Je partage avec vous aujourd’hui la vision du “GlobalEurope Anticipation Bulletin”, qui est pour moi de loin une des meilleures sources d’information sur la Crise.

Plan de l’article complet (15 mars 2014) :

1. CONSTRUCTION D’UN PIÈGE POUR DÉTOURNER L’EUROPE DE SON DESTIN PROPRE
2. ATTAQUES SUR L’EUROPE EN SÉRIE
3. FAIRE TOMBER SUR L’EUROPE UN NOUVEAU RIDEAU DE FER
4. OBLIGER L’EUROPE À CHOISIR UN CAMP
5. TROUVER LES RESSOURCES INTRINSÈQUES À L’EUROPE POUR SE LIBÉRER DU PIÈGE – Huit recommandations stratégiques
Nous présentons dans ce communiqué public des parties 1 à 3.

Construction d’un piège pour détourner l’Europe de son destin propre

Lorsqu’en novembre 2013, la Russie demandait à l’UE une négociation tripartite sur les accords de libre-échange de l’Ukraine avec ses deux voisins dans le but de trouver les terrains d’entente agréables à toutes les parties directement concernées (1), il en allait de la stabilité, de l’intégrité et de l’indépendance d’une Ukraine et qu’elle puisse demeurer le lien qu’elle est par nature entre l’Europe et la Russie.

Mais ni Mme Ashton, ni M. O’Sullivan (2), en charge du Service d’Action Extérieure de la Commission européenne, pas plus que M. Fule qui du haut de la DG Élargissement passe son temps à essayer d’intégrer tout ce qui bouge à l’Est de l’Europe (3), ne voulaient cela. À l’inverse, ils ont obligé l’Ukraine à « choisir son camp » (4), créant ainsi les conditions à la suite inéluctable d’événements que l’on sait : l’Ukraine a en effet choisi… et le pays, en toute logique, est entré dans un dramatique et sanglant processus de division dont nous ne sommes qu’au début. Mme Ashton et M. O’Sullivan ont littéralement tendu un piège à l’Ukraine… et à l’Europe.

Cinq mois plus tard, les dégâts obtenus sont immenses : plus de 100 morts (5), l’Ukraine se retrouve avec un gouvernement non élu porté au pouvoir par des factions d’extrême-droite (6), les relations Euro-Russes sont brisées, l’Ukraine et la Russie sont au bord d’une guerre qui n’est pas loin d’être une guerre entre l’Europe et la Russie (7), les militaires russes ont repris le contrôle de leur arsenal criméen, la flotte américaine croise dans les eaux de la mer Noire (8), l’armée américaine se réinstalle en Europe (en Pologne, Lituanie, Roumanie (9)), les médias excités par le sang sont une pure machine de propagande décidés à pousser politiques et citoyens à la guerre, le Traité de libre-échange UE-Ukraine est sur le point d’être signé à l’encontre de l’intérêt russe par Washington et un gouvernement ukrainien non élu (10) (si la même méthode est employée pour le TTIP, Washington et Mme Ashton l’auront signé en avril au plus tard), les Occidentaux s’apprêtent à nier la légitimité du référendum sur la Crimée ce qui va aggraver la crise et continuera à poser des questions sur le combat démocratique des Occidentaux, … (11)

D’un point de vue européen, quel considérable échec politico-diplomatique ! Œuvrer à reconstruire le rideau de fer en 2014 et à isoler l’Europe de toutes les dynamiques en cours dans ces fameux pays émergents auxquels la Russie nous relie, comme l’Ukraine nous reliait à la Russie (12).

Attaques sur l’Europe en série

Malheureusement, au-delà d’un échec, il faut voir là aussi le résultat d’une attaque en règle sur le projet de construction européenne, projet dont les deux objectifs principaux depuis l’origine sont la paix par la coopération et la mutualisation des intérêts, et l’indépendance du continent par la force que procure de facto son union.

L’attaque actuelle se situe en effet dans la lignée de celle menée en 2010 contre l’euro, sachant qu’en cassant la monnaie commune, et compte tenu de l’impossibilité technique à retourner aux monnaies nationales, l’Europe se serait de facto retrouvée intégrée à la zone dollar. Cette fois-là, l’Europe a résisté et sauvé sa monnaie… au prix d’un énorme affaiblissement, politique notamment.

Le TTIP, et les tentatives de nous faire signer dans l’urgence ce Traité obscur dont personne ne veut, semble surtout avoir pour objectif de placer le politique sous tutelle de l’économique (plus encore d’ailleurs que l’Europe sous tutelle des États-Unis). Quoiqu’il en soit, il créerait de fait une énorme zone de libre-échange UE-US échangeant en dollars et annexant formellement l’Europe à la zone dollar. Là encore, les outils de l’indépendance européenne sont visés, en l’occurrence son arsenal juridique de protection commerciale, garant de l’intérêt économique, de la compétitivité qualitative et de la santé des Européens. Et les méthodes pour obtenir la signature à tout prix de ce traité sont à elles seules la preuve de sa malhonnêteté profonde.

Faire tomber sur l’Europe un nouveau rideau de fer

Et encore n’avions-nous rien vu de ce que Washington et Bruxelles étaient capables dans ce domaine. La crise ukrainienne n’a probablement pas été déclenchée pour autre chose que pour, in fine, nous obliger à acheter le gaz de schiste américain (13), à signer le TTIP (hors duquel le précédent ne peut être vendu en Europe (14)) et à justifier une réaugmentation des budgets militaires américano-otanesques (15) grâce à la réactivation d’une guerre froide entre occident et émergents (à ce détail près que c’est l’Occident qui sera cette fois du mauvais côté du rideau de fer).

[…]

———-

Notes

1 Source : Le Monde, 05/03/2014.

2 Il s’agit du numéro trois du Service Européen d’Action Extérieure. Quelques mots s’imposent sur son parcours sur lequel des journalistes d’investigation devraient se pencher davantage. M. David O’Sullivan apparaît dans les radars de notre parcours européen au début des années 90, alors qu’il était chef d’unité de la DG Éducation en charge du programme TEMPUS, un programme qui a été épinglé par la Cour des Comptes européenne, suite à une lettre ouverte de Franck Biancheri dénonçant les malversations dudit programme. Compte tenu de ce début, la carrière de M. O’Sullivan n’aurait pas dû aller très loin. Mais, au milieu des années 90, à l’époque où nous montions le projet transatlantique TIESweb en partenariat avec la Commission européenne et la Maison Blanche, un diplomate de l’Ambassade des États-Unis à Bruxelles, nous recommande un jour, au détour d’une conversation banale, de suivre la carrière d’un certain David O’Sullivan… « qui irait loin ». Surprise dans nos rangs, et remarques sur le caractère peu recommandable du personnage… mais petit sourire sur les décisions des grands. Et quelques années plus tard, sous la Commission Prodi débutant à la toute fin des années 90, David O’Sullivan devient… Secrétaire Général de la Commission européenne, soit le poste le plus puissant de tout l’édifice européen, rien que ça ! Sous son règne et avec son intervention personnelle directe, le projet de réforme institutionnelle initié comme suite logique à la démission de la Commission Santer qui révélait clairement l’inadéquation du mode de fonctionnement de l’Europe post-Traité de Maastricht et avait amené un groupe de fonctionnaires, sur mandat du Commissaire Prodi, à constituer une « task-force sur la réforme de la gouvernance européenne » dont les travaux avaient abouti à un livre blanc du même nom, a été proprement enterré (travail de rédaction récupéré, idées innovantes supprimées, publication organisée en août pendant les vacances des journalistes). Ce projet de réforme fut pourtant un grand moment d’espoir de la démocratisation européenne, espoir irrémédiablement déçu. On retrouve M. O’Sullivan au Service d’Action Extérieure dans le cadre d’un « déséquilibrage » de la tête du SEAE en faveur des anglo-saxons : en effet, la nomination de Mme Ashton avait été compensée par celle du français Pierre Vimont comme numéro 2 (directeur général exécutif)… mais cette première, pour reprendre la main, avait créé un poste numéro trois (qui n’existe dans aucune institution européenne : directeur général administratif) pour le livrer à O’Sullivan. C’est ainsi que ce dernier se retrouve aux côtés d’Ashton en 2013 sur la négociation de l’Accord de libre-échange UE-Ukraine… avec les résultats que l’on sait. Mais ce n’est pas fini : il est depuis passé Ambassadeur de l’UE à Washington, pour que son tandem avec Ashton contrôle toute la chaîne de signature du fameux TTIP. Pour suivre les mauvaises nouvelles pour l’Europe, c’est simple, il suffit de suivre les évolutions professionnelles de M. O’Sullivan.

3 La saviez-vous ? La Géorgie aussi. Source : EuropeanVoice, 29/11/2013.

4 Source : Le Monde, 05/03/2014

5 Source : KyivPost, 11/03/2014.

6 Source : CNN, 06/11/2014.

7 Surtout que l’UE fait tout pour annexer l’Ukraine en accélérant la signature de l’accord d’association – qui devait attendre l’élection d’un vrai gouvernement mais qui finalement sera signé entre-temps par le gouvernement non élu en place (source : Radio Ukraine, 26/02/2014) car le prochain gouvernement légitime pourrait bien être pro-russe à nouveau ; mais aussi d’intégration à l’UE – un accord peut en cacher un autre, et notamment les négociations avec la Géorgie vont dans ce sens, alors pourquoi pas l’Ukraine (source : Messenger, 06/03/2014).

8 … et l’armée américaine reprend pied en Europe après tant d’efforts fournis pour l’en déloger. Source : Chicago Tribune, 12/02/2014.

9 Source : Ouest-France, 12/03/2014.

10 Cet article du 12/03/2014 de EUBusiness a le mérite d’être clair : « Les nouveaux dirigeants de l’Ukraine signeront probablement l’accord politique tant attendu avec l’Union Européenne la semaine prochaine, a annoncé mercredi le Premier Ministre intérimaire Arseniy Yatsenyuk suite à une conversation avec la Maison Blanche »… L’UE est à prendre, on craignait qu’elle ne soit prise par les extrême-droites, c’est pire : elle est en train d’être prise par une puissance étrangère. Mais le plus ahurissant, c’est que sur 28 gouvernements, dont la plupart (mais pas tous) sont des gouvernements démocratiques responsables devant leurs peuples, pas un seul ne trouve à y redire. Piège américain, traîtrise de l’UE… et des élites politiques européennes qui se couchent… comme les élites françaises se sont couchées en 1940. Ne parlons même pas des nationalistes de tout poil qui infestent les vies politiques nationales à coup de discours sur la souveraineté des nations… et n’ont pas non plus la moindre critique à formuler sur la prise de contrôle de l’agenda européen par les Américains (si encore c’était pour le meilleur, mais c’est pour le plus évident des pires). Mais si l’on regarde les sympathies occidentalo-ukrainiennes, ils doivent avoir l’espoir de récupérer de l’apparence de pouvoir (un petit gouvernorat de province par-ci par-là) dans la prochaine configuration.

11 Le bloc soviétique s’est effondré sans effusion de sang grâce à Mikhaïl Gorbatchev ; c’est un fait remarquable dans l’histoire qu’un empire se retire dans le calme. Les États-Unis n’ont pas l’air d’envisager de rentrer dans le rang avec la même dignité malheureusement. Après la méthode financière (le bailout faramineux de 2009, ce fameux TARP de 700 milliards de dollars, qui a transformé la crise des banques en crise des États, puis les assouplissements quantitatifs de la Réserve fédérale américaine en 2010 et 2012 notamment, qui ont entraîné l’ensemble de la planète dans l’endettement généralisé), les États-Unis montent d’un ton en s’attaquant à l’Europe (avec la collaboration de certaines élites européennes) et tentent une OPA sur le continent.

12 L’Ukraine est en effet un lien stratégique entre l’Europe et la Russie, et donc entre l’Europe et les pays émergents. LEAP sait combien il était important de rapprocher l’Europe des BRICS, c’est même pour cela que nous avons lancé en 2009 le processus Euro-BRICS, destiné à projeter l’Europe dans ce qui est son vrai destin compte tenu de sa nature : sa contribution à l’émergence d’un monde multipolaire. Si l’Europe ne parvient pas à jouer ce rôle, il y a un risque de bipolarisation du monde, entre Occident et émergents. Mais la bipolarisation exige des murs… que l’on est bel et bien en train de nous reconstruire… au même endroit qu’il y a 25 ans. Décidément les élites occidentalistes n’ont pas beaucoup d’imagination… ou pas beaucoup de leçons dans leurs livres d’histoire. S’ils en avaient plus, ils sauraient que les guerres sont rarement froides et qu’il ne vaut mieux pas commencer à jouer à ce genre de jeu.

13 Source : The Guardian, 05/03/2014.

14 Le gaz de schiste est un gaz non-conventionnel, c’est-à-dire que son prix échappe à l’indexation sur celui du pétrole, ce qui est un avantage compétitif bien sûr, avantage qui ne lui est autorisé que parce qu’il n’est pas sensé franchir les frontières. C’est ainsi que les investissements considérables réalisés par les États-Unis pour devenir une puissance exportatrice de gaz ne seront couronnés de succès que grâce à la signature du ces fameux Traités de libre-échange transatlantique et trans-pacifique pour lesquels Washington est littéralement prêt à tuer. Source : Office of Fossil Energy.

15 Les gigantesques coupes sombres imposées par le Congrès sur le budget militaire américain ces derniers jours, et l’affolement qui s’ensuit dans les couloirs du Pentagone n’auront pas échappé à nos lecteurs. Source : USNews, 24/02/2014.

Samedi 15 Mars 2014
LEAP/E2020

Abonnement : pour ceux qui en ont les moyens, en particulier en entreprise, je ne peux que vous recommander l’abonnement à cette excellente revue de prospective sur la Crise, qui avait annoncé dès 2006 la crise actuelle.

Je rappelle que LEAP ne reçoit aucune subvention ni publique, ni privée, ni européenne, ni nationale et que ses ressources proviennent uniquement des abonnements au GEAB.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

94 réponses à [Reprise] GEAB n°83 : Escalade dans la réaction de survie des États-Unis : déclencher une guerre froide pour mieux annexer l’Europe

  1. Macarel Le 27 avril 2014 à 07h58
    Afficher/Masquer

    La chaîne RT (Russia Today), énerve les autorités US.

    Les promoteurs de la concurrence tous azimuts, ne supportent pas la concurrence “libre et non faussée”, lorsqu’il s’agit d’information.

    Poutine s’attaque au “Soft Power” US, et ça fait mal.

    http://rt.com/news/154760-kerry-attacks-rt-propaganda/

    CNN n’est plus la seule télévision globale, fin du monopole de la propagande mondiale.

    Aurait-on peur, dans l’oligarchie occidentale, de la concurrence dans l’info, alors qu’on la prône en économie, à longueur de journée ???


  2. steeve Le 27 avril 2014 à 08h16
    Afficher/Masquer

    GEAB est toujours l’outil de propagande d’une europe de bruxelles de plus en plus aux accents sovietiques. Tout est bon pour faire croire au bon peuple que sans l’europe, point de salut.
    A quand la purge stalinienne?


    • yann Le 27 avril 2014 à 10h26
      Afficher/Masquer

      C’est pire que ça. Ce sont des adeptes de l’école autrichienne d’économie. D’où leur obsession à annoncer la catastrophe lorsqu’il y a émission de masse monétaire. Ils sont pétris des contradictions de cette école de pensée. On critique l’intervention de l’état et dans le même temps on constate les conséquences négatives du laissez-faire, tout en continuant d’accusé les états alors même qu’ils ne sont pour rien dans dégradation économique. Par exemple ils vont dire que l’émission monétaire de la Fed produit une crise sans pour autant se questionner sur le fait que ce sont le libre-échange et la liberté de circulation des capitaux qui rendent inefficace et inégalitaires ces relances. Vous ne verrez jamais GEAB critiquer le libre-échange ou l’absence de contrôle des capitaux. C’est ce qui explique leur européisme congénital puisque l’Europe c’est un peu la Mecque de l’école autrichienne. La passivité étatique instituée à l’échelle d’un continent.


      • Goldfinger Le 27 avril 2014 à 13h19
        Afficher/Masquer

        à yann (27 avril 2014 à 10h26)

        Bonjour,

        Laissons tomber les notions d’ école de pensée. Les dogmatismes compliquent toujours les choses.

        Comme vous pouvez d’ailleurs le lire ci-dessus, GEAB avait dès 2006 prévu la crise actuelle même si, soyons honnêtes, ils n’étaient pas les seuls.

        Vous estimez qu’il n’y a aucun risque à poursuivre dans la voie du “quantitative easing” à l’échelle planétaire ?

        Personnellement j’ai l’impression que l’on est entrés depuis 2008 dans une phase de pilotage à vue et que plus personne ne sait vraiment vers quoi cela va mener.

        La sphère financière est hypertrophiée et peut s’effondrer (imploser) à tout instant. La seule chose qui la fait encore tenir est que personne n’a intérêt à ce que cet effondrement soit rapide et violent. Et cela ne pourra continuer que tant que la majorité continue à y croire.

        Au-delà de ce constat pour moi c’est devenu le brouillard (presque ?) complet.

        Le risque bancaire systémique est aussi voire plus important qu’en 2008.

        Par contre il faut reconnaitre que même si ce quantitative easing généralisé (FED, BOJ, BE … et proportionnellement plus modestement BCE) a encore creusé les inégalité de richesse, il n’ a pas provoqué d’hyperinflation qui aurait entrainé encore plus de citoyens vers la pauvreté.

        Certains voient le verre à demi plein … j’ai tendance à le voir à demi vide (voire pire encore !)

        Très cordialement.


        • yann Le 27 avril 2014 à 13h36
          Afficher/Masquer

          Ce qui m’ennuie dans leur logique c’est qu’ils considèrent le QE comme une politique keynésienne. Alors que dans le modèle keynésien, dans lequel la politique de relance est possible, est un modèle fermé dans lequel il n’y a ni libre-échange ni liberté de circulation des capitaux. Cela change tout ce point de détail. Keynes n’a jamais dit: endettez-vous à l’infini et imprimez des billets.

          La crise actuelle n’est que partiellement financière, elle est surtout commerciale. La bulle financière et l’endettement généralisé ne sont que les béquilles qui ont permis au modèle libre-échangiste prôné par les libéraux de perdurer jusqu’à maintenant. La suppression de la bulle ne fera que précipiter la planète dans une déflation monstrueuse. Ce qu’il faut c’est remettre des frontières et relocaliser les activités économiques de façon à ce que les politiques de régulation puissent à nouveau fonctionner. Mais évidemment les défenseurs de la rente et de la finance ne veulent pas entendre ce discours parce qu’il réduirait considérablement le niveau d’inégalité. Imaginez une seule seconde que les USA ne puissent plus importer de produit chinois. Du fait du vieillissement de la population et de la démographie, les salariés américains auraient un poids tout à fait considérable dans la négociation salariale. La rente financière s’évaporerait instantanément. Il ne faut pas se tromper sur les causes réelles de la crise actuelle. La bulle financière n’est qu’un symptôme, pas une cause.


          • Goldfinger Le 27 avril 2014 à 13h51
            Afficher/Masquer

            à yann (27 avril 2014 à 13h36).

            Merci pour votre intéressante réponse … qui ne me rassure pas du tout 😉

            Mais bon comme cela nous sommes au moins deux à savoir … que nous ne savons vraiment pas comment cela va évoluer (d’autant qu’il y a les facteurs géo-politiques “imprévisibles” et éventuellement les catastrophes naturelles potentiellement dévastatrices).

            Très cordialement.


          • olivier69 Le 28 avril 2014 à 00h06
            Afficher/Masquer

            Bonsoir Yann,
            bien vu, votre rappel sur le principe et le contexte afin d’apprécier une politique monétaire “de production” et non de spéculation. Les idées de Keynes ont été détournées et exploitées. Ils ont manipulé le cadre : l’environnement et le temps.
            Cordialement


          • nd Le 01 mai 2014 à 23h55
            Afficher/Masquer

            Je suis d’accord avec vous, mais je reprendrais un point.

            La crise n’est ni financière ni économique, elle est morale (elle n’a pas commencé en 2008 et elle n’est pas prête de se terminer).

            La déconstruction morale et philosophique (il “suffit” de lire michéa pour avoir les clés de compréhension) de l’occident, de l’Europe et en particulier de la France est de mon point de vue la raison essentielle à la mascarade que nous vivons aujourd’hui. Comme le dit très bien monsieur Berruyer, en quoi coter l’action d’une entreprise à la nanoseconde est-il représentatif d’une réalité économique ou financière ? c’est la course à la rentabilité à court terme, à l’enrichissement sans limite sans contrainte, peu importe les conséquences, le travail est devenu une chienlit, c’est tellement mieux de ne rien foutre et voir son compte en banque grimper tout seul. Si la crise des sub-primes américains s’est étendue au monde entier, c’est certes par des mécanismes financiers plus ou plus justifiables et la “mondialisation” de cette mécanique, mais c’est surtout parce qu’il y a avait des cons pour acheter des produits qui présentaient un taux de rentabilité juste ridicule dont on était incapable par ailleurs d’en comprendre le contenu.

            Je ne crois pas qu’il faille appréhender la problématique uniquement par le prisme de la mécanique économique ou financière. Ils sont et devraient rester des outils au service d’un projet de société. (A moins d’être un libéral ‘au sens économique’, où le marché seul va réguler la vie des hommes (sans jamais d’ailleurs être capable de définir ce qu’est le “marché” – on est là proche d’une vision religieuse de la chose économique) dans l’intérêt bien compris des acteurs du système (intérêt essentiellement matériel). On fera abstraction du fait que le libéralisme au sens économique n’existe pas et n’a jamais existé et il n’existera sans doute jamais, mais c’est bien le libéralisme philosophique aujourd’hui qui dicte la marche du monde (tout du moins en occident) – à savoir la réduction de tout à un processus de consommation (avec ce qui caractérise l’acte de consommer – sans contrainte, immédiatement (le tout, tout de suite) – et le “produit visé”, jetable, renouvelable à l’infini, le plus souvent inutile) – finalement réduire le sens de la vie humaine à un acte de production ou/et de consommation. Il s’agit bien là d’une faillite morale et de la cause ultime, à mon sens (je ne prétends pas avoir raison – le doute m’obsède) de ce que nous vivons aujourd’hui.


            • Goldfinger Le 02 mai 2014 à 14h20
              Afficher/Masquer

              À nd (01 mai 2014 à 23h55)

              Bonjour,

              Sur l’origine de la crise financière et économique (notamment) vous avez tout à fait raison de souligner qu’elle est à la base une crise morale. Nous pourrions épiloguer longuement pour savoir si c’est l’essence même de la crise mais elle en est AU MINIMUM un facteur essentiel et déterminant.

              Celle-ci (http://www.les-crises.fr/category/crise-morale/) fait partie des nombreuses variables qui sont traitées sur ce site (http://www.les-crises.fr/site-map-12/) :
              Idéalement il faudrait donc prendre le « mal » à la racine mais ce n’est vraiment pas évident : avant de changer de mentalité, il faut qu’il y ait une prise de conscience (or beaucoup de nos concitoyens sont insuffisamment informés, mal informés voire désinformés (l’exemple de l’Ukraine est un cas magistral), formatés, dans le déni, dans le découragement face à l’ampleur de la tâche « à quoi bon » et/ou dans le repli sur soi « après nous les mouches ».

              Et pas facile non plus de se « forcer » à changer de mentalité individuellement quand il n’y a pas de dynamique en ce sens autour de soi ( le voisin ne se pose pas de question et finalement n’est-il pas plus heureux que moi ! … lui probablement mais il n’est pas certain du tout que ce sera le cas de ces enfants et/ou petits-enfants qui risquent fort d’être rattrapés par de violentes réalités).

              Pour utiliser une métaphore un peu facile , nous pourrions dire que nous sommes empêtrés dans un fameux … roncier 😉 qui continue à croître de façon tentaculaire. L’idéal serait de localiser très précisément chaque plant (ce sont toutes les crises listées et traitées sur cet excellent blog) pour le détruire … mais il faut avouer qu’à mains nues (ce qui est le cas du citoyen lambda) ce n’est pas gagné d’avance !

              Seul le nombre nous permettra d’en venir à bout

              Comment pourrions-nous venir à bout de cet enchevêtrement inextricable et létal si nous ne parvenons pas à en sortir ?
              -) rassemblons un maximum de personnes qui sont conscientes du problème

              -) sensibilisons un maximum de personnes qui n’en sont pas conscientes et essayons ainsi d’élargir le groupe jusqu’à atteindre une masse critique avec laquelle (même à mains nues) cet immense roncier n’aura plus aucune chance (risque) de survivre.

              Puisque cette masse critique n’est pas encore atteinte,

              nous devons agir (SIMULTANEMENT aux deux points ci-dessus) pour limiter la propagation et si possible réduire autant que faire se peut l’ampleur et les nuisances de ce roncier.

              -) Individuellement: analyser notre comportement et en bannir (idéalement) tout ce qui permet au roncier de survivre et de croître (morale individuelle) ;

              -) Collectivement :
              -) définir un plan d’action (sous-tendu par une morale collective)
              -) empêcher le roncier de s’étendre (et il le fait de multiples façon : marcottage, graines, )
              -) appauvrir son terreau
              -) le faire reculer (malheureusement pas en l’encerclant car c’est plutôt lui qui nous encercle ! ).

              C’est évidemment une parabole un peu simpliste (car ce roncier … c’est aussi nous et nous pourrions en trouver peut-être de plus représentatives: cancer ou autres joyeusetés de ce monde  ) mais qui n’est quand même pas complètement dénuée de sens.


              Changer les mentalités prend du temps d’autant qu’il faut les changer individuellement ET collectivement. Tout en y travaillant car c’est la seule solution de fond qui soit pérenne, empêchons le système de continuer à croître et faisons le reculer chaque fois que nous y discernons une faille.

              Ce n’est pas gagné d’avance !

              Mais il n’y a qu’une seule certitude, si nous ne gagnons pas, c’est lui qui gagnera !!!

              Très cordialement,


            • olivier69 Le 06 mai 2014 à 03h39
              Afficher/Masquer

              Bonsoir nd,
              “de définir ce qu’est le “marché” ? Le traitement économique et politique des parts de marché (les échanges) au sein d’un territoire donne une image de la société (dirigée ou libre, c’est la répartition au sein des marchés qui le détermine et non uniquement, le caractère privé ou public).
              La conception de la “chose marchande” devrait plutôt être à définir. Le marché, cela ne veut rien dire. Ce sont “les marchés” ! Et comme les échanges sont nécessaires, les marchés ne sont donc pas une religion en eux…..C’est plutôt dans leur conception, en effet. Jusqu’où et à quel fin ?
              Ainsi, je ne vous apprends pas qu’il faut également payer pour échanger. Donc, si vous voulez approfondir la notion de “marchés” et non de “marché”, vous ne pouvez pas vous dispenser d’une étude de la monnaie ! Et enfin, de l’approche culturelle de celle-ci (argent) par sa dimension individuelle et collective. C’est un véhicule des supports.
              Vous trouverez sans doute la chose religieuse dans le monétaire…
              Je dirai que les marchés sont une philosophie de l’échange qui passe forcément par la définition des monnaies, des marchandises, mais aussi de la place de l’homme et de son environnement….Le marché, c’est l’échange ! Mais de quoi, de qui ? D’où “les marchés”…
              J’espère sincèrement vous avoir ouvert quelques pistes.
              Cdlt


        • olivier69 Le 27 avril 2014 à 22h42
          Afficher/Masquer

          Bonsoir Goldfinger,
          Pour la déflation ? Si les mesures russes de rétorsion se situent sur le terrain de l’approvisionnement en matières premières alors nous pouvons nous attendre à une inflation…Et elle risque d’être, cette fois ci, difficilement contrôlable par une politique monétaire, puisque nous serons sur le terrain de la sphère réelle : la livraison (la rareté). Un futur argument de propagande anti-russe et un moyen de pression pour un système monétaire électronique basé sur nos “droits” et surtout “devoirs” en lieu et place de la confiance (fidus) ?
          Parce que les agrégats M1,2,3 (malheureusement titrisés et donc amalgamés) sont devenus, aujourd’hui, la base monétaire de la garantie du shadow banking (le hors bilan non comptabilisé et donc opaque). C’est pratique non, ce type de comptabilité et cette particularité juridique permise spécifiquement aux financiers (le noir ou le gré à gré). La monnaie n’est pas institutionnelle pour tout le monde… Evidemment, elle est avant tout fonctionnelle.
          Je dirai plutôt que les QE n’avaient pas vocation à augmenter directement et systématiquement les inégalités mais ils les ont surtout maintenues pour gérer un timing. Ils ont, en apparence trompeuse, jusqu’à présent amorti l’impact de la crise; C’est néanmoins le principe du noeud coulant (too big, too fail comme argument empêchant un assainissement et toute alternative).
          Qu’est ce que cela veut dire ? Les financements dans l’ombre sont garanties par nos droits privés (et notamment de propriété, nos avoirs) mais également publics,
          et par conséquent nos libertés individuelles et collectives. Il n’y a plus qu’à normaliser la marchandisation de l’humain et l’esclavage prendra une forme institutionnalisée.
          Le conflit ? Un moyen autre que par la ruse ! On en est pas à notre première expérience…A qui appartient réellement la finance mondiale et pour quel projet ? L’histoire donne des pistes !
          ps : Pour tous ceux qui reprochent aux russes, leurs crimes passés ? Ok, mais voyez par vous-même qui a financé Trotsky par exemple (son parcours) !
          Y a t il une cause plus juste que les autres ? Alors, il suffit de regarder l’histoire, pour comprendre que les crimes n’ont pas été une spécificité russe. Et les peuples sont toujours les grands perdants. Comprenons-nous qu’à l’époque, la destruction de la noblesse et de la bourgeoisie russe a été programmée et orchestrée par des rivaux géographiques.
          La population a, en effet, toujours été manipulée jusqu’au jour où…..
          Cordialement.


  3. ANNA Le 27 avril 2014 à 08h34
    Afficher/Masquer

    Pendant que tout le monde en France s’excite sur le sort de l’Ukraine et le méchant Poutine, il y a deux sujets qui passent inaperçues, mais j’ai envie de dire – “c’est fait pour ça” :

    le traité transatlantique
    Alstom


  4. BA Le 27 avril 2014 à 09h28
    Afficher/Masquer

    Le traité de Rome a été signé en 1957 : c’est le début de la construction européenne.

    A gauche, Pierre Mendes-France était contre le traité de Rome.

    A droite, Charles de Gaulle était contre le traité de Rome.

    Quand nous relisons les discours des années 1950 et des années 1960 de Charles de Gaulle, nous constatons qu’il attaquait les partisans de la construction européenne en leur reprochant de faire une construction QUI SERAIT AUTOMATIQUEMENT UN SATELLITE DES ETATS-UNIS.

    En ce moment, je lis le tome 4 :

    Le 23 juillet 1964, Charles de Gaulle attaque les partisans de la construction européenne.

    Dans ce discours, Charles de Gaulle avait déjà prévu qu’une “Organisation Européenne” serait automatiquement rattachée au leadership des Etats-Unis :

    « On a donc vu nombre d’esprits, souvent d’ailleurs valables et sincères, préconiser pour l’Europe, non point une politique indépendante, qu’en vérité ils n’imaginent pas, mais une organisation inapte à en avoir une, rattachée dans ce domaine, comme dans celui de la défense et celui de l’économie, à un système atlantique, c’est-à-dire américain, et subordonnée, par conséquent, à ce que les Etats-Unis appellent leur « leadership ».

    (Charles de Gaulle, Discours et messages, édition Plon, tome 4, page 228)

    De même, dans le discours du 27 avril 1965, Charles de Gaulle attaque les partisans de la construction européenne : là-encore, il avait déjà prévu qu’une “Organisation Européenne” serait automatiquement subordonnée aux Etats-Unis :

    « Les mêmes, dans la même intention, entendaient que notre pays, au lieu qu’il participât, ainsi qu’il est naturel, à une coopération organisée des nations libres de l’Ancien continent, fût littéralement dissous dans une Europe dite intégrée et qui, faute des ressorts que sont la souveraineté des peuples et la responsabilité des Etats, serait automatiquement subordonnée au protecteur d’outre-Océan. Ainsi, resterait-il, sans doute, des ouvriers, des paysans, des ingénieurs, des professeurs, des fonctionnaires, des députés, des ministres, français. Mais il n’y aurait plus la France. Eh bien ! le fait capital de ces sept dernières années c’est que nous avons résisté aux sirènes de l’abandon et choisi l’indépendance. »

    (page 355)

    Mais ça, c’était il y a 50 ans.

    Le LEAP2020 vient juste de s’en rendre compte, 50 ans après !

    Ce que Charles de Gaulle, les gaullistes, les réalistes, les souverainistes voient depuis 50 ans, le LEAP2020 commence juste à le voir, 50 ans après !

    Le LEAP2020 voit le monde réel avec 50 ans de retard !


    • davaosmile Le 27 avril 2014 à 09h50
      Afficher/Masquer

      Au moins, il le découvre !! Ce n’est toujours pas le cas de l’immense majorité de nos concitoyens (français et européens …).


    • Julian Le 28 avril 2014 à 15h38
      Afficher/Masquer

      BA,
      grand merci pour ces citations très éloquentes, parmi bien d’autres, mais fort justement choisies.

      (entre parenthèse, elles ne sont manifestement jamais tombées sous le Haut regard du Grand-Commissaire et “fidèle” gaulliste auto-proclamé Michel Barnier…).

      Nous sommes ici au cœur d’une énorme contradiction.

      A la louche, 80 % reconnaissent en de Gaulle un grand acteur de l’Histoire et défenseur des intérêts de notre pays.

      Mais 80 % des français votent pour des partis -UMP, PS, RG, EE les Verts, Modem, UDI- qui ONT totalement tourné le dos aux principes d’action de ce même de Gaulle.
      Et tout aussi grave, qui ont dénaturé la Constitution au point de rétablir le “régime des partis” !

      Cherchez l’erreur.
      Il ne suffit pas d’admirer les acteurs de l’Histoire.
      Il est plus utile de retenir leurs leçons.

      Merci encore de votre contribution.


  5. lanQou Le 27 avril 2014 à 10h09
    Afficher/Masquer

    “Une attaque en règle du projet de construction européenne” ? de la part des Etats-Unis?
    😀
    J’aurais plutôt dis la poursuite au galop de l’intégration des états européens dans un bloc euro-atlantique via le projet de construction européenne…
    Avons nous vu une seule et unique fois l’union européenne entrer en conflit, ou même en opposition très modeste avec les US?
    Au contraire, on peut rapporter sans problème de nombreux cas de suivisme voire de soumission de l’UE aux intérêts US: sanctions économiques contre des dirigeants Russes pour l’Ukraine, ligne rouge des armes chimiques en Syrie, destruction de la Lybie, invasion de l’Afghanistan, mis au ban de l’Iran, soutien inconditionnel de l’Etat d’Israël,… on n’en finirait pas.


  6. Casquette Le 27 avril 2014 à 11h34
    Afficher/Masquer

    “”Le TTIP, et les tentatives de nous faire signer dans l’urgence ce Traité obscur dont personne ne veut, semble surtout avoir pour objectif de placer le politique sous tutelle de l’économique (plus encore d’ailleurs que l’Europe sous tutelle des États-Unis).””

    Mais ça fait froid dans le dos ce qu’ils nous annoncent !
    Est-ce que ça veut dire que le TTIP menacera le Traité de Lisbonne qui jusque là offrait aux pays membres ” les outils de l’indépendance européenne” avec “son arsenal juridique de protection commerciale garant de l’intérêt économique, de la compétitivité qualitative et de la santé des Européens” ?


  7. Un naïf Le 27 avril 2014 à 12h01
    Afficher/Masquer

    Mes prévisions pour les européennes en France :
    une abstention massive (entre 60 et 70%), le FN en tête suivi de l’UMP et du PS
    Même tendance dans tous les autres pays.
    Qu’en tireront comme conséquences les politicards qui nous gouvernent ?
    Qu’il faut “plus d’europe”, aller plus vite et donc signer le Traité Transatlantique au plus vite.
    En gros, ces élections, au même titre que l’Ukraine, serviront les intérêts atlantistes sous des prétextes fallacieux au mépris de la démocratie et des peuples….


    • Spipou Le 27 avril 2014 à 21h04
      Afficher/Masquer

      Oui, mais quel est le pouvoir du parlement européen concernant les traités internationaux ?

      A-t-il le pouvoir d’interdire la signature d’un traité, voire même de dénoncer un traité existant (je pense en particulier au traité Europe-Ukraine dont le préambule politique a déjà été signé) ?

      C’est une question qui me trotte dans la tête depuis quelque temps.

      Si les électeurs européens “votent mal”, il y aura peut-être des conséquences concrètes désagréables pour certains, non ?

      Et qui pourraient peut-être aussi dénouer la crise… Si le traité avec l’Ukraine est abrogé, ça laisse peu de marge de manoeuvre au gouvernement en place à Kiev, et beaucoup plus si c’est le Parti des Régions qui est élu ! Et là, je souhaite beaucoup de chance à un nouvel EuroMaïdan contre une Europe qui ne veut pas d’eux !

      Le Front National en rempart contre les nazis, on aura eu toutes les surprises, dans notre vie !


      • step Le 28 avril 2014 à 13h09
        Afficher/Masquer

        les traités se négocient et se renégocient. Ceux qui disent le contraire ne font que du TINA psychologique. L’histoire montre bien le contraire.


  8. ANNA Le 27 avril 2014 à 12h22
    Afficher/Masquer

    M.Kodorkovski est arrivé a Donetsk pour se porter en un “interlocuteur” entre Donetsk et Kiev :
    http://www.youtube.com/watch?v=5YlRS5ZMd6w
    Mais les pro-russes lui disent – “On ne veut pas discuter avec toi, vas-t-en, tu est un traitre, toi même tu a “vendu” ta propre Patrie…”


  9. ANNA Le 27 avril 2014 à 12h28
    Afficher/Masquer

    Si ce n’est pas un complot, c’est de la parano :

    La “une” de THE WEEK

    http://glav.su/files/messages/2014/04/27/2300088_f008e72bca15878b40bab5cea204937e.jpg


  10. reneegate Le 27 avril 2014 à 12h28
    Afficher/Masquer

    Avant la parution du GEAB j’arrivais aussi aux mêmes conclusions concernant les objectifs de notre président transparent :
    http://www.la-lef.fr/a-la-recherche-des-objectifs-caches-de-francois-hollande/
    J’apprends içi que De Gaulle avait fait une analyse similaire il y a 50 ans, cela ne fait que nous conforter à diffuser. Pour ma part c’était une hypothèse sombre, c’est maintenant une éventualité à prendre sérieusement en compte.


  11. yoananda Le 27 avril 2014 à 12h44
    Afficher/Masquer

    Aie : première ligne ca coince. Le GEAB n’est pas au courant que l’Europe n’a jamais eu de destin propre ???
    On sait maintenant grâce aux documents déclassifiés que la construction européenne est une projet américain dès les premiers moments !!!


    • reneegate Le 27 avril 2014 à 12h50
      Afficher/Masquer

      en 1941 à Paris ministres allemands et ministres collaborateurs évoquaient l’Europe (Anna Arrendt). Ce sont les industriels qui veulent l’Europe et tous les politiques assujettis (nazi et libéraux) ont suivis. Lire Anny Lacroix-Riz .http://www.historiographie.info/


      • yoananda Le 27 avril 2014 à 13h17
        Afficher/Masquer

        Ok, alors dès le “2ème moment” on dira ! ca ne change pas grand chose.


      • pratclif Le 27 avril 2014 à 15h45
        Afficher/Masquer

        Je vous suggère ce billet sur “1940, le choix de la défaite” d’Annie Lacroix-Riz http://bit.ly/1tQR1Qx


  12. reneegate Le 27 avril 2014 à 12h45
    Afficher/Masquer

    Pour info, hier soir championnat du monde de boxe avec le frère de Klichko contre un samoan inconnu qui n’était pas plus boxeur que moi. Show à l’américaine, combat exécution pitoyable, et drapeaux Ukrainiens après la décision. Pas un journaliste sportif n’a mentionné que le samoan ne savait pas boxer.
    Ajoutez à cela que l’Ukraine qui pourtant ne peut payer ses dettes, paye en liquide 10.000 bounty (pas la noix de coco) pour la capture d’un homme vert. “green man wanted”
    Liquide, couleurs, business, ….


    • ploi Le 27 avril 2014 à 17h14
      Afficher/Masquer

      “Show à l’américaine”

      C’est de la boxe quoi…

      “combat exécution pitoyable”

      Tu veux dire pire que celui contre Mormeck? (http://www.youtube.com/watch?v=yB0zhcWyTMM)

      “et drapeaux Ukrainiens après la décision”

      Vu qu’il est ukrainien, ça parait pas illogique…

      Y a suffisamment de choses indiscutables pour ne pas chercher des interprétations farfelues à tout et n’importe quoi.
      Que certains profitent de cette occasion pour servir leurs intérêts, sans doute.
      N’empêche que Wladimir Klitschko est sans conteste le meilleur boxeur poids lourd actuel. Et comme le niveau actuel de la boxe poids lourd est sans doute le plus faible de l’histoire, il n’y a quasiment pas de boxeur pour rivaliser avec lui. Donc le Samoan ou un autre….


      • reneegate Le 27 avril 2014 à 18h33
        Afficher/Masquer

        Mais vous allez chercher quoi? Je disais simplement que le samoan n’était pas un boxeur professionnel et que ce combat a été un prétexte à servir le mythe Klichko (son frère politique favori des services américains). Si vous n’êtes pas d’accord répondez en conséquence mais mon commentaire n’était pas sportif et ne contestait pas la “légitimité” du champion du monde. Lisez


        • ploi Le 27 avril 2014 à 18h56
          Afficher/Masquer

          Pour participer à un combat de boxe professionnel (ce qui était le cas, il y avait même des titres mondiaux en jeu) , il faut être (roulements de tambour) professionnel.

          Donc il est pro.

          26ème mondial au classement boxrec (en gros ça mixe les boxeurs des différentes fédé) :http://boxrec.com/ratings.php?sex=m&division=Heavyweight&pageID=2

          Et numéro 1 au classement WBO.

          Et il s’est fait défoncé. Ce qui ne veut pas dire que d’autres auraient fait mieux (et donc qu’il n’est pas pro)…

          Après c’était pas un foudre de guerre (mais comme la quasi totalité des lourds) et donc y avait peu de suspense.

          Donc com’ politique sûrement, arrangé peut-être mais c’était pas ma grand-mère sur le ring pour autant…


          • reneegate Le 27 avril 2014 à 19h01
            Afficher/Masquer

            t’as vu le combat? “les faits sont têtus” ça tombe bien, moi aussi!


            • ploi Le 28 avril 2014 à 00h47
              Afficher/Masquer

              On va pas faire 500 messages qui frisent le HS (et doivent pas intéresser grand monde…)

              Voilà le combat : http://www.youtube.com/watch?v=fu4_t-zU5mk

              On a le champion du monde qui affronte un tocard (mais pro) pour défendre son titre facilement (c’est vieux comme la boxe).
              Et il l’éclate et met le drapeau de son pays sur ses épaules à la fin.

              Obama était sur le coup pour que son frère devienne roi d’Ukraine. Aucun doute…


            • reneegate Le 28 avril 2014 à 07h48
              Afficher/Masquer

              Et bien voilà, j’achète votre dernière phrase, c’est ce que je voulais dire dès le départ. point.


  13. yoananda Le 27 avril 2014 à 13h16
    Afficher/Masquer

    Ca a l’air intéressant mais vous ne voudriez pas nous faire un résumé des idées maîtresses ?
    Le 2ème document fait penser au grand échiquier de Brzezinski.
    Notez qu’il ne s’agit pas d’un complot pour “nuire” à l’Europe, mais pour la vassaliser … nuance de taille quand même.


    • pratclif Le 27 avril 2014 à 16h02
      Afficher/Masquer

      Voici une traduction google de l’article paru dans le New-York times http://bit.ly/1tQTf2r c’est le mieux que je puisse faire pour vous répondre. Il faut évidemment y passer du temps mais je crois que les grandes lignes que vous demandez sont là.


      • pratclif Le 27 avril 2014 à 16h31
        Afficher/Masquer

        Voir aussi cette vidéo-conférence de François Asselineau http://bit.ly/1tQWJ54


  14. André Le 27 avril 2014 à 13h44
    Afficher/Masquer

    Merci pour les liens Pratclif, j’en étais resté à l’amiral Mahan…


  15. ANNA Le 27 avril 2014 à 14h38
    Afficher/Masquer

    Une exécution en direct (une pendaison) devant les caméras et avec le drapeau et les revendication de “Pravii Sektor” d’un pro-russe :

    https://vk.com/video_ext.php?oid=-66621324&id=168279726&hash=efb239b577bce854

    Ne pas regarder, si vous êtes sensible !!!


    • La Gaule Le 27 avril 2014 à 17h04
      Afficher/Masquer

      Il faut se méfier de ce genre de mise en scène, laquelle peut-être totalement bidonnée comme elle peut ne l’être qu’à moitié.
      A titre d’exemple, les “narcos” mexicains ont refilé à la CIA d’authentiques scènes d’éxécution -mais avec des figurants, y compris les victimes, dont ce fut le dernier rôle- tournées soit-disant en Irak ou en Iran.
      c’est un exemple extrême, mais tous les derniers conflits de déstabilisation ont vu le web -nouveau champ de bataille essentiel- envahi par ce style de falsification.
      Je vous ai donné un lien -authentique celui-là- sur ce que les fascistes ukrainiens sont capables de faire (commentaire n° 158 sur le billet “Je suis dérouté…” du 25/04) et ceux qui ont flingué un malheureux désarmé comme un lapin auraient aussi bien pu le pendre avec un collet.
      Mais il convient surtout de ne pas extrapoler dans ce genre d’affaire, nos ennemis (le temps des “zamis zaméricains” encore chers à certains intervenants ici n’est plus de mise) n’attendent que ça.


      • FDS Le 27 avril 2014 à 21h29
        Afficher/Masquer

        Bonsoir mr,
        j’aimerai bien voir le lien dont vous parlez dans le billet ” je suis dérouté…” du 25/04.
        Pas vu !
        Ou qui lélé ?


        • FDS Le 28 avril 2014 à 14h47
          Afficher/Masquer

          Mea culpa !

          L’article venant de “Oriental Review” fait froid dans le dos.

          Merci mr.


    • ANNA Le 28 avril 2014 à 14h23
      Afficher/Masquer

      FDS,
      Aujourd’hui on a tiré une balle dans le dos du maire de Kharkov Mr Kernes. Il est entre la vie et la mort. Il n’y a pas longtemps Alexandro Belii ( un des leadeur du Maidan) a été tué.
      A votre avis, c’est vrai ou c’est faux ?


      • FDS Le 28 avril 2014 à 14h44
        Afficher/Masquer
        • FDS Le 28 avril 2014 à 14h54
          Afficher/Masquer

          http://widget.editis.com/ladecouverte/9782707178725/#page/1/mode/1up

          Voici des extraits du livre de Nick turse


        • ANNA Le 28 avril 2014 à 15h28
          Afficher/Masquer

          FDS,
          Désolé, mais je capte mal, ce que vous voulez me prouver avec vos liens. Donc je vais vous répondre a ma manière :
          Mon père est russe, ma mère est ukrainienne. A part la Galicii, (qui eux, ne sont même pas les ukrainiens) les russes et les ukrainiens, NOUS SOMMES – LE MÊME LE PEUPLE ! Et vous n’arriverez pas a nous diviser.

          J’étais claire ?


          • FDS Le 28 avril 2014 à 15h53
            Afficher/Masquer

            Mr,
            vous venez sur ce blog en y mettant une vidéo montrant une pendaison.

            Cela m’interpelle car elle semble de la même nature qu’une autre récente montrant un égorgement.

            1 > Vous qui parlez russe ( moi non ! ), savez-vous si mr Kostiantyn Pozydahiev, l’ex chef de la police de Donetsk, a été assassiné, comme le laisse entendre la vidéo en question montrant un égorgement ?

            2 > vos vidéos montre mr Olexander Mouzitchenko, “sympatique personnage” ; quel rapport avec celui que vous cité, Alexandre Belii ?

            3 > vous dites, une fois ” il a été tué”, puis ” le personnage, encore vivant “?
            N’est-ce pas un petit peu contradictoire ?

            4 > Vous semblez être agacé. Mais, ne vous déplaise, si les informations que vous apportez sur ce blog sont véridiques, pas de soucis ; par contre, ne veuillez pas enfumer les lecteurs.

            Merci par avance.


            • ANNA Le 28 avril 2014 à 16h31
              Afficher/Masquer

              FDS,
              Je poste sur ce blog ce que je trouve ailleurs, et ce que je trouve important pour la compréhension des événements. Les vidéos des meurtres (ou pas), ce n’est pas moi, qui les fabrique. Donc je ne peux pas confirmer s’ils sont authentiques ou pas. Il doit y avoir des spécialistes pour ça. Quand bien même c’est une “mise en scène”, elle est faite “a la gloire” de Pravii Sector. Avec le drapeau, le logo, le texte de leur idéologie fasciste, l’inscription injurieuse envers des russes sur la pancarte et l’hymne de Pravi Sector qui l’accompagne. A partir de cela, chacun de nous fait des conclusions, qu’il veut.
              Mais pour ceux qui voient de la manipulation (comme vous), je répète, que chaque jour en Ukraine, il se passe des meurtres, des attentas, des règlements de comptes, des passages au tabac des députés ukrainiens, des prises d’otages, des rapts, des disparitions, etc. Tous cela est du a une situation EXPLOSIVE d’un “après coup-d’état”, fomenté par les ricains. Et présenté au large publique française comme “très démocratique”…


          • Goldfinger Le 28 avril 2014 à 16h00
            Afficher/Masquer

            à ANNA (28 avril 2014 à 15h28)

            Bonjour Anna,

            Malgré l’angoisse que peut générer la situation actuelle en Ukraine (a fortiori si vous y avez des êtres chers et très proches), j’espère que vous pouvez assurer à vos parents qu’en Europe occidentale (et sans doute en plus grand nombre qu’aux Etats-Unis), des citoyens sont profondément choqués et inquiets de ce qui se déroule actuellement à leurs frontières.

            Et que beaucoup d’autres ne s’en rendent pas compte car ils ne sont pas correctement informés … ou ne veulent pas faire l’effort de s’informer correctement 🙁

            Ils ne cautionnent évidemment pas cette création de crise et encore moins la gestion qui en est faite par leurs dirigeants.

            Par dessus tout il devrait y avoir le respect et l’amitié entre les peuples. Oui cela peut paraître un vœu pieux … mais je crois qu’un avenir meilleur ne pourra se construire que de bas en haut.

            Sincères et amicales salutations.


      • FDS Le 28 avril 2014 à 15h05
        Afficher/Masquer

        Bonjour Mr/Mme,

        http://tempsreel.nouvelobs.com/ukraine-la-revolte/20140428.OBS5356/ukraine-l-osce-appelle-a-la-liberation-des-observateurs-detenus.html

        Donc, aujourd’hui même, mr Kernes est victime d’un attentat.

        Par contre auriez-vous des précisions sur la deuxième personne que vous citez s’il vous plait ? Mr Alexandro Belii


    • Petrus Le 28 avril 2014 à 19h25
      Afficher/Masquer

      J’ai demandé une traduction de ce qui était écrit à un ami bulgare qui parle russe (et qui a pu interprété les mots en ukrainien).

      Le groupe dénonce dans la première partie l’Etat ukrainien accusé de neutralité face aux ennemis de l’Ukraine et annonce qu’il ne laissera impuni les atteinte au pays.
      J’ai oublié ce que signifiait le panneau sur le malheureux.
      Dans la dernière partie, il affirme que les ennemis de l’Ukraine et aussi ceux qui restent passifs face aux dangers menaçants le pays subiront le même sort.

      J’ai demandé à mon ami ce qu’il en pensait. Il a dit que bien sûr cela pouvait être le fait de groupes d’extrêmes droites, mais il n’a pas exclu des mafias ou des clans réglant des comptes par ce biais. Il n’a pas non plus exclu une manipulation russe – il est plutôt pro-russe dans cette histoire, affirmant que les ukrainiens ne sont jamais que d’anciens serfs russes dont on a donné ces terres dépeuplées (après l’abolition du sevrage et qu’ils feraient bien de réfléchir à deux fois avant de se donner aux Américains ou à des groupuscules de malades mentaux. Se mettre à dos un voisin aussi puissant avec qui on a des affinités tant culturelles, technologiques et économiques et la dernière chose à faire, d’après lui.

      Il m’a aussi parlé des Ukrainiens durant la seconde guerre mondiale, affirmant qu’à côté, les SS paraissaient des enfants de coeurs, tellement ils s’étaient montrés cruels, brutaux et sanguinaires (ce que certains vidéos ahurissantes du progrom de lviv confirme, cf youtube).

      Ce qui l’étonne, c’est la méconnaissance dont font montre les Américains et les Européens du caractère russe : ils sont prêts à s’entretuer pour des conneries, mais si la Mère Russie est attaquée, ils feront bloc comme on n’a pas idée sans doute par chez nous…

      C’était très intéressant !


      • ANNA Le 29 avril 2014 à 07h30
        Afficher/Masquer

        Sur la pancarte d’un pendu, il est écrit en ukrainien :
        “москаляку на гиляку”
        Ce qui veut dire :
        ” Moskal (le surnom péjoratif que les ukrainiens donnent aux russes, a cause de la capitale russe – Moscou) pendouille sur une branche”


  16. moderato si cantabile Le 27 avril 2014 à 14h47
    Afficher/Masquer

    Bonjour Vérité ! – vous avez raison qu’il y en a bien de choses qui clochent.
    Moi, je regarde avec beaucoup d’intérêt, depuis l’affaire ukrainienne, la presse roumaine.
    Bon, on y retrouve les mêmes “copié-collé” que dans la presse française mais le + c’est qu’on retrouve les mêmes éléments de langage dans le commentaires sauf que le “facho-FN” est remplacé par le “communiste-stalinien”. Sinon, tout y est : l’Anschluss et les Sudettes, “va en Russie si tu n’aimes pas l’OTAN”…etc., etc.
    C’est d’ailleurs très intéressant dans la vidéo BFM, que Olivier a mis en ligne, de s’arrêter sur le discours de Henri Weber quand il évoque une conférence de presse au sujet de l’UE, en rajoutant avoir demandé à des “internautes” d’intervenir sur les forums afin de porter la “bonne parole”. C’est que le trollage de la presse en ligne est tellement évident et qu’en plus il est connu son financement par notre “belle Europe”.
    Sinon, je peux vous dire que plus à l’Est dans l’UE il se passe des choses.
    En Roumanie, notamment. La sauce là-bas et fortement montée, on veut faire croire que l’invasion du pays par la Russie c’est pour ce soir à minuit.
    Le président Basescu vient de dire qu’il faut faire revenir “de gré ou de force” les travailleurs émigrés roumains, pour les faire enrôler dans l’armée…rien que ça.
    Tout est mélangé dans les infos pour faire peur : la Moldavie, la Transnistrie (deux territoires sur lesquelles la Roumanie revendique des “droits”) mais aussi la population roumaine du sud de l’Ukraine et les menaces (pas si irréelles) d’intervention de la Hongrie en Transylvanie.
    C’est dire que les “points chauds” dans l’Europe de l’Est sont très nombreux et que je m’attends à ce que ce soit un des prochains “théâtre d’opération” de l’Otan-EU si jamais le plan ukrainien échoue.
    Il faut savoir qu’en Hongrie autant qu’en Roumanie Soros et ses fondations opéraient déjà avant la “chute du mur”.
    Nous vivons une époque qui à défaut d’être formidable et vachement dangereuse.


  17. Vladimir Le 27 avril 2014 à 14h56
    Afficher/Masquer

    Bonjour tout le monde.
    Je ne sais pas si c’est une idée, mais il semble que les us reculent en ayant l’air d’avancer.
    Après la mésaventure subie par le destroyer uss donald-cook en mer noire avec l’avion russe su-24, (le navire américain a été obligé ensuite de se rendre dans un port roumain à la suite d'”une panne totale de ses systèmes radar et de guidage électronique, la semaine dernière, il semble que, malgré les dementis du pentagone, le syteme de radar AEGIS américain ait été rendu complètement inopérant suite à la démonstration d’un armement électronique monté sur le vieux sukoi-24.
    Si cette information est fondée, et il semble bien que ce soit le cas, TOUS les navires américains de surface ont un sérieux problème! Du parte-avions nucléaire au canot de sauvetage, toute la coordination de la flotte américaine avec les sous-marins et les bases des systèmes anti-missiles “otant” porteurs ou non de têtes nucléaires sont à mettre au rencart!
    Il semble d’ailleurs que la diplomatie américaine commence a essuyer des revers à mesure que la nouvelle se repend de la possible mise hors-circuit de son armement tactique et stratégique.
    D’ailleurs, l’affaire Alstom semble s’inscrire dans cette lignée. Le gouvernement français n’a pas hésité à envoyer paitre la General Dynamic et à donner la preference à un autre (j’ai oublié qui exactement), un allemand, je crois.
    Car d’après les specialistes, un armement électronique n’est jamais dévoilé s’il n’est pas “couvert” par 2 ou 3 autres “surprises” du même tonneau qui elles, ne sont utilisées qu’en cas de nécessité.
    Ce qui serait de nature à faire supposer que l’arment nucléaire us des bases de l’otan en pologne ou en roumanie, ou n’importe où ailleurs dans le monde peut réserver de méchantes surprises le jour où on tentera de les utiliser.
    En ce domaine, une possibilité que l’engin qui décolle peut ne jamais trouver sa cible ou peut sauter au moment du lancement, même à 2 chances sur 100, rend TOUT le système inopérant.
    Ors, il semble bien qu’on ne soit plus si sûr du bon fonctionnement du schmielblick et que les russes gardent 2 ou 3 méchantes cartes dans leurs manches. Si c’est vrai, ça veut tout simplement dire: fin de l’égémonie us!
    (Voir dedefensa.org)
    L’explication us selon laquelle il a toujours été de pratique courante qu’on envoie des avions “rouler les mécaniques” vers un navire de guerre en manoeuvre pour montrer qu’on est là et qu’on maitrise sont espace stratégique serait contredite par le fait que, dans ce cas, les russes n’auraient pas envoyé un vieux Sukoi des années 70 sans aucun armement, mais plutôt 2 avions de toute dernière génération complètement équipés de tout leur armement. De plus, le navire us a bel et bien du se mettre au vert pour une panne de systèmes radar.
    Je ne voudrais pas pousser un OUF! trop tôt, mais je crois qu’on est sauvé!


    • Crapaud Rouge Le 27 avril 2014 à 23h12
      Afficher/Masquer

      Que signifie cette phrase : “un armement électronique n’est jamais dévoilé s’il n’est pas “couvert” par 2 ou 3 autres “surprises” du même tonneau qui elles, ne sont utilisées qu’en cas de nécessité” ?


    • Surya Le 28 avril 2014 à 00h49
      Afficher/Masquer

      C’est confirmé cette histoire de systèmes électroniques US HS ?


  18. ANNA Le 27 avril 2014 à 14h58
    Afficher/Masquer

    Une presse-conférence des militaires allemands, arrêtés a Slaviansk :

    http://www.youtube.com/watch?v=y8bjXQOowgs#t=14

    *Le militaire allemand réponds en anglais


  19. Un naïf Le 27 avril 2014 à 16h53
    Afficher/Masquer

    Un aspect oublié : pendant la crise ukrainienne, la catastrophe de Tchernobyl continue !
    Nous “fêtons” aujourd’hui le 28e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl (26 avril 1986). L’occasion de rappeler que rien n’est réglé là-bas et de revenir sur l’immense campagne de désinformation à laquelle se sont livrées les autorités françaises : minimisation des impacts sanitaires, négation du nuage radioactif, divulgation de fausses informations, discrédit jeté sur les rapports indépendants, etc…
    Encore aujourd’hui la chape de plomb persiste, pendant qu’un nouveau sarcophage géant est en construction pour 2 milliards d’euros. Les heureux bénéficiaires ? Vinci et Bouygues…
    http://www.sortirdunucleaire.org/Tchernobyl-28-ans

    En parallèle, alors que le corium de Fukushima est toujours introuvable et que des millions de litres d’eau contaminée s’échappent dans le sol et l’océan pacifique, après plusieurs mois de négociations, le premier ministre Shinzo Abe a convaincu ses ministres les plus sceptiques d’abandonner le projet “zéro nucléaire”. Celui-ci avait été adopté suite à la catastrophe de Fukushima en 2011 par le précédent gouvernement.
    http://www.levif.be/info/actualite/international/le-japon-relance-ses-centrales-nucleaires/article-4000589877727.htm


    • Spipou Le 27 avril 2014 à 20h58
      Afficher/Masquer

      Ah oui, tiens ! C’est bon de le rappeler, ça, on avait tendance à oublier ! Merci, pas si naïf que ça ! 😉


    • FreeBee Le 28 avril 2014 à 23h23
      Afficher/Masquer

      Le 26 avril, le triste anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, le nouveau gouvernement de l’Ukraine a décidé de ne plus utiliser à Tchernobyl le carburant nucléaire fourni par la Russie. Ils vont l’acheter aux États-Unis. Cette décision est très dangereuse pour toute l’Europe, car le carburant américain ne correspond pas aux fours de Tchernobyl. Cette analyse a été faite par les scientifiques nucléaires il y a quelques années quand l’ex-président ukrainien Youchenko (un grand ami des États-Unis) a voulu l’acheter aux Américains. À l’époque, il a été décidé de rester avec le carburant russe pour éviter une nouvelle catastrophe.


  20. moderato si cantabile Le 27 avril 2014 à 16h59
    Afficher/Masquer

    Sinon, on peut se poser des questions aussi sur ça :

    http://fr.ria.ru/world/20140427/201080003.html

    Mais que vient faire ce “beau démocrate patriote russe” (dont le Monde, Libé, NOBS, Rue89, Figaro, le Point….etc., nous ont rebattu les oreilles autant qu’avec les FEMEN et Pussy Riot) du côté de la guerre anti-Russie ?
    Mais je ne pense pas qu’on aura ce genre de nouvelles dans les susnommés le Monde, Libé, NOBS et Rue89…même pas chez Médiapart.
    La lutte et très, très… serrée et chacun rejoigne le “front” de ses intérêts…comme en ’40, disait mon grand père, un allemand né en Roumanie.


    • FreeBee Le 28 avril 2014 à 23h30
      Afficher/Masquer

      S’il a été jugé aux États-Unis pour une vaste fraude fiscale, il sera encore à côté de Madoff à l’heure qui l’est.


  21. lamarck Le 27 avril 2014 à 17h12
    Afficher/Masquer

    “En novembre 1990, sous la pression de l’administration Bush, le Congrès approuva le Foreign Operations Appropriation Act.

    Cette nouvelle loi américaine prévoyait que n’importe quelle partie de la Yougoslavie qui ne déclarerait pas son indépendance dans les six mois de la promulgation de l’acte perdrait tous les soutiens américains.

    La loi exigeait que des élections séparées supervisées par le département d’État américain fussent organisées dans chacune des six républiques yougoslaves. Elle stipulait aussi que l’aide devrait être adressée directement à chaque république et non pas au gouvernement central de Belgrade. En bref, l’administration Bush exigeait l’auto-dissolution de la Fédération yougoslave.

    Elle mettait délibérément le feu pour déclencher une nouvelle série de guerres balkaniques. Par le biais de groupes comme la Fondation Soros et la NED, le soutien financier de Washington fut bien souvent dirigé vers des organisations nationalistes extrémistes ou anciennement fascistes qui rêvaient de démembrer la Yougoslavie.

    Réagissant à cette combinaison de thérapie de choc du FMI et de déstabilisation directe, le président yougoslave, Slobodan Milosevsic, organisa un nouveau parti communiste en novembre 1990, dédié à la prévention de l’éclatement de la Fédération yougoslave.

    La scène était prête pour une série de guerres ethniques régionales monstrueuses qui devaient durer une décennie et furent à l’origine de plus de 200 000 Morts.”

    extrait de l’ordre mondial anglo-américain de William Engdahl

    Le 24 mars 1999, l’Otan a lancé une opération militaire sur le térritoire de la Yougoslavie, sans l’aval du conseil de sécurité des Nations Unies.

    Selon certaines sources, des compagnies militaires américaines privées, telles que “Blackwater” ou “Military Professional Resources Incorporated”, engagées autrefois sur le territoire de l’ex-Yougoslavie, sont également impliquées dans les évènements en Ukraine.


  22. vérité2014 Le 27 avril 2014 à 17h28
    Afficher/Masquer

    Presque une déclaration de guerre:

    Ukraine: les sanctions américaines viseront l’industrie de la défense russe.

    http://www.lalibre.be/dernieres-depeches/afp/ukraine-les-sanctions-americaines-viseront-l-industrie-de-la-defense-russe-535d213f3570f9d799725265


    • Theoltd Le 27 avril 2014 à 17h54
      Afficher/Masquer

      Comme ça, ils sont sur d’interrompre la livraison des Mistrals. On s’en doutait deja.


  23. theuric Le 27 avril 2014 à 19h09
    Afficher/Masquer

    Il est à craindre que la situation soit plus simple et plus complexe que cela si nous prenons en considération la ruine prochaine des U.S.A. et la fin de l’économie-monde.
    Entre les aveuglements et des débuts d’affolements, les élites politiques, pas seulement européennes, essayent, par tous les moyens, soit de reculer l’échéance, soit de s’en prémunir, sans compter ceux qui ne comprennent absolument rien de ce qu’il se passe.
    L’aveuglement n’est-il pas une sorte de fuite en avant?
    Ainsi, entre ceux qui voudraient que leur monde reste inchangé et ceux qui craignent qu’il disparaisse, nous assistons, en directe, à la multitude des égarements de ceux qui nous gouvernent.
    Souvenez-vous que la sottise a fait perdre bien plus d’empire que tout autre chose.
    Gorbatchev?
    Lui est un vrai génie de la politique mais l’U.R.S.S. était dans un état de décomposition trop avancé pour qu’il puisse faire quoi que ce soit.
    Chez les étasuniens c’est pire puisque à la situation déplorable de leur pays, leur équipe dirigeante n’est pas de la dimension nécessaire.
    Quoi qu’il en soit, nous ne pourrons rien accomplir tant que les système sociéto-économique ne se sera pas effondré, entrainant tout sur son passage.


  24. Spipou Le 27 avril 2014 à 20h38
    Afficher/Masquer

    Le Monde se décide enfin à parler de la coupure de l’eau vers la Crimée.

    Article de 17 lignes, daté du ” Le Monde.fr avec AFP | 26.04.2014 à 23h53 • Mis à jour le 26.04.2014 à 23h55″. Sur Google, l’article apparaît avec “Il y a une heure” (nous sommes le dimanche 27, 20 h 40 à l’heure où j’écris, et je viens de trouver l’article, il n’était pas là cette nuit). Il était temps ! Ca faisait combien de jours que ça durait ?

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/04/26/l-ukraine-limite-son-apport-d-eau-a-la-crimee_4407974_3214.html

    Ca fait tout à fait “Vous voyez bien qu’on est objectifs”.

    17 lignes ! Pour un produit tel que l’eau, autrement plus vital que le gaz russe en cette saison, dans une région agricole (vinicole en particulier) relativement aride, un sujet qui mériterait bien un dossier de plusieurs pages sur l’agriculture et sur les vins de Crimée, bravo !


    • Perekop Le 27 avril 2014 à 23h38
      Afficher/Masquer

      Ma foi, le Figaro n’en est pas encore là, on y préfère les élucubrations de Mme Mandeville dont je me demande parfois où elle met sa cervelle (si elle en a une).


      • Spipou Le 28 avril 2014 à 02h47
        Afficher/Masquer

        Je pense que Le Monde se sent quand même contraint à faire montre d’un tout petit peu d’impartialité. Mais déjà, la date de parution alors que ça dure depuis – combien de temps exactement ? – une semaine ? Deux semaines ? Et puis vous avez lu l’article ? 17 lignes pour conclure que ça va s’arranger… Je n’ai pas lu Mme Mandeville, mais je ne vois pas une grande différence.

        Je n’arrive pas à retrouver le premier article de La Voix de la Russie. Quelqu’un se souvient de quand c’était. C’était il y a plusieurs jours, en tout cas. Quand on se dit journaliste dans le journal le plus réputé de France, la moindre des choses serait de chercher les informations là où on les trouve, en français par surcroît ! Quitte à les revérifier par la suite, mais au moins les lire, c’est quand même à la portée du premier pékin venu ! D’autant plus que La Voix de la Russie est écrite ou traduite dans un français parfait…

        Ce dont je me souviens parfaitement, c’est que l’article parlait d’un débit normal de 100 mètres cubes par seconde, et d’un débit réduit actuellement par Kiev à 6 mètres cubes par seconde. Wikipédia indique que ce canal du nord de la Crimée lui fourni(ssait) 85% de ses besoins en eau.


  25. Spipou Le 27 avril 2014 à 20h46
    Afficher/Masquer

    Peut-on transmettre des images ici, Olivier ? J’ai fait une copie d’écran de la page Google avec la date et l’heure.


  26. vérité2014 Le 27 avril 2014 à 21h24
    Afficher/Masquer

    Moving Closer To War — Paul Craig Roberts

    The Obama regime, wallowing in hubris and arrogance, has recklessly escalated the Ukrainian crisis into a crisis with Russia. Whether intentionally or stupidly, Washington’s propagandistic lies are driving the crisis to war. Unwilling to listen to any more of Washington’s senseless threats, Moscow no longer accepts telephone calls from Obama and US top officials.

    The crisis in Ukraine originated with Washington’s overthrow of the elected democratic government and its replacement with Washington’s hand-chosen stooges. The stooges proceeded to act in word and deed against the populations in the former Russian territories that Soviet Communist Party leaders had attached to Ukraine. The consequence of this foolish policy is agitation on the part of the Russian speaking populations to return to Russia. Crimea has already rejoined Russia, and eastern Ukraine and other parts of southern Ukraine are likely to follow…

    http://www.paulcraigroberts.org/2014/04/26/moving-closer-war-paul-craig-roberts/


    • Phil DeFer Le 27 avril 2014 à 22h02
      Afficher/Masquer

      C’est énorme votre lien…


      • Surya Le 27 avril 2014 à 22h33
        Afficher/Masquer

        Sachant que l’auteur est un ancien de l’administration Reagan 😉


        • Phil DeFer Le 27 avril 2014 à 22h38
          Afficher/Masquer

          Ah ben voui, py après en plus rédac chef adjoint du Wall Street Journal entre autre…

          Non, vraiment énorme…. 🙂


  27. vérité2014 Le 27 avril 2014 à 23h32
    Afficher/Masquer

    Géopolitique Friction du Dimanche 27 Avrul 2014: Ukraine, la propagande n’est plus ce qu’elle était Par Bruno Bertez

    http://leblogalupus.com/2014/04/27/geopolitique-friction-du-dimanche-27-avrul-2014-ukraine-la-propagande-nest-plus-ce-quelle-etait-par-bruno-bertez/


  28. Jacques Le 27 avril 2014 à 23h38
    Afficher/Masquer

    On tombe de haut aujourd’hui! Qu’est-ce que c’est que ce texte complotiste et ce LEAP? Le machin de Bruxelles, une menace pour Washington! C’est vraiment une première! J’ai décroché dès la phrase sur l’euro, qui aurait été attaqué par les américains! alors qu’on sait bien que l’euro est le rempart du dollar et qu’il est tellement malfoutu qu’il n’a besoin de personne pour être une catastrophe. Heureusement que plusieurs intervenants ont rétabli la vérité. Merci à BA pour les citations de de Gaulle. On aurait dû savoir.
    Enfin! ça n’empêche pas ce blog d’être excellent, en général.


    • Surya Le 28 avril 2014 à 00h48
      Afficher/Masquer

      C’est la lettre du think tank de Frank Biancheri 😉


  29. olivier69 Le 28 avril 2014 à 01h15
    Afficher/Masquer

    bonsoir pratclif,
    Je ne comprends pas la portée d”une partie de votre message ?
    “Typiquement français”, je ne pense pas ! Vous oubliez notamment Lafayette et l’histoire de l’indépendance des US. Ensuite, nous avons été également reconnaissant pour la libération.
    Mais bref, question mise à part : ou s’arrête l’Eurasie ?
    Parce que vous dites : “le continent a toujours été une terre d’invasion des peuples venus des steppes” ?
    Donc vous parlez du continent Eurasie ou de la péninsule europe (votre deuxième phrase) ?
    Au sens géographique, l’Eurasie est un continent formé par l’Europe et l’Asie, non ? Donc des continentaux ont envahi leur continent vers l’ouest ?
    Nous pourrions par exemple dire que l’Europe peninsule dans sa partie atlantique a subi les guerres et les invasions du nord (viking et anglois) ?
    Ou encore qu’il existe des divergences incontestables de philosophie politique entre les anglo-saxons et les latins, non ? et même germains si l’on veut ?
    Vous dites fraternellement : “L’Amérique du Nord, États-Unis et Canada, sont issus de l’Europe par l’émigration de peuples pauvres ou opprimés”, issus ?
    Mais aussi, des indigènes qui d’ailleurs, au passage se sont faits massacrer ?
    Ccl : N’y aurait-il pas un petit biais étrange dans votre réflexion… Vous n’aimez ni “les peuples venus de”, ni “les autochtones” ? Rassurez-moi, c’est juste une impression sur une maladresse.
    Curieuse façon de voir les choses….
    Cdlt


    • olivier69 Le 28 avril 2014 à 01h48
      Afficher/Masquer

      Je sais, vous allez me dire ;”L’Europe dans sa partie intermédiaire entre l’atlantique et le continent”, vous parlez donc d’un point de vue politique ou territorial ?
      Parce qu’ intermédiaire, c’est territorial (géographique) ? Et donc l’Europe dans ce cas, fait partie de l’Eurasie….D’où mon questionnement.
      Par contre, si c’est politique, vous ne pouvez pas dire dans sa partie intermédiaire sans le préciser. Soyons sérieux.
      C’est pourtant d’actualités et probablement le coeur du problème….. 🙂


  30. Hellebora Le 28 avril 2014 à 01h36
    Afficher/Masquer

    Igor Kolomoisky, le gouverneur de Dneropetrovsk (qui figure en 3ème position en Ukraine côté richesse) offre $10,000 bounty à toute personne qui capturera des “hommes verts”, terme employé pour désigner les agents russes que Kiev accuse d’attiser le trouble à l’est. Une petite douzaine de suspects se sont déjà fait attraper…

    Par ailleurs : la ville coopère également avec Pravy Sektor. Leur chef, Dimitri Yarosh, qui est originaire de la région, a récemment installé le siège de son parti à Dnepropetrovsk et rassemblé 1 bataillon de 800 hommes pour aider à casser tout ce qui ressemble à du soutien pro-Russes ..
    http://bit.ly/1jZOV90


  31. Patrick Luder Le 28 avril 2014 à 08h09
    Afficher/Masquer

    NON, ce ne sont pas les Européens qui jouent ce mauvais rôle, juste une gouvernance déconnectée du peuple …


  32. Nanker Le 28 avril 2014 à 11h09
    Afficher/Masquer

    “Le Monde se décide enfin à parler de la coupure de l’eau vers la Crimée.”

    Et lisez les commentaires des lecteurs qui suivent l’articulet : on se croirait sur « Radio mille collines » dans une émission concernant les Tutsi. C’est ahurissant d’ignorance crasse et de bêtise haineuse…

    Mention spéciale à ce Jean-Louis Piel, stratège en pantoufles, qui voudrait TANT botter le derrière de Poutine : http://www.lemonde.fr/jean_louis_piel/

    Un petit extrait : “Ce que Poutine et la majorité des Russes ne comprendront jamais c’est que les Ukrainiens leur sont bien supérieur[s]”

    Ah un peuple supérieur à un autre? Ca nous rappelle de drôles de choses, nein? Et puis supérieurs dans quoi? La capacité de certains Ukrainiens à tendre le bras droit et à admirer Stepan Bandera?


  33. C Balogh Le 28 avril 2014 à 11h28
    Afficher/Masquer

    à Nanker,
    Merci pour le lien,
    les commentaires en effet sont effrayants, on n’y voit principalement des gens aux cerveaux reptiliens prédominants et surdéveloppés, des barbares sans jugeotte, des lecteurs du Monde, quoi…
    Cela donne une certaine température, heureusement que par ailleurs, il y a des milliers de commentaires de personnes qui ne sont pas aveuglées par l’envie de sang.
    Pour cet article, je me demande à quel point ces commentaires sont issus de citoyens lambdas ou si une grande partie est à attribuer aux trolls payés par l’UE, plus que la désinformation, ils pourraient envahir les commentaires à tel point que seule subsisteraient leur interprétation et leurs projets guidés par la bêtise et la haine.
    C’est une hypothèse mais comme je n’ai vu très très peu de contradicteurs, je m’interroge.


  34. lamarck Le 28 avril 2014 à 13h21
    Afficher/Masquer

    Un reportage de 2005, terrifiant , Exporter la démocratie , pour instaurer partout dans le monde l’économie de marché au profit des Etats Unis; Cela éclaire singulièrement les evènements actuels. https://www.youtube.com/watch?v=1zUg9NrkcAQ


  35. step Le 28 avril 2014 à 13h25
    Afficher/Masquer

    oula… l’eurobéatisme du LEAP commence à souffrir du réel ! Etonnament le LEAP semble souffrir le réel plutôt que de se réfugier dans l’idéologie. Ca manque de politiques, cette revue!


  36. Patrick Le 28 avril 2014 à 14h26
    Afficher/Masquer

    Bonjour Practilif
    Le nombre de victimes de la guerre au Kosovo est d’environ 10 000 morts ce qui est déjà énorme à l’échelle du pays. Les chiffre de 500 000 morts que vous évoquez avaient été annoncé par les journalistes pour préparer les opinions à l’intervention de l’OTAN. Ces chiffres ronds qui sortaient directement du QG de l’OTAN étaient accompagnés d’informations fausses pour accréditer la thèse du génocide programmé (plan ”fer à cheval” en une du Monde)
    Comme quoi même 15 ans après la propagande à continue marquer les esprits.


  37. FreeBee Le 28 avril 2014 à 22h11
    Afficher/Masquer

    Vous avez oublié de préciser que « les collaborateurs des nazis avaient participé à la solution finale d’Hitler » ont été accueilli, par la suite, à bras ouverts par Canada et États-Unis pour être utilisés à la construction et la maintenance de la guerre froide.


Charte de modérations des commentaires