRANCHEMENT VOTRE ARGENT EST MON ARGENT


  8. Mankind Le 16 mai 2013 à 18h05
    Afficher/Masquer

    Que les prophètes se lâchent, que les cassandres prennent leurs claviers, voici un scoop :

    Rien n’a changé aujourd’hui et rien ne changera demain.

    En attendant, ça tourne, ça tourne…


    • ben Le 16 mai 2013 à 18h08
      Afficher/Masquer

      Merci d’avoir mis à la disposition de tous cette seconde de cerveau disponible 😉


      • Mankind Le 16 mai 2013 à 18h27
        Afficher/Masquer

        ^^

        c’est tellement désolant j’avais envie de troller 😐


        • ben Le 16 mai 2013 à 18h31
          Afficher/Masquer

          Je crois fermement que le changement viendra du troll :p


    • Gbalou Le 16 mai 2013 à 19h05
      Afficher/Masquer

      Jouez aux échecs cela vous changera ou mieux faîtes des calculs probabilistes et alors vous comprendrez au mieux maintenant, au pire d’ici quelques années !…


      • Stéphane Grimier Le 16 mai 2013 à 19h37
        Afficher/Masquer

        Et vous faites quoi dans la partie d’échec, vous jouez contre l’équipe dans laquelle vous vous incrustez. C’est du parasitage à forte tendance traitre.


        • Gbalou Le 16 mai 2013 à 20h42
          Afficher/Masquer

          Quand c’est flou, il y a un loup !…


        • Stéphane Grimier Le 16 mai 2013 à 21h03
          Afficher/Masquer

          Si vous croyez qu’on va jouer à votre partie perpétuelle de qui perd perd, vous pouvez vous mettre votre cheque ou bon vous semblera, un paradis fiscal bien sur !


  9. Fabrice Le 16 mai 2013 à 19h55
    Afficher/Masquer

    Navrant comme video, ne même pas arriver à dire que vendre le type de produit sur les assurances vie est immoral prouve bien qu’ils n’ont plus de limites dans la bassesse, encore heureux qu’ils ne trouvent pas le moyen d’accélérer le décès de leurs “clients”.

    Mon moral en reprend un coup 🙁


    • step Le 16 mai 2013 à 20h50
      Afficher/Masquer

      encore heureux qu’ils ne trouvent pas le moyen d’accélérer le décès de leurs “clients”.
      C’est EXACTEMENT ce que je me suis dit en écoutant ce reportage. Je ne doute pas qu’un trader en délicatesse devant franchisse un jour ce gap pour sauver sa peau voir pour simplement faire le “fabulous one” sur ses primes. Car ce produit c’est juste un appel au meurtre.

      Viendra a son procès un représentant de sa banque dire que évidement ce n’était pas une consigne, qu’ils ne sont responsable de rien et que de toute façon ils ne voient pas le problème du produit puisque c’est LEGAL….


  10. fabien775 Le 16 mai 2013 à 20h18
    Afficher/Masquer

    Je remet le lien de l’interview écrit de René Passet qui va totalement dans le sens de ce que nous vivons actuellement au niveau mondial et qui ne peut déboucher que sur une catastrophe.
    http://www.bastamag.net/article3064.html


  11. toutouadi Le 16 mai 2013 à 20h32
    Afficher/Masquer

    Quoi !! dans une société régie par les rapports de forces et régulée par l’étique, les banques sont devenues méchantes, les patrimoines se sont concentrés et les forts écrasent les faibles … En effet c’est étonnant, stupéfiant même !!

    Zut, flûte, damned, on a oublié l’eau bénite qui doit accompagner la morale !!
    c’est ballot hein ?? 🙂


    • Gbalou Le 16 mai 2013 à 20h38
      Afficher/Masquer

      Relisez-vous ! Il manque un “h” à éthique !… C’est ballot ! Hein ???


      • Surya Le 16 mai 2013 à 20h50
        Afficher/Masquer

        osef


  12. juni palacio Le 16 mai 2013 à 21h19
    Afficher/Masquer

    “Une finance plus morale”. Cette expression n’a aucun sens et prend à force un tour ridicule. C’est la loi qui régit les rapports sociaux et pas la morale. Les banques agissent dans le cadre de la loi. Leurs agissements toujours dans le cadre de cette loi nuisent à la plupart d’entre nous. Il faut donc changer la loi. Que vient faire ici la morale ?
    L’usage même de cette notion de morale favorise les banquiers. Elle laisserait entendre que l’ordre actuel participe de l’ordre naturel. il suffirait d’un peu plus d’éthique sans rien changer au fond..


    • Gbalou Le 16 mai 2013 à 22h29
      Afficher/Masquer

      Nous nous adressons à des chrétins, pardon des chrétiens ! J’ai un doute finalement !…


  13. Crapaud Rouge Le 16 mai 2013 à 21h49
    Afficher/Masquer

    J’ai beaucoup apprécié la longue phrase qui dit sans le dire que, si le franc suisse s’apprécie par rapport à l’euro, alors le capital à rembourser augmente. (Au fait, est dans le cas contraire, que se passe-t-il ?) La phrase citée par le client montre clairement une volonté de dissimulation, c’est-à-dire de tromper.

    Le type de droite, à la fin, prétend que 80% des clients sont satisfaits de leur banque. Eh bien, si mon banquier me lit, (la BNP), qu’il sache que je le HAIS par-dessus tout.


    • Mankind Le 17 mai 2013 à 10h28
      Afficher/Masquer

      Le type de droite ne connait pas 80% de ses clients, donc l’un dans l’autre, vous ne serez jamais amené à vous lire ^^


  14. Gbalou Le 16 mai 2013 à 22h15
    Afficher/Masquer

    OYEZ ! OYEZ ! OYEZ !

    AFP :
    “L’engagement résolument européen du Président de la République en direction d’un gouvernement économique de la zone euro correspond à la vision que le Medef promeut”, indique l’organisation patronale. “Le président de la République a par ailleurs souhaité une France à l’offensive, en rappelant l’exigence de compétitivité de la France(…) Le Medef encourage cette ligne et appelle à développer une politique plus ambitieuse de réduction budgétaire.”

    Du côté de la CGPME, on se montre moins enthousiaste, regrettant que “le président de la République n’ait pas apporté aujourd’hui de précisions sur les mesures supplémentaires qu’il entend mettre en œuvre pour sonner la mobilisation contre le chômage, et mettre fin à l’inquiétude actuelle des chefs d’entreprise.” “Pour autant, on peut légitimement saluer le souci du Président de la République de garantir l’avenir des retraites en prenant acte du fait qu’il faudra désormais travailler plus longtemps”, indique le mouvement représentant les Petites et Moyennes entreprises.

    Viendra le jour des banques, soyez patients !…


    • Macarel Le 16 mai 2013 à 23h03
      Afficher/Masquer

      An II du quinquennat sous le signe de l’offensive.
      Espérons que ce ne sera pas “l’offensive Nivelle” du Chemin des Dames…
      Lorsqu’il mourut en 1924, c’est le ministre de la guerre André Maginot qui prononça son éloge funèbre.
      André Maginot dont la ligne éponyme n’empêcha pas l’offensive victorieuse de la wehrmacht à
      travers les Ardennes en juin 40.
      Depuis Napoléon, nous n’avons plus eu de grands stratèges – à part sans doute De Gaulle – et c’est encore plus vrai aujourd’hui dans la bataille économique mondiale.
      Waterloo morne plaine…


      • Gbalou Le 16 mai 2013 à 23h27
        Afficher/Masquer

        Faire entendre la voix de la France dans un monde de bientôt 10 milliards d’individus implique une stratégie ! Agir par un effet de levier européen est DANTESQUE bref REVOLUTIONNAIRE !


  15. medomai Le 16 mai 2013 à 22h35
    Afficher/Masquer

    @crapaud rouge je vous comprend. On devrait mettre sur le fronton de ces banques ce que Dante met sur la porte de l’enfer (Inferno III 9)

    “Lasciate ogne speranza, voi ch’intrate”

    J’ai cherché et il n’y a aucun cercle assez profond dans la Divine Comédie qui corresponde a ce degré du Mal qu’atteignent certains d’entre eux. Même Ugolino que sa faim mène à l’horreur, au chant XXXIII, fait pitié. Comment peuvent-ils regarder EN FACE un être humain ? Leur cupidité est plus ignoble que la méchanceté, parce qu’elle est indifférence. Et elle est plus puissante parce qu’elle n’a même pas les limites que la nature donne aux sentiments. Même la cruauté se fatigue et se lasse des pleurs. L’avidité non. L’appât du gain ne dort jamais. Ce qui est fascinant, c’est la lente dégradation puis destruction du sens moral, combinée avec un affaiblissement de la gêne : les jeunes ont les dents longues, mais regardez : encore quelques échos de leur éducation suscitent un léger battement du pouls, un faible moment d’inquiétude, une sorte de dernier tressaillement de la pensée encore mal taillée pour ce qu’on lui prépare. Ils font les fanfarrons parce qu’il faut du coeur à l’ouvrage pour faire un métier aussi abject. Chez les plus vieux, l’ablation a eu lieu, c’est fini. Il y a une sorte de tranquillité dans leur être, tout entier coloré de mensonge et d’avidité. Evidemment, dans ce genre de carrière, s’ils sont encore là, c’est qu’ils avaient des prédispositions.


  16. Marcus Le 16 mai 2013 à 22h45
    Afficher/Masquer

    Ainsi va ce monde finissant :

    http://www.unmondeencrise.com/category/non-classe/

    Bonne nuit !
    Marc


    • Gbalou Le 16 mai 2013 à 22h52
      Afficher/Masquer

      Mais c’est vous qui êtes fini !!!


  17. Marcus Le 16 mai 2013 à 22h48
    Afficher/Masquer

    Je vois le monde comme on voit l’incroyable, etc…

    http://www.youtube.com/watch?v=sktObOgyePM


  18. Gbalou Le 16 mai 2013 à 23h01
    Afficher/Masquer

    Les étapes, les astuces, les solutions de financement, découvrez ce qu’il faut savoir ! OFFRE SPECIALE CREDIT !…


  19. Parlons Vrai Le 16 mai 2013 à 23h13
    Afficher/Masquer

    Le discours et les éléments de langage de Mme Leroy (relations consommateurs BNP) sont assez communs à ce type de communicants:

    “…si c’est effectivement le cas…éthique…nos valeurs…je ne vous dit pas que c’est la faute du client ce n’est pas le sujet…accompagner le client…rassurer le client…se poser des questions…analyser avec le client …expliquer…c’est cela aussi être une banque responsable…transparence…nous évoluons dans un monde qui…qui heu..qui…change…”

    Pour l’avoir expérimenté auprès d’une personne responsable régionale relations consommateurs suite à réclamation je peux ajouter les éléments suivants:
    … certification ISO 9001…politique qualité…respect…charte…compétences…revenir vers vous dans les meilleurs délais…bonnes nouvelles…votre dossier avance…

    Beaucoup (trop) de slogans repris et utilisés dans la conversation, de com formatée, le tout sans intérêt et exaspérant.


  20. DUFIFI Le 17 mai 2013 à 00h44
    Afficher/Masquer

    Bon documentaire, sans doute, mais comme d’habitude à la télévision, jouant un peu trop sur un ton dramatisant (bande sonore et tonalité générale très marquée “reportage d’investigation”). Instructif malgré tout même si le débat final est aussi très formaté “match” télévisuel.

    Grand moment lorsque Pierre de Lauzun (directeur général délégué de la Fédération française des banque), dit aux environs de 1:19:40 d’émission : “Donnez-nous une règle, on la suit. Les États doivent donner des règles et les imposer”. Alors même qu’au début de l’émission (0:11:40), on entend Baudouin Prot, dirigeant de la BNP (adhérente de la même Fédération française des banques) dire à propos des règles de séparation des activités bancaires : “Nous demandons qu’on cesse d’accumuler des réglementations” et plus loin “Qu’on (l’État) arrête de nous empêcher de faire notre métier”, sous entendu, que l’État nous lâche et nous laisse faire selon nos désirs.

    Bref, l’exact contraire de ce que fait semblant de vouloir Pierre de Lauzun lors du débat final de l’émission, dans une déclaration destinée évidemment à faire penser au public qu’elle reflète la manière de voir des banques françaises… Merveilles de la communication manipulatrice.

    C’est carrément la novlangue de “1984” d’Orwell, où l’on fait dire à une chose son exact contraire, par exemple le célèbre : “la guerre, c’est la paix” ou bien “la liberté, c’est l’esclavage”, et lycée de Versailles.

    Tous les repères sont alors brouillés et c’est le pouvoir qui mène le jeu et emporte le morceau…

    Misérables bouffons.


  21. raloul Le 17 mai 2013 à 09h00
    Afficher/Masquer

    Bonjour!

    La réaction de M. Pastré est sidérante!!! Quel guignol, de qui se moque-t-il? Une honte!

    S’il n’y avait aucun problème grave de conflit d’intérêt, jamais il n’aurait ce type de réaction. Lorsqu’il demande: “pourquoi vous me posez cette question?” (19’30) sur un ton aggressif, s’imagine-t-il vraiment que cet aspect n’a STRICTEMENT aucune importance? Quel bouffon, il devrait être immédiatement viré, car un tel manque d’honnêteté intellectuelle est un problème majeur pour un universitaire.

    Ca me rappelle les “nouveaux chiens de garde”… C’est quand que tous ces abrutis profonds sont virés? Comment peuvent-ils se voir dans la glace tous les matins? Faut-il passer par des formes de violence pour arrêter cette mascarade?

    Quant à Jerry Sullivan, heureusement pour lui que son monde de la finance decomplexée lui permet de vivre, car s’il devait s’en tirer grâce à sa lucidité, il serait mal barré (31’30 : sa théorie de l’immoralité comme source de progrès qui aurait permis de ne plus vivre dans des grottes… heureusement que le ridicule, lui, ne tue pas… bon, au moins il est drôle dans son cynisme, contrairement à Minc et les bouffons français de service).

    Très bonne émission par ailleurs, ça fait plaisir de voir un peu de journalisme de qualité exister.


  22. Epsilon Le 17 mai 2013 à 11h13
    Afficher/Masquer

    Je ne trouve pas que ce reportage soit fantastique…Il montre du doigt, les accusés se défendent plutôt bien, au final on a le sentiment qu’au mieux tout va bien, au pire on n’y peut rien…La nocivité est devenue banale est nécessaire, les règles sont telles que personne n’est responsable, à aucun échelon. Pourtant, un profond changement est nécessaire.


  23. celimen Le 17 mai 2013 à 18h19
    Afficher/Masquer

    1. Hum hum, vers 8min du film, le “PNB de BNP Paribas est équivalent au PIB de la France, soit 1500 milliards d’euros” au lieu de parler de l’actif total…sensationnalisme quand tu nous tiens 😉
    2. Vers 10min du film, il y’ a comme un grand vide, laissé par l’émission: “les grandes banques Fr ont économisé 47.9 milliards d’euros en bénéficiant de taux d’intérêts plus bas grâce à la garantie des dépots de l’Etat”…
    Ce qui n’est pas dit, c’est que, sachant que leurs profits font ~15 milliards d’euros, retirez cette garantie et elles sont soit toutes sous l’eau, soit vous sabordez tout un pan d’une industrie (pourquoi pas si elle est néfaste, mais est-ce avéré?) ??


    • Surya Le 17 mai 2013 à 20h44
      Afficher/Masquer

      bah si c’est la Loi du marché il faut laisser faire. Qu’elles coulent.


      • celimen Le 17 mai 2013 à 22h57
        Afficher/Masquer

        c’est votre opinion, qui heureusement n’engage que vous, mais ne vous étonnez pas que ce ne soit pas celle d’un ministre en responsabilités…

        ahhh…vous croyez en la fameuse auto-régulation des marchés…c’est curieux, ici je ne vous crois pas du tout sincère 🙂
        en colère peut-être…mais a t-elle prit la bonne cible?


        • Surya Le 18 mai 2013 à 08h11
          Afficher/Masquer

          C’est pas le principe de base de la destruction créatrice schumpetérienne ? 🙂

          Que les entreprises mal gérées soient nettoyées au profit des entreprises bien gérées qui s’adaptent à un environnement fluctuant ? 🙂

          Si on va par là pourquoi ne nationalise-t-on pas les 30 000 entreprises pour lesquelles on ouvre des procédures collectives chaque année ? Des banques aussi grosses sont totalement inefficaces économiquement. Qu’un état rattrape une banque illiquide ne me pose pas de problème, une banque insolvable c’est autre chose (et vu le peu de fonds propres des grosses banques françaises, à part la BNP, leur solvabilité peut légitimement être remise en cause)

          Comme dit hier sur un billet datant de quelque jour, la législation permet déjà de gérer une liquidation bancaire (même pour un établissement important) proprement.


  24. Andrea Le 18 mai 2013 à 20h10
    Afficher/Masquer

    Dans le passé, un accord tacite a été passé entre la Finance (Banques, Assurances, Traders, Hedge Funds aujourd’hui, etc.) et les Gouvernements.

    Le Gvmt. s’occuperaient du peuple, de la loi, de la crimininalité, de l’impot, du territoire, du social, des transports, etc. mais la gestion de l’argent est sous-traitée en grande partie aux ‘Banques.’

    En partie par manque de competence et de peur de mal faire et d’assumer des responsabilités, en partie pour se dédouanner en cas de crise, en partie pour avoir de l’influence occulte, des partenaires invisibles, des opportunités pour des activités cachées, ou pour simplement se soumettre aux plus puissants.

    (OECD, socialo-démocracie depuis mettons 1955, avec certaines exceptions de controle Etatique..)

    Le résultat est que c’est la Finance – privée, ou semi-publique par les Banques Centrales, des controles soft, etc. – a controlé les investissements, dans la forme de prêts.

    Donc,a dirigé l’économie, toujours dans le sens du ‘profit’, à plus ou moins court terme. Dans des activités extractives; manufacture seulement si les profits sont énormes (p. ex. armes); investissement dans des secteurs ou le ‘peuple’ est pret à payer un max sans broncher jusqu’au dernier centime, p. ex. immobilier, santé, scolarité des enfants, tout ce qui est nécessaire pour une vie correcte dans une communauté donnée.


  25. kiko Le 24 août 2014 à 15h07
    Afficher/Masquer

    Bonjour,
    cette vidéo n’est plus disponible, inutile de proposer/conserver le lien.


Charte de modérations des commentaires