Les Crises Les Crises
20.mars.201820.3.2018 // Les Crises

[Vidéo] Va-t-on manquer de pétrole d’ici 2 ans ? Par Olivier Berruyer

Merci 375
J'envoie

Source : Boursorama, Olivier Berruyer,

Selon l’AIE, la demande de pétrole devrait fortement augmenter à partir de 2020. Et dans le même temps, certains champs pétrolier devraient commencer à s’épuiser. La pénurie qui nous menace est-elle une fatalité ? Le point de vue d’Olivier Berruyer, auteur du blog Les Crises. Ecorama du 6 mars présenté par David Jacquot sur boursorama.com

Source : Boursorama, Olivier Berruyer,

Croissance annuelle de la demande de pétrole :

Intéressant graphique montrant le solde de consommation de pétrole (importateurs en violet, exportateurs en vert) :

Découvertes et production annuelles de pétrole :

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Theoltd // 20.03.2018 à 07h26

Ben on fait la guerre en Irak, en Libye, en Syrie, de manière a casser ces pays. ça ne rajoute pas du pétrole, mais au moins, avec leur chute du niveau de vie, ces pays ne consommeront plus le leur. ce qui en fait plus pour l’exportation et pour plus longtemps. On colle des sanctions a l’Iran, pour ralentir son développement, donc sa consommation. On garde son pétrole pour plus tard.
Ensuite on attaque le rouble, de manière a ce que la Russie soit obligee de produire le plus de pétrole possible pour équilibrer son budget, et on fait des attaques sous faux drapeau pour lui coller des sanctions de manière a bien ralentir son développement économique.
Plus tard, via une révolution colorée, on espère encore pouvoir la mettre a genoux complètement: Ainsi, les russes ne consommeraient qu’une partie infime de leur pétrole et exporteraient tout le reste. Ils marcheraient en haillons dans la Rue, comme a l’époque d’Eltsine. Mais il y aurait abondance de pétrole en Europe.
Enfin, quand on ne pourra vraiment plus jouer sur l’offre des pays exportateurs, (ce qui est peut être pour bientôt) on jouera sur la consommation en l’Europe. Pour ça, le mieux, c’est quand meme une forte et brutale diminution du nombre d’habitants. Genre 1939-1945, mais en pire, de manière a pouvoir repartir avec des reserves raisonnables par rapport a la consommation.La Russie sera de nouveau impliquée. La phrase “plus de pétrole” a quand meme un sens très relatif. Avec 50 millions de Barils jours, pour moins de monde, on peut encore tenir très longtemps.

96 réactions et commentaires

  • Gglosmahnificos // 20.03.2018 à 06h50

    C’est simple, carré , peu discutable, ont fait quoi alors?

      +3

    Alerter
    • Theoltd // 20.03.2018 à 07h26

      Ben on fait la guerre en Irak, en Libye, en Syrie, de manière a casser ces pays. ça ne rajoute pas du pétrole, mais au moins, avec leur chute du niveau de vie, ces pays ne consommeront plus le leur. ce qui en fait plus pour l’exportation et pour plus longtemps. On colle des sanctions a l’Iran, pour ralentir son développement, donc sa consommation. On garde son pétrole pour plus tard.
      Ensuite on attaque le rouble, de manière a ce que la Russie soit obligee de produire le plus de pétrole possible pour équilibrer son budget, et on fait des attaques sous faux drapeau pour lui coller des sanctions de manière a bien ralentir son développement économique.
      Plus tard, via une révolution colorée, on espère encore pouvoir la mettre a genoux complètement: Ainsi, les russes ne consommeraient qu’une partie infime de leur pétrole et exporteraient tout le reste. Ils marcheraient en haillons dans la Rue, comme a l’époque d’Eltsine. Mais il y aurait abondance de pétrole en Europe.
      Enfin, quand on ne pourra vraiment plus jouer sur l’offre des pays exportateurs, (ce qui est peut être pour bientôt) on jouera sur la consommation en l’Europe. Pour ça, le mieux, c’est quand meme une forte et brutale diminution du nombre d’habitants. Genre 1939-1945, mais en pire, de manière a pouvoir repartir avec des reserves raisonnables par rapport a la consommation.La Russie sera de nouveau impliquée. La phrase “plus de pétrole” a quand meme un sens très relatif. Avec 50 millions de Barils jours, pour moins de monde, on peut encore tenir très longtemps.

        +110

      Alerter
      • douarn // 20.03.2018 à 08h00

        Bonjour Theold
        C’est effectivement un plan qui permettra aux riches de la planète de maintenir leurs train de vie. L’exemple du pétrole nigerian illustre bien je croix les difficultés qui attendent les occidentaux qui s’approprieraient ces réserves : replis identitaires locaux des populations appauvri, vols, attaques, sabotages de pipeline, corruption, pollution par le pétrole de l’environnement détruisant des ressources alimentaires ce qui alimente en retour la pauvreté. C’est une guerre asymétrique entre les populations et les compagnies. L’histoire montre que les guerres asymétriques ne finissent pas toujours par la victoire du plus fort.
        https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/petrole-apres-une-attaque-au-nigeria-chevron-voit-sa-production-reduite-569749.html
        http://journals.openedition.org/com/6344
        https://www.connaissancedesenergies.org/nigeria-les-immenses-defis-petroliers-du-nouveau-president-150929

          +11

        Alerter
      • Somebulles // 20.03.2018 à 08h14

        Envahir l Irak a permis a ce que le petrole irakien ne soit pas exploité et donc de maintenir les benefices des texanes.
        Envahir la Libye a permis une hausse considérable des cours permettant des bénéfices considérables une courte durée générant de quoi financer les “printemps.

          +8

        Alerter
        • douarn // 20.03.2018 à 12h51

          Bonjour Somebulles
          Comme tout dans la vie est question de bilan, je croix que les bonnes questions sont : – Combien a coûté la guerre en Irak?
          – Combien ont gagné ceux qui ont profité à cours terme de la manne irakienne?
          – Le bilan à moyen terme sera t-il positif ou négatif?

          Si vous avez des chiffres ce serait super…

            +3

          Alerter
          • Marc // 20.03.2018 à 19h55

            Desolé mais ce ne sont pas les bonnes questions… la guerre en Irak a coûté peu concrètement aux usa, uniquement virtuellement en dette, ce qui n’est pas problématique pour eux pour le moment

            Et cette guerre leur a beaucoup rapporté : les usa doivent dépenser beaucoup afin qu’il y ait beaucoup de dollars en circulation… c’est pas parce qu’ils sont dépensiers, ça leur revient toujours en une sorte de retour sur investissement. ..

              +5

            Alerter
          • vert-de-taire // 21.03.2018 à 18h17

            Payer la guerre avec de l’argent virtuel i.e. de la dette achetée par le reste du monde, c’est du gateau.
            Enrichir les multinationales des Etats-unis avec cette dette cela devient du grand art …

            Donc le coût oui,
            mais pour QUI ?

              +6

            Alerter
      • jessim // 20.03.2018 à 09h35

        La diminution brutale des habitants est possible mais il faudrait une guerre monstrueuse entre pays à forte population typiquement Chine contre Inde pour qu’il y ait un impact significatif. Pour moi les élites misent plus sur une transition démographique, c’est à dire qu’ils misent sur le fait que les familles fassent de moins en moins d’enfants et ça marche car a part l’Afrique Subsaharienne tous les pays ont presque fini leurs transitions démographique.

        Pour arriver à ses fins, on fait tout pour détruire la famille, on fait croire aux gens que le célibat c’est génial, on fait croire aux femmes qu’élever des enfants est une tâche rétrograde, on fait la promotion du libertarisme et de la débauche du coup il y a moins de mariage et les couples durent bien moins longtemps qu’avant sans compter l’explosion des divorces… Cela fonctionne très bien avec la civilisation occidentale et c’est en train de très bien marche en Amérique du Sud, Asie et en Afrique exception faite du Sud Sahara.

          +32

        Alerter
        • Theoltd // 20.03.2018 à 10h20

          Entièrement d’accord sur toutes les méthodes que vous avez citées. La guerre reste l’option la pire et la moins probable, mais Poutine a bien expliqué qu’il préférerait la guerre (nucléaire) a un lent étouffement….

            +6

          Alerter
          • Bouddha Vert // 21.03.2018 à 23h11

            Bonjour,

            Un lien s’il vous plait!
            Merci

              +2

            Alerter
        • vert-de-taire // 21.03.2018 à 18h19

          Et les épidémies ?
          humaines ou animales ?
          ou encore sur les récoltes ?

          bref il y a de quoi faire.
          chaque cas n’excluant pas les autres.

            +1

          Alerter
      • bizmarco // 20.03.2018 à 09h53

        @Theoltd
        Vous avez oublié de faire référence au pays disposant apparemment des plus grandes réserves de pétrole mondiales à savoir le Venezuela…

          +7

        Alerter
        • Theoltd // 20.03.2018 à 10h13

          Oui c’est vrai. Mais on voit qu’une stratégie est clairement en cours également au Venezuela. On empêche son développement coute que coute. Comme les autres, il doit rester une station service pour l’Empire.

            +28

          Alerter
        • yves // 20.03.2018 à 18h22

          Oui mais les réserves du Venezuela c’est du pétrole lourd (un peu come les schistes bitumineux au Canada), pas du tout évident à extraire, et en passant le Venezuela a passé son pic de production depuis un bout de temps :
          http://mazamascience.com/OilExport/output_en/Exports_BP_2017_oil_bbl_VE_MZM_NONE_auto_M.png

            +4

          Alerter
          • Theoltd // 20.03.2018 à 20h10

            Vrai également. Et alors? Ca n’empêche pas de reluquer le pétrole qui lui reste, et de tenter de lui interdire de le consommer….

              +4

            Alerter
      • Charles-de // 20.03.2018 à 10h43

        Theoltd Il y a du délire dans votre théorie : des économies de pétrole pendant la guerre mondiale ??? La population N’A PAS DIMINUé au total, malgré 50 millions de morts ! Quant aux milliers de chars, de camions, de navires, de sous-marins et d’avions de toutes les armées, ils n’ont pas dû faire baisser la consommation de pétrole !!!

          +7

        Alerter
        • Theoltd // 20.03.2018 à 12h07

          Du délire vraiment? regardez les faits, les pays, les guerres, enlevez le bruit destine a semer la confusion dans les esprits, et le plan est la. Certes la guerre est très peu probable. Mais nous ne sommes plus en 1940. La population mondiale est beaucoup plus nombreuse. Aussi, Le projet principal est réellement de casser les grands pays producteurs, afin qu’ils restent exclusivement exportateurs. Car a force de se developper en exportant son pétrole, un pays exportateur de pétrole peut parfaitement devenir importateur. Ce qui est impensable comme vous pouvez le comprendre.
          On a deja economisé beaucoup en délocalisant quasiment toute notre production en Chine, ou celle ci est assurée grâce au charbon. Mais comment allons nous réaliser la prochaine grande économie, pourtant indispensable? C’est le casse tete de nos dirigeants actuels. De plus, comment va évoluer le Monde, si la Russie se pose en défenseur des autres pays producteurs? va t on assister a une hausse spectaculaire du prix du Pétrole, qui mettrait nos economies a genoux? Le permettrait on?
          Si vous avez une théorie qui permet d’expliquer la marche du Monde, exposez la, et sans invectives please.

            +11

          Alerter
      • Christophe V. // 20.03.2018 à 12h24

        Les USA – et/ou autre.s puissance.s émergente.s – arriveront-ils à monter les pays russeuropéens les uns contre les autres pour en ralentir les besoins de consommations ?
        Les USA – et/ou autre.s puissance.s émergente.s – arriveront-ils à monter les pays asiatiques les uns contre les autres pour en ralentir les besoins de consommations ?

        Peut-être , peut-être pas ! Va savoir comment les peuples vont, cette fois-ci grâce ou à cause d’internet, comprendre où est vraiment leur intérêt ?
        Pour le moment on est plutôt vers “l’enfer c’est les autres” peuples.
        Bouh, froid dans le dos. J’voudrais pas avoir 20-40 ans aujourd’hui

          +2

        Alerter
        • Paul // 21.03.2018 à 08h12

          Pour la partie Asie, je ne pense pas. Les nouvelles routes de la soie chinoises semblent bien parties pour regrouper les pays autour d’intérêts communs….pour ce qui est de l’Europe en revanche…..

            +0

          Alerter
      • christian gedeon // 21.03.2018 à 12h42

        Ce qui m’épate toujours,c’est l’évacuation du caractère humain et absurde des guerres…nous avons tellement peur,que nous cherchons systématiquement à trouver une explication rationnelle à nos questionnements et aux “situations “. Le pétrole,les matières premières,les systèmes politiques,et j’en passe.En oubliant ce que nous sommes et d’où nous venons. Nous sommes,par nature, des prédateurs. C’est difficile à accepter,et pourtant…relire Konrad Lorenz,L’Agression. La disparition progressive,et semble-t-il inéluctable du catholicisme,qui malgré ses très nombreux défauts, a été,comme l’Orthodoxie,un élément relativement stabilisateur,la prégnance des matérialismes de gauche comme de droite,censés être libérateurs,et en réalité infiniment esclavagistes et massacreurs, sont pour l’Occident,une calamité horrible. Le retour de l’Orthodoxie en Russie est une chance inouïe de renouer avec un long et difficile chemin vers le message d’Amour et de Paix…

          +4

        Alerter
      • redge // 21.03.2018 à 13h57

        Piquer dans l’assiette des autres marche un certain temps tant que l’on pense que vous êtes fort. Or au vue de ce qui ce passe en Syrie ou la plus grande armée du monde (enfin la plus chère) a été mis a mal tactiquement par les petites armées Russe Syrienne et Iranienne (en budget homme etc..). Ne parlons même pas du petit pays “crève la faim” qui tient tête cette gigantesque armé. De plus cette grande armée a un dirigeant à sa tête fortement contesté par ces propres citoyens. Cela sent le changement et il n’est pas dit que les occidentaux puissent encore longtemps manger dans l’assiette des autres en finançant cette force par des déficits abyssaux surtout que les usines ne sont plus chez eux.

          +5

        Alerter
    • Nicolas // 20.03.2018 à 07h27

      Vous avez entendu parler du survivalisme ?
      Blague à part, les tambours de guerres sonnent, la répression policière augmente, la surveillance également. Tout est mis en place pour le contrôle des masses, pourquoi d’après vous ?
      Bon courage à nous !

        +22

      Alerter
    • Jaussaud Pierre // 20.03.2018 à 08h33

      Peu discutable ? à voir! Combien de pétrole dépense-t-on à faire la guerre (bateau, avions et véhicules au sol)???

        +12

      Alerter
      • Theoltd // 20.03.2018 à 09h36

        Moins que dans les bouchons, pendant un départ de vacances en pleine prospérité économique!
        Contrairement a nous, les soldats au moins, utilisent les transports en commun! (pour se rendre sur leur lieu de travail 🙂 )

          +12

        Alerter
      • Christophe V. // 20.03.2018 à 12h30

        En tout cas, sur cette courbe d’évolution de la consommation d’énergie, la 2cd guerre mondiale n’a eu aucun impact mesurable.
        Seul le prix (choc de 74 & 78, pic près crise de 2008) a provoqué des baisses substantielles

        https://www.agoravox.fr/local/cache-vignettes/L448xH207/petrole_1920f5e4-0344f.gif

          +1

        Alerter
        • vert-de-taire // 21.03.2018 à 18h30

          Normal.
          L’effort de guerre des Etats-Unis était extraordinaire !
          Puis a suivi une reconstruction en Europe qui a permis de le continuer
          mais sous forme de profits …

            +0

          Alerter
    • svl // 20.03.2018 à 14h31

      C’est simple, carré, peu discutable…

      Profites de la vie car tu as plus de chance de voir une invasion extraterrestre que la fin de ce système …même s’il semble falloir le modifier.

      Le principal problème de la race humain est son Ego…

      au plaisir

        +3

      Alerter
  • douarn // 20.03.2018 à 07h32

    Bonjour
    Il y a 40 ans, il y avait pour 40 ans de pétrole à 10$/baril. Aujourd’hui, il y a pour 40 ans de pétrole à 100$/bl, dans 40 ans il y aura encore du pétrole à 500$/bl, dans 500 ans, il y aura etc.

    Conclusion, il y aura encore du pétrole pour ceux qui pourront se le payer. J’aimerais cependant attirer votre attention sur l’étrange co-évolution des croissances économiques, dettes souveraines et importations d’hydrocarbure : http://petrole.blog.lemonde.fr/files/2015/08/rech-croissance-dette-souveraine-importations-hydrocarbures.png

    Une petite objection enfin, aucune loi simple ne relie le volume de pétrole consommé au prix du baril. Je vous renvoie au super graphique de M. Jancovici :
    https://jancovici.com/publications-et-co/articles-de-presse/le-petrole-est-il-elastique/

      +13

    Alerter
    • jean // 20.03.2018 à 07h51

      Jancovici n’a jamais déclaré et encore moins affirmé qu’il y avait du pétrole pour 40 ans renouvelable tous les 40 ans , bien au contraire , plus précisément il prouve que notre niveau de vie est strictement lié à toutes les transformations de ce produit depuis 150 ans , et que, en étant des plus optimistes
      LA MOITIE DU STOCK EST DEJA PARTI en fumées.
      Que faire après ? j’en sais rien , c’est pas moi qui ai découvert ce produit miracle ….. ou mortifère et de surcroît, j’ai 65 ans …….. plus 40 ans , tu vois l’état de ton contradicteur 🙂

        +3

      Alerter
      • douarn // 20.03.2018 à 12h58

        Bonjour Jean
        Ce n’est pas M. Jancovici qui affirme cela, c’est M. Meilhan.
        Le pétrole est une source d’énergie tant que son exploitation produit plus d’énergie que l’énergie qu’il y est investie (EROEI>1)
        S’il est plus dépensé d’énergie qu’il n’en est récupéré, le pétrole restera une matière première (pour l’industrie chimique, pharmaceutique, cosmétique, …) chère. Du pétrole, il y en a pour longtemps, mais passé le pic de production les barils deviendront de plus en plus difficiles à extraire.
        Qui pourra se les payer?

          +1

        Alerter
    • 5cents // 21.03.2018 à 01h34

      Il n’y a pas que le prix d’extraction qui compte c’est coût énergétique qui augmente. Lorsqu’il faudra plus d’un joule pour extraire un joule de pétrole il ne sera plus une source d’énergie mais sera toujours utile pour d’autres applications (plastique).

        +2

      Alerter
  • TC // 20.03.2018 à 07h44

    J’ai lu quelques part que les usa étaient devenus le premier pays producteur devant la Russie mais contrairement à elle ils ont toujours un solde importateur.

      +3

    Alerter
    • Alfred // 20.03.2018 à 09h02

      Il ne s’agit pas du même type de pétrole et il ne permet pas simplement les mêmes applications.. le pétrole issu de l’extraction coûteuse et polluante des sables bitumineux est légers et convient pour la chimie et pour faire de l’essence. Un pétrole plus classique et plus lourd permet de faire de l’essence mais aussi du diesel et du kérosène dans le processus. Il me semble.
      Par ailleurs les raffineries sont adaptées au marché à un temps donné. Elles ne sont toujours pas tout à fait adaptées aux us en ce moment (il me semble).

        +2

      Alerter
      • Blouvecono // 20.03.2018 à 09h25

        Petite précision les pétroles des sables bitumineux sont des pétroles lourds, au contraire. C’est pour ça que le Canada est devenu premier importateur de pétrole aux USA qui l’achètent pour le mélanger avec leur petrole de roche mère (shale oil), lui au contraire très léger. Comme ca ils obtiennent un pétrole convenable pour leurs raffineries.

          +6

        Alerter
        • Alfred // 20.03.2018 à 11h54

          Exact je me suis emmêlé les pinceaux. Je voulais faire apparaitre le fait que le type de pétrole extrait avait des conséquence sur les mouvements d’importation et d’exportation (ainsi que la nature des infrastructures) puisque tout ne convient pas à tout.

            +1

          Alerter
  • Duracuir // 20.03.2018 à 07h45

    Je le répète, Elise Lucet devrait faire appel à Olivier pour transformer ses aventures de Bibi Fricotin chez les ripoux en véritables réquisitoires sans appel.

      +23

    Alerter
  • BA // 20.03.2018 à 07h53

    Les néonicotinoïdes.

    A propos des néonicotinoïdes :

    Les néonicotinoïdes détruisent les insectes des campagnes françaises. Conséquence :

    Les oiseaux disparaissent des campagnes françaises à une vitesse « vertigineuse ».

    http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2018/03/20/les-oiseaux-disparaissent-des-campagnes-francaises-a-une-vitesse-vertigineuse_5273420_1652692.html

      +11

    Alerter
    • Christian Gedeon // 20.03.2018 à 09h55

      D’accord sur ce sujet,et finissons en avec les “gentils agriculteurs”. Même si des transformations sont en route,globalement,le monde agricole est vecteur actif et résistant d’une agriculture chimique redoutable. Au prix de sa santé d’ailleurs. Le coupable est encore et toujours le même. Monsanto et cie? Ce serait la bonne réponse facile et tellement populaire. Ben non,en fait. Le coupable? Tous ceux qui veulent bouffer pour rien ou presque( ce qui est le cas). Je ne parle pas des pauvres. Mais bien de la majorité. Pour pouvoir économiser pur le scootaire,les vacances en club tout compris,le changement régulier de bagnole et les fringues fabriquées en Chine ou au Bangladesh. In fine le “peuple” est toujours responsable de ce qui lui arrive. Il veut tout pour rien. Un jour il n’aura pas grand chose pour cher…

        +13

      Alerter
      • TuYolPol // 20.03.2018 à 12h39

        Le “monde agricole” n’est pas uniquement intoxiqué par la FNSEA, il y a ceux qui militent et agissent autrement. Et le consommateur, qui n’est pas un pouvoir, reste moins coupable que l’organisateur, le législateur, le corrupteur, qui en sont tous. L’analyse des rapports de force est sans appel. Je pense même que c’est contre-productif d’abandonner “le peuple” aux gémonies. Ce bon vieux discours, de même que “l’homme est un loup pour l’homme”, débouche sur le mépris voire le cynisme, je ne dis pas en ce qui vous concerne, mais il va très bien aux dominants, dont le sentiment de supériorité se trouve conforté. L’abandon de l’éthique commence comme cela. Je trouve.

          +15

        Alerter
      • Gglosmahnificos // 21.03.2018 à 06h34

        je suis tout à fait d’accord avec votre analyse. J’ai 50 ans, je suis agriculteur et à la place du bac j’ai passé un Brevet de Technicien Agricole , j’avais des cours d’économie ou le prof nous expliquais que l’agriculteur était la pour fournir la nourriture la moins chère possible…. Tel a été la doxa dans laquelle nous avons été élevé …on voit les dégâts maintenant !…. Moi je suis en bio, en vente directe, je gagne honnêtement ma vie, et je doit avouer que je suis ravie d’emmerder ( un peu…) le système …. Quand je vois que le lait est payer aujourd’hui le même prix que pendant mes études’… Pareil pour l’agneau… Pffff…… Et attention! Je vend en direct, il y aurais pas mal a dire sur le comportement des consommateurs aussi….

          +16

        Alerter
  • Blouvecono // 20.03.2018 à 08h59

    Bravo Olivier et merci d’alerter sur ce point! Une précision en complément : au-delà du problème quantitatif que tu soulignes , va se poser très prochainement un problème qualitatif. Pour faire simple, le pétrole de schiste est un pétrole très léger dont peu de raffineries veulent, d’une part, car il ne permet pas de produire les produits raffinés 1- à forte marge et 2- dont les clients ont besoin d’autre part . Je detaillerai ça dans une note à venir (“Dès l’année prochaine, LE pétrole n’existera plus”) que je te ferai parvenir.
    Amitiés
    Benjamin

      +6

    Alerter
  • Nouréiev // 20.03.2018 à 09h12

    Si on avait le choix, de deux mots choisissons le moindre et j’aurais presque envie de dire “vive le réchauffement climatique !”

      +3

    Alerter
    • Alfred // 20.03.2018 à 13h22

      Le réchauffement climatique n’implique pas que vous ayez plus chaud là où vous trouvez. Vous pourriez très bien vous retrouver à avoir bien plus froid. Par ailleurs préférez vous voir passer chez vous 250 millions de personnes qui fuient un désert grandissant ou 50 millions qui fuient l’avancée de glaciers?

        +4

      Alerter
      • patrick // 20.03.2018 à 17h03

        Pour l’instant ceux qui fuient , fuient les bombes ou le chaos que nous avons largement contribué à installer.
        Mais c’est beaucoup plus pratique d’agiter le spectre des réfugiés climatiques , rien ne prouve qu’il y en aura.

        Au Moyen Age et à l’époque Romaine il n’y avait plus de glaciers et ces deux périodes ont été plutôt prospères.

          +3

        Alerter
        • vert-de-taire // 21.03.2018 à 18h42

          Et le changement beaucoup plus progressif !

          Donc la nature (le vivant) n’a pas été bouleversé.
          C’est la brutalité qui NOUS pénalise,
          notre résilience est faible, globalement (mégalopoles)
          car l’habitant du haut atlas vivra pareil sans pétrole …

            +0

          Alerter
        • Bouddha Vert // 21.03.2018 à 23h31

          Bonjour,

          Il n’y avait plus de glacier?
          Et Ötzi?
          On l’ retrouvé dans un réfrigérateur à 3200 mètres d’altitude?

          Non Ötzi, on l’a retrouvé en 1991, et ça faisait 4500 ans qu’il attendait là, bien au frais.

            +1

          Alerter
  • Nicolas Anton // 20.03.2018 à 09h23

    Si on regarde votre graphique le pic de production intervient 50 ans après le pic de découverte ce qui est généralement admis. Ce qui est étonnant c’est qu’un pays comme les USA qui a connu son pic de découverte en 1930 pic de production en 1970 (11M/barils/jour) , qui affichait une production de 4 M/barils/jour (pétrole conventionnel) en 2007 se retrouve aujourd’hui à produire 11M/barils/jour ?

    Ils annoncent une production en 2017 de 5 à 5,5 M/barils/jour en pétrole de schiste. Cela veut dire qu’entre 2010 et 2017 ils ont réussi à sortir la moitié de la production annuelle de l’Arabie Saoudite depuis leur sous-sol. Je suis étonné qu’on ne fasse pas plus de pub à un tel .. miracle. A moins que.

      +3

    Alerter
    • tepavac // 20.03.2018 à 10h39

      “un tel .. miracle. A moins que.”

      Pétrole libyen ?, Syrien ? Irakien ?

        +3

      Alerter
    • Nicolas Anton // 20.03.2018 à 12h19

      Angola également devenu producteur n°1 d’Afrique depuis 2016.
      “La coopération entre l’Angola et les États-Unis sera la priorité en 2018”.
      Les US consomment 19 M/barils/jour. Proprement hallucinant quand on sait que 45 millions d’individus sont aux food-stamp.

        +3

      Alerter
  • Tassin // 20.03.2018 à 09h28

    Ce présentateur télé est particulièrement insupportable : coupure de parole, déclaration de bêtises avec assurance et condescendance… Ce n’est quand même pas lui qui est interviewé!

      +9

    Alerter
    • MichelR // 20.03.2018 à 10h51

      Ben oui,ce type est présentateur ,pas journaliste, bien incapable, d’ailleurs

        +4

      Alerter
    • DFilippi NZ // 20.03.2018 à 23h21

      D’un autre côté, il est très représentatif de la culture régnant dans la sphère économique, cad une culture autiste avec des théories, des raisonnements… hors sol. Rappeler la finitude du monde, comme le fait Olivier, ça a l’effet d’une douche froide! Ce pauvre bougre de journaliste essaie de s’accrocher comme il peut aux vérités propagées dans son monde d’homo economicus sans limites, mais il réalise au cours de l’interview qu’il est assis sur un château de carte…. Il est entrain de passer de 0 a 1 sur l’echelle de Dmitry Orlov!

      Le contraste entre le journaliste et Olivier est saisissant. Le fait que la finitude du monde soit défendue par un représentant de ce microcosme a un effet très déstabilisant et dévastateur.
      La panique du journaliste qui en résulte m’a fait bien marré… mais c’est du cynisme de ma part.

        +1

      Alerter
  • Christian Gedeon // 20.03.2018 à 09h42

    Oups…un marronnier ? Chez M. Berruyer? Qu’ouis je? Que lis je? Il est possible qu’il y ait moins de pétrole. A ce jour,on n’en sait fichtre rien,en fait. Pas plus qu’on ne connaît les dernières découvertes en laboratoire des énergies du futur,comme la fusion,ou les énergies cosmiques,ou Dieu sait quoi encore. Mais le filon pétrole va être exploité jusqu’à la corde,ne serait ce que pour le pognon et l’impact géopolitique. Basiquement,les problèmes réels arriveront bien plus tôt ,avéc l’explosion démographique,les pénuries alimentaires,la pollution et la mise à la marge de plus en plus prégnante d’une partie des sociétés,camouflée par le “revenu moyen” .si ça doit peter ,ce qui n’est pas écrit, ça viendra de la révolte des “gueux”. De ceux qu’on camoufle derrière les statistiques. Mais bon,ce n’est pas pour demain,ni après demain. Le nouvel empereur de Chine vient de serrer la vis drastiquement,et ce n’est pas par hasard. 250 millions de travailleurs migrants,inter chinois,sans autre droit que celui de fermer leur gueule…et ce n’est que l’exemple le plus frappant. Non,le pétrole n’est pas le problème .le problème est la multitude,qui à travers le monde,est en train de perdre son statut d’être humain. Le néo esclavage est plus qu’en marche,il est la ,et nous faisons les autruches.

      +5

    Alerter
    • DFilippi NZ // 21.03.2018 à 02h29

      On ne peut pas dissocier la consommation énergétique de la démographie. Sans l’utilisation du pétrole/charbon, la terre pourrait supporter tout au plus 500 millions de personnes. Les 7 milliards d’habitants sur terre sont possibles grâce a l’utilisation du pétrole et du charbon.
      La révolution verte en Inde, l’agriculture industrielle, le bâtiment, les transports, les vêtements, votre portable, les infrastructures, la chimie, tout n’est que pétrole et charbon. L’explosion de la démographie résulte de l’abondance d’énergies carbonées sur un siècle.
      Maintenant comme les EROI de la plus part des énergies fossiles et minerais se dégradent très rapidement* et que les stocks s’épuisent alors il n’y a pas besoin d’être devin pour voir que l’avenir ne va pas être radieux….
      Assez rapidement on va se confronter a un problème de ressources globales (pétrole lithium, tantale, cuivre, argent, platine, neodymium….). Il n’y a déjà pas assez de Lithium facilement extractible sur terre pour les projets de bagnoles de Musk** alors je vous laisse apprécier le succès des transition énergétiques a l’échelle globale.
      La crise de 2008 résultant déjà d’un problème de disponibilité du pétrole***, c’est donc bien a travers le prisme du volume d’énergies fossiles/minerais disponibles qu’il faut voir les futures tensions géopolitiques et crises financière.

        +5

      Alerter
      • DFilippi NZ // 21.03.2018 à 02h31

        Les references:

        * https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0301421513003856
        ** https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0306261913002997
        *** https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0360544211003744

        PS: Faire porter la survie de la partie carbonée de l’humanité sur une hypothétique découverte scientifique miracle…. et bien on n’a pas le cul sorti des ronces! Je ne partage votre croyance techno-salvatrice, bien qu’ayant été ingénieur de recherche au CEA.

          +5

        Alerter
        • vert-de-taire // 21.03.2018 à 18h52

          Et Astrid alors ?
          Qui va permettre de produire de l’électricité avec nos déchets (l’uranium 238).
          Donc pour des milliers d’années .. véridique.

          On est sauvé !

          à peine irradiés.
          car c’est promis : coef de perlimpinpin négatif: ça ne peut pas péter, même sans refroidissement. Enfin c’est étudié pour.

          Le miracle est pour bientôt, encore quelques milliards et une 20aine d’années, la France sera prête…

          et puis on a le Thorium
          et puis la fission (Iter il faudra attendre au moins 50 ans si ça marche un jour)

          on a des protos en cours dans le monde. Pas prêts car il reste du pétrole/gaz.
          Faut pas tout casser.

            +0

          Alerter
          • DFilippi NZ // 22.03.2018 à 04h12

            Soyez rassuré, ça va être bientôt retour au potager sans passer par la case transition verte ou nucleo-verte!

            Je vous renvoie sur cette très bonne conférence du spécialiste français de la finitude des métaux https://www.youtube.com/watch?v=nC298VoNaU4
            Reponse a 1h37 pour le nucleaire et de 20″10 a 27″ pour les renouvelables.

            … je retourne a mon potager.

              +0

            Alerter
    • Bouddha Vert // 21.03.2018 à 23h40

      La révolte des gueux est effectivement une conséquence de la déplétion sur nos ressources.
      Le fait que nous soyons nombreux ne change rien au problème, seule la croissance pose un problème.

      Remarquable lien pour intégrer la dimension de l’exponentielle.

      PS: la traduction Youtube est largement suffisante.
      https://www.youtube.com/watch?v=vqBTkxX7hVE
      Bon visionnage

        +0

      Alerter
  • DocteurGrodois // 20.03.2018 à 10h03

    Olivier a-t-il fait un pari? Paiera-t-il une tournée générale le 20 Mars 2020? Suspense.

    Il n’y a aucun doute que l’ère du pétrole s’achèvera un jour, car au final les réserves de pétrole sont physiquement limitées. Mais prédire 2 ans me parait un peu court.

    N’est-il pas logique que la production et les découvertes baissent quand on sait que les pays des grandes régions pétrolifères sont en guerre, en situation d’instabilité permanente, ou sous embargo?

    De même, peut-on faire confiance aux données de pays grands producteurs comme l’Arabie Saoudite qui ont peut être un intérêt à les sous-évaluer?

      +2

    Alerter
    • René Sigrist // 20.03.2018 à 19h39

      Docteur Grodois. Ce n’est pas la fin des réserves de pétrole qui est prévue pour dans 2 ans, mais une crise passagère de la production, due au manque d’investissements consécutifs à la baisse des prix depuis 2014-2015. Quant à l’évaluation des réserves, les Etats avaient au contraire intérêt à les sur-évaluer pour avoir le droit d’en produire davantage dans le cadre de l’OPEP. Ce qui risque surtout de changer avec la baisse des réserves de pétrole, ce sont les prix, encore que ceux-ci soient d’abord dépendants des investissements consentis, et bien sûr de la consommation.

        +0

      Alerter
    • Bouddha Vert // 21.03.2018 à 23h56

      Dans la vidéo, il manque un peu d’approfondissement sur les techniques d’exploration et d’extraction.

      Il manque donc des capitaux pour l’exploration depuis 2 ans.
      Pensez vous investir massivement vos économies dans cette industrie?
      Faute de quoi les capitaux s’ils n’arrivent pas creuserons encore plus le delta entre ce que nous produisons, ce que nous consommons, ce que nous découvrons et les puits que l’on ferme ou dont la production baisse.
      En effet, même avec des capitaux, il ne suffit pas d’appuyer sur un bouton pour faire sortir ledit pétrole.
      Pas toujours simple, non plus de l’acheminer brut jusqu’à la raffinerie, et pourtant il faudrait le faire.
      Un puit de forage est un chantier à part entière, où les équipes techniques mettent un certains temps pour trouver le rythme de croissance d’abord, puis de croisière et enfin de déclin, et à chaque fois cela chamboule tout et donne lieu à une intendance dès plus fine.

      Bref, c’est pas parce que l’on en consomme de plus en plus, comme des gorets, depuis 150 ans qu’il n’y aura que des raisons techniques pour interrompre la fête.
      Car, nous sommes sous la menace de plusieurs crises qui grondent, elles sont toutes systémiques.

        +0

      Alerter
  • Régis // 20.03.2018 à 10h18

    Connaissez-vous le pétrole abiotique ?
    https://www.youtube.com/watch?v=vBk0EARky9c

      +3

    Alerter
    • Bouddha Vert // 22.03.2018 à 00h15

      Ce monsieur qui vient du rail, et cela est respectable, n’a absolument aucune connaissance en biochimie, pas plus en géologie.
      Il ne connait rien des avancées scientifiques, des découvertes et des interrogations levées dans ces domaines.
      Docteur en doigt mouillé?
      Quant à 1970 et le premier crack pétrolier, les EU avec 7% de croissance de leur consommation de pétrole par an (Doublement tous les 10 ans – X 1000 en 1 siècle) ne pouvaient pas continuer sur cette pente, d’autant que Hubert approchait et le Texas devait en toucher mots au congrès.
      Le pétrole ne s’appelle pas or noir pour rien, c’est de l’or (c’est sûr qu’il va nous manquer…), mais on ne s’en ait pas rendu compte lorsqu’on allait chercher le pain.

        +0

      Alerter
  • JCH // 20.03.2018 à 10h57

    Il est clair que pour chaque occidental qui achète une Tesla ou une Prius, il y a 10 chinois et indiens qui achètent leur première voiture.
    Si le prix du pétrole (qui est loin de son plus haut historique, $65 environ aujourd’hui contre un plus haut de $140) remonte, non seulement la production dans des gisements moins faciles à exploiter va redevenir rentable, mais peut-être aussi que nos 10 chinois et indiens vont estimer qu’il est judicieux qu’eux aussi achètent une Prius (ou reprennent leur vélo)?

      +0

    Alerter
    • patrick // 20.03.2018 à 17h07

      l’écart est même beaucoup plus important , combien de Tesla livrées chaque année ? quelques milliers tout au plus.

      Et l’utilisation de l’hybride n’est pas une solution miracle , on gagne tout au plus quelques litres / 100km.

      Si les prix augmentent , il devient rentable de prospecter mais il y aura certainement moins de consommation , donc la production supplémentaire ne sera pas forcément utilisée.

        +0

      Alerter
  • Vrai Historien // 20.03.2018 à 11h04

    Je trouve très étonnant qu’Olivier Berruyer ait oublié de mettre en lien la conférence des éconoclastes sur le pétrole, et dont il fait partie, et qui ajouterait à sa vidéo un complément d’information non négligeable. Alors puisqu’il ne le fait pas, c’est moi qui vous le mets 😉

    https://www.youtube.com/watch?v=webImd0Jlfo

    A voir également l’intervention lors de la même journée de Nicolas Meilhan sur les énergies du futur, toute aussi passionnante, et qui aurait permise de le mettre en perspective.

    https://www.youtube.com/watch?v=kz0M-I5ZlgY

      +2

    Alerter
  • P. Lacroix // 20.03.2018 à 12h01

    Merci Olivier
    Très intéressant. Le sujet débarque, il y a longtemps qu’ il devrait être évoqué par les médias si l’ on était en démocratie.
    Je redonne le titre du formidable et récent livre de Matthieu Auzanneau ” or noir, la grande histoire du pétrole”. Très documenté sur le sujet et qui, de plus, permet de comprendre beaucoup d’ évènements politiques des 150 dernières années.
    Aussi, ” Pétrole, la fête est finie” de Richard Heinberg, écrit aux USA il y a plus longtemps.

    Résistons !

      +3

    Alerter
  • Boum // 20.03.2018 à 12h06

    GEAB 123 de ce 15 mars : ” anticipations pétrole : 20 mai 2018, retour en grâce du Vénézuela et baisse des cours de manière significative et durable”.
    Bien sûr, l’argumentation est réservée aux abonnés.
    Même aujourd’hui, les avis sont toujours aussi partagés.

      +0

    Alerter
  • occitan // 20.03.2018 à 12h42

    Laissons s’accomplir la dégradation programmée (sauf à Cuba) des services de santé, laissons les multinationales du médicament et de la chimie s’engraisser sur le business de la maladie provoquée, et sans guerre, la population restante pourra faire du vélo sans respirer de particules fines.

      +2

    Alerter
  • Nicolas // 20.03.2018 à 13h48

    Bon, si le pétrole devient très cher à partir de 2025 par exemple, la Russie et quelques autres auront 15 ou 20 ans pour en profiter un maximum avant que les autres sources d’énergie deviennent prédominante. Et là ce seront les pays qui auront misé sur le bon cheval qui se gaveront.

      +0

    Alerter
    • Gaby // 20.03.2018 à 16h59

      Il n’y a pas d’autres sources d’énergies qui peuvent remplacer le pétrole en nous fournissant l’équivalent ou même un peu moins.

      Vous allez me dire qu’il n’y en a pas aujourd’hui mais qu’on les découvrira dans le futur, tout comme on a découvert le pétrole. Mais là vous êtes totalement dans la croyance.
      D’ailleurs, le pétrole n’a pas été découvert parce qu’on en avait besoin et qu’on le cherchait, on l’a découvert, c’est tout, et c’est suite à cette découverte que tout notre mode de production et de consommation a changé. Absolument rien ne nous dit aujourd’hui qu’il existe des sources d’énergies massives et exploitables à peu près équivalentes. D’ailleurs, si elles existaient, je ne vois pas pourquoi elles ne seraient pas déjà exploitées par ceux qui le peuvent.

        +7

      Alerter
      • patrick // 20.03.2018 à 17h10

        C’est clair que si ces solutions existaient nous serions déjà avancés sur le sujet.
        Pour l’instant la seule solution sera de réduire drastiquement notre consommation d’énergie et donc modifier totalement notre mode de vie.

          +2

        Alerter
      • Nicolas // 20.03.2018 à 20h08

        il y a l’hélium 3. C’est très compliqué techniquement et il n’y en a presque pas sur terre, il faut aller le chercher au pole de la Lune. Avant de dire que une anerie, dites vous que ce site et ses commentaires seront probablement encore disponibles dans 20 ans 🙂
        On peut aussi parler du thorium. La Russie arrive a mettre des réacteurs nucléaires sur des missiles, en mets communément sur les bateaux.Les bateaux nucléaires pourraient se multiplier, puis on pourrait avoir des camions nucléaires, et enfin des voitures. Et puis il y a la force des courants éoliens et marins, etc. Bref, il y a des solutions, on verra bien celles qui se développeront.

          +0

        Alerter
        • Laurent // 20.03.2018 à 23h13

          Magnifique, on a trouvé la solution !…

            +3

          Alerter
        • Ragoul // 21.03.2018 à 10h45

          Je rêve de posséder une centrale nucléaire domestique (à fusion?), et ainsi être autonome énergétiquement. Cela dit, l’État trouverait certainement encore le moyen de me taxer et de s’incruster chez moi pour me protéger contre moi-même.

            +0

          Alerter
  • svl // 20.03.2018 à 14h33

    Association Adrastia
    https://www.youtube.com/watch?v=ZfQ1E23uRRI

    Conférence de Vincent Mignerot, chercheur indépendant, 16 juin 2015 à Lyon

      +1

    Alerter
  • yves // 20.03.2018 à 18h29

    Vidéo assez amusante avec toutes les erreur de concepts (du journaliste mais aussi d’Olivier à un moment “stock partent de zéros et reviennent à zéro”, au lieu de production, flux, barrils/jours , mais plus un lapsus qu’autre chose dns ce cas je pense ).

    Sinon il se pourrait bien que le pétrole de schiste US soit vraiment un champ du cygne avec un pic hyper pointu, voir ci dessous les dernières prévisions de Lahererre à ce sujet :

    https://aspofrance.files.wordpress.com/2018/03/lahall19march.pdf

    en particulier les schémas pages 18, et le premier page 21.

      +1

    Alerter
  • Christian Gedeon // 20.03.2018 à 18h36

    Ça fait quarante ans qu’on nous dit que dans quarante ans,il n’y aura plus de…pétrole,charbon,poisson,blé, etc…Dumont avait prévu qu’en 2000 le midi ressemblerait aux zones subsahariennes,entre autres. Vous vous rappelez du trou de la couche d’ozone? Et de comment on devait être grillé comme des cacahuètes? Ben,il s’est refermé. Alors maintenant ce sont les banquises qui fondent et péut etre qu’on va découvrir en Antarctique une civilisation disparue,va savoir. Qui nous rappellera que notre prétention à exister ” pour toujours” est juste risible.

      +1

    Alerter
    • Nicolas // 20.03.2018 à 21h17

      Il s’est refermé parce qu’il y a eu une volonté politique internationale, et le protocole de Montréal. Ce “trou” a eu des conséquences sanitaires dans le sud de l’Amérique du sud. Ça aurait pu être bien pire, heureusement que vous n’étiez pas au pouvoir à cette époque…

        +2

      Alerter
      • christian gedeon // 21.03.2018 à 12h11

        Cher Nicolas,vous m’ôtez les mots de la bouche en quelque sorte
        Je veux dire par là que c’est en avançant raisonnablement et sans ostracismes de nature quasi religieuse,comme c’est le cas contre les climato-sceptqiues,qu’on trouvera peut-être des solutions. Et en n’excluant pas,à priori,que le “réchauffement ” puisse avoir des raisons multiples. Et en évitant la cassandrisation systématique des choses. Car, à dire vrai,on n’ a strictement aucune idée des conséquences des modifications en cours,à long terme. De surcroît,la grande hypocrisie consiste a faire “comme si” l’explosion démograhique n’était pas le premier facteur,au sens étymologique du terme,du “réchauffement “…c’est le principe de l’étable,si j’ose dire. Plus il y a de bêtes dans l’étable,plus elle est en quelque sorte,naturellement chaude. La population de la Terre a doublé,en soixante ans…tirez en les conséquences logiques. Vous comptez faire quoi? Dire aux populations émergentes qu’elles n’ont pas le droit de se développer?

          +0

        Alerter
  • Emmanuel // 20.03.2018 à 18h42

    C’est une opportunité réel de refaire de la croissance avec autre choses que du pétrole employons tous notre génies a développer de nouvelles énergies. les candidates ne manque pas solaire, éolien , hydrolien, géothermie et mon préféré l’hydrogène en pile ou a brûler…je ne parle pas du nucléaire qui ait le problème suivant sur la liste. Nous lancer sérieusement dans cette direction vas créer énormément d’activité et donc de croissance.

      +0

    Alerter
    • René Sigrist // 20.03.2018 à 19h45

      Emmanuel, je vous conseille de vous documenter un peu, par exemple auprès de Jean-Marc Jancovici, avant d’affirmer que nous ne manquerons pas d’énergie dans le futur. Le solaire et l’éolien ne sont que des solutions assez pauvres, l’hydrogène n’est pas une énergie (car il faut de l’énergie pour le produire), et la géothermie n’est exploitable que dans certaines régions.

        +7

      Alerter
  • Jeanne L // 20.03.2018 à 20h49

    Et pendant ce temps là le gouvernement annonce la privatisation des 100 plus grands barrages hydrauliques de France…Filière sabotée, hypocrisie gouvernementale … Socialiser les pertes et faire turbiner les profits… Cela c’est du concret, de l’hic et nunc et pas des plans sur la comète…
    http://lvsl.fr/scandale-de-la-privatisation-des-barrages-une-retenue-sur-le-bon-sens

      +7

    Alerter
  • JBB // 20.03.2018 à 23h31

    2 remarques: Premièrement tout le monde ici devrait se réjouir de la fin prochaine du pétrole vu que le pétrole c’est pas bien pour la planète. Deuxièmement, tout le monde ici semble ignorer la capacité d’adaptation du marché ( marché = tous les gens qui vendent et achètent ). Donc si ( quand) le pétrole viendra à manquer son prix va augmenter, les gens vont s’adapter : les véhicules électriques vont devenir compétitifs pour de vrai, isoler sa maison sera plus rentable, on prendra moins ça voiture pour rien… Il y a des milliards de façon de consommer moins de pétrole, pourquoi on ne le fait pas maintenant? parce que ce n’est pas rentable.

      +2

    Alerter
    • TuYolPol // 21.03.2018 à 00h14

      Je vous conseille d’explorer un peu plus les travaux de JM Jancovici. Votre optimisme me semble chouïa naïf. Le pétrole est une petite partie du problème, une des nombreuses ressources contraintes parmi les nombreux minerais, les espaces naturels, les capacités de régénération. Votre hypothèse est que le marché est un système tellement résilient qu’il est éternel. C’est de cet endoctrinement que l’on doit sortir de toute urgence.

        +7

      Alerter
      • JBB // 21.03.2018 à 00h24

        Le marché c’est l’échange entre les gens, donc il existera tant qu’il restera 2 personnes sur terre.

          +0

        Alerter
        • TuYolPol // 21.03.2018 à 00h49

          Et Dieu dit : que le Marché soit, et le Marché fut

            +3

          Alerter
        • porcinet // 21.03.2018 à 06h39

          Avec une bourse ? Et partager, à deux c’est trop compliqué ?

            +0

          Alerter
          • JBB // 21.03.2018 à 09h59

            Effectivement, à 2 on peut s’en passer, car ça se voit assez vite si l’autre ne fait pas sa part de boulot.

              +0

            Alerter
    • Gglosmahnificos // 21.03.2018 à 06h53

      ouais je suis d’accord, quelque part il semblerais effroyable de vivre une crise qui nous ramènerais aux annees 60…. Niveaux richesse et consommation.
      Je suis né en 65, et mon enfance était chouette! Plus chouette me semble t’il que l’enfance ” connectée ” de maintenant… Va, on en mourras pas de gaspiller un peu moins….

        +2

      Alerter
      • JBB // 21.03.2018 à 10h37

        Sauf que le taux de mortalité infantile était 5 fois supérieur. Alors pour tous ceux qui n’ont pas passé leur 1er anniversaire c’était beaucoup moins chouette.

          +0

        Alerter
        • vert-de-taire // 22.03.2018 à 09h52

          Oui à cause d’imbéciles qui disaient de mettre les nourrissons sur le ventre : ils s’étouffaient
          et autres croyances de crétins dominateurs (les mandarins, il faut se souvenir de cette hiérarchie sclérosante qui a pas mal régressé).
          Les progrès se sont faits surtout sur des comportements. Pas seulement.

            +0

          Alerter
  • robert pierron // 21.03.2018 à 09h22

    Non ça ne tient pas debout ce scenario catastrophe.
    1 c est comme si l opposition aux pays imperialistes n existait pas
    2 comme si lesdits pays avaient cartes blanches et étaient maîtres du jeux: on a vu ce qu il en était en Crimés Ukraine est Syrie etc
    3 la superiorité magistrale armee russe aneantie tout vélléité d envisager la moindre confrontation sans risquer de voir les pays réduits à. Un tas de cendres.
    4 c est pourquoi leur seule strategie est d epuiser les Russes ds une course aux armements.
    Conclusion l augmentation du prix du petrole est une benediction pour l economie russe. Demandez le à leurs economstes qui sont ds le reel et ne perdent pas leur tps en elucubrations .

      +1

    Alerter
    • Bouddha Vert // 22.03.2018 à 00h36

      Il me semble que la problématique ne concerne que les volumes.
      Le prix on s’en fout un peu, parce que des fois il monte et des fois il descend.

      Ce qui est historique, c’est que pour la première fois le monde physique, financier, technique n’arriverait pas conjoncturellement (?) à fournir au monde un peu plus que l’année dernière??

      Alors même que nous sommes tous les jours plus nombreux
      Alors même que nos crédits nous engagent à gagner plus pour ne pas gagner moins
      Alors même que les Hommes veulent tous une maison, de l’eau, de la chaleur, des égouts, une voiture, des études longues pour leurs enfants…

      Bref, on va pas être contents si on nous raconte pas une belle histoire.

        +1

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications