Nicolas Doze m’a invité à son émission sur BFM Business.

Avec Jean-Paul Betbèze, président de Betbèze Conseil SAS et Henri Pigeat, directeur de la Lettre Illisos

Émission où j’aurais eu beaucoup à dire, mais hélas le format ne se prête guère à de longs développements…

Voici la vidéo :

Partie 1 :

Partie 2 :

============================

N’hésitez pas à réagir en direct par mail sur cette émission via ce lien – Nicolas Doze consulte bien les mails en direct, et est très demandeur ;) :

http://www.bfmtv.com/emission/les-experts/

(cliquez sur Lui écrire à droite)

Utilisez aussi Twitter : https://twitter.com/NicolasDOZE

78 réponses à [Média] BFM Business, Les Experts – 31 mars

  1. Alkali Le 01 avril 2014 à 02h43
    Afficher/Masquer

    Bon, à part Olivier, le discours est toujours le même: il faut plus de marge, il faut plus d’Europe,
    Ce qui m’a le plus fait rire(jaune) c’est “ensemble il faut accepter une forte austérité”.
    En gros, ceux qui devront accepter cette austérité ce ne sera certainement pas les “gras” mais bien les “maigres”, Nothing new under the sky…

    Mais il est vrai que le cœur du problème ce sera aux européennes qu’il sera mis à nu… du moins je l’espère.
    L’évidence, pourtant, a bien été dite: il faut retrouver la maitrise de notre monnaie.
    Alors? les européennes?


    • Bruno Le 01 avril 2014 à 10h49
      Afficher/Masquer

      Les europennes mettront probablement a jour un grand euroscepticisme.
      Cependant la reponse des dirigeants sera : “Je vous ai compris !” (comme disais l’autre). “On va faire encore plus d’Europe”.

      - 2005. Non au referendum sur la constitution europenne. Reponse: “vous avez ete trop cons pour voter OUI; on le fait quand meme”.
      - Fevrier 2014, +40000 chomeurs. Reponse de Sapin: “gardons le cap”.
      - Mars 2014, branlee aux municipales. Reponse de Hollande: “je change de 1er ministre mais surtout il faut garder le cap”.

      J’ai le sentiment que l’expression democratique a touche ses limites.


      • Fund_touch Le 01 avril 2014 à 15h45
        Afficher/Masquer

        Mais la France a-t-elle déjà connu l’expression démocratique (la vraie) ?


        • Alkali Le 01 avril 2014 à 22h24
          Afficher/Masquer

          Peut être à la libération avec le CNR…


          • Benjamin Franklin Le 02 avril 2014 à 13h20
            Afficher/Masquer

            Ca, ça m’étonnerait fort. Les ordonnances de 1945 n’ont jamais été soumises ni à un vote d’une assemblée élue, ni à un référendum populaire. Elles appartiennent à un trou noir législatif et juridique.


  2. BA Le 01 avril 2014 à 05h18
    Afficher/Masquer

    Dans la partie 2, à la 13ème minute, Olivier Berruyer dit la chose la plus importante à propos des pays membres de la zone euro : en réalité, la zone euro, c’est un schéma suicidaire.

    La zone euro, c’est un mécanisme suicidaire.

    En une seule minute, Olivier Berruyer dit tout ce qu’il fallait dire :

    “Vous êtes dans un schéma sans fin. D’une part, il n’y a plus de flottement des monnaies, donc il n’y a pas d’ajustement par les monnaies. Donc l’ajustement, il est par les salaires. On est en concurrence, en guerre, sans arrêt, les uns contre les autres.

    L’Allemagne a commencé par baisser ses salaires. Comme les autres pays européens ne l’ont pas fait pour des raisons sociologiques, ça marche plutôt bien pour l’Allemagne pour le moment. Les autres sont obligés de réagir. Dans ce cas-là, ça va aller moins bien pour l’Allemagne, qui en remettra une deuxième couche. Et c’est sans fin. Quand les salaires baissent, l’inflation finit par baisser dans la zone euro.

    Si on continue à se faire la guerre comme ça dans une zone de monnaie unique, c’est juste suicidaire. Et ça va mal finir.”

    Rien à ajouter.


    • step Le 01 avril 2014 à 14h18
      Afficher/Masquer

      ce qui est assourdissant c’est aussi soit le silence soit l’acceptation du processus de darwinisme social à l’oeuvre de la part des autres participants à l’émission.
      A ce titre autant sortir dans la rue, buter 10 personnes devant un pole emploi, ca fera moins de chomeurs !
      Ces économistes se rendent-t’ils comptent que si les “populations, politiques… ne sont pas prêts à acter cela” c’est que la mise en conscience de cette réalité du moment sera la porte ouverte à la barbarie. Pas la sueur et les larmes, mais le sang et les larmes.

      Effectivement penché sur le ROI de son fond d’investissement cela ne crève peut être pas les yeux, mais c’est bien le seul endroit. Cette situation sociologique est d’autant plus dangereuse que si l’on peut compter sur les politiques pour nier la réalité de la monstruosité économico-politique qu’ils ont créé jusqu’à leur dernier souffle, il est propable sur ce sujet comme sur d’autres que la population comprenne avant eux…. et adapte les réflexes d’aggressivité et de violence qui nous ont permis de nous imposer comme espèce dominante dans le relationnel interne à l’espèce.


      • Kheta Le 01 avril 2014 à 17h31
        Afficher/Masquer

        “ce qui est assourdissant c’est aussi soit le silence soit l’acceptation du processus de darwinisme social à l’oeuvre de la part des autres participants à l’émission.”

        Soit ils sont cyniques et pensent que d’ici à ce que la situation atteigne un point de non-retour, ils vont gagner pas mal de pognon grâce à l’augmentation des marges des entreprises au détriment des conditions de vie des salariés ; soit ils sont utopistes et pensent que l’UE va se fédéraliser alors même que les peuples y sont majoritairement opposé dans les principaux pays de l’union.

        Ou alors, ils sont doublement cyniques et ils comptent bien à ce que la situation atteigne un point de non-retour, qu’au passage, ils se feront un petit tas d’or et qu’une fois arrivé à ce fameux point de non-retour, on impose aux peuples une fédéralisation / coup d’état.


      • Alkali Le 01 avril 2014 à 22h27
        Afficher/Masquer

        “”" Pas la sueur et les larmes, mais le sang et les larmes.”"”
        Je dirais plutôt “Pas la sueur et les larmes, mais le sang et les armes.”


        • step Le 02 avril 2014 à 09h46
          Afficher/Masquer

          le sang est les armes, c’est redondant, le second est le moyen du premier dans l’espèce humaine. Le sang est les larmes, car le second est la conséquence des premiers. Dans nos civilisations techno-centrées on a toujours trop tendance à penser aux moyens sans réfléchir aux conséquences. Pour développer ce sujet, l’obsolescence de l’homme de Gunther Anders sur le concept de honte prométhéenne.


    • Steve.C Le 02 avril 2014 à 10h17
      Afficher/Masquer

      On va dire que je ne suis pas d’accord avec Betbeze du tout mais quand il dit timidement que la compétitivité à aussi un lien avec la monnaie. On voit Doze paniqué qui enchaine avec “et donc regardons vers la BCE et sa potentiel action non conventionnelle”. Sans rire, sans meme parler de la dissolution de l’Euro qu’il faudrait faire. Personne ne se dit que laisser l’instrument le plus puissant économiquement dans les mains d’un seul homme de chez Goldman Sachs est suicidaire. Alors on est la, en supplie, on espère que dieu Mario fasse tourner sa planche avec les résultats que l’on connait au US et au Japon…


  3. Noname Le 01 avril 2014 à 05h52
    Afficher/Masquer

    Henri Pigeat :”L’Espagne va mieux” #HumourPourTous

    Les salaires à 1000 euros explosent en Espagne #Mileurista #Paupérisation :
    link to openews.eu

    La plus grande manifestation de l’histoire récente de l’#Espagne
    link to openews.eu

    “Émission où j’aurais eu beaucoup à dire”
    Effectivement, mais toujours très percutant.

    Le visage de N. Doze paniqué à la plupart de vos prises de paroles, ça n’a pas de prix.

    Cdt


    • Surya Le 01 avril 2014 à 10h01
      Afficher/Masquer

      La balance courante espagnole est positive depuis septembre 2013 me semble-t-il.


      • perceval78 Le 01 avril 2014 à 15h08
        Afficher/Masquer

        réponse d’olivier a 9:37 sur 1ere video

        espagne : certes un rééquilibrages des comptes extérieurs mais
        quand on euthanasie la consommation interne ça améliore forcément
        les échanges commerciaux


    • jducac Le 01 avril 2014 à 12h17
      Afficher/Masquer

      @ Noname Le 01 avril 2014 à 05h52

      Les salaires à 1000 euros explosent en Espagne

      La plupart du temps, les discussions et les échanges d’arguments auxquels elles donnent lieu, se révèlent stériles parce que les problèmes auxquels on s’attaque, sont mal posés et abordés sans méthode.

      Descartes, grand philosophe, mathématicien, et physicien a réfléchi à ce sujet (Discours de la méthode en 1637).

      En premier, il préconise d’appréhender un problème en allant du général au particulier. Pour ce qui nous concerne, individus humains du 21ème siècle qui vivons du fait des échanges avec notre environnement, nous devons d’abord prendre conscience que nous sommes regroupés en diverses structures de coopération et d’échange qui s’emboitent les unes dans les autres, telles des poupées gigognes.

      Comme par ailleurs il a énoncé que « le bon sens est la chose du monde la mieux partagée » il devrait donc être facile de se mettre d’accord sur le fait que pour survivre et donc se perpétuer, l’espèce humaine est contrainte, en l’état actuel de l’espace qui nous est accessible, de ne compter que sur les ressources qu’elle peut extraire de cet espace, c’est-à-dire la terre entière.

      Pour vivre l’espèce humaine, dont les effectifs vont en croissant, ne peut pas se conduire dans un espace fini comme s’il était infini. Cela veut donc dire qu’il viendra un jour où il lui faudra vivre, en dépensant moins en espace, en temps et en énergie, ces trois grandeurs physiques auxquelles sont assujettis tous les éléments de l’univers, y compris les organismes vivants soumis aux dures et implacables lois de la biophysique.

      On voit tout de suite qu’il est possible pour l’espèce humaine, de jouer sur le nombre de ses individus. Certains pays (mais pas encore la France) en ont pris conscience tels la Chine, l’Inde, l’Allemagne. Cette prise de conscience est loin de s’opérer en Afrique et dans d’autres régions sous développées.

      On voit également qu’il est possible à l’espèce humaine de jouer sur le niveau de sa consommation (salaires et autres revenus permettant de consommer pour vivre plus ou moins agréablement)
      En multipliant les salaires à 1000€ l’Espagne comme l’indique le lien que vous fournissez, intègre la contrainte liée à une limitation des ressources disponibles dans son espace national. C’est aussi ce qu’ont fait l’Allemagne (avec Schröder dans les années 2000) ainsi que la Chine qui a volontairement limité les salaires pour pouvoir mieux développer ses investissements nécessaires à la préparation du futur.

      On voit enfin qu’il est possible de jouer sur la durée de vie des individus, ce qui conduit à agir sur les efforts en matière de santé et de salubrité.

      Bien sûr, on peut ne se soucier de rien et laisser le processus s’auto réguler naturellement (voire même s’auto détruire dans l’anarchie) comme le font les organismes vivants moins évolués que les humains.
      Serait-ce digne d’une société comme la société occidentale, notamment européenne, qui a toujours été en pointe dans la mise en application de ses réflexions en matière scientifique ?


      • step Le 01 avril 2014 à 13h24
        Afficher/Masquer

        j’adore le concept de “jouer” sur la durée de vie des individus.


        • jducac Le 01 avril 2014 à 14h46
          Afficher/Masquer

          @ step Le 01 avril 2014 à 13h24

          J’adore le concept de “jouer” sur la durée de vie des individus.

          De grâce ne jouons pas trop sur les mots. Tous les phénomènes sont conditionnés à certains paramètres sur lesquels il est possible d’intervenir pour faire évoluer le déroulé opératoire dans une certaine direction à l’intérieur de certaine limites.
          Dans le phénomène d’échanges commerciaux, il est par exemple possible, de faire jouer la concurrence…. En matière de concurrence on peut jouer sur le coût de production et jouer sur les salaires des producteurs mais aussi sur le salaire, la retraite et le nombre des fonctionnaires qui affectent et finissent par pénaliser les coûts de production. La compétitivité d’un pays est alors atteinte, jusqu’à provoquer un déséquilibre de sa balance commerciale, puis l’étouffement et l’extermination de son capital productif. C’est ce que connait la France actuellement.

          Vis-à-vis et de la vie et de sa durée, donc de sa consommation, il y a aussi de nombreux paramètres sur lesquelles des sociétés humaines évoluées peuvent intervenir. Tant que les humains pouvaient se permettre de vivre dans l’insouciance et l’inconscience, ils pouvaient se livrer à des opérations très peu efficaces pour faire se perpétuer leurs lignées, mais cela n’est plus possible quand on approche des limites et ressources attachées à notre espace de vie.


          • Alkali Le 01 avril 2014 à 22h49
            Afficher/Masquer

            “”"”"En matière de concurrence on peut jouer sur le coût de production et jouer sur les salaires des producteurs mais aussi sur le salaire, la retraite et le nombre des fonctionnaires qui affectent et finissent par pénaliser les coûts de production.”"”"”

            Il est possible, également, de jouer sur sa monnaie. Cela est d’ailleurs le cas pour tous les pays concurrents hors zone Euro de la France. Seulement, pour cela, il faut rester maitre de sa monnaie ce qui avec l’Euro est devenu impossible. L’Euro est trop fort pour la plupart des pays de la zone.
            De plus, et même si une réforme de la fonction publique est nécessaire, ce n’est pas en transférant les coûts des services publiques aux privés que cela reviendra moins cher. Voir les autoroutes en France par exemple ou la gestion de l’eau. Cela reviendra juste à verser des dividendes à des investisseurs.
            Mais peut être n’ai-je pas bien compris votre propos sur le sujet des fonctionnaires.
            Moins de fonctionnaires n’est-ce pas plus de chômeurs? Ou alors il faut beaucoup plus d’emplois et nous retombons sur la maitrise de la monnaie, de la banque central et de notre politique en général. Pour cela il faut sortir de l’Euro, de l’UE et pour ma part de l’OTAN, même si cela est apparemment en dehors de l’économique.


            • step Le 02 avril 2014 à 09h53
              Afficher/Masquer

              il y a surtout que le nombre de fonctionnaire n’est pas forcément lié à une pénalisation de l’entreprise. La encore tout dépend de ce qu’on leur demande de faire (de la paperasse supplémentaire ou des actions plus profitables aux entreprises/à la population) soit des décisions POLITIQUES… mais aussi de la nature du capitalisme à réguler. Même dans un état libéral à fonction d’arbitre, ce dernier doit muscler son bras si les tension internes au fonctionnement économique tendent vers un fonctionnement pathologique. Cela ne dépend pas non plus de la fonction publique mais du compromis politique à l’intérieur du capital.

              Nous tombons c’est bien malheureux dans les deux éccueils entre un état procédurier et un capitalisme non civilisé. Rien de mécanique donc comme aimerai le faire croire jducac, mais bien les symptomes d’un ensemble de dysfonctionnements.


            • jducac Le 02 avril 2014 à 12h14
              Afficher/Masquer

              @ step Le 02 avril 2014 à 09h53

              Il y a surtout que le nombre de fonctionnaires n’est pas forcément lié à une pénalisation de l’entreprise.

              Il se trouve que je connais assez bien le monde des fonctionnaires et également l’autre, celui qui relève plus directement du monde marchand. J’ai consacré une part à peu près égale de ma vie active à chacun d’eux, en commençant par le secteur public. Lorsque j’œuvrais dans ce secteur, tout comme la plupart des autres fonctionnaires, je n’avais pas pris conscience de ce que mon efficacité dans l’exécution des tâches (vouées à la défense nationale) influençait directement la compétitivité des entreprises du privé.

              Ça n’est pas étonnant, car rien n’est fait sur cet aspect essentiel de la vie d’un pays, dans l’enseignement général en France. Cela permet ainsi, aux divers fonctionnariats et surtout aux hauts fonctionnaires de Bercy (issus de l’ENA), de régner en maîtres sur le pays, quel que soit la couleur politique du gouvernement en place.

              On a beau être en république, lorsqu’on entretien l’ignorance sur les sujets essentiels, chez la plupart des citoyens, on est mieux en mesure de les exploiter au profit de ceux qui savent. Ces derniers préfèrent montrer du doigt les « capitalistes non civilisés » (selon votre expression) qu’ils désignent à la vindicte populaire afin de conforter leur cote d’amour auprès des plus modestes (fonctionnaires et autres) de sorte à conserver leurs statuts confortables et de mieux faire élire le plus grand nombre de ceux appartenant à leur corps. Le dernier scrutin municipal vient cependant d’y mettre un frein.

              link to ina.fr

              Le coût de fonctionnement de l’Etat et des diverses administrations et organes de gestion des divers besoins sociaux (collectivités locales, régionales, de santé, de retraites, de chômage, de recherche d’emploi, etc, etc….) engendrent des frais qui par l’intermédiaire des impôts taxes et cotisations diverses se retrouvent incorporés dans le coût de ce qui relève du secteur marchand, celui qui est en charge d’extraire l’énergie (sous ses diverses formes) indispensable à la vie du pays.

              Or, à force d’avoir trop engraissé les diverses structures de l’Etat, leur poids devient nettement trop lourd, pour que les entreprises, (capitalistes investisseurs+entrepreneurs+collaborateurs) chargées de produire de manière compétitive, arrivent à se maintenir en course au plan international. Et, comme le fonctionnariat survit dès lors qu’il peut augmenter les impôts et taxes, il a exploité au maximum ce filon, jusqu’à bloquer le processus en France.

              C’est ce qui impose maintenant d’agir sur les structures, et c’est ce que le haut fonctionnariat de Bercy aurait du engager depuis longtemps. Hélas il est devenu trop politisé et acquis à une certaine couleur politique. Celle qui se nourrit principalement du vote des petits fonctionnaires, lesquels peuvent être d’autant plus nombreux qu’on les maintient à des niveaux moyens de traitement faibles. Ça n’est pas le cas en Allemagne par exemple, notamment dans l’enseignement.

              link to lefigaro.fr


      • jave Le 01 avril 2014 à 14h44
        Afficher/Masquer

        “Consommez moins pour produire plus !”
        Quel bon sens !
        Comme dirait JFK, votre “incohérence confine au zozoïsme”.


        • jducac Le 01 avril 2014 à 16h37
          Afficher/Masquer

          @ Jave Le 01 avril 2014 à 14h44

          “Consommez moins pour produire plus !”

          Je n’ai jamais dit cela. Au lieu de dénigrer ceux qui cherchent à éclairer leurs semblables, vous auriez mieux fait de lire mieux et de réfléchir un peu plus. Vous auriez alors pu, en rajoutant un seul mot à ce que vous avez écrit, transmettre un message d’intelligence en disant : « Consommez moins pour produire plus ECONOMIQUEMENT »

          Cela rend la production plus compétitive. Cela permet de vendre nos propres productions au lieu de regarder les autres vendre les leurs pendant que nous-mêmes nous sommes réduits au chômage et que notre capital productif est réduit à la ruine par obsolescence et incapacité à le renouveler.

          Le comble est atteint quand il devient plus intéressant, économiquement, d’acheter ce que produisent ceux qui consomment moins que nous et qui, en produisant moins cher que nous, participent à notre endettement et à notre élimination. Ils nous prennent alors pour de parfaits zozos.

          C’est pour rendre certains de mes compatriotes moins niais que je fournis ces explications.


          • Alkali Le 01 avril 2014 à 22h58
            Afficher/Masquer

            Je me répète mais le problème de la compétitivité c’est l’Euro trop fort pour la plupart des pays de la zone. L’Euro fort c’est bon pour l’Allemagne pas pour l’Italie par exemple.
            Nous sommes passé de monnaies avec des parités différentes à une monnaie unique basé sur le mark. Le mark était une monnaie très forte, trop pour les autres pays.
            Alors vous qui parlez “d’éclairer” les autres, pensez d’abord à comprendre leurs point de vue. A moins que vous vous preniez pour un genre de gourou….


            • jducac Le 02 avril 2014 à 07h48
              Afficher/Masquer

              @ Alkali Le 01 avril 2014 à 22h58

              Bonjour !

              Alors vous qui parlez “d’éclairer” les autres, pensez d’abord à comprendre leur point de vue. A moins que vous vous preniez pour un genre de gourou….

              Détrompez-vous, je n’ambitionne pas d’être ou de devenir un gourou. Ce que je fais, en me donnant beaucoup de mal pour me faire comprendre au mieux, n’est motivé que par mon désir d’être encore utile.
              C’est la philanthropie qui m’anime. C’est à ce titre que je soutiens ce blog et ceux qui se consacrent à l’animation de cet excellent outil d’échanges et de confrontation d’idées. Son objectif est de faire émerger collectivement la vérité sur les différents sujets abordés.

              En cela, Olivier Berruyer et l’équipe de son blog font œuvre d’utilité publique. J’entends y participer plus que par une simple contribution financière, en m’appuyant sur ce que j’ai tiré d’une expérience portant sur un siècle de vécu, prenant en compte mes 80 ans de vie auxquels j’ajoute la vie de mes parents qui m’ont abondamment fait part de la leur.

              Quant à comprendre votre point de vue, j’aurais plaisir à le faire si vous l’exposiez davantage. Il ne suffit pas de vous limiter à déclarer que les difficultés rencontrées par les pays d’Europe du Sud sont dues à l’€uro. C’est ce que beaucoup de gens disent par simple facilité, ou parce qu’ils sont contre l’Europe, sans s’être donné la peine d’analyser et d’expliciter suffisamment les causes profondes du manque de compétitivité qui handicape certains pays.

              Si cela peut vous mettre sur la voie, dites vous que l’€uro n’est qu’un instrument d’échange conventionnel, comme l’ont été en d’autres temps les coquillages, l’or ou l’argent. Argumentez, justifiez davantage en explicitant et détaillant votre analyse. On a attendu 15 ans pour mettre en cause l’€uro. Il n’est qu’un instrument de mesure, un talon de valeur, comme le mètre, la seconde ou le kilogramme.

              Pour vous faire une idée du gourou, reportez vous au post N° 25 donné avec le lien suivant : link to pauljorion.com

              Cordialement !


            • jducac Le 02 avril 2014 à 09h33
              Afficher/Masquer

              @ Alkali Le 01 avril 2014 à 22h58

              Voici un autre point de vue sur le sujet de « l’€uro fort ». Quels contre arguments lui opposez-vous ?

              link to marc-candelier.com


            • Surya Le 02 avril 2014 à 15h13
              Afficher/Masquer

              Relancer par la rigueur. Rien que le titre fait rire.


      • perceval78 Le 01 avril 2014 à 14h59
        Afficher/Masquer

        jouer sur le nombre de ses individus : des pays en ont pris conscience tels l’Allemagne
        la chine oui , l’inde oui , mais l’allemagne non , elle essaye désesperement de faire remonter sa courbe de natalité sans y parvenir.elle n’a pas digérée les horreurs de 14/18 et de 39/45

        Cette prise de conscience est loin de s’opérer en Afrique
        on passe notre temps à dire que la france est un petit pays qui ne peut se passer de l’europe et on critique ceux qui font des enfants c’est pas logique .
        Qui dit natalité dit puissance , la non natalité est une malédiction au même titre que la déflation.

        les salaires à 1000€ en espagne
        ce qui étonnant c’est que vous préconisez des restrictions pour les pauvres mais pas pour les riches

        qu’il est possible de jouer sur la durée de vie des individus
        j’ai pas bien compris si vous proniez l’euthanasie ou l’amélioration des soins de santé , c’est pas tout à fait la même chose, je propose un qcm :

        1) euthanasier les rentiers
        2) euthanasier les pauvres
        3) empècher les pauvres de se reproduire
        4) aller vers la transhumanité
        5) faire des jeux olympiques bioniques

        on peut ne se soucier de rien et laisser le processus s’auto réguler naturellement
        idem je propose 1 politique à 4 niveaux :
        1) réguler le marché
        2) réguler les traders
        3) réguler les financiers
        2) laisser chaque composante de base de la société gérer sa propre spermatogénèse

        Serait-ce digne d’une société comme la société occidentale, notamment européenne
        Certainement pas , l’europe doit reprendre sa place de leader mondial de la connerie que les usa lui a ravi


        • jducac Le 01 avril 2014 à 19h16
          Afficher/Masquer

          @perceval78 Le 01 avril 2014 à 14h59

          Jouer sur le nombre de ses individus : des pays en ont pris conscience tels l’Allemagne la Chine oui, l’Inde oui , mais l’Allemagne non , elle essaye désespérément de faire remonter sa courbe de natalité sans y parvenir. Elle n’a pas digérée les horreurs de 14/18 et de 39/45

          Ne croyez pas que « l’Allemagne essaye désespérément de faire remonter sa courbe de natalité sans y parvenir ». C’est ce que vous pouvez croire en lisant certains articles comme celui-ci,

          link to alloberlin.com

          De tels articles traduisent des « Regards (français) depuis Berlin » et constituent donc une propagande à l’attention des Français qui peuvent ainsi fièrement chanter Cocorico, haut perchés sur les ruines industrielles de leur pays.

          Face aux problèmes qui se posent aux humains du 21ème siècle, ça n’est pas à un manque de population auquel nous sommes confrontés. Surtout si l’on tient compte des moyens automatisés de production dont nous disposons maintenant.

          L’Allemagne doit nous prendre pour des « zozos » quand elle nous voit dépenser des ressources que nous sommes incapables de produire (déficit de notre balance commerciale) pour soutenir une politique de natalité, alors que nous n’avons pas d’emplois productifs compétitifs à offrir à nos jeunes. Cela nous contraint à financer à partir des impôts, de pseudos emplois d’avenir, sortes de cache misères, dans des structures non marchandes, lesquelles sont déjà surnuméraires en France au regard des autres pays.

          Tout comme la Grande Bretagne, l’Allemagne doit nous prendre pour de mauvais gestionnaires des ressources humaines, lorsqu’elle voit arriver dans ses entreprises de jeunes français diplômés auxquels leur pays n’a pas été capable de leur procurer des emplois, alors qu’il a financer leur vie (primes et allocations familiales, coût de l’éducation et de la formation jusqu’au niveau bac+++++) tout ça pour le « Roi de Prusse »

          link to lemonde.fr

          Il faut voir aussi que ces jeunes là ne participeront pas au paiement des retraites de leurs parents et grands parents restés en France, ce qui pèsera d’autant sur l’avenir du pays dont le déclin ne pourra que se poursuivre.


          • step Le 02 avril 2014 à 10h03
            Afficher/Masquer

            “Face aux problèmes qui se posent aux humains du 21ème siècle, ça n’est pas à un manque de population auquel nous sommes confrontés. Surtout si l’on tient compte des moyens automatisés de production dont nous disposons maintenant. ”

            Raisonnement qui sousentend que l’activité humaine rémunérée est réductible au travail salarié “compétitif”. C’est évidemment faux, là encore c’est présumer notre modèle économique darwiniste comme un invariant…. ce qui conduit inmanquablement à des conséquences malthusiennes.

            “Le monde est assez riche pour la vie de tous, mais pas assez pour la rapacité de chacun”. Comprendre cette phrase et prendre le risque d’annuler certains présupposés facilitants sur la sociologique humaine qui fondent le scientisme économique et dont on est pas sûr de la véracité (l’infinté du besoin matériel, la nature individualiste de l’homo économicus…), c’est abandonner certaines certitudes, mais aussi s’ouvrir une infinité de possibilités.


            • jducac Le 02 avril 2014 à 14h39
              Afficher/Masquer

              @ step Le 02 avril 2014 à 10h03

              Raisonnement qui sous entend que l’activité humaine rémunérée est réductible au travail salarié “compétitif”. C’est évidemment faux, là encore c’est présumer notre modèle économique darwiniste comme un invariant…. ce qui conduit immanquablement à des conséquences malthusiennes.

              Votre déclaration laisse entendre qu’arriver à un modèle d’évolution de la vie tenant compte de la sélection naturelle, serait a priori condamnable du fait que cette conception résulte des travaux initiés par Darwin. Idem, pour ce qui concerne Malthus.

              Êtes-vous bien certain de ne pas être prisonnier d’un dogme ? Ce dogme règnerait en édictant des interdits en matière d’évolution de la pensée et des connaissances expliquant les fonctionnements des diverses structures qui concourent à la marche du monde, du fait de leurs interactions ?

              Ne seriez vous pas un peu dans l’état d’esprit de l’église catholique qui s’est longtemps opposée à l’idée que la terre était ronde ?

              Prenez donc connaissance du texte suivant. Sans parler d’économie, il décrit comment les organismes vivants (les humains en sont) interagissent les uns sur les autres pour vivre, pour survivre et parfois s’éteindre. Tout est une question de biologie, de physique et d’évolution, notamment sélective. Que ça vous plaise ou pas, tel est pourtant l’état de la science.

              link to biologie.ens.fr

              Vous y lirez notamment :

              « Un organisme multicellulaire comme un animal ou une plante est constitué d’« unités »
              diversifiées, les cellules. Ces unités sont assemblées en « modules », les organes, qui remplissent des tâches spécialisées nécessaires au fonctionnement de l’organisme (la peau, le sang, le foie…).
              Un organisme possède aussi de nombreux « liens » entre les unités et les modules, c’est-à-dire des mécanismes de coordination des tâches par échange d’information. Chez les animaux, il existe des systèmes coordinateurs comme le système nerveux et le système hormonal. Des réseaux circulatoires transportent les nutriments, l’oxygène… et plus généralement l’information. Chaque unité d’un organisme possède une mémoire et des instructions, le code génétique. Cette mémoire est aussi une mémoire de l’environnement puisque le code génétique a été modelé par des adaptations successives retenues par la sélection naturelle.
              Une colonie de fourmis est un organisme, souvent qualifié de « super-organisme ». Les unités sont les individus, les modules sont les castes (les ouvrières, les soldats), les liens sont les informations chimiques. La reine est le système de contrôle et de reproduction………etc »


      • Jourdon Le 05 avril 2014 à 10h02
        Afficher/Masquer

        @jducac,

        le lien suivant vous parlera du livre “l’erreur de Descartes”, qui est paru il y a vingt ans:
        link to fr.wikipedia.org
        il montre ce que je pense aussi,
        et qui a une conséquence:
        si vous ajoutiez à vos paramètres temps espace énergie un quatrième qui est l’information vous vous sentiriez plus proche de l’espace mental dans lequel travaillent les scientifiques aujourd’hui:
        c’est nécessaire pour intégrer aussi des questions importantes que sont le chaos et / ou la complexité notamment, et que le cartésianisme au sens strict ne permettait très vraisemblablement pas d’aborder

        loin de moi pourtant le fait de négliger l’importance des travaux de DARWIN sur le plan scientifique:
        mais ce qui est réellement important à mes yeux est la restitution des débats scientifiques majeurs qui ont pu exister – et surtout ne pas les occulter
        ainsi le débat entre Darwin et son principe de sélection naturelle, contrairement à Lamarck qui pensait que les humains sont libres de choisir les “formes” dont ils souhaitent se rapprocher (ce qui n’est pas pareil); pour les termes précis voir directement l’article wikipedia au lien:
        link to fr.wikipedia.org

        mais ce qui m’a frappé aussi,
        c’est que Darwin a eu la “révélation” de sa théorie au moment où il effectuait un voyage autour du monde;

        dans la science, il y a toujours une aventure parallèle à ce que la science peut découvrir ou livrer strictement; elle fait partie de l’histoire et de la science et de l’humanité

        cordialement,


    • Le Bigourdan Le 01 avril 2014 à 13h20
      Afficher/Masquer

      Remarques sur l’Espagne:

      – les personnes qui manifestent sont essentiellement les chômeurs ou ceux qui ont de plus en plus de difficultés à rembourser leur prêt immobilier ( 68000 expulsions en 2013)
      – les chômeurs viennent essentiellement du secteur immobilier suite à l’implosion de la bulle
      on est passé de 750.000 logements construits en 2007 à une moyenne de 100.000 logements par an depuis 2008 et il y a un stock de 1000.000 de logements disponibles à la vente.
      la bulle immobilière mettra 10 à 15 ans pour se résorber depuis le point haut de 2007
      – les prix de l’immobilier ont baissé de 44% ( plus de 50% dans le région de Barcelone) et les loyer ont suivi à la baisse
      – l’industrie automobile fonctionne très bien
      – la solidarité familiale permettent à beaucoup d’espagnols en difficulté de s’en sortir


  4. perceval78 Le 01 avril 2014 à 08h05
    Afficher/Masquer

    Youtube c’est un peu comme wikipedia , ca diffuse la bonne parole , controlé par Big Brother.
    Voici quelques perles de la traduction automatique sur la premiere video :

    2:59 nous sommes dans un monde économie ouverte
    3:00 nous sommes dans un monde de concurrence extrêmement forte
    3:03 un monde dit des tags nazis
    3:38 c’est ce qui s’est passé aux etats-unis où la rentabilité n’a jamais été aussi forte en termes de partage de la valeur ajoutée

    et patati et patata


  5. perceval78 Le 01 avril 2014 à 08h16
    Afficher/Masquer

    2:59 nous sommes dans un monde économie ouverte

    on a signé des traités pour , ca ne s’est pas fait naturellement

    3:00 nous sommes dans un monde de concurrence extrêmement forte

    la concurrence est un dogme , il y a un commissaire a la concurrence a bruxelles , il n’y a pas de commissaire a la solidarité

    3:38 c’est ce qui s’est passé aux etats-unis où la rentabilité n’a jamais été aussi forte en termes de partage de la valeur ajoutée

    il y a d’autres valeurs que la rentabilité


  6. P.Lacroix Le 01 avril 2014 à 08h54
    Afficher/Masquer

    Bonjour
    Nicolas Doze dit bien à un moment, un peu après 4 minutes : ” renonçons à nos assurances vie………..
    ponction sur les assurances vies……… “


  7. Moses Le 01 avril 2014 à 10h38
    Afficher/Masquer

    L’Europe, ça sera decidé par la France. N’oublions pas une particularité de L’Espagne – l’autre grand pays qui a du se soumettre à un peu d’austorité – ils sont vieux! Et encore lá, l’austerité passe mal, comme on a pu voir (si on cherchait) pendant la manif dignidade.


  8. Ardéchoix Le 01 avril 2014 à 10h40
    Afficher/Masquer

    ça va changer pas d’inquiétude , notre Président qui conduit le pays vient de changer les passagers afin d’éviter la sortie de route .


  9. Suzanne Le 01 avril 2014 à 10h55
    Afficher/Masquer

    Betbèze : “les Etats-Unis sortent de la crise comme on sort d’un saloon : eux ils sortent, et vous, vous vous prenez la porte”.
    Celle-là, je la mets dans mon herbier^^


  10. Eric Le 01 avril 2014 à 11h36
    Afficher/Masquer

    J’adore ces suggestions de filer du pognon aux banques pour qu’elles prêtent aux entreprises. Je propose même qu’on emprunte aux banques (à 3%) pour qu’on leur prête l’argent (à 0%) qu’elles seront supposées prêter au PME (ou le placer en produits financiers délirants), le tout conseillé par Goldman Sachs et consorts pour 1% du montant total. Oh puis non, laissez tomber. On va juste filer du pognon pris sur nos impôts aux actionnaires des banques en direct, ça gagnera du temps.


    • raloul Le 01 avril 2014 à 12h00
      Afficher/Masquer

      Bonjour!

      La commission européenne a toujours des idées extraordinaires et “innovantes” pour insuffler un peu de long terme dans le financement par les banques des PME: la titrisation et le crowdfunding. La titrisation, on a vu ses résultats mirobolants dans la crise des subprimes, mais apparement cela semble un modèle pour les génies bruxellois. Quant au crowdfunding, ça permet d’éviter de demander aux banques de faire leur job dans une économie saine, qui serait de financer l’économie réelle en premier lieu. Mais voui, faisons porter le risque directement aux petits épargnants (“mobiliser l’épargne personnelle” en novlangue), bravo les gars, bien joué, mais surtout ne remettons jamais en cause sérieusement et profondément le modèle économique en crise permanente depuis trente ans… Ca ne marche pas, alors allons encore plus loin et plus vite dans cette direction, voilà les trésors de pensée magique à l’oeuvre chez ces fanatiques… libéralisons, titrisons, mettons-nous en concurrence les uns contre les autres (pour le bien de tous évidemment), alléluia et amen le pognon.

      link to euractiv.fr

      Comme dirait Audiard, ils osent tout, c’est à ça qu’on les reconnait…

      P.s.: j’aime beaucoup le conditonnel dans l’article d’euractiv: “sont censés doper la croissance et l’emploi”. Toujours le mot pour rire, de surcroît…


  11. pitoun Le 01 avril 2014 à 11h45
    Afficher/Masquer

    je trouve drole quand même le discours autour de la reprise qui ne serait pas perceptible par la population en prenant notamment exemple sur Espagne encore hier soir chez bfm buisness c’était assez comique…


  12. perceval78 Le 01 avril 2014 à 11h59
    Afficher/Masquer

    la vérité la plus profonde est dans la deuxième vidéo ,Henri Pigeat aux commandes :

    16:17 la réalité majeur qui fait que les frontières n’ont plus de sens
    16:29 elles font comme si les frontières existait encore ici même à l’instant

    Olivier tente une belle contre attaque sur la fin :
    19:16 les frontières existent et elles existeront encore dans pas mal de décennies

    Oui mais la traduction automatique Youtube ne retient que :
    19:16 les frontières existent et existeront encore un an

    c’est ce que diront les manuels d’histoires dans 20 ans ( via l’innenarable wikipedia)

    je vois quand même une belle opportunité se dessiner , plus de frontieres dans 1 an , c’est le moment d’investir sur les multinationales !!!


  13. perceval78 Le 01 avril 2014 à 12h04
    Afficher/Masquer

    j’en profite pour faire un petit aparté sur la problématique du jour :

    peut on nommer un gouvernement un 1er avril ?
    non disent les experts en com
    oui disent les liberaux , time is money
    vous allez passer pour des cons disent les experts en com
    on s’en fout disent les liberaux , il faut lacher les gazs , debrider le marché , libérer les énergies
    le gouvernement risque de trainer ca comme un boulet disent les experts en com
    on s’en fout disent les liberaux , les frontieres n’existent plus , les politiques n’existent plus,
    seul existe le marché … des sous , des sous … encore … encore ….

    au commencement des temps … était le marché … le marché était tout … le marché savait tout …


  14. caroline porteu Le 01 avril 2014 à 14h21
    Afficher/Masquer

    Il y a deux jours sur la revue de presse en Français diffusée sur le blog D’Olivier , je me suis permise de faire part d’une consultation lancée par l’Europe sur le TTIP et le RDIE ..
    Je voudrais juste vous faire part de la parfaite illustration de ce que peut donner cette nouvelle monstruosité Européenne en préparation .

    link to collective-evolution.com

    Obama Signs Monsanto Protection Act

    Barack Obama recently signed a bill into law that was written by the billion-dollar corporation that will benefit from it. The Monsanto Protection Act allows Monsanto to override United States federal courts on the issue of planting experimental genetically engineered crops all across the US. The government has no power whatsoever to stop Monsanto and other biotechnology corporations from planting and harvesting.

    Cette signature donne donc le droit à Monsanto , de violer la législation américaine et d’éviter toute poursuite à la suite des transgressions .

    Vous pouvez faire l’analogie avec la finance, les manipulations de marché , de taux .. ce RDIE permettra également aux banques en question de faire ce qu’elles veulent sans aucun risques. Les investisseurs auront le droit de POURSUIVRE les ETATS , si les législations nationales constituent des entraves à leur activité ..

    Je pense que c’est d’autant plus important que dans deux jours seront votés au Parlement Européen des textes destinés à limiter la liberté d’expression sur internet .
    Profitons en tant qu’elles ne sont pas encore en place .


    • perceval78 Le 01 avril 2014 à 17h00
      Afficher/Masquer

      je rappelle le lien Caroline , pour ceux qui ne l’auraient pas noté :

      link to trade.ec.europa.eu

      accessible dans la seule langue anglaise !


      • C Balogh Le 01 avril 2014 à 18h41
        Afficher/Masquer

        Olivier a la traduction , je la lui ai envoyée avec les commentaires de Mr R Jennar, je ne peux pas la poster car trop longue et on ne peut pas insérer de pièces jointes.


    • perceval78 Le 01 avril 2014 à 17h42
      Afficher/Masquer

      Caroline , j’ai posé la question ici :
      TRADE-TTIP-INVESTMENT-PROTECTION-AND-ISDS@ec.europa.eu

      ci dessous leur réponse

      Madame, Monsieur,

      Nous vous remercions pour l’intérêt que vous portez à la consultation publique en ligne sur la protection des investisseurs dans le cadre des négociations pour un accord de partenariat transatlantique sur le commerce et l’investissement (TTIP/Transatlantic Trade and Investment Partnership).

      Nous procédons actuellement à la traduction de cette consultation dans les 28 langues de l’Union européenne et ces versions, y compris la version française, seront très bientôt disponibles en ligne. Le délai de 90 jours disponible pour répondre à cette consultation ne commencera à courir qu’à partir du moment où la consultation sera disponible en ligne en 28 langues.

      Merci par avance pour votre contribution,

      Cordialement.

      ce faisant il ne peuvent techniquement tenir la date annoncée : 21/06/2014


      • C Balogh Le 01 avril 2014 à 17h59
        Afficher/Masquer

        “la consultation publique en ligne sur la protection des investisseurs dans le cadre des négociations pour un accord de partenariat transatlantique sur le commerce et l’investissement (TTIP/Transatlantic Trade and Investment Partnership).”
        Belle consultation mais qui ne m’intéresse pas.Moi, je suis un quidam, ce que j’aimerai savoir c’est :quelle est la protection du citoyen lambda dans ce traité?la majorité n’est pas investisseur, la règle devrait être pour la majorité.
        En acceptant cette consultation, on noie le poisson, c’est comme si le ttip allait être signé mais que le seul problème reste la protection des investisseurs.Dis donc, y zont déjà pas assez de fric qu’il faille de surcroît les protéger?et nous, alors?


      • caroline porteu Le 01 avril 2014 à 18h25
        Afficher/Masquer

        Merci Perceval ;
        Compte tenu de l’invraisemblable Protection Act que vient de signer OBAMA dans le seul intérêt de Monsanto , je pense que nous devons être d’une vigilance accrue . Il ne s’agit pas de protection des investisseurs , mais bien de démocratie, de séparation des pouvoirs et d’indépendance de la justice .

        Il y a quelques semaines( le 15 Janvier) , le Gouvernement Hollande essayait de faire passer en catimini une réforme du Code Civil par Ordonnances (en particulier sur le droit des contrats). Heureusement , ce texte a été rejeté à l’unanimité par le Sénat .

        Là nous nous trouvons à nouveau confrontés à de nouvelles tentations totalitaires dans le seul intérêt de groupes d’investisseurs qui finalement sont toujours les mêmes : les actionnaires de la FED , qui sont également par l’intermédiaire des fonds de pension US , les actionnaires de Monsanto .
        Un lien ici donne les actionnariats croisés : vous verrez c’est particulièrement parlant :

        link to english.pravda.ru

        Ne vous y trompez pas , les investisseurs financiers risquent également d’être les premiers à bénéficier de ces “lois de protection” . A titre d’exemple , aujourd’hui une plainte vient d’être déposée contre 12 Banques , dont la BNP pour manipulations sur les marchés des changes . Idem avec la récente enquete du FBI sur le HFT (high trading fréquency ) ..

        Une fois le RDIE adopté , ce type de plainte ou d’enquête seront-ils toujours possibles ..

        Permettez moi d’en douter ?


      • caroline porteu Le 01 avril 2014 à 23h15
        Afficher/Masquer

        Une mise à Jour qui donne envie de se lever et d’applaudir ..
        Bravo les Canadiens et les Américains
        link to collective-evolution.com

        Le Sénat Américain , devant la levée de boucliers des médias alternatifs a refusé cette loi scélérate … qui donnait à Monsanto la possibilité de ne plus respecter les lois votées par le Peuple .

        Aux Européens de montrer qu’ils savent aussi réinformer de manière utile , car le TTIP et son RDIE ne sont qu’une version non édulcorée de ce Monsanto Protection ACT ..

        Nous avons déjà eu un épisode de ce style avec la Réforme du Code Civil par Ordonnances proposée le 15 Janvier dernier par le Gouvernement Hollande (Ayrault et Taubira ) et refusée à l’unanimité par le Sénat. Certains journaux juridiques disant de manière tout à fait explicite que le Buzz Internet avait fait basculer le Sénat Français .

        La recherche Google sur les termes : réforme du Code Civil par ordonnance vous fera arriver sur un blog médiapart qui vous étonnera par le nombre de recos FB obtenues …

        Merci à tous et en particulier à Olivier qui fait partie des lanceurs d’alerte indispensables à la survie de notre démocratie


  15. step Le 01 avril 2014 à 14h28
    Afficher/Masquer

    j’aime beaucoup l’utilisation médiatique des concepts abusifs pour discrediter un interlocuteur :

    Vous êtes un déclinologue = vos prédictions négatives sont liés à votre nature et donc pas à des éléments de vérité. Venant de l’organisateur du débat, cela pose un problème grave sur son positionnement.

    J’ai eu droit à un truc similaire, en expliquant les concepts de décroissance. Du style “bunker, tous crever, faire ses chemises soit même…” enfin l’outrance clichée pour décrédibiliser une réalité qui nous touchera d’une manière ou d’une autre. La déflation salariale induit une décroissance d’une manière ou d’une autre, la question étant comment on la choisit, ou comment on la subit.


    • Mathieu Le 02 avril 2014 à 07h21
      Afficher/Masquer

      De ce point de vue, si j’avais un truc à conseiller à Olivier c’est de venir avec une ou deux bonnes nouvelles ( du genre “il fait beau aujourd’hui” ;-) ) pour contrebalancer un peu son discours réaliste pour les uns, dépprimant pour les autres.


      • Olivier Berruyer Le 02 avril 2014 à 09h58
        Afficher/Masquer

        Il y a Moscovici pour ça :)


  16. Macarel Le 01 avril 2014 à 15h06
    Afficher/Masquer

    Scoop de l’agence TerreATerre du 01/04/14

    Selon des sources bien informées, le Président Hollande, aurait nommé Manuel Valls, pour négocier en urgence -et en marge de la négociation UE-USA sur le GMT-, l’intégration de la France, à l’Union des Etats Fédérés américains. Obama ayant accepté l’idée d’une telle intégration, lors de la dernière visite de notre Président à la Maison Blanche.
    Cette négociation devant être bouclée, avant le prochain scrutin européen, auquel les français ne participeront donc pas.
    Le gouvernement espère ainsi relancer la croissance, par l’exploitation des gaz de schiste, le développement des cultures OGM, et surtout par l’adoption du dollar comme monnaie, afin de damer le pion à l’Allemagne et à son euro-mark. Les gains de compétitivité espérés étant hors de proportion, avec ceux du pacte de responsabilité.
    Dès que la France sera devenue le 51ième Etat des Etats-Unis, il sera mis fin lors d’une réunion extraordinaire du Congrès US, à l’exception française (et à ses dépenses publiques d’un autre âge), et l’anglais deviendra la langue officielle en France. La Constitution française sera abolie, et la Constitution américaine s’appliquera.
    F.Hollande sera gouverneur intérimaire, jusqu’à l’élection d’un nouveau gouverneur.
    Les français qui ne souhaiteraient pas devenir américains, pourront toujours demander l’asile politique à la Russie de Poutine, ou essayer d’émigrer dans le pays francophone de leur choix.
    Bien que pour la Suisse et Monaco, cela risque d’être très difficile.


    • ril Le 01 avril 2014 à 17h08
      Afficher/Masquer

      Un peu gros quand même pour un poisson.


      • step Le 01 avril 2014 à 18h42
        Afficher/Masquer

        oui bien tenté, mais pas assez crédible !


  17. amorgos Le 01 avril 2014 à 16h30
    Afficher/Masquer

    J’ai l’impression qu’en préparation de chaque émission, les invités sont briffés sur les propos à tenir ou à ne pas tenir. Je trouve olivier Berruyer et en l’écoutant, “légèrement” sur le frein à main, surtout sur la question tabou de la sortie de l’Euro ….


    • perceval78 Le 01 avril 2014 à 16h43
      Afficher/Masquer

      c’est parce qu’on a passé l’étape 1 : le TABOU .
      il y a à peine 6 mois personne n’aurait osé prononcé les 4 mots accolés : “sortie de l’euro”
      On passe maintenant à la phase 2: une voix qui porte …Attali , Minc …
      Puis la phase 3 : la presse officielle
      Puis la phase 4 : 1 député , 1 ministre …
      Puis la phase 5 : la mise en application

      C’est long , mais c’est ça la démocratie …


  18. nono Le 01 avril 2014 à 16h32
    Afficher/Masquer

    Au Pays de la Liberté le Sénat découvre la lune.
    link to lemonde.fr


  19. C Balogh Le 01 avril 2014 à 18h47
    Afficher/Masquer

    [ Modérateur - Trop de fautes. Veuillez faire attention à la qualité de votre texte. ]

    link to dailymotion.com


  20. Derrien Le 01 avril 2014 à 18h58
    Afficher/Masquer

    Toujours le sentiment d’entendre des medecins qui connaissent la maladie , mais non toujours pas trouver d’antidote !!! Donc du blabla bla constant entre pro du verbiage economique, un tableau abstrait enrichissant pour les auteurs , sans intérêts pour les auditeurs , vivement les européennes pour qu’enfin on retablise une opposition forte aux commissaires payé comme des rois qui ne visent que la carriere qu ‘ils font frais de la nation . Je crois que je vais dormir jusqu’en juin …..


  21. lanQou Le 01 avril 2014 à 19h20
    Afficher/Masquer

    hélas, le format ne se prête peut-être guère aux longs développements, mais hélas, ceci n’est sûrement pas le fruit d’un malheureux hasard.
    Une petite piqûre de rappel:
    link to youtu.be


    • lanQou Le 02 avril 2014 à 10h02
      Afficher/Masquer

      tiens, le liens est resté derrière…
      link to youtu.be
      hmmm… problème technique ou erreur humaine…


  22. Crapaud Rouge Le 01 avril 2014 à 20h54
    Afficher/Masquer

    Débat stérile. Seul notre “déclinologue” parle de l’avenir, les autres se contentent de dire le monde comme il va.


    • Crapaud Rouge Le 01 avril 2014 à 21h58
      Afficher/Masquer

      C’est typique à la fin de la 2nde partie quand Henri Pigeat explique qu’un retour à des politiques nationales serait pire que la crise actuelle : cette assertion ignore que la situation actuelle n’est pas stable et qu’elle va en s’aggravant. Ces gens parlent donc pour ne rien dire, ils refusent de se prononcer sur la question de fond : peut-on continuer longtemps avec la monnaie unique + la politique d’austérité + le reste du monde en crise + le déclin tous azimuts des dépenses + la menace de déflation + les coûts croissants des changements climatiques + le système financier menaçant de s’effondrer + le dollar menacé par les BRICS + des inégalités croissantes ?


      • Alkali Le 01 avril 2014 à 23h57
        Afficher/Masquer

        Les sophistes, de tout temps, sont payés grassement pour développer en entretenir une argumentation au profit de ceux qui les payent.
        Ce sont des mercenaires de la pensée, pas des sages.
        Les faire passer pour des sages reste, cependant, le premier argument de leur notoriété.


  23. Bouddha Vert Le 01 avril 2014 à 21h58
    Afficher/Masquer

    Bonsoir,

    Je suis personnellement fatigué d’entendre encore des experts parler de croissance pour nous sauver: La croissance du PIB?
    Y a t-il encore quelqu’un pour croire que les règles du jeux où tout le monde se concurrence et dans lequel le déclin des ressources énergétiques, minérales, métalliques, halieutiques, forestières soit possible encore longtemps
    Y a t-il quelqu’un pour ne pas comprendre que nos bulles ne sont que la tentative désespérée de créer de la richesse avec une absence de croissance des ressources.
    Il est temps que les cerveaux chauffent avec ce paradigme en tête.

    Il est déjà difficile d’imaginer la terre avec 7 milliards d’habitants dans des maisons avec tout le confort européen, ne parlons pas des voitures et des avions qui vont avec, je ne respire plus.

    Quant à parler de croissance, infinie, on le présume, c’est vraiment le bouquet!


    • Kiwixar Le 01 avril 2014 à 22h33
      Afficher/Masquer

      Tous ces “experts” économiques et financiers ont un conflit d’intérêt.
      Ils savent très bien que le système financier sous sa forme actuelle (bulles partout, création monétaire, destruction de la classe moyenne) ne va pas durer très longtemps. Trimestres ou quelques années. D’ici là, leur objectif c’est :
      - de s’en mettre plein les fouilles en protégeant le système qui leur permet d’être inondés de liquidités, donc en tenant des discours “business as usual” (croissance, bilan des entreprises, analyse technique)
      - transformer le papier en biens tangibles, tout en ayant un Plan B dans un coin qui sera à l’abri des troubles (Suisse, Australie, Nouvelle-Zélande, Scandinavie, Singapour, voire Thaïlande comme Marc Faber)
      En Chine, les directeurs de mines de charbon ont tous dans leur bureau une valise avec leur passeport. En cas d’accident, ils sont dans l’avion pour l’étranger avant que la poussière soit retombée. Sans doute un peu pareil pour les gros investisseurs : profitent comme ils peuvent, mais prêts à se barrer.


  24. Kiwixar Le 01 avril 2014 à 23h57
    Afficher/Masquer

    Le capitalisme noble c’est la libre entreprise avec des consommateurs qui s’enrichissent, une bonne classe moyenne (Ford payait bien ses employés pour qu’ils puisse acheter ses voitures), un Etat minimal (santé, retraites, défense, énergie, eau) et un système monétaire qui ne sert qu’aux échanges.

    Le capitalisme dévoyé actuel, c’est (1) le profit court terme avec destruction de la classe moyenne (2) les cartels et les ententes (3) la privatisation des bénéfices et la mutualisation des pertes (4) l’Etat hypertrophié dans certains endroits (dépenses militaires US, complications administratives, complexité fiscale) et atrophié ailleurs (santé, retraites, énergie, eau), (5) création monétaire pantagruélique, financiarisation, spéculation, (6) des banques too-big-to-fail et too-big-to jail.


  25. yt75 Le 02 avril 2014 à 01h24
    Afficher/Masquer

    Note : Hors sujet ici, mais l’article de Condoleeza Rice du 8 mars paru dans le Washington Post, est vraiment impressionnant (en fait lu en travers première fois).
    link to washingtonpost.com

    En particulier la fin :

    “Most important, the United States must restore its standing in the international community, which has been eroded by too many extended hands of friendship to our adversaries, sometimes at the expense of our friends. Continued inaction in Syria, which has strengthened Moscow’s hand in the Middle East, and signs that we are desperate for a nuclear agreement with Iran cannot be separated from Putin’s recent actions. Radically declining U.S. defense budgets signal that we no longer have the will or intention to sustain global order, as does talk of withdrawal from Afghanistan whether the security situation warrants it or not. We must not fail, as we did in Iraq, to leave behind a residual presence. Anything less than the American military’s requirement for 10,000 troops will say that we are not serious about helping to stabilize that country.

    The notion that the United States could step back, lower its voice about democracy and human rights and let others lead assumed that the space we abandoned would be filled by democratic allies, friendly states and the amorphous “norms of the international community.” Instead, we have seen the vacuum being filled by extremists such as al-Qaeda reborn in Iraq and Syria; by dictators like Bashar al-Assad, who, with the support of Iran and Russia, murders his own people; by nationalist rhetoric and actions by Beijing that have prompted nationalist responses from our ally Japan; and by the likes of Vladimir Putin, who understands that hard power still matters.

    These global developments have not happened in response to a muscular U.S. foreign policy: Countries are not trying to “balance” American power. They have come due to signals that we are exhausted and disinterested. The events in Ukraine should be a wake-up call to those on both sides of the aisle who believe that the United States should eschew the responsibilities of leadership. If it is not heeded, dictators and extremists across the globe will be emboldened. And we will pay a price as our interests and our values are trampled in their wake. ”

    Surtout après un paragraphe de propagande en forme de contre-vérités pures et simples :

    “the syndicate that runs Russia cannot tolerate lower oil prices; neither can the Kremlin’s budget, which sustains subsidies toward constituencies that support Putin. Soon, North America’s bounty of oil and gas will swamp Moscow’s capacity. Authorizing the Keystone XL pipeline and championing natural gas exports would signal that we intend to do precisely that. ”

    Note :
    A propos du gaz, billet clair et net (et forme sympa) de Gail Tverberg d’hier :
    link to ourfiniteworld.com


    • yt75 Le 02 avril 2014 à 01h30
      Afficher/Masquer

      Et lire les commentaires sur l’article de Rice est aussi intéressant.


      • FDS Le 02 avril 2014 à 01h51
        Afficher/Masquer

        “…our interests and our values…”

        Ceux -ci maybe…

        1 > link to courrierinternational.com
        2 > link to plosone.org
        3 > link to huffingtonpost.ca

        NO PASARAN


        • C Balogh Le 02 avril 2014 à 11h04
          Afficher/Masquer

          très intéressant:(traduction google)
          Le Brutalisme rejette subtilité et trouve aucune exception de circonstance pour sa théorie universelle . La théorie s’applique indépendamment du temps, du lieu ou de la culture . Il ne peut y avoir aucune place pour la modification ou même la découverte de nouvelles informations qui pourraient changer la façon dont la théorie est appliquée . Brutalism est un système fermé de pensée dans lequel toute l’information pertinente est déjà connu , et la manière dont la théorie est appliquée est présumée être une partie donnée de l’appareil théorique . Même les zones difficiles telles que le droit de la famille , la restitution pénale , les droits dans les idées , la responsabilité pour faute, et d’autres zones soumises à des cas par cas la tradition juridique font partie d’un a priori appareil qui n’admet aucune exception ou emendations .Au cours de cette faction, les brutalists de cours affirment qu’ils sont les seuls vrais croyants en liberté parce que ils ont l’estomac et le laiton nécessaire de prendre logique libertaire à son extrémité la plus extrême et traiter les résultats . Mais ce n’est pas le courage ou la rigueur intellectuelle à l’œuvre ici . Leur idée du libertinage est réductionniste , tronquée , inconsidéré , incolore et non corrigée par le déroulement de l’expérience humaine , et oublie le contexte historique et social plus large dans lequel la vie de liberté .

          link to fee.org

          On ne peut pas résumer la vie des hommes à une recherche de profits, c’est le brutalisme.La vie des hommes est tout aussi riche de relations humaines basées sur le respect , le partage, la joie d’être ensemble et ne saurait évoluer positivement sans cette fr(aternité, fraternité mise à mal par la création de travailleurs détachés, ils vont loin, créer des conditions de la discorde, mais c’est vrai qu’en France, les USA auraient bien du mal à semer la pagaille comme ils le font partout…….Alors, ils mettent au point cette stratégie des “travailleurs détachés” garant d’un joyeux bordel pour les années à venir.c’est notre qualité de vie qui est visée, directement.


          • jducac Le 03 avril 2014 à 11h32
            Afficher/Masquer

            @ C Balogh Le 02 avril 2014 à 11h04

            On ne peut pas résumer la vie des hommes à une recherche de profits, c’est le brutalisme. La vie des hommes est tout aussi riche de relations humaines basées sur le respect …….

            Le respect, je l’ai évoqué hier en réponse à votre post du 02 avril 2014 à 15h12

            Je le reproduis ci-dessous et aimerais bien connaître la personne qui l’a supprimé. Peut-être dérangeait-il quelqu’un.

            Vos 80 ans ne m’impressionnent pas le moins du monde, on peut vivre 100 ans et n’avoir rien compris à l’humanité.

            Le ton provocateur et agressif de votre intervention m’incite à penser que vous êtes peut être trop jeune pour avoir compris que personne ne se grandi à apostropher ainsi son prochain. Jusqu’alors, les personnes de ma génération et celles des générations précédentes, veillaient à respecter leurs ainés, et ce, dans n’importe quelles contrées de monde.

            link to michjuly.typepad.com

            « ils ont pris des douches d’eau chaude avant nous » En fait ils se sont brûlés avant nous…”ils ont tâté l’eau avant nous”….

            C’était donc aussi la règle en Thaïlande où, pourtant, il est d’usage de classer les femmes en « principales » en «secondaires» etc…montrant la sélection naturelle existe aussi dans d’autres pays et dans d’autres domaines, en politique, en sport et même lors de catastrophes où ce sont souvent les plus forts qui s’en sortent.

            Il faut admettre que, dans l’univers, tout évolue en fonction du temps. Tout dérive vers un état dégradé vers la fin des bonnes choses, notamment avec la fin du respect des autres.

            Qui êtes vous pour jauger de l’utilité d’une personne ou d’une autre?

            Mais vous, qui êtes vous donc vous, pour vous permettre de me classer, sans preuve ni justification, proche de gens auxquels on reproche de s’être livrés à un génocide ?


  26. Leo Le 02 avril 2014 à 18h54
    Afficher/Masquer

    Sur la 2e vidéo, à partir de 6’42 Nicolas Doze semble faire une jolie quenelle. J’ai pas compris pourquoi mais j’ai ri.


  27. BA Le 03 avril 2014 à 17h39
    Afficher/Masquer

    Jeudi 3 avril 2014 :

    « SCOOP : faites comme le nouveau ministre des Finances, rien à la banque tout en actifs tangibles !… »

    Bref, Michel Sapin aurait donc trois comptes au Crédit patates avec les montants ci-dessous :
    - 768,36 euros
    - 4,67 euros
    - 3 456,76 euros

    À mon avis, les 3 456 euros c’est son compte courant, les 4,67 euros un vieux Livret A, et les 768,36 euros un CEL ou un PEL ouvert pour faire plaisir à son banquier il y a 6 ans lorsqu’il a utilisé des droits à prêt pour son crédit travaux… (enfin c’est ce que j’aurais fait à sa place).

    Bon, en clair, Michel Sapin n’a pas un kopeck traînant dans les banques. Tout est en actif tangible.

    link to lecontrarien.com

    En tout, quand on additionne tous ses comptes bancaires, Michel Sapin a seulement 4226,79 euros à la banque !
    Normal : Michel Sapin connaît l’état réel des banques françaises.
    Michel Sapin sait que, depuis 2008, les banques françaises sont en faillite.

    Et Manuel Valls ?

    Mercredi 2 avril 2014, page 2, le Canard Enchaîné publie la déclaration officielle de Manuel Valls :
    Manuel Valls n’a presque rien à la banque !
    En tout, quand on additionne tous ses comptes bancaires, Manuel Valls a seulement 1481,17 euros à la banque !
    Normal : Manuel Valls connaît l’état réel des banques françaises.
    Manuel Valls sait que, depuis 2008, les banques françaises sont en faillite.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>