Poverty in Greece

Sur le blog économique Macropolis, Nick Malkoutzis, rédacteur en chef adjoint du journal grec Kathimerini, communique deschiffres qui témoignent des ravages que la crise de la dette a occasionnés dans son pays.

Vu de l’extérieur, les quelques Athéniens décontractés qui dégustent leur tasse de café en terrasse, ou les îliens qui s’attardent à l’apéritif peinent à décrire les conséquences bien concrètes de cette crise pour l’homme de la rue. Et comme nous ne sommes pas confrontés à ce qui se passe dans les salons, bureaux, bâtiments d’usine et les hôpitaux, nous ne pouvons pas voir l’impact réel et dérangeant de la crise grecque. Les indicateurs suivants nous rappellent cependant comment ce pays de l’UE a été catapulté au siècle dernier:

✔ 34,6% de la population vit dans la pauvreté ou dans l’exclusion sociale, ou est susceptible d’y glisser (chiffres 2012).

✔ Depuis le début de la crise, le revenu disponible des ménages a chuté de 30%.

✔ 34,8% des ménages grecs ont des arriérés à l’égard de l’Etat, des banques, de la sécurité sociale ou d’autres services publics.

✔ Plus de 40% pensent qu’il ne seront pas en mesure de remplir leurs obligations financières cette année.

✔ Le Service public de fourniture d’électricité coupe l’approvisionnement électrique de près de 30.000 familles et entreprises chaque mois en raison de factures impayées.

✔ Depuis le début de la crise, le chômage a augmenté de 160%. Près de 3,5 millions d’employés travaillent pour soutenir 4,7 millions de chômeurs et d’inactifs.

✔ Les chômeurs reçoivent une indemnité de chômage de 360 euros pendant les 12 premiers mois de leur chômage. En conséquence, seulement 15% des 1,4 millions de chômeurs reçoivent des prestations. Les travailleurs indépendants (25% du nombre total de personnes actives) n’ont pas droit à ces prestations.

✔ Les transferts sociaux devraient être réduits de 18% cette année. Le budget de la santé a été réduit de 11,1% entre 2009 et 2011. Aucun pays de l’OCDE n’a réalisé une coupe aussi importante sur ce budget.

✔ La pension moyenne de base se monte à moins de 700 euros, et depuis 2010, elle a été réduite d’un quart. Il est prévu que ce montant soit encore réduit de moitié sur les prochaines années.

✔ Pour 48,6% des ménages, la pension est la principale source de revenus.

✔ Selon une étude de l’Université d’Athènes, 12,3% des Grecs souffrent de dépression clinique. Ils n’étaient que 3,3% en 2008.

✔ Environ 800 000 personnes vivent sans accès aux soins de santé et dans certaines régions, des organisations humanitaires telles que Médecins du Monde ont dû se substituer au système de santé national pour fournir des soins et des médicaments aux personnes les plus vulnérables.

✔ La réduction du nombre de seringues et de condoms disponibles pour les toxicomanes a provoqué une forte hausse des cas d’infection au VIH, les faisant passer de 15 en 2009 à 484 en 2012.

✔ Les chercheurs notent également une augmentation de 21% du nombre d’enfants mort-nés, qu’ils ont attribuée aux restrictions d’accès aux soins prénatals.

✔ La mortalité infantile a augmenté de 43% entre 2008 et 2010.

✔ Enfin, le taux de suicide est également en hausse, et alors qu’on en avait compté 400 en 2008, on a dénombré 500 cas de suicides en 2011.

Source : Audrey Duperron, pour Express.be, le 18 mars 2014.

46 réponses à 16 chiffres qui montrent qui paye la crise grecque

Commentaires recommandés

dissy Le 04 juillet 2015 à 01h18

92 pct des pseudo plans de ‘sauvetage’ sont allés vers les banques(Allemagne et France surtout)pour socialiser les pertes,mais ça sarko a juste oublié d’en parler et Hollande n’y tient pas trop non plus.

  1. Caliban Le 04 juillet 2015 à 01h07
    Afficher/Masquer

    cela donne le tournis … puis des envies coupables de voir pendus au bout de leurs cravates les “experts” des institutions financières.

    En complément, un article aussi instructif signalé par M. Jennar : http://www.jennar.fr/?p=4392


  2. yoananda Le 04 juillet 2015 à 01h14
    Afficher/Masquer

    article de pleurniche. Il faudrait montrer les autres chiffres : combien on a donné à la Grèce depuis le début de l’euro, de combien leur sort s’est amélioré avant la crise, et de combien est l’économie grise, combien coûte le clientélisme, etc…
    je ne dis pas que je suis pour l’assassinat financier actuel, mais ça serait bien de ne pas prendre que les infos qui arrangent un certain point de vue pour y voir clair (dans un sens comme dans l’autre).
    soit les grecs sont les gentils, soit l’UE est la méchante en gros, c’est ça ?


    • dissy Le 04 juillet 2015 à 01h18
      Afficher/Masquer

      92 pct des pseudo plans de ‘sauvetage’ sont allés vers les banques(Allemagne et France surtout)pour socialiser les pertes,mais ça sarko a juste oublié d’en parler et Hollande n’y tient pas trop non plus.


      • Joseph Le 04 juillet 2015 à 16h27
        Afficher/Masquer

        Non mais attendez, les banques elles avaient bien prêté au grecs (particulier et entreprises) initialement… Allez jusqu’au bout du raisonnement ne vous arrêtez pas en plein milieu.

        Certes les pertes ont été socialisées (i.e. les crédits refinancer par les créancier publique de type BCE, etc.) mais la contre partie de ces 92 pct, c’est bien de l’argent qui est allée dans les poches des grecs (au sens large)!


        • Gilles Le 04 juillet 2015 à 17h06
          Afficher/Masquer

          C’est ça le problème: “au sens large”. En réalité cet argent n’a servi qu’à des grosses entreprises (étrangères ou pas, mais surtout) qui ont construit des routes des stades …. bref, des infrastructures (nécessaires ou pas), qui ont vendu des sous marins, des helicos etc….bien sur sans oublier de graisser la patte à tous les intermediaires corruptibles possibles et imaginables qui détenaient peu ou beaucoup de pouvoir.

          Mais les grecs, les vrais gens, le peuple quoi !! il n’ont rien reçu. Et c’est pareil ici, en France et partout dans le monde. Comment il faut vous le dire. quant on en sera arrivé au niveau de la grèce, il sera trop tard pour vous réveiller.

          il y en a vraiment marre de mettre la faute sur ” les grecs”. Ca ne veut rien dire et on entend ça partout.

          lisez Naomi Klein “la strategie du choc” ou John Perkins “Confessions of an économic hit man”


          • Joseph Le 05 juillet 2015 à 08h07
            Afficher/Masquer

            Gilles, ce que vous dites est probablement correct (Ceci dit, je n’ai jamais vu d’analyse solide et crédible sur cette question: les pro-euro se contentant de dire que les vilains grecs de veulent pas payer leur dettes et les anti-euro que les vilaines banques ont siphonné tout le fric ainsi que de citer qq contrat d’armement ce qui ne fait pas une analyse, etc.). Comme toujours la situation est délicate et complexe, je plains le peuple grec pour lequel j’ai beaucoup d’empathie. Exonérer la société grec de toute responsabilité en criant à la grande méchante Merkel et sans doute tout aussi stupide que de “mettre la faute sur les grec” en expliquant que ceux ne sont que des fainéants.

            Pour finir, quelque soit sont opinion, nous devrions tous faire preuve de rigueur et d’honnêteté intellectuelle: sous entendre que 92% de la dette est tombée dans le trou noire de la grande pompe à phynance et n’a absolument rien a voir avec la grece de quelque manière que ce soit, c’est colporter une contre-vérité.


            • locaterre Le 07 juillet 2015 à 08h01
              Afficher/Masquer

              http://www.filoche.net/2015/02/02/la-realite-de-la-dette-grecque/

              “C’est donc, au total, 195 milliards d’euros qui sont allés à la Finance et 10 milliards aux marchandes de canon. Un total 205 milliards d’euros sur 207 milliards. La Grèce n’en aurait perçu que 2 milliards.”


          • Lysbethe Lévy Le 07 juillet 2015 à 10h33
            Afficher/Masquer

            Vote ou pas vote, élus ou pas élus, les grands de ce monde ont déjà tracé la gouvernance pour le XXI ième siècle, avec la cybernétique, les nouveaux paradigmes, les ONG, les organisations transnationales (bilderberg; CFR; le Siècle, etc) :

            http://www.oecd.org/fr/sti/prospective/35625932.pdf

            juste après la fin de la guerre froide, les élites avaient déjà tout prévu pour le monde de demain. J’ai parfois l’impression qu’on nous fait croire de décider nous mêmes, d’être libre, que tout est démocratique, mais quand on lit ce genre de rapport on finit par avoir quelques doutes.


    • boduos Le 04 juillet 2015 à 01h24
      Afficher/Masquer

      @yoananda
      il parait que ça n’arrive qu’aux autres !

      d’ailleurs,c’est bien connu,ce sont les prolétaires grecs qui ont réussi à taper le FMI et toutes les banques qui refusent ton crédit pour ton logement ,en dur.


      • lvzor Le 04 juillet 2015 à 03h59
        Afficher/Masquer

        @yoananda

        En fait c’est bien connu, tous les grecs sont milliardaires avec l’argent des européens, qu’ils planquent dans des comptes aux Iles Caïman (ou au Luxembourg?) 😀


    • le Prolo du Biolo Le 04 juillet 2015 à 02h41
      Afficher/Masquer

      40% de la population dans la pauvreté, une pleurnicherie de plus sans doute …
      Peut-être cet audit de la dette grecque vous renseignera-t-il un peu mieux que ces poncifs que vous proclamez ?

      http://www.okeanews.fr/20150617-la-dette-grecque-illegale-illegitime-et-odieuse-selon-le-rapport-preliminaire-du-comite-sur-la-dette


    • Eliaquim Le 04 juillet 2015 à 04h28
      Afficher/Masquer

      Quelle blague, l’argent c’est la corruption. Le maquillage est de meilleure qualité chez nous.


    • Lysbethe Levy Le 04 juillet 2015 à 10h30
      Afficher/Masquer

      Dites yoananda, la réalité vous ferait t’elle peur ? Oui il faut le dire ce que fait la crise et les banques responsables d’un tel massacre, non on le dira jamais assez !

      OUI IL FAUT LE DIRE et le répéter car c’est arrivera demain chez nous en France. Oui les banques demandent que les retraites soient encore plus basses, les salaires encore plus bas, les hôpitaux doivent être fermés pour cause de “non rentabilité” et les services publiques vidés ou privatisés.

      Les écoles gratuites seront payantes ou alors les enfants n’iront pas puisqu’ils iront bosser autant que leurs parents. Le Portugal a déjà ces enfants travailleurs; l’Espagne aussi …Et la France ? Bientôt si elle ne bouge pas plus..

      La classe riche demande a la pauvre de payer pour lui permettre de vivre, elle au dessus de ces moyens .Les riches se montrent là sous leur vrai visage : des parasites haineux que les pauvres osent profiter de leur droits humains pourtant inscrits dans les lois : santé, écoles, droits du travail, droits de l’homme, liberté d’expression… .

      Voilà le “grand plan” voulu par les élites et les banques pour gagner encore plus d’argent la sécu la santé, doivent privatisée au nom du profit.et ne doit plus être accessible a tous. Aux Usa le problème existe déjà et en Angleterre Mme Thatcher a fait la même chose, il faut être riche et bien portant pour vivre bien..

      C’est le système de prédation, qu’il faut dénoncer car l’Europe devient un tiers-monde qui n’aura rien à envier à l’Afrique ou l’Amérique latine…l’Histoire de la Grèce là sous nos yeux c’est notre histoire demain pour nous et nos enfants, petits enfants ! La Grèce est un laboratoire qui va servir de modèle pour toute l’Europe …


      • balthazar Le 04 juillet 2015 à 11h28
        Afficher/Masquer

        vous dites :
        “C’est le système de prédation, qu’il faut dénoncer car l’Europe devient un tiers-monde qui n’aura rien à envier à l’Afrique ou l’Amérique latine…”

        Quand j’étais plus jeune, plus naïf, je ne comprenais pas pourquoi les peuples africains passaient leur temps à se massacrer, à violer, à brûler les terres etc…

        Je voyais bien que cela profitait aux “grandes multinationales”, qui pillaient les richesses des dits pays en se payant un dictateur et sa clique.

        Mais je ne comprenais pas pourquoi les peuples préféraient se massacrer plutôt que de chasser le dictateur, les multinationales et récupérer leurs richesses.

        Maintenant que cela arrive en Europe, que j’ai vieilli, que j’entends les gens autour me dirent “Les grecs, faut qu’ils paient !”, “les musulmans, faut qu’ils soient Charlie”, “les russes, faut les mettre à genoux” etc…
        Je me dis que Goebbels a eu beaucoup de descendants.


    • Maria A. Le 04 juillet 2015 à 11h10
      Afficher/Masquer

      Il ne faut pas oublier que Kathimerini est un journal systémique et pro-mémorandum, donc il ne faut pas s’attendre à quelque chose de révolutionnaire de sa part. Pour le reste Kathimerini et SKAI qui appartiennent à Alafouzos (un oligarque) se sont ouvertement rangés pour le OUI. Ils n’ont pas fait de longs reportages pour les quais pour les affames et pour les quais aux agences d’emploi. Ils ont fait de très longs reportages pour les quais aux ATM.


    • boesch Le 04 juillet 2015 à 11h30
      Afficher/Masquer

      Les infos chiffrées dont on parle sont la conséquence objective d’une politique . Objective parce que repérable et quantifiable d’une part et concordante puisque elle émane de différentes sources et organismes .
      Il s’agit de la détresse d’un peuple qui n’est pas en guerre et qui supporte des souffrances terribles .
      Tout cela à cause d’un dogme et à cause des requins qui veulent faire main basse sur les richesses du pays comme ils l’ont fait en Russie il y a 15 ans comme ils s’apprêtent à le faire en Ukraine et dans tous les pays où ils mettent volontairement le chaos .
      Ils faudrait que les Français se montrent solidaires de ce peuple en le laissant sortir de l’UE, revenir à leur monnaie nationale pour équilibrer leurs comptes grâce à la dévaluation .
      Hervé
      MODERATION: Le lien a été effacé. Ce site n’a pas pour vocation à faire de la PUB aux partis politiques


    • benoit Le 04 juillet 2015 à 12h49
      Afficher/Masquer

      Le meilleur moyen de vous répondre :
      C’était comment la Grèce avant l’UE (reportage de 1981).
      Des chiffres qui parlent d’eux mêmes :
      https://www.youtube.com/watch?v=PN5Go8zuUzs
      La Grèce a tout perdu en entrant dans l’Europe.
      A qui le tour ? Portugal ? Italie ? Espagne ? France ?


      • Anne Le 04 juillet 2015 à 16h54
        Afficher/Masquer

        La réponse de Yoananda me révolte je vois que je ne suis pas la seule.
        Le fil de la discussion est long long…


    • Anne Le 04 juillet 2015 à 16h51
      Afficher/Masquer

      Votre réponse me met plutôt en colère.

      Il ne faudrait pas oublier l’origine de la crise, (dont les problèmes actuels découlent), qui a contaminé les banques européennes, et fait crouler les états sous les dettes.

      Cette crise vient de la bulle immobilière des zuniens dont les organismes prêteurs officiels Fanny Mae et Freddie Mac ont sciemment prêté à des gens insolvables….pour les mettre à la rue ensuite, et fourguer les créances pourries au monde entier.

      Cette crise des subprimes fut déclenchée par la hausse de taux décidée par la FED c’est à dire les plus grosses banques, wall street, et le gouvernement des zuniens.

      C’est donc la finance des USA qui nous ont refilé cette crise en camouflant les dettes pourries dans les “produits structurés” contenant ces dettes irremboursables, et nos gouvernements qui ont renfloué les banques avec l’argent public du contribuable, et ça n’a fait qu’empirer aprés le vif de la crise : privatisation des bénéfices, mais refiler aux états et à leur contribuables les pertes. (Décisions en France de Sarkozy, Lagarde etc après la faillite de Lehman Brothers…)

      Seuls les islandais ont pris la bonne décision : coller les banquiers en prison et remonter la pente.

      Car , gens ordinaires, de tous les pays, nous sommes les seuls perdants de cette affaire, la finance a continué de plus belle ses manœuvres malhonnêtes (scandales succédant aux scandales manipulation du Libor etc) , et ne surnage qu’en faisant marcher à plein la planche à billets, appauvrit les peuples et joue au maximum des paradis fiscaux ( surtout anglo-saxons et Luxembourg)

      Après on peut gloser tant qu’on veut sur les pays : la supposée paresse d’untel, le mauvais système de celui là… Cela n’avance à rien sinon à déplacer le vrai problème, tromper l’imbécile qui est mal informé. On monte le cadre contre l’ouvrier, le chef d’entreprise contre le chômeur et tout le monde y perd, car le problème n’est pas là.

      L’UE est responsable du choix d’entrée dans le “club” de l’euro, de l’entrée dans l’UE de tel ou tel pays, dont elle avait tout moyen de connaître les défauts intrinsèques, ( ensuite la main d’oeuvre mal payée détruira les emplois des pays comme la France,) dont les victimes seront les plus mal formés les plus pauvres dont les emplois ont été détruits, l’UE est par essence mondialiste il n’y a qu’à voir avec le TAFTA, la circulation des capitaux etc.

      L’UE est responsable de la vassalisation des peuples européens, c’est elle qui a mis la tête sous l’eau aux états pour le bénéfice des grosses entreprises, et des entreprises financières et banques, en endettant les états et collectivités, de mèche avec le FMI.

      Alors faire le procès des Grecs des Espagnols des Portugais… c’est révoltant et malhonnête, la commission européenne avait à faire aux gouvernements et non aux gens ordinaires, et on sait combien les états et les votes des citoyens sont assujettis à la commission européenne au point que même si ils votent contre, on passe outre l’avis du peuple ( traité de Lisbonne).

      Si la commission (issue de la classe politique des pays européens) a été plus qu’indulgente avec les dérives et les malversations, c’est qu’elle même fait partie de cette classe, de cette clique.

      Les portugais ont quand même réussi à mettre leur ex premier ministre socialiste Socrates en prison, et l’UE la commission européenne qu’à t elle fait contre la corruption ? sinon développer le système de corruption appelé “lobbyisme” à Bruxelles et qui profite aux multinationales et groupes de pressions de tous poils.

      Alors ? Dresser les peuples les uns contre les autres est bien facile alors que les responsabilités sont ailleurs, les responsabilités sont à Bruxelles et Washington, les responsabilités sont oligarchiques et non des peuples dont on caricature à gros traits les particularités nationales.


    • remy Le 06 juillet 2015 à 10h46
      Afficher/Masquer

      de toute évidence, ce n’est pas le gouvernement Tsipras le responsable, ce sont ses prédécesseurs, de droite ou socialiste…et c’est idem en Espagne, en Italie, au Portugal voire en , France.

      Moi ce qui me fait pleurnicher, c’est de savoir que dans les pays les plus riches du monde des enfants ne mangent pas à leur faim.


  3. dissy Le 04 juillet 2015 à 01h16
    Afficher/Masquer

    Peu importe le résultat du referendum dimanche,de toute façon ce sera soit une petite victoire de l’un ou de l’autre camp,donc des arguments en pagaille pour soit dire ”il n’y a que x’ qui a voté pour le oui ou le non ou l’inverse.Rien de décisif.
    Je crois que la décision politique est prise(depuis longtemps)éjecter la Grèce hors de l’EZ.
    Comment ?D’une façon soft ou hard,aucune idée.
    Je vois mal les gouvernements assumer le haircut devant leurs très chers électeurs,bien que la date choisie depuis janvier(début des vacances,en plus ils ont de la chance avec la canicule,idéal pour tromper le populo qui a autre chose à faire).

    L’UE a montré son vrai visage(pour les rares qui avaient encore un doute).On espère qu’à présent,ils ne vont pas encore venir nous faire ch…avec ”leur autre europe’,il faut ‘une europe sociale’,il faut ‘changer l’europe’,l’euro c’est notre monnaie etc etc…

    Visiblement c’est pas encore gagné Mélenchon dans la Tribune(et oui)est contre le grexit car ça serait mauvais pour le système financier(sic).

    Tous les partis politiques du système qui nous ont ou vendu ou imposé par la force ces deux monstres de frankenstein(je n’évoque même pas ici la dangerosité inouie de l’Otan qu’il vaudrait mieux quitter) sont 100 pct discrédités.

    95 pct des médias sont des médias menteurs à la solde de la rente et du système,prêts à tous les mensonges,à toutes les manipulations les plus basses pour maintenir leur secte en vie,ce à n’importe quel prix.

    La démocratie au niveau national a cessé d’exister,seul un gouvernement troika compatible est accepté,le referendum est anti démocratique et j’en passe.

    Même si Tsipras donne sa dem lundi merci à lui pour sa contribution ses dernières semaines,cela aura permis au monde de découvrir le vrai visage de cette vraie dictature soft qui se met en place.

    Et le pire est à venir avec le Tafta/Tisa,la ça concerne tout le monde et c’est la prison à vie.


    • Michel Ickx Le 04 juillet 2015 à 08h00
      Afficher/Masquer

      Tout à fait d’accord dissy, mais permettez moi d’évoquer quand même un peu cet OTAN dont vous dénoncez à justre titre la dangerosité:

      http://leblogalupus.com/2015/06/28/paul-craig-roberts-sur-la-grece-et-les-enjeux-reels-la-strategie-secrete-de-la-grece-par-charles-sannat/

      L’affaire grecque sera loin d’être terminée quelque soit l’issue du référendum. Et le pire est encore à venir.


      • ponsov Le 04 juillet 2015 à 17h14
        Afficher/Masquer

        Dissy et Michel Ickx: Vous mettez à juste titre le doigt sur ceux qui ne veulent pas que la Grèce sortent de l’euro. L’Islande ne veut pas de l’Europe et a mis des banquiers en prison, cela n’a pas ou très peu été relayer par la presse et n’a pas fait réagir les “créanciers” plus que cela.

        Ce n’est pas la puissance économique faible de la Grèce qui les ennuie, c’est sa position géographique et son rapprochement “gazier” avec la Russie, qui les rend nerveux.

        Sinon ils auraient fait comme avec l’Allemagne ou de nombreux pays africains, étaler voir annuler la dette.

        Le problème qui se pose à Tsipras c’est qu’il a en face de lui une somme de puissances : OTAN+UE+FINANCE, capable d’organiser un coup d’état à nimporte quel moment, je ne pense pas qu’il s’en sorte malheureusement.


    • Patrice Vernet Le 04 juillet 2015 à 10h12
      Afficher/Masquer

      Il est amusant de constater qu’avec les mêmes raisonnements, on peut arriver à des conclusions différentes. Liliane Held-Khawam (et bien d’autres) dénonce, en gros, les mêmes complots que vous, mais sa conclusion est que le Grexit, loin d’être décidé depuis longtemps, est impossible :
      https://lilianeheldkhawam.wordpress.com/2015/06/29/il-n-y-aura-pas-de-grexit-liliane-held-khawam/
      A vrai dire je trouve cette conclusion plus logique. Il y a des paris à faire…


      • Papagateau Le 04 juillet 2015 à 20h52
        Afficher/Masquer

        Le point commun, c’est que Grèce va faire défaut.
        – soit par le moyen drachme + d’évaluation.
        – soit par le moyen restructuration avec un arrêt des paiement pour être en position de force.

        Pour ce qui est des futures obligations grecques, Varoufakis à déjà proposé des obligations indexées sur le PIB. Des sortes d’obligations-actions au résultat variable en fonction du sort des grecs.

        Le résultat serait identique à un pays qui peut d’évaluer quand il est coincé mais tout en continuant à compter en euros.
        Un bon point pour les touristes.


  4. boduos Le 04 juillet 2015 à 01h16
    Afficher/Masquer

    ce peuple fier a déja degusté au cours du 20 eme siecle.

    Ici,la punition a laquelle échappe encore une fois la haute bourgeoisie apatride s’inflige, à froid ,au peuple grec, au vu et au su de tous les “humanistes” d’Europe (et même sous les ordres de nombreux “humanistes” d’Europe)

    nous semons les graines de la révolte .”…ami,dit l’enfant grec,dit l’enfant aux yeux bleus,je veux de la poudre et des balles.”
    http://www.ac-grenoble.fr/disciplines/lettres/podcast/sequences/romantisme/Site/2C2BEDDB-E2B4-4F34-B4A6-3044B7C7C858/FA803FCB-FCB5-4AEC-9D9F-F2C430117F1D.html


  5. arthur78 Le 04 juillet 2015 à 07h44
    Afficher/Masquer

    Je reviens sur mes idées de surveillance 3.0 des élites, c’est elles qu’il faut surveiller …


    • locaterre Le 07 juillet 2015 à 08h18
      Afficher/Masquer

      élite(s)… je pense que ce mot est à éviter… il les valide dans leur idée de suprématie sur les peuples. Et de l’élitisme à l’eugénisme…


      • christian Le 07 juillet 2015 à 09h51
        Afficher/Masquer

        vous avez raison, ces dites “élites” sont en fait la lie de l’humanité


  6. Sido Le 04 juillet 2015 à 08h10
    Afficher/Masquer

    Rappelons que l’Europe et son Euro c’est la prospérité, la démocratie, la paix et les petits oiseaux…
    Enfin pas pour les peuples apparemment…
    Avec des statistiques quasi-identiques, l’Allemagne de 1933 a fait le choix du Nazisme, alors que les Grecs ont fait celui de Syriza… Ce qui en fait un peuple tout à fait admirable.

    @ yoananda:
    Pour appuyer vos propos, il est bien connu que les 3 hommes les plus riches du monde sont Bill Gates, Carlos Slim et le Grec qui fait la manche devant le Lidl d’Athènes tout en vivant des subventions européennes. En tablant sur la sortie de l’euro, ce dernier compte d’ailleurs gagner une place dans le classement!


  7. Charlie Bermude Le 04 juillet 2015 à 08h16
    Afficher/Masquer

    Voici un document anachronique qui produit un effet étrange sur la description de la misére Grecque du fait où elle apparait à un moment où ‘tout va bien’ . Bien sur , elle part d’un point de vue plus profond et plus large , celui de l’hygiéne publique mentale , la douleur qui ne se voit pas .https://www.youtube.com/watch?v=NAahyYZkrAo


  8. TC Le 04 juillet 2015 à 08h26
    Afficher/Masquer

    Et les europeistes s’imaginent que les Grecs vont voter oui ?!


  9. Greg Le 04 juillet 2015 à 10h48
    Afficher/Masquer

    Si ces chiffres sont exacts, il est dramatique de voir augmenter la mortalité infantile juste pour permettre à quelques yuppies de se payer leur 3e Ferrari de l’année. C’est un raccourci, certes, mais cela reflète ce qui se passe, et pas seulement en Grèce.
    Je m’étonne toujours de voir une partie non négligeable des 99% défendre bec et ongles la propagande du pourcent restant.


  10. Denis Monod-Broca Le 04 juillet 2015 à 12h01
    Afficher/Masquer

    Il était une p’tite monnaie,
    Qui n’avait ja-ja-jamais existé. {x2}
    Ohé ! Ohé !

    Ohé ! Ohé ! Vasselots, Vasselots naviguent sur l’euro,
    Ohé ! Ohé ! Vasselots, Vasselots naviguent sur l’euro.

    Elle partit pour un long voyage, {x2}
    Dans un monde mon-mon-mondi-a-lisé. {x2}

    Au bout de quinze à seize années,
    Les équilibres vin-vin-vinrent à manquer. / Ohé ! Ohé !

    On tira à la courte-paille,
    Pour savoir qui-qui-qui serait châtié. / Ohé ! Ohé !

    Le sort tomba sur la plus vieille,
    Qui n’avait ja-ja-jamais évolué.
    / Ohé ! Ohé !

    On cherche alors à quelle sauce,
    La pauvre Grèce-Grèce-Grèce sera mangé, / Ohé ! Ohé !

    L’un voulait qu’on la mit aux fers,
    L’autre voulait-lait-lait l’éliminer, / Ohé ! Ohé !

    Pendant qu’ainsi l’on délibère,
    Elle crie tout haut-haut-haut qu’elle ira voter. / Ohé ! Ohé !

    Elle fait au ciel une prière
    Interrogeant-geant-geant l’immensité, / Ohé ! Ohé !

    Mais regardant l’Europe entière,
    Elle vit des euros-ros-ros de tous côtés, /Ohé ! Ohé !

    Oh ! Sainte Vierge ma patronne,
    Cria la pau-pau-pauvre infortuné, / Ohé ! Ohé !
    Si j’ai péché, vite pardonne,
    Empêche-les-les de-de me manger, / Ohé ! Ohé !

    Au même instant un grand miracle,
    Pour la vieille fut-fut-fut réalisé, / Ohé ! Ohé !

    Des bulletins non dans les urnes
    Sautèrent par-par-par et par milliers, / Ohé ! Ohé !

    Ils les prirent, ils les comptèrent,
    La veille si cou-cou-coupable fut sauvée, / Ohé ! Ohé !

    Si cette histoire vous amuse,
    Nous allons la-la-la recommencer, / Ohé ! Ohé !


  11. Eleutheria Le 04 juillet 2015 à 12h17
    Afficher/Masquer

    « ✔ Les chercheurs notent également une augmentation de 21% du nombre d’enfants mort-nés, qu’ils ont attribuée aux restrictions d’accès aux soins prénatals.

    ✔ La mortalité infantile a augmenté de 43% entre 2008 et 2010. »

    À ce stade, serait-il caricatural de dire que la Troïka tue des enfants ?


    • Pierrech Le 04 juillet 2015 à 13h30
      Afficher/Masquer

      C’est probablement caricatural
      Le taux de mortalité infantile en Grèce est stable depuis des années
      http://data.worldbank.org/indicator/SP.DYN.IMRT.IN
      l’Unicef donne également la même tendance
      on est au niveau de l’Allemagne, du canada.
      Pour le nombre de suicides, en comparaison on se suicide 3 fois plus en France qu’en Grèce.
      Pour le sida chiffres 2011, 11’ooo cas en Grèce, 20’000 en Suisse ( et on a pourtant les moyens de la prévention et elle existe), 160’000 en France.
      Cela ne veut pas dire que la pauvreté n’existe pas en Grèce ni que les mesures d’austérité n’ont pas un impact social, mais attention à des chiffres sans analyse ou comparaison.


    • Lysbethe Levy Le 04 juillet 2015 à 13h51
      Afficher/Masquer

      Ca c’est l’idéal pour ceux qui sont pour la dépopulation, comme en ex-Urss lors de l’effondrement, entre 8 et 11 millions de personnes sont mortes a cause la précarité incroyable qui a vu ce pays retomber dans un abime que les russes en ont gardé un traumatisme.

      Je recommande le livre de Sveltlana Alexéiévitch : https://ec56229aec51f1baff1d-185c3068e22352c56024573e929788ff.ssl.cf1.rackcdn.com/attachments/original/4/5/3/002588453.pdf en poche actuellement.

      La liberté est une notion relative quand on sait ce que l’on perd pour gagner quoi ?

      http://www.slate.fr/culture/77856/c%E2%80%99etait-donc-ca-la-liberte

      Taux de mortalité en hausse, espérance de vie réduite à 59 ans (hommes) , morbidité, maladies mentales, abandons d’enfants, prostitution, drogues et suicides. L’effondrement démographique n’a été seulement enrayé que depuis 2010 après que “l’état” ai été remis a sa place, les structures sociales recrées et la relance de l’économie.

      Pris en main les oligarques “dressés” par le nouveau président Poutine, ceux ci revendaient tout a bas prix aux Soros, Bérézosvky, Khokordovski, les Bush et Cheney, Clinton et autres vautours américains ou européens. Poutine le “nouvel hitler” est depuis hait, pour avoir redressé son pays sans les béquilles du FMI et les diverses ONG qui se sont engouffrés dans la gouvernance.vacante.

      Quand donc fera t’on l’étude historique de ce crime ? Car avoir mis un pays sur la paille et syphonner ses biens, l’argent du peuple, l’avoir privé de l’essentiel : nourriture, santé, écoles, et restructurer à la manière des chicago-boys, c’est bien ce qui est le modèle parfait pour l’élite bancaire.

      Il faudra bien un jour que ce qui est arrivé à ces pays qu’ils soient africains, eurasiens, ou européens arrive aussi aux Usa pour qu’ils comprennent (scusy) …Voici le nouveau danger pour les américains nommé Puerto Rico et sa dette : http://www.washingtonsblog.com/2015/07/why-the-puerto-rico-debt-crisis-is-such-a-huge-threat-to-the-u-s-financial-system.html

      Oui je sais hélas que l’élite elle n’attends que ça l’effondrement démographique déjà pour soulager la Planète, ou pour éviter de payer des retraites, des lits d’hôpitaux et sécurité sociale.

      Lors des grandes crises comme celle ci l’eugénisme revient à la mode d’autant que le système de santé publique disparait ou est réduit à sa plus simple expression !…


    • Joseph Le 05 juillet 2015 à 08h14
      Afficher/Masquer

      Vous devriez plutôt dire que les inspecteurs de la Troïka mangent des bébés.
      Vous y êtes presque Eleutheria, encore un petit effort!


  12. Perekop Le 04 juillet 2015 à 13h01
    Afficher/Masquer

    Juste pour info, vous savez, le “Greek Bail out” du jeune homme qui voulait que les peuples d’Europe s’unissent pour payer la dette de la Grèce à raison de 3 euro par tête de pipe (x 503 millions de gugusses), voici le résultat en cet instant :

    €1,749,631
    raised by 99,697 people in 6 days

    C’est évidemment risible par rapport à ce qu’il aurait fallu et au fait qu’il reste seulement 68 heures pour contribuer, mais on peut aussi dire que ce n’est pas si mal vu le côté invraisemblable de la chose. QU’en pensez-vous, chers “Criseux” ? (Chrysalides ?)


    • Eleutheria Le 04 juillet 2015 à 13h45
      Afficher/Masquer

      Il s’agissait de couvrir le premier paiement au FMI, pas toute la dette grecque, qui est d’environ 320 milliards d’euros. Divisée par 500 millions d’Européens (donc en comptant les enfants) ça ferait tout de même une somme de 640 € par personne.

      Bref, même si l’initiative avait réussi, elle n’aurait rien changé.


      • Perekop Le 04 juillet 2015 à 14h46
        Afficher/Masquer

        Merci beaucoup pour ces précisions, effectivement, il y avait une ambiguïté importante ! Cela dit, si la dette due au FMI avait été réglée, peut-être que l’étranglement actuel n’aurait pas eu lieu, ou seulement après la saison touristique synonyme de rentrées financières… Tsipras aurait eu plus de temps pour négocier ??? enfin, je ne sais pas…
        Si vraiment le but est de réduire la Grèce à néant et de chasser Tsipras, rien ne servira à rien, c’est certain.
        Pourvu que les Grecs comprennent ce qui leur arrive et aient le courage de voter non, avec une bonne marge, pour que ce soit incontestable. Mais je reconnais que c’est facile de se dire ça de loin, bien plus difficile de plonger dans l’inconnu total quand on est sur place, avec tant de difficultés à affronter depuis des années.


        • Léa Le 04 juillet 2015 à 17h20
          Afficher/Masquer

          Si j’apprécie l’initiative, je trouve que c’est dommage que cet argent aille au FMI, pour qu’il en donne un peu plus encore à l’ Ukraine.

          Il faudrait que cet argent serve directement à aider les grecs en grande difficulté, donner à manger et en premier remettre en service les hôpitaux qui manquent de tout.


        • Eleutheria Le 04 juillet 2015 à 17h50
          Afficher/Masquer

          Oui, logiquement ça aurait un peu repoussé les échéances. En particulier la BCE n’aurait pas eu de raison de suspendre les comptes target2 ou l’ELA. Mais sur le fond je pense que ça n’aurait pas changé grand-chose.

          Il est vrai que voter non comporte qu’une très grande part d’incertitude, puisque les intentions de Tsipras dans un tel cas ne sont pas claires, sans parler de celles de l’Eurogroupe, de l’Allemagne, de la BCE, etc. En revanche, voter oui a une issue plus claire : encore plus d’austérité, de dette, de misère…

          Entre la misère et l’incertitude avec la possibilité d’une issue relativement heureuse, je pense que le choix est simple.


Charte de modérations des commentaires